Archives de Tag: Reuters

Affaires insolites du 23 sept. 2011 : Des particules iraient plus vite que la lumière. Einstein va se retourner dans sa tombe. Einstien se serait-il trompé ? Maï Salaün

The Sudbury Neutrino Detector

Image via Wikipedia

Découverte de particules

qui iraient plus vite

que la lumière

Neutrinos sent through the ground from Cern toward the Gran Sasso laboratory 732km away seemed to show up a tiny fraction of a second early.
« We tried to find all possible explanations for this, » said report author Antonio Ereditato of the Opera collaboration.
« We wanted to find a mistake – trivial mistakes, more complicated mistakes, or nasty…

 – Publié le 23/09/2011 à 07:27 – Modifié le 23/09/2011 à 07:28

GENEVE (Reuters) – Une équipe internationale de scientifiques a annoncé jeudi avoir constaté que certaines particules subatomiques se déplaçaient plus vite que la lumière, ce qui invaliderait, si cela était confirmé, l’une des lois de l’univers mises en évidence par Einstein, à savoir que cette vitesse est indépassable.

Antonio Ereditato, porte-parole de l’équipe qui a fait cette stupéfiante découverte, a déclaré à Reuters que les mesures effectuées sur trois ans avaient montré que des neutrinos partis des laboratoires du CERN, près de Genève, vers le laboratoire souterrain du Gran Sasso, en Italie, étaient arrivés 60 nanosecondes plus vite que la lumière (300.000 km/seconde) ne l’aurait fait.

« Nous avons grande confiance dans la fiabilité de nos résultats. Nous avons vérifié et revérifié, pensé à tout ce qui pourrait avoir influé sur nos relevés, mais nous n’avons rien trouvé », a-t-il expliqué. « Nous voulons maintenant que des collègues les vérifient de façon indépendante ».

Si cette découverte était confirmée, elle invaliderait l’un des piliers de la relativité restreinte d’Einstein, qui stipule que la vitesse de la lumière est une « constante cosmique » et que rien, dans l’univers, ne peut se déplacer plus vite.

Cette affirmation, qui a résisté à un siècle d’expériences scientifiques, est l’un des éléments clés du « modèle standard », qui s’efforce de décrire la manière dont l’univers et tout ce qu’il contient fonctionnent.

La découverte, totalement inattendue, a été faite dans le cadre de recherches effectuées par des physiciens travaillant à une expérience appelée OPERA, menée conjointement par le CERN, près de Genève, et le laboratoire du Grand Sasso, dans les Abruzzes, en Italie centrale.

Au total, 15.000 faisceaux de neutrinos – particules élémentaires présentes dans tout le cosmos – ont été émis sur une période de trois ans du CERN en direction du Gran Sasso, à 730 km de là, où ils ont été recueillis par des détecteurs géants.

REMONTER LE TEMPS ?

La lumière aurait parcouru cette distance en 2,4 millièmes de seconde, mais les neutrinos ont été de 60 nanosecondes (ou 60 milliardièmes de seconde) plus rapides que ne l’auraient été des rayons lumineux.

« C’est une différence infime », remarque Ereditato, qui travaille également à l’université de Berne, « mais sur le plan théorique, c’est incroyablement important. La découverte est tellement stupéfiante que, pour le moment, tout un chacun doit rester très prudent ».

Ereditato s’est refusé d’envisager ce que cela pourrait signifier si d’autres physiciens, qui doivent être officiellement informés de la découverte vendredi au CERN, confirment que les relevés d’OPERA sont exacts.

« Je ne veux simplement pas penser aux conséquences », dit-il à Reuters.

Une grande partie des oeuvres de science-fiction sont fondées sur l’idée que, si l’on peut aller plus vite que la lumière, les voyages dans le temps deviennent, en théorie, possibles.

L’existence du neutrino a été confirmée pour la première fois en 1934, mais cette particule élémentaire continue d’intriguer la communauté scientifique.

Le neutrino peut traverser la matière sans être détecté, cela même sur de longues distances, et sans qu’il en soit affecté. Ainsi, des millions de neutrinos traversent chaque jour le corps humain.

Le laboratoire souterrain de Gran Sasso, à 120 km au sud de Rome, est le plus grand de ce type au monde pour la physique des particules et les recherches cosmiques. Environ 750 scientifiques de 22 pays y travaillent, attirés par la possibilité de mener des expériences dans ses trois vastes salles, protégées des rayons cosmiques par 1.400 mètres de roches.

(Eric Faye pour le service français)

Un gros satellite va tomber

quelque part sur la Terre vendredi

NASA | Le satellite américain qui doit retomber sur Terre est annoncé pour vendredi, a annoncé la Nasa mercredi sans pouvoir dire à quelle heure et à quel endroit l’engin pourrait rentrer en collision avec la planète bleue.

© KEYSTONE | Une image satellite.
It would seem that the physicists at CERN have detected subatomic particles moving faster than the speed of light. This is impossible, according to Einstein’s theory of relativity. So, either we’re about to see a revolution in the way we see the universe or there is a mistake.
A meeting at Cern, the world’s largest physics lab, has addressed…

http://www.facebook.com/plugins/like.php?action=recommend&api_key=240396282652120&channel_url=http%3A%2F%2Fstatic.ak.fbcdn.net%2Fconnect%2Fxd_proxy.php%3Fversion%3D3%23cb%3Df1046e9d08%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.tdg.ch%252Ff24007aa74%26relation%3Dparent.parent%26transport%3Dpostmessage&extended_social_context=false&font=arial&href=http%3A%2F%2Fwww.tdg.ch%2Factu%2Fmonde%2Fgros-satellite-va-tomber-part-terre-vendredi-2011-09-21&layout=button_count&locale=fr_FR&node_type=link&sdk=joey&send=false&show_faces=false&width=130

AFP | 21.09.2011 | 23:41

Le satellite américain qui doit retomber sur Terre est annoncé pour vendredi, a annoncé la Nasa mercredi sans pouvoir dire à quelle heure et à quel endroit l’engin pourrait rentrer en collision avec la planète bleue.

