Archives de Tag: Dieu

La vérité libertine selon le Marquis de Sade

Publié le

 

Le Marquis de SADE (textes, extraits, citations…)

Le Marquis de SADE « Epitaphe » de Le Marquis de SADE

Derniers textes ajoutés…

Passant,
Agenouille-toi pour prier
Près du plus malheureux des hommes.
Il naquit au siècle dernier
Et mourut au siècle où nous sommes.

Le despotisme au front hideux
En tous les temps lui fit la guerre
Sous les rois ce monstre odieux
S’empara de sa vie entière.

Sous la Terreur il reparaît
Et met Sade au bord de l’abîme.
Sous le Consulat il renaît.
Sade en est encore la victime.

Sade.

 

Marquis de sade

Marquis de sade (Photo credit: Wikipedia)

 

© Man RAY

 

Liste des auteurs.

 

Le divin marquis est surtout connu pour ses textes libertins qui lui ont d’ailleurs valu de longs séjours en prison et continuent encore de lui apporter une réputation sulfureuse.

Vous trouverez ici, « Epitaphe » et « Vérité », deux textes nous montrant qu’il savait aussi manier la poésie même si c’est de manière tout aussi subversive, ainsi qu’une version complète de son texte « Dialogue entre un prêtre et un moribond » (selon la parution des « Editions Mille et une nuits« ) où Sade s’exerce à une philosophie prônant un athéisme militant.

Pour en savoir plus…

  • Œuvres du Marquis de Sade : l’objectif de ce site est de vous offrir quelques œuvres incontournables de Sade dans leur version intégrale.

Quelle est cette chimère impuissante et stérile,
Cette divinité que prêche à l’imbécile
Un ramas odieux de prêtres imposteurs ?
Veulent-ils me placer parmi leurs sectateurs ?
Ah ! jamais, je le jure, et je tiendrai parole,
Jamais cette bizarre et dégoûtante idole,
Cet enfant de délire et de dérision
Ne fera sur mon cœur la moindre impression.
Content et glorieux de mon épicurisme,
Je prétends expirer au sein de l’athéisme
Et que l’infâme Dieu dont on veut m’alarmer
Ne soit conçu par moi que pour le blasphémer.
Oui, vaine illusion, mon âme te déteste,
Et pour t’en mieux convaincre ici je le proteste,
Je voudrais qu’un moment tu pusses exister
Pour jouir du plaisir de te mieux insulter.
Quel est-il en effet ce fantôme exécrable,
Ce jean-foutre de Dieu, cet être épouvantable
Que rien n’offre aux regards ni ne montre à l’esprit,
Que l’insensé redoute et dont le sage rit,
Que rien ne peint aux sens, que nul ne peut comprendre,
Dont le culte sauvage en tous temps fit répandre
Plus de sang que la guerre ou Thémis en courroux
Ne purent en mille ans en verser parmi nous ?
J’ai beau l’analyser, ce gredin déifique,
J’ai beau l’étudier, mon œil philosophique
Ne voit dans ce motif de vos religions
Qu’un assemblage impur de contradictions
Qui cède à l’examen sitôt qu’on l’envisage,
Qu’on insulte à plaisir, qu’on brave, qu’on outrage,
Produit par la frayeur, enfanté par l’espoir,
Que jamais notre esprit ne saurait concevoir,
Devenant tour à tour, aux mains de qui l’érige,
Un objet de terreur, de joie ou de vertige
Que l’adroit imposteur qui l’annonce aux humains
Fait régner comme il veut sur nos tristes destins,
Qu’il peint tantôt méchant et tantôt débonnaire,
Tantôt nous massacrant, ou nous servant de père,
En lui prêtant toujours, d’après ses passions,
Ses mœurs, son caractère et ses opinions :
Ou la main qui pardonne ou celle qui nous perce.
Le voilà, ce sot Dieu dont le prêtre nous berce.

