Archives de Tag: USA

Stéphane Soumier, animateur radio et Tv passionné d économie sur BFM radio et BFM Business

Publié le

Retrouvez Stéphane Soumier en cliquant le lien suivant : http://www.bfmtv.com/animateur/stephane-soumier-11/
et @ssoumier

Avec BFM Business, Donne sa chance aux jeunes pouces prêts à relancer la croissance françaises

Le 12 avril, Echy, quatorzième dossier de l’opération 3 minutes pour convaincre, a été présenté par Florent Longa, responsable technique d’Echy interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning Business, sur BFM Business.
http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/good-morning-business/3-minutes-convaincre-echy-florent-longa-good-morning-business-12-avril-120886/
Echy apporte de l’éclairage naturel dans les espaces sans fenêtres, salles de réunion, entrepôts …. Par du câblage de fibre optique.

Le 11 avril, Oxone, treizième dossier de l’opération 3 minutes pour convaincre, a été présenté par Pierre Achache, fondateur d’Oxone interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning Business, sur BFM Business.
Découvrez le en cliquant sur le lien suivant :
http://www.boursorama.com/actualites/3-minutes-pour-convaincre-oxone-pierre-achache-dans-good-morning-business-11-avril-c4205daa8966857da43ae30d9594e797
Oxone, dont le fondateur à perdu la vue.

Le 10 avril, Dendris, douzième dossier de l’opération 3 minutes pour convaincre, a été présenté par Michel Corbarieu, président de Dendris interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning Business, sur BFM Business. Decouvrez le en cliquant sur le lien suivant : http://www.boursorama.com/actualites/3-minutes-pour-convaincre-dendris-michel-corbarieu-dans-good-morning-business-10-avril-66a7789184d30bf128b4aca5ef2353c7

Le 9 avril, WeDrive, onzième dossier de l’opération 3 minutes pour convaincre, a été présenté par Cédric Nicolas, fondateur de WeDrive interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning Business, sur BFM Business :
http://www.boursorama.com/actualites/3-minutes-pour-convaincre-wedrive-cedric-nicolas-dans-good-morning-business-9-avril-b2d0af6806d79690aa9a0d4f18fc24fc

Le 8 avril, Les Jules, dixième dossier de l’opération 3 minutes pour convaincre, ont été présentés par Yannick Henry, Président-directeur général, Les Jules interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning Business, sur BFM Business :
http://www.boursorama.com/actualites/3-minutes-pour-convaincre-les-jules-yannick-henry-dans-good-morning-business-8-avril-46f00067940f09dac0a8215f2467f073

Le 5 avril, Verifpo, neuvième dossier de 3 minutes pour convaincre, ont été présenté par Olivier Laury, fondateur de Verifpro interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning Business, sur BFM Business :
http://www.boursorama.com/actualites/3-minutes-pour-convaincre-verifpo-olivier-laury-dans-good-morning-business-5-avril-c7dda7a67f0f5b20a3547bf44c2aaaec

Le 4 avril, Observia, huitième dossier de 3 minutes pour convaincre, a été présenté par Geoffroy Vergès, directeur général d’Observia interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning Business, sur BFM Business :
http://www.boursorama.com/actualites/3-minutes-pour-convaincre-observia-geoffroy-verges-dans-good-morning-business-4-avril-8d3d7397429f85caba750fbcf9369487

Publicités

Zuckerberg se lance en politique avec un nouveau parti

Publié le

Regardez cet article:Aux USA, Mark Zuckerberg défend la réforme de l’immigration ( http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20130411.OBS7701/aux-usa-mark-zuckerberg-defend-la-reforme-de-l-immigration.html – obsession.nouvelobs.com )–Maï
Maï Salaün

Le rôle d’un ou une Assistante PMO – Conduite du changement

Publié le

 

 

Le rôle d’un ou une Assistante PMO –

 

Conduite du changement

 

Description du poste

 

Vous participerez à des projets qui accompagnent les grandes entreprises, les PME et les organismes publics à réaliser des économies sur l’intégralité des postes de leur compte de résultats (frais de fonctionnement, frais professionnels, frais de personnel, amortissements, immobilier, taxes, …) et à obtenir des financements, aides ou subventions, sans jamais mettre en cause l’organisation ou les acquis sociaux.

Français : Maquette du projet de parc éolien o...

Français : Maquette du projet de parc éolien off-shore – « Sheringham Shoal » – Royaume-Uni (Photo credit: Wikipedia)

Vous travaillerez  au cœur des systèmes d’information, sur des projets de grand ampleur, en suivant les évolutions technologiques. Ils participent aux différentes étapes du cycle de vie d’un projet en s’appuyant sur une méthodologie complète et adaptée. Sur des projets spécifiques ou sur des progiciels du marché, les équipes interviennent de la conception technique à la mise en production du système, en passant par les phases de tests, de développements. Ils assurent également la maintenance et l’assistance à l’exploitation.

Avec une rémunération exclusivement indexée sur les résultats obtenus, les experts sont présents à travers le monde. Exemple : la France, Espagne, Royaume-Uni, Pologne, Belgique, Allemagne, Portugal, Hongrie, la République Tchèque et Canada…

English: A Casio 1.8" colour TFT liquid c...

English: A Casio 1.8″ colour TFT liquid crystal display which equips the Sony Cyber-shot DSC-P93A digital compact cameras. The scale in the picture is in cm. Français : Un écran à cristaux liquides TFT couleur Casio de 1,8″ qui équipe les appareils photographiques numériques compacts Sony Cyber-shot DSC-P93A. La règle dans l’image est graduée en cm. (Photo credit: Wikipedia)

Vous intégrez la Direction de l’Organisation et des Systèmes d’Information du Groupe.

Dans le cadre du projet d’entreprise de mise en place d’un ERP, nous recherchons un(e) collaborateur (trice) au sein de l’équipe Conduite des Changements, Organisation et Process. Rattachée au responsable de cette équipe, vous participez à toutes les phases du chantier Conduite des Changements, Organisation et Process.

Vos missions consisteront à  contribuer à la réalisation des audits des activités, des processus existants, (organisation, réalisation et cartographie de l’existant) confiés par votre responsable.

Vous serez amené à produire les différents supports de communication (LCD, plaquette de présentation, supports power-point pour les manifestations et réunions internes, auxquelles vous participerez)

Français : Jour des funérailles de Foch. Bâton...

Français : Jour des funérailles de Foch. Bâton de maréchal de France, du Royaume-Uni et de Pologne. (Photo credit: Wikipedia)

Vous mettrez à jour et animer le blog du projet d’ERP (actualités, documents, FAQ) et vous aurez en charge les animations et l’organisation logistique des évènements organisés dans le cadre du projet. Vous participez aux différents comités et mettre à jour le tableau des actions à l’issue de ces derniers.

Par ailleurs, vous organiserez la formation des futurs utilisateurs (élaboration des plannings de formation, rédaction des supports de formation, suivi de l’avancement du plan de formation) et assurer la consolidation des évaluations des acquis et de la satisfaction .Vous contribuez à l’analyse et la définition des plans d’actions à mettre en place.

