Archives de Tag: inspecteur

Tests psychotechniques pour femmes savantes et petits génies de l’esprit. Maï Salaün

Tests psychotechniques pour femmes savantes et petits génies de l’esprit.

Cependant, le plus grand test est celui d’être toujours ouvert à entendre, comprendre autrui, le regarder sans jugement ni préjugé et surtout atteindre, en conscience, ce qui nous est inaccessible et inconnu. Voilà la plus belle forme d’intelligence… la réception et la transmission du savoir…

TEST / Logique Chiffres sur :  http://www.cadresonline.com/coaching/test/result.php 

Ces tests vous permettent de mieux évaluer vos capacités intellectuelles et votre raisonnement logique, tout en restant ludiques. N’hésitez pas à vous lancer.

Vous avez 22 / 30 bonnes réponses

Votre résultat est excellent. Manifestement très à l’aise avec les chiffres, votre capacité d’analyse est excellente sur ce test ; si vous obtenez le même résultat aux tests de logique visuelle et de lettres, bravo !

Vous avez mis 0 h 38 min 44 s pour réaliser ce test.

10 21 29
48 ? 10

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

0 2 16
Mauvaise réponseVotre réponse : C
546 21 231
243 ? 664

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

32 8 25
Mauvaise réponseVotre réponse : B
MAIRIE 1
NAVAL 1
LAMA 2
JOB 2
CASTOR ?

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

6 2 4
Mauvaise réponseVotre réponse : C
6 61 5
1 ? 7
4 20 2

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

30 50 27
Mauvaise réponseVotre réponse : A 
2 4 1
1 ? 7
4 20 2

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

14 26 49
Mauvaise réponseVotre réponse : A
10
6 4
9
1 8
15
9 ?
Compléter la série ci-dessus
Réponses possibles

6 9 1
Mauvaise réponseVotre réponse : C
2
4
4
3
6
2
3
1
2
0
5
6
1
5
5
4
?
?
Compléter la série ci-dessus
Réponses possibles

5
2
6
3
4
3
Mauvaise réponseVotre réponse : C 
15 5 10
18 ? 11
12 14 4

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

1 8 10
Mauvaise réponseVotre réponse : B 

Test : Mesurez votre Quotient Intellectuel

Le questionnaire qui suit a été construit sur le modèle des échelles d’intelligence actuellement utilisées en psychologie internationale. Il ne peut se substituer à des épreuves effectuées en présence d’un psychologue. Il vous permettra néanmoins d’avoir une estimation globale de votre niveau et de votre façon de fonctionner.

Pour être valable, ce test de 40 questions doit être fait en 35 minutes (environ 45 secondes par question).

Ce test de quotient intellectuel comprend des questions faisant appel à votre culture générale.

http://test.psychologies.com/mesurez-votre-quotient-intellectuel :

  • Vos résultats :

Vous avez obtenu plus de 35 bonnes réponses sur 40 questions
Vous êtes hors norme, vous faites partie des 2.1% de personnes dont le QI est supérieur à 130.Vous n’êtes pas seul dans ce cas, mais presque (moins de 2% de la population) ! Les surdoués ont toujours formé une communauté à part. On les envie un peu, on les jalouse aussi.

On n’aime qu’une partie de moi…

Vous poser la question de savoir si l’on vous aime, vous laisse perplexe. Vous vous savez apprécié(e) de différentes personnes et entretenez des relations sincères avec la plupart d’entre elles. Mais d’un autre côté, vous avez le sentiment que vos proches n’aiment en vous que ce que vous voulez bien montrer : votre meilleur côté, celui qui a coup sûr ne décevra pas.
Du coup, vous ressentez comme un vide : une partie de votre être reste ignorée, inconnue… Or, le fait de ne dévoiler que l’aspect fort, invincible, agréable et sympathique de votre personnalité, ne fait qu’entretenir ce cercle vicieux. Pourquoi vouloir à tout prix cacher vos failles ? Peut-être avez-vous le sentiment que si l’autre percevait vos faiblesses et vos défauts, il vous jugerait moins intéressant(e), et peu « aimable ».
Mais à y bien regarder, êtes-vous sûr(e) de ne pas être le ou la plus sévère quant à vos propres failles ? Votre peu d’indulgence et de compassion envers vous-même vous obligent à les cacher et à nier toute une partie de votre être, et donc de ne mettre en avant que certaines de vos facettes, celles qui vous paraissent les plus acceptables et les plus aimables… Vous souffrez certainement de ce que les psys appellent « le syndrome de l’imposteur ».
Profil de MAI
Test passé le : 06/11/2011
Votre score:
Quotient: 13.8/20
Niveau: plûtot supérieure à la moyenne
Nb réponses correctes: 69/100
Descriptif GénéralLa Culture Générale est d’abord un élément d’épanouissement personnel et d’ouverture au monde. C’est aussi un atout qui favorisera votre réussite dans le cadre de vos études, de votre vie sociale ou professionnelle.

