Archives de Tag: business

Le candidat Macron perplexe face à ses discours complexes

Publié le

Souvent moqué pour le caractère abstrait de certaines de ses tirades, le #candidat s’est trouvé pris à défaut vendredi par la complexité du discours qui avait été écrit pour lui sur l’Enseignement supérieur, et l’a donc décrypté en direct.
C’est à la fois une clé de son succès et une source de critiques: Emmanuel #Macron a, dans ses discours, une certaine appétence pour les grandes envolées lyriques. Un trait que le candidat féru de philosophie revendique au nom du droit à la pensée complexe. Au risque parfois de se prendre les pieds dans le tapis quand la complexité du propos se fait trop audacieuse.

Exemple, ce vendredi 14 avril en Isère, à l’occasion d’un discours sur l’Enseignement supérieur et la recherche. Le candidat lit un passage du discours – qu’il n’a visiblement pas écrit – au sujet de la gouvernance des universités.

«Mon équipe m’a préparé un texte dont la subtilité mériterait que je le lise comme un #entomologiste pour ne froisser personne. Comme je n’arrive pas à être convaincant en ânonnant des textes lus, je suis obligé d’être sincère et de vous dire ce que je pense et donc ce que je vais faire si je suis élu»,

a d’abord prévenu l’ancien patron de Bercy, avant d’exposer sa vision de l’université de demain. Un discours déconcertant qui n’a pas échappé au jeune conseiller national LR Jens #Villumsen, soutien de François #Fillon, qui en a diffusé des extraits sur les #réseaux #sociaux.
http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/16/35003-20170416ARTFIG00069-et-emmanuel-macron-avoua-ne-pas-tout-comprendre-de-son-propre-discours.bphp

Envoyé de mon iPad

L’homme le plus riche de France, le plus grand ambassadeur de France, entrepreneur modeste et discret devenu un homme d’affaires redoutable et philanthrope

Publié le

#Stupéfiant ! Intégrale 30 novembre 2016 : Bernard #Arnault l’homme le plus riche du monde et le sauveur de l’art.

L’homme le plus riche de France, le plus grand ambassadeur de France, entrepreneur modeste et discret devenu un homme d’affaires redoutable et philanthrope.

Regardez cette vidéo sur #YouTube :

Bien être bien dans dans sa tête et ses baskets, pensez y. Maï SALAÜN

Publié le
je consommais, tu consommais, il consommait, n...

je consommais, tu consommais, il consommait, nous consommions, vous consommiez, ils consommaient (Photo credit: JLA Kliché)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme disait Gail Sheepy, Si vous ne changez pas, vous ne grandissez pas. Si vous ne grandissez pas, vous ne vivez pas vraiment. Alors pour votre bien être, suivez le chemin suivant :

Si loin de vous (Hey oh... par la radio)

Si loin de vous (Hey oh… par la radio) (Photo credit: Wikipedia)

J’ai pensé à un jardin, à l’architecture du jardin, avoir une vision instinctif naturelle,.
Mais c’est toujours étonnant de voir comment les autres nous voient.

Soyez des individus passionnés, défendez vos idées tout en écoutant, en comprenant les autres, vos contradicteurs.

Vous apprendrez des choses totalement étrangères à vous. Regardez, écoutez l’autre, tentez de le comprendre, respectez le puis trouvez un équilibre en trouvant un compromis, pour concevoir un équilibre viable, bénéfique et productif pour chacune des parties de la relation, qu’elle soit prof, perso ou les 2.

Si la peur frappe à ta porte et que tu as le courage de l’ouvrir,

tu t’apercevras que derrière il n’y a personne.

 

Air France a perdu 187 millions d »euros

Publié le

Ce jour; il va annoncer ses choix d’achats entre les Airbus et les Boeing pour renouveler son parc d’avion.