« L’entrée » du satellite dans l’atmosphère « est prévue le 23 septembre », annonce l’agence américaine sur son site internet. « Même s’il est trop tôt pour prévoir l’heure et l’endroit » où l’engin va arriver, « les prévisions sont en train d’être peaufinées », est-il ajouté.

Upper Atmosphere Research Satellite (UARS) est un satellite de la Nasa d’une diaine de mètres pesant près de six tonnes. Il a été mis en orbite en 1991 par la navette Discovery pour étudier la haute atmosphère.

UARS a fini sa mission en 2005 et, faute de carburant, va donc retomber sur Terre le 23 septembre.

« Si une grande partie du satellite va se briser en de nombreux morceaux en entrant dans l’atmosphère, tous les débris ne vont pas brûler », avait expliqué la Nasa samedi en précisant qu’il était impossible de prévoir les lieux où ces débris tomberaient.

L’agence a indiqué que le satellite chuterait quelque part entre 57 degrés de latitude nord et 57 degrés de latitude sud, une superficie qui couvre une grande partie de la Terre.

Jusqu’ici, « il n’y a jamais eu d’accident provoqué par un engin spatial revenant dans l’atmosphère », a ajouté l’agence.

Vos commentaires sont les bienvenus. Soyez concis, courtois et pertinents. Les commentaires injurieux et hors sujet seront effacés. Pour plus d’informations, consulter notre charte internet ici. Pour signaler un abus manifeste, cliquez ici.

Par jali le 22.09.2011 – 08:09

Sortez vos casques !!!

Signaler un abus

Par verli le 22.09.2011 – 08:14

@jali, si vous prenez une tonne sur la tête, le casque n’aura pas été beaucoup d’utilité.

Signaler un abus

Par jali le 22.09.2011 – 09:38

Oui, c’est bien vrai, merci.


REUTERS

16Commentaires
Ajouter un commentaire
Jean-Luc Matteo-Donnéle 23/09/2011 à 22:43

Relativisons la relativité. Une théorie est nécessairement incomplète…

Jacob Barnett, un surdoué de 12 ans, serait sur le point d’étendre la théorie de la relativité établie par Albert Einstein en 1905.

Il a à peine 12 ans et ose défier le plus grand physicien de tous les temps. Le jeune Américain, dont le QI a été évalué à 170, prétend pouvoir étendre la théorie de la relativité du célèbre Albert Einstein. Sa mère aurait adressé ses calculs à l’Université de Princeton, une référence mondiale en matière de physique et d’astrophysique. Les professeurs ont validé ses équations et auraient admis que l’adolescent était sur la piste d’une théorie de la relativité entièrement nouvelle.

Claudecle 23/09/2011 à 22:10

Imaginons…

La pensée étant de toute évidence plus rapide que la lumière, ne serait-elle pas elle aussi composée de particules ?
Voici encore de quoi remettre en question les théories scientifiques les plus avancées.
Comme tout ce qui se rapporte au temps, présenté par les uns et les autres comme une des composantes de l’univers, qui passe à des vitesses différentes selon l’endroit de cet univers où il est observé, alors que tout passe dans cet univers, sauf le temps, qui lui est immuable.

Tybolle 23/09/2011 à 21:43

Que deviendront nos livres de physique ? SOS pour l’étudiant Africain

S’il est vrai qu’il existe dans l’univers une particule plus rapide que la lumière, que deviendront nos livres de physique ? Et nos connaissances déjà acquises en physique nucléaire ? Que deviendrait la fameuse formule E=mc2 ?
SOS pour l’étudiant Africain.

Jean-Luc Matteo-Donnéle 23/09/2011 à 21:26

Relativisons la relativité. Une théorie est nécessairement incomplète…

Jacob Barnett, un surdoué de 12 ans, serait sur le point d’étendre la théorie de la relativité établie par Albert Einstein en 1905.
Il a à peine 12 ans et ose défier le plus grand physicien de tous les temps. Le jeune Américain, dont le QI a été évalué à 170, prétend pouvoir étendre la théorie de la relativité du célèbre Albert Einstein. Sa mère aurait adressé ses calculs à l’Université de Princeton, une référence mondiale en matière de physique et d’astrophysique. Les professeurs ont validé ses équations et auraient admis que l’adolescent était sur la piste d’une théorie de la relativité entièrement nouvelle.

marco63le 23/09/2011 à 20:42

Utilisable pour mesurer précisément la distance des étoiles…

Un peu de raisonnement…
Rappelez vous, la supernovae du 23 Février 1987.
Les physiciens avaient analysés à posteriori les fosses à capture de neutrinos, et s’étaient rendus compte à l’époque qu’un flux important de neutrinos avait été piégé avant que a supernovae ne soit détectée dans la lumière visible. On avait mis ça à l’époque sur le compte que l’implosion prenait du temps, et que la lumière mettait également du temps à sortir de la fournaise.
Ça vaudrait le coup de savoir, en rapport de la distance, si le décalage de temps observé à l’époque entre neutrinos (arrivés en premier) et lumière ne respecte pas la proportion observée aujourd’hui.
Si c’était le cas, et sous réserve de vérifications, on en déduirait que les bouffées de neutrinos sont parties en même temps que la lumière de l’explosion.
En faisant le calcul inverse, en étant sûr de la vitesse des 2 types de particules, on pourrait alors avoir une précision impressionnante de la position des astres au moment de leur implosion/explosion, grâce au delta de temps mesuré sur terre. Faut reconnaître que la capture des neutrinos et les supernovae qui explosent ne sont pas légion !