La moyenne générale de la population ayant passé ce test est égale à 10/20.

N’attachez pas une trop grande importance à votre score. Il doit seulement constituer un moyen d’identifier vos lacunes afin de les combler. Un score moyen mais régulier dénote une culture générale harmonieuse. En revanche, un score plus élevé mais accusant de grandes variations d’un thème à un autre révèle des lacunes importantes.

Retrouvez les solutions commentées pour approfondir vos connaissances et vous sentir plus sûr(e) de vous.

CULTURE GÉNÉRALE : LA CLÉ DE LA RÉUSSITE

Le foie gras a été refusé au salon de Cologne – nouveau coup de canif dans le couple franco allemand

Foie Gras: Lellouche hausse le ton

Publié le 27/07/2011 | Mise à jour : 14:31, sur le lien suivant :  http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/07/27/97002-20110727FILWWW00349-foie-gras-lellouche-hausse-le-ton.php

Le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur Pierre Lellouche a demandé mercredi à l’ambassadeur d’Allemagne de faire preuve d' »autorité » envers les organisateurs du Salon de Cologne qui refusent d’accueillir les producteurs de foie gras, a-t-il dit à l’AFP.

Sous la pression de militants opposés au gavage des canards, la foire Anuga, qui se tient tous les deux ans à Cologne et revendique le titre de première foire de l’alimentation mondiale, a décidé de mettre à l’écart le foie gras lors de son prochain salon, du 8 au 12 octobre.

« Respect du droit européen »

« Cette affaire est tout sauf anecdotique », a dit à M. Lellouche à l’AFP. Le secrétaire d’Etat a demandé à rencontrer l’ambassadeur d’Allemagne à Paris, Reinhard Schäfers, qu’il a donc reçu mercredi à Bercy. « Je lui ai demandé que l’Etat allemand fasse preuve de la plus forte autorité vis-à-vis des organisateurs et fasse respecter le droit européen » de libre circulation et de non discrimination des marchandises, a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a déjà écrit à son homologue allemande pour protester contre l’interdiction, menaçant de ne pas participer à l’ouverture du Salon.
« Il faut que nos producteurs figurent pleinement dans le catalogue de la foire », a estimé Pierre Lellouche, soulignant que l’industrie du foie gras en France représentait 35.000 emplois.

M6 envisage de demander le passage de Paris Première en une chaîne gratuite.

M6 envisage de demander le passage de Paris Première en une chaîne gratuite.
Création 15 décembre 1986
Propriétaire Groupe M6
Slogan « La télé qui a l’esprit plus large que le petit écran » (1995-2004)
« Vous pouvez rallumer la télé »
Paris Première fut lancée le 15 décembre 1986 à 19 heures sur le réseau câbléparisien (canal 8) à l’initiative de la Mairie de Paris et du groupe Lyonnaise des Eaux, propriétaire du réseau câblé parisien, afin de développer une chaîne locale sur le câble parisien. Ses deux lignes conductrices sont la contre programmation (films diffusés à 18h15, 21h00 ou 22h45) et le spectacle.
Pour en savoir plus, cliquer sur le lien suivant :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Paris_Premi%C3%A8re
Par Paule GonzalesPhilippe Larroque
Publié dans le Figaro le 27/07/2011 | Mise à jour : 19:20
Nicolas de Tavernost, président de M6.
Nicolas de Tavernost, président de M6.

INTERVIEW – Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6, se dit prêt à basculer Paris Première en gratuit.

Le groupe audiovisuel privé a annoncé mercredi un recul de 3 % de son chiffre d’affaires.LE FIGARO. – Comment expliquez-vous la hausse de 5,3 % des recettes publicitaires de M6 ?

Nicolas de TAVERNOST. – Le groupe est dans un cercle vertueux : celui qui consiste à investir dans les programmes pour améliorer la qualité de notre offre pour toutes nos chaînes (M6, W9, Teva, Paris Première…) et donc faire croître notre audience et rendre ainsi nos chaînes incontournables pour les annonceurs. Dans un marché pub de la télé en décroissance de près de 100 millions d’euros sur les quatre dernières années, nous avons augmenté nos recettes publicitaires (+ 3,1 %) de 13 millions. Au premier semestre 2011, le marché est stable et le groupe M6 réalise 6,2 % de croissance atteignant une part de marché de plus de 24 %. Ces chiffres reflètent nos scores d’audience : M6 est ainsi la seule chaîne historique à avoir progressé cette année à 10,5 % de part d’audience. Si la durée pub a légèrement diminué, en revanche, nous avons pu augmenter nos tarifs de près de 11 %, en parallèle de nos audiences.

Vous aviez annoncé en 2010 une hausse du coût de grille de vos chaînes. Cette stratégie va se poursuivre ?

