Archives de Tag: Apple

Zuckerberg se lance en politique avec un nouveau parti

Publié le

Regardez cet article:Aux USA, Mark Zuckerberg défend la réforme de l’immigration ( http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20130411.OBS7701/aux-usa-mark-zuckerberg-defend-la-reforme-de-l-immigration.html – obsession.nouvelobs.com )–Maï
Maï Salaün

Publicités

Tests psychotechniques pour femmes savantes et petits génies de l’esprit. Maï Salaün

Publié le

Tests psychotechniques pour femmes savantes et petits génies de l’esprit.

Cependant, le plus grand test est celui d’être toujours ouvert à entendre, comprendre autrui, le regarder sans jugement ni préjugé et surtout atteindre, en conscience, ce qui nous est inaccessible et inconnu. Voilà la plus belle forme d’intelligence… la réception et la transmission du savoir…

TEST / Logique Chiffres sur :  http://www.cadresonline.com/coaching/test/result.php 

Ces tests vous permettent de mieux évaluer vos capacités intellectuelles et votre raisonnement logique, tout en restant ludiques. N’hésitez pas à vous lancer.

Vous avez 22 / 30 bonnes réponses

Votre résultat est excellent. Manifestement très à l’aise avec les chiffres, votre capacité d’analyse est excellente sur ce test ; si vous obtenez le même résultat aux tests de logique visuelle et de lettres, bravo !

Vous avez mis 0 h 38 min 44 s pour réaliser ce test.

10 21 29
48 ? 10

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

0 2 16
Mauvaise réponseVotre réponse : C
546 21 231
243 ? 664

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

32 8 25
Mauvaise réponseVotre réponse : B
MAIRIE 1
NAVAL 1
LAMA 2
JOB 2
CASTOR ?

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

6 2 4
Mauvaise réponseVotre réponse : C
6 61 5
1 ? 7
4 20 2

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

30 50 27
Mauvaise réponseVotre réponse : A 
2 4 1
1 ? 7
4 20 2

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

14 26 49
Mauvaise réponseVotre réponse : A
10
6 4
9
1 8
15
9 ?
Compléter la série ci-dessus
Réponses possibles

6 9 1
Mauvaise réponseVotre réponse : C
2
4
4
3
6
2
3
1
2
0
5
6
1
5
5
4
?
?
Compléter la série ci-dessus
Réponses possibles

5
2
6
3
4
3
Mauvaise réponseVotre réponse : C 
15 5 10
18 ? 11
12 14 4

Compléter la série ci-dessus

Réponses possibles

1 8 10
Mauvaise réponseVotre réponse : B 

Test : Mesurez votre Quotient Intellectuel

Le questionnaire qui suit a été construit sur le modèle des échelles d’intelligence actuellement utilisées en psychologie internationale. Il ne peut se substituer à des épreuves effectuées en présence d’un psychologue. Il vous permettra néanmoins d’avoir une estimation globale de votre niveau et de votre façon de fonctionner.

Pour être valable, ce test de 40 questions doit être fait en 35 minutes (environ 45 secondes par question).

Ce test de quotient intellectuel comprend des questions faisant appel à votre culture générale.

http://test.psychologies.com/mesurez-votre-quotient-intellectuel :

  • Vos résultats :

Vous avez obtenu plus de 35 bonnes réponses sur 40 questions
Vous êtes hors norme, vous faites partie des 2.1% de personnes dont le QI est supérieur à 130.Vous n’êtes pas seul dans ce cas, mais presque (moins de 2% de la population) ! Les surdoués ont toujours formé une communauté à part. On les envie un peu, on les jalouse aussi.

On n’aime qu’une partie de moi…

Vous poser la question de savoir si l’on vous aime, vous laisse perplexe. Vous vous savez apprécié(e) de différentes personnes et entretenez des relations sincères avec la plupart d’entre elles. Mais d’un autre côté, vous avez le sentiment que vos proches n’aiment en vous que ce que vous voulez bien montrer : votre meilleur côté, celui qui a coup sûr ne décevra pas.
Du coup, vous ressentez comme un vide : une partie de votre être reste ignorée, inconnue… Or, le fait de ne dévoiler que l’aspect fort, invincible, agréable et sympathique de votre personnalité, ne fait qu’entretenir ce cercle vicieux. Pourquoi vouloir à tout prix cacher vos failles ? Peut-être avez-vous le sentiment que si l’autre percevait vos faiblesses et vos défauts, il vous jugerait moins intéressant(e), et peu « aimable ».
Mais à y bien regarder, êtes-vous sûr(e) de ne pas être le ou la plus sévère quant à vos propres failles ? Votre peu d’indulgence et de compassion envers vous-même vous obligent à les cacher et à nier toute une partie de votre être, et donc de ne mettre en avant que certaines de vos facettes, celles qui vous paraissent les plus acceptables et les plus aimables… Vous souffrez certainement de ce que les psys appellent « le syndrome de l’imposteur ».
Profil de MAI
Test passé le : 06/11/2011
Votre score:
Quotient: 13.8/20
Niveau: plûtot supérieure à la moyenne
Nb réponses correctes: 69/100
Descriptif GénéralLa Culture Générale est d’abord un élément d’épanouissement personnel et d’ouverture au monde. C’est aussi un atout qui favorisera votre réussite dans le cadre de vos études, de votre vie sociale ou professionnelle.

La moyenne générale de la population ayant passé ce test est égale à 10/20.

N’attachez pas une trop grande importance à votre score. Il doit seulement constituer un moyen d’identifier vos lacunes afin de les combler. Un score moyen mais régulier dénote une culture générale harmonieuse. En revanche, un score plus élevé mais accusant de grandes variations d’un thème à un autre révèle des lacunes importantes.

Retrouvez les solutions commentées pour approfondir vos connaissances et vous sentir plus sûr(e) de vous.

CULTURE GÉNÉRALE : LA CLÉ DE LA RÉUSSITE

L’icône de l’économie numérique a été bouleversée par Mona, la fille d’Abdullfatah John Jandalli, le père naturel de Steeve Jobs

Publié le

EXCLUSIF. Mona Jobs a rendu un hommage très personnel

au créateur d’Apple récemment disparu. Lui qui avait tant besoin de communiquer avec son père, il a créé un bijou de la communication sans jamais pouvoir le faire avec son modèle.

Voici la traduction.

Steve Jobs raconté par sa petite soeurSteve Jobs en 1976, 1999 et 2000 (montage Le Point.fr) © – / Abaca
Click here to find out more!

Steve Jobs n’est pas Dieu, loin s’en faut. Mais parmi les nombreux hommages qui ont été rendus après sa mort, celui de sa soeur mérite l’intérêt. Non seulement parce que c’est une des rares personnes à qui il s’est ouvert, mais aussi parce qu’elle est au coeur du drame qui a le plus marqué Steve Jobs. Si les parents de Steve l’ont abandonné, ils ont choisi d’élever sa petite soeur Mona. Quand il l’a découvert, il en a été bouleversé. Au point de ne jamais vouloir reprendre contact avec Abdullfatah John Jandalli, son père naturel. L’hommage de Mona a été prononcé le jour de l’enterrement de Steve Jobs, le 16 octobre, et il a depuis été reproduit dans le New York Times. Mais ce discours n’avait jamais été traduit en français. La voici en exclusivité.

« J’ai grandi comme une fille unique, avec une mère célibataire. Parce que nous étions pauvres et que je savais que mon père avait émigré de Syrie, je pensais qu’il ressemblait à Omar Sharif. J’espérais qu’il serait riche et gentil et surgirait dans nos vies (et dans notre appartement non encore meublé) pour nous aider.

Plus tard quand j’ai rencontré mon père, j’ai voulu croire qu’il avait changé son numéro et n’avait pas laissé son adresse parce que c’était un révolutionnaire, complotant pour un monde nouveau pour le peuple arabe. Bien que féministe, j’ai passé ma vie à attendre un homme à aimer, et qui m’aime. Durant des décennies, j’ai cru que cet homme pourrait être mon père. Quand j’ai eu 25 ans, j’ai rencontré cet homme, c’était mon frère.

À l’époque, j’habitais à New York, où j’essayais d’écrire mon premier roman. Je travaillais dans un petit magazine dans un bureau de la taille d’un placard avec trois « aspirants écrivains ». Un jour, quand un avocat m’a appelée – moi, la fille de classe moyenne californienne qui harcelait son patron pour qu’il nous fasse souscrire à une assurance maladie -, il m’a dit avoir un client riche et célèbre et qu’il s’agissait de mon frère perdu de vue depuis longtemps.

Les jeunes journalistes sont devenus fous. Nous étions en 1985 et travaillions pour un magazine littéraire très avant-gardiste, mais moi j’étais tombée dans une intrigue à la Dickens, et nous adorions ça. L’avocat a refusé de me dire le nom de mon frère et mes collègues ont commencé à prendre des paris. Le candidat le plus en vue : John Travolta. J’espérais secrètement un descendant littéraire d’Henry James – quelqu’un de plus talentueux que moi, un homme naturellement brillant.

« Il souhaitait être incompris »

Quand j’ai rencontré Steve, c’était un type de mon âge, en jeans, avec un look d’arabe ou de juif, et plus beau qu’Omar Sharif. Nous avons fait une longue marche – il se trouve que nous aimions tous les deux cela. Je me rappelle peu de choses de ce que nous nous sommes dit ce jour-là, seulement qu’il ressemblait à quelqu’un que j’aurais aimé avoir comme ami. Il m’a appris qu’il travaillait dans les ordinateurs. Je ne connaissais pratiquement rien aux ordinateurs, je travaillais encore sur une Olivetti à ruban. J’ai dit à Steve que j’envisageais depuis peu d’acheter mon premier ordinateur, un Cromemco. Steve m’a dit que c’était bien que j’aie attendu, qu’il était en train de mettre au point quelque chose de furieusement beau.

Je voudrais vous faire partager deux ou trois choses que j’ai apprises de Steve à trois périodes distinctes au cours des 27 années où je l’ai connu. Ce ne sont pas des périodes qui se comptent en années, mais en état d’esprit. Sa vie bien remplie. Sa maladie. Son décès. Steve travaillait à ce qu’il adorait. Il travaillait vraiment dur. Chaque jour… C’est incroyablement simple, mais vrai. Il était tout sauf distrait. Cela ne l’embêtait jamais de travailler dur, même si cela se soldait par un échec. Si quelqu’un d’aussi intelligent que Steve n’avait pas honte d’admettre qu’il tâtonnait, peut-être ne devais-je pas avoir honte non plus.