Francky21le 23/09/2011 à 16:54

@Yistvan

Relisez-moi, je vous prie : je suppose justement dans mon texte que les neutrinos, interagissant particulièrement peu avec la matière, sont moins ralentis que ne l’auraient été des photons.
Par contre, vous avez raison, ces particules « cerencov » (pour faire simple) restent plus lentes que la lumière dans le vide.
Ce que je trouve intéressant, c’est que dans des conditions certes particulières, la lumière se trouve « dépassée » par des particules plus rapides, en l’occurrence des électrons.

kokole 23/09/2011 à 13:57

Plus rapide que la lumière dans le vide ?

Ce que la CNRS mentionne, c’est qu’il semblerait que des neutrino se déplaçant sous terre, et par conséquent dans un milieu non vide, soit plus rapide que la lumière dans le vide, qui est la vitesse maximale sur laquelle se base la théorie de la relativité. Dois-t’on aussi en déduire que ces neutrino se déplacent aussi plus vite que la lumière dans le vide ? Ou est-ce que le milieu dans lequel ces particules évoluent, ou encore la gravité de la terre, accélère ces particules ? On peut aussi imaginer que ces particules ne suivent pas la courbure de l’espace provoqué par la gravité de la terre, mais plutôt passe par un « raccourci » tout en ayant une vitesse inférieure ou égale à la lumière dans le vide ? Si le phénomène se vérifie, ce sera sans doute un vrai révolution dans le monde de la physique cantique.

Yistvanle 23/09/2011 à 12:19

@francky21

Cerenkov, c’est lorsque la vitesse de la particule dépasse la vitesse de la lumière dans le milieu où elle se trouve (par exemple l’eau des piscines nucléaires). Et cette vitesse est inférieure à la vitesse de la lumière dans le vide. Donc la particule ne dépasse pas la limite de c.
Vous supposez que les neutrinos se déplacent moins vite dans cette expérience car ils sont sous terre. Mais la spécificité des neutrinos est que justement ils n’interagissent quasiment pas avec la matière.

Yistvanle 23/09/2011 à 12:06

@Yellowsubmarine

Attention, votre commentaire montre que vous maitrisez mal les notions élémentaires en mécanique classique et relativistes.
Je reprends votre example du train : vous avez un train en marche à 300 km/h et dans ce train, vous décidez d’envoyer un photon.
Si la vitesse du photon dans le référentiel du train (ce que vous appelez « bouger avec l’espace »), alors la vitesse du photon dans un référentiel fixe à l’extérieur du train n’est PAS (c+300km/h). La relativité dit que c’est la vitesse c. Dans ce cadre théorique, on ne fait pas aller un photon plus vite que c, que « l’espace bouge ou non ».
Si vous voulez additionner les vitesses, cela s’appelle de la mécanique classique (transformations de Gallilée). Mais on a montré depuis longtemps que la mécanique classique a ses limites et qu’elle ne permet pas d’expliquer des phénomènes basiques.

Yellowsubmarinele 23/09/2011 à 10:52

Einstein n’a jamais dit que rien ne pouvait aller plus vite que la lumière

La théorie dit que rien ne voyage plus vite que la lumière… Mais seulement dans le point de vue « l’espace ». Il est sûrement possible de voyager « avec » l’espace et donc plus vite que la lumière. Petite analogie : il est impossible de courir à une vitesse supérieure à la vitesse maximale d’un train, mais vous pouvez briser cette barrière en courant « dans » le train en marche. Tout dépend du point de vue dans lequel on se place… C’est ca la relativité ! Peut être serait-il temps de créer une nouvelle Physique dans laquelle la vitesse de la lumière n’est plus une limite. Nous avons bien cru pendant des siècles que les lois Newtoniennes régissaient l’univers et que le Temps était le même en chaque point de cet univers, avant qu’Einstein pointe le bout de nez. La physique a encore bien des secrets à nous faire découvrir.

 Physicists have a stock phrase they trot out whenever someone claims to have made an astounding new discovery about the universe. « Important, » they say, « if true. »
It’s a tactful way of saying « Don’t bet on it, » and they’ve been saying it a lot over the past day or so. The reason: a team of European scientists has reportedly clocked a flock of…

Neutrinos sent through the ground from Cern toward the Gran Sasso laboratory 732km away seemed to show up a tiny fraction of a second early.
« We tried to find all possible explanations for this, » said report author Antonio Ereditato of the Opera collaboration.
« We wanted to find a mistake – trivial mistakes, more complicated mistakes, or nasty…

Insolites
Plus vite que la lumière: un « résultat fou », « trop beau pour être vrai » ?

De Laurent BANGUET (AFP) – Il y a 10 heures  https://plusone.google.com/u/0/_/+1/fastbutton?url=http%3A%2F%2Fwww.google.com%2Fhostednews%2Fafp%2Farticle%2FALeqM5gM8_4pZMNpE6KBtv8-V_Idjhw06A%3FdocId%3DCNG.67b26b29197d3e50829e95832a3c0e48.21&size=small&count=true&db=1&annotation=&hl=fr&jsh=r%3Bgc%2F23217085-590ae8cc#id=I1_1316812875082&parent=http%3A%2F%2Fwww.google.com&rpctoken=703817944&_methods=onPlusOne%2C_ready%2C_close%2C_open%2C_resizeMe

PARIS — Une particule voyageant plus vite que la lumière ? « Trop beau pour être vrai! »: la communauté scientifique peine à y croire et veut d’abord confirmer cette mesure folle qui l’obligerait à repenser la physique actuelle, y compris la théorie d’Einstein.

Les physiciens de l’expérience Opera n’en croyaient pas non plus leurs instruments, mais après avoir tout repris à zéro durant six mois, ils ont bien dû se rendre à l’évidence: les neutrinos qu’ils ont mesurés depuis 2008 ont bien légèrement dépassé la vitesse de la lumière, pourtant considérée comme une « limite infranchissable » jusqu’à présent.