Nous avions annoncé une augmentation du coût de grille de la chaîne M6 de 5 % en 2011, ce qui reste notre prévision. Sur le 1er semestre, l’augmentation est de 2,3 % et de très beaux programmes sont prévus pour la rentrée. De même, le coût de grille de W9 a significativement augmenté au cours des deux dernières années. C’est une stratégie payante : M6 a été régulièrement leader le vendredi soir au cours du 1er semestre et le devient aussi le lundi soir avec son programme à succès «L’amour est dans le pré». Nous nous félicitons d’avoir gagné en deux ans 400.000 téléspectateurs sur notre JT «Le 19.45», d’en rassembler entre 3 et 4 millions devant «Scènes de ménages» et d’atteindre 6,3 millions, comme lundi dernier avec «L’amour est dans le pré». Nous ne sommes pas dans une logique de réduction de coûts mais dans une position offensive d’investissements dans les programmes.

Vous avez connu des contre-performances comme «X-Factor» et actuellement la série «Soda»….

X-Factor est une déception d’autant plus forte que nous ne comprenons pas bien l’échec de cette émission alors qu’au même moment, le programme diffusé en Belgique avait très bien marché. Quant à Soda, c’est un programme de fiction d’été à destination des jeunes et, de ce point de vue, l’émission remplit bien sa mission. Ce qui compte pour une grille de programmes, c’est la récurrence de ses succès qui se crée grâce à des marques bien installées. C’est le cas pour le groupe M6.

Les revenus de vos diversifications baissent. Ces activités doivent-elles être restructurées ?

Notre groupe repose sur deux piliers : le principal, la publicité, qui a dépassé le niveau de l’avant-crise de 2008, et les diversifications, qui ont été en 2009 un soutien de notre activité. Il n’est pas question de revenir sur cet équilibre. Même si la rentabilité, pour certaines d’entre elles, est moindre, ces diversifications continuent de gagner de l’argent y compris dans la vente à distance. De plus, nos activités Internet progressent fortement et notre filiale Interactions (musique, licences) s’est bien redéployée. De son côté, le département Droits audiovisuels, en légère baisse au 1er semestre, est soumis à la saisonnalité des sorties cinéma. Il reste les Girondins, qui ont connu des difficultés. Nous avons réduit la masse salariale en conséquence et nous espérons que le nouveau stade de Bordeaux nous permettra, à moyen terme, d’augmenter nos ressources propres par rapport aux droits télé.

Votre trésorerie atteint 282 millions d’euros. Allez-vous investir ?

Nous attendons arme au pied des opportunités pour continuer à nous développer dans la télévision. Pour cela, il faudrait qu’il y ait des ventes ou des autorisations qui soient proposées et données. Nous sommes aussi prêts à nous développer dans la production.

TF1 a demandé le passage de LCI en gratuit. Comptez-vous réagir ?

Nous avions anticipé cette éventualité puisque, dès le 28 mai dernier, nous saisissions le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour lui dire que, si les règles d’attribution de fréquences changeaient, nous serions intéressés à faire passer Paris Première en gratuit. Jusqu’à présent, l’application de la loi n’avait pas prévu le passage du payant au gratuit. Si la doctrine change et si, comme il le semblerait, le critère essentiel de la fluidité entre payant et gratuit était celui de la diversité et de la qualité des programmes, alors notre chaîne serait la solution. Contrairement à l’info où plusieurs chaînes existent, Paris Première, avec son public de CSP +, est réellement une offre complémentaire, sans équivalent en gratuit, et la chaîne fait vivre la création. Nous sommes prêts à prendre des engagements en faveur de cette dernière. Dans l’attente de la réponse du CSA, nous avons conclu un nouvel accord avec CanalSat pour ne pas hypothéquer l’avenir de nos chaînes.

Avez-vous changé de position concernant le lancement de nouvelles chaînes sur la TNT ?

Pas du tout. S’il devait y en avoir de nouvelles, nous ne serions pas les plus mal placés pour les réussir. Mais nous demandons de la cohérence. Le marché est encombré en France et n’est pas élastique sur le plan publicitaire. Aussi, réduire les coûts des chaînes existantes pour en créer de nouvelles me paraît absurde ! Il serait donc judicieux de faire une pause. Cela permettrait aux acteurs d’améliorer la qualité de leur offre de programmes (plus de programmes originaux et moins de rediffusions) – ce que demandent les Français -, de leurs services numériques (télévision de rattrapage…) et de diffusion (HD…). Ce serait d’ailleurs la meilleure manière de résister à l’arrivée prochaine de la télévision connectée. In fine, notre position est simple : une pause dans la création de chaînes paraît utile, mais si ce n’était pas le choix des pouvoirs publics, le groupe M6 a des droits à faire valoir et des compétences, éprouvées, à mettre en valeur.