Mais de quel droit celui que le mensonge astreint
Prétend-il me soumettre à l’erreur qui l’atteint ?
Ai-je besoin du Dieu que ma sagesse abjure
Pour me rendre raison des lois de la nature ?
En elle tout se meut, et son sein créateur
Agit à tout instant sans l’aide d’un moteur.
A ce double embarras gagné-je quelque chose ?
Ce Dieu, de l’univers démontre-t-il la cause ?
S’il crée, il est créé, et me voilà toujours
Incertain, comme avant, d’adopter son recours.
Fuis, fuis loin de mon cœur, infernale imposture ;
Cède, en disparaissant, aux lois de la nature
Elle seule a tout fait, tu n’es que le néant
Dont sa main nous sortit un jour en nous créant.
Évanouis-toi donc, exécrable chimère !
Fuis loin de ces climats, abandonne la terre
Où tu ne verras plus que des cœurs endurcis
Au jargon mensonger de tes piteux amis !
Quant à moi, j’en conviens, l’horreur que je te porte
Est à la fois si juste, et si grande, et si forte,
Qu’avec plaisir, Dieu vil, avec tranquillité,
Que dis-je ? avec transport, même avec volupté,
Je serais ton bourreau, si ta frêle existence
Pouvait offrir un point à ma sombre vengeance,
Et mon bras avec charme irait jusqu’à ton cœur
De mon aversion te prouver la rigueur.
Mais ce serait en vain que l’on voudrait t’atteindre,
Et ton essence échappe à qui veut la contraindre.
Ne pouvant t’écraser, du moins, chez les mortels,
Je voudrais renverser tes dangereux autels
Et démontrer à ceux qu’un Dieu captive encore
Que ce lâche avorton que leur faiblesse adore
N’est pas fait pour poser un terme aux passions.

Ô mouvements sacrés, fières impressions,
Soyez à tout jamais l’objet de nos hommages,
Les seuls qu’on puisse offrir au culte des vrais sages,
Les seuls en tous les temps qui délectent leur cœur,
Les seuls que la nature offre à notre bonheur !
Cédons à leur empire, et que leur violence,
Subjuguant nos esprits sans nulle résistance,
Nous fasse impunément des lois de nos plaisirs
Ce que leur voix prescrit suffit à nos désirs.
Quel que soit le désordre où leur organe entraîne,
Nous devons leur céder sans remords et sans peine,
Et, sans scruter nos lois ni consulter nos mœurs,
Nous livrer ardemment à toutes les erreurs
Que toujours par leurs mains nous dicta la nature.
Ne respectons jamais que son divin murmure ;
Ce que nos vaines lois frappent en tous pays
Est ce qui pour ses plans eut toujours plus de prix.
Ce qui paraît à l’homme une affreuse injustice
N’est sur nous que l’effet de sa main corruptrice,
Et quand, d’après nos mœurs, nous craignons de faillir,
Nous ne réussissons qu’à la mieux accueillir.
Ces douces actions que vous nommez des crimes,
Ces excès que les sots croient illégitimes,
Ne sont que les écarts qui plaisent à ses yeux,
Les vices, les penchants qui la délectent mieux ;
Ce qu’elle grave en nous n’est jamais que sublime ;
En conseillant l’horreur, elle offre la victime
Frappons-la sans frémir, et ne craignons jamais
D’avoir, en lui cédant, commis quelques forfaits.
Examinons la foudre en ses mains sanguinaires
Elle éclate au hasard, et les fils, et les pères,
Les temples, les bordels, les dévots, les bandits,
Tout plaît à la nature : il lui faut des délits.
Nous la servons de même en commettant le crime
Plus notre main l’étend et plus elle l’estime.
Usons des droits puissants qu’elle exerce sur nous
En nous livrant sans cesse aux plus monstrueux goûts.
Aucun n’est défendu par ses lois homicides,
Et l’inceste, et le viol, le vol, les parricides,
Les plaisirs de Sodome et les jeux de Sapho,
Tout ce qui nuit à l’homme ou le plonge au tombeau,
N’est, soyons-en certains, qu’un moyen de lui plaire.
En renversant les dieux, dérobons leur tonnerre
Et détruisons avec ce foudre étincelant
Tout ce qui nous déplaît dans un monde effrayant.
N’épargnons rien surtout : que ses scélératesses
Servent d’exemple en tout à nos noires prouesses.
Il n’est rien de sacré : tout dans cet univers
Doit plier sous le joug de nos fougueux travers.
Plus nous multiplierons, varierons l’infamie,
Mieux nous la sentirons dans notre âme affermie,
Doublant, encourageant nos cyniques essais,
Pas à pas chaque jour nous conduire aux forfaits.
Après les plus beaux ans si sa voix nous rappelle,
En nous moquant des dieux retournons auprès d’elle
Pour nous récompenser son creuset nous attend ;
Ce que prit son pouvoir, son besoin nous le rend.
Là tout se reproduit, là tout se régénère ;
Des grands et des petits la putain est la mère,
Et nous sommes toujours aussi chers à ses yeux,
Monstres et scélérats que bons et vertueux.

Sade.

 

 

Actualités de Bono en 2011

Publié le
Cover of "Achtung Baby"

Cover of Achtung Baby

31 juillet 2011

Tuer Bono et se tirer une balle dans le pied… publié à 13:43, par Corinne/Dead

U2 à Moncton, Des milliers au rendez-vous publié à 13:38, par Corinne/Dead

U2 360 – la fin de l’aventure la plus lucrative de l’industrie des tournées publié à 11:27, par Corinne/Dead

U2360° – 30 juillet 2011 – Moncton, New Brunswick, Canada publié à 10:28, par Corinne/Dead

Les chiffres vertigineux du 360° Tour publié à 10:04, par Piansmurd

30 juillet 2011

« Killing Bono » : U2 sur grand écran mercredi publié à 22:03, par Corinne/Dead

Neil McCormick, celui qui a failli être Bono publié à 21:58, par Corinne/Dead

Reeve Carney et son groupe assureront la 1ère partie du concert final de la tournée de U2 publié à 11:36, parCorinne/Dead

 

Pour en savoir plus, cliquer sur le lien suivant : http://www.u2france.com/actu/article51870.html

Être marié à Bono peut être dur mais l’Irlande nous permet de garder les pieds sur terre, par Claire Murphy

Ali Hewson, l’épouse de Bono a déclaré ne pouvoir imaginer vivre ailleurs qu’en Irlande. La très simple épouse du chanteur leader de U2 souligne qu’elle a le sentiment que rester en Irlande a donné à sa famille la stabilité dont elle avait besoin. Ali (48 ans) a décrit sa vie chez elle comme « frénétique » mais a souligné qu’il était important que sa famille ait grandi en Irlande.

« Cela nous aide de vivre dans ce pays où nous faisons partie de la communauté. L’Irlande est ce qui nous permet de garder les pieds sur terre — les Irlandais ne sont pas insensés et nous sommes Irlandais et c’est chez nous. »

Et la fondatrice de la marque de vêtements éthique EDUN a précisé que le fait que ses amis et proches vivent relativement près de chez elle faisait aussi partie de son équilibre. « Ma maman et mon papa sont toujours dans les parages ainsi que le frère de Bono et les autres membres de U2. »

Et il semblerait qu’Ali ne soit pas perturbée par les nombreuses fans qui gravitent autour de Bono pas plus qu’elle ne l’est par son statut de rock star. « Il s’agit de montrer un respect réciproque — permettant à chacun de son développer dans son espace et de respecter ce développement. »

Dans une interview accordée à Harpers Bazaar, la Dublinoise a révélé que son mariage était souvent difficile surtout lorsque Bono partait avec U2« Ce n’est pas un conte de fées. Comme dans tout mariage, il y a un travail dur à accomplir. Mais si vous parvenez à traverser les périodes difficiles, alors vous entrerez dans une nouvelle phase de relation qui est encore meilleure que la précédente. »

Notre couple, heureux parents de deux filles, Jordan (19 ans) et Memphis Eve (17 ans) et de deux garçons, Elijah (9 ans) et John (7 ans), est sorti pour la première fois ensemble alors qu’il était adolescent. Bono avait 14 ans lorsqu’il s(est retourné vers Ali après que sa mère soit décédée d’un anévrisme lors des funérailles de son propre père.

Foi

« Je ne pense pas que Bono voudrait perdre une autre femme dans sa vie. Connaître les souvenirs de quelqu’un c’est vraiment le connaître — lorsque l’on a grandi avec eux et que l’on a accompli ce voyage ensemble jusqu’à l’âge adulte. »

Ali est à la tête de Chernobyl Children’s Project International, l’association qui œuvre pour les enfants, familles et communautés affectés par ce désastre nucléaire. Et cette militante des droits de l’homme insiste sur le fait que sa croyance en Dieu l’a aidée à traverser les pires moments de son existence.

« Je ne saurais vivre sans la foi. Je trouve que ce serait un endroit où vivre particulièrement sombre sans celle-ci. »

Pour continuer à recevoir les infos sur U2, le prochaine album et les dates de la tournée 2011 abonnez vous gratuitement au Google Group U2 France.

 

Isis, Hathor, Horus, Le Lotus

Publié le

 

Vous êtes née sous Isis

Les mots qui reviennent le plus souvent quand on parle de vous ? Généreuse, sympa, ouverte, ah quelle fille géniale… Et oui, vous êtes quasi une star pour vos proches. Enfin, pas une star au sens J-Lo du terme, hein, ce n’est pas vous qu’on prendra en flagrant délit de grosse tête. Non, vous êtes une star parce qu’on vous entoure, on recherche votre présence, on vous fait des confidences, parfois trop d’ailleurs (car quand votre copine Josette vous avoue qu’elle rêve en secret d’étreintes torrides avec Jean-Pierre Raffarin, vous ne savez pas toujours quoi répondre, c’est vrai…) Votre priorité ? Ne pas vous laisser bouffer par les autres. Pensez un peu à vous et ne vous sentez pas obligée de compatir à TOUS les malheurs du monde.

Ce que les autres aiment chez vous : Votre disponibilité, votre écoute, votre empathie. Mais aussi votre énergie communicative qui leur donne parfois (quoique trop rarement, si on peut se permettre) envie de se prendre en charge.

 

Isis en amour

Vous avez besoin d’une relation de confiance, de dialogue, de partage… Autant dire que vous avez parfois été déçue si vous êtes tombée sur quelques séducteurs uniquement motivés par la perspective de vous ajouter à leur tableau de chasse. Mais le jour où vous trouvez le bon partenaire, vous savez savourer votre bonheur. Et ça, c’est une sacrée force ! En revanche, si vous vous estimez trahie, vous ne pardonnerez pas facilement : vous préférez être seule que mal accompagnée, et on vous comprend.

Votre arme fatale avec les hommes : Votre amour de la vie, des autres, du plaisir et de tout ce qui vous reste à vivre. Ça les met en forme et vous rend follement sexy.

Le genre d’homme que vous attirez : Les très structurés, limite rigoristes, qui ont l’impression que vous leur apporterez le supplément d’âme et de douceur qui leur manque. Attention à éviter en revanche les pleurnichards chroniques qui voudraient abuser de votre côté maternel : à la longue, le côté Woody Allen, ça lasse !

Les chiffres, couleurs et périodes qui vous porteront chance
Couleur bénéfique pour les femmes : le bleu
Couleur bénéfique pour les hommes : le blanc
Meilleure période de l’année : décembre
Votre chiffre d’amour et de chance : le 2
Signes complémentaires : Osiris et Thot

Hathor Renversée
Vous vous sentez un peu trop entourée et vous avez besoin d’air pour mieux vous épanouir. Faites des choix et organisez-vous pour cela. Vous manquez d’activités créatrices et de sorties culturelles. Réagissez. Votre nature véritable ne trouve pas assez d’espace, vous vous contraignez et vous êtes frustrée. Il tient à vous d’entreprendre des choses pour changer cette situation. N’attendez pas cela d’autrui.
Horus
Vous avez des idées intéressantes, vous devez les soutenir et les faire progresser. Vos conceptions innovantes doivent se trouver un chemin pour se réaliser. Vous êtes faite pour des métiers qui allient la création et l’abstraction. Vous pouvez seconder ou diriger une affaire. Vos talents multiples vous permettent un chemin original. Vos relations sont souvent intermittentes. Tachez de les faire durer sans vous lasser.

 

 

Le lotus
Vous possédez de grandes qualités de c¦ur et vous êtes appréciée pour votre droiture et votre intégrité. Vous savez comprendre une situation avec lucidité et humanité. De ce fait, vos conseils avisés peuvent être utile à autrui. Les métiers de soutien et de conseils vous conviennent bien. Vous devez prendre une décision, pesez bien le pour et le contre avant de vous avancer dans un choix.
le pendu
Dans une conférence ésotérique, un groupe d’arts martiaux, une rencontre autour de la spiritualité, une exposition d’avant-garde, un concert de rue ou à l’hôpital.
La papesse
Votre gentillesse, votre chaleur humaine. Vos qualités féminines d’écoute et d’intuition. Vos centres d’intérêt communs et votre stabilité.
Le jugement essentiel 

C’est un temps de limitation qui vient à point. Il est bon de le considérer positivement. Une prise de conscience vous permet de reprendre en main la situation et d’opérer quelques restrictions nécessaires. La forme la plus simple est sans doute la plus appropriée à la période actuelle.
Le retour à une simplification de vos projets et de vos relations peut vous permettre de nourrir des espoirs nouveaux. Une certaine fermeté dans votre conduite, vous amène à exprimer vos sentiments sans détour et à faire passer des mesures délicates.

L’image

L’homme noble maîtrise sa colère.
Il est souhaitable de maîtriser vos instincts et d’atténuer vos sentiments de colère. Cette attitude de fermeté intérieure vous permettra de mieux aborder votre situation présente et de vous placer dans une meilleure position.

L’énérgie

Energie Yang/Yin sur énergie Yin/Yang.
Les forces s’amoindrissent sans faire disparaître la source de l’énergie, qui reste active en bas.

Le jugement essentiel 

Libérez vous de vos préjugés. Restez ouvert à toute forme de compréhension. L’autre est très différent de vous, aussi pour établir une relation vous devez chercher à le comprendre dans ses motivations, avant d’avancer vos propres arguments. Ainsi vous pourrez établir un dialogue. En comprenant l’autre vous pouvez l’amener à évoluer, c’est la force de l’écoute intérieure.
C’est en lâchant toute idée préconçue que vous pourrez aller à la rencontre de vous-même et de vos vérités profondes. C’est un lieu qui dépasse les contraires et réalise votre unité.

L’image

L’homme noble débat des affaires criminelles pour retarder des châtiments.
La compréhension profonde, y compris des fautes et des erreurs, apporte une clarté bienveillante sur une situation. Cette conscience nouvelle peut permettre que s’opère une transformation positive.

L’énérgie

Energie Yang/Yin sur énergie Yin/Yang. La douceur du féminin alliée à la joie du masculin libère le coeur. C’est la confiance source de progrès.

LE MASQUE

Les relations avec l’élu de votre cœur sont loin d’être simples. Que ce soit vous ou lui, vous jouez un rôle. Un manque de franchise, un secret dissimulé vous empêchent de construire sur du solide. Il faudrait tomber le masque pour mieux vous retrouver. Si vous bâtissez votre relation sur des bases fausses, vous allez tout droit à l’échec. Osez lui dire ce que vous avez sur le cœur !

LE MASQUE

Vous exercez aujourd’hui un métier qui ne convient pas à votre personnalité profonde, ou vous devez accomplir des tâches qui ne vous plaisent pas. Vous jouez le jeu, mais votre moral s’en ressent. Il est bien sûr difficile de tout envoyer balader. La période ne s’y prête pas, et il faut vous montrer prudente. Mais rien ne vous empêche de réfléchir, et de commencer à poser des pions pour avancer dans une autre direction.

LA COLOMBE

Vous vous sentez plus légère, plus en forme. Si vous aviez des angoisses, elles devraient s’envoler. Vous êtes relativement calme et prenez de bonnes résolutions pour vous soustraire au stress. Vous ressentez l’envie de chanter, de danser ou d’écouter de la musique. Ces activités vous détendent.

LE MIEL

Vous aimez les douceurs, et vous avez raison. Mais mieux vaut éviter pour votre santé d’abuser des éléments sucrés. Attention à la surcharge pondérable, et aux risques de diabète.
Si vous mangez avec modération, vous devriez jouir d’une assez bonne santé. Sachez profiter des plaisirs de la vie, tout en restant vigilante.

Votre chemin de vie est le 9

Quelles sont vos aptitudes professionnelles ?
Vous êtes une passionnée et quand vous aimez une activité, vous ne comptez pas votre temps pour l’exercer. Vous avez un sens inné de la communication, et êtes très ouverte au monde qui vous entoure. Tolérante, pacifique, vous pouvez travailler en équipe avec des personnes très différentes. On peut vous envoyer en mission à l’étranger : vous vous adapterez toujours. Curieuse et originale, vous pouvez accepter des tâches qui sortent de l’ordinaire.

Quels métiers vous conviennent ?
Toutes les carrières liées aux sciences humaines peuvent vous convenir : sociologue, ethnologue, enseignante… Vous pouvez aussi exceller dans des carrières internationales (import-export, tourisme, transport).
Mais vous pouvez connaître la célébrité en faisant carrière dans l’audiovisuel ou les sciences ésotériques (voyance, astrologie, numérologie).

Vous avez entré le prénom : Mai
Le chiffre de votre prénom est le : 5
Vous avez une personnalité enjouée et vivante. Vous aimez tous les plaisirs de la vie et par dessus tout les voyages. La nouveauté vous interpelle et vous motive. Vous êtes curieuse de beaucoup de choses. Dans les relations vous savez jouer de votre charme, car c’est un de vos atouts. Et des relations, vous en avez beaucoup. Vous êtes une vraie bête de société. Vous attirez et vous intéressez autant que les autres vous intéressent vous-même, alors circulez, vivez !
Vous avez entré le prénom : martchoc
Le chiffre de votre prénom est le : 9
Vous avez une personnalité réfléchie et profonde. Vous aimez étudier et comprendre le monde. Vous avez beaucoup d’esprit d’à propos et vos amis recherchent vos conseils. Vous savez guider autrui et vous avez l’âme d’un manager. Vous prenez de la distance par rapport aux situations et trouvez les meilleures solutions. Vous aimez aussi vous retrouver seule avec vous-même, pour faire le point, lire ou ne rien faire. Vous êtes parfois visionnaire, alors rêvez…

 

 

qui est Ahura Mazda

Ahura Mazda, ou Ohrmazd, était le dieu et le «Seigneur Sage» de l’ancien Iran. Il était considéré comme le ciel global jusqu’à l’époque du grand réformateur religieux Zarathoustra, qui vécut vers 1200 avant notre ère, les anciens Iraniens vénéraient une multitude de dieux. Zoroastre dénonça les anciens dieux et Ahura Mazda fut dès lors considéré comme le seul et unique dieu de la création, perpétuellement assiégé par Angra Mainyu, ou Ahriman, principe de l’obscurité. Après avoir créé les Amesha Spentas et les Yazatas, Ahura Mazda créa les hommes, le bétail, le feu, la terre, le ciel, l’eau et les plantes.

Ahura
Ahura Mazda

Selon Zoroastre, c’était Ahura Mazda qui rendait la lumière visible, et c’est pourquoi il était souvent représenté comme étant le soleil.

Dans d’autres récits, le soleil et la lune sont les yeux d’Ahura Mazda. Grâce aux caractéristiques purificatrices du feu, Ahura Mazda était capable de distinguer le bien du mal, et il conférait le feu, symbole de vérité, à ses adeptes.
Sous les Achéménides, qui régnèrent de 558 à 330 avant notre ère, Ahura Mazda fut adopté comme le patron de la maison royale et fut représenté sous forme de deux grandes ailes.
Durant les siècles qui suivirent la vie de Zarathoustra, on assista au développement d’un mouvement baptisé zurvanisme, selon lequel Ahura Mazda et Angra Mainyu étaient tous deux les descendants de Zurvan Akarana, le «Temps Infini». Cette notion permit de contourner le problème de la création du mal par Ahura Mazda, ou au moins l’idée qu’il aurait pu laisser le mal exister.
Selon la croyance, à la fin des temps « Ohrmazd régnera et fera tout ce qui est en sa volonté »

 

%d blogueurs aiment cette page :