Macro shot of an LCD monitor showing the red, ...

Macro shot of an LCD monitor showing the red, green and blue elements., with zoom-in (Photo credit: Wikipedia)

Enfin, vous êtes les garants de la bonne conduite du projet, vous détectez les risques relatifs

à la conduite du changement en étant à l’écoute de l’équipe projet et des collaborateurs et les

remonter au responsable de l’équipe.

L’expérience demandée :

De formation Bac + 2 (Communication, Gestion de Projet), type BTS/DUT, vous bénéficiez d’au moins 2 ans d’expérience dans une fonction similaire (stages et/ou expériences en alternance acceptés).

Très rigoureux(e), disponible, doté(e) d’une excellente capacité d’écoute, de synthèse et d’analyse.

Belgique

Belgique (Photo credit: mariag.)

La créativité alliée à un réel sens du contact et la  maitrise de  l’outil informatique et  du pack office sont indispensables.

 

 

 

Les européens en crise fait appel à La Chine – celle-ci sourde aux appels des Thibétains.

Publié le
Dalai lama lotus

Image via Wikipedia

Great Moments in History

Image by K. Kendall via Flickr

 What do the president of the United States, the Dalai Lama, a billionaire drug dealer and Facebook founder Mark Zuckerberg all have in common? They are all featured on FORBES’ annual ranking of the World’s Most Powerful People .
The ranking takes into account four factors. First, we measured how many people a person has power over.

DalaiLama Dalaï Lama

Entraînement de l’esprit se réfère à la transformation ou de purification de l’esprit. Toutes les grandes religions du monde ont des techniques pour transformer l’esprit.
Dalaï Lama

DalaiLama Dalaï Lama

La compassion, avec amour, est le visage de l’altruisme.
Considérez les choses telles qu’elles peuvent être, et non telles qu’elles sont. L’imagination ajoute de la valeur à ce qu’elle touche. Les esprits forts ont toujours des visions d’avenir. Ils ne se laissent pas fasciner par le présent.
Ce soir, une interview croisée de Barack Obama et Nicolas Sarkozy a été diffusée dans les JT de 20 h de TF1 et France 2. L’essentiel de cet entretien a été consacré à la crise de la dette. Cela a aussi été l’occasion pour le président américain d’exalter « l’amitié de longue date » entre Washington et Paris, et de couvrir d’éloges son homologue français. Selon lui, « Nicolas a toujours été un partenaire ouvert, qui travaille beaucoup, qui a beaucoup d’énergie. Que ce soit sur des questions économiques, des questions liées à la sécurité, il a été un partenaire absolument essentiel ».
ajoutée le 04/11/2011 à 20h07

Le président des Etats-Unis Barack Obama a estimé vendredi 3 novembre que l’Union européenne était « en mesure » de répondre à la crise de sa dette, à l’issue du sommet du G20 auquel il a participé à Cannes. Durée: 01:06

Official presidential portrait of Barack Obama...

Image via Wikipedia

 OMG, this is so great! Did you see this from Fabienne Fredrickson? I love her honesty and her trademark « authenticity ». So, of course I clicked on the link and watched the video. Good stuff as always. Read what she has to say here…
I know that what I’m about to tell you may initially offend some people – and yet I feel compelled to share.

 When there’s trouble and the Dalai Lama is involved, you can always blame China. Here’s a recent accusation: « The Dalai Lama, Tibet‘s exiled spiritual leader, scrapped plans on Tuesday to attend the 80th birthday celebration of a fellow Nobel laureate, Desmond M. Tutu of South Africa, after the host government did not grant his visa request.

Entrée flamboyante de Mario Draghi – belle entrée en scène

Publié le

Il Governatore della Banca d'Italia Mario Drag...
Image via Wikipedia

Le G20 débute avec une bonne information, le référendum grec devrait être remplacé par un gouvernement transversal gauche – droite.

Le G20 a pour mission un nouveau système de mode financier en renforçant les présences  des nouvelles économies formant la BRICS:

BRICS (anciennement le BRIC) est un acronyme anglais qui désigne le groupe de pays formé par le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (South Africa). Très peu utilisé, l’équivalent français de l’acronyme anglais est l’ABRIC (Afrique du Sud – Brésil – Russie –Inde – Chine) ou encore BRICA.

Les cinq pays constituant les BRICS sont pour la plupart considérés comme des grandes puissances émergentes, ils sont respectivement les neuvième, sixième, quatrième, deuxième et vingt-cinquième puissances économique mondiale. Ils comptent 40% de la population mondiale et, en 2015, ils devraient assurer 61 % de la croissance mondiale selon le FMI. C’est dire si ces pays sont actuellement économiquement attractifs, et si l’entrée au club intéresse de nombreux pays notamment : le Mexique, la Corée du Sud ou même la Turquie.

Mario Draghi 

La baisse des taux  présentée à l’américaine, avec une prospective, avec une présentation des orientations et
Mario Draghi (né le 3 septembre 1947 à Rome) est un économiste, banquier et ancien haut-fonctionnaire italien. Ancien gouverneur de la Banque d’Italie
La baisse surprise des taux d’intéret montre que l’arrivée de Mario Draghi à la tête de la BCE s’accompagne de changements importants.

03/11/11 15:04

Mario Draghi crée la surprise à la BCE

ANALYSE – La baisse surprise des taux d’intéret montre que l’arrivée de Mario Draghi à la tête de la BCE s’accompagne de changements importants dans la politique monétaire de l’institution.

La baisse par la BCE de 0,25 point de son principal taux directeur à 1,25 % est appréciée par les boursiers, car elle montre que l’arrivée deMario Draghi à la tête de la Banque Centrale Européenne à la place de Jean-Claude Trichet s’accompagne d’une inflexion de sa politique monétaire.

Elle permettra de desserrer la contrainte monétaire à un moment où l’activité économique baisse dangereusement dans la zone euro. Ellle permet aussi de lâcher la pression sur l’euro qui, en dépit des difficultés que traverse la zone euro, offre toujours un différentiel de rendement important par rapport aux taux directeurs en vigueur aux États-Unis. Ceux-ci se situent à l’intérieur d’une fourchette comprise entre 0 et 0,25 % qui pousse les opérateurs à privilégier les placements en euros plus rémunérateurs à court terme, ce qui soutient le cours de la monnaie unique. Or, toute détente de l’euro par rapport au dollar est bonne pour la compétitivité économique de la zone euro.

Mais ce qui marque le plus les esprits, c’est que cette baisse surprise montre que le nouvel homme fort de la BCE a su convaincre les Allemands de lâcher du lest, ce que Jean-Claude Trichet n’était pas parvenu à obtenir. L’arrivée de Mario Draghi marque une sorte de tournant à l’anglo-saxonne de la politique monétaire de la BCE qui lui permettra d’être plus en phase avec l’économie réelle.

