Archives de Tag: Laurent Gbagbo

La 10ème fortune française mises ses priorités sur l’or noir libyen et l’auto-lib’ français.

The former Benghazi Cathedral, which was later...

Image via Wikipedia

Bolloré n’a pas le temps de s’occuper du parc auto de La Poste… mais de la Libye et de l’auto-lib’

Romandie News

France : des représentants d’entreprises en Libye la semaine prochaine

PARIS – Quelques responsables de sociétés françaises, dont Alcatel-Lucent et Bolloré, doivent partir en Libye en éclaireurs la semaine prochaine pour prendre contact avec le nouveau pouvoir, a indiqué mercredi à l’AFP le président de la Chambre de commerce franco-libyenne.

Le Conseil national de transition (CNT) est en train de faire route entre Benghazi et Tripoli, les administrations sont en train de se mettre en place, donc effectivement il faut au moins quelques éclaireurs là-bas, a dit Michel Casals, qui part lui-même mardi en Libye.

On part en tout, tout petit comité, il y aura certainement Bolloré de toute façon, certainement Alcatel, pour le reste on verra ceux qui acceptent de jouer le jeu et de partir un peu à l’inconnu, a-t-il dit.

Des membres de ce petit groupe doivent se rendre à Benghazi, à Misrata et dans la mesure du possible à Tripoli.

Bolloré, qui a remporté un contrat de gestion du port de Misrata fin 2010, n’était pas immédiatement joignable.

Alcatel-Lucent a actuellement des activités en Libye et environ 30 salariés, a déclaré une porte-parole du groupe, qui entend soutenir les efforts visant à remettre en service les composantes clés de l’infrastructure des communications libyennes.

A court terme, Alcatel-Lucent se chargera de la remise en service complète du réseau GSM dans la région de Benghazi. (…) Cet effort de restauration sera ensuite progressivement étendu au reste du pays, selon le groupe, qui avait participé à l’élaboration de ces infrastructures avant la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

La porte-parole a précisé que rien n’est décidé concernant la délégation de mardi.

Total, lui aussi présent en Libye avant la guerre, a refusé de s’exprimer sur le sujet.

Initialement, M. Casals avait prévu l’envoi d’une petite délégation, mais la voilure a été réduite, a-t-il expliqué.

On ne part plus sur la notion de délégation. Nos amis libyens nous ont dit qu’ils étaient un peu en difficulté et qu’ils ne savaient pas très bien où ils seraient demain, a-t-il déclaré.

Près de 400 chefs d’entreprises français ont participé mardi au Medef à une réunion d’information sur la reconstruction de la Libye. Etaient présents, plusieurs directeurs de groupes du CAC 40, comme Alcatel, Alstom, Peugeot, Total, Bouygues ou Vinci, ainsi que des patrons des PME.

Des membres du gouvernement français ont dit à plusieurs reprises qu’ils jugeaient logique que la France soit privilégiée par le nouveau pouvoir libyen pour son rôle actif dans la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

Le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur Pierre Lellouche a précisé mardi qu’il emmènerait une délégation d’entreprises en Libye, lorsque le président de la République l’aura décidé et lorsque les autorités libyennes seront en mesure de nous recevoir utilement.

ALCATEL-LUCENT

BOLLORE

TOTAL

ALSTOM

PSA PEUGEOT CITROEN

BOUYGUES

VINCI

De la Libye à la Guinée : la mainmise du trust Bolloré sur les richesses de l’Afrique
Mosaïque
MERCREDI, 13 AVRIL 2011 18:14
Si le groupe Bolloré se vante d’avoir récemment récupéré la concession du port de Conakry en Guinée, il est en revanche plus discret sur le fait que, le 13 janvier, sa filiale Bolloré Africa Logistics signait pour la gestion du port de Misurata en Libye. Aujourd’hui, le groupe assure qu’il n’a eu aucun contact avec Kadhafi pour emporter ce marché, conclu sans passer par un appel d’offres.C’est à voir car, depuis qu’il a choisi de développer son emprise sur le continent africain, il y a une vingtaine d’années, le groupe Bolloré s’est toujours appuyé sur ses liens personnels avec les dirigeants français, de droite comme de gauche, mais aussi avec les dirigeants locaux. Il a ainsi profité des privatisations imposées aux pays africains par le FMI pour obtenir en 1998 la concession de Sitarail, société ferroviaire exploitant l’axe Ouagadougou (Burkina Faso) – Abidjan (Côte d’Ivoire), puis la société ferroviaire camerounaise Camrail. On notera que le contrôle de cette dernière s’est traduit par le licenciement d’un tiers des 3 600 salariés, des fermetures de gares et de lignes jugées non rentables, une série de déraillements meurtriers, marquant le choix du groupe Bolloré pour le développement du trafic marchandises au détriment du trafic voyageurs.

