Archives de Tag: Politique française

Construction, composition et destruction de l’UMP ?

François Fillon

Image via Wikipedia

L’UMP réunit les Gaullistes (Baroin, Juppé et Alliot Marie), les centristes Bruno Lemaire, Leroy, Mercier et Besson) et les socio-populistes (Fillon et X. Bertrand).


Bertrand Boromé

Le #campusUMP éclipse nominale Le retour de #DSK en France Demain matin … #etlepaysdanstoutça !
Tous les ministres à #Marseille au #CampusUMP ! Mais aux abonnés absents pour l’insécurité…

CAMPUS 2011 : LE PROGRAMME

 Vendredi 02 septembre

14h30 : Plénière – ouverture du Campus par Benjamin Lancar, Franck Allisio, Renaud Muselier, Jean-Claude Gaudin et Jean-François Copé
15h00 – 16h45 : Plénière – « Droits de l’Homme et démocratie, les espérances de la jeunesse » – animée par Nadine Morano
16h45 – 18h30 : Plénière – « Nos valeurs » – animée par Valérie Rosso-Debord
19h00 : Apéritif régional organisé par les Jeunes Pop
20h30 : Diner
23h00 : Soirée

Samedi 03 septembre

9h00 : Accueil / petit déjeuner
10h00 – 11h30 : Formation en plénière autour de la défense et la promotion du bilan – animée par Michèle Tabarot et plusieurs secrétaires nationaux : Bruno Beschizza, Olivier Carré, Sebastien Huyghe, Valérie Rosso-Debord, Franck Riester
11h30 : Ouverture du Conseil national
– Intervention de Jean-Pierre Raffarin
– Commissions thématiques du Conseil National : formations sur le thème projet contre projet
– Réunion des cadres et réunion des RDJ
13h00 – 14h30 : Déjeuner
14h30 – 16h00 : Conseil national – plénière – lancement par Jean-Pierre Raffarin
– Présentation des résultats de la grande consultation des militants
– Intervention de Jean-François Copé
– Remise des propositions des jeunes Pop pour le projet
– Intervention de Bruno Le Maire sur le projet
16h00 – 17h00 : Questions – réponses entre la salle et l’équipe dirigeante
17h00 – 18h45 : Plénière sur la crise financière et économique – animée par Jean-Pierre Raffarin
19h00 – 20h00 : Tournois sportifs organisés par les Jeunes Pop
20h30 : Apéritif régional puis dîner
23h00 : Soirée

Dimanche 04 septembre

9h00 – 9h45 : Accueil
10h00 : Plénière de clôture
11h00 : Intervention de Jean-François Copé, Secrétaire général de l’UMP
12h00 : Intervention de François Fillon, Premier Ministre

UMP

Raffarin et Devedjian

écornent l’image d’unité

le 03/09/2011 à 05:00

Hier à Marseille (de g. à dr.), le député Renaud Muselier (nommé hier à la tête de l’Institut du monde arabe), Jean-François Copé et le dirigeant des Jeunes Populaires (jeunes de l’UMP), Benjamin Lancar.   Photo AFP/Anne-Christine Poujoulat

Hier à Marseille (de g. à dr.), le député Renaud Muselier (nommé hier à la tête de l’Institut du monde arabe), Jean-François Copé et le dirigeant des Jeunes Populaires (jeunes de l’UMP), Benjamin Lancar. Photo AFP/Anne-Christine Poujoulat

Le campus de l’UMP,

placé sous le signe du rassemblement

pour 2012, s’est ouvert hier dans une atmosphère électrique

en raison d’un coup de colère

de Jean-Pierre Raffarin contre Nicolas Sarkozy.

À moins de huit mois de la présidentielle, le parti majoritaire s’est donné rendez-vous jusqu’à dimanche à Marseille pour donner le coup d’envoi de la mobilisation pour la réélection de M. Sarkozy. La rencontre ne s’appelle pas université d’été, mais campus.

Cinq ans plus tôt, jour pour jour, c’est dans la cité phocéenne que s’était tenue la dernière université d’été UMP avant la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007.

Désireux de poser un « contrepoint » à la « violence démentielle », à ses yeux, du PS à La Rochelle, le secrétaire général Jean-François Copé, qui a fait la paix avec l’un de ses principaux rivaux, Christian Estrosi, s’est employé à répéter que « l’esprit de Marseille, c’est l’unité et le rassemblement ».

Mais deux coups de colère sont venus assombrir ce ciel idyllique. C’était d’abord une charge violente de Patrick Devedjian dans Le Monde. L’ex-secrétaire général de l’UMP déplore de ne voir « encore nulle part » le grand projet de société qu’exige la situation, et critique la stratégie du parti tout en prédisant une présidentielle « difficile ».

Raffarin boude le petit-déjeuner

Quelques heures plus tard, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a annoncé sa « mise en congé » du petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité, dans l’attente d’une « clarification » sur les attaques « brutales » du chef de l’État.

La veille, en son absence, M. Sarkozy l’avait accusé « d’irresponsabilité » pour avoir critiqué le relèvement de la TVA sur les billets d’entrée des parcs à thème.

Ces deux épisodes s’ajoutent à la grogne audible dans les rangs UMP sur d’autres volets du plan d’austérité et certaines orientations du projet présidentiel du parti, concocté par le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire.

Tout en plaidant pour le droit d’expression de chacun, M. Copé « préférerait que Patrick Devedjian complète ses critiques par des propositions ».

Beaucoup plus incisif, le secrétaire général adjoint, Marc-Philippe Daubresse, a dénoncé ceux qui lancent des « petites phrases » pour faire « parler d’eux ».

La colère de M. Raffarin, qui doit présider ce matin à Marseille le Conseil national du parti, a été copieusement critiquée. Lionnel Luca (Droite populaire) a fustigé un comportement « ringard » et « stupide ».

À l’UMP, beaucoup minimisent toutefois l’impact de ces « bisbilles », en voulant croire qu’une actualité en chassera vite une autre. « Lundi on parlera d’autre chose. Il paraît qu’il y a un avion qui arrive de New York… », a soufflé un responsable, en allusion au retour en France de Dominique Strauss-Kahn.

le 03/09/2011 à 05:00

 

http://www.dailymotion.com/video/xkux1s_ump-salha-ashtewi-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news?start=0#from=embed

J’ai cru mourrir écraser par la Sécurité du Premier Ministre …Bon, beaucoup de consolation, il M’a Serré La Main. #CampusUMP
Il y a 22 minutes via Twitter pour iPhone

http://www.dailymotion.com/video/xkuwl9_ump-marc-philippe-daubresse-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

Au #campusUMP , sur une Perdu La Trace de Jean-François Copé et François Fillon. ILS SE sont éclipses
Il y a 3 minutes Favori Retweeter Répondre

http://www.dailymotion.com/video/xkuwkp_ump-jeannette-bougrab-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

Imperturbables, des jeunes UMP s’essayent UA babyfoot #campusUMP yfrog.com / kjnabqjj
nabqj.jpg

http://www.dailymotion.com/video/xkuwke_ump-nadine-morano-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

La soirée va se poursuivre with Le Premier Ministre François #Fillon UA #campusump . Bonne soirée! Elle sérums longue …yfrog.com/h85n6gjgj

5n6gjg.jpg

http://www.dailymotion.com/video/xkuw4m_ump-taieb-riahi-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

C’Est L’Heure d’aller casser le dancefloor with Nadine M #campusump
Il y a 9 minutes

http://www.dailymotion.com/video/xkuw42_ump-franck-allisio-objectifs-du-conseil-national_news

Modifié le 03-09-11 à 11:07
31 réactions | 1543 vues

Campus UMP 2011 : nous sommes prêts au combat !