Quand il fut viré de chez Apple, il en souffrit. Il m’a parlé d’un dîner où 500 leaders de la Silicon Valley rencontrèrent le président d’alors. Steve n’avait pas été invité. Il était blessé mais continuait à travailler chez Next. Chaque jour. La nouveauté n’était pas la valeur essentielle de Steve. C’était la beauté. Pour un innovateur, Steve était d’une fidélité rare. S’il aimait une chemise, il pouvait en commander 10 ou 100. Dans sa maison de Palo Alto, il y a certainement autant de cols roulés en coton noir que de paroissiens à l’église. Il était insensible aux tendances et aux gimmicks. Il aimait les gens de son âge. Sa philosophie de l’esthétisme me rappelle une citation du genre « la mode est ce qui a l’air beau mais devient moche plus tard, l’art peut être horrible au départ mais devient beau plus tard ». Steve aspirait toujours au « beau plus tard ». Il souhaitait être incompris.

En dehors du système, il se rendait toujours dans la même voiture de sport chez Next, où lui et son équipe inventaient tranquillement la plate-forme sur laquelle Tim Berners-Lee écrirait le programme du World Wide Web. Comme une fille, Steve passait un temps fou à parler d’amour. L’amour était sa valeur suprême, son Dieu parmi les dieux. Il questionnait, s’inquiétait de la vie sentimentale des gens qui travaillaient avec lui. Chaque fois qu’il croisait un homme qu’une femme pouvait trouver craquant, il l’interpellait : « Tu es célibataire ? Tu veux venir dîner avec ma soeur ? » Je me rappelle son coup de fil le jour où il a rencontré Laurene. « Il y a cette belle femme et elle est vraiment intelligente, et elle a un chien, et je vais l’épouser. »

« Il connaissait par coeur les roses »

Quand Reed est né, il a vraiment commencé à s’attendrir et ne s’est jamais arrêté. C’était un père attentif avec chacun de ses enfants. Il s’inquiétait de tout, des petits copains de Lisa, des voyages et de la longueur des jupes d’Erin, des dangers que courait Eve près des chevaux qu’elle adorait. Aucun de ceux qui ont assisté à la fête de remise de diplôme de Reed n’oubliera la scène où Reed et Steve dansent doucement ensemble. Son amour total pour Laurene l’a soutenu. Il pensait que l’amour surgissait à chaque instant, partout. Sur ce sujet, Steve n’était jamais ironique, jamais cynique, jamais pessimiste. J’essaie, encore, de faire mienne cette attitude.

Steve a rencontré le succès très jeune, et il avait l’impression que cela l’avait isolé. La plupart des choix faits depuis que je l’avais retrouvé étaient destinés à faire tomber les barrières autour de lui. Jeune homme de la classe moyenne de Los Altos, il est tombé amoureux d’une fille de la classe moyenne du New Jersey. C’était important pour tous les deux d’élever Lisa, Reed, Erin et Eve comme des enfants normaux, les pieds sur terre. La maison n’était pas intimidante, ne croulait pas sous les oeuvres d’art ou les dorures ; en réalité, pendant les premières années où j’ai connu Steve et « Lo » ensemble, le dîner était servi sur l’herbe, et souvent il s’agissait d’un seul légume. En quantité, certes, mais un seul. Du brocoli. De saison. Préparé simplement. Avec des herbes fraîchement ciselées.

Jeune millionnaire, Steve venait tout de même me chercher à l’aéroport. Il attendait là, en jeans. Quand un de ses enfants l’appelait au travail, sa secrétaire, Linetta, répondait : « Votre papa est en rendez-vous. Voulez-vous que je l’interrompe ? » Quand Reed insistait pour se déguiser en sorcière à chaque Halloween, Steve, Laurene, Erin et Eve, tous se transformaient en sorcière.

Ils ont voulu s’embarquer dans un total remaniement de la cuisine : cela a pris des années. Ils cuisinaient sur une plaque chauffante dans le garage. Le bâtiment Pixar, en construction à cette période, fut terminé en moitié moins de temps. Et voilà pour la maison de Palo Alto. Les salles de bains restèrent d’époque. Mais – et la distinction est capitale – cela était une très belle maison. Steve y avait veillé. Cela ne veut pas dire qu’il ne se réjouissait pas de son succès : il en profitait, mais sans en faire des tonnes. Il m’a raconté à quel point il adorait aller chez le marchand de cycles de Palo Alto et, là, découvrir avec un brin de malice qu’il pouvait s’offrir le meilleur vélo. Et il l’a fait.

Steve était humble. Steve aimait apprendre sans arrêt. Un jour, il m’a dit que s’il avait grandi autrement, il serait devenu mathématicien. Il parlait avec révérence des universités et adorait marcher autour du campus de Stanford. La dernière année de sa vie, il a étudié un livre de peinture de Mark Rothko, un artiste dont il n’avait jamais entendu parler, se demandant ce que ses oeuvres, affichées sur les murs du futur campus Apple, pourraient inspirer aux visiteurs. Steve cultivait un côté fantaisie. Quel autre P-DG connaît les roses anglaises et les roses chinoises, et a pour fleur favorite une rose signée David Austin ?

Il avait des surprises cachées plein les poches. Je suis sûre que Laurene va découvrir des trésors – des chansons qu’il adorait, un poème découpé et rangé dans un tiroir -, même après 20 ans d’un mariage exceptionnellement réussi. J’ai dû lui parler chaque jour ou presque, mais quand j’ouvrais leNew York Times et découvrais un article sur les brevets de l’entreprise, j’étais toujours surprise et ravie de découvrir le croquis d’un escalier parfait. Avec ses quatre enfants, avec sa femme, avec chacun de nous, Steve s’amusait beaucoup. Il chérissait le bonheur.

« Ressources insoupçonnées dans la maladie »

Puis Steve est tombé malade et sa vie s’est déroulée dans un cercle plus étroit. Mais avant, il aimait marcher dans Paris. Il avait découvert un petit magasin de soba (NDLR, pâtes japonaises) faites à la main à Kyoto. Il dévalait de manière gracieuse les pistes enneigées, mais était maladroit sur des skis de fond. Rien de plus. Par la suite, même les plaisirs simples, comme manger une bonne pêche, il ne s’y adonnait plus.

Pourtant, ce qui m’a sidérée, et de ce que j’ai appris de sa maladie, c’est que même très diminué, il lui restait des ressources insoupçonnées. Je me rappelle mon frère réapprenant à marcher, avec un fauteuil roulant. Après sa transplantation du foie, chaque jour il se mettait sur ses jambes qui semblaient trop minces pour le porter, les bras rivés au dos d’une chaise qu’il poussait à travers le couloir de l’hôpital de Memphis jusqu’au bureau des infirmières. Puis il s’asseyait sur cette chaise, se reposait, la tournait, et recommençait à marcher. Il comptait ses pas et chaque jour poussait un peu plus loin. Laurene s’agenouillait et le regardait dans les yeux. « Tu peux le faire, Steve », disait-elle. Il ouvrait grands les yeux et serrait fort les lèvres. Il essayait. Il essayait encore et toujours, l’amour chevillé au corps. C’était quelqu’un d’intensément émotif.

J’ai réalisé durant ces moments horribles que Steve ne supportait pas cette douleur pour lui seul. l’endurait dans des buts précis : le diplôme de son fils Reed, le voyage de sa fille Erin à Kyoto, la mise à l’eau du bateau qu’il faisait construire et sur lequel il avait prévu d’embarquer sa famille pour un tour du monde et où il espérait bien se retirer un jour avec Laurene. Même malade, son goût, son discernement et son jugement demeuraient intacts. Il a connu 67 infirmiers avant de trouver des « âmes soeurs », et ensuite a accordé sa totale confiance à trois d’entre eux qui l’ont accompagné jusqu’à la fin, Tracy, Arturo, Elham.

Un jour Steve a contracté une pneumonie si grave que son docteur lui a tout interdit, y compris la glace. Nous étions dans une unité de soins intensifs standard. Steve, qui en général refusait les passe-droits ou même de jouer de son nom, admit que, pour une fois, il aimerait recevoir un traitement un peu spécial. Je lui ai fait savoir : Steve, c’est un traitement spécial. Il s’est penché sur moi et a dit : « Je le veux un peu plus spécial encore. »

Intubé, alors qu’il ne pouvait pas parler, il a réclamé un bloc-notes. Il a mis au point un appareil pour tenir un iPad dans son lit d’hôpital. Il a dessiné des systèmes de perfusion et un équipement radiologique. Il réinventait cette unité médicale pas assez spéciale à son goût. Et, à chaque fois que sa femme rentrait dans la chambre, je voyais son sourire revenir sur son visage. Pour les choses vraiment graves, vous devez me croire, il écrivait sur un bloc. Et nous regardait. Cela signifiait : vous devez le faire. En faisant cela, il voulait dire que nous devions désobéir aux médecins et lui donner de la glace.

« La mort n’a pas frappé Steve, il est allé vers elle »

Aucun de nous ne pouvait dire avec certitude combien de temps il serait là. Les jours où Steve allait mieux, y compris au cours de la dernière année, il s’embarquait dans des projets et obtenait des promesses de ses amis chez Apple pour les mener à bien. En Hollande, des constructeurs de bateaux gardent une coque en acier inoxydable qui n’attend que son revêtement de bois. Ses trois filles ne sont toujours pas mariées, ses deux plus jeunes ne sont que des toutes jeunes filles, et il voudrait marcher à leur côté comme il l’a fait le jour de mon mariage.

Au final, nous mourrons tous in media res. Au milieu de l’histoire. De beaucoup d’histoires. J’imagine qu’on ne peut pas dire que la mort de quelqu’un qui souffre d’un cancer depuis des années est une surprise. Mais la mort de Steve était inattendue pour nous. Ce que la mort de mon frère m’a appris, c’est que le caractère est déterminant : il est mort comme il a vécu.