Orange va se lancer dans le low-cost

Pour suivre les orientations prises par SFR et Bouygues, Orange va se lancer dans le low-cost en octobre 2011, sous un nouveau nom : sosh, qui permettra de vendre des services sans abonnement et sans mobile d’office.
Pour en savoir + cliquer sur le lien suivant : http://ged.latribune.fr/zetasearch/recherche/index.jsp?DN_SEARCH=%20sosh

http://ged.latribune.fr/zetasearch/recherche/index.jsp?DN_SEARCH=%20sosh

Trier par : Date | Pertinence         Tous les articles | Articles gratuits

Orange va lancer une marque low-cost, baptisée Sosh
Latribune.fr – Technos & Medias | créé le 27 07 2011

Par ailleurs, France Telecom va disparaître et laisser la place à Orange.

Durant 35 heures, Jack à la langue délié et nous met au Rocard, avec un François qui navigue sur une voie Royale, en passant de Hollande à Aubry via le Château Chinon. Mais attention Dominique n’est pas loin avec un Levi’Strauss, mais sans Kahn. L’important c’est la Rose…Mai SALAUN

Publié le

Durant 35 heures, Jack à la langue délié et nous met au Rocard, avec un François qui navigue sur une voie Royale, en passant de Hollande à Aubry via le Château Chinon. Mais attention Dominique n’est pas loin avec un Levi’Strauss, mais sans Kahn.

L’important c’est la Rose…

Mai SALAUN

Roses rue de Solférino et reggae à Bastille pour le 10-Mai

Répétition du titre.

PARIS (Reuters) – Une soirée riche en symboles, dont un concert place de la Bastille, a conclu mardi à Paris les festivités du trentième anniversaire de la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, le 10 mai 1981.

Au siège du Parti socialiste, rue de Solférino, le premier secrétaire Martine…

Chaos dans la résidence bouclier des Gbagbo

Publié le

18/04/11 | 19:34

Dans la résidence des Gbagbo à Abidjan :

le chaos après l’assaut

http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/monde/afp_00337500-dans-la-residence-des-gbagbo-a-abidjan-le-chaos-apres-l-assaut.htm

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Impacts de roquettes, murs noircis, blindés calcinés, chaos dans les appartements : la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo à Abidjan, où il était retranché avec femme et enfants, porte encore les stigmates des heures qui ont précédé son arrestation le 11 avril.

Sur le mur de l’entrée principale de la résidence du quartier de Cocody (nord), une roquette a laissé un immense trou. Juste à côté, deux engins blindés dirigés vers la route d’accès ne sont plus que des carcasses calcinées.

La caserne de la Garde républicaine jouxtant l’entrée a été totalement détruite par les missiles des hélicoptères de la force française Licorne. Les diverses frappes ont permis aux combattants du président Alassane Ouattara d’entrer enfin dans une résidence dont, durant des jours, ils n’avaient pu déloger les défenseurs.

Un premier bâtiment, le poste de la garde armée du président, est en partie brûlé. Un mur est percé par deux roquettes.

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Un chemin goudronné descend ensuite vers le portail d’accès à la résidence proprement dite, là où M. Gbagbo, sa femme Simone, des enfants et petits-enfants du couple et leurs employés – une centaine de personnes au total-, étaient retranchés jusqu’à l’assaut final et leur arrestation par les Forces républicaines (FRCI) de M. Ouattara.

Dans les allées tournant autour du large bâtiment moderne d’un étage, situé au bord de la lagune, une trentaine de 4X4 civils et de grosses berlines noir ou bleu sombre sont abandonnés çà et là, portes ouvertes, certains avec des impacts de balles.

La façade donnant sur la lagune est partiellement brûlée. Cinq voitures calcinées stationnées devant ont progagé l’incendie au bâtiment, explique un guide au Premier ministre Guillaume Soro, venu visiter les lieux lundi.

Conviée pour la visite, la presse n’a pas eu accès au sous-sol où M. Gbagbo a été arrêté.

Dans salons, bureaux et chambres, c’est le chaos. Tout a été mis sens dessus dessous: livres, documents divers, albums photos jonchent le sol, des meubles sont renversés, des tableaux sont à terre. Sans doute l’oeuvre des FRCI qui ont investi les lieux après l’arrestation.

A l’étage, dans les appartements privés et le cabinet de travail de la très fervente Simone Gbagbo, le même désordre indescriptible.

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Les étagères d’une bibliothèque sont remplies de dizaines de lives et DVD religieux, dont une série sur « La révolution de l’Evangile ».

Mais les documents étalés par terre témoignent d’une obsession: l’élection présidentielle de novembre, et notamment les cas de fraudes présumés. Jetée là, une cassette audio au titre détonnant: « un bisou pour Gbagbo ».

Dans le dressing de « Simone », des dizaines de robes aux tissus africains sont encore accrochées aux penderies, et d’autres vêtements recouvrent entièrement le sol.

Dans la salle de bain, la grande baignoire ronde est encore remplie d’eau. Une bouteille de champagne de grande marque, vide, est posée sur le rebord.

Dans une pièce voisine, une chambre d’enfants est aussi complètement en désordre.

« Nous avons pu noter la violence des combats qu’il y a eu », a lancé le Premier ministre à l’issue de sa visite.

