Archives de Tag: chrétien

Le Festival Interceltique de Lorient : l’Assomption en version bretonne et ses ancêtres celtes. Maï SALAÜN

Publié le

Cérémonie la veille de la montée au ciel de Marie :

L’Assomption de Marie au Ciel

Dans l’Eglise catholique, l’Assomption de la Vierge Marie est un dogme (c’est-à-dire une vérité de la foi qui fait autorité, si bien que l’on ne peut se dire catholique si l’on n’adhère pas à cette vérité). Le dogme de l’Assomption a été proclamé par le pape Pie XII, en 1950. Extrait de l’article 966 du Catéchisme de l’Eglise catholique, qui rappelle le contenu et la signification de ce dogme :

« Enfin la Vierge immaculée, préservée par Dieu de toute atteinte de la faute originelle, ayant accompli le cours de sa vie terrestre, fut élevée coprs et âme à la gloire du ciel,  et exaltée par le Seigneur comme Reine de l’univers, pour être ainsi plus entièrement conforme à son Fils, Seigneur des seigneurs, victorieux du péché et de la mort » (LG § 59).

L’Assomption de la Sainte Vierge est une participation singulière à la Résurrection de son Fils et une anticipation de la Résurrection des autres chrétiens[…] »

(CEC, § 966)

Bien longtemps avant la promulgation du dogme, la chrétienté croyait en l’assomption de la Mère de Dieu et la fêtait

En réalité, bien longtemps avant la promulgation du dogme, la chrétienté croyait en l’assomption de la Mère de Dieu et l’honorait par une fête. Comme l’écrit Mgr Michel Dubost (évêque de France) dans son livre « Marie » (ed. Mame, Paris 2002),

« La fête de l’Assomption est née à Jérusalem, mais il est difficile de savoir à quelle époque. L’origine de la fête vient peut-être de la consécration par l’évêque Juvénal (422-458) d’une église dédiée à Marie, à Kathisma (étape supposée de la Vierge entre Nazareth et Bethléem). Elle a plus probablement pour origine la consécration d’une autre église à Gethsémani, à côté de Jérusalem, au VIè siècle.

Quoi qu’il en soit, la fête fut étendue à tout l’Empire par l’empereur Maurice (582-602) sous le nom de Dormition de la Vierge Marie. Elle fut toujours célébrée le 15 août. L’année liturgique des Orientaux commençant le 1er septembre, elle s’ouvre vraiment avec la Nativité de la Vierge et se clôt avec son entrée dans la gloire le 15 août. »

source : équipe de Marie de Nazareth

Fest Noz

 Venez danser et vous amuser en musique.

Entrée libre
Avec :
FRERES DREAN – RIO LE PADELLEC – JEGO LE BARON – GUIGO / CONAN
CECILE CELINE – THIERIOT PERENNOU

Spectacle inaugural « l’Opéra cochonnier »

 L’Espace Solidaire et l’Espace Paroles font scène commune et vous proposent :
L’Opéra cochonnier est une farce à la Orwell : les truies ont suivi un atelier artistique dans le cadre de la circulaire « bien être » de la communauté européenne. Elles vont donc chanter leur quotidien, orchestrées par leur cochonnier, en français et en breton, que ce soit la vieille truie de réforme ou la jeune truie hyperproductive qui ira au Space de Rennes.
Vous ne verrez plus jamais votre saucisson ou vos merguez comme avant …
Mis en scène par Kergrist, troupe Fubudenn de Quimperlé.

Concert “Le Fieffe Fou“

 Le Fieffe Fou revisite avec un étrange mélange de puissance et de fragilité, des chansons et poésies illustres ou méconnues.

Les fabulations sonores

 Les Fabulations sonores 

Ça commence un soir de concert dans une auberge… Dans ce tout nouveau projet deMonsieur Pennec, tout est prétexte à raconter des histoires, vraies ou fausses d’ailleurs. Un spectacle jubilatoire, une rencontre avec le public pour partager plaisir et émotion.
Un type bien qui joue à faire tomber les masques.

Showcase de Craobh Rua

 Craobh Rua est un groupe folk considéré comme l’un des ambassadeurs de la musique traditionnelle irlandaise avec des sons issus du blues, du bluegrass, du traditionnel breton ou encore du swing gipsy

Arts visuels acadiens

Anthropographie: trois perspectives contemporaines
Les artistes Maryse Arseneault, Mathieu Léger et Stefan St-Laurent posent un regard contemporain sur l’histoire de l’Acadie en étudiant ses liens avec d’autres peuples qui sont présents dans l’environnement culturel et géographique des acadiens. Les œuvres sont issues de pratiques variées d’expression contemporaine et comprennent une installation vidéo, de l’estampe et une intervention sur des objets récupérés. Cette exposition est mise sur pied par la commissaire Jennifer Bélanger à l’invitation de la Galerie d’art Louise et Reuben-Cohen de l’Université de Moncton et est appuyée par la Commission du tourisme acadien du Canada atlantique.

Espaces gratuits : toute la prog !

 La richesse de la programmation des espaces gratuits méritaient bien un beau livret !

Retrouvez la programmation journalière du Dôme, de l’Espace Paroles, de l’Espace Solidaire, du Jardin des Luthiers, ainsi que la liste des exposants sur le Quai de la Bretagne, du Marché Interceltique.

Une programmation gratuite riche et variée.

Galerie du Faouedic ( à côté de l’Hôtel de Ville) ; Dôme ; Espace Paroles ; Port de Pêche

Les croyants fêtent l’Assomption demain

Lu 94 fois

La statue de la Vierge Marie suit le reliquaire du voile. - Photo d’archives : François FeuilleuxLa statue de la Vierge Marie suit le reliquaire du voile. – Photo d’archives : François Feuilleux
Veillée de prière et messe solennelle et procession du voile dans la ville : les chrétiens vont fêter l’Assomption.

«L’Assomption, c’est la grande fête mariale, basée sur l’idée que le corps de Marie (N.D.L.R. : la mère du Christ) n’a pas subi la dégradation au tombeau. Pie XII en a fait un dogme en 1950 », explique Dominique Aubert, recteur de la cathédrale. La fête attire, cahque année, à la cathédrale Notre-Dame de Chartres environ 2.000 fidèles.

Veillée. Tout commence ce soir, par une veillée de prière à la chapelle des s’urs de Saint-Paul, derrière la cathédrale, près du tribunal, rue Saint-Jacques. Le voile de la Vierge, « une des plus importantes reliques du monde chrétien », sera au centre de ce premier moment.

Messe grégorienne. Demain à 9 h 15, elle sera dite à la cathédrale. Chant grégorien, kyrie et credo en latin…

Messe solennelle. La grande messe, c’est à 11 heures. Elle sera présidée par Monseigneur Michel Pansard, évêque de Chartres, mais aussi par Monseigneur Jacques Perrier, qui l’avait précédé dans cette fonction. Les ch’urs seront sous la responsabilité de Nicolas Lhoste ; Patrick Delabre sera à l’orgue. C’est le moment solennel de ce 15 août.

Procession. Dans l’après-midi, les fidèles reviendront non pas à la cathédrale mais au couvent de la rue Saint-Jacques pour le départ de la procession. Elle sera précédée d’une « méditation des mystères glorieux ». « Les mystères, ce sont la Résurrection, l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption et Couronnement de la Vierge », note Dominique Aubert qui lira des textes aux fidèles.

La procession partira à 15 h 30. « Chaque année, le voile sort de la cathédrale. » L’ordre est bien établi : une croix, des chandeliers, l’insigne de la cathédrale, les fidèles, le reliquaire du voile, les religieuses, la statue de la Vierge (entourée de drapeaux bleus et blancs et des chevaliers de Notre-Dame), les prêtres, les évêques, puis d’autres fidèles.