Après les trains, il a étendu son contrôle sur les ports, notamment sur les terminaux de conteneurs, activité en expansion et très lucrative. Fort de ses relations avec Laurent Gbagbo, Vincent Bolloré a ainsi obtenu la concession du port d’Abidjan, puis celle du port de Douala grâce au président camerounais Paul Biya. À l’époque, en 2003, la Banque mondiale avait d’ailleurs émis un avis négatif, jugeant l’offre de Bolloré défavorable pour l’État camerounais.
Très présent en Afrique de l’Ouest, grâce à héritage du passé colonial de la France et des réseaux de la Françafrique, Bolloré s’est ensuite lancé à la conquête de l’Afrique anglophone. Il a mis ainsi la main sur les ports de Tema au Ghana, de Lagos au Nigeria, et de Freetown en Sierra Leone, sans que cela freine ses appétits en Afrique francophone. Et si le port autonome de Dakar au Sénégal lui a échappé, au profit de la société Dubaï Ports World, il n’y a que les mauvaises langues pour dire que le soutien financier du trust Bolloré à la campagne électorale du futur président Alpha Conté ne serait pas étranger à la récente attribution du port de Conakry dont il a bénéficié. Une position clé pour profiter de la mise en valeur des mines de bauxite, de fer, de diamant ou d’or de la Guinée.

La multinationale possède ainsi le plus important réseau de transit et de logistique maritime et terrestre du continent. Ce quasi-monopole sur la chaîne de transport permet au groupe Bolloré d’étendre son contrôle sur l’acheminement de nombreuses matières premières, comme le bois, le cacao, le coton, l’huile de palme, le caoutchouc ou le café, mais aussi de nombreux minerais, depuis le cour de l’Afrique. Au-delà du pillage des ressources du continent, il lui permet aussi d’asseoir son emprise sur bon nombre d’États africains avec la complicité des dirigeants locaux.

(©AFP / 07 septembre 2011 20h14)

En janvier,

Bolloré signait encore avec la Libye

25 MARS 2011 | PAR MARTINE ORANGE

C’est un contrat que le groupe Bolloré aimerait faire oublier. Le 13 janvier, sa filiale Bolloré Africa Logistics annonçait la signature d’une concession portuaire de gré à gré pour gérer le port de Misurata en Libye. Le groupe assure qu’il n’a eu aucun contact avec le gouvernement de Kadhafi pour l’emporter.

Bolloré emporte la gestion du port libyen de Misurata

La Lettre Méditerranée

Lorsque les événements nous échappent, donnons l’impression d’en être les instigateurs.

Jean Cocteau (1889-1963)

La gestion d’un port libyen confiée au français Bolloré

VENDREDI, 14 JANVIER 2011 00:00 DESK
EnvoyerImprimerPDF

Le conglomérat français Bolloré à travers la marque corporate Bolloré Africa Logistics qui gère les activités transport & logistique du groupe Bolloré en Afrique, vient de se voir confier par le gouvernement libyen la gestion du port de Misurata ( nord-ouest du pays).

Exploité jusqu’à cette date par un conglomérat d’État, ce port, situé dans une zone franche administrée par la Mizurata Free Zone Co. (MFZ), a accueilli plus de deux cents bateaux l’an passé. C’est la première fois que la gestion d’un port libyen est confiée à une société étrangère. Bolloré est une entreprise familiale créée en 1822 et est devenue, sous la direction de Vincent Bolloré, un groupe international. Actuellement Bolloré figure parmi les 500 plus grandes entreprises mondiales et les cinquante premières sociétés françaises. En 2007, le conglomérat français a réalisé six milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il opère dans le transport, la logistique, la distribution d’énergie, les films plastiques ultrafins, ainsi que dans les industries du papier, de l’automobile et la communication et les médias.

