Archives de Tag: PS

Pierre Yves Bournazel : jeune pouce montante au sein du paysage politique parisien

Publié le

@salaunmai: Pierre Yves Biurnazel Candidat à suivre sur Paris côté UMP http://t.co/0SY1BGQ2WA

@salaunmai: “@pybournazel: LT – Il faut de nouvelles idées pour plus de solidarité, notamment avec les personnes âgées. #Bournazel2014”

@salaunmai: “@afpfr: Vols et agressions: le #Louvre fermé suite à un arrêt de travail de ses agents http://t.co/WRUOur62Co #AFP”

Application de bossconfidenz permet de faire des messages auprès des dirigeants de manière anonyme, modérés, non insultants, signés Z.

@salaunmai: “@pybournazel: LT – Il faut de nouvelles idées pour plus de solidarité, notamment avec les personnes âgées. #Bournazel2014”

@salaunmai: Pierre Yves Bournazel homme politique à suivre http://t.co/0SY1BGQ2WA

@salaunmai: @twitter à l honneur sur @bfmbusiness ce soir à partir de 21h découvrez la saga eco de ses 3 fondateurs.

@salaunmai: Findus a retrouvé des couleurs http://t.co/caVg8A7kSz

Publicités

Le meilleur ministre du gouvernement Ayrault 1, quitte toutes ses mandatures politiques, à cause d un compte offshore non déclaré

Publié le

http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/politique/lintegrale-linterview-exclusive-bfmtv-rmc-jerome-cahuzac-16-04-121558/

Jérôme Cahuzac était en interview exclusive sur BFMTV et RMC, mardi soir à 18 heures. L’ex-ministre du Budget répondait aux questions de Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste sur BFMTV.

Près d’un mois après sa démission du gouvernement et quinze jours après ses aveux, Jérôme Cahuzac a répondu à toutes les questions judiciaires, politiques et personnelles dans l’affaire de son compte à l’étranger. L’entretien sera rediffusé toute la soirée sur BFMTV, et dans les matinales de BFMTV et RMC :
http://www.bfmtv.com/politique/exclusif-jerome-cahuzac-interviewe-bfmtv-493944.html

EXCLU – Cahuzac assure avoir menti à Hollande, Ayrault et Moscovi et demande pardon
Depuis plusieurs mois, le président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Economie pouvaient-ils ne pas connaître l’existence du compte à l’étranger de Jérôme Cahuzac? C’est la question que de nombreux médias et éditorialistes se posent depuis que Jérôme Cahuzac a avoué posséder un compte en Suisse. Une question que lui a posé, en exclusivité mardi soir, Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste chez BFMTV.

« A lui [François Hollande, NDLR], comme au Premier ministre et à Pierre Moscovici je n’ai pas dit la vérité. Ce que je veux dire avec beaucoup de force, c’est qu’à eux aussi j’ai menti. Je le regrette amèrement, je leur ai demandé de m’excuser, je leur ai demandé pardon, c’est à eux de voir s’ils peuvent ou pas me l’accorder », a-t-il répondu :
http://www.bfmtv.com/politique/exclu-cahuzac-assure-avoir-menti-a-hollande-ayraukt-moscovi-demande-pardon-494286.html

EXCLU – Cahuzac sur le suicide: « banal de se poser des questions »

http://www.bfmtv.com/politique/exclu-cahuzac-suicide-banal-se-poser-questions-494292.html

La chute rapide de Jérôme Cahuzac affecte forcément son moral. Deux semaines après avoir avoué posséder des comptes à l’étranger, l’ex-ministre du Budget s’est exprimé lors d’une interview télévisée exclusive sur BFMTV et RMC. Jean-François Achilli, le directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste BFMTV, a abordé la question du suicide.

L’ancien ministre du Budget a reconnu que « dans les jours très noirs que j’ai pu traverser sans espérance, quand on ne voit pas d’issue. Il est finalement assez banal de se poser des questions fondamentales. […] Il me reste à assumer le mieux et le plus dignement possible. C’est ce que j’ai décidé de faire et c’est ce que je m’efforce de faire jour après jour ».

http://www.bfmtv.com/politique/exclusif-compte-a-letranger-demission-suicide-verite-jerome-cahuzac-494008.html

A LIRE AUSSI

>> Exclusif – Compte à l’étranger, démission, suicide: la vérité de Jérôme Cahuzac

>> Exclusif – Jérôme Cahuzac démissionne de son mandat de député

>> EXCLUSIF – Cahuzac dément avoir plus de 600.000 euros à l’étranger

A VOIR AUSSI

>> L’intégralité de l’interview de Jérôme Cahuzac

Le meilleur ministre du gouvernement Ayrault 1, quitte toutes ses mandatures politiques, à cause d un compte offshore non déclaré

Publié le

http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/politique/lintegrale-linterview-exclusive-bfmtv-rmc-jerome-cahuzac-16-04-121558/

Jérôme Cahuzac était en interview exclusive sur BFMTV et RMC, mardi soir à 18 heures. L’ex-ministre du Budget répondait aux questions de Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste sur BFMTV.

Près d’un mois après sa démission du gouvernement et quinze jours après ses aveux, Jérôme Cahuzac a répondu à toutes les questions judiciaires, politiques et personnelles dans l’affaire de son compte à l’étranger. L’entretien sera rediffusé toute la soirée sur BFMTV, et dans les matinales de BFMTV et RMC :
http://www.bfmtv.com/politique/exclusif-jerome-cahuzac-interviewe-bfmtv-493944.html

EXCLU – Cahuzac assure avoir menti à Hollande, Ayrault et Moscovi et demande pardon
Depuis plusieurs mois, le président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Economie pouvaient-ils ne pas connaître l’existence du compte à l’étranger de Jérôme Cahuzac? C’est la question que de nombreux médias et éditorialistes se posent depuis que Jérôme Cahuzac a avoué posséder un compte en Suisse. Une question que lui a posé, en exclusivité mardi soir, Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste chez BFMTV.

« A lui [François Hollande, NDLR], comme au Premier ministre et à Pierre Moscovici je n’ai pas dit la vérité. Ce que je veux dire avec beaucoup de force, c’est qu’à eux aussi j’ai menti. Je le regrette amèrement, je leur ai demandé de m’excuser, je leur ai demandé pardon, c’est à eux de voir s’ils peuvent ou pas me l’accorder », a-t-il répondu :
http://www.bfmtv.com/politique/exclu-cahuzac-assure-avoir-menti-a-hollande-ayraukt-moscovi-demande-pardon-494286.html

EXCLU – Cahuzac sur le suicide: « banal de se poser des questions »

http://www.bfmtv.com/politique/exclu-cahuzac-suicide-banal-se-poser-questions-494292.html

La chute rapide de Jérôme Cahuzac affecte forcément son moral. Deux semaines après avoir avoué posséder des comptes à l’étranger, l’ex-ministre du Budget s’est exprimé lors d’une interview télévisée exclusive sur BFMTV et RMC. Jean-François Achilli, le directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste BFMTV, a abordé la question du suicide.

L’ancien ministre du Budget a reconnu que « dans les jours très noirs que j’ai pu traverser sans espérance, quand on ne voit pas d’issue. Il est finalement assez banal de se poser des questions fondamentales. […] Il me reste à assumer le mieux et le plus dignement possible. C’est ce que j’ai décidé de faire et c’est ce que je m’efforce de faire jour après jour ».

http://www.bfmtv.com/politique/exclusif-compte-a-letranger-demission-suicide-verite-jerome-cahuzac-494008.html

A LIRE AUSSI

>> Exclusif – Compte à l’étranger, démission, suicide: la vérité de Jérôme Cahuzac

>> Exclusif – Jérôme Cahuzac démissionne de son mandat de député

>> EXCLUSIF – Cahuzac dément avoir plus de 600.000 euros à l’étranger

A VOIR AUSSI

>> L’intégralité de l’interview de Jérôme Cahuzac

Le CAMPUS 2011, comme si vous y étiez, aux Universités d’été de l’UMP – prenez la température de la rentrée de la Majorité. Maï Salaün