Mardi matin, il m’avait appelé pour me demander d’arriver à toute vitesse à Palo Alto. Son ton était affectueux, tendre, aimant, mais comme celui de quelqu’un dont les bagages sont déjà dans le coffre de la voiture, dont le voyage vient de commencer, même s’il était désolé, vraiment profondément désolé de nous abandonner. Il a commencé ses adieux et je l’ai stoppé. J’ai dit : « Attends. J’arrive. Je suis dans un taxi pour l’aéroport. Je serai là. » « Ma douce, je te dis ça maintenant parce que j’ai peur que tu n’arrives pas à temps. »

Quand je suis arrivé, Laurene et lui plaisantaient comme des associés qui avaient vécu et travaillé ensemble chaque jour de leur vie. Il regardait ses enfants au fond des yeux, comme s’il ne pouvait en détacher son regard. Jusqu’à deux heures de l’après-midi, sa femme a réussi à le tenir éveillé pour qu’il parle à ses amis d’Apple. Puis il devint clair qu’il ne sentait plus notre présence. Sa respiration a changé. Elle est devenue difficile, calculée, déterminée. Je pouvais le sentir compter de nouveau ses pas, en voulant aller plus loin. C’est ce que j’ai appris : il travaillait à cela aussi. La mort n’a pas frappé Steve, il est allé vers elle.

« On aurait dit qu’il escaladait »

En me disant adieu et à quel point il était désolé, tellement désolé à l’idée que nous ne vieillissions pas ensemble comme nous l’avions toujours prévu, il a également soutenu qu’il s’en allait pour un endroit meilleur. Le Dr Fischer lui donnait une chance sur deux de passer la nuit. Il a passé la nuit. Laurene, assoupie à côté de lui sur le lit, sursautait quand il y avait de plus longues pauses entre ses respirations. Elle et moi nous regardions, puis il reprenait une grande respiration, et ça recommençait. Il fallait que cela arrive. Même à cet instant, il avait un profil grave, toujours très beau, le profil d’un absolutiste, d’un romantique. Son souffle indiquait un voyage pénible, un chemin raide, l’altitude… On aurait dit qu’il escaladait.

Mais derrière cette volonté, cette éthique de travail, cette force, existaient une merveilleuse capacité d’émerveillement, une croyance de l’artiste dans un idéal, un après encore plus beau. Les derniers mots de Steve, plusieurs heures auparavant, étaient des monosyllabes, répétées trois fois. Avant de s’envoler, il a regardé sa soeur Patty, puis pendant longtemps ses trois enfants, puis la partenaire de sa vie, Laurene, puis encore au-dessus de leurs épaules, au loin. Les derniers mots de Steve furent : « Oh wow, oh wow, oh wow. »

Le Point.fr

Publié le 02/11/2011 à 16:35 –

Modifié le 02/11/2011 à 16:42

Steve Jobs, 24 février 1955 – 5 octobre 2011, 1 adopté américain d’origine Syrienne

Publié le
Steve Jobs and Bill Gates at the fifth D: All ...

Image via Wikipedia

 

Mort du Co-fondateur d’e l’IMac, de l’IPod,
de l’IPhone, de l’IPad qui s’était fait viré d’Apple, lorsqu’il avait 30 ans après avoir créé l’IMac.
Lui qui avait quitté Apple il y a quelques mois.
Il est aussi le créateur d’Atari et de Pixar – la pépite des dessins animés modernes rachetée par Disney. Il est passé par la case Microsoft.

 

 

http://www.itele.fr/video/jobs-les-reactions-aux-etats-unis

 

Page d’accueil de Google le 6/10/2011
Google
Steve Jobs, 1955 – 2011
A 55 ans, Steve Jobs figure parmi les patrons les plus connus pour avoir redressé le fabricant d’ordinateurs Apple. Le P-DG est un des hommes les plus riches des Etats-Unis, avec une fortune estimée à 6,8 milliards de dollars selon Forbes

 

CV de Steeve Jobs le co-fondateur d’Apple.

24 février 1955: naissance à San Francisco.

1976: Steve Jobs travaille chez le pionnier des jeux vidéos Atari et crée le premier ordinateur Apple dans le garage familial. Agé de seulement 21 ans, il fonde la société Apple avec son ami et informaticien Stephen Wozniak, qui a lui 26 ans.

1980: Apple entre en Bourse. Steve Jobs et Stephen Wozniak deviennent rapidement millionnaires.

1984: le Macintosh apparaît et Steve Jobs entre en conflit avec Jef Raskin, considéré comme le père du « Mac », ancien salarié d’Apple.

1985: Steve Jobs est démis de ses fonctions par John Sculley, qu’il avait recruté chez Pepsi-Cola en 1983. Il quitte Apple et fonde une autre société, NeXT Computers, quelques années plus tard.

1986: il fonde les studios d’animation Pixar qu’il dirigera jusqu’à leur rachat en 2006 par Disney.

1996: Apple signe un partenariat avec son grand rival Microsoft. Grâce à ce dernier, Apple rachète NeXT Computers. Steve Jobs retourne alors chez Apple.

1997: il provoque le départ du président d’Apple Gil Amelio et devient P-DG intérimaire. Il remanie aussi le conseil d’administration.

2000: Steve Jobs devient patron d’Apple de plein droit et redresse le groupe.

2001: lancement du baladeur MP3 iPod, qui va permettre à Apple de devenir leader sur le marché naissant de la musique numérique.

2004: Steve Jobs est opéré d’un cancer du pancréas.

Décembre 2006: affaire des stock-options antidatées. Steve Jobs aurait empoché, en 2001, 7,5 millions de stock-options, sans l’aval nécessaire du conseil d’administration. En janvier, la justice fédérale américaine ouvre une enquête sur cette histoire. Avant de blanchir le dirigeant.

17 décembre 2008: nouvelles rumeurs sur l’état de santé du patron d’Apple, du fait de son absence au prochain MacWorld. Une information qui soulève aussi des interrogations sur l’absence de nouveaux produits à venir. Le titre perd plus de 6% en séance.

5 janvier 2009: Steve Jobs est contraint de reconnaître qu’il est sous traitement pour « déséquilibre hormonal » mais il précise vouloir conserver son poste. Le 14, évoquant un problème plus « complexe », il annonce prendre un congé-maladie jusque fin juin.

9 septembre 2009: le P-DG d’Apple, qui ne s’était plus montré en public depuis octobre 2008 et une greffe du foie, vient en personne présenter les nouveautés de sa société.

novembre 2009: Steve Jobs est nommé « patron de la décennie » par Fortune pour avoir changé la donne sur trois marchés (musique, film et téléphone portable) et avoir décuplé la valeur de son entreprise (de 5 milliards de dollars à l’aube des années 2000 à 170 milliards aujourd’hui).

avril 2010: lancement de l’iPad aux Etats-Unis, vendu depuis à plus de 8 millions d’exemplaires.

décembre 2010: Steve Jobs est élu « personne de l’année » par le Financial Times, la présentation de l’iPad ayant symbolisé « un retour en force remarquable » pour Steve Jobs et son entreprise.

17 janvier 2011: le dirigeant annonce retourner en arrêt-maladie pour se concentrer sur sa santé.

Design objects speak volumes. When I first saw the Macintosh (a 512, above) I remember thinking how it was revolutionary, a leap from the Apple II that I had been using. It happened again when I « surfed the web » on an iPhone for the first time. In both instances, what I touched and interacted with was the expression of a singular vision.
 With the sad passing of Steve Jobs yesterday, Autism Speaks wanted to take a moment to recognize the enormous contributions he and Apple made to the autism community. Jobs brought touch screen computing to the masses, and as a result of the iPad and the many other tablet and touch screen devices that followed, he helped many affected by autism…
 In my opinion… Probably the most enthusiastic person to work with technology, ever… he had a vision and a dream to do things a specific way – to give people what he thought they deserved. And his drive for perfection drove Apple to be the most powerful and influential companies in the world.
If not for Steve, the things we have today may…
 Steve Wozniak on Steve Jobs
Steve Jobs was the man most often associated with Apple, but another Steve played a big part in the formation of the company, and Mr. Wozniak has some kind words about his friend and former business partner. Well said, Woz.
Steve Wozniak on Steve Jobs originally appeared on Engadget on Thu, 06 Oct 2011 12:34:00 EDT.

The death of Steve Jobs on Wednesday evoked grief and mourning all over the world, especially at focal points like the Apple campus in Cupertino , Jobs’s home in Palo Alto , Calif., and Apple Stores around the world. Here are some selected shots from across the Web.
This slideshow requires JavaScript.

 Steve Jobs was the man most often associated with Apple, but another Steve played a big part in the formation of the company, and Mr. Wozniak has some kind words about his friend and former business partner. Well said, Woz.
Steve Wozniak on Steve Jobs originally appeared on Engadget on Thu, 06 Oct 2011 12:34:00 EDT.

 The news of the passing of Steve Jobs, Apple co-founder and former CEO has really created shock waves. The world has lost a giant of a man in the form of Steve Jobs. Even though I did not know him personally, using Apple products gave me that connection. It is funny how even people we do not know personally can have an impact on us that is…

 Yes, I like my iPhone and iPad. But I found blocking flash pretty ignorant. Even arrogant. So I have never been an Apple groupie. But like many, I really loved the brand called Steve Jobs. Creative genius and to me: the rockstar of the computer industry…
Steve Jobs, 1955 – 2011. Leader by example.

 Gino’s « Apple pizza » – tribute to the great Steve Jobs
Last night died Steve Jobs, the Leonardo da Vinci of our era. Passionate visionary man who has left strong traces in the world we are living.
« Almost everything – all external expectations, all pride, all fear of embarrassment or failure – these things just fall away in the face of death,…

 I never realized four weeks back that you really are going to go away in a matter of weeks, when I posted on Steve Jobs lessons http://ireach.wordpress.com/2011/09/22/steve-jobs-lessons/
When one of my close family member faced the big C disease a decade back, I have witnessed the challenges she went through http://ireach.wordpress

 While pretty much anyone you ask identifies Steve Jobs with his amazing work at Apple, that’s not the only company he’s responsible for turning into a major success.
After Jobs was ousted from Apple in 1985, he went on to buy Pixar from LucasFilm.
About a decade later, Pixar produced the first feature-length computer animated film, Toy Story in a…

 Steve Jobs lost his battle with pancreatic cancer Wednesday, leaving his family without their loved one, his company without its founding leader, and the world without one of the most creative visionaries of our time.
Apple’s co-founder had fought the disease for years and underwent a liver transplant in 2009.

 Summary: End of an era.
Steve Jobs – February 24, 1955 – October 5, 2011
What can I say that hasn’t already been said? Not much.
Steve Jobs, tech visionary and master at selling people things they didn’t realize they needed, has passed away after a lengthy battle with cancer.
I think that it’s rather fitting that I read about his passing on my…

It came too soon.
We’ve known for a long time now that Steve Jobs has been in failing health, but in the years since he went public with his illness, we’ve seen the iPhone, iPad, MacBook Air, Mac mini and even more, all coming from his ideas. He never let his medical issues slow him down, even though a lesser man may have given up and decided to…

 Summary: Whether you loved or hated Steve Jobs, his affect on people was profound.
Steve Jobs: Apple’s greatest legacy or its biggest obstacle?
It’s no secret that I was not fond of Steve Jobs, nor Apple’s business practices. But I can dislike someone and still acknowledge their accomplishments.
As the driving force behind Apple, the company…

Visiter l’Elysée, Bercy, la RATP fait son cinéma, prenez le bus d’antan lors Journées du patrimoine 2011

Visiter l’Elysée, Bercy, prenez le bus d’antan lors Journées du patrimoine 2011.
Le Siège du parti du PS
L’Huma à la Courneuve est une bonne ballade pour rencontrer les hommes politiques qui vous montreront leur conception de l’unité à Gauche.
Tout le programme dans votre ville

Les 17 et 18 septembre, les 28èmes Journées du Patrimoine se déclinent sous le thème « Voyage du patrimoine ». Retrouvez sur nos pages tout le programme du week-end dans votre ville, les sélections de la Rédaction pour vous orienter dans vos choix et votez pour les lieux les plus emblématiques du patrimoine Français !

Quel est selon vous le site le plus représentatif du patrimoine français ?

Le Mont Saint-Michel
Les Châteaux de la Loire
Le Palais des Papes
La Cité médiévale de Carcassonne
Le Canal du Midi
Les Calanques de Marseille
Les Champs Elysées
La Tour Eiffel
Notre Dame de Paris
Le Château de Versailles
La Côte d’Azur et ses plages
15 000 sites à visiter.
Les coulisses et lieux de pouvoir attirent le plus.
En plus du palais Présidentiel, au Sénat, à l’Assemblée Nationale.
Allez visitez la station de la RATP dédié au cinéma :  » La Porte des Lilas « 
Prenez le temps du train du temps sans prendre de correspondance.
La techno parade, la danse électro, la House dance, le Street-Jazz, Break-danse, le Voguing, les danses glamours… sur le rythme de la musique électronique.

 EDITORIAL DU MINISTRE

DE LA CULTURE

Frédéric Mitterrand, ministre

Patrimoine : le mot renvoie vers l’immobilité apparente, l’hiératisme des vieilles pierres. Il enclot pourtant le flux de toutes les influences qui les ont façonnées, telles les rocs du poète Eugène Guillevic : « Ils sentent le dehors, Ils savent le dehors. »

L’art de bâtir s’est toujours nourri des imaginaires, des échanges de savoir-faire, des influences de l’ailleurs et du partage des rêves. Circulation des formes, celles de l’Empire romain, de l’art gothique, du style italien dans l’Europe de la Renaissance, du goût pour les majestueuses structures métalliques issues de nos révolutions industrielles, de l’Art nouveau et de ses innovateurs… autant de marqueurs omniprésents de notre identité européenne. Des traits caractéristiques, aussi, de notre patrimoine national, des citadelles sur le modèle conçu par Vauban, par exemple, aux immeubles haussmanniens de Paris à Marseille.

Notre patrimoine, c’est aussi la circulation des corps de métier, du compagnonnage, des ingénieurs, des architectes, des artistes – le voyage, rite d’initiation pour ces derniers et thème d’inspiration inépuisable, sera d’ailleurs le thème du prochain Festival d’histoire de l’art. C’est aussi la mobilité des œuvres, qui fait l’histoire de toutes nos collections, du cabinet de curiosités aux collections de peinture, d’art oriental, d’arts premiers.

Donner à voir ces flux, c’est le défi que les Journées européennes du patrimoine ont choisi de relever pour leur 28e édition. « Voyage du patrimoine » est un défi didactique, une incitation à l’ouverture, à comprendre les branchements, à percevoir ce qui circule sous la solennité des sacralisations.

Je veux remercier très chaleureusement les nombreux partenaires publics et privés qui mettent, cette année encore, leurs convictions au service de ces Journées pour permettre l’accès de chacun au livre ouvert de nos identités communes.

Frédéric Mitterrand

Ministre de la Culture
et de la Communication

Accueil > Actualité > Société > Les bons plans des Journées du patrimoine à Paris et en Ile-de-France

JOURNÉES DU PATRIMOINE 2011

Publié le 17 septembre 2011 à 10h30
Mis à jour le 17 septembre 2011 à 10h55

Les bons plans des Journées du patrimoine à Paris et en Ile-de-France

La rédaction de France-Soir vous conseille des sites passionnants à découvrir partout en Île-de-France.

Inauguré en 1989, le ministère des Finances est la deuxième plus grande surface de bureaux au monde avec 42 kilomètres de couloirs

Inauguré en 1989, le ministère des Finances est la deuxième plus grande surface de bureaux au monde avec 42 kilomètres de couloirsSIPA

Les balades en bus anciens à Paris (XIIe)

Partez à la découverte du patrimoine parisien à bord de l’un des bus mis en service de 1931 à 1936. Laissez-vous emporter pour un voyage au cœur de l’histoire de Paris, en compagnie de musiciens et comédiens qui animeront vos trajets.

Les incontournables des ces Journées du Patrimoine

A voir absolument !

Palais du Luxembourg – Sénat

Château, Palais et Demeure

Palais du Luxembourg – Sénat, title= »Palais du Luxembourg - Sénat, Lieu public & Balades à Paris« >26, Rue de Vaugirard , 75006 Paris


Tél : 01 42 34 20 00

Modifié par la rédaction de Cityvox

Un lieu riche en histoire

A partir de 1615, Marie de Médicis fit construire ce palais florentin par Salomon de Brosse. Louis XIV y fit plus tard élever ses enfants, puis la Convention le transfoma en prison. Il devint un haut lieu politique sous le Directoire, un quartier général pendant la Seconde Guerre mondiale et il est, depuis 1958, le siège du Sénat.

Suite

Informations pratiques

Toutes les caractéristiques

Château, Palais et Demeure – Monument
Cadre – Ambiance : Beau décor – Historique – Vue exceptionnelle
Suite

Tous les lieux en relation avec Palais du Luxembourg – Sénat :

– Musée du Luxembourg – Orangerie du Sénat (Musée) – Orangerie du jardin du Luxembourg (Musée) – Jardin du Luxembourg (Lieu public & Balades)

Site web officiel :

Voir le site web

Modifié par la rédaction de Cityvox

Programmation

Visite guidée

Date et heure :

Du 17/09/11 au 18/09/11 de 09:30 à 17:30 : Samedi, Dimanche
Signaler une erreur


Photos

© Cityvox  © Cityvox

Voici les 2 photos de Palais du Luxembourg – Sénat

Journées du patrimoine à la fondation France Télévisions à ParisParis – 75015
France Télévisions

Journées du patrimoine à la fondation France Télévisions

  • Partager17
  • |
Incontournables

Visite guidée
France Télévisions – Paris

Du 17 au 18 septembre 2011

Dans le cadre de : Journées du Patrimoine dans les lieux insolites

Programmation

 France Télévisions – Du 17/09/2011 au 18/09/2011

Adresse :

7 Esplanade Henri de France – 75015 Paris

Date et heure :

Du 17/09/11 au 18/09/11 de 09:00 à 19:00 : Samedi, Dimanche

Entrée : 17/09/2011 – 18/09/2011 :  Entrée gratuite

Informations réservations : 
01 56 22 60 00

28ème édition – Le voyage du patrimoine

Une façon originale de dévoiler les coulisses de France Télévisions afin de resserrer les liens avec le public : rencontres avec les animateurs des différentes chaînes, démonstrations météo, plateaux, régies, car de production, parade des héros d’animation… (dernier groupe 16h).

Ajouté par La Rédaction de Cityvox en cliquant sur le lien suivant :  http://www.cityvox.fr/visiter_paris/journees-du-patrimoine-a-la-fondation-france-telev_313639/Profil-Eve

Journées du Patrimoine au

Palais de l’Elysée

Incontournables

Exposition diverse
Palais de l’Elysée – Paris

Du 17 au 18 septembre 2011

Dans le cadre de : Journées du Patrimoine dans les Parcs et Châteaux
ECRIRE UN AVIS

Détails des avis sur :

Journées du Patrimoine au Palais de l’Elysée

Sebast34

Sebast34  le 04/10/2009 

Quel Palais !

La file d’attente est longue mais cela en vaut la chandelle. L’entrée se fait par le grille du coq. Après avoir déambulé dans les jardins du palais, la visite commence par l’aile où se trouve les appartements privés. Vous décrouvrirez aussi la salle des fêtes qui est absolument superbe, la salle du conseil des minsitres, le bureau du président… Par contre j’ai été un peu déçu par certaines pièces qui mériteraient un peu de rénovation. Je vous conseille tout de même de visiter ce palais, lieu de pouvoir qui abrite quelques grands moments d’histoire de notre pays. Dans la cour d’honneur de l’Elysée, vous trouverez toutes les voitures des anciens présidents de la république : Citroen traction, 607 paladine, C7, safrane, Reneault 25, DS limousine, Reinastella, Citroen Sm décapotable …

madmike  le 05/09/2006 

Elysée le !

Le palais de l’Elysée est un des lieux les plus mythiques de la République, et attire beaucoup de visiteurs, il faut être préparé à une longue attente, j’avais patienté 4 heures, et à une certaine foule à l’intérieur. Les lieux sont superbes, le visiteur est accueilli par les drapeaux d’Arman, une belle sculpture contemporaine, puis découvre de splendides salons du XVIIIème siècle, luxueusement meublé, et enfin les pièces d’apparat rajoutées en 1889 dans le cadre de l’exposition universelle, l’ensemble est splendide, et console largement de la pénible attente !
Réagir à cet avis ?

Journées du Patrimoine au Palais de l’Elysée « Quel Palais ! » , « Elysée le ! » ,

Lire tous les avis


Programmation

 Palais de l’Elysée – Du 17/09/2011 au 18/09/2011

Adresse :

55 Rue du Faubourg St-Honoré – 75008 Paris

Date et heure :

Du 17/09/11 au 18/09/11 de 08:30 à 20:00 : Samedi, Dimanche

Entrée : 17/09/2011 – 18/09/2011 :  Entrée gratuite

28ème édition – Le voyage du patrimoine

Expositions de photographies anciennes du Palais de l’Elysée
Photographies XIXe siècle du Palais de l’Elysée.
Horaires : sam-dim 8h30-20h

Expositions de véhicules de service anciens et de véhicules présidentiels
Véhicules de service anciens Véhicules présidentiels de la IIIème République à aujourd’hui.
Horaires : sam-dim 8h30-20h

Projection d’un film sur la Présidence de la République
Intitulé :  » Elysée, Présidence de la République ».
Horaires : sam-dim 8h30-20h

Visite libre du Palais de l’Elysée
Horaires : sam-dim 8h30-20h.

Ajouté par La Rédaction de Cityvox en cliquant sur le lien suivant :  http://www.cityvox.fr/expositions-arts_paris/journees-du-patrimoine-au-palais-de-l-elysee_166790/Profil-Eve
Journées du Patrimoine à la Cité Médiévale de Carcassonne à CarcassonneCarcassonne – 11000
La Cité Médiévale – Château de Carcassonne

La Cité Médiévale – Château de Carcassonne

Incontournables

Château, Palais et Demeure

La Cité Médiévale – Château de Carcassonne, title= »La Cité Médiévale - Château de Carcassonne, Lieu public & Balades à Carcassonne« >title= »

 Note : 4 sur 5

4 avis »>1 Rue Viollet-le-Duc , 11000 Carcassonne 


Tél : 04 68 11 70 70

Modifié par la rédaction de Cityvox

Un ensemble architectural unique

Le site où demeure la cité médiévale est occupé depuis le VIème siècle avant J-C. Ce fut d’abord une place forte gauloise puis un oppidum romain. Elle prend tout son essor au XIème siècle lorsque la Vicomté de Trencavel en prend possession. Puis les Albigeois s’en emparent au début du XIIIème siècle, elle fut alors une des places fortes emblématiques du pouvoir royal.

Suite

Informations pratiques

Horaires :

Lundi – Dimanche : de 09:30 à 18:30 (avril à septembre)
Mardi – Lundi : de 09:30 à 17:00 (octobre à mars)
Fermetures exceptionnelles :Fermeture certains jours fériés – Noël – Jour de l’An – Toussaint – 1er mai – 11 novembre

Prix :

  • Plein tarif 8 €
    Entrée gratuite (moins de 26 ans France et UE / enseignants 1er et 2nd degré)

Toutes les caractéristiques

Château, Palais et Demeure – Monument – Musée
Cadre – Ambiance : Beau décor – Historique – Original – Vue exceptionnelle
Suite

Modifié par la rédaction de Cityvox

Avis des internautes

Note moyenne :4 Avis

0%
0%
0%
75%
25%
Toutes les statistiques
alouet29

alouet29  le 21/08/2010 Détails

Incontournable cité médiévale

Je m’attendais à des boutiques hors de prix, des rues bondées, des souvenirs made in china. Pas du tout. C’est authentique, … enfin presque. C’est un réel plaisir de déambuler dans les rues animées, colorées, de dénicher un restau ou un bar à la terrasse ombragée, de découvrir des architectures du moyen-âge ou plus récentes, des échoppes, des estaminets, … les gamins sont ravis et … les adultes aussi.

Réagir à cet avis ?

herve_dervaux  le 09/05/2010 Détails

Monument

Superbe cité, très beau monuments avec ces prestiges. Rue et commerce agréable à faire absolument. De toute beauté.

Réagir à cet avis ?

Sebast34

Sebast34  le 28/01/2010 Détails

Belle cité médéviale

Cité médéviale absolument superbe où le commerce se dévéloppe de trop ces dernières années. Mais ce lieu touristique est absolument incontournable. Je vous conseille le feu d’artifice du 14 juillet avec embrasement de la cité qui est absolument superbe.

Journées du Patrimoine au Domaine de Chantilly à Chantilly  Chantilly – 60500
Domaine de Chantilly

Domaine de Chantilly

Château, Palais et Demeure Domaine de Chantilly,
Tél : 03 44 27 31 80

Modifié par la rédaction de Cityvox, cliquer sur le lien suivant :  http://www.cityvox.fr/visiter_chantilly-60/domaine-de-chantilly_200099204/Profil-Lieu

Le Domaine de Chantilly, fleuron du patrimoine français

À moins d’une heure de Paris et 30 minutes de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le Domaine de Chantilly se situe à la lisière nord de la forêt de Chantilly. Il héberge le château et son musée Condé, un parc unique grâce à la diversité des jardins qui le composent, de grandes écuries et leur Musée Vivant du Cheval, ainsi qu’un hippodrome.

Suite

Informations pratiques

Horaires :

Mercredi – Lundi : de 10:30 à 18:00 (d’avril à novembre, ouverture de 10h à 20h.)
Fermetures exceptionnelles :Fermeture annuelle 03/01 – 07/01

Prix :

  • Pass 2 19 € (château + parc + Grandes Ecuries (8 € pour les enfants)) 
    Pass 1 12 € (château + parc (gratuit pour les enfants)) 
    Plein tarif 6 € (accès au parc seul (gratuit pour les enfants))

Toutes les caractéristiques

Château, Palais et Demeure – Attraction touristique – Monument – Parc et jardin
Pour quand ? : Ouvert le dimanche
Suite

Tous les lieux en relation avec Domaine de Chantilly :

– Domaine de Chantilly – Grandes Ecuries – Musée Vivant du Cheval (Salle musicale) – Musée Condé – Château de Chantilly (Musée)

Site web officiel :

Voir le site web

Modifié par la rédaction de Cityvox

Programmation

 Journées du Patrimoine au Domaine de Chantilly – Du 17 au 18 septembre 2011
Visite guidée

Date et heure :

Du 17/09/11 au 18/09/11 de 10:00 à 18:00 : Samedi, Dimanche
Signaler une erreur


Photos

© DR - Jean-Louis Aubert
© DR - Jean-Louis Aubert

Voir les 2 photos de Domaine de Chantilly

Domaine national – Château de Chambord

Incontournables

Château, Palais et Demeure

Domaine national – Château de Chambord, title= »Domaine national - Château de Chambord, Lieu public & Balades à Chambord« >Maison des réfractaires , 41250 Chambord


Tél : 02 54 50 40 00

Modifié par la rédaction de Cityvox en cliquant sur le lien suivant :  http://www.cityvox.fr/visiter_chambord-41/domaine-national-chateau-de-chambord_50382/Profil-Lieu

Le chef d’oeuvre de François Ier

Un superbe château, que l’on doit à François Ier, entouré du parc forestier et de la réserve naturelle de Faune. Construit entre 1518 et 1545, il possède 440 pièces et 84 escaliers. Vous y trouverez également un restaurant et une salle de réunion.


Informations pratiques

Toutes les caractéristiques

Château, Palais et Demeure – Parc et jardin
Cadre – Ambiance : Beau décor – Historique
Suite

Site web officiel :

Voir le site web

Modifié par la rédaction de Cityvox


Programmation

 Journées du Patrimoine au Château de Chambord – Du 17 au 18 septembre 2011
Balade

Date et heure :

Du 17/09/11 au 18/09/11 de 09:00 à 18:00 : Samedi, Dimanche
Signaler une erreur


Photos

© Dominic Hofbauer
© DR
© Fotolia

Voir les 3 photos de Domaine national – Château de Chambord


Suivre l’actualité de ce lieu

Recevez gratuitement les nouveautés et actualités de ce lieu dans votre boîte mail

Votre email :

Pas encore membre ?   Inscrivez-vous

La Cité radieuse

Incontournables

Bâtiment d’intérêt :  4ème sur 32

La Cité radieuse , title= »La Cité radieuse , Lieu public & Administration à Marseille« >280, Boulevard Michelet , 13008 Marseille


Tél : 04 91 71 54 09 (0491167800)

Modifié par la rédaction de Cityvox en cliquant sur le lien suivant :  http://www.cityvox.fr/visiter_chambord-41/domaine-national-chateau-de-chambord_50382/Profil-Lieu

La maison du fada

Avec des dimensions impressionnantes, 165 mètres de long et 54m de haut, la cité radieuse a été construite entre 1947 et 1951 par l’architecte français Le Corbusier. L’idée première de l’architecte était de construire un lieu de vie communautaire avec des espaces collectifs aménagés : un bureau de poste, une école, une salle de cinéma, un commerce, de grands couloirs intérieurs, appelés des « rues », où les enfants pouvaient faire du vélo et jouer seuls.

Suite

Informations pratiques

Fermetures exceptionnelles :Fermeture lors des vacances scolaires 16/07 – 31/07

Toutes les caractéristiques

Bâtiment d’intérêt
Cadre – Ambiance : Beau décor – Historique – Vue exceptionnelle
Suite
Site web officiel : 
Voir le site web

Modifié par la rédaction de Cityvox

Programmation

Visite guidée

Date et heure :

Le 17/09/11 de 10:00 à 12:00 : Samedi
Le 17/09/11 de 14:00 à 18:00 : Samedi
Le 18/09/11 de 10:00 à 12:00 : Dimanche
Le 18/09/11 de 14:00 à 18:00 : Dimanche
Signaler une erreur


Photos

© OTCM / ADD  © OTCM / ADD  © OTCM / ADD

Voir les 3 photos de La Cité radieuse 


La rédaction en parle
Première visite à Marseille

Première visite à Marseille

le 10/03/2006

Désormais à 3 heures de TGV de la capitale, la Cité Phocéenne reçoit de plus en plus de touristes français et étrangers. Marseille dissimule beaucoup… Suite
Journées du Patrimoine à l'Hôtel Saint-Jean de Jérusalem à ToulouseToulouse – 31000
Hôtel des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem – DRAC

Journées du Patrimoine à

l’Hôtel Saint-Jean de Jérusalem

Incontournables

Visite guidée
Hôtel des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem – DRAC – Toulouse

Du 17 au 18 septembre 2011

Dans le cadre de : Journées du Patrimoine dans les Monuments

Programmation

Adresse :

32, Rue de la Dalbade – 31000 Toulouse

Date et heure :

Du 17/09/11 au 18/09/11 de 10:00 à 18:00 : Samedi, Dimanche

Entrée : 17/09/2011 – 18/09/2011 :  Entrée gratuite

28ème édition – Le voyage du patrimoine

Les visites commentées vous feront découvrir (par groupe de 30 personnes) une partie des intérieurs de l’Hôtel des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem : accueil (ancienne salle capitulaire et ancien appartement du receveur de l’Ordre) ; centre de documentation (ancienne église Saint-Jean, puis ancien entrepôt d’un marchand de draps) avec une œuvre de Philippe Poupet ; évocation de la galerie des enfeus ; escalier d’honneur ; grande galerie (1er étage) avec une œuvre de Cécile Bart ; salle de réunion (ancien salon de réception du grand prieur) ; bureau du directeur (ancien appartement du grand prieur) avec une œuvre de Cécile Bart.

« Travailleurs venus d’ailleurs » 
A travers des témoignages individuels et familiaux, c’est presque un siècle d’histoire sociale qui surgit. Exposition de photographies et interviews sur la mémoire d’ouvriers immigrés dans la région Midi-Pyrénées, proposés par Alter Image.

« Le Colporteur d’images » 
Au siècle des Lumières, colporteurs et montreurs d’images parcourent l’Europe. Dans leur boîte d’optique, aux yeux grands ouverts sur le monde, s’illuminent palais fantastiques, capitales lointaines et grands événements du royaume, suscitant joie et étonnement de leurs spectateurs. C’est à ce merveilleux voyage dans le temps que vous convie l’association « Perforons la Musique », à la découverte des machines optiques de son cabinet de curiosités.

« Instruments de musique mécanique de la fin du XIXe siècle, originaires d’Europe du nord »
Présentation et audition (serinette, ariston, orgue de barbarie) par M. Noubel l’après-midi.

« Vignes pré-phylloxériques et cépages ancestraux de l’appellation Saint-Mont »
Conférence par André Dubosc et Olivier Bourdet-Pees dimanche à 15h, en collaboration avec la Draaf Midi-Pyrénées, suivie d’une dégustation. Une découverte exceptionnelle : sur une parcelle sableuse et oubliée de l’appellation Saint-Mont, quelques rangs de ceps ayant survécu au phylloxéra. Parmi ceux-ci, sept individus au patrimoine génétique inconnu. Les vignerons témoignent.

Ajouté par La Rédaction de Cityvox en cliquant sur le lien suivant :  http://www.cityvox.fr/visiter_toulouse/journees-du-patrimoine-a-l-hotel-saint-jean-de-jer_226549/Profil-Eve
Journées du Patrimoine au Mont Saint-Michel au  Mont-Saint-Michel

Journées du Patrimoine

au Mont Saint-Michel

Incontournables

Visite guidée
Le Mont Saint-Michel – Le Mont-Saint-Michel

Du 17 au 18 septembre 2011

Dans le cadre de : Journées du Patrimoine

Programmation

 Le Mont Saint-Michel – Du 17/09/2011 au 18/09/2011

Adresse :

– 50170 Le Mont-Saint-Michel

Date et heure :

Du 17/09/11 au 18/09/11 de 09:30 à 18:00 : Samedi, Dimanche

Entrée : 17/09/2011 – 18/09/2011 :  Entrée gratuite

Informations réservations : 
02 33 89 80 00

28ème édition – Le Voyage du Patrimoine

Classé au titre des Monuments Historiques et label Patrimoine Mondial de l’Unesco.

– Visites commentées pour les individuels toutes les 45 minutes environ. Samedi et dimanche, de 10h à 16h.
– Visites conférences pour les individuels (limité à 30 personnes, sans réservation). Samedi et dimanche, 10h30 et 14h.
– Exposition : Du 1er juin au 30 septembre, dans le Cellier, exposition de photographies d’Olivier Mériel. Samedi et dimanche, de 9h30 à 18h.
– Exposition : Du 9 juillet au 16 octobre, dans le Réfectoire, exposition Monuments et Animaux, « Les Psaumes de David », installation Agathe David. Samedi et dimanche, de 9h30 à 18h.
– Visite libre, dernière entrée à 17h. Samedi et dimanche, de 9h30 à 18h.

Edgar Hoover, The Boss of FBI mais pas que de cela…

Publié le
The Seal of the United States Federal Bureau o...

Image via Wikipedia

Le 10 févr. 2011 dernier, il a été dévoilée, les premières photos de Leonardo Dicaprio dans le long métrage « J. Edgar« , mis en scène par Clint Eastwood.

Mais qui a été J. Edgar Hoover ? 

J. Edgar Hoover, est né le jour du Nouvel An 1895 à Washington, DC , à Anna Marie (née Scheitlin; 1860-1938), qui était issu d’une ligne de Suisses mercenaires, et Dickerson Naylor Hoover, Sr. (1856-1921) , d’ anglais et d’ allemand ascendance. L’oncle d’Annie avait été l’honoraire de Suisse consul général des États-Unis. Hoover a grandi près de la Eastern Market à Washington Capitol Hill quartier. Il a travaillé à la Bibliothèque du Congrès au cours de son année l’école de droit [ 5 ] et a obtenu un diplôme en droit del’Université George Washington en 1916, et une maîtrise en droit en 1917 de la même université. Alors étudiant en droit, Hoover s’est intéressé à la carrière d’ Anthony Comstock , la ville de New York US Postal inspecteur , qui mène des campagnes prolongées contre la fraude et le vice, y compris la pornographie et d’information sur le contrôle des naissances , une génération plus tôt.

J. Edgar Hoover

J. Edgar Hoover

Directeur du FBI

John Edgar Hoover

( 1 janvier 1895 – 2 mai 1972) a été le directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI)

du 10 mai 1924 à sa mort,
soit durant 48 ans. 

Edgar Hoover disait au temps de JFK, en tant que chef du FBI :  » Saviez-vous que si nous pourrions réduire la population du monde à un village de 100 personnes. »

J. Edgar Hoover
Premier directeur du Federal Bureau of Investigation
Dans le bureau de
Mars 22, 1935 – 2 mai 1972
Président Franklin D. Roosevelt, 
Harry S. Truman, 
Dwight D. Eisenhower, 
John F. Kennedy, 
Lyndon B. Johnson 
, Richard Nixon
Adjoint Clyde Tolson
Précédé par Office créés (BOI a été directeur)
Suivi par L. Patrick Gray
6e directeur du Bureau of Investigation
Dans le bureau
le 10 mai 1924 – Mars 22, 1935
Président Calvin Coolidge, 
Herbert Hoover, 
Franklin D. Roosevelt
Précédé par William J. Burns
Suivi par Lui-même (comme le directeur du FBI)
Détails personnels
1 janvier 1895 à Washington, DCEtats-Unis
Mortes 2 mai 1972 (77 ans) Washington, DC, Etats-Unis
Religion Presbytérien
Signature

John Edgar Hoover  fut le premier directeur du Bureau Federal d’Investigation (FBI) des États-Unis. Nommé directeur du Bureau of Investigation-prédécesseur du FBI en 1924, il a contribué à la fondation de l’IBF en 1935, où il resta le directeur jusqu’à sa mort en 1972. Hoover est crédité de la construction du FBI dans une grande et efficace pour combattre le crime d’agence, et d’intenter un certain nombre d’innovations modernes à la technologie de la police, comme un fichier d’empreintes digitales centralisée et les laboratoires de criminalistique.

Pendant la Première Guerre mondiale , immédiatement après avoir obtenu son LLM , Hoover a été embauché par le ministère de la Justice . Il a rapidement été promu à la tête de la section d’inscription Enemy Aliens. En août 1919, il est devenu chef de la Division du renseignement nouveau général de l’ Bureau of Investigation dans le département de la Justice (voir l’ Raids Palmer ). A partir de là, en 1921, il se leva dans le Bureau of Investigation à l’administrateur général et, en 1924, le procureur général fait de lui le directeur par intérim. Le 10 mai 1924, Hoover a été nommé par le président Calvin Coolidge pour être le sixième directeur du Bureau of Investigation, après le président Warren Harding mort ‘s et en réponse aux allégations selon lesquelles le réalisateur avant, William J. Burns , a participé au scandale du Teapot Dome . Lorsque Hoover a repris le Bureau of Investigation, il avait environ 650 employés, dont 441 agents spéciaux.

Hoover était connu pour quelqu’un de capricieux dans son mode de management, directif et autoritaire. Il a souvent viré des agents du FBI, épinglant ceux qui pensait «voir commedes chauffeurs de camion» ou qu’il considère être «une tête d’épingle» Il a également déménagé les agents qui lui avait déplu, et mettat fin à  leur carrière d’attributions et de lieux. Melvin Purvis est un excellent exemple; il fut l’un des agents les plus efficaces dans la capture et le démantèlement des gangs et 1930 ont reçu une reconnaissance importante du public, mais a subit la jalousie Hoover qui utilisé le FBI contre lui.

Hoover a souvent été salué par les forces de l’ordre locales et dans le pays et construit un réseau national de partisans et d’admirateurs dans le processus. Un qui il a souvent félicité fut le conservateur du shérif du Caddo Parish , Louisiane , J. Howell Flournoy , pour une efficacité particulière.

Cette reconnaissance était dû à sa traque contre les gangsters :

J. Edgar Hoover in 1924

Image via Wikipedia

J. Edgar Hoover, en 1924

Dans le début des années 1930, des gangs criminels effectué un grand nombre de braquages ​​de banques dans le Midwest , Ils ont utilisé leur puissance de feu supérieure et les voitures escapade rapide à échapper services de police locaux et éviter l’arrestation. Beaucoup de ces criminels, en particulier John Dillinger , qui est devenu célèbre pour sauter par-dessus des cages de banque et à plusieurs reprises s’échappant de prisons et des pièges de la police, les titres des journaux souvent fait à travers les USA Que ces voleurs exploité à travers des frontières d’état fait leurs crimes d’une infraction fédérale et a donné Hoover et ses hommes le pouvoir de les poursuivre. Initialement, le FBI a subi quelques cafouillages embarrassantes, en particulier avec Dillinger et son side-kicks / conspirateurs. Un raid sur un pavillon d’été nommée  » Petite Bohème»dans Manitowish Waters, Wisconsin , a quitté un agent du FBI et un spectateur morts civils, et d’autres blessés. Tous les gangsters échappé.Hoover a réalisé que son emploi était désormais sur la ligne, et il a sorti tous les arrêts de capturer les coupables. À la fin de Juillet 1934, l’agent spécial Melvin Purvis, le directeur des opérations dans le Chicago de bureau, a reçu une astuce sur le lieu de Dillinger, qui a payé lors de Dillinger a été localisé, dans une embuscade et tués par des agents du FBI en dehors de la Biograph Theater .

Dans la même période, il y avait de nombreux mafieux fusillades en raison de l’interdiction , tandis que Hoover a continué à nier l’existence même dela criminalité organisée . Frank Costello a contribué à encourager cette vision par l’alimentation Hoover, «une horseplayer invétérés » connus pour envoyer spéciales Agents de placer des paris de 100 $ pour lui, [ 11 ] des conseils sur les gagnants que par leur ami commun, potins chroniqueur Walter Winchell . [ 11 ] Hoover a déclaré que le Bureau avait « des fonctions beaucoup plus importantes » que les bookmakers arrestation et les joueurs.