« On continue de s’interroger: comment quelqu’un peut-il s’enfermer dans une telle résidence, avec ses enfants, ses petits-enfants (…) comme si on voulait en faire un bouclier humain. Cela me choque », a ajouté M. Soro.

La Croix-Rouge a enlevé depuis vendredi cinq corps, dont un lundi – quatre militaires et un employé -, retrouvés dans des bâtiments annexes de la résidence.

Carte
Par Emmanuel PEUCHOT

Côte d’Ivoire: Retranché dans sa résidence,

Gbagbo s’accrochait au pouvoir

http://www.20minutes.fr/article/702149/monde-cote-ivoire-retranche-residence-gbagbo-accroche-pouvoir

Publié le 6 avril 2011.

CONFLIT – Les forces d’Alassane Ouattara tentent de le capturer vivant…

Laurent Gbagbo plie, mais ne rompt pas. Les affrontements ont fait rage pour la troisième journée consécutive à Abidjan où le président sortant, qui refuse toujours de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, vit retranché.

Les forces d’Alassane Ouattara ont lancé ce mercredi un assaut dans la capitale économique ivoirienne contre la résidence de Laurent Gbagbo qui a, semble-t-il, été repoussé selon une source militaire occidentale.  D’après cette source, qui vit non loin de la résidence fortifiée de Laurent Gabgbo dans le quartier huppé de Cocody, les combats ont diminué d’intensité dans l’après-midi et les forces d’Alassane Ouattara se sont regroupées. Affousy Bamba, porte-parole d’Alassane Ouattara, a démenti un tel repli, sans pouvoir donner de précisions sur les derniers combats.

Echec des négociations

L’objectif est clair: prendre Laurent Gbagbo vivant. «Cela n’a jamais été l’intention de qui que ce soit dans le camp Ouattara, et ce n’est toujours pas le cas, d’assassiner l’ancien président Gbagbo», a dit Affousy Bamba. «Alassane Ouattara a donné des instructions formelles pour que Gbagbo soit pris vivant car nous voulons le traduire en justice», a-t-elle ajouté.

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a reconnu l’échec des négociations et dénoncé l’«intransigeance» de Laurent Gbagbo, tout en soulignant que ni les soldats français de la force Licorne ni les casques bleus de l’Onu n’étaient engagés dans les affrontements.

«Le président Sarkozy organise l’assassinat du président Gbagbo»

Le porte-parole de Laurent Gbagbo à Paris, Toussaint Alain, a pourtant accusé la France de vouloir la mort du chef de l’Etat sortant. «Le président Sarkozy organise l’assassinat du président Gbagbo», a-t-il dit. En outre, une centaine de manifestants pro-Gbagbo se sont rassemblés devant l’Assemblée nationale française aux cris de «Sarkozy assassin», «La France et l’Onu complices» et «La Côte d’Ivoire ne t’appartient pas».

Laurent Gbagbo refuse principalement de signer un document par lequel il renoncerait à revendiquer le pouvoir. «Si Gbagbo refuse de signer les documents présentés hier (par l’Onu et la France), c’est parce qu’on lui propose quelque chose qui n’a aucune base juridique ou légale», a dit ce mercredi son autre porte-parole Ahoua Don Mello. Interviewé sur RFI, le président sortant a redit son refus de se rendre. «Nous n’en sommes pas dans la phase de négociations. Et où partirais-je? Pour aller où?», a-t-il demandé.

 C.C. avec Reuters

Canal + sort sa nouvelle chaîne gratuite sur la TNT, nom de code : Canal 20, pour le mois de novembre 2011,

Publié le

Canal+ est heureux d’annoncer la prochaine venue d’un Canal… gratuit. Nom de code « Canal 20 ». Bertrand Méheut, son PDG l’a annoncé hier sur lefigaro.fr.

24 mars 2011  Bertrand Meheut, le PDG du groupe Canal +, dévoile dans une interview au Figaro ses plans pour la fameuse chaîne bonus accordée à TF1.

Canal+ veut lancer une chaînede télévision gratuite

0 commentaires

Créé le 25.03.11 à 03h39 — Mis à jour le 25.03.11 à 03h39
Bertrand Méheut, PDG de Canal+.Bertrand Méheut, PDG de Canal+.  IBO / SIPA

Canal+ est heureux d’annoncer la prochaine venue d’un Canal… gratuit. Nom de code « Canal 20 ». Bertrand Méheut, son PDG l’a annoncé hier sur lefigaro.fr : il veut lancer en novembre 2011 sur la TNT Canal 20, généraliste, « dans la lignée de Canal+, centrée sur le cinéma, la création originale », avec « des magazines culturels », mais « très peu d’événements sportifs ». Tout cela est soumis à l’approbation de Bruxelles, qui doit décider si TF1, M6 et Canal+ bénéficieront d’une chaîne bonus.