Le port de Misurata est situé en zone franche (photo Port de Misurata)

Le port de Misurata est situé en zone franche (photo Port de Misurata)
LIBYE / FRANCE. Le groupe français Bolloré vient d’obtenir la gestion du port de Misurata en Libye.

C’est la première fois que des infrastructures portuaires de ce pays sont confiées à un groupe étranger.
Cette gestion sera assurée à travers la filiale Bolloré Africa logistics.
Situé au nord-ouest de la Libye, le port de Misurata se trouve dans une zone franche administrée par la Mizurata Free Zone Co. (MFZ)
Frédéric Dubessy
Bolloré emporte la gestion du port libyen de Misurata – 14 Janvier 2011
14-01-2011 – LIBYE
Source : Econostrum
Pays de destination(s) : Libye
Secteur(s) concerné(s) : Matériels aéronautiques, navals, ferroviaires
Le groupe français Bolloré vient d’obtenir la gestion du port de Misurata en Libye. C’est la première fois que des infrastructures portuaires de ce pays sont confiées à un groupe étranger. Cette gestion sera assurée à travers la filiale Bolloré Africa logistics.Pour en savoir plus, lire l’article intégral sur Econostrum

Chaos dans la résidence bouclier des Gbagbo

Publié le

18/04/11 | 19:34

Dans la résidence des Gbagbo à Abidjan :

le chaos après l’assaut

http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/monde/afp_00337500-dans-la-residence-des-gbagbo-a-abidjan-le-chaos-apres-l-assaut.htm

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Impacts de roquettes, murs noircis, blindés calcinés, chaos dans les appartements : la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo à Abidjan, où il était retranché avec femme et enfants, porte encore les stigmates des heures qui ont précédé son arrestation le 11 avril.

Sur le mur de l’entrée principale de la résidence du quartier de Cocody (nord), une roquette a laissé un immense trou. Juste à côté, deux engins blindés dirigés vers la route d’accès ne sont plus que des carcasses calcinées.

La caserne de la Garde républicaine jouxtant l’entrée a été totalement détruite par les missiles des hélicoptères de la force française Licorne. Les diverses frappes ont permis aux combattants du président Alassane Ouattara d’entrer enfin dans une résidence dont, durant des jours, ils n’avaient pu déloger les défenseurs.

Un premier bâtiment, le poste de la garde armée du président, est en partie brûlé. Un mur est percé par deux roquettes.

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Un chemin goudronné descend ensuite vers le portail d’accès à la résidence proprement dite, là où M. Gbagbo, sa femme Simone, des enfants et petits-enfants du couple et leurs employés – une centaine de personnes au total-, étaient retranchés jusqu’à l’assaut final et leur arrestation par les Forces républicaines (FRCI) de M. Ouattara.

Dans les allées tournant autour du large bâtiment moderne d’un étage, situé au bord de la lagune, une trentaine de 4X4 civils et de grosses berlines noir ou bleu sombre sont abandonnés çà et là, portes ouvertes, certains avec des impacts de balles.

La façade donnant sur la lagune est partiellement brûlée. Cinq voitures calcinées stationnées devant ont progagé l’incendie au bâtiment, explique un guide au Premier ministre Guillaume Soro, venu visiter les lieux lundi.

Conviée pour la visite, la presse n’a pas eu accès au sous-sol où M. Gbagbo a été arrêté.

Dans salons, bureaux et chambres, c’est le chaos. Tout a été mis sens dessus dessous: livres, documents divers, albums photos jonchent le sol, des meubles sont renversés, des tableaux sont à terre. Sans doute l’oeuvre des FRCI qui ont investi les lieux après l’arrestation.

A l’étage, dans les appartements privés et le cabinet de travail de la très fervente Simone Gbagbo, le même désordre indescriptible.

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Les étagères d’une bibliothèque sont remplies de dizaines de lives et DVD religieux, dont une série sur « La révolution de l’Evangile ».

Mais les documents étalés par terre témoignent d’une obsession: l’élection présidentielle de novembre, et notamment les cas de fraudes présumés. Jetée là, une cassette audio au titre détonnant: « un bisou pour Gbagbo ».