Nathalie Kosciusko-Morizet a saint georges du bois

Image via Wikipedia

Merci à tous pour ces 3 jours !
Retrouvez toutes les vidéos et les photos du #campusump sur dailymotion.com/ump et
Discours d’ouverture du Campus UMP par Fabrice Durand, Responsable des Jeunes des Bouches-du-Rhône (2 septembre 2011). cliquer sur le lien suivant : http://www.dailymotion.com/video/xkuqxy_ump-fabrice-durand-discours-d-ouverture-du-campus_news
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et Conseillère politique, lors de la plénière sur « Les Valeurs » lors du CAMPUS 2011  le 3 septembre 2011.
   Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Benjamin Lancar, Président des Jeunes Popoulaires, lors de la plénière sur « Les Valeurs » (3 septembre 2011).
  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Plateau de la TV Campus animée par les Jeunes Actifs (3 septembre 2011).
  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Roger Karoutchi, Secrétaire national en charge de l’Animation militante et des adhésions, lors de la plénière sur « Les valeurs » (3 septembre 2011).
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Marc Laffineur, Secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et Conseiller politique, lors de la plénière sur « Les Valeurs » (3 septembre 2011).
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Frédéric Lefèbvre, Secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des PME, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation et Conseiller politique, lors de la plénière sur « Les Valeurs » (3 septembre 2011).
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Jean-Pierre Raffarin avec un échange avec la salle du CAMPUS 2011 de l’UMP.
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention lors de la Plénière sur la crise financière et économique (3 septembre 2011). http://www.dailymotion.com/video/xkv12p_pleniere-sur-la-crise-financiere-et-economique_news
Les Echos @LesEchosLes Echos
Budget : « Rien n’est tabou et rien n’est abandonné », dit Fillon dlvr.it/k61T0
04/09 | 13:40

Sur le Budget :

« Rien n’est tabou et

rien n’est abandonné« ,

dit François Fillon

François Fillon s’est déclaré dimanche prêt à voir son plan de réduction des déficits publics amendé mais à condition que le volume global des efforts demandés et leur équilibre ne soient pas remis en cause.
Le Premier ministre concluait à Marseille les universités d’été de l’UMP, dont la première journée a été troublée vendredi par le bras de fer entre le sénateur Jean-Pierre Raffarin et le président Nicolas Sarkozy sur un projet d’augmentation de la TVA sur les droits d’entrée des parcs à thème.
Selon Jean-Pierre Raffarin, le chef de l’Etat a finalement renoncé à cette mesure, qui devait rapporter à l’Etat 90 millions d’euros, sur les 12 milliards prévus par le plan de rigueur de François Fillon en 2011 et 2012. (voir ).
La ministre du Budget, Valérie Pécresse, confiait samedi soir en marge de l’université d’été de l’UMP que des mesures de remplacement seraient étudiées dans le cadre du débat parlementaire.
« Le temps est maintenant au débat parlementaire », a confirmé dimanche le Premier ministre.
« Rien n’est tabou et rien n’est abandonné », a-t-il cependant poursuivi en présence de Jean-Pierre Raffarin, assis au premier rang. « Le gouvernement est ouvert aux critiques et aux amendements, à condition qu’ils ne mettent pas en cause le volume des efforts ni leur équilibre. »
« La consommation, la compétitivité des entreprises et le pouvoir d’achat des plus modestes ne doivent pas être mis en cause par les ajustements qui seront proposés. »
Dans une pique à l’adresse de l’ancien Premier ministre, il a fait valoir que ce n’était pas en « empruntant les slogans de la gauche » que la majorité résoudrait les problèmes financiers du pays.
Jean-Pierre Raffarin avait estimé que l’augmentation de 5,5% à 19,6% de la TVA sur les parc à thème était une « erreur sociale » qui pénaliserait « des gens qui ne partent pas forcément en vacances ».

Nouvel Observateur @LeNouvelObs Nouvel Observateur
Carnet de campus – Prière de suivre les éléments de langage à l’UMP bit.ly/rnHMR3

Carnet de campus –

Prière de suivre les éléments

de langage à l’UMP

Publié le 02-09-11 à 15:18    Modifié le 04-09-11 à 13:43     par Julien Martin     105 réactions

Petites phrases, grands débats, indiscrétions…

Revivez en direct les coulisses du Campus UMP.

La salle du Campus UMP à Marseille (Julien Martin - Le Nouvel Observateur)La salle du Campus UMP à Marseille (Julien Martin – Le Nouvel Observateur)

DIMANCHE 4 SEPTEMBRE 2011

12h30. Ce qu’il faut dire…

Les éléments de langage à l’UMP sont légion. Tellement que le parti de la majorité ne se cache plus pour les distribuer. A Marseille, un document dénommé « Argus flash campus » est en libre-service pour les militants. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est respecté à la lettre.

Premier exemple : l’UMP a pour objectif de « protéger la France et les Français ». Chacun des tribuns n’a de cesse de le répéter. « La République qui protège » est aussi le slogan qui figure au fronton de la salle principale.

Sur la « règle d’or », élus et militants sont priés de suivre le mot d’ordre déjà lancé depuis plusieurs jours par Jean-François Copé : si les socialistes refusent de la voter, c’est en raison de leur « immaturité ».

D’ailleurs, c’est désormais bien connu, le PS a un projet, mais « la crise financière mondiale fait éclater au grand jour son absence de crédibilité ». Variantes : il est d’ors et déjà « caduc », les candidats à la primaire « s’en démarquent »…

La communication est cadrée. Une nécessité pour permettre à l’UMP d’afficher son unité. Dimanche, Jean-François Copé a toutefois autorisé une autre source d’inspiration : « Ségolène Royal a fait coup double en invitant à regarder ‘la hausse de la fiscalité depuis 2004 à Lille’ et en rappelant que la Corrèze est le département le plus endetté de France’. Martine Aubry et François Hollande ont apprécié… C’est désormais Ségolène Royal qui va nous donner les fiches techniques ! »

11h45. Apparu à la porte

Tous les membres du gouvernement présents dimanche au Campus UMP ne sont pas forcément au premier rang, à écouter les discours des ténors de la majorité. Benoît Apparu est même resté devant la porte tout au long de l’allocution de Jean-François Copé.Le secrétaire d’Etat au Logement a préféré discuter avec les journalistes et les quelques élus qui l’imitaient. Il ne s’est dirigé vers la salle qu’au début du discours de François Fillon…

11h00. Et les forains ?

Pas sûr que l’abandon de la hausse de la TVA pour les parcs à thème soit définitive. Sébastien Huyghe, député UMP du Nord, déplore que Jean-Pierre Raffarin l’ait réclamée avec sa « casquette d’élu local » vissée sur la tête. Suivez son regard vers le Futuroscope, dans la Vienne, département de l’ex-Premier ministre.

Sébastien Huyghe ne veut pas voir perdurer « une inégalité injustifiée » entre « les forains taxés à 19,6% et les parcs à thèmes à 5,5% ». Et n’exclut pas « un retour de la mesure dans l’hémicycle » de l’Assemblée nationale.

SAMEDI 3 SEPTEMBRE 2011

18h30. Revue de presse sélective

Au Campus de l’UMP, les journalistes sont choyés. Des articles sont même proposés à l’entrée de la salle de presse. Enfin certains articles. On trouve ainsi une interview de Jean-François Copé, publiée vendredi dans La Provence et intitulée « Copé sonne le grand rassemblement à Marseille ».

En revanche, aucune trace de l’article publié ce samedi par le même quotidien local. Intitulé« Campus à Marseille : l’unité de l’UMP mise à mal », il y est question de « colère », de « couac », de « grogne », de « violente charge » et autres « dissonances ». Etrange sélection… Mais pas de panique, vous pouvez le lire en cliquant ici.

17h45. Le gros chien Raffarin

Bruno Le Maire a réussi le tour de force de réunir en une seule phrase les deux actualités du Campus UMP : le refus de Jean-Pierre Raffarin d’augmenter la TVA pour les parcs à thème et l’impossibilité médicale de Jacques Chirac de se rendre à son procès.

Le ministre de l’Agriculture et délégué général au projet de l’UMP, très en verve : « Jacques Chirac disait souvent : ‘Les niches fiscales, c’est très sympathique, mais dans chaque niche il y a un gros chien !’ »

16h30. Copé en connaît un rayon

A côté des limonadiers et autres balles anti-stress, on trouve aussi des livres sur les stands du Campus UMP. Certains ont été apportés par les auteurs eux-mêmes (on n’aura pas le droit de savoir lesquels), pour les autres l’UMP s’en est chargée. Tous ont en tout cas été écrits par ou sur des élus de la majorité.

