Archives de Tag: justice américaine

DSK – Une « ex-maitresse » dénonce les questions brutales de Thompson l’avocat de Nafissatou

Publié le

 

 

 

Si vous êtes passionné par la saga DSK avec ses maîtresses, cliquer sur le lien suivant :

 

DSK – Une « ex-maitresse » dénonce les questions brutales de Thompson l’avocat de Nafissatou.

DSK – Ces déclarations qui discréditent Nafissatou Diallo

DSK – Ces déclarations qui discréditent Nafissatou Diallo. Les déclarations de la présumée victime font comme les vagues, elles vont et viennent. A quand la grande marée de la vérité entre ces 2 tourtereaux.

DSK – Une autre maitresse secrète se déclare… Une de plus !

DSK – Une autre maitresse secrète se déclare… Une de plus !.

Cet article est très intéressant. Les hommes de pouvoir, aimant les femmes, ont toujours des petites perles dans leurs rencontres. Dommage,  qu’ils n’y restent pas fidèle.

Scandale News of the World : Rebecca Brooks arrêtée – Paul Stephenson, le chef de Scotland Yard remplacé par Sara Thornton, chef de la police de Thames Valley Cameron inquiété ?

JUSTICE

Scandale News of the World :

Rebecca Brooks arrêtée

Créé le 17/07/2011 à 20h50

Rebecca Brooks, ex-directrice de la division britannique du groupe Murdoch, est au coeur du scandale des écoutes de News of the WorldRebecca Brooks, ex-directrice de la division britannique du groupe Murdoch, est au coeur du scandale des écoutes de News of the World / AFP/L.Neal

Rebekah Brooks, ex-directrice de la branche britannique du groupe News Corp de Rupert Murdoch, a été arrêtée dimanche, 48 heures après sa démission dans le scandale des écoutes réalisées par un journal qu’elle a dirigé, a annoncé un porte-parole chargé de sa communication. La filiale britannique du groupe Murdoch, News International, dont elle était la directrice jusqu’à sa démission surprise vendredi, n’a également pas voulu commenter. Cette arrestation est la dixième intervenue dans le cadre de l’enquête rouverte en janvier dernier sur le scandale des écoutes téléphoniques pratiquées à grande échelle depuis les années 2000 par News of the World (NotW), fleuron tabloïde de News Corp., dont Mme Brooks a été rédactrice en chef. Le NotW a été fermé brusquement il y a une semaine par le magnat américain d’origine australienne, dans l’espoir de désamorcer la crise.
Directrice de News International, la filiale de News Corp. chapeautant les journaux britanniques du groupe, Rebekah Brooks avait démissionné vendredi de ses fonctions, emportée à son tour par le scandale des écoutes. Elle avait été rédactrice en chef du News of the World au moment où une partie des écoutes ont été réalisées et elle était présentée comme la grande prêtresse de ces méthodes illégales. Sa démission avait été réclamée par l’ensemble de la classe politique.

Mme Brooks a par ailleurs été convoquée pour être entendue mardi par la commission des médias du Parlement britannique, qui a demandé à l’interroger sur cette affaire, avec Rupert Murdoch et son fils James, numéro trois de News Corp. La police avait déjà procédé jeudi à l’arrestation d’un ancien responsable de News of the World, Neil Wallis, ex-adjoint du rédacteur en chef entre 2003 et 2007.

Rebecca Brooks était très proche du magnat de la presse Rupert Murdoch, propriétaire de News of the World et de plusieurs autres titres de la presse britannique mais aussi américine. Un Rupert Murdoch qui s’est excusé samedi dans la presse britannique mais qui pourrait également être inquiété.

Les révélations sur les méthodes de News of The World et d’autres journaux de News International, la branche britannique de News Corp, ont suscité une indignation générale en Grande-Bretagne. Le scandale du News of the World avait notamment pris une ampleur sans précédent depuis la révélation le 4 juillet que le téléphone portable d’une écolière disparue, puis retrouvée assassinée, avait été piraté par le tabloïd.

Démission du patron de Scotland Yard

Paul Stephenson, le chef de Scotland Yard,  mis en cause pour son attitude dans l’affaire des écoutes au sein du groupe Murdoch, a annoncé dimanche sa démission, lors d’une conférence de presse en direct à la télévision.

« J’ai pris cette décision en raison des spéculations et des accusations sur les liens entre la Metropolitan police et News International », la division britannique du groupe Murdoch, et « en particulier avec Neil Wallis », ex-rédacteur en chef adjoint du News of the World, le tabloïde à l’origine du scandale, a déclaré Paul Stephenson.

Scotland Yard, qui a été accusé d’avoir traîné les pieds dans la conduite de l’enquête sur les écoutes, avait dû admettre cette semaine avoir recruté un temps Neil Wallis comme consultant en relations publiques, après son départ du tabloïde.

Cameron inquiété ?

Un scandale qui a contraint Rupert Murdoch à renoncer au moins provisoirement à son projet d’acquisition du bouquet de chaînes satellite BSkyB dans le cadre d’une transaction de près de 10 milliards d’euros.L’homme d’affaires a aussi fait brutalement disparaître voici une semaine l’hebdomadaire tabloïd News of The World, après 168 ans d’existence.

Un scandale qui pourrait aussi toucher le 10 Downing Street et son premier ministre, David Cameron, dont le directeur de la communication, Andy Coulson, a démissionné. Il était, avant ses fonctions auprès de Cameron, rédacteur en chef de News of the World.

Un Andy Coulson qui avait dû démissionner dès janvier, après une première vague de révélations sur les écoutes de personnalités menées à grande échelle par le tabloïde dans les années 2000.Ami de Rebekah Brooks et de son mari, le Premier ministre britannique David Cameron est donc lui-même en difficulté dans cette affaire.

L’enquête sur les écoutes par Newscorp a débuté en 2005 avec la publication dans le News of the World d’un article sur une blessure au genou du prince William. La famille royale avait alors soupçonné des écoutes téléphoniques et l’enquête de police avait abouti à la condamnation à des peines de prison, en janvier 2007, du correspondant du NoW chargé de l’actualité royale et d’un détective privé.

Mais de nouvelles révélations ont relancé l’affaire, qui touche également les Etats-Unis, où le groupe Murdoch, coté à Wall Street, est très implanté (il possède notamment la chaîne Fox, le Wall Street Journal et le tabloïd New York Post). Le FBI a annoncé jeudi dernier qu’il enquêtait sur de possibles piratages des messageries téléphoniques de victimes des attentats du 11-Septembre.

Scandale News of the World : les excuses de Murdoch

Créé le 16/07/2011 à 17h32

Après le scandale concernant l’empire des médias News Corp, le magnat de la presse Rupert Murdoch a présenté ses excuses dans une lettre publiée dans les journaux britanniques samediAprès le scandale concernant l’empire des médias News Corp, le magnat de la presse Rupert Murdoch a présenté ses excuses dans une lettre publiée dans les journaux britanniques samedi / AFP/B.Stansall

L’affaire des écoutes continue d’agiter la presse et la société britannique, encore plus après les premières excuses de Rupert Murdoch, mais aussi de nouvelles questions sur les liens du Premier ministre avec le groupe de presse au cœur du scandale. Comme promis par le magnat des médias, son mea-culpa s’étalait samedi sur de larges encarts payants dans sept journaux, y compris concurrents, qui notaient au passage son changement de ton et de stratégie: lui qui, jeudi encore, assurait que son groupe n’avait commis que des « erreurs mineures », a brusquement décidé de présenter des excuses publiques pour les écoutes pratiquées à grande échelle par un de ses tabloïds, et promis de nouvelles pratiques. Un Rupert Murdoch tout penaud, qui pourrait pourtant se désengager prochainement de plusieurs autres journaux qu’il détient.

« Nous sommes désolés », écrit Ruper Murdoch dans ces encarts, reconnaissant « les graves fautes commises », des errements qui ont entrainé un scandale sans précédent au Royaume-Uni, entrainant la femeture du journal dominical News of the World, une machine à scandales.

Soucieux de donner des gages à l’opinion, il a aussi rendu visite aux proches d’un adolescente tuée en 2002, dont le téléphone avait été piraté, une révélation à l’origine d’un emballement du scandale qui ébranle son empire.

A quelques jours d’une audience hyper-médiatisée devant des députés britanniques, le magnat, devenu la cible des foudres de la classe politique au Royaume-Uni, a aussi poursuivi son opération de déminageen se séparant en quelques heures de deux de ses plus proches collaborateurs: Rebekah Brooks, directrice de la branche britannique de son groupe News Corp et ancienne grande prêtresse de News of the World, et Les Hinton, directeur général de Dow Jones, une filiale américaine propriétaire notamment du Wall Street Journal.

Cameron cible de l’opposition

Il a aussi invité Andy Coulson, ancien rédacteur en chef de NotW, devenu ensuite son directeur de la communication, deux mois après sa démission pour cause de scandale en janvier. Coulson, qui est soupçonné de « participation » à des écoutes et de « corruption », a été arrêté dernièrement, puis libéré sous caution.

L’opposition a fustigé à moult reprises le « manque de discernement » de David Cameron, d’autant que le gouvernement devait donner son feu vert à l’opération BskyB.

Il était « normal » et « humain » que le Premier ministre reçoive un collaborateur avec lequel il a travaillé si longtemps, a plaidé samedi le ministre des Affaires étrangères, William Hague, sur la BBC, assurant « ne pas être embarrassé » par ses liens avec le groupe Murdoch.

Samedi, les médias abondaient de questions sur la proximité du Premier ministre David Cameron avec les barons de l’empire Murdoch, tout en relevant que les travaillistes avaient n’avaient pas maintenu plus de distance en 13 ans de pouvoir.

Le scandale des écoutes téléphoniques, loin de s’arrêter au tabloïde News of the World (NotW) sabordé par son propriétaire Rupert Murdoch, éclabousse l’ensemble de la presse britannique à un moment où elle est particulièrement vulnérable.

D’autres titres en danger ?

David Cameron a nommé un juge réputé coriace pour mener une double enquête sur les écoutes, et sur l’éthique des médias. Lord Leveson, qui dirigeait l’accusation au procès de la pire tueuse en série britannique Rose West, doit explorer les pratiques de la presse, mais aussi ses relations avec la police ainsi qu’avec la classe politique. Lord Leveson pourrait recommander un renforcement des instances de contrôle de la presse, aujourd’hui auto-régulée par la « Press Complaints Commission » (PCC), jugée peu efficace.

Après la fermeture de NotW, les rumeurs vont bon train sur une possible revente par Murdoch de ses derniers journaux britanniques (Times, Sunday Times et Sun). Le magnat de la presse a beau démentir, une réduction de la voilure serait bien accueillie par les actionnaires peu enclins à essuyer les pertes des médias écrits.