Mario Draghi, l’anti-Silvio Berlusconi

LEMONDE | 31.10.11 | 13h51   •

Mis à jour le 31.10.11 | 15h31

ROME CORRESPONDANT – Le voilà. Vêtu de son traditionnel complet sombre, aussi souriant que Buster KeatonMario Draghi, 64 ans, s’installe, mardi 1er novembre à Francfort, au 35e étage du siège de l’Eurotower, le siège de la Banque centrale européenne (BCE) dont il devient le troisième président après le Néerlandais Wim Duisenberg (1998-2003) et le Français Jean-Claude Trichet (2003-2011).

Pour lui, c’est l’aboutissement d’une carrière rectiligne. Pour les Italiens, qui n’ont pas eu de représentant à un tel niveau de responsabilité dans une institution européenne depuis Romano Prodi, président de la Commission (1999-2004), c’est un élément de fierté nationale.

Romano Prodi, né le 9 août 1939 à Scandiano, est un économiste et un homme politique italien appartenant à la coalition de partis du centre-gauche l’Union dont il est devenu le président lors de la constitution de la fédération le 26 février 2005. Il est président d’honneur du Parti démocrate européen.
En Italie on est au bord de l’implosion. Berlusconi est de plus en plus au bord de la rupture et en fin de mandat.

Romano Prodi est docteur en droit de l’université catholique du Sacré-Cœur de Milan et postgradué de la London School of Economics. Il a étudié dans le collège Collegio Augustinianum de l’université catholique du Sacré-Cœur, de 1957 à 1961. Il a entamé sa carrière universitaire à la section d’économie et à la faculté de Sciences politiques de l’Université de Bologne, où il a travaillé comme assistant dès 1963, puis comme professeur adjoint en 1966 et enfin comme professeur de 1971 à 1999, enseignant l’organisation industrielle et la politique industrielle. Il a été professeur invité auprès de l’université Stanforden 1968 et à l’université Harvard en 1974.

Parallèlement à l’enseignement universitaire, R. Prodi a mené une intense activité de recherche qui s’est orientée sur « le développement des petites et moyennes entreprises et des zones industrielles », « la politique de concurrence », « l’étude des relations entre État et marché », « les politiques de privatisation », « le rôle central joué par les systèmes scolaires dans la promotion du développement économique et de la cohésion sociale », « le processus d’intégration européenne » et, suite à la chute du mur de Berlin, la dynamique des différents « modèles de capitalisme. »

Dans la littérature économique internationale, il est considéré parmi les fondateurs de l’« École italienne d’économie industrielle » avec Giacomo Becattini,Franco MomiglianoLuca Fancello et Paolo Sylos Labini1.

Il a été initialement membre du Parti italien de la Démocratie chrétienne. De novembre 1978 à mars 1979, Romano Prodi a été ministre de l’Industrie sous le gouvernement de Giulio Andreotti.

En 1982, le président du Conseil, Giovanni Spadolini, le nomme président de l’Istituto per la ricostruzione industriale (ou IRI: l’Institut pour la Reconstruction Industrielle), charge qu’il tiendra jusqu’en 1989 en réussissant à améliorer l’économie du groupe.

En 1993, Carlo Azeglio Ciampi le rappelle à la tâche pour procéder à la privatisation d’une bonne partie du holding, mission qu’il clôtura l’année suivante.

En 1995 il a été le fondateur de la coalition et du projet de centre-gauche L’Olivier, où il fut désigné comme candidat à la présidence du Conseil des ministres aux élections d’avril 1996. Ces élections ont vu l’Olivier l’emporter sur la coalition de centre-droite, et Romano Prodi en mai 1996, fut chargé par le président de la République de former le nouveau gouvernement.

Il a exercé les fonctions de président du Conseil des ministres italien du 18 mai 1996 au 9 octobre 1998, succédant à Lamberto Dini. Son gouvernement tombe suite à un renversement d’alliance dans sa coalition et il est lui-même remplacé par Massimo D’Alema (1er gouvernement).

Il a été le président de la Commission européenne du mois de septembre 1999 au 22 novembre 2004. Sous sa présidence il y a eu, entre autres innovations; la mise en circulation des billets et pièces libellés en euro, le 1er janvier 2002 pour douze pays de l’Union européenne. L’entrée de dix nouveaux pays au sein de l’Union le 1er Mai 2004: Chypre, l’Estonie, la Lettonie, la LituanieMalte, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et la Hongrie. La signature, à Rome le 29 octobre 2004, du traité établissant une Constitution pour l’Europe.

Le 16 octobre 2005, lors de primaires inédites en Italie, Romano Prodi a été élu comme leader de la gauche pour les élections législatives d’avril 2006, fondant ainsi l’Unione, une coalition de centre-gauche rassemblant des partis allant de l’extrême gauche au centre.

Les 9 et 10 avril 2006, l’Union gagne de justesse les élections législatives 2006 en Italie, avec une majorité de 63 sièges à la Chambre (plus un indépendant) et de 2 sièges au Sénat. Romano Prodi succède ainsi à Silvio Berlusconi à la présidence du Conseil le 17 mai 2006. Sa majorité, pourtant vivement contestée par Berlusconi, qui en conteste la légitimité, réussit à élire à la présidence de la République Giorgio Napolitano (81 ans, le premier post-communiste à accéder à la plus haute charge de la République), puis à élire les présidents de la Chambre des députés (Fausto Bertinotti, leader communiste du Partito della Rifondazione Comunista) et du Sénat (Franco Marini, ancien leader syndical).

Romano Prodi obtient également des succès, bien plus marqués, contre la droite de Berlusconi aux élections administratives de mai 2006 et au référendum de juin 2006, où 62 % des Italiens ont rejeté une réforme de la Constitution voulue par le gouvernement Berlusconi et votée uniquement par ses parlementaires (ce qui a rendu nécessaire le référendum pour la confirmer ou la repousser) afin de favoriser les régions du Nord, plus riches, en excluant la possibilité pour les citoyens de se faire soigner dans des Régions différentes de celle où l’on vit, et effacer la plupart des pouvoirs du président de la République pour les confier au Premier ministre. Ces deux votes auraient dû, selon les intentions de Berlusconi, sûr de gagner, faire tomber le gouvernement Prodi qui en sort plus fort qu’avant.

Se retrouvant en minorité au Sénat sur sa politique extérieure (en Afghanistan), il présente la démission de son gouvernement le soir du 21 février 2007. Le président de la République italienne Giorgio Napolitano annonce le 24 février 2007 qu’il refuse sa démission et lui demande de présenter son gouvernement devant le Parlement pour obtenir la confiance (162 voix pour, 157 contre au Sénat ; sans formalité à la Chambre). Après cette crise, son gouvernement semble renforcé, malgré l’exiguïté de sa majorité sénatoriale.

Il est controversé en raison de son appui aux unions civiles pour les homosexuels. Cela l’a mis en conflit avec l’Église et lui a coûté des soutiens politiques qui lui étaient critiques.