Une ambition pertinente
En attendant, « Bertrand Méheut a bien caché son jeu, car il a toujours insisté sur le fait que le métier de Canal+ était la télé payante. Une vraie partie de bluff avec TF1 et M6. Son ambition de viser les CSP+ est pertinente, reste à voir si le marché pub suivra », décrypte Philippe Nouchi, directeur de l’expertise médias de Reload pour les agences Zénith et Starcom. Il ne faudrait pas, non plus, que Canal 20 concurrence Canal+. Philippe Bailly, président de NPA Conseil, note que « c’est très cohérent en termes d’exploitation des droits et du catalogue. Mais il faut se poser la question de l’impact de la chaîne sur l’attractivité de la télé payante. »A. C. et A. K.

 

24 mars 2011  Bertrand Méheut, le patron de Canal+, a calmement et précisément lancé une grenade à la figure de TF1 et M6 en annonçant le lancement de Canal 20.

Canal 20 : Canal + investit la TNT gratuite avec une chaîne généraliste

il y a 9 heures 17 min

Premiere

Par la rédaction de Télé 7. Bertrand Meheut, le PDG du groupe Canal +, dévoile dans une interview au Figaro ses plans pour la fameuse chaîne bonus accordée à TF1, M6 et Canal. La dernière née du groupe s’appellera Canal 20, et pourrait commencer à émettre dès novembre 2011…Lire la suite l’article

« Canal 20 sera une chaîne généraliste, ambitieuse, avec une ligne éditoriale très qualitative qui s’adressera à un public large mais exigeant. Elle sera dans la lignée de Canal +, centrée sur le cinéma, la création originale et présentera aussi des magazines culturels et éventuellement un nombre très limité d’événements sportifs. » C’est donc officiel : en novembre 2011 (sauf retardement), Canal + lancera une nouvelle chaîne sur la TNT gratuite. Elle utilisera à cette fin son « canal bonus », accordé en 2005 par le gouvernement afin de compenser l’arrivée des concurrents de la TNT.

Le but de Canal 20 ? « Renforcer l’offre de la TNT gratuite avec des chaînes de qualité », afin de contrer la montée des nouveaux venus de l’Internet, comme Google TV, Apple TV, Netflix ou Hulu : « Il faut donc agir vite et développer la production française. Aujourd’hui, les chaînes qui concentrent leur offre éditoriale sur des séries américaines seront particulièrement affectées par les nouveaux acteurs de l’internet qui pourront bientôt les proposer directement aux téléspectateurs. »

Pour ce faire, Canal + n’hésitera pas à mettre les moyens dans sa nouvelle chaîne, investissant pas moins de 100 millions d’euros. Bertrand Meheut souligne alors que Canal 20 sera « le premier budget des nouvelles chaînes de la TNT ».

La couverture événementielle Par un traitement  des évènements sélectionnés original et attractif, qu’il s’agisse d’un concert, d’un festival de cinéma, d’une exposition, d’une avant-première théâtrale ou d’un one man show, Canal 20 relaiera de manière originale et exhaustive la couverture des média généralistes.

24.03.2011

Canal+ annexe la TNT gratuite avec Canal 20

 

Unknown.jpeg

 

Bertrand Méheut, le patron de Canal+, a calmement et précisément lancé une grenade à la figure de TF1 et M6 en annonçant le lancement de Canal20, une chaîne généraliste gratuite.

L’annonce faîte au Figaro est d’importance. Le groupe Canal a les moyens de créer une généraliste fortement dotée en budget. D’autant que Monsieur Méheut a insisté sur le cinéma, soulignant qu’une frange de la production était sous-financée et que Canal 20 y remédierait. Et de dire, clin d’oeil aux organisations professionnelles, que le monde de la création a besoin de moyens financiers. Si Canal+ est devenu le premier financier du cinéma français, une force de frappe en faveur de la fiction ( « Carlos », « Pigalle », « Maison close », « Mafiosa »… ), sa force sera d’être disponible en clair, gratos, sur la TNT. M6 a su faire de W9 un atout du groupe. Canal fera de même avec Canal 20.

A ce stade, il s’agit de savoir qui portera le projet éditorial de Canal 20, de connaître son budget, de savoir quelles passerelles sont envisageables et autorisées par le CSA avec le navire amiral Canal+. Sur les questions sportives ( foot évidemment ), la chaîne cryptée est en position de force. Si Canal 20 bénéficie de quelques matchs phare de la Ligue 1 et autres bestiaux à audience, cela en fera une télévision d’importance.

Un vieil adage du show business veut qu’un concurrent nouveau ne tue pas la concurrence mais au contraire entraîne un effet d’émulation. L’arrivée de Canal 20 sur la TNT gratuite, la chaîne bonus selon le sabir du CSA, dopera le marché télévisuel français. A suivre.