« Ce serait trop beau pour être vrai, c’est pour ça que je suis prudent », résume Alfons Weber, spécialiste en physique des particules à l’Université britannique d’Oxford.

« C’est un très, très gros +si+, mais si c’est confirmé, je ne vois aucune façon de l’expliquer par les modèles actuels ou notre compréhension de l’univers », explique-t-il. « Car l’un des piliers de ces théories est la relativité d’Einstein qui dit que rien ne peut aller plus vite que la lumière », rappelle-t-il.

« La plupart des théories ont été confirmées avec une très, très grande précision, y compris la relativité d’Einstein », insiste M. Weber, qui se penche sur les neutrinos depuis 20 ans.

Et pourtant, selon les relevés effectués par Opera avec une marge d’erreur inégalée, ces particules élémentaires de la matière ont parcouru les 730km séparant les installations du Centre européen de recherches nucléaires (CERN) à Genève du laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie) à une vitesse de 300.006 kilomètres par seconde. Soit 6 km/s de plus que la lumière!

« Je ne connais personne qui puisse réconcilier ces mesures avec les théories actuelles. A moins qu’il n’y ait une erreur de mesure! », tranche Alfons Weber.

Antonio Ereditato, porte-parole d’Opera, reconnaît volontiers que « ce résultat est fou ».

« Nous avons cherché la moindre source d’erreur possible qui aurait pu fausser la mesure dans notre expérience, nous n’avons rien trouvé! », assure-t-il.

« Nous en appelons maintenant à l’aide des autres », avoue M. Ereditato qui, ironie de l’histoire, est aussi le directeur du Centre Albert Einstein pour la physique fondamentale, à Berne.

Aussi déstabilisants soient-ils, « on ne peut pas cacher ces résultats sous le tapis! Nous avons le devoir moral de dire quelque chose. Si nous le faisons, c’est précisément parce que nous voulons être scrutés au microscope par la communauté scientifique », explique le physicien du CERN.

Une communauté qui ne cachait pas son scepticisme devant cette publication « révolutionnaire » et qui a déjà commencé à « chercher la petite bête » dans ces mesures « incompatibles » avec les théories actuelles, à l’instar de Pierre Binetruy, directeur du Laboratoire Astroparticule et cosmologie à Paris.

« La physique est une science expérimentale, donc si un fait est scientifiquement établi, j’y crois. C’est ce qu’il va falloir vérifier parce que cette observation défie l’entendement », juge, dans Libération, un autre théoricien, Pierre Fayet, de l’Ecole normale supérieure,

En privé, un expert anglo-saxon ne cache pas son incrédulité: « Etant donné que je crois aux théories que nous avons et que cette mesure est la seule indication que quelque chose cloche, je pense qu’il y a un biais dans la mesure. J’ai l’impression que ça ne va pas résister très longtemps… »

Aussi modeste que prudent, Antonio Ereditato assure attendre avec impatience de nouvelles mesures de projets concurrents aux Etats-Unis (Minos) et au Japon (T2K).

« Ce qui compte, c’est de faire d’autres mesures », insiste-t-il.

Neutrinos plus rapide que la lumière: «Pas question d’abandonner les théories d’Einstein»

CERN | Le professeur Alain Blondel est chef du groupe des neutrinos à l’Université de Genève. Il réagit à l’annonce du CERN selon laquelle les physiciens ont mesuré des neutrinos voyageant à une vitesse plus élevée que celle de la lumière.

© Jean-Luc Caron, CERN | Les protons, accéléré dans SPS au CERN, seront projetés sur une cible en graphite, produisant des pions et des kaons. Ces particules, à la durée de vie courte, passeront dans un tube où elles se désintègreront en neutrinos du muon. Le détecteur à Gran Sasso, Italie (732 km) pourra peut être observer les oscillations des neutrinos du muon en neutrinos du tau.
Liens en relation avec l’article :

Anne-Muriel Brouet | 23.09.2011 | 11:22

Le professeur Alain Blondel est chef du groupe des neutrinos à l’Université de Genève. Il réagit à l’annonce du CERN selon laquelle les physiciens ont mesuré des neutrinos voyageant à une vitesse plus élevée que celle de la lumière.

Que vous inspire cette nouvelle?
Surprise et scepticisme. J’ai appris cela hier soir sur Facebook. Les scientifiques de cette expérience ont fait un travail phénoménal, d’autant plus que toutes les mesures sont en sous-terrain. C’était un casse-tête métrologique. La différence qu’ils obtiennent, 20 mètres, est très importante à l’échelle de ce que l’on voit d’habitude. C’est très étonnant pour des neutrinos et, décidément, ils pourraient nous réserver beaucoup de surprises.
Cela dit, avant de s’emballer, je crois que la première phase consiste maintenant à vérifier de façon sérieuse ce qu’il s’est passé. Il existe des faisceaux semblables de neutrinos aux Etats-Unis et au Japon, sur lequel je travaille.

Combien cela prendra-t-il de temps ?
Le temps de la physique des particules n’est pas celui des neutrinos. Mais on peut imaginer que l’été prochain on ait des réponses plus claires.

Et si le résultat est avéré, les théories d’Einstein iront-elles à la poubelle ?
On ne jette jamais des théories à la poubelle ! Quand on découvre quelque chose de nouveau, on améliore la théorie, on ajoute une couche, comme une poupée russe. Il n’est pas question d’abandonner les théories d’Einstein qui sont vérifiées par les faits expérimentaux. Si c’est avéré, les neutrinos pourraient aider à expliquer les trois principaux mystères de l’Univers : la disparition de l’antimatière, la matière noire et l’expansion apparemment accélérée de l’Univers.