Le 24 janvier 2008, après avoir obtenu la confiance de la Chambre des députés (326 voix contre 275), Romano Prodi est ébranlé par le vote de confiance négatif asséné par le Sénat. 161 sénateurs ont désavoué le gouvernement Prodi, tandis que 156 lui ont accordé leur confiance ; avec une majorité validée à 160 voix, le gouvernement a vu sa déchéance à une voix près.

Romano Prodi avait refusé de démissionner, comme certains de ses alliés — et le président Giorgio Napolitano — lui avaient conseillé de faire, et souhaitait affronter le vote du Sénat. Après cet échec, il présente sa démission au Président italien le 24 janvier 20082. Il annonce peu après vouloir se retirer de la vie politique3Silvio Berlusconi remporte largement lesélections générales d’avril et lui succède le 8 mai 2008.

  1.  Henry W. de Jong, William G. Shepherd. Pioneers of Industrial Organization: How the Economics of Competition and Monopoly Took Shape. Edward Elgar Publishing Ltd. (ISBN 9781843764342)
  2.  (fr« Le président du Conseil italien Romano Prodi démissionne » sur Wikinews24 janvier 2008
  3.  Analyse de l’observatoire des élections en Europe [archive] : « Je quitte la politique. Mon avenir est serein. Le monde est plein d’opportunités » a-t-il déclaré le 9 mars 2008, ajoutant « j’ai décidé de ne pas être candidat pour ouvrir la voie à un changement de génération qui est nécessaire. Quelqu’un doit donner l’exemple. »

 

En Grèce, l’implosion est aussi proche avec un peuple totalement irrité et hors contrôle. Le référendum est un choix du peuple grec.

A comme Anne, Albert ou Ashton, C comme Carla, Charlène ou Cécilia, D comme Demi, H comme Hélène, T comme Tristane,

Publié le
President Nicolas Sarkozy of France and his wi...

Image via Wikipedia

“ Anne courage ” aurait-elle décidé de “ prendre du recul ” ? Son absence, la semaine dernière, aux côtés de son mari, n’a pas en tout cas échappé à “ Voici ”. “ On s’attendait, raconte le magazine, à la voir une nouvelle fois au bras de son époux au moment où il devait être confronté à Tristane Banon le 29 septembre… Mais Anne Sinclair, prenant tout le monde à contrepied, a au contraire préféré rester à Marrakech, dans leur ryad marocain. Bien sûr, avec toutes les émotions de ces derniers mois, elle avait besoin de soleil… Peut-être ne craignait-elle pas grand chose pour lui. Mais certains pensent surtout que, désormais, elle a décidé de le laisser seul face à ses accusatrices… ” Un premier pas vers la liberté ?

 

Tristane : la délivrance

Affranchie, Tristane Banon ? Bientôt “ délivrée ”, professe “ Gala ” dans son horoscope “ spécial stars d’octobre ”, et note ce faisant la drôle de place qu’occupe la mère dans son thème : “ Uranus, qui gouverne la Lune dans son thème de nativité, et Neptune, qui détient la clé de son rapport à l’âme sœur, se trouvent dans le secteur des origines de l’être : les deux symbolisent la mère. Tristane s’est affranchie d’un “ secret ” confié à la responsabilité de sa mère, au moment où Uranus, parvenue en Bélier, s’est trouvée en aspect bénéfique à sa Lune de naissance. Une délivrance. Cela explique cette réaction tardive à la présumée tentative de viol pour laquelle l’écrivaine porte plainte. Le procès, s’il a lieu, sera mouvementé. Mais il lui permettra de se libérer d’un héritage pesant(…) ” Ca mange pas de pain, hein ?

 

Carla obligée de garder le lit

D’une délivrance, l’autre… “ Rarement, le terme de “ délivrance ” n’aura été aussi approprié pour un accouchement ”, écrit “ Voici ”, à propos de Carla Bruni-Sarkozy. “ Obligée d’être alitée jusqu’à la naissance (prévue fin octobre), l’épouse du président n’est pas vraiment à la fête, poursuit-il. Son appartement du XVIe sous surveillance, l’Elysée épié de partout, les déplacements du président interprétés sans relâche, la clinique de la Muette qui avait bien du mal à rester muette… Carla a même dû démentir avoir réservé tout un étage de cette maternité pour l’événement (comme l’annonce “ VSD ”, ndlr). Et demander à sa mère Marisa Bruni-Tedeschi d’aller chercher son fils Aurélien à l’école à sa place, alors qu’elle était alitée ”. Avec toute cette pression, pour sûr, elle aurait préféré accoucher le 3 octobre, comme l’avait annoncé son beau-père, Pal Sarkozy !

 

Cécilia à Paris

Est-ce pour être aux côtés de la future maman ? Est-ce pour rappeler qu’elle existe ? A l’heure où Nicolas Sarkozy et son épouse, encore en forme, s’affichent dans “ Paris-Match ”, baguenaudant dans les rues de Paris, Cécilia ex-Sarkozy prend la pose dans “ Gala ”, “ à deux pas de l’Elysée ”, main dans la main avec son époux Richard Attias. Hasard ? Pour son “ escapade automnale ”, le couple a élu domicile “ au Bristol, à quelques mètres du palais présidentiel ”, précise le journal, qui ajoute : “ Cet été, le Tout-Paris bruissait. De vilains échos assuraient — les mauvaises langues en étaient sûres — que leur couple battait de l’aile. Richard et Cécilia n’en ont eu cure et continuent à tracer leur sillon à New York, où ils vivent depuis plusieurs années, regardant dans la même direction. Vers la France, en l’occurrence ”. Ah, ah… le couple aurait-il l’intention de se réinstaller dans la capitale ?

 

Cécilia a repris sa carte à l’UMP

Tout le porte à croire, selon “ Gala ”. “ Déjà à la tête d’une fondation qui porte son nom, Cécilia, dit-il, veut servir la France, comme elle l’écrit sur son blog : “ J’ai toujours conservé un lien fort avec mon pays ”. (…) Pour ce faire, l’ex-First Lady est prête à s’investir : “ Représentante des Français de l’étranger, un poste à l’Unicef ou à l’Unesco, ce type de fonctions l’intéresse pour l’avenir ”, reconnaît un proche ”.

Pourquoi cette soudaine envie de France ? “ Ces derniers mois, explique le people, la vie de Cécilia a changé. Sa fille, Jeanne-Marie s’est installée avec ses deux enfants (…) à Boston, où son mari a repris des études à la Harvard Business School. Louis, le fils du président de la République est, lui, en pension aux Etats-Unis et ne vit plus à ses côtés à New York même. Seule Judith, son aînée, demeure à Big Apple et travaille avec Richard Attias au sein de l’entreprise The Experience qu’il a créée en 2009 ”. Signe imparable que l’ex-Première dame veut s’impliquer dans la vie hexagonale : “ Elle a repris sa carte à l’UMP. “ Alors qu’elle avait fait sa demande de renouvellement sous son nouveau nom de femme mariée, l’UMP lui a automatiquement attribué le même numéro d’adhérent que lorsqu’elle s’appelait Sarkozy ”, s’amuse un ami de la famille. (Mais) il le promet : “ Elle ne s’immiscera pas dans le débat politique français et ne fera rien qui puisse nuire à Nicolas Sarkozy ”. S’il le dit !