Protéger la citéLa procession fera une halte dans les jardins derrière la cathédrale pour une bénédiction de la ville. Ce rituel marque la protection de la cité par la présence de la relique. La première fois, ce fut, dit-on, contre le Viking Rollon.

Même esprit dans un autre geste un peu plus tard à l’intérieur de la cathédrale. Les prêtres célébreront, vers 16 h 30, la consécration de la France à Marie « par Louis XIII, en 1638. »

Vêpres. Cette cérémonie sera suivie des vêpres, marquées par la lecture de psaumes « C’est un chant d’action de grâce. » Cet office dure une vingtaine de minutes.

Autre grand moment : le salut solennel du Saint Sacrement. Une hostie est présentée dans un ostensoir. « Un temps d’adoration et de prière silencieuse. »

Enfin, les fidèles seront invités à la vénération du voile. Présent durant l’office à côté de l’autel, il sera placé devant lui. « Les gens viennent et touchent ou embrassent le reliquaire. »

Fabrice Bluszez
fabrice.bluszez@centrefrance.com

Maï signifie Marie en breton

Rdv le 20 septembre 2011, en Palestine…

Publié le
Israeli Prime Minister Yitzhak Rabin, U.S. pre...

Image via Wikipedia

Le 20 septembre 2011,

les Palestiniens ont rendez-vous avec l’Histoire

et le reste du monde, avec l’histoire

de la Palestine

Pour un monde meilleure et pour voir

enfin la fin d’une histoire

qui dure des siècles et siècles. Amen.

Article écrit par Pierre Haski et publié sur le site Rue89 le 14/08/2011 à 12H54Un homme passe devant les drapeaux des pays qui ont reconnu l'Etat palestinien, le 7 août 2011 à Ramallah (Mohamad Torokman/Reuters). Photo : un homme passe devant les drapeaux des pays qui ont reconnu l’Etat palestinien, le 7 août 2011 à Ramallah (Mohamad Torokman/Reuters).
Notez dans vos tablettes le rendez-vous du 20 septembre : c’est la date de la nouvelle confrontation annoncée autour du sort de la Palestine. Le compte à rebours a commencé autour de la décision palestinienne de déposer ce jour-là, à l’Assemblée générale des Nations unies qui s’ouvre à New York, la reconnaissance d’un Etat qui n’existe toujours pas.

Israël s’oppose vigoureusement à cette initiative diplomatique qui vise à briser l’impasse.

Dès la confirmation, samedi, par le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qu’il déposerait sa demande de reconnaissance, assurée de bénéficier d’une majorité de votes positifs à l’Assemblée générale de l’ONU, le gouvernement israélien a fait connaître son opposition en deux mots : « prévu », « regrettable ».

Israël s’y attendait, et fait vigoureusement campagne depuis des semaines pour bloquer cette initiative. Car si le vote de l’Assemblée générale n’a pas de portée légale – seules les décisions du Conseil de sécurité sont censées avoir valeur de loi internationale, ce qui ne les empêche pas d’être ignorées, notamment s’agissant du Proche-Orient –, la portée symbolique et diplomatique de l’événement n’échappe pas aux dirigeants israéliens.

Un Etat palestinien reconnu disposera d’une tribune et d’un statut qui rendra plus difficile la poursuite du statu quo, et la continuation du non-respect par Israël des principales résolutions du Conseil de sécurité sur la question des territoires palestiniens, à commencer par le dossier brûlant de la colonisation par Israël des territoires occupés en 1967.

La semaine dernière, Israël a encore annoncé la construction de centaines de nouveaux logements dans un quartier de Jérusalem-Est couvert par l’interdit onusien.

Une troisième intifada ?

De surcroît, ce que redoute le plus Israël, c’est l’embrasement des territoires palestiniens pour soutenir la transformation de ce futur Etat de jure en Etat de fait. Les Palestiniens sont restés étonnamment calmes depuis le début des révolutions arabes, il y a maintenant huit mois, et n’ont pas réagi non plus lorsque des incidents graves se sont déroulés aux frontières d’Israël avec certains de ses voisins arabes, sur le plateau du Golan et à la frontière libanaise.

Cela fait des mois que les Israéliens redoutent le déclenchement d’une « troisième intifada », après le soulèvement des années 80 qui a duré plusieurs années et a été indirectement à l’origine des accords israélo-palestiniens d’Oslo, et celui de 2000, en pleine impasse dans la mise en œuvre de ces accords, alors que Yasser Arafat était encore en vie.

Autant Israël peut espérer le soutien actif des Etats-Unis, qui ont déjà fait connaître leur opposition à la reconnaissance de cet Etat palestinien en septembre, et espèrent toujours empêcher les Européens de franchir le pas comme certains, dont la France, ont laissé entendre qu’ils pourraient se rallier à la demande palestinienne, autant cet alignement sur l’Etat hébreu sera difficilement défendable si des images de confrontation surgissent de nouveau en provenance de Cisjordanie ou de Gaza.

Nicolas Sarkozy avait déclaré en mars dernier à L’Express :

« Si le processus de paix reprend durant l’été, la France dira qu’il faut laisser les protagonistes discuter sans bousculer le calendrier. Si, à l’inverse, le processus de paix est toujours au point mort en septembre, la France prendra ses responsabilités sur la question centrale de la reconnaissance de l’Etat palestinien. »

 

L’été s’achève bientôt sans le moindre signe de reprise du processus de paix, et ce ne sont pas les dernières déclarations de Benyamin Netanyahou dans son discours au Congrès américain, en mai dernier, qui peuvent laisser entrevoir une ouverture.

Un contexte inédit

Le contexte est totalement inédit. Israël bénéficie indirectement, actuellement, de la situation de violence en Syrie voisine, où le régime de Bachar al-Assad envoie les chars sur sa propre population, des Arabes tuent d’autres Arabes.

Par contraste, la confrontation larvée mais sans grande effusion de sang entre Israéliens et Palestiniens n’attire plus réellement l’attention.

En revenant à la une des journaux, la Palestine pourrait retrouver sa place habituelle de « mère de tous les conflits » du Proche et Moyen-Orient.

La deuxième surprise est venue des Israéliens eux-mêmes. Depuis le 14 juillet, par centaines de milliers, ils participent à un mouvement citoyen sans précédent, déconnecté des partis politiques, né de la vie chère et des inégalités sociales croissantes dans le pays qui inventa les kibboutz et un égalitarisme forcené.

Ce mouvement a jusqu’ici évité de se frotter aux questions sensibles liées aux relations avec les Palestiniens, aux colonies de peuplement de Cisjordanie, à la place d’Israël dans sa région. Sans doute pour préserver le large consensus qui est apparu dans le pays autour des revendications économiques et sociales nées du village de tentes du boulevard Rothschild à Tel Aviv, et qui s’est étendu à toutes les régions, comme l’ont montré les dernières manifestations, samedi soir.

Si ce mouvement durait jusqu’en septembre, il pourrait difficilement éviter de se confronter à la question palestinienne lorsque celle-ci se posera de manière forte, à l’ONU, à Ramallah ou à Gaza.

Un double défi pour l’Etat hébreu

Le défi lancé à Israël et à son gouvernement le plus à droite qu’ait connu l’Etat hébreu depuis sa fondation, est aussi un défi que se lancent les Palestiniens à eux-mêmes. Leur situation de faiblesse est extrême : toujours divisés malgré les unions de façade entre partisans du Fatah de Mahmoud Abbas et ceux du mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza, ils vont devoir se montrer à la hauteur de la crédibilité qu’appelle la création d’un Etat. Ce n’est pas joué.

Quoi qu’il en soit, le 20 septembre, l’enlisement lent et pervers de la situation, permettant à la colonisation des territoires occupés de se poursuivre inexorablement et de changer la situation de manière irréversible a toutes les chances d’entrer dans une nouvelle phase.