Murdoch, qu’on dit très attaché à la presse (son père était propriétaire de journaux en Australie), est avant tour un ‘homme d’affaires qui partira si il le faut », ont estimé en coeur plusieurs experts britanniques.

(AvecAFP)

Clap de fin pour « News of the World »

Créé le 10/07/2011 à 12h10

Colin Myler, le rédacteur en chef de "News Of the World"; présente la dernière édition du célèbre tabloïd britanniqueColin Myler, le rédacteur en chef de « News Of the World »; présente la dernière édition du célèbre tabloïd britannique / AFP/C.Court

L’hebdomadaire dominical britannique News of the World, un des titres phares en Grande-Bretagne du magnat de la presse Rupert Murdoch, fermé en raison d’un scandale d’écoutes téléphoniques, a choisi comme titre de sa dernière édition: « Merci et adieu ». L’édition de dimanche, qui est la dernière dans la longue histoire du journal, rappelle quelques uns de ses plus grands scoops, souvent sulfureux, qui lui ont valu son succès populaire. Et la rédaction, qui compte 200 membres, conclut: « Après 168 ans, nous finissons par dire adieu avec tristesse, mais aussi beaucoup de fierté à nos 7,5 millions de lecteurs fidèles », selon une image de la une diffusée sur le réseau Twitter.

« Nous avons perdu notre chemin », juge un éditorial d’une page entière, en expliquant qu’il « n’y a aucune justification à la peine causée aux victimes » des écoutes, tout en soulignant que le journal faisait partie du paysage britannique, au même titre que le « rôti du repas dominical ».

Pour sa dernière édition, le NOTW revient sur sa longue histoire sous le titre « le plus grand journal du monde, 1843-2011 » en rappelant quelques une des affaires traitées par la rédaction.

Le magnat australo-américain de la presse, âgé de 80 ans, était attendu dimanche à Londres, où il compte prendre personnellement en main ses affaires gérées en Grande-Bretagne par son fils James Murdoch à la tête de la société News International.

Aussi traumatisante qu’elle soit, la fermeture du journal n’a pas réussi à mettre un terme au scandale. Trois personnes ont été interpellées depuis vendredi matin, en particulier Andy Coulson, l’ancien rédacteur en chef du tabloïd et ex-directeur de la communication du Premier ministre David Cameron. M. Coulson a été libéré sous conditions, après une journée de garde à vue, comme les deux autres personnes interpellées.

Le NotW est accusé d’avoir piraté depuis 2005 les messageries de milliers de célébrités, de Hugh Grant au prince William, mais également d’une écolière assassinée et de proches de soldats tués en Irak. Il aurait de plus payé des policiers informateurs.

Le NotW n’est cependant qu’une goutte d’eau dans l’empire Murdoch, beaucoup plus dépendant de la télévision. Mais le scandale pourrait entraver un projet-phare du baron des médias au Royaume-Uni: le rachat controversé de la totalité du bouquet de chaînes satellitaires britanniques BSkyB.

Cameron s’en mêle, Murdoch veut éteindre l’incendie

David Cameron a laissé entrevoir, vendredi, un report de la décision gouvernementale à ce sujet (probablement à l’automne) et Ofcom, le régulateur britannique, a demandé d’être tenu au courant de l’enquête sur le NotW, faisant plonger de près de 8% l’action BSkyB à la Bourse de Londres vendredi.

Rupert Murdoch aura fort à faire pour éteindre l’incendie. Il devrait également devoir épauler son fils James qui dirige les opérations européennes et asiatiques de News Corp, et donc celles au Royaume-Uni.

David Cameron a estimé vendredi que la police devait interroger toutes les personnes concernées, quelle que soit leur position. Il a également déclaré qu’il « aurait accepté » la démission de Rebekah Brooks, directrice générale de News International de plus en plus sur la sellette. Selon le quotidien The Guardian, la police enquête sur la destruction présumée de « millions de courriels ». « Le QG de Murdoch a-t-il dissimulé des preuves? », se demande le Guardian. News International a démenti.

L’histoire pourrait durer. Tentant vendredi de se justifier devant les employés en colère du NotW, Rebekah Brooks a déclaré que, « dans un an », ils comprendraient pourquoi il fallait fermer le tabloïd, sans vouloir en dire plus.

(Avec AFP)

« News of the World » ferme boutique dans la polémique

Créé le 08/07/2011 à 19h12

La couverture du tabloïd "News of the World"La couverture du tabloïd « News of the World » / AFP

Un journal qui fait frémir le pouvoir, ça peut paraître « normal ». Sauf quand ce dernier s’appelle « News of the World » et qu’il est au coeur d’une polémique sur ces méthodes de travail choquantes. Loin de s’apaiser, au lendemain de l’annonce de la fermeture du tabloïd « News of the World », le scandale des écoutes téléphoniques a pris une dimension extraordinaire vendredi, avec deux arrestations, dont celle d’un proche du Premier ministre. Andy Coulson, qui fut 4 ans et demi durant le directeur de la communication de M. Cameron – d’abord dans l’opposition puis au 10, Downing Street – a été placé en détention en fin de matinée, et sa maison perquisitionnée. Scotland Yard le soupçonne de « participation à des écoutes téléphoniques illégales » et de « corruption » en référence au paiement de policiers-informateurs, du temps où il était rédacteur en chef du NOTW.

Outre Andy Coulson, Clive Goodman, ancien correspondant royal du journal a quant à lui été interpellé en début d’après-midi, aux mêmes motifs. Il a déjà purgé quatre mois de prison pour écoutes illégales en 2007. Les policiers ont effectué une descente dans les locaux Daily Star, concurrent de « News of the World » où travaille désormais Goodman. Dans le même temps, les appels se sont multipliés en faveur de la démission de Rebekah Brooks, 43 ans, ex-patronne de la rédaction du « NOTW ». Elle est aujourd’hui directrice générale de News International, la branche britannique de News Corp, empire du magnat australo-américain Rupert Murdoch, qui englobe The Sun, Sunday Times, The Times et le « News of the World ».

Flanquée de deux gardes de sécurité, c’est elle qui a annoncé jeudi aux 200 employés du « News of the World » la fermeture du tabloïd, fleuron lucratif et très sulfureux aux 168 ans d’existence jalonnée de scoops et de scandales et racheté en 1969 par M. Murdoch. « Les choses doivent changer (…) Rien ne sera laissé de côté », avait assuré en début de journée un David Cameron mal à l’aise et sur la défensive, lors d’une conférence de presse improvisée au 10 Downing Street au cours de laquelle il a notamment annoncé la création d’une commission d’enquête.

Les journalistes toutefois l’ont surtout bombardé de questions sur son manque de discernement pour ses liens avec Andy Coulson et sa proximité avec News Corp. Le piratage de messageries téléphoniques par le « News of the World », qui concernerait environ 4.000 personnes, empoisonne la vie politique depuis le milieu des années 2000. On savait qu’elle impliquait des hommes politiques, membres de la famille royale et célébrités. Mais le piratage aurait également concerné la messagerie d’une écolière assassinée et de soldats tués en Irak et en Afghanistan, ce qui n’a pas manqué de susciter l’indignation cette semaine. « La vérité est que nous sommes tous concernés: la presse, les hommes politiques, les dirigeants des partis – et je m’inclus dans ce nombre. Nous n’avons pas pris cette affaire à bras le corps », a admis M. Cameron.  L’un des remèdes proposés est la création d’une commission d’enquête indépendante sous la houlette d’un juge, réclamée par l’ensemble de la classe politique.

La commission oeuvrera en parallèle à l’enquête policière qui s’est révélé dans un premier temps un « échec abyssal », selon M. Cameron, qui a enfin annoncé l’ouverture d’une troisième enquête, sur l’éthique et la culture de la presse. Elle sonne de facto le glas de la commission de contrôle des médias (Press Complaints Commission). Cet organisme d’autorégulation a souvent été accusé de laxisme vis-à-vis des méthodes d’investigation douteuses, voire illégales de certains journalistes, au nom du sacro-saint droit du public à être informé. « La Grande-Bretagne a longtemps eu une presse crapoteuse. Le marché, régi par une concurrence brutale, encourageant les titres racoleurs et les potins intrusifs », a reconnu The Economist rejoint par nombre d’éditorialistes soucieux de restaurer la crédibilité journalistique.

Pour finir, M. Cameron a tenté de désamorcer une bombe à retardement politique, en laissant entrevoir un report (probablement au-delà de septembre) du feu vert gouvernemental au projet de rachat du bouquet satellitaire BSkyB par News Corp. Le rachat conférerait à M. Murdoch –qui possède déjà le tiers des médias d’information britanniques– une position ultra-dominante et attentatoire au pluralisme selon les nombreux adversaires du projet. The Guardian et The Daily Telegraph, qui s’y opposent, soupçonnaient vendredi M. Murdoch d’avoir cyniquement sabordé le News of the World pour sauver l’opération BSkyB au coeur de sa stratégie de conquête. Ils avançaient également que le magnat entendait récupérer les 2,8 millions de lecteurs du NOWT en créant prochainement une édition dominicale du Sun.

Rebecca Brooks

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre
Page semi-protégée
Gnome monde event.svg actuelle
Cet article est sur ​​une personne impliquée dans un événement en cours . L’information peut changer rapidement comme l’événement progresse.
Rebecca Brooks
Rebekah Wade Mary [ 1 ] [ 2 ]
le 27 mai 1968 (43 ans) de Warrington , Lancashire , Angleterre
Emploi Journaliste , rédacteur en chef
Mariage (s) Ross Kemp
(m. 2002-09 divorcé)
Charlie Brooks (m. 2009-présent)
Notablecrédit (s) Le Soleil , Nouvelles du monde

Rebecca Mary Brooks (née Wade , né le 27 mai 1968) est un Britannique journaliste et ancien journal éditeur . Elle a été chef de la direction des Nouvelles internationales (de 2009 à 2011), ayant précédemment servi comme le plus jeune rédacteur en chef d’un journal national britannique en tant que rédacteur de l’ Nouvelles du Monde [ 3 ] (de 2000 à 2003) et l’éditeur de la première femme d’ L’ dim. [ 4 ] (de 2003 à 2009). Elle a épousé l’acteur Ross Kemp en 2002 (sans prendre son nom de famille); en 2009, ils ont divorcé, [ 5 ] et elle a épousé l’ancien entraîneur de chevaux de course et auteur Charlie Brooks.