 

Hélène et ses filles

Et puisqu’on parle d’ex ”, “ Grazia ” se penche cette semaine sur le cas Hélène de Yougoslavie, ex-mme Thierry Gaubert, par qui, vous le savez, le scandale des “ mallettes ” est arrivé. “ Le torchon brûle entre la princesse slave et ses filles ”, titre le mag, qui s’interroge : pourquoi ? “ Selon plusieurs proches d’Hélène, note-t-il, Milena et Nastasia seraient instrumentalisées par leur père. “ Aujourd’hui, Hélène est particulièrement meurtrie, vous imaginez le mal que ça peut faire de se faire traiter de folle par ses propres enfants, de recevoir un texto vous enjoignant d’aller vous suicider, c’est terrible…, confie une de ses amies. En défendant leur père, c’est peut-être leurs intérêts que Milena et Nastasia cherchent à préserver ” Et d’énumérer les cadeaux du père aux filles : “ Les studios à Neuilly, les vacances dans la somptueuse villa de 1000 m2 en Colombie, les virées shopping rue de Passy… ”. A quoi ça tient l’amour…

 

Demi et Ashton, victimes de Twitter ?

Et puisqu’on en parle, entre Demi Moore et Ashton Kutcher, ça ne va pas fort. Ca sentirait même le sapin, à en croire les journaux de la semaine qui, tous, sans exception, pronostiquent une rupture imminente entre la “ cougar ” et son mignon un tantinet volage. “ Demi Moore et Ashton Kutcher sont au bord du divorce, constate froidement “ Elle ”. Pour leurs six ans de mariage, le 24 septembre dernier, Ashton a préféré passer la soirée… avec une autre, dans un sinistre Hard Rock Hotel à San Diego. Tous les tabloïds s’arrachent maintenant à prix d’or les confessions des maîtresses de l’acteur. Mais c’est encore sur Twitter que la guerre des nerfs fait rage : après avoir combattu les rumeurs d’infidélité d’Ashton à coup de photos énamourées sous la couette, Demi et sa moitié s’envoient maintenant des phrases lapidaires. “ Je vois à travers toi ”, lui a-t-elle lancé, au début du mois de septembre, pour illustrer un portrait d’elle seule — et triste —, les yeux fermés. “ Quand on suppose quelque chose mais qu’on ne sait rien, on se ridiculise et on me ridiculise aussi ”, lui a-t-il répondu — ainsi qu’à ses détracteurs. Jamais un couple de stars ne s’était autant affiché ni autant déchiré sur Twitter. Au point qu’on peut se demander si Twitter ne leur a pas été fatal… ”

 

La nouvelle “ Mme Kutcher ”

Pour expliquer la fin du couple, “ Public ” avance des raisons beaucoup plus prosaïques : “ Ashton voulait un bébé ”, “ Il a connu Demi trop jeune ”, “ Il l’a humiliée une fois de trop ”. Cash, le people se fend d’un “ portrait ” illustré de celle par qui le scandale est arrivé : “ Elle a l’œil coquin, une peau de bébé et une chute de reins à se damner. Elle peut danser toute la nuit en boîte, picoler dans un jacuzzi, s’envoyer en l’air jusqu’à 4 heures du mat’ et être fraîche comme une rose le lendemain matin. Demi ne pouvait pas lutter ”. Et paf !

La suite est du même tonneau, quoique pas très flatteuse pour la jolie blonde de 23 ans qui a tourné les sens du lionceau : “ Après un passage éclair à la fac, Sara (Leal) gagne sa vie grâce à Gavin Naumoff, un individu louche qui officie comme rabatteur de jeunes filles peu farouches pour les célébrités qui souhaitent s’amuser, indique-t-il. (…) En juin dernier, Naumoff présente (Sara) à Ashton. (…) Mais il résiste. Du moins, il fait beaucoup d’efforts pour ne pas craquer. Il vient de remplacer Charlie Sheen dans “ Mon oncle Charlie ”. L’acteur a perdu son job pour ses excès de sexe et de drogue. L’heure n’est pas au scandale, d’autant que la prod le paie royalement : 700 000 dollars par épisode ! (Mais) le 23 septembre, après avoir dansé au Fluxx, un club de San Diego, avec elle et trois autres jeunes filles, Ashton emmène tout ce beau monde dans la suite Diamond du Hard Rock Hotel pour une fois, il se lâche. Il commande des litres de vodka et se déchaîne. Il s’isole ensuite avec Sara pour une partie de jambes en l’air tandis que ses bodyguards tiennnent à l’écart les autres filles dont ils ont confisqué les portables. La suite, on l’imagine ”. Oui, enfin, nous, perso, le coup des bodyguards et des téléphones portables confisqués pour “ s’envoyer en l’air ”, on n’y aurait pas, de nous-mêmes, forcément pensé… On y songera, hein, pour la prochaine fois. Ca peut avoir son piquant. Ou pas.

 

Albert et Charlène : un beau mariage

Dans la série des belles histoires, il y a aussi, et enfin, celle du prince et de la princesse de Monaco. Car “ Paris-Match ” nous le certifie sur huit pages, album photos à l’appui : “ L’union d’Albert et Charlène a ressemblé à toutes les noces : émouvante et joyeuse ”. Quoi ? Vous doutez encore ! “ Trêve d’insinuations, coupe “ Match ”, c’était un vrai mariage avec ses rires, ses sourires et ses larmes… de joie ”. OK, OK, on ne dit plus rien, promis, on se tait.

On ne peut s’empêcher de le noter, malgré tout — la ficelle est tellement grosse —, à côté de la série de clichés, en noir et blanc, très très distingués, du mariage d’amour princier, le magazine, saisi par le remords ?, publie un article où il apparaît que Charlène n’a pas complètement adopté la Principauté — et réciproquement. “ Depuis son mariage, indique “ Match ”, la nouvelle princesse limite ses apparitions publiques. La jet-set monégasque l’espère à chaque inauguration, chaque célébration, chaque dîner de charité — il y en a beaucoup en Principauté. Ils sont souvent déçus. Charlène ne veut laisser dicter son emploi du temps par personne ”. Nouveau pied de nez ? “ Pour sa première sortie officielle seule, la princesse a choisi La Turbie, village français de 3 200 âmes juste au-dessus de Monaco, et sa fête de la Saint-Michel, le patron local. (…) Car, à La Turbie, Charlène est un peu en famille : ses parents y habitent, et le village n’est pas loin de Roc Agel, le “ ranch ” des Grimaldi, qu’elle préfère au Palais. (…) A Monaco, la visite de Charlène chez les voisins français a fait grincer quelques dents. Même si beaucoup de Monégasques y sont installés, ça reste “ l’étranger ” ”. Charlène et le Rocher, c’est pas le grand amour, on dirait. Mais, bon, l’amour, c’est compliqué, pas vrai ?