Benoît Delmas

 

 

 

Biographie

Le patron de La Banque Postale de passage chez Stéphane Soumier

Publié le
Original logo

Image via Wikipedia

[Good Morning Business]

Patrick Werner : « La Banque postale veut atteindre les 10 millions de clients actifs à la fin 2010. »

La rédaction – Good Morning Business – bfm, le 09/09/2009
Partager cet article avec mon réseau professionnel sur VIADEO Partager sur FaceBook Partager sur LinkedIn Partager sur Scoopeo Partager sur Technorati Partager sur Digg Partager sur del.icio.us Partager sur Google Partager sur MySpace Partager sur Yahoo!
Le patron de la Banque postale évoque les partenariats et rachats en cours ainsi que les nouvelles ambitions de l’établissement bancaire.

Patrick Werner répond aux questions de Stéphane Soumier, dans Good Morning Business le 9 septembre 2009.
http://www.radiobfm.com/flash/podcast/player_bfm.swftélécharger l extrait audio
Patrick Werner, patron de la Banque postale. -  - Patrick Werner, patron de la Banque postale.
Stéphane Soumier : forcément, je dois vous demander si vous ne vivez pas un peu cette période avec un petit parfum de revanche ?
Patrick Werner :ce n’est pas notre état esprit la revanche. En revanche, si je puis dire, je ne vous cacherai pas que la réussite du parcours de la Banque postale est quelque chose qui nous satisfait vraiment, parce que c’est la notion de service et de service du client, qui est l’élément-clé.Et de confiance quand même non ?
Oui, mais la confiance ça se mérite tous les jours. Ce n’est pas qu’une question de statut public ou non. Vous pouvez inspirer confiance, mais si vous ne donnez pas un bon service, vous n’aurez bientôt plus de Banque postale.
Je crois donc que c’est vraiment la réussite d’une stratégie que l’on a engagé depuis dix ans, la fidélité a ses racines et je pense aussi pouvoir dire que c’est l’absence d’erreurs et notamment l’absence d’erreurs dans la gestion de notre bilan. Chez nous, il y a eu zéro actif toxique, zéro Madoff.

Oui, mais vous n’y êtes pour rien ?
Bien sûr que si, nous avons 70 milliards placés sur les marchés. Nous avions au contraire beaucoup d’occasions de commettre des erreurs, ne serait-ce d’ailleurs qu’en allant chercher des rendements très flatteurs qui auraient fait du bien à notre résultat et nous n’avons pas voulu le faire.
Nous étions beaucoup plus exposés aux erreurs là-dessus que la plupart des banques françaises, de par le fait que le niveau, l’encours de nos ressources, des dépôts de nos clients, est très supérieur à ce que nous avons pu faire comme crédit jusqu’à présent, puisque nous n’avions pas la possibilité de le développer.

J’ai un chiffre là-dessus, quand vous disiez que la confiance n’est pas une question de statut. Le Revenu, qui est un baromètre, un mensuel financier qui fait autorité, a fait un sondage auprès des clients des banques. Vous devez le savoir, vous arrivez nettement en tête. Ce qui est étonnant et que vous ne savez peut-être pas, c’est que le dernier c’est peut-être l’établissement qui était censé le plus vous ressembler, c’est-à-dire les Caisses d’épargne. Je me disais que c’était peut-être pour vous quand même le chemin à ne pas prendre ?
Si vous voulez dire que le timing dans le développement -et notamment dans le développement par croissance externe ou par partenariat- est un élément absolument clé, que le bon réglage dutiming est un élément-clé dans le succès, je pense pouvoir dire que, en tout cas pour nous, ça a été effectivement le cas.
C’est une chose à laquelle je veille de manière très précise. C’est-à-dire qu’il faut aller aussi vite que possible, mais le possible c’est ce qu’on est capable de maîtriser. Tout le monde pense aux sujets financiers, la réalité c’est quand même très souvent plutôt un sujet humain.

C’est-à-dire ?
Une équipe de direction et des équipes en général font bien une seule chose ou deux choses à la fois. Il y a un proverbe populaire qui dit « qui trop embrasse mal étreint » et nous essayons de bien embrasser.

Vous allez embrasser du monde, si je peux me permettre… Vous lancez l’activité crédit à la consommation avec la Société générale, de coût entreprise avec Groupama pour de l’assurance et vous négociez le rachat de Tocqueville Finance, là on va directement sur les marchés. Ça veut dire que c’est le bon timing pour prendre une nouvelle dimension ?
Nous le pensons. Prenons l’exemple du crédit à la consommation : quand nous avons eu l’autorisation de le faire, j’ai dit qu’il nous faudrait deux ans pour être sur le marché sdu crédit à la consommation, parce que je sais que ça demande un travail absolument considérable. Ce ne sont pas des choses que nous avons cueillies comme ça toutes ensemble.

Donc ce n’est pas l’heure de la revanche, c’est l’heure de la récolte alors ?
Nous avons récolté, mais si votre question est de savoir si on va encore plus récolter à l’avenir, c’est ma conviction absolue.