Cela débouchera-t-il sur une nouvelle confrontation, ou sur la création des conditions d’une véritable négociation ? Cela dépendra de l’attitude des acteurs sur le terrain, mais aussi, dans une large mesure, des réactions du reste du monde, aux Etats-Unis et en Europe en particulier, qui ont été les alliés passifs ou actifs d’Israël et qui devront sortir de leur attentisme si les événements se mettent en mouvement.

Retrouvez cet article sur le lien suivant :  http://www.rue89.com/2011/08/14/le-20-septembre-les-palestiniens-lancent-le-defi-de-leur-etat-217840

Proche-Orient :

Obama pourra-t-il être un arbitre

(enfin) impartial ?

écrit par Philippe Marlière correspondant & Politiste à Londres publié le 02/04/2010 à 18H42

Barack Obama nous surprendra-t-il sur le terrain miné du conflit israélo-palestinien ? Parmi les présidents états-uniens, sera-t-il le premier « honest broker » (« arbitre impartial ») entre les deux parties ?

Reconnaîtra-t-il l’infini déséquilibre des forces en présence ? D’un côté, Israël, puissance nucléaire et coloniale (le « flic des Etats-Unis au Proche-Orient », comme le souligne Noam Chomsky). De l’autre, l’« Autorité » palestinienne de Mahmoud Abbas, entité sans pouvoir, dont la ligne de compromis mou avec Israël n’a amené que revers et déboires à un peuple déjà meurtri par les interventions militaires israéliennes et le blocus de Gaza.

Pourtant, rien ne devrait inciter à l’optimisme. Depuis la présidence Clinton, les Etats-Unis n’ont rien fait pour contrarier le fait colonial des Israéliens, se contentant de le condamner de manière purement formelle. George W. Bush donna même son appui à l’entreprise coloniale peu avant son départ de la Maison Blanche sans que cela ne suscite d’émotion particulière.

Obama n’a pas dissipé l’image très pro-israélienne des Etats-Unis

Depuis le refus, par Yasser Arafat, du « deal en or » concocté par Bill Clinton à Camp David en juillet 2000, les Etats-Unis n’essayent même plus de maquiller leur parti-pris pro-israélien.

Ce « deal en or » prévoyait de reconnaître l’annexion d’une partie des terres occupées par Israël depuis 1967. Il entérinait la mainmise israélienne sur la partie arabe de Jérusalem ou encore apportait une fin de non-recevoir au droit au retour des Palestiniens expulsés en 1948 et en 1967.

Qu’Arafat ait dû porter seul la responsabilité de l’échec de Camp David, qui « ruina » la présidence Clinton (avant que Monica Lewinsky ne vienne définitivement l’achever), montre bien de quel côté penche la machine médiatico-diplomatique aux Etats-Unis.

Lors de la première année de sa présidence, Obama n’a rien fait pour dissiper l’image très partisane de son pays sur ce dossier. Aux prises avec Benyamin Netanyahou, un homme de la droite extrême et hostile à l’arrêt de la colonisation, Obama a peiné à se démarquer de ses prédécesseurs.

De « profondes divergences de vue » avec Netanyahou

Il a quand même bien compris que l’arrêt inconditionnel de la colonisation est le préalable à toute reprise des négociations. Pourtant, Barack Obama est allé d’échec en échec, humilié par la politique jusqu’au-boutiste du Premier ministre israélien jusqu’à la semaine passée.

A cette occasion, Netanyahou a essuyé un premier refus : Obama a demandé l’arrêt de la construction de logements dans la partie arabe de Jérusalem. Le Premier ministre israélien a estimé qu’il s’agissait d’une exigence « irraisonnable » et « illogique ». L’administration américaine a, fait inhabituel, rendu public son désaccord.

Un porte-parole de la Maison Blanche n’a pas hésité à parler de « profondes divergences de vue » entre les deux hommes. Quand Netanyahou a déclaré que c’était à ses yeux la même chose de construire des maisons à Tel Aviv et à Jérusalem, Obama lui a répondu qu’il n’était pas d’accord.

La teneur de cet entretien privé a filtré en direction des médias américains (caricaturalement favorables aux positions israéliennes), ce qui marque un changement de stratégie au sein de l’administration Obama.

Ce contrepied médiatique a plongé Israël dans l’embarras et a paru suffisamment sérieux pour que le lobby pro-Israël mène une contre-offensive de grande ampleur par l’entremise de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC).

Le redoutable et redouté lobby pro-Israël au Congrès

Il s’agit, en la matière, d’une institution de masse dont l’objectif est de faire adopter au Congrès les « politiques et décisions les plus favorables à Israël ». Une majorité d’élus au Sénat et à la Chambre des représentants est membre de cette organisation.

Les universitaires John Mearsheimer et Stephen Walt ont souligné le rôle influent d’AIPAC dans l’élaboration de choix politico-militaires des Etats-Unis, le présentant comme le « bras armé » du gouvernement israélien au Congrès (« The Israel Lobby and US Foreign Policy », 2007).

AIPAC a déclaré que les « trois quarts » des membres du Congrès avait signé sa lettre ouverte exigeant la « fin des critiques » à l’égard d’Israël, car ce type de querelles doit être réglé en « tête-à-tête et non sur la place publique ». Et préconisé un resserrement des liens entre l’administration étatsunienne et le gouvernement israélien.

Les campagnes d’intimidation contre les critiques de la politique israélienne sont redoutables et redoutées. La vigueur des attaques fait très souvent rentrer dans le rang les rares éléments récalcitrants. Ici, la contre-offensive n’a pas semblé perturber l’administration Obama.

Robert Malley, l’ex-bras droit du président Clinton pour les affaires israélo-arabes, a confié que cette confrontation était « délibérée » du côté du gouvernement fédéral. Elle serait la preuve de la « détermination » d’Obama sur la question.

Les colons israéliens mettent en danger les GI’s d’Afghanistan

L’avenir nous dira si l’infime espoir suscité par l’opposition obamesque était illusoire ou pas. Il apparaît pourtant difficile pour Obama de rebrousser chemin car il perdrait la face et toute crédibilité pour le plus grand malheur des Palestiniens.

Le président américain aurait d’autant plus tort de relâcher son effort que le fait colonial israélien est en passe de devenir impopulaire au Capitole. On y estime que l’extrémisme de Netanyahou met en danger la vie des GI’s en Irak et en Afghanistan.

Si l’administration Obama parvient à convaincre l’opinion publique que l’arrêt de la colonisation israélienne est dans l’intérêt des Etats-Unis, alors peut-être sera-t-il possible d’envisager à moyen terme le retour à une vraie solution négociée. Mais nous n’en sommes pas encore là.

Pour retrouver l’intégralité de cet article, cliquez sur le lien suivant :

http://www.rue89.com/philippe-marliere/2010/04/02/proche-orient-obama-pourra-t-il-etre-un-arbitre-enfin-impartial-145737

 

Israël-Palestine : le minuscule espoir de paix en sursis

Ecrit par Pierre Haski et publié sur le site Rue89 le 11/03/2010 à 14H26

L’annonce de nouveaux logements israéliens à Jérusalem-Est menace les négociations que les Etats-Unis tentent d’orchestrer.

Des ouvriers palestiniens sur le toit d'une maison en construction à Ramat Shlomo (Ronen Zvulun/Reuters) Photo : des ouvriers palestiniens sur le toit d’une maison en construction à Ramat Shlomo, une zone annexée au nord-est de Jérusalem (Ronen Zvulun/Reuters)

 

On pensait l’exercice de négociations « indirectes » entre Israéliens et Palestiniens sans grand espoir ; il est sans doute mort-né. Le délicat édifice diplomatique que tentait de bâtir le vice-président américain Joe Biden s’est écroulé jeudi lorsque l’Autorité palestinienne a menacé de se retirer du processus après l’annonce de la construction de nouveaux logements pour juifs ultraorthodoxes dans la partie Est de Jérusalem.