 

Vous en voulez encore ?

Jennifer Aniston s’est fait faire une fécondation in vitro et attend des jumeaux(“ Voici ”) ; depuis qu’elle est enceinte, Beyoncé ne supporte plus le parfum de Jay-Z (“ Public ”) ; Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau ont donné une petite sœur à leur fils Léon de 3 ans (“ Voici ”). Bienvenue Lila !

Sean Penn a une nouvelle fiancée (pour la semaine). Son nom ? Shannon Costello (“ Grazia ”, “ Be ”) ; Rihanna s’est entichée d’un boxeur irlandais qui, “ circonstance aggravante, ressemble comme deux gouttes d’eau à Chris Brown ” (“ Public ”) ; Kanye West a présenté sa première collection lors de la Fashion Week, en même temps que sa nouvelle fiancée, Chanel Iman, qui est aussi son mannequin vedette (“ Public ”) ; Alicia Keys a décidé de pardonner et d’ “ avoir confiance en son mari ”, Swizz Beatz (“ Public ”) ; enfin guérie de l’horrible Ashley ? Cheryl Cole roucoule avec son producteur, Alex Da Kid(“ Public ”) ; Joey Starr est “ dingue ” de l’actrice Karole Rocher, qu’il a rencontrée sur le tournage du film “ Polisse ” réalisé par son ex-compagne Maïwenn (“ Voici ”) ; Jean Sarkozy et Bar Refaeli se sont fait un bisou sur la joue (“ Voici ”, “ Public ”) ; Leo Di Caprio et Blake Lively, c’est re-fini (“ Voici ”, “ Public ”) ; lassée par ses frasques, Shakira aurait largué Gérard Piqué (“ Public ”).

En vrac : Jennifer Lopez s’est offert une maison de 13, 5 millions d’euros dans les Hamptons comprenant sept chambres et dix salles de bains (“ Gala ”) ; Lady Gaga “ rend son assistant gaga ” (“ Voici ”) ; Louis Garrel et Robert Pattinson se lancent dans la chanson (“ Be ”), Romane Cerda, ex-épouse de Renaud (“ Match ”), et Aurélie, aînée des trois filles de Francis Cabrel, aussi (“ Gala ”). Aîe, aïe, aïe ! France 3 a envoyé à ses journalistes “ une charte vestimentaire ” pour que “ le style France 3 parle d’une seule voix ”. Au programme : du noir, du gris, du bleu marine, pas de bijoux, de dentelle, de décolleté ni de transparence (“ Grazia ”) ; Patrick de Carolis fera son entrée le 12 octobre à l’Académie française où il occupera le fauteuil d’André Bettencourt, défunt mari de l’inénarrable Liliane (“ Gala ”).

Vous avez du temps à perdre ? Jetez un œil au dossier “ Elles gagnent plus que leur mec ” et faites le test : “ Etes-vous prête à avoir un mec fauché ” de “ Public ”.

Vous voulez plus consistant ? Lisez le papier de “ Be ” sur le phénomène “ Trash The Dress ” et brûlez votre robe de mariée. Plus sérieux, “ Grazia ” analyse, sondage à l’appui, la polémique sur la suppression de la case “ Mlle ”. D’après le mag, vous seriez 71 % à ne pas vouloir la voir disparaître et 53 % à ne pas être gênée du tout d’être appelée “ mademoiselle ”. Comme Catherine Deneuve, dites donc !

L’icône de l’économie numérique a été bouleversée par Mona, la fille d’Abdullfatah John Jandalli, le père naturel de Steeve Jobs

Publié le

EXCLUSIF. Mona Jobs a rendu un hommage très personnel

au créateur d’Apple récemment disparu. Lui qui avait tant besoin de communiquer avec son père, il a créé un bijou de la communication sans jamais pouvoir le faire avec son modèle.

Voici la traduction.

Steve Jobs raconté par sa petite soeurSteve Jobs en 1976, 1999 et 2000 (montage Le Point.fr) © – / Abaca
Click here to find out more!

Steve Jobs n’est pas Dieu, loin s’en faut. Mais parmi les nombreux hommages qui ont été rendus après sa mort, celui de sa soeur mérite l’intérêt. Non seulement parce que c’est une des rares personnes à qui il s’est ouvert, mais aussi parce qu’elle est au coeur du drame qui a le plus marqué Steve Jobs. Si les parents de Steve l’ont abandonné, ils ont choisi d’élever sa petite soeur Mona. Quand il l’a découvert, il en a été bouleversé. Au point de ne jamais vouloir reprendre contact avec Abdullfatah John Jandalli, son père naturel. L’hommage de Mona a été prononcé le jour de l’enterrement de Steve Jobs, le 16 octobre, et il a depuis été reproduit dans le New York Times. Mais ce discours n’avait jamais été traduit en français. La voici en exclusivité.

« J’ai grandi comme une fille unique, avec une mère célibataire. Parce que nous étions pauvres et que je savais que mon père avait émigré de Syrie, je pensais qu’il ressemblait à Omar Sharif. J’espérais qu’il serait riche et gentil et surgirait dans nos vies (et dans notre appartement non encore meublé) pour nous aider.

Plus tard quand j’ai rencontré mon père, j’ai voulu croire qu’il avait changé son numéro et n’avait pas laissé son adresse parce que c’était un révolutionnaire, complotant pour un monde nouveau pour le peuple arabe. Bien que féministe, j’ai passé ma vie à attendre un homme à aimer, et qui m’aime. Durant des décennies, j’ai cru que cet homme pourrait être mon père. Quand j’ai eu 25 ans, j’ai rencontré cet homme, c’était mon frère.

À l’époque, j’habitais à New York, où j’essayais d’écrire mon premier roman. Je travaillais dans un petit magazine dans un bureau de la taille d’un placard avec trois « aspirants écrivains ». Un jour, quand un avocat m’a appelée – moi, la fille de classe moyenne californienne qui harcelait son patron pour qu’il nous fasse souscrire à une assurance maladie -, il m’a dit avoir un client riche et célèbre et qu’il s’agissait de mon frère perdu de vue depuis longtemps.

Les jeunes journalistes sont devenus fous. Nous étions en 1985 et travaillions pour un magazine littéraire très avant-gardiste, mais moi j’étais tombée dans une intrigue à la Dickens, et nous adorions ça. L’avocat a refusé de me dire le nom de mon frère et mes collègues ont commencé à prendre des paris. Le candidat le plus en vue : John Travolta. J’espérais secrètement un descendant littéraire d’Henry James – quelqu’un de plus talentueux que moi, un homme naturellement brillant.