Et au petit jeu de qui vend le mieux, c’est Jean-François Copé avec « Un député, ça compte énormément » qui l’emporte pour le moment. Remarquons quand même que c’est le plus exposé, ce qui n’est pas sans aider…

Le relevé des ventes indique que le secrétaire général de l’UMP arrive devant « Le Roman d’une ascension » de Marco Pirrone, qui relate les 889 jours de marche de Nicolas Sarkozy vers l’Eylsée en 2007, et « Le Monde qu’on leur prépare », livre d’entretiens croisés entre Luc Chatel et Jean-Pierre Chevènement. Qui veut acheter « Le Mieux et l’ami du bien », de Frédéric « Zadig et Voltaire » Lefebvre ?

15h30. Pas touche à la fortune de Dassault !

L’appel des riches français, très peu pour lui. Il en est un qui refuse d’être taxé davantage, même pour se donner bonne conscience. Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit de Serge Dassault, sénateur UMP de l’Essonne, propriétaire du Figaro et surtout du Groupe Dassault spécialisé dans l’aviation. Selon le magazine américain Forbes, il est le 89e homme le plus riche du monde, avec une fortune estimée à plus de 7,6 milliards de dollars.

C’est peu dire que Serge Dassault n’a pas goûté la contribution exceptionnelle annoncée par le gouvernement, visant à taxer à hauteur de 3% les revenus annuels supérieurs à 500 000 euros. Il ne s’est pas gêné pour le dire au Nouvel Observateur, ce samedi après-midi, au Campus UMP à Marseille : « Ca ne sert à rien, ce n’est pas comme ça qu’on va régler le problème du déficit. C’est idiot et nul ! »

Il faut dire que la mesure ne devrait rapporter à l’Etat que 200 millions d’euros sur les 12 milliards d’économies prévus. L’industriel et élu UMP souhaite-t-il une contribution plus élevée ou pérenne ? « Encore moins ! Les gens qui créent des emplois vont s’en aller et les emplois avec. On ferait mieux de supprimer la prime pour l’emploi, on économiserait beaucoup plus d’argent ! » Si même les riches à l’UMP commencent à se disputer…

15h00. L’UMP vote (plutôt) Valls !

La fédération UMP des Bouches-du-Rhône a beau appeler à voter Arnaud Montebourg à la primaire socialiste (voir plus bas), le parti majoritaire semble beaucoup plus proche des idées de Manuel Valls.

D’une en particulier, qui figure en tête des propositions contenues dans le projet des Jeunes Pop : « Responsabiliser les jeunes en établissant la majorité pénale à 16 ans, mais aussi la majorité civile et électorale. » Comme le député-maire d’Evry (Essonne).

Et les « grands » de l’UMP ne pensent pas différemment. Un des responsables du projet pour 2012 n’hésite pas à confier : « Si je devais voter à la primaire socialiste, je voterai pour Manuel Valls ! » Voilà qui devrait le ravir…

VENDREDI 2 SEPTEMBRE 2011

18h30. Raffarin, un « has been » en congé

Décidément, l’UMP n’a pas de chance avec ses journées de rentrée. En 2008, Henri Guaino, conseiller spécial du président, déclenchait la colère de la majorité en déclarant d’entrée que les critères de Maastricht n’étaient « pas la priorité des priorités ».

Rebelote en 2009 : la droite se déchirait sur la taxe carbone. En 2010, Jean-François Copé s’en prenait à celui à qui il n’avait pas encore succédé à la tête de l’UMP, Xavier Bertrand, en l’accusant de ne pas avoir préparé une université d’été digne de ce nom.

Le Campus organisé cette année n’a pas dérogé à la règle. Une nouvelle polémique est venue gâcher la fête. Sur son blog, Jean-Pierre Raffarin s’en est pris directement à Nicolas Sarkozy : « Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit-déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification. D’ici là, je me place en congé de cette instance dite de concertation. »

Incarnation de la tendance centriste du parti, Jean-Pierre Raffarin n’a guère apprécié de se voir taxer « d’irresponsable » par Nicolas Sarkozy, après avoir critiqué le relèvement de la TVA sur les billets d’entrée des parcs à thème. Un ancien Premier ministre qui interpelle le chef de l’Etat, il ne manquait plus que ça.

Nombre d’élus UMP ont bien tenté à Marseille d’éteindre la polémique. C’était sans compter Lionnel Luca, brillant représentant de la Droite populaire, l’aile dure du parti : « Raffarin est un has been, il devrait rester en Chine », a-t-il élégamment glissé à un journaliste d’Europe 1.

C’est peu dire que, quelques minutes plus tard, Jean-François Copé, assis à la tribune depuis plusieurs heures, n’a pas été très inspiré de lancer aux militants : « La presse nous caricature en disant qu’à l’UMP il y aurait un combat entre les centristes et la Droite populaire… J’ai besoin de vous pour tordre le coup à cette caricature ! »

17h45. L’UMP vote Montebourg !

« Socialistes marseillais, Hollande et Aubry vous ont trahis et abandonnés, votez Montebourg ! » Non, il ne s’agit pas d’une consigne de supporteurs du député de Saône-et-Loire, mais d’un tract – à vocation humoristique – de la Fédération UMP des Bouches-du-Rhône, qui en reviendrait presque à remercier ce dernier de perturber autant le PS en voulant le nettoyer. Ne pas s’attendre cependant à beaucoup d’efficacité au Campus de Marseille : il y a, assez logiquement, pas mal de militants UMP…

17h00. MAM zappe la Tunisie

Quelle manque de chance ! Michèle Alliot-Marie arrive alors que la première table ronde sur la Tunisie vient à peine de s’achever. L’histoire ne dit pas s’il s’agit d’un retard dû à un problème de jet privé.

16h30. Règle d’or : l’épine socialiste

Oh ! Une petite division point à l’UMP, malgré le mot d’ordre d’unité… Alors que le secrétaire général Jean-François Copé souhaite que Nicolas Sarkozy réunisse le Congrès sur la « règle d’or », Pierre Méhaignerie, vice-président du conseil national, dit y être favorable… à une condition : « Que l’on parvienne à convaincre le PS de la voter, sinon ce sera difficile. »

Difficile et surtout délicat. Nicolas Sarkozy hésite à se lancer si c’est pour subir une défaite à l’arrivée. A l’inverse, Jean-François Copé entend mettre les socialistes face à ce qu’il considère être leurs responsabilités.

En attendant de savoir, Pierre Méhaignerie rêve à voix haute, face à quelques journalistes : « L’honneur des partis politiques serait de pouvoir s’entendre de temps en temps. »

16h00. Qui veut gagner des millions ?

On connaissait déjà les tongs siglées l’UMP, on peut aussi trouver à Marseille des limonadiers (4 euros), une balle anti-stresse (3 euros)… Voire le kit complet (pour la modique somme de 20 euros), histoire d’être paré de la tête aux pieds aux couleurs du parti de la majorité. Espérons que l’UMP recueille autant d’argent qu’Edouard Balladur en son temps

15h00. L’oeil de Serge Moati

Auteur de multiples documentaires politiques, Serge Moati est au Campus de l’UMP. Avec son style caractéristique : caméra à la main, sur le côté de la scène. Les journalistes vont le croiser fréquemment ces prochains temps : il réalise une série de documentaires sur la campagne présidentielle pour France 3.

14h45. Les choses en grand

Avec l’UMP, il est loin le temps des universités d’été à la bonne franquette. Salle immense, militants surentraînés, t-shirts sur toutes les épaules, drapeaux dans toutes les mains… C’est grand, c’est chaud, mais ça sent un peu le pré-fabriqué. Quoi qu’il en soit, le parti arrive toujours à déplacer autant de Jeunes UMP pour venir faire la claque.

14h30. U-NI-TE (puisqu’on vous le dit)

Les Marseillais savent recevoir. C’est tout naturellement que Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, est venu accueillir le secrétaire général du parti de la majorité, Jean-François Copé, dès l’entame du Campus UMP dans la cité phocéenne. Avec un seul et même d’ordre sur toutes les lèvres : unité !

D’ailleurs, c’est bien connu, si des divisions apparaissent dans le parti, c’est uniquement à cause des journalistes. C’est en tout cas la thèse avancée par Jean-Claude Gaudin. Exemple à l’appui : « Les médias ont voulu nous empêcher de faire un dialogue sur le vivre-ensemble dans des religions différentes [comprendre : le débat sur la laïcité, organisé début avril, ndlr], mais on a tenu bon et tout le monde était presque d’accord sur tout. »

S’il le dit… On pourra quand même aller (re)lire cet article, pris au hasard : « La liste des absents au débat sur la laïcité s’allonge ».

Julien Martin – Le Nouvel Observateur

Mots-clés : UMPCampusMarseille

 

  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Chantal Jouanno sur les journées d’été de l’UMP qui se déroulent cette année à Marseille et s’étalent sur trois jours. Une nouveauté par rapport à l’année dernière où, réductions budgétaires obligent, le campus 2010, qui s’était tenu en banlieue parisienne, n’avait duré qu’une journée. Cette année, le campus de l’UMP devrait être entièrement tourné vers 2012 et la défense du bilan de Nicolas Sarkozy. Autre mot d’ordre : faire de ces journées d’été un « anti- La Rochelle « , comme l’a précisé Benjamin Lancar, le président des Jeunes Populaires. Pendant ces trois jours, Jean-François Copé a affirmé qu’il montrera un parti uni, par opposition au Parti socialiste dont les déchirements internes s’accentuent avec le lancement de la primaire. Et à ceux qui voient une guerre interne entre le patron de l’UMP et le « front anti-Copé » (Xavier Bertrand, François Fillon et les autres), Jean-François Copé fait mine de ne pas savoir. Il a même déjeuné en tête à tête avec Christian Estrosi, membre actif du clan Bertrand/Fillon. L’unité de façade tiendra-t-elle tout le week-end ? Réponse sur LCP et lcp.fr du 2 au 4 septembre ! Programme du campus de l’UMP 2011, à suivre en direct sur LCP : Vendredi 2 septembre de 15h à 17h : table ronde animée par Nadine Morano sur le thème des droits de l’homme et de la démocratie. Au programme notamment des échanges avec de jeunes Libyens et Syriens ayant vécu le Printemps arabe. Samedi 3 septembre –  de 11h15 à 13h : Journée de formation et « défense du bilan de Nicolas Sarkozy » animée par Michèle Tabarot, déléguée générale de l’UMP en charge de la formation. –  de 15h00 à 17h00 : Bruno Le Maire et Jean-François Copé présentent le programme de l’UMP pour 2012. –  de 17h à 19h : Table ronde sur la crise financière animée par Jean-Pierre Raffarin. Dimanche 4 septembre de 10h à 14h : Discours de clôture –  Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille –  Renaud Muselier, député UMP des Bouches-du-Rhône –  Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale –  Gérard Larcher, président du Sénat –  Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP –  François Fillon, Premier ministre Le tout est à suivre en direct sur LCP, LCP 2424 et lcpan.fr Pour nous suivre sur Twitter : @LCPan @astridevillaine @gandrieux Et le hashtag du weekend : #campusump Très bon rendez-vous politique, avec LCP ! En tant que chaîne de l’actualité parlementaire, nous vous proposons régulièrement la retransmission en direct d’événements spéciaux liés à la vie politique et citoyenne française.
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de JF Copé sur la première table ronde sur la liberté des citoyens du monde. Les journées d’été de l’UMP se déroulent cette année à Marseille et s’étalent sur trois jours. Une nouveauté par rapport à l’année dernière où, réductions budgétaires obligent, le campus 2010, qui s’était tenu en banlieue parisienne, n’avait duré qu’une journée. Cette année, le campus de l’UMP devrait être entièrement tourné vers 2012 et la défense du bilan de Nicolas Sarkozy. Autre mot d’ordre : faire de ces journées d’été un « anti- La Rochelle « , comme l’a précisé Benjamin Lancar, le président des Jeunes Populaires. Pendant ces trois jours, Jean-François Copé a affirmé qu’il montrera un parti uni, par opposition au Parti socialiste dont les déchirements internes s’accentuent avec le lancement de la primaire. Et à ceux qui voient une guerre interne entre le patron de l’UMP et le « front anti-Copé » (Xavier Bertrand, François Fillon et les autres), Jean-François Copé fait mine de ne pas savoir. Il a même déjeuné en tête à tête avec Christian Estrosi, membre actif du clan Bertrand/Fillon. L’unité de façade tiendra-t-elle tout le week-end ? Réponse sur LCP et lcp.fr du 2 au 4 septembre ! Programme du campus de l’UMP 2011, à suivre en direct sur LCP : Vendredi 2 septembre de 15h à 17h : table ronde animée par Nadine Morano sur le thème des droits de l’homme et de la démocratie. Au programme notamment des échanges avec de jeunes Libyens et Syriens ayant vécu le Printemps arabe. Samedi 3 septembre –  de 11h15 à 13h : Journée de formation et « défense du bilan de Nicolas Sarkozy » animée par Michèle Tabarot, déléguée générale de l’UMP en charge de la formation. –  de 15h00 à 17h00 : Bruno Le Maire et Jean-François Copé présentent le programme de l’UMP pour 2012. –  de 17h à 19h : Table ronde sur la crise financière animée par Jean-Pierre Raffarin. Dimanche 4 septembre de 10h à 14h : Discours de clôture –  Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille –  Renaud Muselier, député UMP des Bouches-du-Rhône –  Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale –  Gérard Larcher, président du Sénat –  Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP –  François Fillon, Premier ministre Le tout est à suivre en direct sur LCP, LCP 2424 et lcpan.fr Pour nous suivre sur Twitter : @LCPan @astridevillaine @gandrieux Et le hashtag du weekend : #campusump Très bon rendez-vous politique, avec LCP ! En tant que chaîne de l’actualité parlementaire, nous vous proposons régulièrement la retransmission en direct d’événements spéciaux liés à la vie politique et citoyenne française.
   Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de

Campus de l’UMP en direct: «Cette élection ne doit pas être l’otage des petits arrangements partisans» lance François Fillon

9 commentaires

Créé le 04/09/2011 à 11h30 — Mis à jour le 04/09/2011 à 12h45

UMP – Le campus de l’été se termine ce dimanche avec les discours des principaux responsables…

>> Ce live est désormais terminé, merci de l’avoir suivi sur 20 Minutes
12h52 :Le discours de François Fillon se termine par la Marseillaise. Ministres et responsables UMP se rejoignent sur l’estrade centrale.12h48: Sur le déficit: ‘En matière de déficit,nous avons tous péché! Il ne serait donc pas indigne d’essayer ensemble de nous rattraper en laissant de côté, durant quelques semaines, nos divergences politiques’. François Fillon en appelle au réalisme de la situation, avant d’appeler au ‘rassemblement de toutes les composantes’ de l’UMP.
Il conclut sur ‘les trois engagements de Marseille’, à savoir ‘l’unité’, la prmotion du bilan présidentiel, et la construction intellectuelle du projet pour 2012.

12h45: Sur l’Europe:‘Mon patriotisme me commande d’en appeler à plus d’Europe politique, plus de stratégie industrielle commune, plus de préférence communautaire, plus d’ambition internatioanle’.

12h35: Sur l’Etat et les services publics
– sur l’éducation: ‘L’éducation n’est pas seulement l’affaire de l’Ecole, c’est aussi l’affaire des parents, dont beaucoup se mobilisent déjà aux côtés des enseignants’

– le système de sécurité sociale: ‘pas seulement l’affaire des professionnels et des partenaires sociaux. Il est de notre devoir à tous de mesurer les limites de nos droits, de lutter contre nos excès, nos abus’

– sur la sécurité: ‘pas seulement l’affaire des forces de l’ordre et de la justice, mais aussi celle des élus locaux, des associations, des médias, des familles qui doivent ensemble faire barrage à la culture de violence qui imprègne notre société.

– sur la lutte contre les déficits: ‘pas seulement l’affaire de nos administrations, c’est aussi la cause de tous les Français’

12h31: Sur l’appel au rassemblement: ‘Rassembleurs pour l’UMP et pour la majorité présidentielle qui ne doivent pas se disperser si près du but’. ‘L’intérêt général comme l’efficacité électorale nous interdisent d’éparpiller nos forces’. L’ombre du départ du centriste Jean-Louis Borloo de l’UMP plane alors sur la salle…

12h28: Fillon fait appel à la jeunesse.’Distinguez-vos par votre courage, votre maturité, mais aussi par votre capacité à tout repenser… Les sceptiques vous diront que vous êtes une génération perdue, car le sens de l’Histoire n’est plus écrit. Moi je pense que vous êtes une génération libre car le sens de l’Histoire doit, précisément, être conduit.

12h26: Il rappelle les interventions militaires françaises à l’étranger, en Libye, Côte d’Ivoire, Afghanistan: ‘L’isolement est plus risqué que le rayonnement. Pourquoi ce plaisir malsain à salir, à rabaisser notre pays, alors qu’il s’est comporté avec noblesse?’

12h20: Après rappelé les sources d’inquiétude des Français, le Premier ministre liste les ‘sources d’espérer’, à savoir les révolutions arabes: 
‘Les dictateurs et les tyrans constatent désormais que le vent de la liberté est plus puissant que le mur de la peur’, ‘Ce que je crois, c’est que les régimes oppressifs ne peuvent plus agir en toute impunité’.

12h16: François Fillon remercie ses hôtes marseillais (imitant ici l’accent marseillais, ce qui fait gondoler les militants), avant d’enchaîner sur la crise économique et financière et la critique du Parti socialiste.
‘Aux primaires, les candidats prétendent qu’ils sont différents mais comment peut-on être vraiment différent lorsque la ligne politique a déjà été fixée par le parti?’

12h10: Vidéo en direct. Suivre les discours du Campus d’été de l’UMP par ici.
http://www.dailymotion.com/video/xku2hi_live-campus-ump_news#from=embediframe
Live Campus UMP par ump

12h08. François Fillon, Premier ministre, débute son discours

12h05: Les priorités de l’UMP énoncées par Jean-François Copé:
-‘Changer le modèle de croissance’
-‘L’éducation’, avec ‘un contrôle des résultats’
-‘Le renforcement du pacte républicain’

12h00: Le patron de l’UMP lance des piques sur ces adversaires politiques
«Est-ce vraiment raisonnable de faire croire aux Français ‘que c’était mieux avant?’
Martine Aubry regrette-t-elle le temps des bidonvilles à Nanterre? François Hollande préférait-il les années 70, quand 20% des Français vivaient sous le seuil de pauvreté, alors qu’ils sont 13% aujourd’hui?»
«Madame Aubry c’est un mélange de dogmatisme dépassé et d’ambigüité permanente..Monsieur Hollande, c’est une alternance de blagues lourdes et de banalités»

11h52: Jean-François Copé évoque la crise financière et économique: « cet été, le nouveau coup de tonnerre a été sur les marchés financiers ». « En réduisant les déficits, nous ne cédons pas à la dictature du marché. C’est quand on dépense toujours plus que ce que l’on gagne qu’on se met sous la coupe des créanciers »

11h55: Jean-François Copé lance des slogans qui présagent de la campagne présidentielle : » La jeunesse de notre pays n’a pas besoin d’assistanat. Elle a besoin de la République, avec ses droits et ses devoirs » ou encore « Nous savons que la France pourrait faire encore mieux si nous renouons avec le courage, avec l’esprit de rasseblement, avec l’esprit de conquête et d’ouverture au monde. »

11h50: Jean-François Copé: « A travers une succession de crise, 20 ans après l’effrondement soviétique, 10 après les attentats du World Trade Center, nous sommes en train de changer d’époque. Un nouveau monde est en train de naître. Les paramètres d’aujourd’hui n’ont plus rien  avoir ceux de 2007!

11h40: Jean-François Copé, le secrétaire général continue son discours.
Faisant la promotion du quiquennat de Nicolas Sarkozy, il y parle de:
– du patriotisme « le patriotisme du XXIe siècle, c’est la fidélité à nos racines, c‘est l’ouverture sur les autres et sur le monde, c’est l’envie de vivre ensemble et de réussir ensemble »

– de la diplomatie: avec les soldats engagés hors de France; « Le 19 juillet dernier, j’étais dans l’église Saint-Louis-des-Invalides (…) pour honorer aux côtés de leurs familles la mémoire de sept de nos officiers et sous-officiers morts en Afghanistan. Comme des millions de Français derrière leur télévision, j’ai pu vivre un grand moment d’émotion« . » Le défilé du 14 juillet: « C’est l’expression de la reconnaissance de la Nation »

11h00: Campus d’été de l’UMP, dernier jour. Se succèdent depuis 10h des discours de clôture de ces trois jours de raout.
Après Benjamin Lancer, le président des Jeunes populaires, puis Franck Allisio, celui des Jeunes Actifs, (les mouvements des jeunes de l’UMP), est arrivé à la tribune Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale.

Au menu des discours: des remerciements aux hôtes marseillais, et la promotion de ces trois jours de débats. Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, n’a pas hésité à rappeler les casseroles de la gauche locale, en la personne de Jean-Noël Guérini, qui pourrait être mis en examen.

Après Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale, puis Gérard Larcher, président du Sénat, arrive à la tribune Jean-François Copé.

   Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de

François Fillon

François Fillon se caractérise par la plus grande longévité à Matignon. Il est le Premier ministre depuis le début du quinquennat présidentiel de Nicolas Sarkozy, le 17 mai 2007…
  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de François Fillon

Fillon : « Le président n’est pas seul »

Le Point.fr – Publié le 04/09/2011 à 14:09 – Modifié le 04/09/2011 à 14:29

Le Premier ministre a clôturé le campus du parti majoritaire à Marseille avec la ferme intention de rassembler la majorité autour d’un projet et d’un homme.

Fillon : "Le président n'est pas seul"François Fillon a clôturé le campus UMP, dimanche, à Marseille. © Guillaume Horcajuelo / Maxppp
 Jean-François Copé est tout sourire, samedi matin, au premier rang de la plénière de clôture du campus de l’UMP. À ses côtés, François Fillon – qui a effectué durant la nuit une visite-surprise dans un commissariat de police des quartiers nord de Marseille – attend de prononcer son discours, après deux journées d’échauffement des esprits. Juppé, Guéant, Hortefeux, Larcher, Bachelot, Alliot-Marie, Bertrand, Pécresse, Gaudin ou encore Baroin et Le Maire : la plupart des poids lourds de la majorité sont là. Le message est clair : tandis qu’à Paris l’ambiance est à l’effervescence avec le retour deDSK chez lui, place des Vosges, à Marseille l’UMP lance la campagne.

Le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer, celui du Sénat Gérard Larcher et enfin Copé se succèdent à la tribune. Au moins trois mille jeunes sont présents. Un clip vidéo impeccablement ficelé en l’honneur de Nicolas Sarkozy est diffusé : stratégie de campagne tardive oblige, le chef de l’État n’y est pas présenté tant comme candidat, mais plutôt comme une figure paternelle, rassembleuse et visionnaire, flottant loin au-dessus des querelles de partis.

Expérience et action

Les uns après les autres, les intervenants rendent hommage au travail accompli par la majorité depuis quatre ans. Toutes les règles de politesse sont respectées, avec plus ou moins de conviction : hommage au travail du secrétaire général, à l’action du Premier ministre ou encore à la fougue méridionale du sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin – si possible avec une boutade sur son accent, pour l’ambiance. En passant le relais à Fillon, à la fin d’un discours articulé sur la dialectique UMP des « droits » et des « devoirs », Copé prend bien soin de rester pour serrer la main au Premier ministre, à côté du pupitre. Pour l’image, cette fois.

Accueilli chaleureusement par les Jeunes Populaires, Fillon entame donc un véritable plaidoyer de campagne, optimiste et combatif. Rapidement, le Premier ministre réussit l’exercice délicat de vanter le bilan de la majorité tout en s’inscrivant dans l’action. Il promet plus, et mieux, à l’avenir : « Ce que nous avons accompli – parfois imparfaitement, mais toujours avec sincérité – n’est qu’un premier pas dans un monde qui commence. D’autres réformes sont nécessaires, d’autres réformes sont indispensables », a-t-il clamé. Et de mettre en avant ce qui sera un atout-clé de la campagne, l’argument de l’expérience : « Nous sortons renforcés, plus expérimentés, et plus réactifs aussi », martèle-t-il ainsi.

Continuer à bâtir le projet

Un discours de campagne, donc, qui n’aurait pas été complet si Fillon n’était pas monté au créneau, une fois de plus, pour défendre Nicolas Sarkozy : « Aujourd’hui, c’est à celui qui lancera les attaques les plus viles contre le président de la République », lance-t-il, en allusion aux récents développements de l’affaire Bettencourt qui impliquent directement le chef de l’État. « Mais le président de la République n’est pas seul. Nous sommes là avec tous ces Français qui savent distinguer le vrai du faux, pour témoigner que son engagement au service de la France a été total », ajoute Fillon.

Aucune allusion, donc, aux vifs débats de ces derniers jours – au premier rang desquels l’affrontement entre le chef de l’État et Jean-Pierre Raffarin à propos de la « taxe Disney ». Le Premier ministre s’est contenté d’affirmer son « adhésion à la philosophie du projet » porté par Bruno Le Maire – lui aussi objet de controverses – tout en appelant au « rassemblement de toutes les composantes de l’UMP ». François Fillon a enfin enjoint aux membres du parti majoritaire de « continuer à bâtir (leur) projet ».

Le Premier ministre ne fait ainsi que confirmer la stratégie élyséenne, qui consiste à laisser libre cours aux débats au sein du parti, au moins dans les trois mois qui viennent – et dans une certaine limite – jusqu’à ce que le candidat, une fois déclaré, se constitue une « plate-forme » claire et unique. Reste pour certains membres de la majorité, quelque peu sceptiques, à espérer que les « débats » ne laissent pas trop de séquelles…

Campus de l’UMP : Le Maire rode son projet pour 2012

Le Point.fr – Publié le 03/09/2011 à 20:16 – Modifié le 04/09/2011 à 10:54

Le ministre de l’Agriculture et son équipe veulent laisser leurs propositions « chocs » mûrir dans les esprits du parti.

Campus de l'UMP : Le Maire rode son projet pour 2012Bruno Le Maire au campus de l’UMP, samedi, à Marseille. © Witt / Sipa
 « Stratosphérique. Rien de concret, rien de nouveau. » C’est ainsi qu’un membre du staff de l’UMP qualifiait par avance l’intervention de Bruno Le Maire, samedi, au deuxième jour du campus de l’UMP à Marseille. Le ministre de l’Agriculture devait présenter un « bilan d’étape » de l’élaboration du « projet » de l’UMP pour 2012. Comprendre : Le Maire devait « présenter les propositions du parti », afin que le futur candidat Sarkozy y puise son programme.

Mais certaines de ces propositions, déjà avancées dans une interview à L’Express, avaient manifestement suscité suffisamment de réactions au sein de la « famille UMP » pour ne pas de nouveau en rajouter : la fiscalisation d’une partie des sacro-saintes allocations familiales notamment – elle a provoqué l’ire de certains députés UMP, dont une majorité de la Droite populaire -, mais aussi la taxation des dividendes sur les résidences secondaires ou encore la révision des allocations chômage pour les cadres. Alors, après avoir rendu hommage au secrétaire général Jean-François Copé, mais aussi à une bonne partie de ses collègues, l’ex-villepiniste Le Maire s’est contenté, samedi, de mettre en avant les valeurs du futur programme : « la réduction de la dépense publique, la justice, l’autorité ».

Agitateurs d’idées 

Alors, pourquoi avoir pris le risque de susciter un nouveau tollé au sein du parti, au moment même où tous jouent la carte du rassemblement derrière leur candidat naturel ? Pour Valérie Rosso-Debord, secrétaire nationale de l’UMP, également chargée du projet, on peut voir dans ces mesures phares des « ballons d’essai ». Les trois mois qui viennent serviront, selon elle, de « caisse de résonance ». « On met toutes les propositions sur la table, on débat, on écoute, on laisse les idées mûrir, chacun se positionne, et puis on ajuste les choses », explique-t-elle. La très copéiste élue de Meurthe-et-Moselle ajoute : « Nous sommes des agitateurs d’idées ! »

De son côté, venu s’expliquer quelques minutes plus tôt avec des journalistes, Le Maire assure : « Je n’esquiverai aucune question. » Son discours laissait pourtant penser qu’il « reculait » sur la question des allocations familiales, puisque la question de la fiscalisation n’y était plus évoquée. Mais il ne l’entend pas ainsi. Selon lui, la situation économique actuelle justifie des mesures exceptionnelles : « C’est la première fois que la souveraineté des États européens est menacée », martèle-t-il, face aux journalistes. Et de se montrer philosophe sur les vives réactions au sein du parti : « Chirac disait toujours : La suppression des niches fiscales, c’est gentil, mais dans chaque niche, il y a un gros chien. Alors, peut-être que, dans trois mois, on dira de certaines mesures qui apparaissent soi-disant révolutionnaires aujourd’hui qu’elles sont drastiques mais nécessaires… »

Tous veulent le faire savoir : à l’UMP, on aime toujours le débat, y compris en pleine mobilisation pour la présidentielle… Le tout, dans une certaine limite.

https://twitter.com/apps/slideshow/show.swf.v71649Signaler ce contenu

Il y a 3 minutes via web

rançois Fillon clôture le campus de l’UMP

Le Premier ministre François Fillon clôture le campus de l’UMP à Marseille par un discours

#CampusUMP Fin du Campus 2011 … félicitations pour l’organisation

DSK – Ces déclarations qui discréditent Nafissatou Diallo

Publié le

DSK – Ces déclarations qui discréditent Nafissatou Diallo. Les déclarations de la présumée victime font comme les vagues, elles vont et viennent. A quand la grande marée de la vérité entre ces 2 tourtereaux.

DSK – Une autre maitresse secrète se déclare… Une de plus !

Publié le

DSK – Une autre maitresse secrète se déclare… Une de plus !.

Cet article est très intéressant. Les hommes de pouvoir, aimant les femmes, ont toujours des petites perles dans leurs rencontres. Dommage,  qu’ils n’y restent pas fidèle.

Gérer un centre, une extrême droite, le noyau dure de l’UMP, que sont les anciens du RPR, pas facile

Publié le

Cantonales: Ni FN, ni PS pour les électeurs UMP

MINUTE PAR MINUTE: Retrouvez toutes les réactions aux résultats du 1er tour des cantonales, qui a eu lieu dimanche dernier.

Ségolène RoyalSégolène Royal invite les Français à aller voter massivement. (Reuters)

21h00: Le vote des électeurs de droite au second tour
Les électeurs se déclarant proche de l’UMP ou du Nouveau Centre sont 68% à penser s’abstenir ou voter blanc ou nul dimanche, annonce jeudi Le Figaro en se basant sur un sondage OpinionWay-Fiducial réalisé pour le journal et LCI. Les sympathisants de droite « seraient 68% à penser s’abstenir ou voter blanc ou nul. Seuls 12% d’entre eux voteraient pour le candidat FN, tandis que 20% accorderaient leur suffrage au candidat de gauche« , écrit le quotidien.

Autre élément notable de ce sondage, une partie des électeurs qui ont voté FN au premier tour des élections cantonales ne confirmeraient pas leur choix au second tour. Ils « ne seraient que 72% à vouloir confirmer ce choix dimanche. 9% des Français qui ont accordé leurs suffrages aux candidats de Marine Le Pen au premier tour leur préféreraient les candidats de gauche au second. Et 19% d’entre eux s’abstiendraient« , détaille le quotidien.

19h00: Pas de recours contre Bernadette Chirac en Corrèze
L’adversaire socialiste de Bernadette Chirac, réélue dimanche au 1er tour conseillère générale du canton de Corrèze, à une voix seulement de majorité, a déclaré jeudi qu’il renonçait à déposer un recours, malgré des irrégularités sur des procès-verbaux. « J’ai pris ma décision, je ne déposerai pas de recours« , a indiqué François Barbazange. Alors que tout électeur du canton peut aussi déposer un recours, M. Barbazange a indiqué qu’il avait « demandé à son entourage » de ne pas en faire non plus. Il a remarqué « qu’il ne contrôle pas tous les habitants du canton« , mais a affirmé « qu’à sa connaissance, personne » n’avait l’intention d’un tel recours. « Je suis bien désolé de ce qui arrive, avoir perdu avec une voix et dans ce contexte, c’est extrêmement désagréable« , a commenté le candidat battu.

17h41: Le Crif appelle au vote, sauf pour les extrêmes
Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a appelé jeudi les Français à « ne pas voter pour des candidats du Front national ou de l’extrême gauche » aux élections cantonales de dimanche. Tout en les appelant, dans un communiqué, « à effectuer leur devoir de citoyens en allant voter, lors du second tour du dimanche 27 mars« , le Crif demande aux Français de ne pas apporter leurs suffrages aux extrêmes.

17h21 Royal: « dernier vote avant 2012« 

Ségolène Royal a exhorté les électeurs, jeudi à Rochefort, à être bien conscients que les cantonales de dimanche seront « le dernier vote » avant la présidentielle de 2012 et à se rendre aux urnes pour faire de ce scrutin « une élection de sanction contre Nicolas Sarkozy« . « C’est vrai qu’il y a un gros problème d’abstention. C’est vrai que souvent les élections cantonales sont peu connues notamment en milieu urbain mais il faut que les électeurs se rendent compte que c’est le dernier vote avant 2012« , a déclaré la présidente PS de la région Poitou-Charentes, en marge d’une conférence de presse.

Ségolène Royal a appelé « tous ceux qui sont venus manifester contre la réforme injuste des retraites, tous ceux qui trouvent qu’il est insupportable de voir l’augmentation du prix de l’énergie, tous ceux qui considèrent que la baisse du pouvoir d’achat pour les classes moyennes et les catégories populaires est inacceptable (…) » à se rendre aux urnes.

14h36: Le Crif appelle au vote
Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a appelé jeudi les Français à « ne pas voter pour des candidats du Front national ou de l’extrême gauche » aux élections cantonales de dimanche. Tout en les appelant, dans un communiqué, « à effectuer leur devoir de citoyens en allant voter, lors du second tour« .

14h25: La gauche doit « redonner espoir aux Français« 
Martine Aubry a affirmé que la gauche avait la responsabilité de « redonner espoir aux Français« , lors d’un déplacement dans le Jura, département qui pourrait basculer à gauche aux cantonales. « On est tous sur le terrain. On rencontrera des gens différents. On démultiplie nos forces. Jean-Luc Mélenchon sait que je viens. Arnaud Montebourg aussi« , a affirmé la première secrétaire du PS, citant deux ténors de gauche qui étaient également annoncés dans ce département jeudi.

14h13: Pour Le Pen, l’UMP tente de « réparer les pots cassés« 
L’ancien président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a estimé que l’UMP tentait de « réparer les pots cassés » entre les deux tours des cantonales, avec notamment les propos du ministre de l’Intérieur Claude Guéant sur les signes religieux. « Il y a un proverbe qui dit: ‘en mariage, trompe qui peut’, et bien c’est un peu vrai aussi en matière électorale. La preuve c’est que M. Sarkozy s’était fait un beau succès en utilisant en quelque sorte le programme du Front national« , a-t-il déclaré.

12h34: Villepin en appelle à la « conscience » des ministres
L’ancien Premier ministre Dominique de Villepin a estimé jeudi qu’un ministre doit « prendre en compte sa conscience« , à propos de la consigne de silence rappelée mercredi aux ministres par Nicolas Sarkozy après la cacophonie à droite sur le FN. « Je comprends la question que se pose l’UMP qui est de ne pas froisser un certain nombre d’électeurs qui sont susceptibles d’être importants pour l’avenir. Mais sur les principes, je crois qu’il ne faut pas transiger et l’on ne transige pas avec le FN« , a expliqué le président de République solidaire sur RFI.

12h31: Un candidat accusé d’avoir tweeté lors du 1er tour
Christophe Grébert, candidat Modem dans le canton de Puteaux (Hauts-de-Seine), a été assigné jeudi en référé au tribunal de grande instance de Nanterre par son adversaire UMP qui l’accuse de propagande pour avoir tweeté à plusieurs reprises dimanche. Vincent Franchi, fils de la maire UMP de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud, estime que son concurrent a « procédé à une propagande électorale » en diffusant, lors du premier tour des cantonales, des « commentaires partisans visant à dénigrer indirectement certains candidats » et en renvoyant les abonnés sur son site de campagne.

08h15: Le « ni-ni » approuvé par les électeurs UMP
La majorité des électeurs UMP (54%) refuse toute consigne de vote pour le deuxième tour des élections cantonales dimanche, selon un sondage publié jeudi par Le Parisien. Seul un électeur UMP sur cinq (22%) estime que leur parti aurait dû appeler à voter pour le candidat de gauche afin de battre le FN.
Sur l’ensemble des Français, 44% pensent que l’UMP devrait appeler à voter à gauche, mais 40% sont favorables à ce qu’il ne donne pas de consigne de vote.C’est le deuxième enseignement de ce sondage: le Front national n’effraye plus autant les électeurs, tout parti confondu. Ainsi, un Français sur trois s’accomoderait d’un conseiller général FN, 37 % pensant que cela serait « bien » ou ne serait « ni une bonne ni une mauvaise chose ». Restent 60% de Français à estimer que l’élection d’un conseiller du parti de Marine Le Pen serait « plutôt une mauvaise chose ».

LIRE: Le face-à-face des barragistes et des « ni-nistes »

08h10: Pécresse: Sarkozy est le « candidat naturel de notre camp »
Valérie Pécresse, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, estime que, pour la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy est « le candidat naturel de notre camp ». « En dépit des crises, Nicolas Sarkozy a su garder le cap des réformes », justifie-t-elle. Valérie Pécresse en tacle au passage le Parti socialiste, qui« n’a toujours pas clarifié sa position vis-à-vis de l’extrême gauche ».« Ayant fait la réforme des universités, je peux vous dire à quel point l’extrême gauche est antidémocratique et violente », dénonce-t-elle.« Le PS n’a jamais condamné ces violences. »

07h39: Novelli (UMP) raille le « psychodrame » ambiant
Mercredi, l’émission Ça vous regarde sur LCP, en partenariat avecleJDD.fr, se demandait si, au vu de la cacophonie ambiante à droite, le FN pouvait faire imploser l’UMP. Aucun risque, rétorque Hervé Novelli, l’un des deux lieutenants – avec Marc-Philippe Daubresse – de Jean-François Copé rue de la Boétie. « On nous fait un psychodrame qui a ébranlé l’UMP, pour un conseiller général du FN qui serait peut-être élu au 2nd tour. On nous fait le coup du front républicain, de la menace sur les institutions républicaines, etc. Ne survalorisons pas ces 400 cantons sur 2000, qui eux ne sont pas concernés par le FN« , a répondu l’ancien secrétaire d’Etat. « Les électeurs qui se sont détournés de Nicolas Sarkozy sont des électeurs de crise ou de post-crise« , a-t-il ajouté, tandis qu’à ses côtés, Jean-Christophe Lagarde, pour le Nouveau centre, a lui martelé que « l’extrême droite ne partage aucune de nos valeurs« .

07h00: Pécresse veut séduire les abstentionnistes
La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, estime dans un entretien au Figaro que le vrai vainqueur du premier tour des élections cantonales est« l’abstention ». « Nous devons répondre au silence assourdissant des urnes et nous adresser en priorité aux abstentionnistes »,indique-t-elle. « Le gouvernement a entendu leur message et (il) va travailler davantage encore pour résoudre les difficultés qui les frappent, en particulier le chômage et l’insécurité. » La ministre s’est par ailleurs bien gardée de répéter qu’elle voterait personnellement PS en cas de duel FN-PS au second tour. « Jean-François Copé a exprimé très fermement la position de l’UMP: aucune voix ne doit aller au Front national. Mon point de vue sur le sujet est connu. Je ne vais pas revenir dessus », a-t-elle déclaré.

MERCREDI

20h00: Le FN soutiendra bien des candidats divers droite

Selon nos informations, confirmées mercredi par un cadre du Front national, le parti lepéniste a officiellement fait le choix, dans la journée, d’appeler ses électeurs à voter, à certains endroits, pour des candidats divers droite, dimanche, au second tour des élections cantonales. Marine Le Pen devrait donner davantage de précisions sur ces consignes peut-être jeudi, lors d’une « communication officielle« , précise-t-on au Front national. En revanche, le FN ne soutiendra aucun candidat UMP, « malgré des sollicitations, notamment dans l’Est et en région parisienne« .

17h30: Le FN multiplie les plaintes
Le Front National a annoncé mercredi qu’il lançait une procédure pour « injure » à l’encontre du député UMP Claude Goasguen, qui a qualifié mardi le FN de « parti de primates« , ce qui devrait le faire exclure de l’UMP, selon le FN. La « grossièreté insigne du propos – qui correspond bien toutefois à la personnalité de l’insulteur – devrait conduire les dirigeants de l’UMP à désavouer ces affronts antirépublicains faits à des millions de Français et à exclure le député UMP Goasguen« , indique un communiqué.

Le parti de Marine Le Pen s’est par ailleurs publiquement plaint des « propos infâmes » de l’humoriste Sophia Aram, mercredi matin sur France Inter. « Ce mercredi à 8H55, sur la radio du service public France Inter, dirigée par MM. (Jean-Luc) Hees et (Philippe) Val, Sophia Aram, lors d’une chronique, a traité plusieurs fois et laborieusement les électeurs du Front national de ‘gros cons« , rappelle un communiqué du FN. Le Front national et sa présidente ont « demandé à leur avocat de mettre au point une procédure en réparation de ces injures au nom du Front national et de ses électeurs« , indique un communiqué.

17h00: Fillon: Le PS « a fait la courte échelle » au FN

Interrogé à l’Assemblée nationale sur la cacophonie de la majorité quant à la stratégie à adopter face au Front national dans le cadre des élections cantonales, François Fillon a contre-attaqué mercredi en jugeant que le PS était coupable en son temps d’avoir fait « la courte échelle » au FN. Le Premier ministre faisait référence aux législatives de 1986, où le changement de mode de scrutin, décidé par le gouvernement de François Mitterrand, avait permis l’entrée au Palais-Bourbon de 35 députés frontistes. « J‘ai toujours combattu le FN et ça n’est pas aujourd’hui que je vais changer d’avis« , a encore dit le locataire de Matignon, pour qui « les partis extrémistes n’ont jamais été porteurs que de grandes désillusions et de graves souffrances pour les Français« .

15h05: Pour Juppé, le « ni-ni » est un « faux débat« 

Alain Juppé a balayé mercredi les polémiques autour du « ni-ni » pour le second tour des cantonales. « Je ne souhaite pas m’attarder sur le sujet. C’est l’exemple même du faux débat. (…) Où est le problème? A aucun moment, aucun responsable UMP n’a envisagé de quelque manière que ce soit une alliance ou même un accord électoral avec le FN. C’est parfaitement clair« , a déclaré le ministre des Affaires étrangères devant l’Association des journalistes parlementaires (AJP).

14h45: La Licra veut plus de clarté
La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a demandé mercredi dans un communiqué aux partis politiques de donner « des consignes de vote claires » pour le second tour des élections cantonales concernant le Front national.

« Alors que la France connaît actuellement une forte poussée du Front national« , la Licra ne veut pas « s’immiscer dans les choix électoraux des citoyens » et « ne dérogera pas à ce principe pour le second tour » dimanche. Mais elle « estime de son devoir de rappeler que le discours raciste et xénophobe du Front national, qu’elle combat depuis près de 40 ans, contrevient gravement à la cohésion sociale de notre pays », selon le communiqué.

13h02: Sarkozy appelle l’UMP à « jouer collectif« 

Nicolas Sarkozy a profité mercredi du Conseil des ministres pour appeler les membres du gouvernement à jouer « collectif » après la cacophonie suscitée au sein de l’UMP par les consignes de vote pour le second tour des cantonales, a rapporté François Baroin.

Le chef de l’Etat a « simplement rappelé aux membres du gouvernement qu’ils appartiennent à un collectif et que ce collectif est exclusivement au service des Français« , a déclaré à la presse le ministre du Budget en rendant compte des travaux du Conseil. La consigne du « ni-ni » (ni vote pour le Front national, ni front républicain contre la gauche) imposée par Nicolas Sarkozy pour le second tour des cantonales, dimanche, a créé ces derniers jours une cacophonie sans précédent au sein de la majorité.

11h04: « L’UMP rompt avec le gaullisme« , selon Salat-Baroux
L’UMP tourne le dos à un des fondements du gaullisme en refusant d’appeler clairement à voter contre le Front national au second tour des cantonales, estime le gendre de Jacques Chirac dans Le Figaro de mercredi. Le parti majoritaire « a ouvert une brèche dans la digue élevée par le général de Gaulle entre la droite et l’extrême droite. Une digue qui avait tenu plus d’un demi-siècle« , écrit dans une tribune Frédéric Salat-Baroux, dernier secrétaire général de l’Elysée de Jacques Chirac de 2005 à 2007.

Les tiraillements au sein de l’UMP sur la posture à adopter face à l’extrême droite pour ces élections cantonales ont été illustrés par François Fillon, qui a appelé lundi à faire barrage au Front national, alors que le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, refuse de donner des consignes claires en cas de face-à-face PS-FN dimanche lors du second tour des cantonales.

Si Jacques Chirac ne s’exprime plus sur les dossiers de politique intérieure depuis son départ de l’Elysée, le moment choisi par son gendre pour envoyer ce signal peut être considéré comme un message de l’ancien président.

11h00: Une attitude « dangereuse » d’EELV (PCF)
Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent a estimé mercredi sur France Info que le maintien de candidats d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) face au Front de gauche (PCF/Parti de gauche) dans certains cantons était une « entorse regrettable » à la règle du désistement républicain à gauche. Les écologistes ont décidé de se maintenir dans 37 cantons sur 2.000 face à la gauche (dont 7 face au FG), là où il n’y a pas de risque de voir la droite gagner.

« Evidemment, ça ne me convient pas« , a réagi Pierre Laurent. « Ces exceptions-là, notamment pour ce qui nous concerne dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis, on les regrette et on va continuer d’ailleurs à essayer de demander à nos amis écologistes de se retirer et de respecter la règle du rassemblement derrière le candidat de gauche arrivé en tête », a-t-il dit. L’attitude d’EELV est « dangereuse dans la situation actuelle (…) Il y a des moments où il faut savoir se rassembler, surtout quand le danger du Front national et d’une droite qui flirte avec lui pointe comme en ce moment« , a encore déclaré le numéro un communiste.

11h00: La cousine de Ségolène Royal face… au PS
Marie-Christine Royal, cousine germaine de Ségolène, sera du second tour des élections cantonales à Libourne, en Gironde. Cette veuve de 46 ans, mère de dix enfants, concourt sous les couleurs du Front national. Grâce à un score de 20.4%, elle a devancé à la surprise de beaucoup l’UMP Nelly Darrigan (19,46%), et ainsi gagné le droit d’affronter au second tour la socialiste Isabelle Hardy (32,17%). Une performance d’autant plus remarquable qu’aux législatives de 2007, Marie-Christine Royal avait tout juste franchi la barre des 5%, rappelle mercredi Le Parisien.

09h45: Bernard Thibault veut « tout faire pour battre » le FN
Le patron de la CGT, Bernard Thibault, a appelé mardi soir sur Europe 1 à « tout faire pour battre les candidats présentés par le Front national » au second tour des cantonales.

08h29: Marine Le Pen dénonce « le front républicain« 
Marine Le Pen a critiqué sur Europe 1 la position de l’UMP sur le second tour des élections cantonales. « Si j’ai bien compris, parce que ce n’est pas très facile, j’ai cru comprendre qu’on laissait le choix aux électeurs soit de s’abstenir, soit de voter socialiste. Ce qui en réalité correspond à un front républicain, mais à un front républicain honteux. En espérant que les électeurs du Front national n’en voudront pas trop lors des prochaines élections à Nicolas Sarkozy« , a déclaré la présidente frontiste.

07h00: Les sympathisants UMP favorables au « ni-ni »

Les sympathisants UMP sont très fortement favorables -à 77%- l’absence de consigne de vote du parti majoritaire au second tour des cantonales en cas de duel gauche-FN, selon un sondage Ifop publié mercredi par France-Soir. En revanche, les Français dans leur ensemble sont mitigés. 48% des personnes interrogées (ensemble de la population) se disent favorables à ce « ni-ni » (ni Front national, ni front républicain avec la gauche), 52% étant contre. Les sympathisants de gauche rejettent eux l’absence de consigne de vote précise: 71% la jugent négativement et seulement 29% l’approuvent. Parmi les sympathisants FN, 61% disent approuver la position du parti présidentiel et 39% sont d’un avis contraire.

 

%d blogueurs aiment cette page :