Le Poker est interdit aux USA depuis 2006 – le saviez-vous ? Maï SALAÜN

Publié le

Cette fois, c’est la merde ! (via slowrolled.com)

Hum, comment dire? Difficile d’expliquer un truc qui, il y a encore quelques secondes à peine, paraissait hautement improbable. Ben, voilà, il y a quelques heures, les dirigeants de PokerStars, Fulltilt et AbsolutePoker ont été arrêtés aux États-Unis. Oui, j’te jure. Et par le FBI, en plus. Limite Jack Bauer et compagnie. Ceux qui n’ont pas pu se faire passer les menottes sont activement recherchés par Interpol. Si tu me crois pas, ouvre ton navigateur et tape ‘pokerstars.com’ ou ‘fulltiltpoker.com’, pour voir. C’est qu’on rigole pas aux States. C’est quand même eux qu’ont inventé Guantanamo… Si tu veux, en Amérique, c’est interdit de jouer au poker. Enfin, pas exactement. Ce qui est interdit, c’est, pour un établissement bancaire donné, d’accepter des transactions financières issues d’un site de jeux d’argent en ligne. Du coup, les majors ont trouvé des moyens détournés d’effectuer leurs transferts d’argent… Et c’est là que le bât blesse. Accusées de blanchiment d’argent, de détournement de fonds et de pleins d’autres motifs pas cools, les salles de poker en ligne leaders du marché se sont vues obligées d’arrêter dans la minute tout business avec leurs joueurs américains. Au-delà du séisme que cela provoque Outre-Atlantique, la question de la continuité du poker en ligne mondial est posée. Parce que, même si t’es pas Américain, ta tune à toi (et la mienne aussi, mec !), elle est sur un site qui est sous le coup d’une procédure judiciaire. Du FBI.

Plus d’infos sur : pokernews | madeinpoker | le mec qu’a tout balancé

Le bonus slowrolled: l’acte d’accusation (en anglais, certes, mais en entier).

Savoir écouter l’opinion permet de mieux communiquer en retour : communication corporate cohérente et harmonieuse

Publié le

Les entreprises n’ont jamais eut autant de moyens, plus de médias, mais n’ont pas de mode d’emploi, peut de conduite de changement et sont de moins en moins écouté par l’opinion.

Savoir écouter l’opinion permet : – de mieux communiquer en retour – de relayer et répondre l’opinion – et donc de faire l’opinion.

 

Le patron de La Banque Postale de passage chez Stéphane Soumier

Publié le
Original logo

Image via Wikipedia

[Good Morning Business]

Patrick Werner : « La Banque postale veut atteindre les 10 millions de clients actifs à la fin 2010. »

La rédaction – Good Morning Business – bfm, le 09/09/2009
Partager cet article avec mon réseau professionnel sur VIADEO Partager sur FaceBook Partager sur LinkedIn Partager sur Scoopeo Partager sur Technorati Partager sur Digg Partager sur del.icio.us Partager sur Google Partager sur MySpace Partager sur Yahoo!
Le patron de la Banque postale évoque les partenariats et rachats en cours ainsi que les nouvelles ambitions de l’établissement bancaire.

Patrick Werner répond aux questions de Stéphane Soumier, dans Good Morning Business le 9 septembre 2009.
http://www.radiobfm.com/flash/podcast/player_bfm.swftélécharger l extrait audio
Patrick Werner, patron de la Banque postale. -  - Patrick Werner, patron de la Banque postale.
Stéphane Soumier : forcément, je dois vous demander si vous ne vivez pas un peu cette période avec un petit parfum de revanche ?
Patrick Werner :ce n’est pas notre état esprit la revanche. En revanche, si je puis dire, je ne vous cacherai pas que la réussite du parcours de la Banque postale est quelque chose qui nous satisfait vraiment, parce que c’est la notion de service et de service du client, qui est l’élément-clé.Et de confiance quand même non ?
Oui, mais la confiance ça se mérite tous les jours. Ce n’est pas qu’une question de statut public ou non. Vous pouvez inspirer confiance, mais si vous ne donnez pas un bon service, vous n’aurez bientôt plus de Banque postale.
Je crois donc que c’est vraiment la réussite d’une stratégie que l’on a engagé depuis dix ans, la fidélité a ses racines et je pense aussi pouvoir dire que c’est l’absence d’erreurs et notamment l’absence d’erreurs dans la gestion de notre bilan. Chez nous, il y a eu zéro actif toxique, zéro Madoff.

Oui, mais vous n’y êtes pour rien ?
Bien sûr que si, nous avons 70 milliards placés sur les marchés. Nous avions au contraire beaucoup d’occasions de commettre des erreurs, ne serait-ce d’ailleurs qu’en allant chercher des rendements très flatteurs qui auraient fait du bien à notre résultat et nous n’avons pas voulu le faire.
Nous étions beaucoup plus exposés aux erreurs là-dessus que la plupart des banques françaises, de par le fait que le niveau, l’encours de nos ressources, des dépôts de nos clients, est très supérieur à ce que nous avons pu faire comme crédit jusqu’à présent, puisque nous n’avions pas la possibilité de le développer.