Le Campus de l’UMP a ouvert ses portes cet après-midi. Invité par Le Plus à débattre sur les enjeux de cet événement, le président des Jeunes Populaires tacle l’ennemi, affiche l’union de son parti… dans le pur respect des mots d’ordres de l’UMP.
Sélectionné et édité par Tristan Berteloot

Temps de lecture Temps de lecture : 2 minutes

Les Jeunes Populaires ouvrent ce vendredi autour de Jean-François Copé le Campus de l’UMP à Marseille.

 

Benjamin Lancar au campus UMP 2011

Benjamin Lancar au Campus UMP 2011 (Gérard Julien/AFP)

 

Le Campus 2011, c’est le plus grand événement politique jeune jamais organisé, avec plus de 2.500 jeunes venus de tous les départements de France, Outre-mer compris.

 

Ce Campus, c’est aussi le lancement de la campagne présidentielle de la grande famille de l’UMP, rassemblée comme jamais derrière un même objectif, faire réélire Nicolas Sarkozy.

 

Le Campus de l’UMP, c’est enfin un anti La Rochelle. Il y a une semaine, les socialistes ne regardaient que leur nombril pour trancher lequel d’entre eux était le plus apte à déverser leur flot d’injures sur le président de la République. Nous, nous sommes ouverts sur le monde, avec notre grande plénière sur le printemps arabes par exemple.

 

Des jeunes militants libyens, tunisiens, Égyptiens, ivoiriens et syriens sont venus cet après-midi témoigner de leur bravoure et nous dire à quel point le soutien de la communauté internationale, bien souvent initié par la France, avait été important dans leur lutte.

 

Contre l’assistanat de la gauche démago

 

Nous profiterons du Campus pour dévoiler samedi nos propositions pour la campagne présidentielle. Les Jeunes Populaires ont voté ces propositions, thème après thème, à l’issue de douze forums en région. À l’inverse de celles des socialistes, elles proposent à la jeunesse d’affronter sa vie à la fois protégée par l’Etat et libre de construire son destin.

 

Nous refusons l’assistanat dans laquelle la gauche démago veut l’enfermer et nous lui proposons l’autonomie, dans la droite ligne de l’action du gouvernement depuis 2007. À Marseille, ville où la gauche se vautre dans l’hypocrisie en couvrant les agissements du clan Guérini, l’UMP va montrer pendant trois jours qu’elle est en ordre de marche pour 2012.

 

Nous sommes prêts à mener campagne partout en France, dans les facs, les lycées, fiers du bilan de Nicolas Sarkozy, et sûrs de ce que nous voulons pour la France.

Auteur parrainé par Tristan Berteloot

VOS RÉACTIONS (31)

Mac Gyv

Mac Gyv a posté le 3-09-2011 à 18:59

Ils sont beaux hein FAB FOUR, l’air éveillé aussi, surtout à l’arrière plan. Le beau T shirt du parti avec les ray ban, la classe quoi.
Bien nets sur eux; même pas les mains abimées par le travail eux … bon il y a du chômage c’est vrai. Il vaut mieux rester étudiant. En triplant chaque année ça aide.

Des fonceurs quoi ! dans le mur.

FAB FOUR

FAB FOUR a posté le 3-09-2011 à 18:37

cher Benjamin … je ne peux que saluer votre courage pour ce billet trés bien senti sur un site de gauche !!!

comme vous l’avez remarqué les insultes volent bas à défaut d’arguments valables à opposer à la politique gouvernementale … 5 ans que je les pratique les pavloviens

pas de soucis pour Nicolas … 2012 sera une formalité avec un PS à la ramasse actuellement

Roger Foubert

Roger Foubert a posté le 3-09-2011 à 19:29

Fab four je ne voudrais pas être méchant mais vous manquez d’humour! et puis surtout vous radotez! un peu plus et bientot non seulement de radoter vous allez faire sur vous!
9a fait combien de fois que vous faites référence à Pavlov, ça devient un réflexe! Ce pauvre chien de ne vous a pas mordu, à moins que! car vous semblez assez enragé! mais ça tourne en rond vos critiques! attention à la fin de l’envoi ça touche!
Allez à plus!

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 20:10

Dieu que votre atterrissage (à toi Fab Four, ou à Benjamin Lancar et consorts) risque d’être horriblement violent l’année prochaine…

2012, une formalité pour Sarkozy?
oui, dans un sens… son licenciement!

Roger Foubert

Roger Foubert a posté le 3-09-2011 à 16:01

Comme quoi la connerie n’attend pas le nombre des années, mais vu qu’il s’y prend jeune, il a de l’avenir!
Allez Benjamin sois fort tu es sur la bonne voie, Raffarin a bien été Jeune Giscardien tu vois où ça l’a mené tous les espoirs te sont permis mais attention il semble mal vieillir.

Mathieu Sicard

Mathieu Sicard a posté le 3-09-2011 à 12:27

« Le printemps arabes », ça prend pas de « s », arabe, l’adjectif qualificatif s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.

Kangoo Durant

Kangoo Durant a posté le 3-09-2011 à 12:51

« Le printemps arabes », Mais si cela étant un seul printemps pour tous les arabes, ben un S pas deux un seul…..A moins que cela étant un printemps pour un arabe….non je lol je demande juste…

Pierre ++++

Pierre ++++ a posté le 3-09-2011 à 12:13

ils sont prêts au combat… c’est sûr que si, comme le fait Benjamin Lancar, ils marquent des buts contre leur propre camp, autant dire que le combat est perdu d’avance.
On ne combat pas contre la gauche en se laissant contaminer par elle !

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 13:07

C’est sûr… des idées pour plus d’égalité, de tolérance, quel abominable virus!

Puisse l’ump continuer sur cette lancée et ruiner la campagne de Sarkozy!

Mac Gyv

Mac Gyv a posté le 3-09-2011 à 18:07

A vouloir « combattre » la gauche (beau programme !) avec votre petite droite déjà has been, vous allez prendre un bon uppercut dans peu de temps !

cadi slim

cadi slim a posté le 3-09-2011 à 18:48

… doublé d’un crochet au foie.

Denys Chuvees

Denys Chuvees a posté le 3-09-2011 à 11:29

Ah ah, énorme! Il fustige le « flot d’insulte » de la gauche alors que son interview n’est qu’un prétexte pour, justement, insulter la gauche.

Enfin bon, Lancar on savait que c’était un très bon, pas de surprise.

Kangoo Durant

Kangoo Durant a posté le 3-09-2011 à 11:08

Le Campus de l’UMP, c’est enfin un anti La Rochelle. et le peuple fera en 2012 de l’anti UMP!

Salut nina…

http://www.dailymotion.com/video/xkuvn1_ump-jeannette-bougrab-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xkuvbz_ump-philipp-missfelder-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

http://www.dailymotion.com/video/xkuv97_ump-bruno-beschizza-pleniere-sur-la-defense-et-la-promotion-du-bilan_news

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-2011-10810.html
 Découvrez toutes les vidéos

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-2011-10810.html

Valérie Boyer, Secrétaire nationale en charge des Politiques de santé publiques, s’exprime au sujet de la ligne politique que l’UMP suit à l’occasion du Campus organisé à Marseille (2 septembre 2011).
Toutes les actualités

CAMPUS 2011

Les 3 derniers articles :
Rue89
Rue89 Rue89
RT @zinebdryef : UMP : Devedjian pourrit bruyamment les Journées de Copé (+ vidéo) rue89.com/node/220463 #campusump
Bastien Hugues

@ BastienhuguesBastien Hugues
Verser L’arrivée de François Fillon UA #campusUMP , consigne avait Été Donnée de Ne Pas Scander les Noms de Copé et Fillon, MAIS celui de Sarkozy (…)
Alexandre Lemarié
AlexLemarie Alexandre Lemarié
Ah ok … Bonne ambiance … RT @astridevillaine Ce sont les CONSIGNES de Cope d’apres l’entourage de l’ICI … La guerre Encore DECLAREE #campusump 
LCP
Le Premier minister François Fillon arrivent UA #campusUMP .Passe Le Message. Les militants crient «Sarkozy». yfrog.us/61gftz

Images populaires · Tout voir

  

Vidéos populaires · Tout voir


Tendances: France · changeur

Mis à jour 01-09-2011 16:30
François Fillon et Jean-François Copé

François Fillon et Jean-François Copé Photo : AFP

Ouverture du Campus UMP 2011

à Marseille

Sécurité et présidentielle seront au menu de l’Université d’été de l’UMP, qui s’ouvre ce vendredi à Marseille. 

Les militants de l’UMP se retrouvent ce vendredi après-midi à 14h30, au Parc Chanot, pour le Campus UMP 2011. L’occasion pour les militants de rencontrer les « nationaux » pour discuter du projet du mouvement pour 2012, de la crise et des « valeurs de l’Union pour un Mouvement Populaire ».

Ils retrouveront, entre autres, Nadine Morano, Jean-François Copé, Bruno Lemaire ou encore Jean-Pierre Raffarin. Le Premier ministre, François Fillon, devrait intervenir dimanche et rendre visite aux policiers nouvellement installés dans la cité phocéenne.

Entre l’incontournable apéritif provençal et la remise des propositions des « jeunes pop’ » pour la présidentielle de 2012, le thème de la sécurité, particulièrement sensible à Marseille, devrait occuper une bonne partie des discussions.

Mis à jour 02-09-2011 22:55
Les Jeunes de l'UMP réunis à Marseille, le 2 septembre 2011

Les Jeunes de l’UMP au parc Chanot de Marseille, le 2 septembre 2011, pour l’Université d’été du parti majoritaire. Photo : Gerard Julien/AFP

Université d’été de l’UMP : Devedjian critique, Raffarin fâché

A l’image de celle du PS, l’ouverture de la grand-messe UMP a été marquée par des accrocs. Copé, se faisant chantre du débat et de la liberté d’expression, s’est efforcé de minimiser…

Chaque fois qu’ils en ont l’opportunité, par exemple la semaine dernière lors de l’Université d’été du PS, les cadres de la majorité se gaussent volontiers des dissensions socialistes, mais, n’en déplaise à Jean-François Copé, force est de constater que le campus de l’UMP démarre sous les mêmes auspices, entre les critiques appuyées de Patrick Devedjian et le coup de colère de Jean-Pierre Raffarin à l’encontre du chef de l’Etat.

Sarkozy épingle Raffarin sur fond de TVA

Jeudi, lors du petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité à l’Elysée, Nicolas Sarkozy a vertement tancé Jean-Pierre Raffarin, le sénateur et vice-président du Conseil national de l’UMP, pour être monté au créneau contre le projet de hausse de la TVA à l’entrée des parcs à thème.

L’élu de la Vienne, où se trouve le Futuroscope, avait estimé que le relèvement à 19,6% de la taxe sur ces tickets serait une « erreur sociale », car les parcs d’attractions « sont des vacances pour des gens qui ne partent pas forcément ».

Jeudi, en l’absence de l’intéressé, qui d’habitude participe à ces rendez-vous élyséens, Sarkozy a donc fustigé sa prise de position, la qualifiant d' »irresponsable, surtout venant du premier vice-président du conseil national de l’UMP« , ont rapporté à l’AFP des cadres du parti ayant assisté à la scène.

« On peut avoir des arguments contre cette mesure mais certainement pas dire que ça revient à attaquer les pauvres, comme l’a dit Raffarin » aurait auparavant lancé furieux le président de la République.

Raffarin boude l’Elysée dans l’attente d’explications

L’ancien Premier ministre a réagi ce vendredi sur son blog, d’un court paragraphe qui en dit long sur son humeur : « Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit-déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification« .

« D’ici là, je me place en congé de cette instance dite de concertation », ajoute Raffarin boudeur, qui précise cependant que par égard notamment pour le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, pour le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, hôte de l’Université d’été, et pour les militants, il présidera « néanmoins samedi le Conseil national de l’UMP ».

Sur le fond, le relèvement de la TVA voulu par le gouvernement dans le cadre de son plan d’austérité a étéretoqué mercredi à l’unanimité par la commission des Finances de l’Assemblée, au nom des intérêts touristiques que la mesure menacerait. L’amendement supprimant cette hausse sera soumis au vote des députés la semaine prochaine.

Ce « projet de société » que Devedjian ne voit « nulle pas »…

Dans un autre registre, de même que Martine Aubry s’en était pris au bilan de François Hollande, son prédécesseur à la tête du PS, dans un entretien au Monde publié ce vendredi, Patrick Devedjian, l’ancien secrétaire général de l’UMP n’a pas mâché ses mots quant à la stratégie actuelle du parti, mise en oeuvre par son successeur Jean-François Copé.

« L’élection (de 2012) va être difficile (…) il faudra proposer un projet profondément novateur qui réponde aux angoisses d’une société bouleversée par la mondialisation« , a notamment déclaré Devedjian, or, il estime que ce « grand projet de société », il ne le voit « encore nulle part ».

« Réservé sur la critique des primaires » au PS, préoccupé que l’UMP ne fasse « entendre que la Voix de la Droite populaire« , inquiet du « grand risque » auquel exposerait l’adoption de larègle d’or budgétaire… peu de sujets rendent Devedjian optimiste pour la majorité, si ce n’est le fait que selon lui, « la gauche ne propose qu’un changement de personne ».

Copé, chantre de la liberté d’expression…

Soucieux de préserver les apparences, en ce jour d’ouverture de l’Université d’été qui donne « le coup d’envoi de la campagne présidentielle pour le parti » majoritaire, Jean-François Copé a martelé que « l’esprit de Marseille, c’est l’unité et le rassemblement« .

« Je préfèrerais qu’il complète ses critiques par des propositions, mais je suis persuadé qu’il le fera« , a-t-il déclaré en réponse à des questions sur la charge de Devedjian, mais il a assuré que chacun est libre de « s’exprimer, voire de critiquer » avant de conclure : « le principal, c’est qu’on soit rassemblés au final ».

Ménageant la chèvre et le chou, minimisant les désaccords, Copé a de même estimé que la prise de position sur la TVA d’une personnalité telle que Rafarin était légitime, cependant il assure que le « plan d’austérité est courageux et nécessaire » et que la « majorité sera rassemblée et le votera« .