Si les éléments les plus durs de la coalition hétéroclite au pouvoir en Israël avaient voulu torpiller le minuscule espoir de paix avec les Palestiniens, ils ne s’y seraient pas pris autrement. L’annonce par le ministre de l’Intérieur, Eli Yishai, membre duparti ultraorthodoxe séfarade Shass, de la construction de ces logements en pleine visite de Joe Biden dans la région, ne pouvait être perçue par la partie palestinienne que comme une provocation.

Jeudi, le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a présenté ses excuses à Joe Biden, toujours présent en Israël, pour cette annonce « malencontreuse ». Mais le mal est fait et le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncéqu’il ne reprendrait les négociations qu’à la condition de l’arrêt complet de la colonisation de Jérusalem-Est.

Depuis le début, les efforts de l’administration Obama pour sortir ce qu’on n’ose même plus qualifier de processus de paix de l’impasse, se heurte depuis un an à la question de la colonisation. Les Palestiniens exigeait un gel d’un an de toute nouvelle construction dans les territoires conquis en 1967 -dont Jérusalem-Est annexée- pour reprendre les négociations.

Lâchée par Hillary Clinton qui cédait sur ce point, l’Autorité palestinienne acceptait finalement le principe de ces discussions indirectes, c’est-à-dire en passant par l’intermédiaire des Américains, accompagnées d’une ambiguïté constructive sur la question des colonies.

Cette ambiguïté a été levée de manière spectaculaire par Eli Yishai, et même plus encore puisque le quotidien Haaretz annonce ce jeudi que ce sont en fait quelque 50 000 nouveaux logements pour la population juive qui sont en phase d’approbation ou de planification pour la partie palestinienne de la ville.

Menaces sur la coalition Netanyahou

Les conséquences politiques de ce coup d’éclat risquent d’être importantes. Dès jeudi, le parti travailliste a menacé de quitter la coalition au pouvoir, car, comme l’a déclaré à la radio de l’armée le ministre de l’Agriculture Shalom Simhon :

« Les travaillistes ont de plus en plus de difficultés à participer à la coalition gouvernementale dans laquelle ils sont entrés pour relancer le processus de paix avec les Palestiniens. »

 

La coalition dirigée par Benyamin Netanyahou, le chef du parti de droite Likoud, va actuellement de l’extrême droite, incarnée par le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, aux travaillistes du ministre de la Défense Ehud Barak, en passant par les partis religieux comme le Shass. Un attelage bancal qui a déjà menacé plusieurs fois d’exploser.

Ce délicat équilibre politique résistera-t-il à cette crise surgie de l’intérieur de la coalition ? Le parti travailliste, qui n’est déjà plus que l’ombre de l’ancienne formation de David Ben Gourion, qui avait fondé et façonné l’Etat hébreu pendant ses 30 premières années, puis impulsé le processus de paix d’Oslo avec Yitzhak Rabin et Shimon Pérès dans les années 90, pourra-t-il longtemps faire le grand écart entre ses principes affichés et la réalité de ce gouvernement ?

L’éclatement de la coalition risquerait de renvoyer les Israéliens aux urnes, dans un contexte de tension accrue, potentiellement générateur de nouvelles violences. De nombreux observateurs n’excluent pas, en effet, une troisième intifada, après celles de 1987 et de 2000, et dont les récentes échauffourées autour de l’esplanade des mosquées, dans la vieille ville de Jérusalem, pourraient être la préfiguration.

Pour l’administration Obama, l’incident des appartements de Jérusalem-Est ne pouvait moins bien tomber. Le Président américain n’avait pas besoin de cette humiliation publique de la part d’un allié des Etats-Unis alors que ses difficultés de politique intérieure s’accumulent.

L’entrée en scène du vice-président Joe Biden correspondait à une escalade de l’engagement de l’administration, après l’échec des premières navettes de l’émissaire américain George Mitchell. Israël, où Barack Obama ne s’est pas encore rendu depuis son élection, est décidément un écueil de poids pour le Président des Etats-Unis, que de nombreux Israéliens appellent généralement de son deuxième prénom « Hussein » pour bien montrer qu’ils ne l’apprécient pas.

Dessin de Lardon

Retrouver cet article, dans son intégralité, sur le lien suivant :  http://www.rue89.com/2010/03/11/israel-palestine-le-minuscule-espoir-de-paix-en-sursis-142419?page=1

 

A LA UNE

Sarkozy appelé à l’action pour la Palestine par

d’ex-diplomates

Ecrit par Pierre Haski et publié sur le site de Rue89 le 03/03/2010 à 20H04

Un enfant sous un grand drapeau palestinien, pendant une manifestation, en Cisjordanie (Darren Whiteside/Reuters) Photo : un enfant sous un grand drapeau palestinien, pendant une manifestation en Cisjordanie, février 2010 (Darren Whiteside/Reuters)  

C’est une initiative sans précédent : seize ex-ambassadeurs et diplomates de haut rang ont signé une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy pour l’inciter à prendre une initiative afin de débloquer l’impasse des relations israélo-palestiniennes.

L’initiative qu’ils appellent de leurs vœux serait plus ambitieuse que la reprise de négociations indirectes à laquelle travaillent actuellement les Américains, et pourrait déboucher sur la proclamation d’un Etat palestinien en 2011.

Prenant acte du blocage actuel et du risque permanent de violence dans cette région, ils estiment que l’heure est à une initiative « contraignante » :

« Le recours à une résolution contraignante du Conseil de sécurité de l’ONU paraît nécessaire. Cette résolution tracerait le cadre et les objectifs de l’ultime négociation à mener entre les parties sous le contrôle d’une conférence internationale qui veillerait à la mise en œuvre dans des délais déterminés de l’accord à intervenir et des garanties nécessaires. »

 

On est loin du projet américain visant à permettre la reprise de négociations indirectes entre Israël et l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, en laissant de côté les sujets qui fâchent…

Envoyer des casques bleus

Dans leur texte, initialement publié par LeMonde.fr, les diplomates, dont certains ont occupé des postes importants liés au dossier proche-oriental, mettent en avant une autre mesure susceptible de réduire les tensions dans la région :

« Il est en particulier urgent de mettre un terme à l’enfermement dans la bande de Gaza d’une population d’un million et demi de personnes en violation du droit humanitaire international, situation à laquelle il serait possible de remédier par l’envoi de casques bleus aux accès à ce territoire. »

 

Les diplomates soulignent que la France est idéalement placée pour prendre une telle initiative, en s’appuyant sur la position des 27 pays de l’Union européenne, réaffirmée en décembre 2009, en faveur d’un Etat palestinien indépendant ayant Jérusalem-Est pour capitale, et sur la déclaration de Nicolas Sarkozy à la Knesset, le parlement israélien, en juin 2008, affirmant que « Jérusalem a vocation à devenir la capitale de deux Etats ».

Ce que les diplomates ne disent pas, c’est ce qui vient de se passer lorsque le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, s’est dit « tenté » par l’idée de :

« la proclamation rapide d’un Etat palestinien, et sa reconnaissance immédiate par la communauté internationale, avant même la négociation sur les frontières ».

 

Il s’est aussitôt attiré une violente riposte d’Israël, et un « recadrage » plus prudent de l’Elysée qui n’avait visiblement pas été consulté avant la sortie du ministre. Un diplomate qualifie en privé la sortie de Kouchner de « maladroite et précipitée », et donc vouée à l’échec.

Proclamer un Etat palestinien unilatéral

Pourtant, cette idée de proclamation d’un Etat souverain unilatéral reconnu par la Communauté internationale fait son chemin, et, selon l’un des signataires de la lettre, pourrait être une des issues possibles de l’initiative souhaitée par les auteurs de la lettre ouverte.