J’ai un chiffre là-dessus, quand vous disiez que la confiance n’est pas une question de statut. Le Revenu, qui est un baromètre, un mensuel financier qui fait autorité, a fait un sondage auprès des clients des banques. Vous devez le savoir, vous arrivez nettement en tête. Ce qui est étonnant et que vous ne savez peut-être pas, c’est que le dernier c’est peut-être l’établissement qui était censé le plus vous ressembler, c’est-à-dire les Caisses d’épargne. Je me disais que c’était peut-être pour vous quand même le chemin à ne pas prendre ?
Si vous voulez dire que le timing dans le développement -et notamment dans le développement par croissance externe ou par partenariat- est un élément absolument clé, que le bon réglage dutiming est un élément-clé dans le succès, je pense pouvoir dire que, en tout cas pour nous, ça a été effectivement le cas.
C’est une chose à laquelle je veille de manière très précise. C’est-à-dire qu’il faut aller aussi vite que possible, mais le possible c’est ce qu’on est capable de maîtriser. Tout le monde pense aux sujets financiers, la réalité c’est quand même très souvent plutôt un sujet humain.

C’est-à-dire ?
Une équipe de direction et des équipes en général font bien une seule chose ou deux choses à la fois. Il y a un proverbe populaire qui dit « qui trop embrasse mal étreint » et nous essayons de bien embrasser.

Vous allez embrasser du monde, si je peux me permettre… Vous lancez l’activité crédit à la consommation avec la Société générale, de coût entreprise avec Groupama pour de l’assurance et vous négociez le rachat de Tocqueville Finance, là on va directement sur les marchés. Ça veut dire que c’est le bon timing pour prendre une nouvelle dimension ?
Nous le pensons. Prenons l’exemple du crédit à la consommation : quand nous avons eu l’autorisation de le faire, j’ai dit qu’il nous faudrait deux ans pour être sur le marché sdu crédit à la consommation, parce que je sais que ça demande un travail absolument considérable. Ce ne sont pas des choses que nous avons cueillies comme ça toutes ensemble.

Donc ce n’est pas l’heure de la revanche, c’est l’heure de la récolte alors ?
Nous avons récolté, mais si votre question est de savoir si on va encore plus récolter à l’avenir, c’est ma conviction absolue.

J’ai quand même une question sur Tocqueville Finance, parce que là on est vraiment sur les marchés, sur même ce qu’il y a de plus dynamique et donc de plus dangereux sur les marchés. Vous voulez élargir votre clientèle ?
C’est un objectif tout à fait majeur. La Banque postale a un objectif stratégique qui est à la fin 2010, d’atteindre 10 millions de clients actifs ou de clients de banque principale.

Dans toutes les couches de la société et toutes les couches de patrimoine ?
Exactement, c’est déjà le cas vous savez. Nous avons une clientèle patrimoniale tout à fait importante à la Banque postale, mais je vous concède volontiers que ce n’est pas l’image qui était la nôtre jusqu’à présent. Et d’ailleurs, le rachat de Tocqueville Finance peut être un élément aussi intéressant pour dire aux marchés, aux Français, que nous avons tous les niveaux de prestations bancaires.

Et vous gagnez de l’argent sur la gestion d’actifs. Sur vos résultats semestriels, vous collectez sur la gestion d’actifs des sommes qui sont importantes, plus de quatre milliards d’euros, c’est ça ?
Oui c’est ça. Mais beaucoup d’ailleurs sur un segment qui n’était pas majeur pour nous jusqu’à présent, qui sont les entreprises et institutionnels, qui ont, je crois, découvert la Banque postale.

Pour conclure, Médiamétrie nous dit que quand on cherche des informations sur les produits bancaires, c’est le site de la Banque postale qui est le plus consulté par les internautes, devant toutes les banques.
Je suis ravi d’entendre ça.

Cela fait partie de ces signes qui montrent que vous avez une place particulière…
Oui, c’est certain, nous avons une place tout à fait particulière. J’ai l’habitude de dire qu’il est clair, maintenant que nous sommes une banque unique et très singulière sur le marché français. Et qu’incontestablement la crise a braqué sur nous un spot assez serré, dont on se réjouit évidemment beaucoup.

%d blogueurs aiment cette page :