Vos commentaires sont les bienvenus. Soyez concis, courtois et pertinents. Les commentaires injurieux et hors sujet seront effacés. Pour plus d’informations, consulter notre charte internet ici. Pour signaler un abus manifeste, cliquez ici.

A lire également dans la même rubrique :

Publicités

Le 17 mai 2011, Les médias français ont failli recevoir un dépôt de plainte pour une surexposition des images désastreuses de DSK

Publié le

DSK : le CSA rappelle à l’ordre

les chaînes d’information

http://fr.news.yahoo.com/le-csa-appelle-les-t%C3%A9l%C3%A9visions-%C3%A0-la-retenue-181745316.html

Par Paule Gonzales
18/05/2011 | Mise à jour : 09:59 Réactions (3) 

En France, où le respect de la présomption d’innocence interdit de filmer les procès. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’est senti obligé de rappeler à l’ordre, mardi 17 mai 2011, les chaînes de télévision françaises.

Depuis dimanche matin, les Français découvrent la réalité crue de la justiceaméricaine et ses conséquences sur le traitement de l’information. En l’occurrence, la diffusion, souvent en boucle, d’images de Dominique Strauss-Kahn entravé, escorté par la police, et celles de son audition au tribunal de New York.Cette situation serait impensable en France, où le respect de la présomption d’innocence interdit de filmer les procès. Il est également interdit de diffuser, en vertu de l’article 35 ter de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, les images «d’une personne identifiée ou identifiable mise en cause, à l’occasion d’une procédure pénale, mais n’ayant pas fait l’objet d’un jugement de condamnation et faisant apparaître soit que cette personne porte des menottes ou des entraves, soit qu’elle est placée en détention provisoire». Le non-respect de cette disposition est passible d’une amende de 15.000 euros.

Hors norme

Dominique de Leusse, avocat de DSK, se réserve le droit de poursuivre les médias qui seraient allés trop loin. De son côté, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’est senti obligé de rappeler à l’ordre, mardi, les chaînes de télévision françaises. Il les a exhortées «à la plus grande retenue dans la diffusion d’images relatives à des personnes mises en cause dans une procédure pénale». «Nous ne faisons que rappeler la loi, affirme Rachid Arhab, conseiller au CSA, mais nous ne sommes pas chargés de la faire appliquer.»

Si les chaînes sont tenues au respect de la présomption d’innocence, elles font valoir, en contrepoint, le droit d’informer. Pour Guillaume Dubois, directeur de l’information de BFMTV, «il est impossible de cacher des images librement diffusées sur les télévisions du monde entier. À l’heure de l’audiovisuel planétaire, la notion de frontières médiatiques n’a plus de sens. Ce sont des images que nous ne sommes pas habitués à voir ailleurs que dans les séries américaines».

Même son de cloche chez i-Télé. Olivier Ravanello, directeur adjoint de la rédaction, rappelle que cette affaire est «hors norme. Ces images révèlent une violence objective qui est faite à Dominique Strauss-Kahn. Ce qui choque, c’est la manière brutale dont fonctionne le système judiciaire américain. Tout ceci constitue des éléments d’information dont il faut rendre compte», conclut-il. «Ce que l’on comprend par ces images, c’est que la justice américaine est un système purement accusatoire , sou­ligne Thierry Thuillier, directeur de l’information de France Télévisions. Dans un contexte d’information mondiale, l’application de la présomption d’innocence est difficile, et il est vrai que nous prenons le risque d’être poursuivis. Mais cela aurait été une faute professionnelle de ne pas diffuser ces images. Nous veillons cependant à ne céder ni à la répétitivité ni à la diffusion prétexte, et nos commentaires sont réfléchis.»

Enfin, Catherine Nayl, directrice de l’information de TF1 et LCI, estime, elle aussi, que «les images sont en elles-mêmes des informations». Elle affirme avoir édicté comme règle «de limiter les images les plus choquantes au périmètre factuel sur TF1. Quant à LCI, si le traitement ne peut pas être équivalent, du fait des 50 éditions quotidiennes, nous insistons toujours sur le vocabulaire employé et l’équilibre des sujets».

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/05/17/04002-20110517ARTFIG00751-dsk-le-csa-rappelle-a-l-ordre-les-chaines-d-information.php

Le New York Daily News va très loin ce matin. Le site américain vient d’illustrer un de ces articles avec une photo de DSK prise dans sa cellule de la prison de Rikers island, où il est incarcéré depuis lundi. Un cliché particulièrement humiliant pour le patron du FMI, accusé notamment de tentative de viol et de séquestration.

Dominique Strass-Kahn apparaît mal rasé, le regard dans le vague, vêtu de ce qui semble être une camisole… Le site admet dans sa légende que “le patron du FMI n’est pas (ici) à son avantage.” Le New York Daily News ne précise pas qui a pris et lui a transmis cette photo. Sans doute des gardiens, estime Ozap.com.

Mardi, après la publication d’images de DSK sortant d’un commissariat de Harlem menotté, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait rappelé à l’ordre les médias français, les enjoignant « à la plus grande retenue dans la diffusion d’images relatives à des personnes mises en cause dans une procédure pénale ».

Aux Etats-Unis, c’est une autre musique.

http://www.midilibre.fr/2011/05/19/dsk-la-photo-qui-choque,321436.php

Le CSA appelle les télévisions

à la retenue sur Strauss-Kahn

ReutersPar Gwénaelle Barzic | Reuters – mar. 17 mai 2011

CONTENUS ASSOCIÉS

  • LE CSA APPELLE LES TÉLÉVISIONS À LA RETENUE SUR L’AFFAIRE STRAUSS-KAHN
  • LE CSA APPELLE LES TÉLÉVISIONS À LA RETENUE SUR L’AFFAIRE STRAUSS-KAHN

PARIS (Reuters) – Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a appelé mardi les chaînes de télévision à faire preuve de retenue dans le traitement de l’affaire Dominique Strauss-Kahn.

Plusieurs responsables politiques français se sont émus de la diffusion en boucle sur les chaînes de télévision du monde entier, y compris françaises, des images du directeur général du Fonds monétaire international, menotté, à sa sortie d’un commissariat de New York puis de sa comparution devant un tribunal pénal.

Dans un communiqué, le CSA demande aux chaînes de faire preuve de retenue « dans la diffusion d’images relatives à des personnes mises en cause dans une procédure pénale ».

L’autorité de régulation, qui ne mentionne pas directement le nom de l’ancien ministre socialiste dans son communiqué, rappelle que la loi du 15 juin 2000 sur la présomption d’innocence punit d’une amende « la diffusion, sur tout support, d’une image faisant apparaître menottée ou entravée une personne (…) qui n’a pas fait l’objet d’une condamnation ».

« Cette loi est valable pour tout le monde, en toute saison et sur quelque support que ce soit », a déclaré à Reuters Rachid Arhab, membre du CSA, en soulignant que la presse écrite et internet étaient donc aussi directement concernés.

Elle doit s’appliquer même lorsque les images ont été tournées dans un autre pays et y compris lorsque les menottes ne sont pas apparentes, s’il est possible de deviner que la personne est entravée, a-t-il précisé.

Rachid Arhab a en revanche indiqué que la retransmission des comparutions de Dominique Strauss-Kahn devant la justice américaine était conforme à la réglementation, le directeur général du FMI n’y apparaissant pas menotté.

Une nouvelle audition est prévue vendredi mais cette fois-ci à huis clos.

AMENDE DE 15.000 EUROS

En faisant ce rappel à l’ordre, le CSA, qui n’est pas habilité à prendre lui-même des sanctions car les faits relèvent du droit pénal, veut mettre « en garde contre la diffusion en boucle de ces images » et ainsi éviter « une série de procès » à plus ou moins brève échéance, a souligné Rachid Arhab.

Dominique de Leusse, l’un des avocats de Dominique Strauss-Kahn en France pour les questions concernant la presse, a estimé sur France Info que certaines images utilisées par les médias français « port(ai)ent atteinte visiblement à la dignité de Dominique Strauss-Kahn et à sa présomption d’innocence ».

Prié de dire si les avocats de Dominique Strauss-Kahn envisageaient de porter plainte, il a répondu qu’une décision serait prise dans les deux ou trois jours à venir.

« Il faut que nous prenions le temps de la réflexion, qui peut être très bref, pour savoir ce que nous allons faire pour que soit rétabli le respect de la loi française », a-t-il expliqué.

Une amende de 15.000 euros est prévue par les textes sur la présomption d’innocence.

La directrice de l’information de TF1, Catherine Nayl, a pour sa part défendu le choix de la chaîne de diffuser, lundi, comme tous les autres médias, les images de Dominique Strauss-Kahn menotté.

« Dès hier matin, nous avons vraiment pesé notre décision de diffuser ces images », a-t-elle dit à Reuters en précisant que des discussions avaient eu lieu avec les deux présentateurs des journaux d’information, Jean-Pierre Pernault et Laurence Ferrari.

Le choix a été fait de les diffuser avec parcimonie et en expliquant les différences entre les règlementations française et américaine sur la présomption d’innocence.

« Hier, c’était de l’information qu’il fallait montrer à nos téléspectateurs. Aujourd’hui, cela n’a plus de raison d’être », a-t-elle souligné en précisant que les images en question n’avaient pas été réutilisées ce mardi.

Avec Jean-Baptiste Vey, édité par Jean-Michel Bélot

http://fr.news.yahoo.com/le-csa-appelle-les-t%C3%A9l%C3%A9visions-%C3%A0-la-retenue-181745316.html

poupounne

Poupounne mar 17 mai 2011 22h 25 CEST Signaler un abus

Le CSA ne s’émeut pas quand des corps sont montrés lors de certains affrontements en Afrique , quand ces corps mutilés jonchent le sol.
Qu’y a t’il de choquant dans les images montrées de DSK?, les menottes? on ne les voit même pas.
On voit la chute du faucon et peut être du vrai pervers, peut être. ..
Lorsque l’on voit certains diners en france avec les représentants du gouvernement, Président en tête, cela est choquant , pour un pays où le Président ne peut rien pour le pouvoir d’achat , les caisses étant vides selon lui.

La Fouine mar 17 mai 2011 22h 41 CEST Signaler un abus

csa ou l’omerta la chappe de plomb!! l’autoprotection des polotiques et des puissants organisée par les coupables!!

Pourquoi Pas mar 17 mai 2011 22h 11 CEST Signaler un abus

Strauss Kahn reçoit le traitement de tous présumés coupables, comme un citoyen de base. C’est la médiatisation qui est terrible. Mais il est accusé d’avoir commis des faits trés graves. N’importe qui étant accusé des mêmes crimes aurait eu le même parcours.

L’affaire DSK : Nous espérons aucune censure des médias français.

DSK est actuellement dans de sales draps. Pour des faits présumés de viol et d’agression sexuelle, il est actuellement accusé de 7 chefs d’accusations :

  • « Acte sexuel criminel au premier degré». (2 chefs d’accusations)
  • «Tentative de viol au premier degré»
  • «Agression sexuelle au premier degré»
  • «Emprisonnement illégal au second degré»
  • «Attouchements non consentis»
  • «Agression sexuelle au troisième degré»

Il encourt une peine de prison de minimum de 15 ans et demi et un maximum de 74 ans et trois mois. Oui 74 ans et 3 mois, c’est assez précis. Mais bon quand tu as fait 74 ans de prison tu n’es plus à 3 mois près.
Après une nuit de prison à Rikers Island, il lui reste au maximum encore 74 ans 2 mois et 29 jours. J’ai été sympa avec lui, j’ai compté comme si le dernier mois ne contenait que 30 jours.