Elle pourrait être envisagée en 2011, après avoir laissé sa chance à la négociation, et un tel Etat pourrait être reconnu par l’immense majorité des Etats de la planète.

Dans une tribune séparée publiée la semaine dernière par Le Monde, l’un des signataires, Yves Aubin de la Messuzière, ancien directeur du Moyen Orient au Quai d’Orsay, va ouvertement dans cette direction :

« La proclamation unilatérale de l’Etat palestinien à l’échéance de 2011, qui participerait d’une révolution conceptuelle, permettra de déclencher une nouvelle dynamique, un réel processus se séparant de la méthode d’Oslo par l’inversion de la perspective, les négociations devant suivre la création de l’Etat palestinien.

La dissidence de Gaza ne devrait pas être un obstacle, l’histoire du mouvement palestinien étant faite davantage de conciliations que de ruptures. »

 

On en est loin, et la tentative de relance des négociations par l’administration Obama parait bien timide par rapport aux proclamations initiales du président américain. Et rien n’indique, à ce stade, que Nicolas Sarkozy ait l’audace, et la cohérence diplomatique, nécessaires pour faire le saut conceptuel que lui recommandent « ses » anciens diplomates.

Pour retrouver dans son intégralité cet article, cliquer sur le lien suivant :  http://www.rue89.com/2010/03/03/des-ex-diplomates-francais-appellent-sarkozy-a-laction-pour-la-palestine-141329

 

Les clés du futur Proche-Orient

entre les mains d’Obama

Ecrit par Pierre Haski et publié sur le site Rue89 le 01/03/2009 à 23H41

Avec des acteurs locaux aussi antagonistes, seuls les Etats-Unis peuvent débloquer la situation. Explications.

Barack Obama devant le Mur des lamentations, à Jérusalem, le 24 juillet (Jim Young/Reuters) Photo : Barack Obama devant le Mur des lamentations, à Jérusalem, le 24 juillet (Jim Young/Reuters)

La diplomatie a parfois des logiques que la logique a du mal à suivre… Ce lundi, se tient en Egypte une conférence internationale -ça doit être important puisque Nicolas Sarkozy s’y rend- consacrée à la reconstruction de la bande de Gaza. N’aurait-il pas été préférable de réunir d’abord une conférence internationale destinée à empêcher que Gaza soit de nouveau détruite ?

Certes, il faut assurément aider les Gazaouites à se relever, après les dégâts considérables causés par l’opération israélienne Plomb durci au début de l’année : entre 600 millions de dollars selon le FMI et 1,9 milliard selon l’Autorité palestinienne. L’Union européenne a déjà promis 554 millions de dollars, les Etats-Unis 900 millions.

Mais cette conférence n’aurait de sens que si, parallèlement, on réunissait aussi la planète au chevet de la paix et pas seulement pour faire des chèques sans se poser la question de savoir pourquoi il y a eu ces destructions.

D’autant que le non-dit absolu de cette conférence est que les chèques sont établis au nom de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, qui…ne contrôle pas Gaza, toujours sous la férule du Hamas, auquel la Communauté internationale ne parle pas (directement).

Tony Blair, le bien inutile émissaire du Quartet international pour le Proche-Orient, s’est ainsi rendu pour la première fois à Gaza ce weekend sans rencontrer les maîtres du territoire.

Mes questions sont évidemment faussement naïves : il est clair que le climat de la région ne porte pas à la négociation de paix. Même si, y compris au Proche-Orient, le pire n’est jamais sûr, et nul ne peut réellement prédire ce qui sortira de la nouvelle équation régionale qui est en train de se mettre en place.

La droite au pouvoir en Israël

Premier élément de la nouvelle donne : les élections israéliennes de février, et surtout les négociations qui ont été menées pour définir les contours de la coalition autour de Benyamin Netanyahou, le Premier ministre désigné.

Le chef de file du Likoud n’a pas réussi à élargir sa base, et va finalement se retrouver à la tête du gouvernement le plus à droite qu’ait connu Israël en soixante ans d’existence.

Ni Tzipy Livny, leader des « centristes » de Kadima, pourtant arrivée en tête du scrutin, ni les travaillistes d’Ehud Barak, qui ont subi une défaite historique, n’ont accepté de siéger dans un gouvernement qui fait une large place à l’extrême-droite israélienne.Pour Tzipy Livny, citée par le quotidien Maariv :

« Netanyahou ne croit pas au processus de paix et est prisonnier des visions traditionnelles de la droite [hostile à un retrait de Cisjordanie]. Dans ces conditions, la meilleure option est de servir le peuple dans l’opposition. »

Car le vrai vainqueur du scrutin, c’est bien Avigdor Lieberman, le dirigeant d’un parti, Israël Beiteinu (« Israël notre maison ») qui a fait campagne sur le dos des Arabes israéliens dont il a mis en doute le statut au sein d’Israël, et sur l’idée que la guerre de Gaza n’était pas allée assez loin.

Et s’il accepte le principe de deux Etats, c’est en procédant à un charcutage territorial qui échangerait les zones arabes de Galilée contre les grandes colonies juives de Cisjordanie difficilement acceptable pour les Palestiniens.

Ce futur gouvernement de droite a déjà annoncé la couleur : la question palestinienne n’est pas sa priorité autrement que dans sa dimension économique, et il s’assoit sans complexes sur la « Feuille de route » élaborée en 2007 par le gouvernement sortant avec les Etats-Unis et l’Autorité palestinienne, qui n’avait, il est vrai, mené nulle part.

Benyamin Netanyahu met en avant la « menace de l’Iran » plutôt que la nécessité de trouver un accord avec les Palestiniens : ce sera le ciment de sa coalition avec l’extrême-droite et les religieux.

L’inconnue Obama

C’est à Washington que s’est produit l’autre changement majeur, avec, évidemment, l’installation à la Maison Blanche de Barack Obama, soucieux de rétablir l’image de l’Amérique dans le monde arabo-musulman.

Certes, sa priorité est de sauver l’économie américaine de la banqueroute, et deretirer ses troupes d’Irak, comme il vient de le confirmer de manière éclatante. Mais il n’a pas oublié le Proche Orient, en nommant George Mitchell comme émissaire spécial, qui en est déjà à sa deuxième visite dans la région.

Mitchell tranche avec la position américaine classique d’alignement systématique sur le gouvernement israélien, qu’incarne beaucoup plus, par exemple, la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton.

Il est ainsi l’auteur d’un rapport sur le déclenchement de la deuxième Intifada, en 2000, dans lequel il préconisait le gel des colonies de Cisjordanie, y compris de leur « croissance naturelle », ce qui avait agacé en Israël.

Quelle sera la marge de manoeuvre de George Mitchell ? Il est encore trop tôt pour le dire, même si le nouveau président américain semble bien conscient de l’impact positif qu’aurait un règlement au Proche-Orient sur l’ensemble des problèmes du monde. Cela peut-il aller jusqu’à un clash avec le gouvernement de Netanyahou, qui a visiblement un autre agenda ?

Le Hamas incontournable

Troisième élément de la nouvelle donne : la position du Hamas, le mouvement islamiste palestinien, qui est sorti de la guerre de Gaza affaibli militairement, mais tout aussi fort sinon renforcé politiquement. Ce n’est pas le moindre paradoxe de cette guerre de janvier, dont les Israéliens sont les seuls à penser qu’elle a été un grand succès.

Dans une tribune publiée ce weekend dans Haaretz, Shaul Arieli, l’un des signataires de l’Intiative de paix israélo-palestinienne de Genève, va même jusqu’à écrire que « les Israéliens ont voté pour le Hamas », en mettant au pouvoir Beyamin Netahyahou et ses alliés de droite. Il estime qu’en l’absence de perspective de paix, le Fatah de Mahmoud Abbas ne survivra pas dans sa modération actuelle, et disparaîtra ou sera absorbé dans une alliance avec le Hamas.