Elle est une figure marquante dans le scandale du piratage téléphonique international Nouvelles , après avoir été le rédacteur en chef de l’ Nouvelles du monde où illégales de piratage téléphonique aurait été menée par le journal. Le 15 Juillet 2011, Brooks a démissionné comme chef de la direction des Nouvelles international, suite à de nombreuses critiques de son rôle dans la controverse. [ 6 ] Le 17 Juillet 2011, elle a été arrêtée dans le cadre de piratage de téléphone et des allégations de corruption. [ 7 ]

Contenu

cacher ]

Début de la vie

Brooks est né Rebekah Wade Mary de Warrington , dans le Lancashire. [ 8 ] Elle a grandi dans Daresbury , [ 9 ] et a décidé qu’elle voulait être un journaliste de l’âge de quatorze ans. [ 10 ] Elle a assisté à Appleton County Hall Grammar School de Warrington . [ 11 ]

En entrée de Brooks dans Qui est qui elle a déclaré qu’elle a étudié à l’ Sorbonne à Paris, mais n’a pas la prétention d’avoir un diplôme, et n’a pas plus tard répondre à des questions à ce sujet; dans un 2003 spectateurs article, Stephen Glover a suggéré que, depuis qu’elle a été travailler à l’âge de 20 ans pour les Nouvelles du Monde », nous pouvons supposer qu’elle n’a pas étudié à la Sorbonne de manière significative ». [ 12 ]

Carrière

Après l’école, elle a travaillé pour le magazine français L’Architecture d’Aujourd’hui dans Paris , avant de retourner à la Grande-Bretagne à travailler pour Eddy Shah ‘s Messenger Group. [ 10 ] Elle a rejoint le journal du dimanche Nouvelles du Monde en 1989 en tant que secrétaire , avant de travailler comme chroniqueur pour son «dimanche» le magazine où elle a travaillé sur « Le A à Z de Savons » avec TV savon experts Stacey Chris, et finalement devenir rédacteur en chef adjoint du journal. [ 10 ] «En 1994, elle a préparé pour les l’ Nouvelles du Monde »entretien s avec James Hewitt , un amant de la princesse Diana , en réservant une suite d’hôtel et l’embauche d’une équipe de «l’ensemble avec des lecteurs de bandes secrètes dans des pots de fleurs diverses et placards », Piers Morgan , son ancien patron et maintenant uneCNN animateur du talk show (et ABC talent-show juge), écrit dans ses mémoires The Insider , The New York Times relayé en Juillet 2011.[ 13 ] En 1998, elle a été transférée à l’ Nouvelles du Monde  » homologue s tous les jours, Le Soleil ., où elle a nommé son rédacteur en chef adjoint Dans cette période, elle aurait tenté de convaincre David Yelland mettre fin à la page Trois filles fonction. [ 14 ] Elle est ensuite retournée à l’ Nouvelles du Monde en 2000 comme rédacteur en chef; au moment , elle a été le plus jeune rédacteur en chef d’un journal national britannique. [ 3 ]

Alors qu’au Nouvelles du Monde , elle a supervisé la campagne controversée de «naming and shaming» condamnés agresseurs sexuels d’enfants , après l’assassiner des Sarah Payne . [ 15 ] Le document de décision a conduit à des foules en colère terrorise ceux qu’ils soupçonnaient d’être des délinquants sexuels d’enfants , [ 16 ] qui comprenait plusieurs cas d’erreur d’identité et d’un cas où une pédiatre avait sa maison vandalisée, apparemment par des gens qui ont mal compris son titre professionnel d’être le même que pédophile. [ 17 ] [ 18 ] La campagne a été étiqueté « grossièrement irresponsable «journalisme par l’ancien chef de police du Gloucestershire , Tony Butler, [ 10 ] , mais, dans une rare interview, Brooks a défendu les actions du document sur ​​la BBC Breakfast avec le gel , en déclarant qu’il était «un accès juste que le public ont contrôlé » à informations sur les délinquants sexuels. [ 19 ] Le document est déjà de fortes ventes ont bien résisté sous sa direction, tandis que ceux des journaux du dimanche rivale du Peuple et le Sunday Mirror a chuté plus fortement. [ 20 ]

En Janvier 2003, elle est retournée à The Sun , en remplacement de son ancien patron , David Yelland , pour devenir son premier éditeur des femmes. [ 20 ] Le premier jour de Brooks en tant que rédacteur de la page Trois fille était Rebecca Parmar-Teasdale – la légende de la photo a été « Rebecca de Wapping ». [ 11 ] Peu de temps après être devenu rédacteur en chef, Brooks titrait « Bonkers Bruno Locked Up» concernant les problèmes de santé mentale de l’ancien champion de boxe poids lourd Bruno Frank . Le lendemain le soleil a couru une réponse de 600 mots de la tête de l’organisme de bienfaisance de la santé mentale Sane , et a depuis lors adopté un guide de style sur la couverture des histoires de la santé mentale préparé par la même charité. Brooks et son mari ont passé une journée avec le chef de dons Sane et fait de la charité. [ 21 ] [ 22 ]

Lors d’une Mars 2003 Présentation devant le Chambre des communes, Comité spécial sur la Culture, des Médias et du Sport dans le cadre d’une enquête sur les questions de confidentialité, Brooks a déclaré que son journal avait payé des policiers pour l’information. [ 23 ] Alison Clark, le directeur des affaires corporatives au Nouvelles internationales , a déclaré plus tard: «Ce n’est pas pratique de l’entreprise pour payer la police pour plus d’informations». [ 23 ]

Brooks a été président de l’organisation Femmes en journalisme , [ 10 ] et a servi comme juge pour le « Prix Guardian Media Etudiant » en Novembre 2003 [ 24 ] et la dixième édition du Prix de bravoure des policiers en Juillet 2005, dont le dernier a été parrainé par Le Soleil . [ 25 ]

En Juin 2009, il a été annoncé qu’elle quitterait Le Soleil en Septembre 2009, pour devenir directeur général de la société mère du journal,Nouvelles internationales . [ 4 ] Dominic Mohan a été nommé son successeur en tant qu’éditeur de The Sun . [ 26 ]

Téléphone scandale piratage

Une enquête de police a révélé que les Nouvelles du Monde a eu une pratique de routine de l’interception des messages téléphone mobile de célébrités, politiciens et autres personnalités publiques. Reporter du journal, Clive Goodman et Glenn Mulcaire, un enquêteur embauché, ont été condamnés et emprisonnés pour intercepter les messages téléphoniques de membres de la famille royale en 2006.

En 2003, Brooks a déclaré à un comité des Communes que les journalistes « avaient payé de police pour des informations dans le passé ».Au moment où elle semblait être parler paiements effectués par son propre journal, Andy Coulson ., également présent, est intervenu pour dire que les paiements ont été seulement fait légalement [2] Toutefois, en 2011, Brooks a affirmé qu’elle avait parlé de manière générale termes et a nié qu’elle avait eu connaissance de cas spécifiques de paiements à la police. [3]

Brooks a dit le 10 Juillet 2009,  » The Guardian couverture [de l’affaire de piratage de téléphone], nous croyons, a substantiellement et probablement délibérément trompé le public britannique « . [ 27 ]

En Septembre 2010, The Guardian a révélé que, dans le cadre de l’ inter-partis comité des médias enquêter Nouvelles du monde » s -piratage de téléphone (un rapport intitulé Normes de presse, vie privée et diffamation ), Rebecca Brooks reprises choisi de ne pas se présenter pour témoigner ; [ 28 ] résultant en quatre membres de la commission « envisageait de demander au sergent d’armes de délivrer un mandat obligeant à assister à Brooks », mais ils ont ensuite chuté cette proposition, car il a été allégué leur vie privée serait étudiée si elles l’ont fait. [ 28 ] [ 29 ] John Whittingdale , président du comité a déclaré qu’il s’agissait d’une conversation « sur les répercussions possibles de la délivrance d’un mandat d’Brooks, mais a déclaré que n’a eu aucune incidence sur sa décision et qu’il ne croyait pas Nouvelles international viserait les membres du comité .  » [ 29 ]

En 2011, The Guardian [ 30 ] et un avocat a allégué que, en 2002, quand Brooks était le directeur du journal avait aussi piraté la boîte vocale du manque d’écolière Milly Dowler (révélé plus tard être assassiné), pour accéder aux messages laissés par ses parents. Il a aussi été allégué que les messages ont été supprimés lorsque la boîte aux lettres était pleine, pour permettre de nouveaux messages à gauche et illégalement écouté;. Cela a causé la famille de la fillette disparue à penser qu’elle était encore vivante et le suivi ses messages Le New York Times Londres journaliste Sarah Lyall a écrit que, si les allégations étaient vraies, « cela signifierait soit que Mme Brooks avait aucune idée de comment le papier, elle a été éditée obtenir des informations sur la famille Dowler pour ses articles, ou qu’elle savait au sujet du piratage et a permis elle « . [ 30 ] Dans un courriel à ses employés Brooks a déclaré qu’il était «inconcevable» qu’elle avait connu ce qui se passait sur ​​la messagerie vocale Milly Dowler. [ 31 ]

Démission

Wikinews a raconté nouvelles:Rebecca Brooks démissionne de Nouvelles internationales

En Juillet 2011, dirigeant du Parti travailliste , Ed Miliband, a déclaré Brooks devrait « examiner sa position » après les allégations Dowler Milly. [ 32 ] Le Premier ministre David Cameron, a dit que si Brooks avait offert sa démission à lui, il l’aurait accepté. Les parents Milly Dowler a également appelé à la démission de Brooks.