J’ai quand même une question sur Tocqueville Finance, parce que là on est vraiment sur les marchés, sur même ce qu’il y a de plus dynamique et donc de plus dangereux sur les marchés. Vous voulez élargir votre clientèle ?
C’est un objectif tout à fait majeur. La Banque postale a un objectif stratégique qui est à la fin 2010, d’atteindre 10 millions de clients actifs ou de clients de banque principale.

Dans toutes les couches de la société et toutes les couches de patrimoine ?
Exactement, c’est déjà le cas vous savez. Nous avons une clientèle patrimoniale tout à fait importante à la Banque postale, mais je vous concède volontiers que ce n’est pas l’image qui était la nôtre jusqu’à présent. Et d’ailleurs, le rachat de Tocqueville Finance peut être un élément aussi intéressant pour dire aux marchés, aux Français, que nous avons tous les niveaux de prestations bancaires.

Et vous gagnez de l’argent sur la gestion d’actifs. Sur vos résultats semestriels, vous collectez sur la gestion d’actifs des sommes qui sont importantes, plus de quatre milliards d’euros, c’est ça ?
Oui c’est ça. Mais beaucoup d’ailleurs sur un segment qui n’était pas majeur pour nous jusqu’à présent, qui sont les entreprises et institutionnels, qui ont, je crois, découvert la Banque postale.

Pour conclure, Médiamétrie nous dit que quand on cherche des informations sur les produits bancaires, c’est le site de la Banque postale qui est le plus consulté par les internautes, devant toutes les banques.
Je suis ravi d’entendre ça.

Cela fait partie de ces signes qui montrent que vous avez une place particulière…
Oui, c’est certain, nous avons une place tout à fait particulière. J’ai l’habitude de dire qu’il est clair, maintenant que nous sommes une banque unique et très singulière sur le marché français. Et qu’incontestablement la crise a braqué sur nous un spot assez serré, dont on se réjouit évidemment beaucoup.

Le Président de La Banque Postale

Publié le
Nicolas Sarkozy

Image via Wikipedia

Fabrice Lundy : C’est la nouveauté de la journée, la Banque Postale est autorisée à préparer une offre de crédit aux entreprises. Ce feu vert de Bercy est une nouvelle étape pour vous, après le crédit immobilier, l’assurance vie au tout départ en 2005, au moment où la Banque Postale est née. Il y a eu l’assurance dommages, le crédit à la consommation qui né au printemps dernier. Ça y est, la boucle est bouclée, après cinq ans d’existence, vous êtes une banque à part entière ? Vous pouvez vous aligner sur les grands du secteur ?

Patrick Werner : Oui, bien sûr c’est une grande nouvelle que nous puissions faire du crédit aux entreprises après avoir enfin eu la gamme complète pour les particuliers.

Ceci étant, entre le moment où nous avons le feu vert et le moment où nous sommes vraiment au marché, nous avons beaucoup de travail. Nous souhaitons être très professionnels dans tout ce que nous faisons, il est donc absolument capital que nous préparions ça pour de premières réalisations en 2011.

Nicolas Sarkozy est intervenu directement, lui-même, pour vous permettre de faire du crédit aux entreprises. Comment et pourquoi ?

Le Président de la République, dans un discours prononcé début février, a considéré qu’il était utile que la Banque Postale puisse apporter une contribution supplémentaire au financement de l’économie.

Nous avons des ressources pour ça : une partie des ressources du Livret A et du Livret de Développement Durable doit, selon les textes, être employée en financement des PME. Nous sommes de gros collecteurs de Livret A et de Livret de Développement Durable. Il était donc tout à fait logique, dans la ligne de ce que disait le Président de la République, qu’un feu vert nous soit donné, explicite, par le gouvernement.

Vous disposez d’un trésor de guerre de combien à destination des entreprises ?

« Trésor de guerre » est un bien grand mot. Nous avons aujourd’hui 7 milliards qui pourraient être utilisés et qui devraient, selon les textes, être utilisés en financement des PME, faute de quoi, si nous n’étions pas capables de les utiliser, nous devons les centraliser à la Caisse des Dépôts, ce que nous faisons aujourd’hui. Nous espérons bien que progressivement ces ressources pourront être utilisées vers des crédits aux PME.

Les PME seront la cible principale ? Les PME, qui ont souffert durant cette crise, qui sont allées souvent taper à la porte des banques qui ne les ont finalement pas forcément entendues dans un premier temps ? Il y a eu la nomination d’un médiateur du crédit, il y a eu des réunions au niveau gouvernemental etc. Vous allez essayer de vous différencier ?

D’abord il n’y a pas que les PM : il y a aussi les très petites entreprises, les pro, et d’ailleurs le discours du Président de la République était largement orienté vers les TPE et les pros. Donc nous financerons de la création ou de la reprise d’entreprises très petites ou de pros. Sur les PME, comme nous sommes des prêteurs de fraîche date, tout juste autorisés, nous ne pouvons pas imaginer faire une banque globale d’entreprise comme ça, dès le départ.

%d blogueurs aiment cette page :