Dans le dressing de « Simone », des dizaines de robes aux tissus africains sont encore accrochées aux penderies, et d’autres vêtements recouvrent entièrement le sol.

Dans la salle de bain, la grande baignoire ronde est encore remplie d’eau. Une bouteille de champagne de grande marque, vide, est posée sur le rebord.

Dans une pièce voisine, une chambre d’enfants est aussi complètement en désordre.

« Nous avons pu noter la violence des combats qu’il y a eu », a lancé le Premier ministre à l’issue de sa visite.

« On continue de s’interroger: comment quelqu’un peut-il s’enfermer dans une telle résidence, avec ses enfants, ses petits-enfants (…) comme si on voulait en faire un bouclier humain. Cela me choque », a ajouté M. Soro.

La Croix-Rouge a enlevé depuis vendredi cinq corps, dont un lundi – quatre militaires et un employé -, retrouvés dans des bâtiments annexes de la résidence.

Carte
Par Emmanuel PEUCHOT

Côte d’Ivoire: Retranché dans sa résidence,

Gbagbo s’accrochait au pouvoir

http://www.20minutes.fr/article/702149/monde-cote-ivoire-retranche-residence-gbagbo-accroche-pouvoir

Publié le 6 avril 2011.

CONFLIT – Les forces d’Alassane Ouattara tentent de le capturer vivant…

Laurent Gbagbo plie, mais ne rompt pas. Les affrontements ont fait rage pour la troisième journée consécutive à Abidjan où le président sortant, qui refuse toujours de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, vit retranché.

Les forces d’Alassane Ouattara ont lancé ce mercredi un assaut dans la capitale économique ivoirienne contre la résidence de Laurent Gbagbo qui a, semble-t-il, été repoussé selon une source militaire occidentale.  D’après cette source, qui vit non loin de la résidence fortifiée de Laurent Gabgbo dans le quartier huppé de Cocody, les combats ont diminué d’intensité dans l’après-midi et les forces d’Alassane Ouattara se sont regroupées. Affousy Bamba, porte-parole d’Alassane Ouattara, a démenti un tel repli, sans pouvoir donner de précisions sur les derniers combats.

Echec des négociations

L’objectif est clair: prendre Laurent Gbagbo vivant. «Cela n’a jamais été l’intention de qui que ce soit dans le camp Ouattara, et ce n’est toujours pas le cas, d’assassiner l’ancien président Gbagbo», a dit Affousy Bamba. «Alassane Ouattara a donné des instructions formelles pour que Gbagbo soit pris vivant car nous voulons le traduire en justice», a-t-elle ajouté.

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a reconnu l’échec des négociations et dénoncé l’«intransigeance» de Laurent Gbagbo, tout en soulignant que ni les soldats français de la force Licorne ni les casques bleus de l’Onu n’étaient engagés dans les affrontements.

«Le président Sarkozy organise l’assassinat du président Gbagbo»

Le porte-parole de Laurent Gbagbo à Paris, Toussaint Alain, a pourtant accusé la France de vouloir la mort du chef de l’Etat sortant. «Le président Sarkozy organise l’assassinat du président Gbagbo», a-t-il dit. En outre, une centaine de manifestants pro-Gbagbo se sont rassemblés devant l’Assemblée nationale française aux cris de «Sarkozy assassin», «La France et l’Onu complices» et «La Côte d’Ivoire ne t’appartient pas».

Laurent Gbagbo refuse principalement de signer un document par lequel il renoncerait à revendiquer le pouvoir. «Si Gbagbo refuse de signer les documents présentés hier (par l’Onu et la France), c’est parce qu’on lui propose quelque chose qui n’a aucune base juridique ou légale», a dit ce mercredi son autre porte-parole Ahoua Don Mello. Interviewé sur RFI, le président sortant a redit son refus de se rendre. «Nous n’en sommes pas dans la phase de négociations. Et où partirais-je? Pour aller où?», a-t-il demandé.

 C.C. avec Reuters

Laurent Gbagbo prend le contrôle de Bnp Paribas et Société Générale

Laurent Gbagbo, de son nom complet Laurent Koudou Gbagbo (né le 31 mai 1945 dans un petit village du nom de Mama, près de Gagnoa en Côte d’Ivoire), prend la tête de BNP Paribas et la Société Générale dans son pays.

%d blogueurs aiment cette page :