Au parc Chanot de Marseille, où cadres et militants de l’UMP sont comme en pèlerinage, cinq ans après l’Université d’été qui avait précédé l’élection de Sarkozy, les cadres du parti ont jusqu’à dimanche pour se mettre en ordre de bataille… et comme Copé l’avait promis, offrir un autre spectacle que la « violence démentielle » de La Rochelle.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Verser Ceux Qui « s’inquiètent » pdt 3 jours, sur les enchaine plenieres, Les Ateliers, Les Débats et sans petites phrases … #CampusUMP
OK j’y serai … @auroreberge : Ce soir, sur RDV Vous Donne à 19h30 devant l’Espace Presse du #CampusUMP Pour Un twitt-apéro! Cc @UMP
OK j’y serai … @auroreberge : Ce soir, sur RDV Vous Donne à 19h30 devant l’Espace Presse du #CampusUMP Pour Un twitt-apéro! Cc @UMP
Les entrepreneurs UMP

2500 @jeunesump inscrits UA #campusump Contre 800 @JeunesSocialist aux #UEPS .Qui a dit Que l’UMP ne mobilisait Pas la jeunesse?
Modifié le 03-09-11 à 20:40
1 réaction | 202 vues

Plus que des « déclarations brutales », rassemblons-nous

CAMPUS UMP. A Marseille, nous, militants UMP, devont être plus unis que jamais pour avoir l’air crédible face à un parti socialiste divisé.
Sélectionné et édité par Tristan Berteloot

Temps de lecture Temps de lecture : 1 minute

« Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification. D’ici là, je me place en congé de cette instance dite de ‘concertation' »…

Par ces mots, sur son blog, Jean-Pierre Raffarin a donné une arme aux médias qui n’en demandaient finalement pas tant. Alors que les universités d’été sont traditionnellement un moment d’unité, de rassemblement, il est dommage que l’ancien Premier ministre, par ailleurs premier vice-président du Conseil national ait eu recours à des « déclarations brutales », le jour même de l’ouverture du Campus.

J.F. Copé et J.P. Raffarin au campus UMP à Marseille le 3 septembre 2011 - Crédit : L. BONAVENTURE / AFP

 J.F. Copé et J.P. Raffarin au campus UMP à Marseille le 3 septembre 2011 – Crédit : L. BONAVENTURE / AFP

À huit mois de l’élection présidentielle, il ne faudrait pas perdre de vue la vocation première de l’UMP : former un parti rassemblant toutes les forces de la droite et du centre, afin de ne pas subir à notre tour un 21 avril à l’envers. C’est d’autant plus dommage que Jean-Pierre Raffarin, qui se pose d’habitude en rassembleur de la majorité, rompt avec une tradition qu’il a lui-même impulsée.

Une semaine après le vaudeville de La Rochelle, dont la seule vocation était de faire une photo de famille réussie, mais sommes toutes peu crédible, à nous de montrer par contraste que la diversité peut s’exprimer au sein de l’UMP et non par médias ou blogs interposés.

Jean-François Copé a impulsé cette dynamique en donnant la parole tour à tour à des personnalités aussi différentes que Lionnel Luca, Pierre Mehaignerie, ou Henri Guaino. À nous de garder cette ligne jusqu’à la réélection de Nicolas Sarkozy en mai prochain.

Auteur parrainé par Tristan Berteloot

VOTRE RÉACTION (1)

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 22:08

Et donc, après le vaudeville de La Rochelle, la foire aux bonimenteurs de Marseille… Et faudrait croire que c’est mieux, sans doute?

« Des personnalités comme Lionnel Luca »… ha oui, ce cher brave homme qui met homosexualité, zoophilie et pédophilie au même niveau… un personnage charmant plein d’intérêt, à n’en pas douter. Même si personnellement il m’évoque plutôt le sac que je mets à la rue un certain jour de la semaine pour qu’il soit ramassé par un camion… vous voyez de quoi je parle?

Mais bon, si vous avez été embrigadée là dedans dès 16 ans, on ne peut pas vous en vouloir… c’est un peu comme les victimes de secte, en somme…

Alain Branchedaunis

Alain Branchedaunis a posté le 3-09-2011 à 20:51

Où est ce que l’on rit !

« À nous de garder cette ligne jusqu’à la réélection de Nicolas Sarkozy en mai prochain. »
Ah bon c’est officiel ?

« Une semaine après le vaudeville de La Rochelle »
Vous y étiez ?

« des personnalités aussi différentes que Lionnel Luca, »
C’est bien lui qui traite Raffarin de has been ?

Ah vous êtes « Irréductiblement UMP » !
Excusez moi, je n’avais pas compris.
Que suis je bête !
Un homme non encarté, non socialiste, non rien, mais curieux !

À l’UMP, le marché des divisions est ouvert

CAMPUS UMP. « Rassemblement », tel est le mot d’ordre lancé par Jean-François Copé pour cette édition 2011 du Campus UMP. L' »anti-La Rochelle » répète à qui veut l’entendre le Secrétaire général du parti majoritaire. La belle unité de la Sarkozie n’est pourtant qu’une façade…
Sélectionné et édité par Tristan Berteloot

Temps de lecture Temps de lecture : 3 minutes

Oh que le 6 mai 2007 paraît loin ! Et avec elle la chaleur étouffante de la salle Gaveau. J’ai adhéré à l’UMP en 2003. L’Union pour un mouvement populaire était alors un parti où les valeurs de la République étaient mises en avant et, surtout, défendues. Gaulliste chiraquien, avec l’élection de Nicolas Sarkozy je pensais prolonger les douze ans de présidence de Jacques Chirac, qui avait été, pour moi, le déclenchement d’une formidable ferveur, d’espoirs.

 

Le parti était debout, respectueux des sensibilités, tenant un discours cohérent de vérité, défendant les valeurs qui nous réunissent telles que la liberté, l’égalité et la fraternité. Notre président n’était pas le président d’un parti, ni d’un clan, mais de tout un pays, la France. Le soir du 6 mai 2007, je me sentais, comme bon nombre de mes amis, fier d’appartenir à l’UMP.

 

Jean-François Copé, Christian Estrosi et Nathalie Kosciusko-Morizet au campus de l'UMP le 2 septembre 2011 - Crédit : AC POUJOULAT / AFP

 J.F. Copé, C. Estrosi et N. Kosciusko-Morizet au campus de l’UMP le 2 septembre 2011 – Crédit : AC POUJOULAT / AFP

 

Un mouvement est en déliquescence

 

Quatre ans après, poussés par les divisions encouragées par Xavier Bertrand, cet élan de rassemblement et d’unité a disparu. Depuis l’élection du président de la République Nicolas Sarkozy, notre mouvement est en déliquescence. Le populisme y prend le pas sur les valeurs de la République, sur la méritocratie.Deux blocs s’affrontent : l’un représentant les valeurs républicaines, l’autre touchant de très près, de trop près, aux thèmes du parti de Marine Le Pen. Nous n’avons pas vocation à ne parler que de sécurité, que d’immigration, de laïcité.

 

En revanche, nous avons la responsabilité de remettre les Français au travail, de repenser notre système éducatif, de mettre au centre de nos préoccupations le thème de la jeunesse, et de poursuivre l’admirable Grenelle de l’environnement. Voilà ce que nous devons, ensemble, avec le président de la République, mettre en œuvre.

 

Le bal des sensibilités

 

Mais aujourd’hui, l’union n’a plus aucun sens, noyée dans un océan de sensibilités. Elle a perdu de son authenticité – les centristes d’un côté, les libéraux de l’autre, les gaullistes que je suis fier de représenter -, trop tournée qu’elle est vers des branches qui ne représentent personne mais s’adressent aux masses, telle la droite populaire, qui n’a de populaire que le nom, et que l’on devrait renommer populiste tant elle est orientée vers l’électorat du Front national.

 

Ce parti, mené par des parlementaires qui ne représentent qu’eux mêmes… n’est pas la France. Lionnel Luca n’est pas la France, Brigitte Baréges n’est pas la France, Christian Vanneste n’est pas la France. Ce groupuscule aux relents extrêmistes porte gravement atteinte aux valeurs qui rassemblent 200.000 militants populaires. Je ne suis pas fier de cet UMP là. Ce n’est pas l’image que je souhaite de notre parti, ce n’est pas l’image que je souhaite pour la France. Le président de la République ne doit pas se laisser masquer par des tentations électoralistes qui minent très gravement l’unité de notre mouvement. À trop taper sur le Parti socialiste, nous lui ressemblons. Aujourd’hui les divisions ne sont pas où nous tentons de le faire croire. Elles sont chez nous.

 

Martine Aubry et Nicolas Sarkozy sur le perron de l'Elysée, le 9 septembre 2009 (ERIC FEFERBERG / AFP)

Martine Aubry et Nicolas Sarkozy sur le perron de l’Elysée, le 9 septembre 2009 – Crédit : E. FEFERBERG / AFP

 

Au Parti socialiste, il y a le bal des égos. A l’UMP, nous avons le bal des sensibilités, où l’on s’accuse d’être tantôt trop libéral, pas assez gaulliste, beaucoup trop centriste, pas assez humaniste… et j’en passe. Au parti socialiste, il y a Martine, François, Ségolène, Arnaud, Manuel… Chez nous, ce sont les centristes, les gaullistes, les humanistes, les populistes.

 

La passe d’armes, la semaine dernière, entre notre secrétaire général et Dominique Bussereau démontre très fortement la crise des sensibilités au sein de notre mouvement. À trop vouloir faire plaisir aux différentes sensibilités, nous avons créé une tumeur cancéreuse qui gangrène notre mouvement. L’élection 2012 est une chance que nous ne pouvons pas manquer. De grâce, M. Sarkozy, ne laissez pas la droite populaire tuer notre mouvement !

VOS RÉACTIONS (31)

Moay Ifu'Umwâmi

Moay Ifu’Umwâmi a posté le 3-09-2011 à 20:20

Quand on se permet d’appeler une partie de la population française « racaille à nettoyer au kärcher », on a la décence de ne pas se dire le représentant du peuple français; quand on a l’indécence de s’augmenter de 172% pour « gagner » presque 20 000€ par mois, net d’impôts,on évite de pleurer à la TV: « Que vont devenir nos retraites? » quand des retraités vont manger aux Resto du Cœur.
Le Petit Napoléon de l’UMP n’hésite pas à contredire ses déclarations deux semaines après les avoir faites!
Alors, ne soyez pas déçus à l’UMP! Tous le monde l’imite: Uniquement Moi Président!!!

Diogène De Synope

Diogène De Synope a posté le 3-09-2011 à 16:39

Je comprends votre désarroi, un président idéalisé en 2007 qui se chamaille avec un ex premier ministre qui le renvoi dans ses buts. Les français n’y comprennent plus rien, l’action gouvernementale est incohérente.
Par contre, prétendre qu’un bal des « égos » n’existe pas, que ce n’est que bal de sensibilité, énorme!
Aaaah… Quelle nostalgie 2007, « tous pour lui » et « lui pour lui ».

Jean-Michel Landureau

Jean-Michel Landureau a posté le 3-09-2011 à 16:26

Et oui au PS il y a Martine, François, Ségolène, Arnaud, Manuel au moins les socialistes ont le choix entre des personnes de qualité tandis qu’à l’UMp il ne leur reste que sarko un président usé et en fin de parcours quelle tristesse !!!!

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 16:33

Au PS, il y a une telle médiocrité, que tout le monde croit pouvoir se présenter
Le Ps ce n est pas un trop plein ,c est un vide
vide de leader valable, vide d idées, vide de projet et de proposition crédibles
Leur seul programme, leur seule unité: battre Sarkozy
Et après , pourquoi faire? il n en savent RIEN, car ils sont incapables d appréhender les réalités de se monde, et vivent sur leur dogmes et leurs archaïsmes

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 16:52

Tu fais de l’anti-PS primaire…

(oui, le stupide argument de l’ump contre la gauche peut facilement être inversé)

Alexandre Poincet

Alexandre Poincet a posté le 3-09-2011 à 17:12

battre sarko c’est a la portée du premier venu il n’est pas aussi intelligent que rafarin…..

BIG Mama

BIG Mama a posté le 3-09-2011 à 17:51

Au PS , une vraie démocratie, les primaires en sont un exemple , et non un paraître ; l’UMP c’est tout sourire et désunion réelle, Borloo a quitté le navire avant qu’il ne coule , il a bien fait ; d’autres sont humiliés, renvoyés; et chacun se tient à carreaux , et quand ils parlent les uns ou les autres il faut que ça ne froisse en rien le Chef, sinon déplacé, comme Paillet , ou la porte ; dernier en date qui s’est pris une remarque désagréable Rafarin, et franchise : dans son dos . Quant à la réalité de ce monde elle est ce que certains politiques en ont fait : le libéralisme ou l’ultra-libéralisme en est le grand responsable de ce gâchis : les pauvres augmentent et sont encore plus pauvres; et les riches augmentent en étant encore plus riches ; ça Monsieur c’est une réalité incontestable , et ce n’est pas le seul constat; allez lire le rapport de l’INSEE, ça c’est de la bonne lecture, ça ouvre les yeux , ça vous donne envie de gueuler contre les responsables de ce gâchis .
Bonne lecture, il y en a d’autres le rapport de la Cour des Comptes, etc …

Roger Foubert

Roger Foubert a posté le 3-09-2011 à 17:57

M.Romarin vous reprenez votre antienne des gens de gauche qui sont incapables
d’ apprehender les realités de ce monde et qui ne vivent que sur leurs dogmes et leurs archaismes, auriez vous l’amabilité afin que nous puissions nous corriger, d’être didactique, de nous détailler un peu ce que vous mettez derriere ces reproches fourre-tout, faites nous part de votre bonne parole! enseignez nous! nous ne demandons qu’à partager votre science, votre savoir, il est criminel de laisser vos congénéres en pareil état d’ignorance.

cadi slim

cadi slim a posté le 3-09-2011 à 18:55

Rappelez-moi si je ne me trompe, il n’a pas été son ministre un certain temps.

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 19:13

Je parle des socialistes qui dirigent votre parti, qui prétendent vous représenter, et de ceux qui ont la prétention d ‘acceder aux plus hautes fonctions
Pas de l ensemble des gens qui se disent de gauche, où l on doit trouver de tout , du bon et du moins bon, comme partout

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 20:05

Mais à droite c’est pareil… des gens qui prétendent représenter la majorité (avec + de 70% des gens contre Sarko, tu parles!), qui ont la prétention de vouloir rester aux plus hautes fonctions et de se croire intouchables, et qui surtout ont suffisamment fait de dégats avec leurs lois, soit autoritaires, soit de vendus, qui n’avantagent que leurs riches amis et sponsors…

En 2012, DEHORS la droite.

Alain Branchedaunis

Alain Branchedaunis a posté le 3-09-2011 à 16:17

« De grâce, M. Sarkozy, ne laissez pas la droite populaire tuer notre mouvement ! »
Mais c’est Énorme !
Marseille vous inspire, pour la galéjade !
« Faut il pleurer ou bien en rire ? »
♫ ♪ ♫ ♪

Tenez un cadeau !
Une grande raffarinade d’actualité : « Notre route est droite, mais la pente est forte. »

Quand l’ex 1er ministre, l’ancien représentant de commerce en produits torréfiés (J.Vabre) vient s’attaquer à la probité de votre Président, et par conséquent à votre parti, je me réjouis sans fard, et pense que c’est un peu fort de café .
Autrement dit, je me marre.
Quoique un café à la sauge au thym ou au romarin ça n’a aucun goût.

Finalement le RPR n’est qu’un immense parc de loisirs de taxés !

Astares Astares

Astares Astares a posté le 3-09-2011 à 15:37

« essaie de se présenter *rassemblée* » et pas ce qui est écrit en une du site 😉

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 15:16

Quand j entends la gauche rire de division à l UMP, je rigole
Comment peuvent ils donner des leçons, eux qui nous donne le spectacle chaque jour de leur division pire de leur haine??
En ce sens La Rochelle fut le congrès de la Haine
Haine envers le Président (à écouter les propos d Aubry)
Haine de la droite à écouter les propos des haineux: Désir, Hamon
Haine entre eux Aubry n aime pas Hollande ,qui n aime pas Ségolène et inversement
A l UMP , le débat a lieu, les opinions et les propositions se confrontent, l UMP est riche de sa diversité, mais reste uni derrière le Président, malgré les sautes d humeur, et chacun se respecte, tout le contraire du PS

gloups gloups

gloups gloups a posté le 3-09-2011 à 15:38

A l’UMP pas de haine, ni contre la gauche ni entre eux ?
C’est le monde des bisounours ?
Quelle naïvité

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 16:04

A l UMP quand on est pas d accord sur des fondamentaux ,on a le courage de partir comme Borloo, ou Villepin
AU PS personne n a ce courage
Sauf l exception : Mélanchon
Au Ps on se hait, on a des idées divergentes, on fait le grand écart ,mais personne s en va , bonjour le courage politique, il est vrai qu on a peur de perdre ses avantages d élus
Leur seule motivation est électoraliste

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 16:25

Et la motivation de Sarko, on peut l’avoir, qu’on rigole un grand coup?

Alexandre Poincet

Alexandre Poincet a posté le 3-09-2011 à 17:15

votre commentaire fleure bon le thym et le romarin et j’entend les cigales (symbole de la connerie) vive les fourmis de gauche et mélenchon

cadi slim

cadi slim a posté le 3-09-2011 à 18:57

Tout le monde il est gentil, tout le monde,il est beau, beau et beau surtout pas bobo.

Alex De Lachesnay

Alex De Lachesnay a posté le 3-09-2011 à 20:05

Se marrer du bordel ambiant à droite ne veut pas dire donner des leçons mais même si c’était le cas ce ne serait que justice après les outrances de Copé suite à La Rochelle (comme les vôtres d’ailleurs).
Les observateurs qui font l’effort de se rapprocher d’un peu de neutralité, peuvent tout de même évaluer l’ampleur des bisbilles dans un parti qui est au pouvoir comparée à celles des socialistes.
Autrement dit, au même niveau sur l’échelle des bisbilles, le parti au pouvoir doit être plus sévèrement jugé.
Par ailleurs, Borloo n’a pas quitté le gouvernement sur des divergences fondamentales mais sur un échec à devenir premier ministre. Et il n’a pas encore quité l’UMP.
Quant à Villepin, je crois savoir qu’il est encore encarté UMP.
Je tiens à vous dire que j’admire votre dévotion à cette droite extrême et votre compétence dans l’analyse objective de la situation à droite et à gauche.

gloups gloups

gloups gloups a posté le 3-09-2011 à 15:12

L’UMP c’est le bal des crocos, manger ou être mangé. Préhistorique.

En plein Campus 2011 de l’UMP, il y a du chahut à droite. Paillé, Raffarin qui est le suivant qui sera en conflit avec Nicolas Sarkozy

This image shows Nicolas Sarkozy who is presid...

Nicolas Sarkozy _ Maï Salaün

Sarkozy

débarque

Paillé

de

l’Office

de l’immigration

Publication le vendredi 02 septembre 2011
  • Dominque Paillé

    Dominque Paillé

A 54 ans , cet ancien conseiller de Nicolas Sarkozy paie aussi pour ses prises de positions musclées qui sont à contre courant de celles de Claude Guéant, dont il a dénoncé une «droitisation » et un « durcissement » sur les questions d’immigration. En effet, il s’est montré particulièrement sceptique sur la volonté du ministre de l’Intérieur de réduire l’immigration professionnelle.

Chapeauté par le ministère de l Intérieur, l’Office français de l’immigration et de l’intégration est l’opérateur de l’Etat chargé du retour volontaire des migrants dans leur pays d’origine mais aussi de l ‘intégration des primo-arrivants sur le territoire français. 

Parce que Dominique Paillé, a décidé de rejoindre Jean-Louis Borlo, Nicolas Sarkozy a décidé de mettre fin aux fonctions de Dominique Paillé à la tête du conseil d’administration de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii).

Dominique Paillé, qui avait succédé à Philippe Bas, ancien ministre et ancien secrétaire général de l’Elysée à l’époque de Jacques Chirac, est débarqué de l’office français de l’immigration. Il dit avoir refusé d’être rémunéré pour les fonctions qu’il quitte et espère que son successeur suivra son exemple.

Dans un communiqué il dit prendre «acte de la décision du président de la République (…), huit mois après une nomination que je n’avais absolument pas sollicitée. Cette décision est sans nul doute motivée par mon engagement aux côtés de Jean-Louis Borloo pour l’élection présidentielle de 2012. Elle l’est peut-être également par une liberté de ton sur les questions d’immigration et l’expression parfois critique de certains désaccords avec le gouvernement», ajoute l’ancien porte-parole adjoint de l’UMP.

Contre la droitisation de Guéant

M. Paillé a en effet exprimé des positions à contre-courant de celles du ministre de l’Intérieur Claude Guéant ou de l’UMP dont il a dénoncé un « durcissement » et une « droitisation » sur les questions d’immigration.

Il s’est aussi prononcé contre une suspension des accords de Schengen évoquée par M. Guéant après l’afflux de migrants tunisiens et s’est montré sceptique sur le souhait du ministre de l’Intérieur de limiter l’immigration professionnelle.

Créé en 2009, l’Ofii est l’opérateur de l’Etat chargé du retour volontaire des migrants dans leur pays mais aussi de l’intégration de ceux qui restent en France durant les cinq premières années de leur séjour.

La maîtrise des flux migratoires

  • Imprimer
  • commenter
  • Ecoutez le texte avec ReadSpeaker

Dossier mis à jour le 13.04.2010

La France est un pays d’immigration depuis la deuxième moitié du XIXè siècle. Jusqu’en 1945, il n’y a pas de politique d’immigration à proprement parler mais des mesures prises ponctuellement.

La publication de l’ordonnance du 2 novembre 1945 est symbolique du début de la mise en oeuvre d’une véritable intervention de l’Etat dans ce domaine. Aujourd’hui, les sources de droit sont complexes et relèvent non seulement de la législation française mais également de textes internationaux, conventions ou traités ou accords bilatéraux. Depuis l’entrée en vigueur du traité d’Amsterdam, la compétence communautaire dans les domaines de l’immigration et de l’asile est établie. En attendant une harmonisation des politiques au niveau européen, les questions de l’immigration et de l’asile restent encore largement du niveau national.

Les statistiques sur les étrangers (personnes n’ayant pas la nationalité française) et les immigrés (personnes venues s’établir en France), sont sans doute délicates à obtenir, de plus les sources sont dispersées entre plusieurs services. Néanmoins, selon le recensement général de la population établi par l’Insee en 1999, la proportion d’immigrés reste stable depuis 25 ans et plus d’un immigré sur trois est de nationalité française.

La citoyenneté ne se réduit pas au droit de vote, mais il en est une composante et les immigrés devenus français ont bien sûr le droit de vote et d’éligibilité. Les immigrés qui n’ont pas la nationalité française, restent exclus du droit de vote aux élections locales (hormis les ressortissants européens).

Quelle est d’ailleurs la place des immigrés (étrangers ou non) dans la cité ? Au regard du logement, du travail, de la scolarisation des enfants, de l’expression associative ou culturelle, et en matière de santé, les textes applicables sont les mêmes pour tous (code du travail, code pénal, code de la sécurité sociale …). Cependant les textes réglementaires et législatifs ne suffisent pas toujours à éliminer des pratiques discriminatoires comme en attestent certains organismes, dans l’accès au travail, au logement social, à certaines structures culturelles notamment.

Ce dossier se clôt avec la remise au Premier ministre en mars 2005 du premier rapport sur l’action du gouvernement pour la maîtrise des flux migratoires, prévu par la loi du 26 novembre 2003.

« Sarkozy a fait pression », affirme le centriste Dominique Paillé, qui a été débarqué de la tête de l’Office français de l’immigration et de l’intégration« C’est sa méthode de gouvernement. » L’ancien porte-parole de l’UMP devrait être remplacé par Arno Klarsfeld, réputé proche du président de la République. Nommé à la direction de cette administration le 23 janvier, Dominique Paillé se serait vu signifier  son remplacement à la mi-août. Son passage à la tête de l’office n’aura donc duré que 7 mois.

L’ancien député, joint par Le Monde.fr, voit dans son éviction le résultat d’une décision élyséenne liée à son départ du parti présidentiel, suivi de son ralliement à Jean-Louis Borloo, président du parti radical et potentiel candidat rival de Nicolas Sarkozy pour 2012. Dominique Paillé avait déjà été débarqué du porte-parolat de l’UMP par Jean-François Copé, lorsque celui-ci s’est emparé de la direction du parti présidentiel, en novembre 2010. Deux mois plus tard, il est néanmoins nommé à la direction de l’office français de l’immigration et de l’intégration.

‘J’ai été bombardé à la tête de cette administration sans l’avoir sollicité. J’ai assuré ma mission avec passion’, assure-t-il, tout en regrettant de ne pas avoir eu le temps de mener à bien plusieurs objectifs, faute ‘d’une vraie volonté politique en faveur de l’intégration’.

LES MISSIONS DE KLARSFELD

Interrogé par Le Monde.fr, le ministère de l’intérieur ne dément pas la nomination prochaine d’Arno Klarsfeld. L’avocat s’est vu par le passé confier plusieurs postes ou missions par Nicolas Sarkozy. En 2006, alors qu’il est encore candidat et président de l’UMP, il charge Arno Klarsfeld d’établir un diagnostic sur la situation des sans-abri et de formuler des propositions. Pendant la campagne, le candidat Sarkozy s’engagera à ce qu’aucun sans-abri ne soit obligé de (…) Lire la suite sur lemonde.fr

« Je prends acte de la décision du président de la République (…), huit mois après une nomination que je n’avais absolument pas sollicitée », écrit M. Paillé dans ce texte confirmant une information de France Inter.

« Cette décision est sans nul doute motivée par mon engagement aux côtés de Jean-Louis Borloo pour l’élection présidentielle de 2012. Elle l’est peut-être également par une liberté de ton sur les questions d’immigration et l’expression parfois critique de certains désaccords avec le gouvernement », ajoute l’ancien porte-parole adjoint de l’UMP.

M. Paillé a en effet exprimé des positions à contre-courant de celles du ministre de l’Intérieur Claude Guéant ou de l’UMP dont il a dénoncé un « durcissement » et une « droitisation » sur les questions d’immigration.

La colère de Raffarin contre Sarkozy

Sur son blog, Jean-Pierre Raffarin demande vendredi une « clarification » à Nicolas Sarkozy après des propos que le chef de l’Etat aurait tenu à son encontre. Lors du petit-déjeuner de la majorité, jeudi, le président avait fermement critiqué, en son absence, l' »irresponsabilité » de l’ancien Premier ministre en raison de son opposition à la hausse de la taxe sur les entrées dans les parcs à thèmes. L’élu du Poitou assure dans son billet qu’il ne se rendra plus aux petits-déjeuner élyséens avant d’avoir obtenu des explications.

Jean-Pierre RaffarinJean-Pierre Raffarin veut une « clarification » après les propos de Nicolas Sarkozy. (Reuters)

Il n’a pas assisté à la scène mais elle l’a visiblement heurté. Jeudi, lors du petit-déjeuner de la majorité à l’Elysée, Nicolas Sarkozy a, comme chaque semaine, passé en revue l’actualité politique. Et s’est attardé sur les débats sur le plan antidéficit de François Fillon. Sa cible : ceux qui, à l’UMP, ont critiqué la proposition d’une hausse de la TVA sur les entrées dans les parcs à thèmes. Et plus particulièrement Jean-Pierre Raffarin, absent de ce rendez-vous. L’ancien Premier ministre s’était élevé auparavant contre cette mesure, tout élu qu’il est du territoire accueillant le Futuroscope.

« On peut avoir des arguments contre cette mesure mais certainement pas dire que ça revient à attaquer les pauvres, comme l’a dit Raffarin! », s’est emporté le chef de l’Etat, lors du petit déjeuner de la majorité à l’Elysée, selon plusieurs responsables UMP qui y participaient. « C’est irresponsable, surtout venant du premier vice-président du conseil national de l’UMP! « , a jugé le président Sarkozy. Une critique sans ménagement qui a été suivie d’un appel à l’unité dans les rangs du parti majoritaire, alors ques’ouvre vendredi le campus UMP à Marseille.

Raffarin veut une « clarification »

L’ancien Premier ministre a fait savoir sur son blog qu’il n’appréciait pas cette remontrance. « Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit-déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification », écrit-il dansun billet publié vendredi . Et le sénateur de la Vienne de marquer son indignation en annonçant que « d’ici là », il se « place en congé de cette instance dite de concertation ». L’ancien Premier ministre, élément important du pôle de centre-droit à l’UMP et du Sénat explique donc qu’il va sécher la rencontre hebdomadaire, à quelques jours du renouvellement d’une partie de la haute assemblée.

L’unité vantée risque donc d’être délicate à afficher à Marseille après cette demande publique de « clarification ». Mais l’ancien Premier ministre a tenu à rassurer ses alliés à l’UMP en annonçant qu’il ne renoncerait pas à son rôle de monsieur loyal de la journée de samedi au campus : « Pour Jean-Francois Copé, Jean-Claude Gaudin et Benjamin Lancar – et pour les militants – je présiderai néanmoins samedi le Conseil national de l’UMP. » Sa « colère » se dirige donc uniquement contre le chef de l’Etat.

L’ire de Raffarin a été copieusement critiquée. « Ce n’est pas bien, ce n’est pas solidaire », a vilipendé le ministre de l’Economie François Baroin au Talk Le Figaro. Lionnel Luca (Droite populaire) a fustigé son comportement « ringard » et « stupide ». « On ne demande pas des comptes au président de la République, franchement soyons sérieux ! ». Juste avant le billet de M. Raffarin,  Jean-François Copé avait rendu hommage au sénateur de la Vienne, soulignant le « rôle essentiel » de son « ami » et son « travail remarquable ». A l’UMP, on minimisait l’impact de ces « bisbilles » rituelles sur le Campus en voulant croire qu’une actualité en chasserait vite une autre. « Lundi on parlera d’autre chose. Il paraît qu’il y a un avion qui arrive de New York… », a soufflé un responsable UMP en allusion au retour de Dominique Strauss-Kahn en France.

Vivien Vergnaud – leJDD.fr

vendredi 02 septembre 2011

Passe d’armes entre Raffarin et Sarkozy

Par MLC avec Thierry Guerrier

Publié le 2 septembre 2011 à 10h14Mis à jour le 2 septembre 2011 à 21h41

 L'ancien Premier ministre et le président s'affrontent sur le relèvement de la TVA dans les parcs à thème.L’ancien Premier ministre et le président s’affrontent sur le relèvement de la TVA dans les parcs à thème. © MAXPPP

L’ancien Premier ministre et le président s’affrontent sur le relèvement de la TVA dans les parcs à thème.

Les absents ont toujours tort. L’ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, a fait l’expérience de cette maxime populaire jeudi matin. Alors qu’il n’assistait pas à une réunion à l’Elysée, Nicolas Sarkozy en a profité pour critiquer sa position sur la hausse de la TVA dans les parcs à thème. Depuis, le ton ne cesse de monter entre les deux hommes, par fuites aux médias interposées.

Une remarque qui passe mal

Tout est parti de la remarque de Jean-Pierre Raffarin au lendemain del’annonce par François Fillon de la mesure sur les parcs à thème. Sur son blog, l’ancien Premier ministre l’avait alors qualifiée de « mauvaise idée qui frappe d’abord les familles dont ce type de visites remplacent souvent des vacances trop coûteuses ». Un argument qui est mal passé auprès de Nicolas Sarkozy.

Jeudi matin, au cours du petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité à l’Elysée, le chef de l’Etat a défendu, devant des dirigeants de la droite dont le patron de l’UMP, Jean-François Copé, ces mesures d’austérité et en a profité pour tacler Jean-Pierre Raffarin, absent de la réunion.

Des propos « irresponsables »

Nicolas Sarkozy a ainsi qualifié d »irresponsables » les propos du sénateur de la Vienne. « Il est possible d’avoir des arguments contre cette mesure mais on ne peut pas laisser dire qu’elle revient à attaquer les pauvres comme l’a dit [Jean-Pierre] Raffarin », a-t-il estimé.

Certains collègues de Jean-Pierre Raffarin lui ont aussitôt rapporté que le chef de l’Etat l’avait visé sans ambiguïté. De son côté, l’Elysée tente de calmer le jeu en assurant que le président n’a jamais cité nommément Jean-Pierre Raffarin. Mais le mal est fait et Jean-Pierre Raffarin est furieux.

Raffarin exige une « clarification »

« C’est une faute grave, lourde, qui ne sera pas sans conséquence », a-t-ilrépliqué dans la soirée , interrogé par Europe 1. Le sénateur avait alors menacé à demi-mots de profiter de l’Université d’été de l’UMP pour relancer la polémique, fustigeant le manque de concertation entre l’Elysée et le Parlement. Et il a mis sa menace à exécution : vendredi après-midi, dans un message posté sur son blog, Jean-Pierre Raffarin a demandé publiquement une « clarification ». Le ton pour le reste du week-end à Marseille est donné.


Marine Le Pen : ‘Obama est plus à droite que moi’
Affaire Bettencourt : le gouvernement fait bloc derrière Sarkozy
Affolées par les fuites dans l’enquête Bettencourt, les autorités se sont affranchies de la loi 
Les enseignants retrouvent le moral
Les surprises du remaniement

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant : http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/01/dominique-paille-debarque-de-l-office-de-l-immigration-sarkozy-a-fait-pression_1566286_823448.html

Quelques phrases du Prince qui a régné 14 ans sur la France, le Président de la République de toute une jeunesse, celle de la génération trentenaire d’aujourd’hui : voici François Mitterrand.

Voici quelques lignes imagées du second animal politique qu’ a connu la République Française, à nos jours et le seul connu de notre génération, que fût François Mitterrand.

Entrée en matière :

François Mitterrand ouvrant la voie à sa cour. Maï Salaün

François Mitterrand ouvrant la voie à sa cour. Maï Salaün

« Il faut l’échec en France pour acquérir le nimbe du prestige, pour se voir reconnaître l’infaillibilité. Je suis sur la bonne voie. »

Pour progresser dans son travail, il fallait être dans le premier cercle.

Mitterrand vous convainquant de ce qu'il faut croire. Maï Salaün

François Mitterrand vous convainquant de ce qu'il faut croire., sans vous laissez transparaître ce qu'il pense... Maï Salaün

« Je ne rêve pas d’une société idéale. Je cherche à éliminer les inégalités qui sont à portée de la main. »

Le Prince était disponible que si les sujets n’étaient pas trop délicats.

Les mains de François Mitterrand

Les mains de François Mitterrand. Maï SALAÜN

 

C’est le Prince qui coupait ou faisait allumé la caméra.

François_Mitterand_avec Jack_Lang_entre_autres

François Mitterrand avec Jack Lang et quelques membres de sa cour. Maï Salaün

 » Changer la vie ? On ne la changera pas, en dépit du Programme commun, en dépit de notre volonté commune, si chacun d’entre nous, à lui tout seul, n’est pas d’abord responsable, de lui-même et ne se veut pas responsable des autres. « 

 

En regardant Mitterrand, je vois à travers lui, un vieux lion, sage, plein de savoir et de sagesse, et sachant très bien où amener son interlocuteur, son public, et un plaisir malin de jouer avec lui, tout en le dominant tout le temps, tout en lui faisant croire que c’est lui la proie fragilisée par l’âge et la maladie. Là est tout son pouvoir, son savoir.

François Mitterrand et Martine Aubry

François Mitterrand et Martine Aubry. Maï Salaün

« Il faut cueillir les cerises, une à une, sinon on fait de la confiture. »

Le Prince acceptait la caméra puisqu’il est persuadé de maîtriser son image.

Mitterrand_ds_son_bureau_présidentiel_Maï_Salaün

François Mitterrand dans son bureau présidentiel Maï Salaün

 » Il y a des moments où l’on a beau expliquer, il faut savoir qu’on ne sera pas entendu. »

François Mitterrand en discussion avec son conseiller de la communication. Maï Salaün

François Mitterrand en discussion avec son conseiller de la communication. Maï Salaün

« Je pense que la géopolitique de l’Europe a grand besoin, elle aussi, d’une théorie des ensembles. Le temps des empires s’éloigne. Commence celui des contrats, je veux des obligations mutuelles librement contractées, acceptées. Je pose une dernière fois la question : que feraient les Européens sans l’Europe ? « 

Avec le Prince, c’était les mots qui comptaient.

François Mitterrand en toute sérénité. Maï Salaün

François Mitterrand en toute sérénité. Maï Salaün

«  Les grands principes politiques et philosophiques, c’est comme une lumière qui éclaire le terrain dans la nuit. Ensuite entre en jeu, les égoïsmes et la médiocrité. Ça se sont des valeurs sûres sur lesquelles on peut toujours compter. » 

Vous êtes venu pour voir :

François Mitterrand en toute liberté. Maï Salaün

François Mitterrand en toute liberté. Maï Salaün

 » De Gaulle c’était un grand homme. Mais je n’ai pas besoin de son képi. Quand j’ai froid, j’ai mon chapeau. Tout le monde s’assoit sur mes chapeaux. Du coup j’en change tout le temps. « 

La démocratie citoyenne et laïque :

François Mitterrand face aux journalistes les motivant à faire vivre la démocratie laïque. Maï SALAÜN

François Mitterrand face aux journalistes les motivant à faire vivre la démocratie laïque. Maï SALAÜN

 » En démocratie, il est plus efficace et plus satisfaisant de changer la société par des contrats que par des décrets. Ainsi, chacun se trouvera-t-il devant ses responsabilités. « 

Vous trouverez ci-dessous quelques images de François Mitterrand :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

%d blogueurs aiment cette page :