Lorsque Brooks dit Nouvelles du Monde du personnel que le journal a été fermé, certains auraient dit que l’ensemble de leurs emplois ont été sacrifiés pour sauver la sienne. [ 33 ] Andreas Whittam Smith a suggéré que la décision Brooks de ne pas démissionner était symptomatique de la «l’égoïste, vaniteux thèse que« seulement moi, qui était à la barre lors de la catastrophe, peut nous orienter vers la sécurité « . [ 34 ]

Le 14 Juillet, Nouvelles Société de l ‘deuxième actionnaire, le prince Al-Waleed bin Talal Alsaud, a appelé à sa démission dans une interview à la BBC. [ 35 ]

Ayant déjà eu une offre de démission rejetée, Brooks a démissionné de Nouvelles Internationale le 15 Juillet 2011. [ 36 ] Elle a dit: «En tant que chef de la direction de l’entreprise, je ressens un profond sentiment de responsabilité pour les personnes que nous avons mal et je veux redire combien je suis désolée pour ce que nous savons maintenant avoir lieu. J’ai cru que l’action juste et responsable a été pour nous conduire à travers la chaleur de la crise. Cependant, mon désir de rester sur le pont a fait de moi un point focal du débat. C’est maintenant détourne l’attention de tous nos efforts honnêtes pour résoudre les problèmes du passé. C’est pourquoi j’ai donné Rupert Murdoch et James ma démission. Bien qu’il ait été un sujet de discussion, cette fois, ma démission a été acceptée. » [ 37 ]

L’arrestation

Le 17 Juillet 2011, Brooks a été arrêté par la police sur des soupçons de complot pour intercepter les communications et sur ​​des soupçons d’allégations de corruption. [ 7 ] [ 38 ] [ 39 ] Elle a été arrêtée par des détectives travaillent sur ​​Weeting Opération , la police métropolitaine de piratage de téléphone de l ‘ la sonde, et l’opération elveden , la sonde d’examiner les paiements illicites aux officiers de police. [ 39 ] Brooks relations publiques agent de Dave Wilson a déclaré à CNN qu’elle ne savait pas qu’elle allait être arrêtée quand elle est arrivée pour une pré-entrevue organisée avec Londres métropolitaine Service de police . [ 40 ]

Connexions politiques

Brooks était un ami de Tony et Cherie Blair [ 41 ] et Gordon et Sarah Brown . [ 42 ] Son mariage a été 2009 fréquentée aussi bien par le Premier ministre britannique Gordon Brown, et l’actuel Premier ministre David Cameron . Cameron a souvent socialisés avec Brooks, ils ont des maisons près de l’autre dans l’Oxfordshire, sont allés à cheval ensemble, et ont dîné à uns chez les autres. [ 43 ] Il a été critiqué par les médias de son influence sur les politiciens de premier plan, et les connexions possibles entre les affaire de téléphone ce et le piratage. [ 44 ]

La vie personnelle

Brooks est devenu fiancée à l’acteur Ross Kemp (mieux connu comme Grant Mitchell dans EastEnders ) en 1996, et l’épousa en Juin 2002 àLas Vegas , elle n’a pas porter le nom de Kemp. [ 7 ] En Juillet 2011, député Chris Bryant a affirmé que Brooks avait précédemment « ricana » à Bryant la sexualité (c’est à dire l’homosexualité ) [ 45 ] et que Kemp avait répondu: «Tais-toi, la vache homophobe ». [ 45 ] Le 3 Novembre 2005, il a été signalé que Brooks avait été arrêté suite à une présumée attaque sur son mari. Elle a ensuite été libéré sans inculpation et la police n’a pris aucune autre mesure. [ 7 ] Le Soleil avait mené une campagne contre la violence domestique à l’époque. [ 46 ] [ 11 ] De ce point de suite, Brooks a été visé à l’ Private Eye que «le percuteur « (un mot péjoratif en Colombie pour une femme de mœurs légères, et un jeu de mot sur ​​l’acte de gifles). Le couple avait passé la soirée précédente, en compagnie de l’ancien ministre du Cabinet Blunkett, David , qui avait démissionné pour la deuxième fois ce jour-là. [ 47 ]

Private Eye et The Independent [ 48 ] a rapporté que le couple s’était séparé, ce qui n’a pas été largement rapporté dans le reste de la presse britannique. Les 7 Mars 2008 de la revue Private Eye se réfère à son « amant », formateur et auteur de chevaux de course anciennes Charlie Brooks. The Guardian rapporté le 5 Juin 2009, qu’elle épouserait Brooks. [ 49 ] The Independent a rapporté que Brooks et son fiancé avait épousé lors d’une cérémonie au bord du lac en Juin 2009; [ 50 ] , elle a pris son nom de famille.

Brooks est un ami de Sheryl Gascoigne , l’ex-épouse du footballeur Paul Gascoigne . [ 14 ] Elle a également assisté à la Prince of Wales ‘parti 50e anniversaire. [ 10 ] 

Brooks vit à Chipping Norton .

Rebecca Brooks :

la flamme aux cheveux de la Reine de Fleet Street

Mise à quelqu’un sur une journée et les avoir vous en remercions le prochain est dit être l’art ultime du hack tabloïd. Si tel est le cas, alors Rebecca Brooks – qui a démissionné à la suite des Nouvelles du Monde de téléphone-piratage scandale – a été, jusqu’à récemment, un maître de la profession.

Nouvelles internationales PDG Rebecca Brooks

Nouvelles internationales PDG Rebecca Brooks a démissionné  Photo: AP
Richard Alleyne

Par 

13:50 BST le 15 juillet 2011

La flamme cheveux, 43 ans, capacité à obtenir le scoop et la montée jusqu’à l’échelle de l’entreprise ont diminué à un puissant mélange de cruauté et de charme éblouissant.

Cela et une extraordinaire capacité à se faire des amis en haut lieu signifiait la liste des invités à son mariage il ya deux ans se lisent comme un Qui est qui de la Grande-Bretagne moderne.

Elle s’est levée du fond au sommet de la profession.

Elle a commencé sa vie en tant que secrétaire et 22 ans plus tard, finit comme la femme de droite de l’homme le plus puissant dans le monde du journalisme.

Le fait qu’il a fallu 12 jours avant qu’elle ne soit finalement laissé aller de New International montre à quel point elle s’est bonnes grâces de la famille Rupert Murdoch.

Beaucoup pensent qu’il a sacrifié les Nouvelles du monde pour tenter de sauver sa « fille adoptive ».

Mme Brooks, puis Wade, a grandi dans une maison de classe moyenne dans le village de Daresbury – niché entre les villes industrielles de Runcorn Cheshire et Warrington.

Un seul enfant, elle a assisté à Appleton salle Grammar School comté et c’est là, à 14 ans, qu’elle décide de devenir journaliste.

Elle a commencé le week-end de travail au sein du Groupe Eddy Shah Messenger à Warrington, « faire du thé et un coup de main ».

Après avoir pris ses A-levels elle s’est rendue à Paris, où elle a trouvé un emploi temporaire sur l’architecture et l’art revue L’Architecture d’Aujourd’hui.

Son entrée Qui est qui prétend que tout dans la capitale française, elle a assisté à la Sorbonne.

Plutôt que d’un diplôme complet, elle semble avoir inscrit dans une culture de six mois, la littérature et cours de langue pour les étudiants étrangers.

Retour au Royaume-Uni, première pause Mme Brook est venu avec l’aide d’un ami de son père Robert.

L’ami était un de plusieurs anciens cadres Daily Star embauché par M. Shah à courir de son tabloïd, The Post.

Il lui a trouvé un emploi de secrétaire, mais elle fait preuve d’une faim pour se faire un nom pour elle-même.

Son collègue Tim puis Minogue, aujourd’hui journaliste à Private Eye, a déclaré: « Elle était très intelligente, très intelligent, mais au lieu de prendre des notes, elle a toujours été de bombarder l’éditeur propose des idées pour des histoires que je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi ambitieux..  »

Un de ses premiers triomphes venu quand elle s’est portée volontaire pour conduire 900 miles en 48 heures dans sa Renault 5 le vieillissement de ramasser un cageot d’une «bière aphrodisiaque » d’une brasserie de Strasbourg, où le poste a voulu donner comme une récompense.

C’était ce genre de mélange de détermination farouche et l’initiative qui a aidé à se faire un nom quand, âgée de 20 ans, elle s’installe à Londres et rejoint les Nouvelles du Monde, d’abord comme secrétaire puis un écrivain de fond sur son magazine du dimanche.

Mme Brooks a augmenté pour devenir rédacteur en chef adjoint du journal, forgeant une solide amitié avec son rédacteur en chef, Piers Morgan.

Elle a rapidement été repéré par Rupert Murdoch, qui admirait son dynamisme et sa loyauté indéfectible à l’entreprise.

Ainsi sont-ils devenus proches que la paire nageait régulièrement ensemble quand il était à Londres et elle vint à être considéré comme son cinquième – et favori – fille.

En 1998, elle a été nommée rédactrice en chef adjointe du Soleil, avant de retourner à l’Nouvelles du Monde en tant que rédacteur en 2000.

En 2003, elle est devenue la première femme de Sun et d’un éditeur de son premier jour a couru un tableau de la page topless Trois modèle Parmar-Teasdale Rebekah, sous-titré « Rebecca de Wapping, 22 », un signe qu’elle avait mis de côté les objections signalées à la page 3.

L’année précédente, elle avait épousé Ross Kemp, l’acteur EastEnders.Dans un incident bizarre, en 2005, elle a été arrêté après avoir prétendument agressé M. Kemp, bien que la police l’a relâché sans inculpation.

Elle aurait entré dans son bureau le lendemain – directement à partir du poste de police – a demandé « de choses à faire? » a alors déclaré qu’elle avait personnellement fourni une histoire grand front page pour Rupert Murdoch, qui était à Londres à l’époque.

En Juin 2009 – le même mois Le Guardian a brisé le téléphone piratagehistoire qui allait revenir la hanter et détruire les Nouvelles du Monde – il a été annoncé qu’elle allait devenir chef de la direction Nouvelles International de la suivante Septembre.

Dans le même temps Mme Brooks, a dit de ne jamais oublier un nom, se déplaçait dans les cercles sociaux élevés.

Elle a assisté le prince de Galles fête du 50e anniversaire à Highgrove et comptés parmi les Blair son cercle d’amis.

C’était Mme Brooks à qui Mme Blair a révélé sa grossesse avec son fils Leo.

Il y avait des dîners avec Bono, le chanteur de U2 et militant, et une « soirée pyjama » avec Sarah Brown à Chequers.

Après son divorce d’avec M. Kemp, elle a épousé l’ancien jockey Charlie Brooks.

Le couple est au cœur de ce qui est venu à être connu comme «l’ensemble Norton Chipping», qui comprend le PR magnat de Matthew Freud, sa femme Elisabeth Murdoch, la fille de Rupert, ainsi que M. Cameron et son épouse Samantha, dont la circonscription maison est près de la maison du pays de Brooks dans le centre ville d’Oxford.

D’autres dans l’ensemble: Alex James de Blur, Jeremy Clarkson, Sir Anthony Bamford, le fondateur de JCB, et Emily Oppenheimer Turner, de la dynastie diamantaire De Beers.

Mais c’est son amitié avec M. Cameron – et l’influence qu’elle a Nouvelles internationales – qui est maintenant devenu l’un des aspects les plus controversés des Nouvelles de l’affaire mondiale.

La paire est dit être allé cheval ensemble et en Février de cette année, il a été révélé que M. Cameron avait passé une soirée de Noël au cours de Brooks.

Tous ces amis sont maintenant susceptibles d’être entraînés dans le «piratage téléphonique« scandale.

Mais il est peu probable beaucoup de téléphone pour dire merci.