« Il souhaitait être incompris »

Quand j’ai rencontré Steve, c’était un type de mon âge, en jeans, avec un look d’arabe ou de juif, et plus beau qu’Omar Sharif. Nous avons fait une longue marche – il se trouve que nous aimions tous les deux cela. Je me rappelle peu de choses de ce que nous nous sommes dit ce jour-là, seulement qu’il ressemblait à quelqu’un que j’aurais aimé avoir comme ami. Il m’a appris qu’il travaillait dans les ordinateurs. Je ne connaissais pratiquement rien aux ordinateurs, je travaillais encore sur une Olivetti à ruban. J’ai dit à Steve que j’envisageais depuis peu d’acheter mon premier ordinateur, un Cromemco. Steve m’a dit que c’était bien que j’aie attendu, qu’il était en train de mettre au point quelque chose de furieusement beau.

Je voudrais vous faire partager deux ou trois choses que j’ai apprises de Steve à trois périodes distinctes au cours des 27 années où je l’ai connu. Ce ne sont pas des périodes qui se comptent en années, mais en état d’esprit. Sa vie bien remplie. Sa maladie. Son décès. Steve travaillait à ce qu’il adorait. Il travaillait vraiment dur. Chaque jour… C’est incroyablement simple, mais vrai. Il était tout sauf distrait. Cela ne l’embêtait jamais de travailler dur, même si cela se soldait par un échec. Si quelqu’un d’aussi intelligent que Steve n’avait pas honte d’admettre qu’il tâtonnait, peut-être ne devais-je pas avoir honte non plus.

Quand il fut viré de chez Apple, il en souffrit. Il m’a parlé d’un dîner où 500 leaders de la Silicon Valley rencontrèrent le président d’alors. Steve n’avait pas été invité. Il était blessé mais continuait à travailler chez Next. Chaque jour. La nouveauté n’était pas la valeur essentielle de Steve. C’était la beauté. Pour un innovateur, Steve était d’une fidélité rare. S’il aimait une chemise, il pouvait en commander 10 ou 100. Dans sa maison de Palo Alto, il y a certainement autant de cols roulés en coton noir que de paroissiens à l’église. Il était insensible aux tendances et aux gimmicks. Il aimait les gens de son âge. Sa philosophie de l’esthétisme me rappelle une citation du genre « la mode est ce qui a l’air beau mais devient moche plus tard, l’art peut être horrible au départ mais devient beau plus tard ». Steve aspirait toujours au « beau plus tard ». Il souhaitait être incompris.

En dehors du système, il se rendait toujours dans la même voiture de sport chez Next, où lui et son équipe inventaient tranquillement la plate-forme sur laquelle Tim Berners-Lee écrirait le programme du World Wide Web. Comme une fille, Steve passait un temps fou à parler d’amour. L’amour était sa valeur suprême, son Dieu parmi les dieux. Il questionnait, s’inquiétait de la vie sentimentale des gens qui travaillaient avec lui. Chaque fois qu’il croisait un homme qu’une femme pouvait trouver craquant, il l’interpellait : « Tu es célibataire ? Tu veux venir dîner avec ma soeur ? » Je me rappelle son coup de fil le jour où il a rencontré Laurene. « Il y a cette belle femme et elle est vraiment intelligente, et elle a un chien, et je vais l’épouser. »

« Il connaissait par coeur les roses »

Quand Reed est né, il a vraiment commencé à s’attendrir et ne s’est jamais arrêté. C’était un père attentif avec chacun de ses enfants. Il s’inquiétait de tout, des petits copains de Lisa, des voyages et de la longueur des jupes d’Erin, des dangers que courait Eve près des chevaux qu’elle adorait. Aucun de ceux qui ont assisté à la fête de remise de diplôme de Reed n’oubliera la scène où Reed et Steve dansent doucement ensemble. Son amour total pour Laurene l’a soutenu. Il pensait que l’amour surgissait à chaque instant, partout. Sur ce sujet, Steve n’était jamais ironique, jamais cynique, jamais pessimiste. J’essaie, encore, de faire mienne cette attitude.

Steve a rencontré le succès très jeune, et il avait l’impression que cela l’avait isolé. La plupart des choix faits depuis que je l’avais retrouvé étaient destinés à faire tomber les barrières autour de lui. Jeune homme de la classe moyenne de Los Altos, il est tombé amoureux d’une fille de la classe moyenne du New Jersey. C’était important pour tous les deux d’élever Lisa, Reed, Erin et Eve comme des enfants normaux, les pieds sur terre. La maison n’était pas intimidante, ne croulait pas sous les oeuvres d’art ou les dorures ; en réalité, pendant les premières années où j’ai connu Steve et « Lo » ensemble, le dîner était servi sur l’herbe, et souvent il s’agissait d’un seul légume. En quantité, certes, mais un seul. Du brocoli. De saison. Préparé simplement. Avec des herbes fraîchement ciselées.

Jeune millionnaire, Steve venait tout de même me chercher à l’aéroport. Il attendait là, en jeans. Quand un de ses enfants l’appelait au travail, sa secrétaire, Linetta, répondait : « Votre papa est en rendez-vous. Voulez-vous que je l’interrompe ? » Quand Reed insistait pour se déguiser en sorcière à chaque Halloween, Steve, Laurene, Erin et Eve, tous se transformaient en sorcière.

Ils ont voulu s’embarquer dans un total remaniement de la cuisine : cela a pris des années. Ils cuisinaient sur une plaque chauffante dans le garage. Le bâtiment Pixar, en construction à cette période, fut terminé en moitié moins de temps. Et voilà pour la maison de Palo Alto. Les salles de bains restèrent d’époque. Mais – et la distinction est capitale – cela était une très belle maison. Steve y avait veillé. Cela ne veut pas dire qu’il ne se réjouissait pas de son succès : il en profitait, mais sans en faire des tonnes. Il m’a raconté à quel point il adorait aller chez le marchand de cycles de Palo Alto et, là, découvrir avec un brin de malice qu’il pouvait s’offrir le meilleur vélo. Et il l’a fait.

Steve était humble. Steve aimait apprendre sans arrêt. Un jour, il m’a dit que s’il avait grandi autrement, il serait devenu mathématicien. Il parlait avec révérence des universités et adorait marcher autour du campus de Stanford. La dernière année de sa vie, il a étudié un livre de peinture de Mark Rothko, un artiste dont il n’avait jamais entendu parler, se demandant ce que ses oeuvres, affichées sur les murs du futur campus Apple, pourraient inspirer aux visiteurs. Steve cultivait un côté fantaisie. Quel autre P-DG connaît les roses anglaises et les roses chinoises, et a pour fleur favorite une rose signée David Austin ?

Il avait des surprises cachées plein les poches. Je suis sûre que Laurene va découvrir des trésors – des chansons qu’il adorait, un poème découpé et rangé dans un tiroir -, même après 20 ans d’un mariage exceptionnellement réussi. J’ai dû lui parler chaque jour ou presque, mais quand j’ouvrais leNew York Times et découvrais un article sur les brevets de l’entreprise, j’étais toujours surprise et ravie de découvrir le croquis d’un escalier parfait. Avec ses quatre enfants, avec sa femme, avec chacun de nous, Steve s’amusait beaucoup. Il chérissait le bonheur.