A l’heure actuelle DSK plaide non coupable. De toute façon innocent ou pas, un homme aussi important vu son statut au FMI, ne pouvait pas plaider autre chose.
Comment un homme qui dirige le FMI, qui sera sans doute candidat à l’élection présidentielle et qui a de bonnes chances de l’emporter, pourrait risquer sa carrière pour obtenir quoi en retour ? Toucher une paire de seins et des années de prisons. Il ne peut pas être aussi bête pour un possible candidat à la présidentielle ?

Mais d’un autre coté personne ne peut vraiment connaître quelqu’un. Il n’y a qu’à voir les différentes affaires qui se passent en France. Par exemple l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Personne de l’entourage de la famille ne pouvait penser qu’il serait capable de tuer sa famille et pourtant … (en admettant qu’il les ait tué).
Dans le cas où DSK est coupable, c’est égoïste et malheureux à dire pour la jeune femme agressée, mais il est préférable pour la France que sa pulsion soit arrivée maintenant plutôt qu’une fois élu président de la République.

Aujourd’hui, DSK est présumé innocent jusqu’à ce que le tribunal ait rendu son verdict. Mais la notion de « présomption d’innocence » ne doit pas être connue de tous quand je vois certains titres de journaux ou titre de blogs qui accablent DSK.
Messieurs et Mesdames les journalistes, avant de l’enfoncer, laissons faire la justice américaine et attendons la décision. S’il est réellement coupable alors vous pourrez vous lâcher.

En attendant, nous pouvons que suivre les images et informations venant des médias sur place.

DSK menottéDSK menotté

En France, les médias ne nous montrent jamais les détenus menottés. C’est interdit par la loi. Aux Etats-Unis, c’est différents. Les images sont montrées. Peut être pour que les détenus aient honte d’eux face à toute la population américaine. Pour DSK, pas de pitié, il est traité comme tout le monde et les images fusent de toute part. Malheureusement pour lui, la justice américaine le traite comme n’importe qui, mais ce n’est pas le cas des médias qui diffusent leurs images en boucle dans le monde entier.

Ces images ne plaisent pas à tous le monde. En particulier à Martine Aubry qui a déclaré sur France Info : «Je suis sidérée parce que c’est incroyable, je suis stupéfaite, bouleversée par les images, en France, on ne devrait pas voir ces images d’audience».

Les médias français l’écouteront-elles ? Ou continueront-ils à publier ces images américaines ?
Il y a de forte chance qu’ils l’écoutent. Grâce aux paroles de Mme Aubry ? Sans doute pas. Plutôt à cause des avocats de DSK qui penseraient à porter plainte contre les médias pour la diffusion de ces images qui sont contraire à la loi Guigou. Pour eux, elles portent atteinte à la dignité de Dominique Strauss-Kahn et à sa présomption d’innocence. Ce qui n’est pas faux il faut l’avouer.

De toute manière, même si la censure se met en marche, avec le net, les images nous parviendraient.

Une affaire de tentative de censure avait déjà fait parler d’elle en 2007. Jean Quatremer, journalisté de Libération à Bruxelles avait publié sur son blog : «Le seul vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des médias, mais dont personne ne parle (on est en France). Or, le FMI est une institution internationale où les mœurs sont anglo-saxonnes. Un geste déplacé, une allusion trop précise, et c’est la curée médiatique. […] La France ne peut pas se permettre un nouveau scandale.»
Ramzi Khiroun, l’un des communicants de DSK lui a demandé de supprimer son billet. Chose que le journaliste a refusé. Mais il a tout de même publié un autre billet deux jours plus tard afin d’expliquer sa démarche.

Et vous quel est votre point de vue sur cette affaire ? Coupable ou complot? Avons-nous toutes les informations, ou certaines sont censurées ?

http://bouchescousues.wordpress.com/2011/05/17/l%E2%80%99affaire-dsk-nous-n%E2%80%99esperons-aucune-censure-des-medias-francais/

Selon un SITE CENSURÉ PAR LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS, LA LICRA, L'UMP, 
LA LDH, LE MRAP ET DÉCONSEILLÉ PAR FDESOUCHE :

Selon ce site : Pourquoi le CSA (censure d’État)

protège Dominique Strauss Kahn

BY http://le-projet-juif.com/archives/4186
MAY 20, 2011
POSTED IN: LOBBY JUIF

Le juif Ivan Levaï est le père des deux plus jeunes enfants d’Anne Sinclair (Schwartz-Rosenberg), David et Elie. Il est également l’époux de Catherine Turmot, chef de cabinet de Michel Boyon, actuel président du CSA.

Chaos dans la résidence bouclier des Gbagbo

Publié le

18/04/11 | 19:34

Dans la résidence des Gbagbo à Abidjan :

le chaos après l’assaut

http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/monde/afp_00337500-dans-la-residence-des-gbagbo-a-abidjan-le-chaos-apres-l-assaut.htm

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Impacts de roquettes, murs noircis, blindés calcinés, chaos dans les appartements : la résidence présidentielle de Laurent Gbagbo à Abidjan, où il était retranché avec femme et enfants, porte encore les stigmates des heures qui ont précédé son arrestation le 11 avril.

Sur le mur de l’entrée principale de la résidence du quartier de Cocody (nord), une roquette a laissé un immense trou. Juste à côté, deux engins blindés dirigés vers la route d’accès ne sont plus que des carcasses calcinées.

La caserne de la Garde républicaine jouxtant l’entrée a été totalement détruite par les missiles des hélicoptères de la force française Licorne. Les diverses frappes ont permis aux combattants du président Alassane Ouattara d’entrer enfin dans une résidence dont, durant des jours, ils n’avaient pu déloger les défenseurs.

Un premier bâtiment, le poste de la garde armée du président, est en partie brûlé. Un mur est percé par deux roquettes.