Pour en savoir plus, cliquer sur le lien suivant : http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/phone-hacking/8639887/Rebecca-Brooks-flame-haired-Queen-of-Fleet-Street-News-of-the-World-phone-hacking.html

 

Rebecca Brooks dit qu'elle ne sait rien sur le piratage présumé

Rebecca Brooks
pleurnicheur Rebecca Brooks affirmé hier qu’elle ne savait rien sur le piratage de téléphone présumées à la Nouvelles du monde.
Son souffle-prenant dénégations émergé comme son patron Rupert Murdoch prêt à voler à la Grande-Bretagne d’aujourd’hui pour essayer d’obtenir une emprise sur le scandale qui engloutit son empire médiatique dans le monde entier.
Brooks, 43 ans, qui s’accroche désespérément à son poste de M. Murdoch au Royaume-Uni en chef, dit aux députés, elle ne savait rien de téléphone assassiné écolière Milly Dowler être piraté, même si elle a été rédactrice à …

Lire la suite cliquer sur le lien suivant :  http://www.newsrt.co.uk/news/rebekah-brooks-says-she-knows-nothing-about-alleged-hacking-231449.html

 

Rebecca Brooks et les Murdoch: les questions auxquelles il faut répondre

Rebecca Brooks avec Rupert Murdoch et son fils James à des courses de Cheltenham en Mars: les trois questions visage du comité de sélection cette semaine. Photographie: Indigo / Getty Images députés sur la culture, des médias et du sport du Comité spécial sont susceptibles de suivre deux voies principales dans leur questionnement, le mardi de Rupert Murdoch, James Murdoch et Rebecca Brooks: avez-vous eu connaissance de l’activité illégale, et êtes-vous maintenant véritablement engagés à l’exposer? Pour les députés, la tâche n’est pas simplement de poser des questions, …

Lire la suite cliquer sur le lien suivant : http://www.newsrt.co.uk/news/rebekah-brooks-and-the-murdochs-questions-that-need-answering-239989.html

 

Les questions que le comité de sélection doit demander à Rebecca Brooks, James et Rupert Murdoch | Observateur éditoriale

Questions pour Rebecca Brooks 1) En tant que rédacteur du Soleil et Maintenant, avez-vous honnêtement ne sais pas sur le hacking de téléphone, quand tant de vos journalistes et des cadres disent qu’il a été discuté ouvertement dans les rédactions?
2) Si non, qui a été la vérification de la source ou la véracité des documents sur lesquels les histoires Soleil et présent étaient basées? Etait-ce le service juridique? Si non, pourquoi pas?
3) Avez-vous jamais vu les transcriptions des messages vocaux?
4) En Novembre 2002, vous ont été personnellement confrontés à des officiers supérieurs de Scotland Yard …

Lire la suite, en cliquant sur le lien suivant : http://www.newsrt.co.uk/news/the-questions-the-select-committee-must-ask-rebekah-brooks-james-and-rupert-murdoch-observer-editorial-239101.html

 

Téléphone piratage: Rebecca Brooks accepte de témoigner devant les députés, mais James et Rupert Murdoch délai

téléphone piratage: Rebecca Brooks accepte de témoigner devant les députés, mais James et Rupert Murdoch délai

Rebecca Brooks et Rupert Murdoch (Pic: PA)
de Rupert Murdoch et son fils James sont émis avec une convocation du parlement après avoir dit qu’ils n’étaient pas disponibles à comparaître devant un comité.
Nouvelles internationales Chief Executive Rebecca Brooks a accepté de témoigner devant les députés au téléphone scandale de piratage la semaine prochaine.
Mais Rupert Murdoch et James ont dit qu’ils ne pouvaient pas faire le jour avec le Comité spécial de la culture communes.

La jeune Murdoch avait offert de comparaître le 10 août …

en lire plus en cliquant sur le lien suivant : http://www.newsrt.co.uk/news/phone-hacking-rebekah-brooks-agrees-to-give-evidence-to-mps-but-james-and-rupert-murdoch-delay-236627.html

 

Rebecca Brooks témoigner devant les députés que les appels Clegg à Murdoch

Rebecca Brooks donnera des preuves que les appels aux députés Clegg à Murdoch

Rebecca a accepté de témoigner devant les députés sur le piratage de téléphone – mais Rupert Murdoch, a refusé, il a été révélé aujourd’hui. Nouvelles internationales PDG Mme Brooks comparaître devant un comité parlementaire mardi. Le président de la compagnie, James Murdoch, sera également interrogé sur la date qui sera décidé.
Alors que Rupert Murdoch, a signalé qu’il ne voulait pas parler au comité, il était prêt à prendre part à une enquête sur la crise engloutissant son empire. Vice-Premier ministre Nick Clegg, …

Lire la suite, en cliquant sur le lien suivant : http://www.newsrt.co.uk/news/rebekah-brooks-will-give-evidence-to-mps-as-clegg-appeals-to-murdoch-236705.html

 

Rebecca Brooks pour faire face à des députés

Rebekah ruisseaux pour faire face à des députés

News International Chief Executive Rebekah Brooks has agreed to give evidence to MPs over the phone hacking scandal next week, it was announced today.
But the Commons Culture Select Committee has issued a summons to media mogul Rupert Murdoch and his son James after they said they were pas disponible pour assister à la session.
Le jeune Murdoch avait offert de comparaître le 10 août à la place.
Il n’est pas clair si le comité sera en mesure de contraindre les hommes à faire face comme ils questionnement …

Lire la suite en cliquant sur le lien suivant : http://www.newsrt.co.uk/news/rebekah-brooks-to-face-mps-236685.html

 

Les députés demandent Rebecca Brooks pour les détails des paiements de Sun pour la police

Les députés demandent Rebecca Brooks pour les détails des paiements soleil à la police

Les Nouvelles international chef de la direction, Rebecca Brooks, a été invité par le président d’un comité des Communes mercredi soir à fournir des détails sur les paiements effectués par le journal The Sun aux agents de police.
La demande d’ancien rédacteur en chef du journal, qui dirige maintenant l’ensemble de Rupert Murdoch journaux britanniques, suit preuve donnée par John Yates, le commissaire adjoint par intérim de la police métropolitaine, au comité des affaires intérieures de sélectionner le mardi.
Keith Vaz, député, président de la commission, a écrit à …

Lire la suite pour en savoir plus, en cliquant sur le lien suivant :  http://www.newsrt.co.uk/news/mps-ask-rebekah-brooks-for-details-of-sun-s-payments-to-police-103465.html

 

Yates: Murdoch chef Rebecca Brooks peut avoir commis le crime

Yates: Murdoch chef Rebekah ruisseaux peuvent avoir commis le crime

Nouvelles internationales patron Rebecca Brooks peut avoir commis des infractions pénales en payant la police pour des histoires, l’un des officiers supérieurs du Met, a déclaré aujourd’hui. Le commissaire adjoint John Yates a déclaré à la culture communes, des Médias et du Sport du Comité spécial que l’aveu par Mme Brooks, ancien rédacteur en chef du Soleil et les Nouvelles du Monde, que les paiements avaient été faits à des agents signifiait que « d’éventuelles infractions » pourrait avoir été commis.
Elle a fait de l’admission aux députés en 2003, bien que Nouvelles …

Lire la suite pour en savoir plus, cliquer sur le lien suivant : http://www.newsrt.co.uk/news/yates-murdoch-chief-rebekah-brooks-may-have-committed-crime-98449.html

En chef a rencontré Démission piratage téléphonique

Metropolitan Police Commissioner Sir Paul Stephenson feuilles de Scotland Yard, après avoir annoncé sa démission, tout en niant tous les actes répréhensibles au sujet du scandale de piratage téléphonique.Photographie: Facundo Arrizabalaga / agent APE britannique de police supérieur, Sir Paul Stephenson, a annoncé sa démission de choc, comme il a été abattu par son échec à dire des chiffres supérieurs, y compris le Premier ministre, que Scotland Yard avait embauché une Nouvelles anciens de l’exécutif mondiale comme un conseiller, tout en refusant de rouvrir … Lire la suite

En chef a rencontré Démission piratage téléphonique

Sir Paul Stephenson dit rangée sur des liaisons à l’international Nouvelles éclipsé son travail

Sir Paul Stephenson démissionne

Metropolitan Police Commissioner Sir Paul Stephenson feuilles de Scotland Yard, après avoir annoncé sa démission, tout en niant tous les actes répréhensibles au sujet du scandale de piratage téléphonique. Photographie: Facundo Arrizabalaga / EPA

Bretagne meilleurs policiers officier, Sir Paul Stephenson , a annoncé sa démission de choc, comme il a été abattu par son échec à dire des chiffres supérieurs, y compris le Premier ministre, que Scotland Yard avait embauché un ancien Nouvelles du Monde de direction en tant que conseiller, tout en refusant de rouvrir enquêtes sur hacking téléphone.

Stephenson avait été irrité de l’interrogatoire de son intégrité et a dit qu’il avait d’aller afin d’arrêter la polémique distraire le police métropolitaine à partir des défis à relever, y compris les Jeux olympiques de Londres en 2012.

La crise sur la Société engloutissant Nouvelles piratage a commencé à tourner toxiques pour Stephenson, le jeudi après l’arrestation de Neil Wallis, qui a été le Nouvelles du rédacteur en chef adjoint du Monde sous l’ancien n ° 10 assistant Andy Coulson et pendant la période où il est allégué piratage téléphonique a été généralisé au papier. Quelques heures après Wallis a été arrêté, il est apparu qu’il avait travaillé pour le Met.

Dans une déclaration étonnante, Stephenson a souligné son intégrité et rejeté les demandes de week-end qu’il était compromise en acceptant un séjour gratuit dans une station thermale de luxe où Wallis avait été engagé comme consultant en relations publiques.

Stephenson a déclaré: «J’ai pris cette décision comme une conséquence de la spéculation en cours et des accusations relatives aux liens du Met avec Nouvelles international à un niveau supérieur et en particulier en relation avec M. Neil Wallis qui comme vous le savez, a été arrêté en relation avec Weeting Fonctionnement la semaine dernière …

«J’ai entendu les suggestions que nous devons avoir soupçonné l’implication présumée de M. Wallis dans le piratage de téléphone Laissez-moi dire sans équivoque que je n’ai pas et n’avait aucune raison d’avoir fait donc je n’ai pas occuper une position dans le monde du journalisme;.. I n’avait pas connaissance de l’étendue de cette pratique honteuse et la nature répugnante de la sélection des victimes qui est en train d’émerger;., ni de sa portée apparente dans les niveaux supérieurs  »

Dans ses remarques potentiellement toxiques pour David Cameron , Stephenson a dit qu’il n’avait pas mentionné la nomination de Wallis pour protéger Cameron: « Je ne voulais pas compromettre le Premier ministre en aucune façon par la révélation ou discuter d’un suspect potentiel qui a clairement eu une relation étroite avec M. Coulson.