« Ressources insoupçonnées dans la maladie »

Puis Steve est tombé malade et sa vie s’est déroulée dans un cercle plus étroit. Mais avant, il aimait marcher dans Paris. Il avait découvert un petit magasin de soba (NDLR, pâtes japonaises) faites à la main à Kyoto. Il dévalait de manière gracieuse les pistes enneigées, mais était maladroit sur des skis de fond. Rien de plus. Par la suite, même les plaisirs simples, comme manger une bonne pêche, il ne s’y adonnait plus.

Pourtant, ce qui m’a sidérée, et de ce que j’ai appris de sa maladie, c’est que même très diminué, il lui restait des ressources insoupçonnées. Je me rappelle mon frère réapprenant à marcher, avec un fauteuil roulant. Après sa transplantation du foie, chaque jour il se mettait sur ses jambes qui semblaient trop minces pour le porter, les bras rivés au dos d’une chaise qu’il poussait à travers le couloir de l’hôpital de Memphis jusqu’au bureau des infirmières. Puis il s’asseyait sur cette chaise, se reposait, la tournait, et recommençait à marcher. Il comptait ses pas et chaque jour poussait un peu plus loin. Laurene s’agenouillait et le regardait dans les yeux. « Tu peux le faire, Steve », disait-elle. Il ouvrait grands les yeux et serrait fort les lèvres. Il essayait. Il essayait encore et toujours, l’amour chevillé au corps. C’était quelqu’un d’intensément émotif.

J’ai réalisé durant ces moments horribles que Steve ne supportait pas cette douleur pour lui seul. l’endurait dans des buts précis : le diplôme de son fils Reed, le voyage de sa fille Erin à Kyoto, la mise à l’eau du bateau qu’il faisait construire et sur lequel il avait prévu d’embarquer sa famille pour un tour du monde et où il espérait bien se retirer un jour avec Laurene. Même malade, son goût, son discernement et son jugement demeuraient intacts. Il a connu 67 infirmiers avant de trouver des « âmes soeurs », et ensuite a accordé sa totale confiance à trois d’entre eux qui l’ont accompagné jusqu’à la fin, Tracy, Arturo, Elham.

Un jour Steve a contracté une pneumonie si grave que son docteur lui a tout interdit, y compris la glace. Nous étions dans une unité de soins intensifs standard. Steve, qui en général refusait les passe-droits ou même de jouer de son nom, admit que, pour une fois, il aimerait recevoir un traitement un peu spécial. Je lui ai fait savoir : Steve, c’est un traitement spécial. Il s’est penché sur moi et a dit : « Je le veux un peu plus spécial encore. »

Intubé, alors qu’il ne pouvait pas parler, il a réclamé un bloc-notes. Il a mis au point un appareil pour tenir un iPad dans son lit d’hôpital. Il a dessiné des systèmes de perfusion et un équipement radiologique. Il réinventait cette unité médicale pas assez spéciale à son goût. Et, à chaque fois que sa femme rentrait dans la chambre, je voyais son sourire revenir sur son visage. Pour les choses vraiment graves, vous devez me croire, il écrivait sur un bloc. Et nous regardait. Cela signifiait : vous devez le faire. En faisant cela, il voulait dire que nous devions désobéir aux médecins et lui donner de la glace.

« La mort n’a pas frappé Steve, il est allé vers elle »

Aucun de nous ne pouvait dire avec certitude combien de temps il serait là. Les jours où Steve allait mieux, y compris au cours de la dernière année, il s’embarquait dans des projets et obtenait des promesses de ses amis chez Apple pour les mener à bien. En Hollande, des constructeurs de bateaux gardent une coque en acier inoxydable qui n’attend que son revêtement de bois. Ses trois filles ne sont toujours pas mariées, ses deux plus jeunes ne sont que des toutes jeunes filles, et il voudrait marcher à leur côté comme il l’a fait le jour de mon mariage.

Au final, nous mourrons tous in media res. Au milieu de l’histoire. De beaucoup d’histoires. J’imagine qu’on ne peut pas dire que la mort de quelqu’un qui souffre d’un cancer depuis des années est une surprise. Mais la mort de Steve était inattendue pour nous. Ce que la mort de mon frère m’a appris, c’est que le caractère est déterminant : il est mort comme il a vécu.

Mardi matin, il m’avait appelé pour me demander d’arriver à toute vitesse à Palo Alto. Son ton était affectueux, tendre, aimant, mais comme celui de quelqu’un dont les bagages sont déjà dans le coffre de la voiture, dont le voyage vient de commencer, même s’il était désolé, vraiment profondément désolé de nous abandonner. Il a commencé ses adieux et je l’ai stoppé. J’ai dit : « Attends. J’arrive. Je suis dans un taxi pour l’aéroport. Je serai là. » « Ma douce, je te dis ça maintenant parce que j’ai peur que tu n’arrives pas à temps. »

Quand je suis arrivé, Laurene et lui plaisantaient comme des associés qui avaient vécu et travaillé ensemble chaque jour de leur vie. Il regardait ses enfants au fond des yeux, comme s’il ne pouvait en détacher son regard. Jusqu’à deux heures de l’après-midi, sa femme a réussi à le tenir éveillé pour qu’il parle à ses amis d’Apple. Puis il devint clair qu’il ne sentait plus notre présence. Sa respiration a changé. Elle est devenue difficile, calculée, déterminée. Je pouvais le sentir compter de nouveau ses pas, en voulant aller plus loin. C’est ce que j’ai appris : il travaillait à cela aussi. La mort n’a pas frappé Steve, il est allé vers elle.

« On aurait dit qu’il escaladait »

En me disant adieu et à quel point il était désolé, tellement désolé à l’idée que nous ne vieillissions pas ensemble comme nous l’avions toujours prévu, il a également soutenu qu’il s’en allait pour un endroit meilleur. Le Dr Fischer lui donnait une chance sur deux de passer la nuit. Il a passé la nuit. Laurene, assoupie à côté de lui sur le lit, sursautait quand il y avait de plus longues pauses entre ses respirations. Elle et moi nous regardions, puis il reprenait une grande respiration, et ça recommençait. Il fallait que cela arrive. Même à cet instant, il avait un profil grave, toujours très beau, le profil d’un absolutiste, d’un romantique. Son souffle indiquait un voyage pénible, un chemin raide, l’altitude… On aurait dit qu’il escaladait.

Mais derrière cette volonté, cette éthique de travail, cette force, existaient une merveilleuse capacité d’émerveillement, une croyance de l’artiste dans un idéal, un après encore plus beau. Les derniers mots de Steve, plusieurs heures auparavant, étaient des monosyllabes, répétées trois fois. Avant de s’envoler, il a regardé sa soeur Patty, puis pendant longtemps ses trois enfants, puis la partenaire de sa vie, Laurene, puis encore au-dessus de leurs épaules, au loin. Les derniers mots de Steve furent : « Oh wow, oh wow, oh wow. »

Le Point.fr

Publié le 02/11/2011 à 16:35 –

Modifié le 02/11/2011 à 16:42

%d blogueurs aiment cette page :