Le Hamas est en effet incontournable, comme le montre le simple fait que, de nouveau, des discussions ont eu lieu ces derniers jours au Caire pour favoriser l’émergence d’un gouvernement d’union nationale entre Fatah et Hamas, et même pour négocier une entrée du Hamas au sein de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), la maison commune des nationalistes palestiniens, dont il s’était tenu à l’écart depuis sa création en 1987.

Sur le terrain, les Islamistes ont effectué des purges à Gaza, soupçonnant les partisans du Fatah d’avoir prêté main forte aux Israéliens pendant leur offensive, et renforcent leur emprise par un subtil mélange de terreur et d’aide sociale qui leur a réussi jusqu’ici.

Comme le redoutent les pacifistes israéliens, ils seront les principaux bénéficiaires de l’absence de perspective de paix, faute d’avoir au moins tenté de les inclure dans une logique positive qui testerait leur supposé « pragmatisme ».

L’absence de volonté politique

Tout se met donc en place pour cette nouvelle phase. Et avec des acteurs aussi éloignés que le futur gouvernement israélien ou le Hamas, le seul espoir d’avancer réside dans l’attitude qu’adopteront les Etats-Unis. Ils sont les seuls, en effet, à avoir la capacité de peser sur Israël et ses voisins, s’ils en ont la volonté politique.

Obama peut-il tordre le bras d’Israël ? C’est, au bout du compte, la véritable inconnue de cette équation.

Il y a quelques semaines, l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, rapportait dans son tchat sur Rue89 une conversation qu’il avait eue avec Henry Kissinger, l’ancien grand architecte de la diplomatie américaine. Kissinger lui avait dit :

« Tout le monde sait comment résoudre le conflit du Proche-Orient, la seule chose qui manque, c’est la volonté politique. »

Cette volonté politique existe-t-elle cette fois à Washington ? Ce sera l’un des tests les plus difficiles pour Barack Obama, qui, pourtant ne manque pas d’obstacles.


Immigration légale : Parisot prend ses distances avec Guéant. Avec Guéant, les Sarkozy auraient-ils pu immigrer en France ? Va-t-on répondre à notre promesse d’aide aux peuples tunisiens et libyens ? Et La France saura-t-elle continuer à la figure de proue de la terre des droits de l’homme et du citoyen ?

Publié le

9 avril 2011, 13h46

UMP : objectifs 2012

La présidente du Medef met en garde contre un pays qui se fermerait et plaide pour une immigration légale raisonnable. Elle ne prend donc pas la même direction que Claude Guéant qui veut « limiter l’immigration légale ».

Laurence Parisot, présidente du Medef

Laurence Parisot, présidente du Medef SIPA

Laurence Parisot, la présidente du Medef, a mis en garde vendredi contre les dangers « d’un pays qui se ferme ». « Rester un pays ouvert est une nécessité. Nous sommes pour l’immigration en général car elle est source de richesses et d’ouverture », a-t-elle affirmé en marge du « B8 » à Paris, la réunion des  patrons des pays du G8. Sans remettre en cause les propositions du ministre de l’Intérieur dont elle ne connaît pas « le contenu exact », elle a expliqué lors d’une conférence de presse que « l’immigration liée au travail » ne représentait « chaque année en France (…) que 20.000 personnes. » Un chiffre en deçà des estimations du ministère de l’Intérieur.

Le ministre de l’Intérieur, Claude Géant, dans l’interview du Figaro Magazineassure lui que : « pour assurer sa cohésion, vivre paisiblement, dans le respect de ses propres principes, une société a besoin d’une régulation de l’immigration, explique le ministre de l’Intérieur. (…) J’ai demandé que l’on réduise le nombre de personnes admises au titre de l’immigration du travail. Et nous allons continuer à réduire le nombre d’étrangers venant en France au titre du regroupement familial. »

Dans les faits, le nombre d’immigrés pour motif économique devrait, selon le vœu de Guéant, passer de 31.000 par an à 20.000. Le nombre d’immigrés au titre du regroupement familial devrait lui aussi être revu à la baisse. Selon les chiffres de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), l’immigration pour motif familial a chuté de 10% en France entre 2005 et 2010.Les propositions de Claude Guéant semblent, en tous les cas, en contradiction avec la réalité.

Certes, le nombre d’immigrés légaux en France a augmenté de 9,2% en France entre 2005 et 2010. Mais cette augmentation est surtout dû à l’afflux d’étudiants étrangers dont le nombre a progressé de 47% en cinq ans. A l’inverse, le nombre d’immigrés pour motif familial, comme le nombre de réfugiés, ont tous les deux baissé, respectivement de 10,9% et de 29,6% (chiffre de l’Offi).

8 avril 2011, 17h00

Avec Guéant, les Sarkozy auraient-ils pu immigrer en France ?

Le ministre de l’Intérieur a annoncé vendredi dans une interview au Figaro Madame qu’il comptait prendre les mesures nécessaires pour réduire l’immigration légale en France.

Claude Guéant et Nicolas Sarkozy

Claude Guéant et Nicolas Sarkozy SIPA

Claude Guéant ne s’en cache pas. Il ne l’a jamais fait depuis son entrée place Beauvau. Il est « le méchant de service » de Nicolas Sarkozy, comme l’a surnommé Jean-Christophe Martin sur France Info vendredi matin.

A droite toute !

Laïcité. Sentiment des Français de « ne plus être chez eux ». Sécurité. Immigration. Depuis plusieurs semaines, l’ancien secrétaire général de l’Élysée a multiplié les déclarations subversives. Avec ses mots naît la polémique, invariablement. La droite décomplexée, volume 2.  Guéant est devenu la figure de proue d’une politique dure et affirmée et, sous son égide, l’UMP tente de ramener dans le giron républicain les brebis égarées du Front national.

Ses propos accordés au Figaro Madame vont dans ce sens. Claude Guéant y parle de laïcité, quelques jours après le débat organisé par le parti majoritaire sur le sujet. Il évoque surtout la problématique de l’immigration, ramenée à l’ordre du jour un an à peine avant la prochaine élection présidentielle. « Pour assurer sa cohésion, vivre paisiblement,dans le respect de ses propres principes, une société a besoin d’une régulation de l’immigration, explique le ministre de l’Intérieur. (…) J’ai demandé que l’on réduise le nombre de personnes admises au titre de l’immigration du travail. Et nous allons continuer à réduire le nombre d’étrangers venant en France au titre du regroupement familial. »

9,2 % d’immigrés légaux en France

Dans les faits, le nombre d’immigrés pour motif économique devrait, selon le vœu de Guéant, passer de 31.000 par an à 20.000. Le nombre d’immigrés au titre du groupement familial devrait lui aussi être revu à la baisse. Selon les chiffres de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), l’immigration pour motif familial a chuté de 10% en France entre 2005 et 2010. Les propositions de Claude Guéant semblent, en tous les cas, en contradiction avec la réalité.

Certes, le nombre d’immigrés légaux en France a augmenté de 9,2% en France entre 2005 et 2010. Mais cette augmentation est surtout dû à l’afflux d’étudiants étrangers dont le nombre a progressé de 47% en cinq ans. A l’inverse, le nombre d’immigrés pour motif familial, comme le nombre de réfugiés, ont tous les deux baissé, respectivement de 10,9% et de 29,6% (chiffre de l’Offi).

La fin de l’ « immigration choisie » ?

Dans l’esprit de Guéant, l’immigration pour motif économique devrait cependant avoir moins d’avenir en France. Une position en contradiction avec celle de Jean-François Copé et de Christine Lagarde. Selon la ministre de l’Économie, l’immigration légale « doit être protégée et sécurisée ». Les mots du ministre de l’intérieur sont aussi en contradiction avec Nicolas Sarkozy qui, dès 2005, faisait la promotion de l’ « immigration choisie ».