«Je suis conscient des nombreux échanges politiques en matière d’emploi précédente M. Coulson – Je crois qu’il aurait été extraordinairement maladroite de moi d’avoir exposé le premier ministre, ou par l’association le secrétaire à domicile, à toute accusation, cependant injuste, comme un conséquence d’entre eux étant en possession d’informations opérationnelles dans ce domaine.  »

L’ombre à domicile secrétaire, Yvette Cooper, a déclaré: «C’est un problème très grave que le Commissaire a rencontré sentais incapable de dire le premier ministre et le secrétaire à domicile à propos de cette question opérationnelle avec Neil Wallis raison de la relation du premier ministre avec Andy Coulson Il semble. que leur relation avec Andy Coulson compromis a mis le commissaire dans une position très difficile et rendu encore plus difficile pour le Met de maintenir la confiance autour de cette question difficile. Les deux David Cameron et Theresa Maydoivent assumer leur part de responsabilité dans cette situation.  »

Le Guardian a appris que l’Écosse chefs invités Wallis cour pour demander un poste supérieur de communication avec la force en 2009, une décision a été Stephenson au courant. Wallis a été approché pour demander le jour deux mois un contrat par le Met, suite à des discussions impliquant les forces de chiffres plus élevés.

Une source ayant une connaissance étroite de la pensée du chantier au moment de ladite partie de l’attraction de Wallis était son lien aux Nouvelles de l’ancien rédacteur en chef du Monde Coulson, qui était un collaborateur de premier plan à Cameron, alors dans l’opposition, qui devrait devenir Premier ministre.

Une partie de la pensée du Met était que les connexions Wallis aiderait relation de la force avec Cameron: «Un [Wallis] est beaucoup moins cher et vous donne un accès direct au n ° 10, » a ajouté la source.

Stephenson a été confronté à la perspective d’une déclaration difficiles communes par Theresa mai, le secrétaire à domicile, et l’anxiété exprimée par le vice-Premier ministre, Nick Clegg, pour la confiance dans le Met en raison de l’échec de s’attaquer au scandale.

Stephenson a également fait face à une malmené demain à partir de députés du comité des affaires intérieures en colère que dans son témoignage il ya quelques semaines qu’il avait omis de leur parler de l’embauche de Wallis. En plus de cela il a fait face la colère au sein de son gardien, le Metropolitan Police Authority, au sujet de son incapacité à les informer sur l’emploi de Wallis quand il leur parlait jeudi dernier. Le jeudi, Boris Johnson , avait tapissé Stephenson sur ses actions.

Le Met a nié que Stephenson cinq semaines séjour gratuit dans un spa de luxe a été en aucune façon lié au fait Wallis était un consultant en relations publiques à l’entreprise. Le commissaire se remettait d’une fracture de la jambe causée par une opération pour enlever une tumeur pré-cancéreuses, et ce n’est que récemment étaient retournés au travail.

Un de ses attraits pour le peuple qui l’a nommé, Johnson et le secrétaire du Travail, puis à domicile, Jacqui Smith, a été sa réputation comme une paire de mains sûre qui a été gagné, alors qu’il a servi comme adjoint Sir Ian Blair, lors de commissariat tumultueuse Blair. Mais son traitement de l’affaire Wallis avait terni que, comme l’ont fait les admissions qu’il avait dîné avec Nouvelles des dirigeants du monde, y compris Wallis. À une occasion, ils se sont rencontrés que le Met a effectué son enquête le premier téléphone de piratage en 2006.

Un porte-parole du Home Office a dit Mme May a déclaré Stephenson qu’elle était « désolé » qu’il démissionnait quand il a appelé pour l’informer de sa décision. « Le ministre de l’Intérieur a pris un appel de Sir Paul Stephenson soir dans laquelle il l’informait de sa décision de démissionner en tant que commissaire de la Metropolitan Police Service,« le porte-parole.

Stephenson va rester en poste jusqu’à ce qu’un remplaçant soit choisi.

Johnson a dit: «Monsieur Paul croit, cependant, que la saga de téléphone piratage menace aujourd’hui de devenir une distraction graves durant la période précédant les Jeux Olympiques, il m’a convaincu que quelqu’un d’autre devrait maintenant être autorisés à prendre son travail avant de sorte que. l’accent peut retourner à la police et faire baisser la criminalité.  »

Le favori pour remplacer début Stephenson est Sara Thornton, chef de la police de Thames Valley. Vice-Stephenson, Tim Godwin, mis en place l’enquête dernier téléphone-piratage alors que le commissaire s’est absentée du travail par la maladie et a fait savoir qu’il n’a pas accepté Nouvelles internationales hospitalité.

Seigneur, Prescott, l’ancien député Premier ministre qui avait appelé à Stephenson de démissionner, a écrit sur Twitter:. « J’ai toujours pensé que le Met et Nouvelles internationales étaient trop proches et maintenant nous voyons à quel point ils étaient un autre vert bouteille est tombée – plus à venir ».

Peter Smyth, président de la Fédération de la police métropolitaine, a déclaré: « Je pense que c’est un jour triste pour Paul et un triste jour pour le Met, il est un homme très privé, je n’ai jamais eu aucune raison de remettre en question son intégrité. ». Il est venu à une décision fondée sur ce qu’il sait sur lui-même.  »

 

Quelques vidéos de l’audience du 19 mai 2011 de DSK. La leçon de force de la justice américaine.

Publié le
BFMTV

@BFMTVBFMTV
Vidéo – DSK : le procureur explique la décision du grand jury http://bit.ly/matbGr
Le Monde

@lemondefrLe Monde
Dominique Strauss-Kahn libéré sous cautionhttp://lemde.fr/kTh7YW
retour sur le web. Plus heureux qu’il y a un an, et très fier de mes troupes
Nouvel Observateur
LeNouvelObs Nouvel Observateur

En direct : la justice accorde à DSK sa liberté sous cautionhttp://bit.ly/k1yukU
Le Monde
lemondefr Le Monde

Dominique Strauss-Kahn libéré sous cautionhttp://lemde.fr/kTh7YW
Le Monde
lemondefr Le Monde

La mairie de Paris demande aux migrants tunisiens de quitter un gymnase http://lemde.fr/lxDgtN
20minutes.fr
20minutes 20minutes.fr

LinkedIn flambe en Bourse pour son introduction, comme si c’était 1999. Une nouvelle bulle internet est-elle possible?http://bit.ly/lP3pCu
Mai Gwenn Salaun
MaiSalaun18 Mai Gwenn Salaun

DSK : libération sous caution. Il y aura des caméras au sein de l’appartement de NY de DSK. http://wp.me/p1bnRA-kA
guybirenbaum
guybirenbaum guybirenbaum

Personne ne rappelle que Rachida Dati m’a tapoté le bras pendant toute l’itw http://dai.ly/jq0iVr
Amaury Guibert
amauryguibert Amaury Guibert

Bah non RT @GillesKLEIN RT @rosselin: Pujadas: « Wolton, c’est le chercheur qui s’exprime » et l’administrateur de France Télévision non ?
guybirenbaum
guybirenbaum guybirenbaum

Wolton c’est bon
Mai Gwenn Salaun
MaiSalaun18 Mai Gwenn Salaun

Une audience très organisée. les journalistes sont arrivés 1h av le début. Anne Sinclair et Camille SK sont arrivées…
Amaury Guibert
amauryguibert Amaury Guibert

Pardon, mais qui est le TROUVEUR de « DSK libéré » ?
Mai Gwenn Salaun
MaiSalaun18 Mai Gwenn Salaun

La présentation des 7 chefs d’inculpation sera fait à l’audience du 6 juin. DSK rentre en prison en attendant les préparatifs de sécurité
20minutes.fr
20minutes 20minutes.fr

Barack Obama fixe un nouveau cap pour la politique étrangère américaine dans les pays arabes http://bit.ly/il22Dw
Nouvel Observateur

@LeNouvelObsNouvel Observateur
En direct : la justice accorde à DSK sa liberté sous cautionhttp://bit.ly/k1yukU
Le Monde

@lemondefrLe Monde
Dominique Strauss-Kahn libéré sous cautionhttp://lemde.fr/kTh7YW
Ludo

Anne Sinclair fait 89% si elle se présente à la présidentielle 2012. (sondages)
Les Echos

@LesEchosLes Echos
DSK libéré sous cautionhttp://dlvr.it/SHb2p
19/05 | 20:42 | mis à jour à 23:14 | Pierre de Gasquet

DSK libéré sous caution

L’ex-patron du FMI est désormais inculpé formellement de crime sexuel. La caution est fixée à un million de dollars, à laquelle s’ajoute un dépôt de garantie de 5 millions. Sa sortie de prison est prévue vendredi.

ECRIT PAR
Pierre de GASQUET
Correspondant à New York

La cour de justice de New York a accepté la remise en liberté de l’ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, contre le versement d’une caution d’un million de dollars, assortie d’un dépôt de garantie de 5 millions (qui seront saisis par la justice en cas de violation des conditions de libération). Sa sortie de prison est prévue vendredi, le temps du versement de la caution et de la mise en place de toutes les conditions de sécurité.

DSK sera assigné à résidence à Manhattan et devra donner aux autorités américaines tous ces documents de voyage. Il fera l’objet d’une surveillance vidéo et un garde, armé, sera présent avec lui en permanence, a indiqué la cour.

Lors de l’audience, DSK a été formellement inculpé par une chambre d’accusation new-yorkaise de tous les chefs d’accusation, au nombre de sept qui avaient été retenus contre lui. Il comparaîtra à nouveau devant la justice à New York le 6 juin pour une nouvelle audience. Si DSK plaide alors non coupable, un procès sera alors organisé. Il pourrait également plaider coupable, ce qui lui éviterait un procès et lui permettrait de négocier une peine avec la justice américaine (plea bargaining). Cela va « dépendre de la crédibilité des arguments présentés par la victime présumée et l’accusation. L’inculpé peut essayer d’obtenir la disqualification des infractions criminelles afin de passer moins de temps en prison » estime M. Denis Chemla, du cabinet Herbert Smith, qui n’est pas partie à l’affaire. Mais cette dernière hypothèse semble encore peu probable à court terme. Selon son avocat Benjamin Brafman, « les expertises médico-légales ne sont pas cohérentes avec un rapport forcé ». Les avocats de la défense ont engagé la firme de renseignement Guidepost Solutions, fondée par un ancien fonctionnaire du bureau du procureur de New York et un ex-vice-président de Kroll, pour enquêter sur le passé de la victime présumée, ses rapports éventuels antérieurs avec DSK, et éclaircir les zones d’ombre qui subsistent.S’il était condamné pour l’ensemble des chefs d’accusation dont il fait l’objet, il risquerait jusqu’à 74 ans de prison.

Trois jours après son incarcération, DSK était sorti de son silence ce matin pour clamer son innocence.« Je tiens à dire que je nie avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations qui ont été faites contre moi », a écrit DSK dans sa lettre de démission du FMI envoyée depuis la prison de Rickers Island. C’est la première fois qu’il proclame publiquement son innocence. Sa deuxième demande de mise en liberté était intervenue peu après l’audition à huis clos de la victime présumée, la femme de chambre du Sofitel qui l’accuse de l’avoir agressée sexuellement et d’avoir tenté de la violer. Selon le texte de la requête présentée par ses avocats devant la Cour suprême de l’Etat de New York,« M. Strauss-Kahn est un mari et un père aimant, ainsi qu’un diplomate international très considéré, un juriste, un politicien, un économiste et professeur, sans aucun antécédent pénal ». A l’appui de la requête, ils avaient aussi invoqué le prix de 4 millions de dollars de la maison achetée par le couple à Washington en 2007 (en joignant la photo) et dont le titre de propriété est au nom d’Anne Sinclair. La défense insistait d’ailleurs sur les liens étroits entre Anne Sinclair et les Etats-Unis en rappelant qu’elle est née à New York, qu’elle y a été lycéenne et qu’elle « prépare en ce moment un livre portant sur la vie politique américaine ».

PIERRE DE GASQUET

A lire également  :

DOSSIER L’affaire DSK

Ils ont raconté Rikers Island…

19/05/11 à 16:00 5 réactions

A quoi ressemble la vie à Rikers Island, la fameuse prison géante où Dominique Strauss-Kahn loge ces jours-ci? Eléments de réponse en quelques livres, où l’on croise BHL, Spiderman et une gardienne portée aux confidences.

DSK écroué dans la prison de Rikers sur la base d'accusations de crime sexuel commis à l'hôtel Sofitel de Manhattan contre une femme de chambre originaire de Guinée, s'engage également à se présenter en cour chaque fois que sa présence sera exigée.
 (c) Afp

DSK écroué dans la prison de Rikers sur la base d’accusations de crime sexuel commis à l’hôtel Sofitel de Manhattan contre une femme de chambre originaire de Guinée, s’engage également à se présenter en cour chaque fois que sa présence sera exigée. (c) Afp

L’enfer sur terre

C’est d’abord dans le livre d’un ami qu’est enfermé DSK. Bernard-Henri Lévy, qui a sillonné les Etats-Unis en Tocqueville du pauvre, avait en effet consacré trois pages de son«American vertigo» à la mystérieuse prison. Cette «ville dans la ville», aussi proche de New York soit-elle, est complètement isolée du reste du monde. Tout y est fait pour ne jamais en sortir, ce qui est bien le moins pour une prison.

L’essayiste décrit les bâtiments de briques rouges, la mosquée, la chapelle, les stades, la bibliothèque. Et les prisonniers: malades, brutaux, animalisés par l’enfermement et la saleté dans laquelle ils baignent depuis leur arrivée. Vit-on vraiment mieux dans les geôles françaises? BHL a en tout cas bien «l’impression d’avoir frôlé l’enfer». Son ami DSK fait plus que le frôler. Il se trouve dans l’aile ouest, munie de cellules individuelles, réservée aux détenus atteints d’une maladie transmissible.

L’envers du rêve américain

Certains ont passé sur l’île maudite plus de temps que BHL. Dans son récit autobiographique, «l’Appel du Bronx» (Presse de la Renaissance), paru en 2006, le Père Pierre Raphael raconte comment il y a trouvé sa vocation d’aumônier. C’est ainsi également qu’Evan Baker, psychiatre, a publié en 2010 un essai tout simplement intitulé «Rikers Island» (Xlibris Corporation), dans lequel il dénonce un «racisme institutionnel». Les prisons étasuniennes sont en effet réputées pour être l’épitomé d’une société cloisonnée entre communautés. Evan Baker fait du pénitencier new-yorkais un terrain d’étude privilégié pour théoriser le racisme consubstantiel au modèle américain. Voilà DSK plongé dans l’envers du décor.

L’amour à Rikers Island

Yolanda Dickinson racontait récemment dans «Taboo», un roman inspiré de son expérience de gardienne dans la désormais fameuse prison, que le personnel féminin «en manque de sexe» ne se prive pas d’exploiter la frustration libidinale des détenus. Un peu moins de 4000 gardiennes travaillent dans la prison, pour 12.000 détenus. «Beaucoup d’entre elles sont célibataires, raconte Yolanda Dickinson. On est entourées par ces beaux gosses. Ils font de la muscu. Ils sont attirants.»

L’affaire se joue souvent pendant les tours de garde nocturnes, dans les douches, les cellules ou les salles réservées à l’administration. Depuis 2007, au moins six gardiennes auraient ainsi été licenciées pour «familiarités excessives». Yolanda Dickinson, qui n’y travaille plus, jure qu’elle n’a jamais succombé à cette tentation – illégale, rappelons-le. Elle n’en est pas moins tombée amoureuse d’un détenu.

Le refuge des exclus

Si l’on excepte le jeune Sonny RollinsChristophe Rocancourt et quelques rappeurs comme Lil’Wayne, les grands de ce monde ne se sont jamais vraiment pressés dans les allées sombres de Rikers Island. Dès 1904, l’écrivain américain O.Henry raconte dans «The cop and the Anthem» les péripéties de «Soapy», un sans-abri qui tente par tous les moyens d’y être incarcéré. Il préfère la chaleur des cachots à l’univers impitoyable des trottoirs new-yorkais. Histoire de mettre toutes les chances de son côté, il décide même d’attaquer une passante. Malheureusement, la victime semble charmée par son agresseur et répond à ses avances. Tout le monde n’a pas la chance d’être Soapy. Et puis son aventure est une nouvelle. Donc une fiction.

Le purgatoire des super-héros

Spiderman
Dans de nombreux opus de l’univers Marvel, Spiderman aussi dormait à Rickers Island.

Dominique Strauss Kahn a surtout intégré la mythique prison de l’univers Marvel. Car Spiderman aussi a dormi à Rickers Island. Ou plutôt «Ryckers Island». Ce pendant fictif de l’établissement pénitentiaire homonyme en a vu passer d’autres, des hommes aux supers pouvoirs.

Après les Quatre fantastiquesMister Hyde et Daredevil, le président du FMI fait pâle figure. Rikers Island apparaît déjà en 1963 dans la bande dessinée «The Amazing Spider-Man», puis en 1988 dans «Toxin». L’année dernière, l’homme araignée y faisait encore un séjour dans «Spider-Man: the election day», comic de période électorale. Décidément, les élections…

La bibliothèque infernale

Loin des manchettes fracassantes des tabloïds new-yorkais, DSK pourrait profiter de son séjour pour s’évader dans la lecture. D’après le témoignage de Jamie Niehof, bénévole à la New York Public Library, les détenus ont droit à un livre et un magazine. Les thrillers de James Patterson ont beaucoup de succès auprès des prisonniers, qui lisent sans doute à travers eux l’histoire plus ou moins vraie de leur propre existence. Côté magazine, le mensuel «National Geographic» et ses clichés venus d’ailleurs, raflent la mise. Rien ne dit si DSK pourra s’y procurer le «Ruy Blas» deVictor Hugo.

Fanny Espargillière
(avec David Caviglioli)

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110517.OBS3366/ils-ont-raconte-rikers-island.html

« DSK et la théorie du complot : différences en matière de justice entre la France et les Etats Unis. | Page d’accueil | Justice américaine et liberté conditionnelle de Dominique Strauss Kahn »

19.05.2011

DSK au tribunal à New York : Martine Aubry et Fabius aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle de 2012

L’affaire Dominique Strauss Kahn est affligeante pour l’homme, sa femme (Anne Sinclair) et ses enfants. Dominique Strauss Kahn vient de démissionner de son poste de directeur du Fonds Monétaire International. Cette démission permet de favoriser au Fonds Monétaire International la poursuite de ses activités internationales en ouvrant une bataille future entre pays émergents et pays occidentaux pour l’élection du futur directeur, ce qui permettra de clore l’ère Strauss Kahn.

La présence de DSK au Tribunal et devant le juge est salutaire pour notre société française ainsi que pour le Parti Socialiste. Pour la société française, les frasques sexuelles avérées ou non de Dominique Strauss Kahn nous révèlent à nous-mêmes, Français, qui, par hypocrisie et fausse pudeur, essayons de faire un partage strict entre vie privée et vie publique dès lors qu’il s’agit de personnes occupant des responsabilités politiques. Cette césure est fausse car les émissions de télévision, les magazines affichent la vie privée des hommes et des femmes politiques. Et on vient nous dire qu’il y a une séparation ? C’est plutôt de connivence dont il faut parler. Il y a une connivence entre les hommes politiques et la presse, il y a une loi du silence d’une partie de la presse qui couvre les faits délictueux et reprochables vis-à-vis de la morale de certains hommes politiques. La loi de l’omerta en France fait partie de notre paysage juridico-politique, culturel et social. Il y a ce qui est dit et ce qui est fait dans la réalité. Dans notre société existent, comme dans d’autres, des hommes et des femmes publics volages qui ont des maitresses et des amants et qui ne le disent pas au nom de la stricte vie privée, alors que dans la réalité cette vie privée souvent duale est distillée auprès des journalistes qui sont des complices avérés.

DSK était connu, si l’on tient compte des propos tenus par certains journalistes, comme amateur de femmes et certains allaient jusqu’à dire que Dominique Strauss Kahn souffrait d’un « priapisme permanent » à la vue de femmes.

Cette affaire DSK tombe à pic car elle nous permet une lecture introspective de nous (Français) à la faveur d’un regard brutal venu de l’extérieur, c’est-à-dire des Etats Unis. Ce regard concerne l’un des nôtres et il ne s’agit pas de réduire les comportements de Dominique Strauss Kahn à ceux éventuels de l’ensemble de la population masculine dans leurs rapports à l’égard des femmes.

Voici quelques éléments d’analyse d’une partie de notre société et que l’incarcération de DSK aux Etats Unis vont continuer à alimenter surtout lorsque l’on note que DSK est une personnalité de premier rang au niveau mondial. Pourquoi donc le procureur et le juge ne veulent pas remettre DSK en liberté sachant qu’il présente des éléments de garantie en matière financière ? Selon Ruth Elkrief au journal de 19h00 sur BFM, Dominique Strauss Kahn serait propriétaire de sa propre maison à Washington achetée 4 millions de dollars. Dominique Strauss Kahn et ses avocats auraient proposé 1 million de dollars pour sa liberté, demandé un bracelet électronique et montré sa volonté de rester à Manhattan tout en étant disposé à ne pas demander son extradition vers la France. Anne Sinclair épouse de Dominique Strauss Kahn apparait comme caution morale. Malgré tous ces éléments la justice américaine regarde le dossier au fond et va se prononcer sur la liberté conditionnelle assortie de contraintes pour Dominique Strauss Kahn.

Nous Français, enclins aux arrangements permanents, ne comprenons pas la psychologie de la justice américaine. Cette affaire peut se terminer par un deal entre la partie accusatrice, celle représentée par Madame Diallo et son avocat, et les avocats de Dominique Strauss Kahn. Tout va dépendre du talent de négociation de ses avocats et de la ligne stratégique de défense choisie qui risque encore de rester floue pour nous Français qui regardons ce mauvais film à travers le petit écran comme nous le faisons lorsque nous voyons les séries télévisées américaines. Dans l’affaire DSK, la fiction des séries télévisées rejoint la réalité et elle traumatise certains d’entre nous qui sommes habitués à ne regarder la réalité américaine qu’à travers la fiction des séries télévisées.

Voilà pour la partie américaine de l’affaire DSK. Regardons maintenant les effets directs ou indirects de l’affaire DSK sur le Parti Socialiste.

Le « pacte » conclu entre Martine Aubry et DSK en vue de la non concurrence à la candidature aux primaires socialistes est rompu par la pression des évènements. Malgré les déboires de DSK, Martine Aubry réaffirme la dynamique de changement de l’opposition socialiste comme alternative à la politique de Nicolas Sarkozy menée depuis 2007. Martine Aubry veut s’en tenir au calendrier en faisant semblant de faire croire aux militants socialistes que Dominique Strauss Kahn malgré ses déboires est encore en course. Madame Aubry, quelque soit l’estime que vous portez à Dominique Strauss Kahn, rangez-vous à la réalité : les faits sont là, Dominique est suspendu aux décisions du tribunal américain. Il peut sortir ce soir si le juge le décide et si les conditions présentées par la défense de DSK sont recevables.

Il ne peut plus se présenter aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle de 2012. C’est une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous.


Une bonne nouvelle pour Martine Aubry car elle n’est plus liée par le pacte, une mauvaise nouvelle car l’affaire DSK laisse un espace à Laurent Fabius qui a parfaitement le droit de se déclarer candidat aux primaires du Patri Socialiste. Laurent Fabius a été avec vous un soutien important à DSK, uniquement pour des raisons stratégiques contre Ségolène Royal. Laurent Fabius estime qu’il est devenu le candidat de référence pour gagner et non seulement pour participer à l’élection présidentielle de 2012. Que peuvent faire Hollande et vous-même avec tout le respect que je vous dois face à un Nicolas Sarkozy battant, dynamique sur le terrain ?

Je vous laisse méditer la réponse à ma question : qui de Laurent Fabius, de vous-même ou de François Hollande est capable de battre Nicolas sur le terrain de l’expérience gouvernementale et institutionnelle et sur la maitrise des débats sur le terrain ? Je ne suis pas militant socialiste mais un simple et modeste observateur de la vie politique française.

http://larepubliqueenmouvement.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/05/19/dsk-au-tribunal-a-new-york-martine-aubry-et-fabius-aux-prima.html

19.05.2011

Justice américaine et liberté conditionnelle de Dominique Strauss Kahn

Après avoir critiqué la justice américaine, Monsieur Robert Badinter sénateur et ancien président du Conseil Constitutionnel a applaudi des deux mains en rendant hommage à l’équilibre de la justice américaine après l’avoir brocardé lors de l’émission spécial de David Pujadas le 19 mai 2011 sur France 2.

C’est une honte et en même temps une satisfaction de montrer comment nos hommes politiques peuvent dire l’essentiel et son contraire. DSK a été libéré avec des exigences fortes : s’acquitter d’une caution de 1 million de dollars pour sa libération conditionnelle, habiter dans un appartement autre que celui de sa fille Camille avec un bracelet électronique au pied, embaucher un gardien armé à ses frais et à titre privé pour le défendre, mettre à la disposition de la justice américaine une caution supplémentaire de 5 millions de dollars. Ce soir du 19 mai Dominique Strauss Kahn est libre, sa vie politique est définitivement arrêtée en France. Il revient à Martine Aubry d’être moins hypocrite, et si elle en a envie, de s’engager dans la course aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle de 2012. Au Fonds Monétaire International, la page Dominique Strauss Kahn est définitivement tournée après sa démission.

Dans mes précédents posts, j’avais défendu l’équilibre de la justice américaine entre riches et pauvres. Mais il faut reconnaitre que cette justice permet aux riches de s’en sortir mieux que les pauvres qui n’ont d’autres solutions que la prison car les riches peuvent payer des sommes astronomiques pour leur libération conditionnelle, alors que les pauvres eux n’ont d’autres choix que la case prison. Monsieur Dominique Strauss Kahn appartient à cette catégorie de personnes riches, voire très riches. La justice américaine de ce point de vue là est discutable et ne privilégie pas un réel traitement d’égalité entre les citoyens riches et pauvres même si, au moment de la recherche de la vérité, tous les citoyens sont traités sur un pied d’égalité, ce qui justifie les menottes de DSK, image vue de France comme terrible et impossible à soutenir.

On n’a pas assez porté d’attentions à Madame Diallo la victime. La raison est simple : elle est prise en charge au nom de l’accusation par le procureur de New York et les éléments d’accusation sont plus ou moins distillés au bon vouloir du procureur. En revanche, la défense joue un rôle important dans la justice américaine car c’est à elle d’apporter les preuves d’innocence de l’accusé.

Le cas DSK doit nous faire réfléchir en tant que citoyen et permettre aux pouvoirs publics d’approfondir leurs réflexions au moment où le gouvernement veut favoriser la mise en place des jurys populaires dans la problématique des décisions rendues par la justice.

Dominique Strauss Kahn est libre de façon conditionnelle, il va habiter un appartement loué par sa femme Anne Sinclair et il va devoir rester à la disposition de la justice. La page Strauss Kahn, loin d’être tournée pour la justice américaine, l’est en France surtout pour le Parti Socialiste. Extravagance de la justice américaine : le juge exige que toutes les conditions soient réunies le 19 pour que Dominique Strauss Kahn soit libre. Peu importe qu’il reparte ce soir en prison, il va être libre forcément dans les jours qui suivent.

Que le Parti Socialiste tourne la page Strauss Kahn et dise clairement que DSK est hors course et que Martine Aubry évite l’hypocrisie à la française de la date butoir du 28 juin pour se déclarer candidate à la course des primaires socialistes pour l’élection présidentielle. Strauss Kahn n’est plus dans le jeu. Laurent Fabius qui a une expérience gouvernementale et des institutions de la République va surement poser sa candidature, il en a le droit et les capacités comparables à ceux de Dominique Strauss Kahn, tant sur le plan intellectuel que sur le plan politique.

http://larepubliqueenmouvement.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/05/19/justice-americaine-et-liberte-conditionnelle-de-dominique-st.html

Editorial

Théorie du complot et régression démocratique

LEMONDE | 19.05.11 | 16h13  •  Mis à jour le 19.05.11 | 16h15

http://www.facebook.com/plugins/like.php?action=recommend&api_key=166878320861&channel_url=http%3A%2F%2Fstatic.ak.fbcdn.net%2Fconnect%2Fxd_proxy.php%3Fversion%3D2%23cb%3Dfb43a102%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.lemonde.fr%252Ff4830a2d4%26relation%3Dparent.parent%26transport%3Dpostmessage&href=http%253A%252F%252Fwww.lemonde.fr%252Fidees%252Farticle%252F2011%252F05%252F19%252Ftheorie-du-complot-et-regression-democratique_1524341_3232.html&layout=standard&locale=fr_FR&node_type=link&sdk=joey&send=true&show_faces=false&width=540On aura donc tout entendu depuis que Dominique Strauss-Kahn a été interpellé, samedi 14 mai, par la police new-yorkaise, puis inculpé d’agression sexuelle, de séquestration et de tentative de viol. Comme si le caractère extraordinaire de cette affaire et la situation ahurissante – et dramatique – dans laquelle se retrouve l’ancien directeur général du Fonds monétaire international justifiaient, par ricochet, les explications les plus extravagantes.

Dès dimanche, en effet, l’hypothèse d’une machination destinée à abattre M. Strauss-Kahn s’est répandue, notamment sur Internet, comme une traînée de poudre. L’imagination étant sans limite, les spéculations les plus farfelues ont donc été échafaudées : depuis la main de la CIA jusqu’à celle de rivaux au sein du FMI, depuis le bras des grandes banques américaines ou des intérêts financiers menacés par la volonté régulatrice de DSK, depuis les menées occultes de quelque « cabinet noir » proche de l’Elysée, voire de concurrents socialistes, pour écarter un candidat trop dangereux à l’élection présidentielle de 2012.

Ces spéculations se sont donné libre cours d’autant plus aisément que des responsables politiques, proches de M. Strauss-Kahn mais pas seulement, n’ont pas écarté l’éventualité d’un « piège » ou d’une « manipulation ». DSK lui-même, comme l’a révélé Libération, avait évoqué, le 28 avril, l’éventualité qu’on cherche à le piéger de cette façon.

Pour couronner le tout, selon un sondage réalisé lundi 16 mai par l’institut CSA pour20 Minutes, BFM-TV et RMC, 57 % des personnes interrogées, et, parmi elles, 70 % des sympathisants de gauche, pensent que Dominique Strauss-Kahn « est victime d’un complot ».

Indépendamment de la question de la légalité d’un tel sondage – normalement interdit par la loi Guigou de 2000 dès lors qu’il porte sur la culpabilité d’une personne mise en cause dans une procédure pénale -, cette enquête est révélatrice de l’état des esprits au pays de Descartes… et au-delà. Que cette affaire soit ressentie comme totalement stupéfiante – et captivante – est inévitable : ne met-elle pas en cause, dans un scandale sexuel présumé, l’un des hommes les plus puissants de la planète, qui plus est candidat potentiel à la présidence de la République française ? Est-ce assez pour perdre toute prudence, toute mesure et toute rationalité ? Non, à l’évidence. Sauf à admettre que la défiance à l’égard de toutes les autorités, et notamment celle de la justice, fût-elle américaine, a atteint un point de non-retour inquiétant. Sauf à admettre, également, que le travail d’enquête et d’information mené par les médias ne pèse plus guère face aux élucubrations les plus saugrenues instantanément mondialisées par Internet.

Sauf à rendre les armes devant un conspirationnisme qui fait florès depuis les attentats du 11 septembre 2001, mais dont on ne doit jamais oublier qu’il est une des racines du totalitarisme et a conduit à de singulières régressions de la démocratie.


Lire aussi page 18

Article paru dans l’édition du 20.05.11
%d blogueurs aiment cette page :