En raison de plusieurs capte très médiatisée ou tirs de bandits et de voleurs de banque , y compris Dillinger, Alvin Karpis , et Machine Gun Kelly , les pouvoirs du Bureau ont été élargies et il a reçu son nouveau nom en 1935: le Federal Bureau of Investigation . En 1939, le FBI est devenu prééminent dans le domaine de la domestique de renseignement .Hoover a apporté des modifications, telles que l’expansion et de combiner des fichiers d’empreintes digitales dans la Division d’identification pour compiler la plus grande collection d’empreintes digitales à ce jour. Hoover a également contribué à élargir le recrutement du FBI et de créer le laboratoire du FBI , une division créée en 1932 d’examiner les preuves trouvées par le FBI.

Tard dans la vie, et après sa mort, Hoover devient une figure de plus en plus controversée. Ses détracteurs l’ont accusé d’avoir dépassé la juridiction du FBI. Il a utilisé le FBI pour harceler les opposants politiques et militants, pour amasser des dossiers secrets sur les dirigeants politiques et de recueillir des preuves en utilisant des méthodes illégales. C’est parce que le maintien aussi longtemps et les agissements aussi controversés de J. Edgar Hoover, que depuis les directeurs du FBI sont désormais limités à 10 ans.

En effet, Edgar aimait le pouvoir tout en détestant les aléas. Il aurait trouvé humiliant de de devoir le remettre en jeu à intervalles réguliers devant les électeurs qui n’avaient pas le « millième de sa capacité de raisonnement ». Il n’admettait pas plus que les hommes élus par les citoyens qu’il nommait ce « troupeau sans éducation, ni classe », puissent menacer sa position qui devait être stable dans l’intérêt même du pays. Il se voulait et était donc devenu, à sa façon, consul à vie. Comment ? En instituant un lien direct avec le locataire du Bureau Oval de la Maison Blanche. Ce qui l’a rendu incontournable. Aucun ministre ne pouvait désormais,  se comporter, à son endroit, en supérieur hiérarchique. Toujours selon lui et selon sa volonté, il devenait l’unique mesure et carte mémoire de la pertinence morale et politique. »

En étant à la tête du FBI durant quasi un demi siècle, J. Edgar Hoover a su imposé sa patte, plume, présence à tous les dirigeants américains.

Nos amis de News Corp et des tabloïds américains et anglo-saxons utilisent les méthodes qu’avaient mis en place notre ami Edgar. Soit, la traque jusque dans l’intimité des plus grands de ce monde. En effet, les personnages qui ont fait ‘histoire des Etats Unis, entre 1924 et 1972, ont été surveillés écoutés et étaient fichés dans le moindre détail, par le garant de la moral et de la pudeur américaine… Notre ami homosexuel J. Edgar Hoover.

Côté vie privée, J. Edgar Hoover était très discret et marié à son travail.

Clyde Tolson (à gauche) et Hoover détente sur la plage de Los Angeles , 1939

Depuis les années 1940, des rumeurs ont circulé que Hoover était gay. Il a été suggéré que Clyde Tolson , directeur adjoint du FBI, qui était l’héritier de Hoover, peut avoir été son amant.

Hoover traqué et menacé quiconque fait des insinuations sur sa sexualité. Il a également répandu des rumeurs non fondées qui Adlai Stevenson était gay à endommager le libérales 1952 gouverneur de la campagne présidentielle. Ses dossiers secrets vaste contenu de surveillance matériel sur Eleanor Roosevelt ‘s présumées lesbiennes amateurs, ont spéculé. Mais il s’avère que c’était un chantage .

Si Edgar vous intéresse. Je vous invite à lire : 

La Malédiction d’Edgar est un roman biographique de Marc Dugain paru en 2005 (ISBN 2-0707-7379-5). Il raconte la vie de John Edgar Hoover alors qu’il était directeur du FBI de 1924 à 1972. Le narrateur est le numéro 2 du FBI, par ailleurs partenaire homosexuel de Hoover1

Le roman est présenté comme un livre de souvenirs attribués au numéro deux, Clyde Tolson. Toutefois, Dugain dans le prologue laisse entendre qu’il peut s’agir d’un faux:« J’avais acheté ce manuscrit sans en avoir lu une ligne. Faux, il m’intéressait autant que vrai…. La prétendue objectivité d’un mémorialiste est aussi nuisible à la vérité que l’intention de falsifier les faits ».

Le livre s’attarde particulièrement sur la montée en puissance puis la présidence de John Fitzgerald Kennedy, nous livrant quelques « dessous » et intrigues du pouvoir américain.

Les Kennedy y sont dépeints comme des manipulateurs portés au pouvoir par l’argent de leur famille et de la mafia. Le livre s’attarde aussi sur les frasques sexuelles du président, qui y est décrit comme un éjaculateur précoce multipliant les aventures sans jamais les rompre totalement. Toujours selon les faits relatés dans le roman, John Edgar Hoover aurait privilégié la lutte contre le communisme à celle contre la corruption et la mafia, laissant ainsi se gangrener une situation déjà assez dramatique. Enfin, Hoover n’a de cesse d’espionner et de violer la vie privée de tous les hommes importants du pays, légitimant presque ses actes par la nécessité d’en savoir plus sur ceux susceptibles d’accéder au pouvoir suprême, quitte à porter des jugements arbitraires sur leur conduite morale en dépit du choix du peuple, conduisant dans certains cas à des actions visant à les écarter du pouvoir. Dans l’assassinat de Kennedy, le livre prend clairement le parti de la conspiration.

Le roman prend fin au moment du scandale du Watergate, à la mort de John Edgar Hoover, alors que Nixon est accusé du crime que commettait régulièrement Hoover tout au long du mandat qui l’occupa toute sa vie.

Suite à l’Assassinat de John Fitzgerald Kennedy, J. Edgar Hoover a été auditionné pour le compte de la Commissions Warren. En voici quelques extraits :

Extrait du Rapport de la Commission Warren
Préface: … été invités à témoigner sous la foi du serment. C’est ainsi que MM. Dean Rusk, secrétaire d’État, C. Douglas Dillon, ministre des Finances, John A. McCone, directeur du C. I. A., J. Edgar Hoover, directeur du F. B. I., et James J. Rowley, chef des Services secrets, ont comparu en qualité de témoins et ont exposé de façon exhaustive la participation de leurs organismes respectifs aux questions examinées par la Commission. AUDITION DE TÉMOINS PAR LA COMMISSION Outre les informations résultant de ces enquêtes…

La commission Warren

 La commission Warren

Cette commission a vu le jour après une demande de Johnson (décret 1130) sur une proposition de Charles Goodell (député de New York) le 29 novembre 1963. Elle était composée de 7 membres :

  • Earl Warren (président de la commission).
  • Allen Dulles (directeur de la C.I.A. pendant 9 ans et limogé par Kennedy).
  • Gerald Ford (député et meilleur allié de la C.I.A. au congrès). Républicain conservateur proche de Johnson et de Richard Nixon.
  • Richard Russel (sénateur démocrate siégeant au conseil des forces armées).
  • Hale Boggs (Elu démocrate).
  • John J. McCloy (assistant au secrétariat de la guerre). Ami intime de la famille Johnson et financier d’hommes politiques conservateursopposés à la politique de JFK.
  • John Cooper (Sénateur républicain). Ami de Johnson et de Hoover.
  • Arlen Specter (Républicain). Théoricien de la balle magique.

Earl Warren était un homme intègre et il ne voulait pas prendre la tête de la commission car il savait que le résultat de l’enquête était connu. Johnson dut insister pour qu’il accepte. Des témoins affirme que Earl Warren avait les yeux en larmes lorsqu’il est sorti de la pièce.

L’enquête

La commission Warren pour rendre crédible son rapport, mais aussi pour éviter tout soupçon, met en avant les 522 dépositions recueillies. Le problème, c’est que ce n’est pas la commission qui a effectuée ces auditions, mais le FBI, la CIA et les Services Secrets. En effet, très peu de ces dépositions ont eu lieu devant les enquêteurs de la commission.

Durant l’enquête de la commission, aucun des membre ne cessa son activité professionnelle pour se consacrer entièrement à celle-ci. Ce qui entraina quelques problèmes de calendrier, le choix d’une date pour se rencontrer ou effectuer des auditions était périlleux du fait des agendas très chargés des membres de la commission.

La commission Warren conclut que l’attentat du président américain John Fitzgerald Kennedy avait été l’œuvre d’un seul homme : Lee Harvey Oswald.

Extrait du Rapport Epstein
Les séances d’audition de la Commission: … secrets étaientelles adéquates ? » De nombreuses personnalités éminentes – le secrétaire d’État, Dean Rusk, le secrétaire au Trésor, Douglas Dillon, le directeur du F.B.I., J. Edgar Hoover, le directeur du C.I.A., John McCone, par exemple – déposèrent sur les méthodes de travail de leurs organisations. Si la comparution de ces témoins notoires donna du poids et de l’importance à l’enquête de la Commission, elle ne révéla aucun fait nouveau sur l’assassinat. La Commission consacra aussi un temps considérable.

Le rapport de la commission Warren comprend 26 volumes.

Voir aussi :

John Fitzgerald Kennedy

John F. Kennedy, White House color photo portrait.jpg

Portrait officiel de John F. Kennedy, en 1961

Mandats
35e président des États-Unis
20 janvier 1961 – 22 novembre 1963
(2 ans, 10 mois et 2 jours)
Élection 8 novembre 1960
Vice-président Lyndon B. Johnson
Prédécesseur Dwight Eisenhower
Successeur Lyndon B. Johnson
Sénateur des États-Unis
représentant le Massachusetts
3 janvier 1953 – 22 décembre 1960
Prédécesseur Henry Cabot Lodge, Jr.
Successeur Benjamin A. Smith II
Représentant du 11e district au
Sénat de l’État de du Massachusetts
3 janvier 1947 – 3 janvier 1953
Prédécesseur James Michael Curley
Successeur Tip O’Neill
Biographie
Nom de naissance John Fitzgerald Kennedy
Date de naissance 29 mai 1917
Lieu de naissance Drapeau des États-Unis BrooklineMassachusetts
Date de décès 22 novembre 1963 (à 46 ans)
Lieu de décès Drapeau des États-Unis DallasTexas
Nature du décès Assassinat
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Parti politique Parti démocrate
Conjoint Jacqueline Kennedy
Diplômé(e) de Harvard College
Religion Catholicisme romain
Signature John F. Kennedy signature.png

Seal Of The President Of The United States Of America.svg

Présidents des États-Unis

John Fitzgerald « Jack » Kennedy, né le 29 mai 1917 à Brookline (Massachusetts) et mort le 22 novembre 1963 à Dallas (Texas), est le 35e président des États-Unis. Entré en fonction le 20 janvier 1961 à l’âge de 43 ans, il est assassiné le 22 novembre 1963 à l’âge de 46 ans. Plus jeune président élu, il est aussi le plus jeune à mourir en cours de mandat, assassiné moins de trois ans après son entrée à la Maison Blanche. Il reste aujourd’hui le seul président américain de religion catholique.

En raison de son énergie, de son charisme, de son style et de ses qualités présumées de chef pendant la guerre froide, mais aussi en raison de son assassinat, JFK reste l’un des personnages les plus populaires du xxe siècle, tandis que son assassinat reste pour beaucoup un mystère des plus controversés.

Earl Warren

30e Gouverneur de Californie
Earl Warren.jpg
Earl Warren

Mandat
1943 – 1953
Prédécesseur(s) Culbert Olson

Biographie
Naissance 19 mars 1891
Nationalité Drapeau des États-Unis américaine

Earl Warren (19 mars 1891 – 9 juillet 1974) est un juriste et un homme politique américain, trentième gouverneur de Californie, candidat républicain à la vice-présidence des États-Unis en 1948 et enfin quatorzième président (Chief Justice) de la Cour suprême des États-Unis.

Pendant son office à la Cour Suprême, celle-ci rend de nombreux arrêts portant entre autres sur l’inconstitutionnalité de la ségrégation raciale, les droits civiques, la séparation des églises et de l’État, et les droits de la défense dans la procédure pénale. Il présida aussi la commission d’enquête sur l’assassinat du président Kennedy.

Richard Case Nagell

Richard Case Nagell est un ancien officier militaire qui, selon la biographie de Dick Russell de lui, a affirmé avoir eu le pressentiment de l’assassinat de John F. Kennedy , et aussi d’avoir réussi à être arrêté lors d’un braquage de banque, une semaine avant l’assassinat, afin d’éviter de devenir un suspect. Nagell a rencontré à la Nouvelle-Orléans, le procureur Garrison Jim , qui était à l’époque sur l’enquête Clay Shaw, pour son éventuelle complicité » dans l’assassinat de JFK.

Ses prétentions sont très controversées, et les critiques soulignent les changements fréquents dans son récit et son histoire et d’une certaine instabilité mentale.

Nagell est mort de maladies cardiaques  le 11 Novembre, 1995.  Il était âgé de 65 ans au moment de sa mort.

Judith Exner

Judith ExnerJudith Exner était la maîtresse de JFK

Elle est née le 11 janvier 1934, et s’est éteinte le 25 septembre 1999.
Connue également sous le nom de Judith Campbell. Intime du chef mafieux Sam Giancana, Judith Exner eut une liaison avec JFK de mars 1960 à mars 1962, date à laquelle J. Edgar Hoover, directeur du FBI, lui aurait parlé des liens d’Exner avec Sam Giancana.

Elle est née Judith Eileen Katherine Immoor à une famille d’un architecte allemand de New-York . Sa sœur aînée, Jacqueline (née en 1931) devint plus tard une actrice et prit le nom professionnel Susan Morrow . Sa famille s’installe à Los Angeles quand elle était enfant. Elle a épousé l’acteur William Campbell en 1952, mais a divorcé en 1958 quand elle s’est impliquée avec Frank Sinatra . Un compte d’états alternatifs qui ils ont divorcé en 1959, mais après avoir été séparés pendant deux ans.

Sa liaison avec John F. Kennedy

Le 7 Février 1960, Sinatra introduit Exner à John F. Kennedy au Las Vegas quand Kennedy était encore un sénateur et un candidat aux élections présidentielles . Elle a affirmé être devenue l’une des maîtresses de JFK. Vraisemblablement, que Jacqueline Kennedy était au courant de l’affaire. Plus tard, Sinatra introduit Exner à «Sam Flood », qui était en fait Sam Giancana . Plus tard, elle a affirmé qu’elle n’avait pas connue sur son implication avec la mafia avant que Kennedy lui a demandé de contacter Giancana en son nom. Elle a continué, après l’affaire Kennedy fut élu président.

Le FBI l’avait suivie et enregistrée à ses appels à la maison Giancana à Kennedy. L’affaire présumée entre Exner et Kennedy a pris fin en 1962 lorsque le FBI a informé Kennedy qu’il avait connaissance de leur relation. Plus tard, elle dit qu’elle a commencé l’aventure avec Giancana, mais se serait rétractée ensuite. En 1996, dans de Vanity Fair entrevue, Exner a dit qu’elle a terminé l’affaire, parce qu’elle était fatigué d’être l’autre femme. Elle a également affirmé avoir interrompu une grossesse résultant de sa relation avec Kennedy. Elle a également affirmé avoir réalisé des gains lucratifs pour la défense Californienne au bénéfice de la famille Kennedy, notamment Robert F. Kennedy .

Exner n’a pas parlé de sa relation avec Kennedy, même après son assassinat. Son implication a été révélée en 1975 au cours des enquêtes de l’ Eglise Comité et le premier publié par William Safire, dans le New York Times . Le Comité lui a envoyé une citation à comparaîtrepour lui faire témoigner. Plus tard, elle a déclaré qu’elle n’avait pas dit tout ce qu’elle savait ou soupçonnés, probablement parce qu’elle avait peur de représailles mafieuses. Elle a nié qu’elle avait servi comme un intermédiaire entre Kennedy et Giancana. Le Comité n’a pas son nom publiquement, mais quelqu’un fui son identité à la presse. D’abord réticent, elle a finalement parlé à Scripps-Howard service Nouvelles. La publicité a été suffisant pour ruiner sa réputation et lui a valu l’inimitié des partisans de M. Kennedy.

Waggoner Carr

Vincent Waggoner Carr (Octobre 1, 1918 – Février 25, 2004) était un Président démocrate de la Chambre des Représentants du Texas et du procureur général du Texas .

Dix ans à l’Assemblée législative

Carr a été élu à la Maison des Représentants du Texas de Lubbock district 19 en 1950. Au cours de son suivi dix années de service, il s’est concentré sur l’ouest du Texas de l’eau de qualité et de disponibilité. Sous sa direction, le législateur a proposé un amendement constitutionnel et a adopté une loi permettant d’établir le Conseil du Texas Water Development. Lors de sa création, le conseil a été autorisée à émettre jusqu’à 200 millions de dollars en obligations de développement de l’eau dans le but de financer des projets d’eau locales. Carr a également aidé à établir un code d’éthique pour les législateurs et les lobbyistes . Il a promu le tourisme et le développement industriel.

Il a également été Président de la Chambre pour deux mandats consécutifs, ayant servi de 1957 à 1961. Dans sa première élection en tant que Président, il a gagné par huit voix contre 79 à 71 sur son semblable démocratique membre de Joe Burkett, Jr. Grâce 1958, il était seulement la troisième personne dans l’histoire du Texas à avoir été élu pour deux mandats consécutifs en tant que Président. Dans la législature Carr poussé à la création du Conseil de la Jeunesse et au Texas la recodification des lois juvénile, la modernisation de l’ indemnisation des travailleurs statuts, la réorganisation de l’État d’assurance du Conseil, et l’autorisation et le financement d’un nouvel État Bibliothèque et Archives bâtiment au Austin.

Le procureur général du Texas

En 1960, Carr a couru, et non pas pour un sixième mandat de deux ans à la Chambre du Texas, mais pour le procureur général. Il a perdu l’investiture démocrate à l’ historique Will Reid Wilson, Sr , un natif de Dallas qui a depuis déménagé à Austin . Wilson est devenu plus tard un républicain et, en 1969, a rejoint le Richard Nixon, l’administration en tant que général adjoint avocat américain en charge de la Division criminelle de la Justice Ministère américain . Carr a été élu procureur général en 1962-il a vaincu Tom Reavley dans la primaire démocrate. Il a été réélu en 1964, comme tous les candidats républicains échelle de l’État du Texas ont de nouveau été battu dans le Johnson- Humphrey pour la majorité écrasante. En tant que procureur général, il a été impliqué dans les poursuites d’escroc Billie Sol Estes du Pecos , et Jack Ruby , ou Jack Rubenstein, le Dallas nightclub propriétaire qui a assassinéde Lee Harvey Oswald , l’ assassin du président américain John F. Kennedy .

L’assassinat de Kennedy

Dans la matinée du 22 Novembre 1963, Carr et son épouse, l’histoire ancienne, Ernestine (née le 22 avril 1920, à Wylie ), ont été parmi les dignitaires qui ont mangé le petit déjeuner avec le Président et Mme Kennedy à Fort Worth . Le président a poursuivi en Dealey Plaza à Dallas , et le Carrs volé au Texas Panhandle pour une allocution. Carr a appris des conséquences tragiques à Dallas que son avion a atterri.

Comme le destin est intervenu, Carr a participé à l’enquête sur l’assassinat de JFK. Il a cherché à mener une sonde d’Etat, mais qui a été bloqué par la Commission Warren , qui a été nommé par le président Johnson pour déterminer les circonstances conduisant à la mort de Kennedy. Carr a témoigné que Oswald avait agi comme agent infiltré pour le Federal Bureau of Investigation et a reçu 200 $ par mois de Septembre 1962 jusqu’à sa mort en Novembre 1963. Toutefois, la Commission Warren a préféré croire le Directeur J. Edgar Hoover , qui a nié les affirmations de Carr.

Carr a indiqué que l’État fédéral combinée sonde a été un succès et que les deux équipes ont bien travaillé ensemble. Des années plus tard, lors de la dédicace de l’ Bob Bullock Musée d’Etat à Austin, Carr a rappelé que l’enquête sur l’assassinat de Kennedy a été approfondie et professionnelle: «Ça me rend triste qu’il ce qui lui est arrivé, mais il ne me rend pas triste à partager avec les personnes intéressées du Texas sur ce que cette enquête a révélé et comment il a été apolitique.  »

Related articles

Brasil – Vitoria… La région la plus riche du Brésil

Publié le

Brasil – Vitoria.

%d blogueurs aiment cette page :