On pourrait d’ailleurs se demander, avec une grande ironie, si avec les mesures qu’entend mettre en place Claude Guéant, le père de l’actuel chef de l’État, Pal Sarközy Nagy-Bocsa, aurait pu rester en France ou obtenir la nationalité française. Pour l’histoire, Pal Sarközy n’avait que 20 ans lorsqu’il a fui la Hongrie, en proie au stalinisme. Comme il le détaillait en mars 2010 à Paris-Match, il a alors cumulé les petits boulots, : peintre portraitiste, vernisseur de films, livreur ou encore boxeur. Ce n’est qu’en 1975, à l’age de 47 ans, qu’il obtient la nationalité française… Autre temps, autre mœurs ?

PEOPLE-MATCH | SAMEDI 27 MARS 2010

PAL SARKOZY, LA MÉMOIRE DU CLAN

Pal Sarkozy, La mémoire du clan

Dans leur appartement de Levallois-Perret sur l’île de la Jatte, Pal Sarkozy, avec sa quatrième épouse, Inès. De nombreux tableaux témoignent de la passion du père du président pour la peinture. | Photo Philippe Petit

A VOIR AUSSI

A LIRE AUSSI

LIENS GOOGLE

Paru dans Match

Le père du président de la République publie ses souvenirs, l’itinéraire extraordinaire d’un jeune immigré arrivé en France à 20 ans. Sans papiers.

Interview Caroline Pigozzi – Paris Match

Il reconnaît sans façon que son nom lui a largement ouvert, surtout à l’étranger, les portes des galeries de peinture où il expose régulièrement. Pal Sarkozy, bientôt 82 ans, est un aventurier au franc-parler. Ses Mémoires, écrits en collaboration avec Frédérique Drouin (éd. Plon), portent un titre ­éloquent, « Tant de vie ». Issu de la noblesse terrienne hongroise, Pal Sarközy de Nagy-Bocsa a fui le communisme à 20 ans pour s’installer à Paris où il exercera plusieurs petits métiers avant de s’imposer comme publicitaire. Soixante années après son arrivée clandestine dans la capitale, il a vu son fils Nicolas être élu à la charge ­suprême. Marié quatre fois, père de cinq enfants de deux unions différentes, fier de sa vie et du destin de sa famille, Pal Sarkozy avoue qu’il partage avec son fils de président un même besoin et désir de plaire.

Paris Match. Pal Sarkozy, pour nous, vous êtes d’abord le père du chef de l’Etat.
Pal Sarkozy. J’en suis heureux. Surtout pour lui, car il en rêvait depuis longtemps et je n’aurais ­jamais pensé qu’il entrerait un jour à ­l’Elysée. Quelle fierté, pour un ­immigré hongrois réfugié, ayant passé sa première nuit à Paris le 2 décembre 1948 sur la bouche du métro station Wagram, apatride et qui n’aura son passeport français qu’en 1976, de voir soixante années plus tard l’un de ses fils devenir président de la République ! Avec Napoléon, c’est la seule fois dans l’histoire de France, que la première génération devenue française accède au poste suprême.

Jeune, Nicolas Sarkozy, était-il déjà ambitieux ?
Très. Comme tous les Sarkozy, il voulait absolument réussir.
C’est son grand-père maternel, le Dr Mallah, urologue et grand ­amateur d’art, un Juif grec né à ­Salonique, converti au catholicisme lors de son mariage, et dont ­Nicolas était très proche, qui lui a donné le sens de l’Etat. Dès l’âge de 13 ans, il l’emmenait voir le défilé du 14-Juillet. C’est ainsi que, très tôt, en première ­année de droit, Nicolas s’est mis à faire de la politique à la faculté. Vous connaissez la suite…

Parlez-moi de vous maintenant…
J’aurai 82 ans le 5 mai prochain. J’ai quitté Budapest, où je suis né, pour venir ici à l’âge de 20 ans. Le régime stalinien se durcissait, et je ne voulais pas aller faire mon service militaire en ­Russie. J’ai commencé par exercer des petits métiers : peintre portraitiste, vernisseur de films, livreur, boxeur, employé affecté aux surfaces corrigées chez un architecte. J’ai alors rencontré Andrée Mallah, qui se faisait appeler “Dadue” car elle ­détestait son prénom et, en 1950, nous nous sommes mariés. Après avoir été stagiaire de Frisca, un grand directeur artistique de l’époque, qui m’a appris la publicité, je me suis lancé dans le métier. J’ai travaillé pour Oréal notamment – on ne disait pas encore le L’ – à la conception de l’emballage Monsavon, puis chez ­Boussac et chez Elvinger, une importante agence de publicité, avant d’ouvrir le Studio Sarkozy de création publicitaire et de lancement de produits, ainsi que Photos Rachel, installées avenue Rachel, dans le XVIIIe arrondissement.

Une intégration difficile ?
Avant cela, je n’avais voyagé qu’en Autriche. Par ailleurs, les codes chez nous semblaient ­désuets par rapport aux vôtres, il y avait bien un siècle d’écart entre les deux. Les règles sociales n’avaient rien à voir non plus, et il m’a fallu une bonne année pour comprendre les clés du système parisien. N’oubliez pas que je suis issu d’un milieu protégé de la ­petite noblesse de Szolnok, les ­Sarközy de Nagy-Bocsa, et qu’ayant deux frères de quatre et huit ans plus âgés que moi, j’avais été élevé en fils unique.

Avec, toutefois, un esprit ouvert et moderne ?
Vous insinuez que j’ai fait en France ce qui eût été impossible en Hongrie ? C’est vrai, j’ai recomposé quatre fois ma famille… Mon problème est que ma nature sentimentale et ma sincérité de cœur m’ont entraîné à me marier chaque fois que je suis tombé amoureux, ou presque… De toute façon, je n’étais pas tellement sensible aux conventions puisque, au début, je ne connaissais personne. Il eût été ­impensable, je l’avoue, d’agir ainsi, tout comme de faire carrière dans la publicité en Hongrie.

Un proverbe prétend que les chiens font rarement des chats…
Vous voulez me faire dire que le désir de plaire serait héréditaire ? Je le reconnais mais, pour ma part, on m’a plus séduit que le contraire. Ce besoin doit être dans notre sang puisque je suis arrivé seul en France et qu’il y a, aujourd’hui, une trentaine de ­Sarkozy, entre mes cinq enfants [quatre garçons et une fille de deux mariages différents], mes belles-filles qui ont naturellement toutes gardé mon nom en divorçant – je ne compte pas là les pièces rapportées –, et moi qui me suis, je le répète, marié quatre fois. Mais je continue d’avoir de bons rapports avec Marie-Dominique, la première femme de Nicolas, et avec Cécilia qui m’envoie encore ses vœux. Lors des fêtes d’anniversaire et de Noël, j’essaie de réunir tout le monde : mes enfants, tous très solidaires entre eux, mes ­anciennes femmes, mes ex-belles- filles, les actuelles, mes treize ­petits-enfants. La prochaine fois, il y aura en plus mon arrière-petit-fils, Solal. C’est l’occasion de nous retrouver en famille, car il est ­difficile d’harmoniser les agendas des uns et des autres. C’est plus joyeux que de renier ou de regretter le passé !

Vous, le patriarche, qu’avez-vous enseigné à vos descendants ?
Moi qui ai appris quatre langues en dehors de celle maternelle – l’allemand, l’anglais, l’espagnol et le français – et qui, à la demande de mon premier beau-père, ai francisé mon prénom en Paul, j’ai surtout expliqué à mes enfants la valeur du travail et leur ai donné l’esprit d’indépendance. François a fait ses études de médecine comme souvent chez les fils d’émigrés, ­Nicolas a suivi l’exemple de sa mère en devenant avocat, ­Guillaume a voulu être ingénieur [Ecole spéciale des travaux publics], ­Olivier a souhaité devenir banquier chez Carlyle à New York et Caroline a fait une carrière d’architecte d’intérieur, mais c’est avant tout le fruit de leur vocation personnelle et je n’y suis pas pour grand-chose. Je leur ai juste répété combien il était important d’acquérir la liberté. Les aînés ont par ailleurs été éduqués au cours Saint-Louis, dans le VIIIe arrondissement, une école religieuse très chic, pour faire plaisir à mes beaux-parents et à Dadue.