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Un chemin goudronné descend ensuite vers le portail d’accès à la résidence proprement dite, là où M. Gbagbo, sa femme Simone, des enfants et petits-enfants du couple et leurs employés – une centaine de personnes au total-, étaient retranchés jusqu’à l’assaut final et leur arrestation par les Forces républicaines (FRCI) de M. Ouattara.

Dans les allées tournant autour du large bâtiment moderne d’un étage, situé au bord de la lagune, une trentaine de 4X4 civils et de grosses berlines noir ou bleu sombre sont abandonnés çà et là, portes ouvertes, certains avec des impacts de balles.

La façade donnant sur la lagune est partiellement brûlée. Cinq voitures calcinées stationnées devant ont progagé l’incendie au bâtiment, explique un guide au Premier ministre Guillaume Soro, venu visiter les lieux lundi.

Conviée pour la visite, la presse n’a pas eu accès au sous-sol où M. Gbagbo a été arrêté.

Dans salons, bureaux et chambres, c’est le chaos. Tout a été mis sens dessus dessous: livres, documents divers, albums photos jonchent le sol, des meubles sont renversés, des tableaux sont à terre. Sans doute l’oeuvre des FRCI qui ont investi les lieux après l’arrestation.

A l’étage, dans les appartements privés et le cabinet de travail de la très fervente Simone Gbagbo, le même désordre indescriptible.

© AFP – Issouf Sanogo

© AFP - Issouf Sanogo

Les étagères d’une bibliothèque sont remplies de dizaines de lives et DVD religieux, dont une série sur « La révolution de l’Evangile ».

Mais les documents étalés par terre témoignent d’une obsession: l’élection présidentielle de novembre, et notamment les cas de fraudes présumés. Jetée là, une cassette audio au titre détonnant: « un bisou pour Gbagbo ».

Dans le dressing de « Simone », des dizaines de robes aux tissus africains sont encore accrochées aux penderies, et d’autres vêtements recouvrent entièrement le sol.

Dans la salle de bain, la grande baignoire ronde est encore remplie d’eau. Une bouteille de champagne de grande marque, vide, est posée sur le rebord.

Dans une pièce voisine, une chambre d’enfants est aussi complètement en désordre.

« Nous avons pu noter la violence des combats qu’il y a eu », a lancé le Premier ministre à l’issue de sa visite.

« On continue de s’interroger: comment quelqu’un peut-il s’enfermer dans une telle résidence, avec ses enfants, ses petits-enfants (…) comme si on voulait en faire un bouclier humain. Cela me choque », a ajouté M. Soro.

La Croix-Rouge a enlevé depuis vendredi cinq corps, dont un lundi – quatre militaires et un employé -, retrouvés dans des bâtiments annexes de la résidence.

Carte
Par Emmanuel PEUCHOT

Côte d’Ivoire: Retranché dans sa résidence,

Gbagbo s’accrochait au pouvoir

http://www.20minutes.fr/article/702149/monde-cote-ivoire-retranche-residence-gbagbo-accroche-pouvoir

Publié le 6 avril 2011.

CONFLIT – Les forces d’Alassane Ouattara tentent de le capturer vivant…

Laurent Gbagbo plie, mais ne rompt pas. Les affrontements ont fait rage pour la troisième journée consécutive à Abidjan où le président sortant, qui refuse toujours de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, vit retranché.

Les forces d’Alassane Ouattara ont lancé ce mercredi un assaut dans la capitale économique ivoirienne contre la résidence de Laurent Gbagbo qui a, semble-t-il, été repoussé selon une source militaire occidentale.  D’après cette source, qui vit non loin de la résidence fortifiée de Laurent Gabgbo dans le quartier huppé de Cocody, les combats ont diminué d’intensité dans l’après-midi et les forces d’Alassane Ouattara se sont regroupées. Affousy Bamba, porte-parole d’Alassane Ouattara, a démenti un tel repli, sans pouvoir donner de précisions sur les derniers combats.

Echec des négociations

L’objectif est clair: prendre Laurent Gbagbo vivant. «Cela n’a jamais été l’intention de qui que ce soit dans le camp Ouattara, et ce n’est toujours pas le cas, d’assassiner l’ancien président Gbagbo», a dit Affousy Bamba. «Alassane Ouattara a donné des instructions formelles pour que Gbagbo soit pris vivant car nous voulons le traduire en justice», a-t-elle ajouté.

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a reconnu l’échec des négociations et dénoncé l’«intransigeance» de Laurent Gbagbo, tout en soulignant que ni les soldats français de la force Licorne ni les casques bleus de l’Onu n’étaient engagés dans les affrontements.

«Le président Sarkozy organise l’assassinat du président Gbagbo»

Le porte-parole de Laurent Gbagbo à Paris, Toussaint Alain, a pourtant accusé la France de vouloir la mort du chef de l’Etat sortant. «Le président Sarkozy organise l’assassinat du président Gbagbo», a-t-il dit. En outre, une centaine de manifestants pro-Gbagbo se sont rassemblés devant l’Assemblée nationale française aux cris de «Sarkozy assassin», «La France et l’Onu complices» et «La Côte d’Ivoire ne t’appartient pas».

Laurent Gbagbo refuse principalement de signer un document par lequel il renoncerait à revendiquer le pouvoir. «Si Gbagbo refuse de signer les documents présentés hier (par l’Onu et la France), c’est parce qu’on lui propose quelque chose qui n’a aucune base juridique ou légale», a dit ce mercredi son autre porte-parole Ahoua Don Mello. Interviewé sur RFI, le président sortant a redit son refus de se rendre. «Nous n’en sommes pas dans la phase de négociations. Et où partirais-je? Pour aller où?», a-t-il demandé.

 C.C. avec Reuters
%d blogueurs aiment cette page :