Quelles sont les caractéristiques de Nicolas Sarkozy ?
Il est incroyablement travailleur avec un tempérament très compétitif, doté d’une mémoire extraordinaire qui retient tout, même les chiffres, et c’est un orateur de grand talent. Il est aussi très courageux physiquement. Jeune, c’était un cavalier impé­tueux qui aimait l’équitation au point de vouloir dormir dans le box avec les chevaux. On devinait déjà son caractère déterminé, mais il a été tellement impressionné par Christopher Reeve, devenu ­tétraplégique en 1995 à la suite d’une chute de cheval, qu’il a alors, du jour au lendemain, cessé de monter à cheval. En privé, il est cha­leureux et gentil, même s’il parle essentiellement de lui. Mais moi aussi, je parle beaucoup de moi ! Il est parfois coléreux et pas toujours très à l’heure. Petit détail amusant, très gourmand, il adore le chocolat. Mais comme il a ­tendance à grossir, il fait ­extrêmement attention et est perpétuellement au régime alors que moi, je mange du chocolat tout le temps. Dans le passé, nous avons eu des hauts et des bas, c’est inévitable, on s’est engueulés sur ses études, ses sorties… Je ne voulais pas discuter car les jeunes de ma génération devaient obéir avant tout, c’était cela, l’autorité.

Etes-vous un homme heureux ?
J’ai vécu intensément et beaucoup aimé mon métier. J’ai toujours eu des idées. Alors responsable du relooking d’une marque, j’inventais de nouveaux produits, par exemple le premier antirides solaire de ­Biotherm, au début des années 70. La peinture m’apporte aussi beaucoup de joie. A ma retraite, à 76 ans j’ai recommencé, à tenir un pinceau.

La vie est-elle devenue plus facile le 6 mai 2007 ?
Bien sûr, les gens sont tous devenus très aimables avec moi. Lorsque je réserve dans un restaurant, on me donne toujours la meilleure table. J’ai aussi plus de facilité à exposer les tableaux que je peins avec Werner Hornung, surtout à l’étranger où les portes s’ouvrent sans que j’aie maintenant à m’occuper de rien. Ainsi vais-je bientôt exposer à la Fondation Salvador-Dali de Bruges. Après Budapest, j’ai actuellement une exposition au Caire. Six autres sont d’ores et déjà pro­grammées avant la fin de l’année, dont une à l’Espace Cardin, en face de l’Elysée, qui commence le 24 avril. Nicolas et Carla m’ont annoncé qu’ils viendraient le soir de l’inauguration.

Un hasard, notre magazine ­semble avoir joué un rôle clé dans votre existence !
Mathyi ­Polakovics dit Paul Mathias, alors grand reporter à Paris Match, a été mon premier ami lorsque je suis arrivé dans l’Hexagone. Je l’avais connu en Hongrie, à l’âge de 6 ans. A Paris, il était proche de tout le monde. C’était lui qui avait ramené de Hongrie Jean-Pierre Pedrazzini, votre ­photographe fauché pendant l’insurrection hongroise de 1956, et qui mourut deux jours après à l’hôpital, à Paris. Mathias me fascinait car il me racontait des histoires extraordinaires sur les Kennedy et sur le Shah d’Iran. Personnage flamboyant et merveilleux, Mathias a aussi été mon témoin lorsque j’ai épousé Dadue en 1950.

Etes-vous prêt pour de nouvelles aventures ?
J’ai mené une vie riche d’aventures, d’événements, de rebon­dissements. J’ai également beaucoup aimé les femmes. Et les enfants, surtout lorsque je les voyais grandir, que je pouvais leur enseigner des choses et en apprendre d’eux, en les observant. J’aime aussi les animaux de ferme, les chiens, car, dans mon pays natal, il y en avait beaucoup autour de nous. Maintenant, je prends l’existence au second degré, mais toujours avec bonheur et philosophie, sans illusion sur les autres ni sur moi-même. A 82 ans, je sais que le rideau risque de tomber à tout moment !

« Tant de vie », de Pal Sarkozy, avec la collaboration de Frédérique Drouin, éd. Plon. Point final

 

 

Copé – Fillon, rien ne va plus

Le secrétaire général de l’UMP a une nouvelle fois attaqué le Premier ministre. Entre les deux hommes forts du parti majoritaire, la guerre est désormais ouverte, chacun tentant de tuer l’autre politiquement.

Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP

Jean-François Copé, le secrétaire général de l’UMP SIPA

Il ne s’agit encore que de bruits d’alcôve mais les petites phrases sont reprises avec une telle facilité qu’on peut douter d’une réelle volonté de les garder secrètes. On pouvait également penser que la fin du débat sur la laïcité mettra fin aux batailles internes et que les dirigeants de l’UMP, à l’approche de l’élection présidentielle, oublieraient leurs querelles pour se concentrer sur l’essentiel. Mais le mal est plus profond et la guerre est bien ouverte entre Jean-François Copé et François Fillon.

Mercredi, Le Parisien / Aujourd’hui en France révèle une petite phrase lâchée par le secrétaire général de l’UMP. Sa maison brûle, étirée entre les partisans d’une politique très à droite et ceux qui voudraient injecter un peu plus de social dans cette politique gouvernementale; mais Copé n’éteint pas l’incendie. « Je n’oublierai jamais ce que Fillon m’a fait, a-t-il commenté. Sarkozy non plus. » Une nouvelle attaque à l’adresse du Premier ministre de la part du secrétaire général du parti majoritaire. Cela commence à faire beaucoup et donne du grain à moudre aux opposants de l’UMP.

« Vous croyez que je vais aider Fillon ? Ça m’étonnerait »

Cet affrontement de colonels n’est sans doute pas la cause des errements de Nicolas Sarkozy dans les sondages. Mais il en est l’une des conséquences. La défaite programmée de l’actuel chef de l’État lors de la prochaine présidentielle aura réveillé les ambitions et si Jean-François Copé n’a jamais caché la sienne pour 2017, François Fillon paraît lui aussi vouloir investir le Palais.

Son positionnement est connu, comme il l’a prouvé lors du débat sur la laïcité. Copé aura parlé de « posture » à son égard mais le fait est là : Fillon est de ceux qui veulent recentrer la politique du gouvernement quand Copé ne veut pas laisser de zone blanche au Front national. La frange modérée de l’UMP apprécie le discours du Premier ministre et certains souhaitent, sans l’avouer, que l’actuel Premier ministre se présente à la place de Nicolas Sarkozy en 2012.

Copé s’imaginait attendre tranquillement 2017 pour prendre sa fonction présidentielle. Et voici qu’un Premier ministre s’invite dans la danse et perturbe la destinée du secrétaire général de l’UMP… Il n’en fallait pas plus pour que Jean-François Copé n’aiguise ses couteaux et ne se prépare au combat. Lui qui reprochait à Fillon, sur le plateau du Grand Journal, de ne pas « jouer collectif » pourrait se prononcer en faveur deRachida Dati dans l’attribution de la deuxième circonscription de Paris pour les législatives de 2012, une circonscription également souhaitée par Fillon. « Vous croyez que je vais faire quoi ? Que je vais aider Fillon ? Ça m’étonnerait », aurait-il dit selon Le Parisien. L’Élysée, pour sa part, reste silencieux. A croire que Sarkozy apprécie ce spectacle d’anthropophages, où ses héritiers proclamés se dévorent.

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :