Archives de Tag: CAMPUS 2011

Post-CAMPUS 2011 de l’UMP

Chantal Jouanno (left) and François Fillon (ri...

Image via Wikipedia

 “A te regarder, ils s’habitueront“,
RenéChar
Zaer Belkalai
@Zaer79Zaer Belkalai
Zaer Belkalai

@Zaer79Zaer Belkalai
@JeunesActifsUMP Marseille : Clôture du Campus UMP 2011citizenside.com/fr/photos/poli… #jeunesump #ump

Mentionné dans ce Tweet

  • JeunesActifsUMP
    JeunesActifsUMP Jeunes Actifs UMP
    Page des Trentenaires de l’UMP sur twitter
 Marseille : Clôture du Campus UMP 2011

Le Premier ministre a clôturé ce dimanche le campus du parti majoritaire à Marseille avec la ferme intention de rassembler la majorité autour d’un projet et d’un homme.

Jean-François Copé est tout sourire, dimanche matin, au premier rang de la plénière de clôture du campus de l’UMP. À ses côtés, François Fillon qui a effectué durant la nuit une visite surprise dans un commissariat de police des quartiers nord de Marseille.

Juppé, Guéant, Hortefeux, Larcher, Bachelot, Alliot-Marie, Bertrand, Pécresse, Gaudin ou encore Baroin et Le Maire : la plupart des poids lourds de la majorité sont là.

Le message est clair : tandis qu’à Paris l’ambiance est à l’effervescence avec le retour de DSK chez lui, place des Vosges, à Marseille l’UMP lance la campagne.

Mentionné dans ce Tweet

  • auroreberge
    auroreberge Aurore Bergé
    Aurore Bergé, sarkozyste, Pécressiste //chargée de mission UMP de la fédération des Yvelines //

Le CAMPUS 2011, comme si vous y étiez, aux Universités d’été de l’UMP – prenez la température de la rentrée de la Majorité. Maï Salaün

Nathalie Kosciusko-Morizet a saint georges du bois

Image via Wikipedia

Merci à tous pour ces 3 jours !
Retrouvez toutes les vidéos et les photos du #campusump sur dailymotion.com/ump et
Discours d’ouverture du Campus UMP par Fabrice Durand, Responsable des Jeunes des Bouches-du-Rhône (2 septembre 2011). cliquer sur le lien suivant : http://www.dailymotion.com/video/xkuqxy_ump-fabrice-durand-discours-d-ouverture-du-campus_news
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et Conseillère politique, lors de la plénière sur « Les Valeurs » lors du CAMPUS 2011  le 3 septembre 2011.
   Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Benjamin Lancar, Président des Jeunes Popoulaires, lors de la plénière sur « Les Valeurs » (3 septembre 2011).
  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Plateau de la TV Campus animée par les Jeunes Actifs (3 septembre 2011).
  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Roger Karoutchi, Secrétaire national en charge de l’Animation militante et des adhésions, lors de la plénière sur « Les valeurs » (3 septembre 2011).
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Marc Laffineur, Secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et Conseiller politique, lors de la plénière sur « Les Valeurs » (3 septembre 2011).
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Intervention de Frédéric Lefèbvre, Secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des PME, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation et Conseiller politique, lors de la plénière sur « Les Valeurs » (3 septembre 2011).
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Jean-Pierre Raffarin avec un échange avec la salle du CAMPUS 2011 de l’UMP.
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention lors de la Plénière sur la crise financière et économique (3 septembre 2011). http://www.dailymotion.com/video/xkv12p_pleniere-sur-la-crise-financiere-et-economique_news
Les Echos @LesEchosLes Echos
Budget : « Rien n’est tabou et rien n’est abandonné », dit Fillon dlvr.it/k61T0
04/09 | 13:40

Sur le Budget :

« Rien n’est tabou et

rien n’est abandonné« ,

dit François Fillon

François Fillon s’est déclaré dimanche prêt à voir son plan de réduction des déficits publics amendé mais à condition que le volume global des efforts demandés et leur équilibre ne soient pas remis en cause.
Le Premier ministre concluait à Marseille les universités d’été de l’UMP, dont la première journée a été troublée vendredi par le bras de fer entre le sénateur Jean-Pierre Raffarin et le président Nicolas Sarkozy sur un projet d’augmentation de la TVA sur les droits d’entrée des parcs à thème.
Selon Jean-Pierre Raffarin, le chef de l’Etat a finalement renoncé à cette mesure, qui devait rapporter à l’Etat 90 millions d’euros, sur les 12 milliards prévus par le plan de rigueur de François Fillon en 2011 et 2012. (voir ).
La ministre du Budget, Valérie Pécresse, confiait samedi soir en marge de l’université d’été de l’UMP que des mesures de remplacement seraient étudiées dans le cadre du débat parlementaire.
« Le temps est maintenant au débat parlementaire », a confirmé dimanche le Premier ministre.
« Rien n’est tabou et rien n’est abandonné », a-t-il cependant poursuivi en présence de Jean-Pierre Raffarin, assis au premier rang. « Le gouvernement est ouvert aux critiques et aux amendements, à condition qu’ils ne mettent pas en cause le volume des efforts ni leur équilibre. »
« La consommation, la compétitivité des entreprises et le pouvoir d’achat des plus modestes ne doivent pas être mis en cause par les ajustements qui seront proposés. »
Dans une pique à l’adresse de l’ancien Premier ministre, il a fait valoir que ce n’était pas en « empruntant les slogans de la gauche » que la majorité résoudrait les problèmes financiers du pays.
Jean-Pierre Raffarin avait estimé que l’augmentation de 5,5% à 19,6% de la TVA sur les parc à thème était une « erreur sociale » qui pénaliserait « des gens qui ne partent pas forcément en vacances ».

Nouvel Observateur @LeNouvelObs Nouvel Observateur
Carnet de campus – Prière de suivre les éléments de langage à l’UMP bit.ly/rnHMR3

Carnet de campus –

Prière de suivre les éléments

de langage à l’UMP

Publié le 02-09-11 à 15:18    Modifié le 04-09-11 à 13:43     par Julien Martin     105 réactions

Petites phrases, grands débats, indiscrétions…

Revivez en direct les coulisses du Campus UMP.

La salle du Campus UMP à Marseille (Julien Martin - Le Nouvel Observateur)La salle du Campus UMP à Marseille (Julien Martin – Le Nouvel Observateur)

DIMANCHE 4 SEPTEMBRE 2011

12h30. Ce qu’il faut dire…

Les éléments de langage à l’UMP sont légion. Tellement que le parti de la majorité ne se cache plus pour les distribuer. A Marseille, un document dénommé « Argus flash campus » est en libre-service pour les militants. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est respecté à la lettre.

Premier exemple : l’UMP a pour objectif de « protéger la France et les Français ». Chacun des tribuns n’a de cesse de le répéter. « La République qui protège » est aussi le slogan qui figure au fronton de la salle principale.

Sur la « règle d’or », élus et militants sont priés de suivre le mot d’ordre déjà lancé depuis plusieurs jours par Jean-François Copé : si les socialistes refusent de la voter, c’est en raison de leur « immaturité ».

D’ailleurs, c’est désormais bien connu, le PS a un projet, mais « la crise financière mondiale fait éclater au grand jour son absence de crédibilité ». Variantes : il est d’ors et déjà « caduc », les candidats à la primaire « s’en démarquent »…

La communication est cadrée. Une nécessité pour permettre à l’UMP d’afficher son unité. Dimanche, Jean-François Copé a toutefois autorisé une autre source d’inspiration : « Ségolène Royal a fait coup double en invitant à regarder ‘la hausse de la fiscalité depuis 2004 à Lille’ et en rappelant que la Corrèze est le département le plus endetté de France’. Martine Aubry et François Hollande ont apprécié… C’est désormais Ségolène Royal qui va nous donner les fiches techniques ! »

11h45. Apparu à la porte

Tous les membres du gouvernement présents dimanche au Campus UMP ne sont pas forcément au premier rang, à écouter les discours des ténors de la majorité. Benoît Apparu est même resté devant la porte tout au long de l’allocution de Jean-François Copé.Le secrétaire d’Etat au Logement a préféré discuter avec les journalistes et les quelques élus qui l’imitaient. Il ne s’est dirigé vers la salle qu’au début du discours de François Fillon…

11h00. Et les forains ?

Pas sûr que l’abandon de la hausse de la TVA pour les parcs à thème soit définitive. Sébastien Huyghe, député UMP du Nord, déplore que Jean-Pierre Raffarin l’ait réclamée avec sa « casquette d’élu local » vissée sur la tête. Suivez son regard vers le Futuroscope, dans la Vienne, département de l’ex-Premier ministre.

Sébastien Huyghe ne veut pas voir perdurer « une inégalité injustifiée » entre « les forains taxés à 19,6% et les parcs à thèmes à 5,5% ». Et n’exclut pas « un retour de la mesure dans l’hémicycle » de l’Assemblée nationale.

SAMEDI 3 SEPTEMBRE 2011

18h30. Revue de presse sélective

Au Campus de l’UMP, les journalistes sont choyés. Des articles sont même proposés à l’entrée de la salle de presse. Enfin certains articles. On trouve ainsi une interview de Jean-François Copé, publiée vendredi dans La Provence et intitulée « Copé sonne le grand rassemblement à Marseille ».

En revanche, aucune trace de l’article publié ce samedi par le même quotidien local. Intitulé« Campus à Marseille : l’unité de l’UMP mise à mal », il y est question de « colère », de « couac », de « grogne », de « violente charge » et autres « dissonances ». Etrange sélection… Mais pas de panique, vous pouvez le lire en cliquant ici.

17h45. Le gros chien Raffarin

Bruno Le Maire a réussi le tour de force de réunir en une seule phrase les deux actualités du Campus UMP : le refus de Jean-Pierre Raffarin d’augmenter la TVA pour les parcs à thème et l’impossibilité médicale de Jacques Chirac de se rendre à son procès.

Le ministre de l’Agriculture et délégué général au projet de l’UMP, très en verve : « Jacques Chirac disait souvent : ‘Les niches fiscales, c’est très sympathique, mais dans chaque niche il y a un gros chien !’ »

16h30. Copé en connaît un rayon

A côté des limonadiers et autres balles anti-stress, on trouve aussi des livres sur les stands du Campus UMP. Certains ont été apportés par les auteurs eux-mêmes (on n’aura pas le droit de savoir lesquels), pour les autres l’UMP s’en est chargée. Tous ont en tout cas été écrits par ou sur des élus de la majorité.

Et au petit jeu de qui vend le mieux, c’est Jean-François Copé avec « Un député, ça compte énormément » qui l’emporte pour le moment. Remarquons quand même que c’est le plus exposé, ce qui n’est pas sans aider…

Le relevé des ventes indique que le secrétaire général de l’UMP arrive devant « Le Roman d’une ascension » de Marco Pirrone, qui relate les 889 jours de marche de Nicolas Sarkozy vers l’Eylsée en 2007, et « Le Monde qu’on leur prépare », livre d’entretiens croisés entre Luc Chatel et Jean-Pierre Chevènement. Qui veut acheter « Le Mieux et l’ami du bien », de Frédéric « Zadig et Voltaire » Lefebvre ?

15h30. Pas touche à la fortune de Dassault !

L’appel des riches français, très peu pour lui. Il en est un qui refuse d’être taxé davantage, même pour se donner bonne conscience. Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit de Serge Dassault, sénateur UMP de l’Essonne, propriétaire du Figaro et surtout du Groupe Dassault spécialisé dans l’aviation. Selon le magazine américain Forbes, il est le 89e homme le plus riche du monde, avec une fortune estimée à plus de 7,6 milliards de dollars.

C’est peu dire que Serge Dassault n’a pas goûté la contribution exceptionnelle annoncée par le gouvernement, visant à taxer à hauteur de 3% les revenus annuels supérieurs à 500 000 euros. Il ne s’est pas gêné pour le dire au Nouvel Observateur, ce samedi après-midi, au Campus UMP à Marseille : « Ca ne sert à rien, ce n’est pas comme ça qu’on va régler le problème du déficit. C’est idiot et nul ! »

Il faut dire que la mesure ne devrait rapporter à l’Etat que 200 millions d’euros sur les 12 milliards d’économies prévus. L’industriel et élu UMP souhaite-t-il une contribution plus élevée ou pérenne ? « Encore moins ! Les gens qui créent des emplois vont s’en aller et les emplois avec. On ferait mieux de supprimer la prime pour l’emploi, on économiserait beaucoup plus d’argent ! » Si même les riches à l’UMP commencent à se disputer…

15h00. L’UMP vote (plutôt) Valls !

La fédération UMP des Bouches-du-Rhône a beau appeler à voter Arnaud Montebourg à la primaire socialiste (voir plus bas), le parti majoritaire semble beaucoup plus proche des idées de Manuel Valls.

D’une en particulier, qui figure en tête des propositions contenues dans le projet des Jeunes Pop : « Responsabiliser les jeunes en établissant la majorité pénale à 16 ans, mais aussi la majorité civile et électorale. » Comme le député-maire d’Evry (Essonne).

Et les « grands » de l’UMP ne pensent pas différemment. Un des responsables du projet pour 2012 n’hésite pas à confier : « Si je devais voter à la primaire socialiste, je voterai pour Manuel Valls ! » Voilà qui devrait le ravir…

VENDREDI 2 SEPTEMBRE 2011

18h30. Raffarin, un « has been » en congé

Décidément, l’UMP n’a pas de chance avec ses journées de rentrée. En 2008, Henri Guaino, conseiller spécial du président, déclenchait la colère de la majorité en déclarant d’entrée que les critères de Maastricht n’étaient « pas la priorité des priorités ».

Rebelote en 2009 : la droite se déchirait sur la taxe carbone. En 2010, Jean-François Copé s’en prenait à celui à qui il n’avait pas encore succédé à la tête de l’UMP, Xavier Bertrand, en l’accusant de ne pas avoir préparé une université d’été digne de ce nom.

Le Campus organisé cette année n’a pas dérogé à la règle. Une nouvelle polémique est venue gâcher la fête. Sur son blog, Jean-Pierre Raffarin s’en est pris directement à Nicolas Sarkozy : « Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit-déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification. D’ici là, je me place en congé de cette instance dite de concertation. »

Incarnation de la tendance centriste du parti, Jean-Pierre Raffarin n’a guère apprécié de se voir taxer « d’irresponsable » par Nicolas Sarkozy, après avoir critiqué le relèvement de la TVA sur les billets d’entrée des parcs à thème. Un ancien Premier ministre qui interpelle le chef de l’Etat, il ne manquait plus que ça.

Nombre d’élus UMP ont bien tenté à Marseille d’éteindre la polémique. C’était sans compter Lionnel Luca, brillant représentant de la Droite populaire, l’aile dure du parti : « Raffarin est un has been, il devrait rester en Chine », a-t-il élégamment glissé à un journaliste d’Europe 1.

C’est peu dire que, quelques minutes plus tard, Jean-François Copé, assis à la tribune depuis plusieurs heures, n’a pas été très inspiré de lancer aux militants : « La presse nous caricature en disant qu’à l’UMP il y aurait un combat entre les centristes et la Droite populaire… J’ai besoin de vous pour tordre le coup à cette caricature ! »

17h45. L’UMP vote Montebourg !

« Socialistes marseillais, Hollande et Aubry vous ont trahis et abandonnés, votez Montebourg ! » Non, il ne s’agit pas d’une consigne de supporteurs du député de Saône-et-Loire, mais d’un tract – à vocation humoristique – de la Fédération UMP des Bouches-du-Rhône, qui en reviendrait presque à remercier ce dernier de perturber autant le PS en voulant le nettoyer. Ne pas s’attendre cependant à beaucoup d’efficacité au Campus de Marseille : il y a, assez logiquement, pas mal de militants UMP…

17h00. MAM zappe la Tunisie

Quelle manque de chance ! Michèle Alliot-Marie arrive alors que la première table ronde sur la Tunisie vient à peine de s’achever. L’histoire ne dit pas s’il s’agit d’un retard dû à un problème de jet privé.

16h30. Règle d’or : l’épine socialiste

Oh ! Une petite division point à l’UMP, malgré le mot d’ordre d’unité… Alors que le secrétaire général Jean-François Copé souhaite que Nicolas Sarkozy réunisse le Congrès sur la « règle d’or », Pierre Méhaignerie, vice-président du conseil national, dit y être favorable… à une condition : « Que l’on parvienne à convaincre le PS de la voter, sinon ce sera difficile. »

Difficile et surtout délicat. Nicolas Sarkozy hésite à se lancer si c’est pour subir une défaite à l’arrivée. A l’inverse, Jean-François Copé entend mettre les socialistes face à ce qu’il considère être leurs responsabilités.

En attendant de savoir, Pierre Méhaignerie rêve à voix haute, face à quelques journalistes : « L’honneur des partis politiques serait de pouvoir s’entendre de temps en temps. »

16h00. Qui veut gagner des millions ?

On connaissait déjà les tongs siglées l’UMP, on peut aussi trouver à Marseille des limonadiers (4 euros), une balle anti-stresse (3 euros)… Voire le kit complet (pour la modique somme de 20 euros), histoire d’être paré de la tête aux pieds aux couleurs du parti de la majorité. Espérons que l’UMP recueille autant d’argent qu’Edouard Balladur en son temps

15h00. L’oeil de Serge Moati

Auteur de multiples documentaires politiques, Serge Moati est au Campus de l’UMP. Avec son style caractéristique : caméra à la main, sur le côté de la scène. Les journalistes vont le croiser fréquemment ces prochains temps : il réalise une série de documentaires sur la campagne présidentielle pour France 3.

14h45. Les choses en grand

Avec l’UMP, il est loin le temps des universités d’été à la bonne franquette. Salle immense, militants surentraînés, t-shirts sur toutes les épaules, drapeaux dans toutes les mains… C’est grand, c’est chaud, mais ça sent un peu le pré-fabriqué. Quoi qu’il en soit, le parti arrive toujours à déplacer autant de Jeunes UMP pour venir faire la claque.

14h30. U-NI-TE (puisqu’on vous le dit)

Les Marseillais savent recevoir. C’est tout naturellement que Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, est venu accueillir le secrétaire général du parti de la majorité, Jean-François Copé, dès l’entame du Campus UMP dans la cité phocéenne. Avec un seul et même d’ordre sur toutes les lèvres : unité !

D’ailleurs, c’est bien connu, si des divisions apparaissent dans le parti, c’est uniquement à cause des journalistes. C’est en tout cas la thèse avancée par Jean-Claude Gaudin. Exemple à l’appui : « Les médias ont voulu nous empêcher de faire un dialogue sur le vivre-ensemble dans des religions différentes [comprendre : le débat sur la laïcité, organisé début avril, ndlr], mais on a tenu bon et tout le monde était presque d’accord sur tout. »

S’il le dit… On pourra quand même aller (re)lire cet article, pris au hasard : « La liste des absents au débat sur la laïcité s’allonge ».

Julien Martin – Le Nouvel Observateur

Mots-clés : UMPCampusMarseille

 

  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de Chantal Jouanno sur les journées d’été de l’UMP qui se déroulent cette année à Marseille et s’étalent sur trois jours. Une nouveauté par rapport à l’année dernière où, réductions budgétaires obligent, le campus 2010, qui s’était tenu en banlieue parisienne, n’avait duré qu’une journée. Cette année, le campus de l’UMP devrait être entièrement tourné vers 2012 et la défense du bilan de Nicolas Sarkozy. Autre mot d’ordre : faire de ces journées d’été un « anti- La Rochelle « , comme l’a précisé Benjamin Lancar, le président des Jeunes Populaires. Pendant ces trois jours, Jean-François Copé a affirmé qu’il montrera un parti uni, par opposition au Parti socialiste dont les déchirements internes s’accentuent avec le lancement de la primaire. Et à ceux qui voient une guerre interne entre le patron de l’UMP et le « front anti-Copé » (Xavier Bertrand, François Fillon et les autres), Jean-François Copé fait mine de ne pas savoir. Il a même déjeuné en tête à tête avec Christian Estrosi, membre actif du clan Bertrand/Fillon. L’unité de façade tiendra-t-elle tout le week-end ? Réponse sur LCP et lcp.fr du 2 au 4 septembre ! Programme du campus de l’UMP 2011, à suivre en direct sur LCP : Vendredi 2 septembre de 15h à 17h : table ronde animée par Nadine Morano sur le thème des droits de l’homme et de la démocratie. Au programme notamment des échanges avec de jeunes Libyens et Syriens ayant vécu le Printemps arabe. Samedi 3 septembre –  de 11h15 à 13h : Journée de formation et « défense du bilan de Nicolas Sarkozy » animée par Michèle Tabarot, déléguée générale de l’UMP en charge de la formation. –  de 15h00 à 17h00 : Bruno Le Maire et Jean-François Copé présentent le programme de l’UMP pour 2012. –  de 17h à 19h : Table ronde sur la crise financière animée par Jean-Pierre Raffarin. Dimanche 4 septembre de 10h à 14h : Discours de clôture –  Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille –  Renaud Muselier, député UMP des Bouches-du-Rhône –  Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale –  Gérard Larcher, président du Sénat –  Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP –  François Fillon, Premier ministre Le tout est à suivre en direct sur LCP, LCP 2424 et lcpan.fr Pour nous suivre sur Twitter : @LCPan @astridevillaine @gandrieux Et le hashtag du weekend : #campusump Très bon rendez-vous politique, avec LCP ! En tant que chaîne de l’actualité parlementaire, nous vous proposons régulièrement la retransmission en direct d’événements spéciaux liés à la vie politique et citoyenne française.
 Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de JF Copé sur la première table ronde sur la liberté des citoyens du monde. Les journées d’été de l’UMP se déroulent cette année à Marseille et s’étalent sur trois jours. Une nouveauté par rapport à l’année dernière où, réductions budgétaires obligent, le campus 2010, qui s’était tenu en banlieue parisienne, n’avait duré qu’une journée. Cette année, le campus de l’UMP devrait être entièrement tourné vers 2012 et la défense du bilan de Nicolas Sarkozy. Autre mot d’ordre : faire de ces journées d’été un « anti- La Rochelle « , comme l’a précisé Benjamin Lancar, le président des Jeunes Populaires. Pendant ces trois jours, Jean-François Copé a affirmé qu’il montrera un parti uni, par opposition au Parti socialiste dont les déchirements internes s’accentuent avec le lancement de la primaire. Et à ceux qui voient une guerre interne entre le patron de l’UMP et le « front anti-Copé » (Xavier Bertrand, François Fillon et les autres), Jean-François Copé fait mine de ne pas savoir. Il a même déjeuné en tête à tête avec Christian Estrosi, membre actif du clan Bertrand/Fillon. L’unité de façade tiendra-t-elle tout le week-end ? Réponse sur LCP et lcp.fr du 2 au 4 septembre ! Programme du campus de l’UMP 2011, à suivre en direct sur LCP : Vendredi 2 septembre de 15h à 17h : table ronde animée par Nadine Morano sur le thème des droits de l’homme et de la démocratie. Au programme notamment des échanges avec de jeunes Libyens et Syriens ayant vécu le Printemps arabe. Samedi 3 septembre –  de 11h15 à 13h : Journée de formation et « défense du bilan de Nicolas Sarkozy » animée par Michèle Tabarot, déléguée générale de l’UMP en charge de la formation. –  de 15h00 à 17h00 : Bruno Le Maire et Jean-François Copé présentent le programme de l’UMP pour 2012. –  de 17h à 19h : Table ronde sur la crise financière animée par Jean-Pierre Raffarin. Dimanche 4 septembre de 10h à 14h : Discours de clôture –  Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille –  Renaud Muselier, député UMP des Bouches-du-Rhône –  Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale –  Gérard Larcher, président du Sénat –  Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP –  François Fillon, Premier ministre Le tout est à suivre en direct sur LCP, LCP 2424 et lcpan.fr Pour nous suivre sur Twitter : @LCPan @astridevillaine @gandrieux Et le hashtag du weekend : #campusump Très bon rendez-vous politique, avec LCP ! En tant que chaîne de l’actualité parlementaire, nous vous proposons régulièrement la retransmission en direct d’événements spéciaux liés à la vie politique et citoyenne française.
   Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de

Campus de l’UMP en direct: «Cette élection ne doit pas être l’otage des petits arrangements partisans» lance François Fillon

9 commentaires

Créé le 04/09/2011 à 11h30 — Mis à jour le 04/09/2011 à 12h45

UMP – Le campus de l’été se termine ce dimanche avec les discours des principaux responsables…

>> Ce live est désormais terminé, merci de l’avoir suivi sur 20 Minutes
12h52 :Le discours de François Fillon se termine par la Marseillaise. Ministres et responsables UMP se rejoignent sur l’estrade centrale.12h48: Sur le déficit: ‘En matière de déficit,nous avons tous péché! Il ne serait donc pas indigne d’essayer ensemble de nous rattraper en laissant de côté, durant quelques semaines, nos divergences politiques’. François Fillon en appelle au réalisme de la situation, avant d’appeler au ‘rassemblement de toutes les composantes’ de l’UMP.
Il conclut sur ‘les trois engagements de Marseille’, à savoir ‘l’unité’, la prmotion du bilan présidentiel, et la construction intellectuelle du projet pour 2012.

12h45: Sur l’Europe:‘Mon patriotisme me commande d’en appeler à plus d’Europe politique, plus de stratégie industrielle commune, plus de préférence communautaire, plus d’ambition internatioanle’.

12h35: Sur l’Etat et les services publics
– sur l’éducation: ‘L’éducation n’est pas seulement l’affaire de l’Ecole, c’est aussi l’affaire des parents, dont beaucoup se mobilisent déjà aux côtés des enseignants’

– le système de sécurité sociale: ‘pas seulement l’affaire des professionnels et des partenaires sociaux. Il est de notre devoir à tous de mesurer les limites de nos droits, de lutter contre nos excès, nos abus’

– sur la sécurité: ‘pas seulement l’affaire des forces de l’ordre et de la justice, mais aussi celle des élus locaux, des associations, des médias, des familles qui doivent ensemble faire barrage à la culture de violence qui imprègne notre société.

– sur la lutte contre les déficits: ‘pas seulement l’affaire de nos administrations, c’est aussi la cause de tous les Français’

12h31: Sur l’appel au rassemblement: ‘Rassembleurs pour l’UMP et pour la majorité présidentielle qui ne doivent pas se disperser si près du but’. ‘L’intérêt général comme l’efficacité électorale nous interdisent d’éparpiller nos forces’. L’ombre du départ du centriste Jean-Louis Borloo de l’UMP plane alors sur la salle…

12h28: Fillon fait appel à la jeunesse.’Distinguez-vos par votre courage, votre maturité, mais aussi par votre capacité à tout repenser… Les sceptiques vous diront que vous êtes une génération perdue, car le sens de l’Histoire n’est plus écrit. Moi je pense que vous êtes une génération libre car le sens de l’Histoire doit, précisément, être conduit.

12h26: Il rappelle les interventions militaires françaises à l’étranger, en Libye, Côte d’Ivoire, Afghanistan: ‘L’isolement est plus risqué que le rayonnement. Pourquoi ce plaisir malsain à salir, à rabaisser notre pays, alors qu’il s’est comporté avec noblesse?’

12h20: Après rappelé les sources d’inquiétude des Français, le Premier ministre liste les ‘sources d’espérer’, à savoir les révolutions arabes: 
‘Les dictateurs et les tyrans constatent désormais que le vent de la liberté est plus puissant que le mur de la peur’, ‘Ce que je crois, c’est que les régimes oppressifs ne peuvent plus agir en toute impunité’.

12h16: François Fillon remercie ses hôtes marseillais (imitant ici l’accent marseillais, ce qui fait gondoler les militants), avant d’enchaîner sur la crise économique et financière et la critique du Parti socialiste.
‘Aux primaires, les candidats prétendent qu’ils sont différents mais comment peut-on être vraiment différent lorsque la ligne politique a déjà été fixée par le parti?’

12h10: Vidéo en direct. Suivre les discours du Campus d’été de l’UMP par ici.
http://www.dailymotion.com/video/xku2hi_live-campus-ump_news#from=embediframe
Live Campus UMP par ump

12h08. François Fillon, Premier ministre, débute son discours

12h05: Les priorités de l’UMP énoncées par Jean-François Copé:
-‘Changer le modèle de croissance’
-‘L’éducation’, avec ‘un contrôle des résultats’
-‘Le renforcement du pacte républicain’

12h00: Le patron de l’UMP lance des piques sur ces adversaires politiques
«Est-ce vraiment raisonnable de faire croire aux Français ‘que c’était mieux avant?’
Martine Aubry regrette-t-elle le temps des bidonvilles à Nanterre? François Hollande préférait-il les années 70, quand 20% des Français vivaient sous le seuil de pauvreté, alors qu’ils sont 13% aujourd’hui?»
«Madame Aubry c’est un mélange de dogmatisme dépassé et d’ambigüité permanente..Monsieur Hollande, c’est une alternance de blagues lourdes et de banalités»

11h52: Jean-François Copé évoque la crise financière et économique: « cet été, le nouveau coup de tonnerre a été sur les marchés financiers ». « En réduisant les déficits, nous ne cédons pas à la dictature du marché. C’est quand on dépense toujours plus que ce que l’on gagne qu’on se met sous la coupe des créanciers »

11h55: Jean-François Copé lance des slogans qui présagent de la campagne présidentielle : » La jeunesse de notre pays n’a pas besoin d’assistanat. Elle a besoin de la République, avec ses droits et ses devoirs » ou encore « Nous savons que la France pourrait faire encore mieux si nous renouons avec le courage, avec l’esprit de rasseblement, avec l’esprit de conquête et d’ouverture au monde. »

11h50: Jean-François Copé: « A travers une succession de crise, 20 ans après l’effrondement soviétique, 10 après les attentats du World Trade Center, nous sommes en train de changer d’époque. Un nouveau monde est en train de naître. Les paramètres d’aujourd’hui n’ont plus rien  avoir ceux de 2007!

11h40: Jean-François Copé, le secrétaire général continue son discours.
Faisant la promotion du quiquennat de Nicolas Sarkozy, il y parle de:
– du patriotisme « le patriotisme du XXIe siècle, c’est la fidélité à nos racines, c‘est l’ouverture sur les autres et sur le monde, c’est l’envie de vivre ensemble et de réussir ensemble »

– de la diplomatie: avec les soldats engagés hors de France; « Le 19 juillet dernier, j’étais dans l’église Saint-Louis-des-Invalides (…) pour honorer aux côtés de leurs familles la mémoire de sept de nos officiers et sous-officiers morts en Afghanistan. Comme des millions de Français derrière leur télévision, j’ai pu vivre un grand moment d’émotion« . » Le défilé du 14 juillet: « C’est l’expression de la reconnaissance de la Nation »

11h00: Campus d’été de l’UMP, dernier jour. Se succèdent depuis 10h des discours de clôture de ces trois jours de raout.
Après Benjamin Lancer, le président des Jeunes populaires, puis Franck Allisio, celui des Jeunes Actifs, (les mouvements des jeunes de l’UMP), est arrivé à la tribune Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale.

Au menu des discours: des remerciements aux hôtes marseillais, et la promotion de ces trois jours de débats. Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, n’a pas hésité à rappeler les casseroles de la gauche locale, en la personne de Jean-Noël Guérini, qui pourrait être mis en examen.

Après Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale, puis Gérard Larcher, président du Sénat, arrive à la tribune Jean-François Copé.

   Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de

François Fillon

François Fillon se caractérise par la plus grande longévité à Matignon. Il est le Premier ministre depuis le début du quinquennat présidentiel de Nicolas Sarkozy, le 17 mai 2007…
  Cliquer sur le lien suivant pour prendre connaissance de l’intervention de François Fillon

Fillon : « Le président n’est pas seul »

Le Point.fr – Publié le 04/09/2011 à 14:09 – Modifié le 04/09/2011 à 14:29

Le Premier ministre a clôturé le campus du parti majoritaire à Marseille avec la ferme intention de rassembler la majorité autour d’un projet et d’un homme.

Fillon : "Le président n'est pas seul"François Fillon a clôturé le campus UMP, dimanche, à Marseille. © Guillaume Horcajuelo / Maxppp
 Jean-François Copé est tout sourire, samedi matin, au premier rang de la plénière de clôture du campus de l’UMP. À ses côtés, François Fillon – qui a effectué durant la nuit une visite-surprise dans un commissariat de police des quartiers nord de Marseille – attend de prononcer son discours, après deux journées d’échauffement des esprits. Juppé, Guéant, Hortefeux, Larcher, Bachelot, Alliot-Marie, Bertrand, Pécresse, Gaudin ou encore Baroin et Le Maire : la plupart des poids lourds de la majorité sont là. Le message est clair : tandis qu’à Paris l’ambiance est à l’effervescence avec le retour deDSK chez lui, place des Vosges, à Marseille l’UMP lance la campagne.

Le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer, celui du Sénat Gérard Larcher et enfin Copé se succèdent à la tribune. Au moins trois mille jeunes sont présents. Un clip vidéo impeccablement ficelé en l’honneur de Nicolas Sarkozy est diffusé : stratégie de campagne tardive oblige, le chef de l’État n’y est pas présenté tant comme candidat, mais plutôt comme une figure paternelle, rassembleuse et visionnaire, flottant loin au-dessus des querelles de partis.

Expérience et action

Les uns après les autres, les intervenants rendent hommage au travail accompli par la majorité depuis quatre ans. Toutes les règles de politesse sont respectées, avec plus ou moins de conviction : hommage au travail du secrétaire général, à l’action du Premier ministre ou encore à la fougue méridionale du sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin – si possible avec une boutade sur son accent, pour l’ambiance. En passant le relais à Fillon, à la fin d’un discours articulé sur la dialectique UMP des « droits » et des « devoirs », Copé prend bien soin de rester pour serrer la main au Premier ministre, à côté du pupitre. Pour l’image, cette fois.

Accueilli chaleureusement par les Jeunes Populaires, Fillon entame donc un véritable plaidoyer de campagne, optimiste et combatif. Rapidement, le Premier ministre réussit l’exercice délicat de vanter le bilan de la majorité tout en s’inscrivant dans l’action. Il promet plus, et mieux, à l’avenir : « Ce que nous avons accompli – parfois imparfaitement, mais toujours avec sincérité – n’est qu’un premier pas dans un monde qui commence. D’autres réformes sont nécessaires, d’autres réformes sont indispensables », a-t-il clamé. Et de mettre en avant ce qui sera un atout-clé de la campagne, l’argument de l’expérience : « Nous sortons renforcés, plus expérimentés, et plus réactifs aussi », martèle-t-il ainsi.

Continuer à bâtir le projet

Un discours de campagne, donc, qui n’aurait pas été complet si Fillon n’était pas monté au créneau, une fois de plus, pour défendre Nicolas Sarkozy : « Aujourd’hui, c’est à celui qui lancera les attaques les plus viles contre le président de la République », lance-t-il, en allusion aux récents développements de l’affaire Bettencourt qui impliquent directement le chef de l’État. « Mais le président de la République n’est pas seul. Nous sommes là avec tous ces Français qui savent distinguer le vrai du faux, pour témoigner que son engagement au service de la France a été total », ajoute Fillon.

Aucune allusion, donc, aux vifs débats de ces derniers jours – au premier rang desquels l’affrontement entre le chef de l’État et Jean-Pierre Raffarin à propos de la « taxe Disney ». Le Premier ministre s’est contenté d’affirmer son « adhésion à la philosophie du projet » porté par Bruno Le Maire – lui aussi objet de controverses – tout en appelant au « rassemblement de toutes les composantes de l’UMP ». François Fillon a enfin enjoint aux membres du parti majoritaire de « continuer à bâtir (leur) projet ».

Le Premier ministre ne fait ainsi que confirmer la stratégie élyséenne, qui consiste à laisser libre cours aux débats au sein du parti, au moins dans les trois mois qui viennent – et dans une certaine limite – jusqu’à ce que le candidat, une fois déclaré, se constitue une « plate-forme » claire et unique. Reste pour certains membres de la majorité, quelque peu sceptiques, à espérer que les « débats » ne laissent pas trop de séquelles…

Campus de l’UMP : Le Maire rode son projet pour 2012

Le Point.fr – Publié le 03/09/2011 à 20:16 – Modifié le 04/09/2011 à 10:54

Le ministre de l’Agriculture et son équipe veulent laisser leurs propositions « chocs » mûrir dans les esprits du parti.

Campus de l'UMP : Le Maire rode son projet pour 2012Bruno Le Maire au campus de l’UMP, samedi, à Marseille. © Witt / Sipa
 « Stratosphérique. Rien de concret, rien de nouveau. » C’est ainsi qu’un membre du staff de l’UMP qualifiait par avance l’intervention de Bruno Le Maire, samedi, au deuxième jour du campus de l’UMP à Marseille. Le ministre de l’Agriculture devait présenter un « bilan d’étape » de l’élaboration du « projet » de l’UMP pour 2012. Comprendre : Le Maire devait « présenter les propositions du parti », afin que le futur candidat Sarkozy y puise son programme.

Mais certaines de ces propositions, déjà avancées dans une interview à L’Express, avaient manifestement suscité suffisamment de réactions au sein de la « famille UMP » pour ne pas de nouveau en rajouter : la fiscalisation d’une partie des sacro-saintes allocations familiales notamment – elle a provoqué l’ire de certains députés UMP, dont une majorité de la Droite populaire -, mais aussi la taxation des dividendes sur les résidences secondaires ou encore la révision des allocations chômage pour les cadres. Alors, après avoir rendu hommage au secrétaire général Jean-François Copé, mais aussi à une bonne partie de ses collègues, l’ex-villepiniste Le Maire s’est contenté, samedi, de mettre en avant les valeurs du futur programme : « la réduction de la dépense publique, la justice, l’autorité ».

Agitateurs d’idées 

Alors, pourquoi avoir pris le risque de susciter un nouveau tollé au sein du parti, au moment même où tous jouent la carte du rassemblement derrière leur candidat naturel ? Pour Valérie Rosso-Debord, secrétaire nationale de l’UMP, également chargée du projet, on peut voir dans ces mesures phares des « ballons d’essai ». Les trois mois qui viennent serviront, selon elle, de « caisse de résonance ». « On met toutes les propositions sur la table, on débat, on écoute, on laisse les idées mûrir, chacun se positionne, et puis on ajuste les choses », explique-t-elle. La très copéiste élue de Meurthe-et-Moselle ajoute : « Nous sommes des agitateurs d’idées ! »

De son côté, venu s’expliquer quelques minutes plus tôt avec des journalistes, Le Maire assure : « Je n’esquiverai aucune question. » Son discours laissait pourtant penser qu’il « reculait » sur la question des allocations familiales, puisque la question de la fiscalisation n’y était plus évoquée. Mais il ne l’entend pas ainsi. Selon lui, la situation économique actuelle justifie des mesures exceptionnelles : « C’est la première fois que la souveraineté des États européens est menacée », martèle-t-il, face aux journalistes. Et de se montrer philosophe sur les vives réactions au sein du parti : « Chirac disait toujours : La suppression des niches fiscales, c’est gentil, mais dans chaque niche, il y a un gros chien. Alors, peut-être que, dans trois mois, on dira de certaines mesures qui apparaissent soi-disant révolutionnaires aujourd’hui qu’elles sont drastiques mais nécessaires… »

Tous veulent le faire savoir : à l’UMP, on aime toujours le débat, y compris en pleine mobilisation pour la présidentielle… Le tout, dans une certaine limite.

https://twitter.com/apps/slideshow/show.swf.v71649Signaler ce contenu

Il y a 3 minutes via web

rançois Fillon clôture le campus de l’UMP

Le Premier ministre François Fillon clôture le campus de l’UMP à Marseille par un discours

#CampusUMP Fin du Campus 2011 … félicitations pour l’organisation

Construction, composition et destruction de l’UMP ?

François Fillon

Image via Wikipedia

L’UMP réunit les Gaullistes (Baroin, Juppé et Alliot Marie), les centristes Bruno Lemaire, Leroy, Mercier et Besson) et les socio-populistes (Fillon et X. Bertrand).


Bertrand Boromé

Le #campusUMP éclipse nominale Le retour de #DSK en France Demain matin … #etlepaysdanstoutça !
Tous les ministres à #Marseille au #CampusUMP ! Mais aux abonnés absents pour l’insécurité…

CAMPUS 2011 : LE PROGRAMME

 Vendredi 02 septembre

14h30 : Plénière – ouverture du Campus par Benjamin Lancar, Franck Allisio, Renaud Muselier, Jean-Claude Gaudin et Jean-François Copé
15h00 – 16h45 : Plénière – « Droits de l’Homme et démocratie, les espérances de la jeunesse » – animée par Nadine Morano
16h45 – 18h30 : Plénière – « Nos valeurs » – animée par Valérie Rosso-Debord
19h00 : Apéritif régional organisé par les Jeunes Pop
20h30 : Diner
23h00 : Soirée

Samedi 03 septembre

9h00 : Accueil / petit déjeuner
10h00 – 11h30 : Formation en plénière autour de la défense et la promotion du bilan – animée par Michèle Tabarot et plusieurs secrétaires nationaux : Bruno Beschizza, Olivier Carré, Sebastien Huyghe, Valérie Rosso-Debord, Franck Riester
11h30 : Ouverture du Conseil national
– Intervention de Jean-Pierre Raffarin
– Commissions thématiques du Conseil National : formations sur le thème projet contre projet
– Réunion des cadres et réunion des RDJ
13h00 – 14h30 : Déjeuner
14h30 – 16h00 : Conseil national – plénière – lancement par Jean-Pierre Raffarin
– Présentation des résultats de la grande consultation des militants
– Intervention de Jean-François Copé
– Remise des propositions des jeunes Pop pour le projet
– Intervention de Bruno Le Maire sur le projet
16h00 – 17h00 : Questions – réponses entre la salle et l’équipe dirigeante
17h00 – 18h45 : Plénière sur la crise financière et économique – animée par Jean-Pierre Raffarin
19h00 – 20h00 : Tournois sportifs organisés par les Jeunes Pop
20h30 : Apéritif régional puis dîner
23h00 : Soirée

Dimanche 04 septembre

9h00 – 9h45 : Accueil
10h00 : Plénière de clôture
11h00 : Intervention de Jean-François Copé, Secrétaire général de l’UMP
12h00 : Intervention de François Fillon, Premier Ministre

UMP

Raffarin et Devedjian

écornent l’image d’unité

le 03/09/2011 à 05:00

Hier à Marseille (de g. à dr.), le député Renaud Muselier (nommé hier à la tête de l’Institut du monde arabe), Jean-François Copé et le dirigeant des Jeunes Populaires (jeunes de l’UMP), Benjamin Lancar.   Photo AFP/Anne-Christine Poujoulat

Hier à Marseille (de g. à dr.), le député Renaud Muselier (nommé hier à la tête de l’Institut du monde arabe), Jean-François Copé et le dirigeant des Jeunes Populaires (jeunes de l’UMP), Benjamin Lancar. Photo AFP/Anne-Christine Poujoulat

Le campus de l’UMP,

placé sous le signe du rassemblement

pour 2012, s’est ouvert hier dans une atmosphère électrique

en raison d’un coup de colère

de Jean-Pierre Raffarin contre Nicolas Sarkozy.

À moins de huit mois de la présidentielle, le parti majoritaire s’est donné rendez-vous jusqu’à dimanche à Marseille pour donner le coup d’envoi de la mobilisation pour la réélection de M. Sarkozy. La rencontre ne s’appelle pas université d’été, mais campus.

Cinq ans plus tôt, jour pour jour, c’est dans la cité phocéenne que s’était tenue la dernière université d’été UMP avant la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007.

Désireux de poser un « contrepoint » à la « violence démentielle », à ses yeux, du PS à La Rochelle, le secrétaire général Jean-François Copé, qui a fait la paix avec l’un de ses principaux rivaux, Christian Estrosi, s’est employé à répéter que « l’esprit de Marseille, c’est l’unité et le rassemblement ».

Mais deux coups de colère sont venus assombrir ce ciel idyllique. C’était d’abord une charge violente de Patrick Devedjian dans Le Monde. L’ex-secrétaire général de l’UMP déplore de ne voir « encore nulle part » le grand projet de société qu’exige la situation, et critique la stratégie du parti tout en prédisant une présidentielle « difficile ».

Raffarin boude le petit-déjeuner

Quelques heures plus tard, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a annoncé sa « mise en congé » du petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité, dans l’attente d’une « clarification » sur les attaques « brutales » du chef de l’État.

La veille, en son absence, M. Sarkozy l’avait accusé « d’irresponsabilité » pour avoir critiqué le relèvement de la TVA sur les billets d’entrée des parcs à thème.

Ces deux épisodes s’ajoutent à la grogne audible dans les rangs UMP sur d’autres volets du plan d’austérité et certaines orientations du projet présidentiel du parti, concocté par le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire.

Tout en plaidant pour le droit d’expression de chacun, M. Copé « préférerait que Patrick Devedjian complète ses critiques par des propositions ».

Beaucoup plus incisif, le secrétaire général adjoint, Marc-Philippe Daubresse, a dénoncé ceux qui lancent des « petites phrases » pour faire « parler d’eux ».

La colère de M. Raffarin, qui doit présider ce matin à Marseille le Conseil national du parti, a été copieusement critiquée. Lionnel Luca (Droite populaire) a fustigé un comportement « ringard » et « stupide ».

À l’UMP, beaucoup minimisent toutefois l’impact de ces « bisbilles », en voulant croire qu’une actualité en chassera vite une autre. « Lundi on parlera d’autre chose. Il paraît qu’il y a un avion qui arrive de New York… », a soufflé un responsable, en allusion au retour en France de Dominique Strauss-Kahn.

le 03/09/2011 à 05:00

 

http://www.dailymotion.com/video/xkux1s_ump-salha-ashtewi-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news?start=0#from=embed

J’ai cru mourrir écraser par la Sécurité du Premier Ministre …Bon, beaucoup de consolation, il M’a Serré La Main. #CampusUMP
Il y a 22 minutes via Twitter pour iPhone

http://www.dailymotion.com/video/xkuwl9_ump-marc-philippe-daubresse-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

Au #campusUMP , sur une Perdu La Trace de Jean-François Copé et François Fillon. ILS SE sont éclipses
Il y a 3 minutes Favori Retweeter Répondre

http://www.dailymotion.com/video/xkuwkp_ump-jeannette-bougrab-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

Imperturbables, des jeunes UMP s’essayent UA babyfoot #campusUMP yfrog.com / kjnabqjj
nabqj.jpg

http://www.dailymotion.com/video/xkuwke_ump-nadine-morano-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

La soirée va se poursuivre with Le Premier Ministre François #Fillon UA #campusump . Bonne soirée! Elle sérums longue …yfrog.com/h85n6gjgj

5n6gjg.jpg

http://www.dailymotion.com/video/xkuw4m_ump-taieb-riahi-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

C’Est L’Heure d’aller casser le dancefloor with Nadine M #campusump
Il y a 9 minutes

http://www.dailymotion.com/video/xkuw42_ump-franck-allisio-objectifs-du-conseil-national_news

Modifié le 03-09-11 à 11:07
31 réactions | 1543 vues

Campus UMP 2011 : nous sommes prêts au combat !

Le Campus de l’UMP a ouvert ses portes cet après-midi. Invité par Le Plus à débattre sur les enjeux de cet événement, le président des Jeunes Populaires tacle l’ennemi, affiche l’union de son parti… dans le pur respect des mots d’ordres de l’UMP.
Sélectionné et édité par Tristan Berteloot

Temps de lecture Temps de lecture : 2 minutes

Les Jeunes Populaires ouvrent ce vendredi autour de Jean-François Copé le Campus de l’UMP à Marseille.

 

Benjamin Lancar au campus UMP 2011

Benjamin Lancar au Campus UMP 2011 (Gérard Julien/AFP)

 

Le Campus 2011, c’est le plus grand événement politique jeune jamais organisé, avec plus de 2.500 jeunes venus de tous les départements de France, Outre-mer compris.

 

Ce Campus, c’est aussi le lancement de la campagne présidentielle de la grande famille de l’UMP, rassemblée comme jamais derrière un même objectif, faire réélire Nicolas Sarkozy.

 

Le Campus de l’UMP, c’est enfin un anti La Rochelle. Il y a une semaine, les socialistes ne regardaient que leur nombril pour trancher lequel d’entre eux était le plus apte à déverser leur flot d’injures sur le président de la République. Nous, nous sommes ouverts sur le monde, avec notre grande plénière sur le printemps arabes par exemple.

 

Des jeunes militants libyens, tunisiens, Égyptiens, ivoiriens et syriens sont venus cet après-midi témoigner de leur bravoure et nous dire à quel point le soutien de la communauté internationale, bien souvent initié par la France, avait été important dans leur lutte.

 

Contre l’assistanat de la gauche démago

 

Nous profiterons du Campus pour dévoiler samedi nos propositions pour la campagne présidentielle. Les Jeunes Populaires ont voté ces propositions, thème après thème, à l’issue de douze forums en région. À l’inverse de celles des socialistes, elles proposent à la jeunesse d’affronter sa vie à la fois protégée par l’Etat et libre de construire son destin.

 

Nous refusons l’assistanat dans laquelle la gauche démago veut l’enfermer et nous lui proposons l’autonomie, dans la droite ligne de l’action du gouvernement depuis 2007. À Marseille, ville où la gauche se vautre dans l’hypocrisie en couvrant les agissements du clan Guérini, l’UMP va montrer pendant trois jours qu’elle est en ordre de marche pour 2012.

 

Nous sommes prêts à mener campagne partout en France, dans les facs, les lycées, fiers du bilan de Nicolas Sarkozy, et sûrs de ce que nous voulons pour la France.

Auteur parrainé par Tristan Berteloot

VOS RÉACTIONS (31)

Mac Gyv

Mac Gyv a posté le 3-09-2011 à 18:59

Ils sont beaux hein FAB FOUR, l’air éveillé aussi, surtout à l’arrière plan. Le beau T shirt du parti avec les ray ban, la classe quoi.
Bien nets sur eux; même pas les mains abimées par le travail eux … bon il y a du chômage c’est vrai. Il vaut mieux rester étudiant. En triplant chaque année ça aide.

Des fonceurs quoi ! dans le mur.

FAB FOUR

FAB FOUR a posté le 3-09-2011 à 18:37

cher Benjamin … je ne peux que saluer votre courage pour ce billet trés bien senti sur un site de gauche !!!

comme vous l’avez remarqué les insultes volent bas à défaut d’arguments valables à opposer à la politique gouvernementale … 5 ans que je les pratique les pavloviens

pas de soucis pour Nicolas … 2012 sera une formalité avec un PS à la ramasse actuellement

Roger Foubert

Roger Foubert a posté le 3-09-2011 à 19:29

Fab four je ne voudrais pas être méchant mais vous manquez d’humour! et puis surtout vous radotez! un peu plus et bientot non seulement de radoter vous allez faire sur vous!
9a fait combien de fois que vous faites référence à Pavlov, ça devient un réflexe! Ce pauvre chien de ne vous a pas mordu, à moins que! car vous semblez assez enragé! mais ça tourne en rond vos critiques! attention à la fin de l’envoi ça touche!
Allez à plus!

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 20:10

Dieu que votre atterrissage (à toi Fab Four, ou à Benjamin Lancar et consorts) risque d’être horriblement violent l’année prochaine…

2012, une formalité pour Sarkozy?
oui, dans un sens… son licenciement!

Roger Foubert

Roger Foubert a posté le 3-09-2011 à 16:01

Comme quoi la connerie n’attend pas le nombre des années, mais vu qu’il s’y prend jeune, il a de l’avenir!
Allez Benjamin sois fort tu es sur la bonne voie, Raffarin a bien été Jeune Giscardien tu vois où ça l’a mené tous les espoirs te sont permis mais attention il semble mal vieillir.

Mathieu Sicard

Mathieu Sicard a posté le 3-09-2011 à 12:27

« Le printemps arabes », ça prend pas de « s », arabe, l’adjectif qualificatif s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.

Kangoo Durant

Kangoo Durant a posté le 3-09-2011 à 12:51

« Le printemps arabes », Mais si cela étant un seul printemps pour tous les arabes, ben un S pas deux un seul…..A moins que cela étant un printemps pour un arabe….non je lol je demande juste…

Pierre ++++

Pierre ++++ a posté le 3-09-2011 à 12:13

ils sont prêts au combat… c’est sûr que si, comme le fait Benjamin Lancar, ils marquent des buts contre leur propre camp, autant dire que le combat est perdu d’avance.
On ne combat pas contre la gauche en se laissant contaminer par elle !

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 13:07

C’est sûr… des idées pour plus d’égalité, de tolérance, quel abominable virus!

Puisse l’ump continuer sur cette lancée et ruiner la campagne de Sarkozy!

Mac Gyv

Mac Gyv a posté le 3-09-2011 à 18:07

A vouloir « combattre » la gauche (beau programme !) avec votre petite droite déjà has been, vous allez prendre un bon uppercut dans peu de temps !

cadi slim

cadi slim a posté le 3-09-2011 à 18:48

… doublé d’un crochet au foie.

Denys Chuvees

Denys Chuvees a posté le 3-09-2011 à 11:29

Ah ah, énorme! Il fustige le « flot d’insulte » de la gauche alors que son interview n’est qu’un prétexte pour, justement, insulter la gauche.

Enfin bon, Lancar on savait que c’était un très bon, pas de surprise.

Kangoo Durant

Kangoo Durant a posté le 3-09-2011 à 11:08

Le Campus de l’UMP, c’est enfin un anti La Rochelle. et le peuple fera en 2012 de l’anti UMP!

Salut nina…

http://www.dailymotion.com/video/xkuvn1_ump-jeannette-bougrab-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xkuvbz_ump-philipp-missfelder-pleniere-sur-les-droits-de-l-homme_news

http://www.dailymotion.com/video/xkuv97_ump-bruno-beschizza-pleniere-sur-la-defense-et-la-promotion-du-bilan_news

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-2011-10810.html
 Découvrez toutes les vidéos

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-2011-10810.html

Valérie Boyer, Secrétaire nationale en charge des Politiques de santé publiques, s’exprime au sujet de la ligne politique que l’UMP suit à l’occasion du Campus organisé à Marseille (2 septembre 2011).
Toutes les actualités

CAMPUS 2011

Les 3 derniers articles :
Rue89
Rue89 Rue89
RT @zinebdryef : UMP : Devedjian pourrit bruyamment les Journées de Copé (+ vidéo) rue89.com/node/220463 #campusump
Bastien Hugues

@ BastienhuguesBastien Hugues
Verser L’arrivée de François Fillon UA #campusUMP , consigne avait Été Donnée de Ne Pas Scander les Noms de Copé et Fillon, MAIS celui de Sarkozy (…)
Alexandre Lemarié
AlexLemarie Alexandre Lemarié
Ah ok … Bonne ambiance … RT @astridevillaine Ce sont les CONSIGNES de Cope d’apres l’entourage de l’ICI … La guerre Encore DECLAREE #campusump 
LCP
Le Premier minister François Fillon arrivent UA #campusUMP .Passe Le Message. Les militants crient «Sarkozy». yfrog.us/61gftz

Images populaires · Tout voir

  

Vidéos populaires · Tout voir


Tendances: France · changeur

Mis à jour 01-09-2011 16:30
François Fillon et Jean-François Copé

François Fillon et Jean-François Copé Photo : AFP

Ouverture du Campus UMP 2011

à Marseille

Sécurité et présidentielle seront au menu de l’Université d’été de l’UMP, qui s’ouvre ce vendredi à Marseille. 

Les militants de l’UMP se retrouvent ce vendredi après-midi à 14h30, au Parc Chanot, pour le Campus UMP 2011. L’occasion pour les militants de rencontrer les « nationaux » pour discuter du projet du mouvement pour 2012, de la crise et des « valeurs de l’Union pour un Mouvement Populaire ».

Ils retrouveront, entre autres, Nadine Morano, Jean-François Copé, Bruno Lemaire ou encore Jean-Pierre Raffarin. Le Premier ministre, François Fillon, devrait intervenir dimanche et rendre visite aux policiers nouvellement installés dans la cité phocéenne.

Entre l’incontournable apéritif provençal et la remise des propositions des « jeunes pop’ » pour la présidentielle de 2012, le thème de la sécurité, particulièrement sensible à Marseille, devrait occuper une bonne partie des discussions.

Mis à jour 02-09-2011 22:55
Les Jeunes de l'UMP réunis à Marseille, le 2 septembre 2011

Les Jeunes de l’UMP au parc Chanot de Marseille, le 2 septembre 2011, pour l’Université d’été du parti majoritaire. Photo : Gerard Julien/AFP

Université d’été de l’UMP : Devedjian critique, Raffarin fâché

A l’image de celle du PS, l’ouverture de la grand-messe UMP a été marquée par des accrocs. Copé, se faisant chantre du débat et de la liberté d’expression, s’est efforcé de minimiser…

Chaque fois qu’ils en ont l’opportunité, par exemple la semaine dernière lors de l’Université d’été du PS, les cadres de la majorité se gaussent volontiers des dissensions socialistes, mais, n’en déplaise à Jean-François Copé, force est de constater que le campus de l’UMP démarre sous les mêmes auspices, entre les critiques appuyées de Patrick Devedjian et le coup de colère de Jean-Pierre Raffarin à l’encontre du chef de l’Etat.

Sarkozy épingle Raffarin sur fond de TVA

Jeudi, lors du petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité à l’Elysée, Nicolas Sarkozy a vertement tancé Jean-Pierre Raffarin, le sénateur et vice-président du Conseil national de l’UMP, pour être monté au créneau contre le projet de hausse de la TVA à l’entrée des parcs à thème.

L’élu de la Vienne, où se trouve le Futuroscope, avait estimé que le relèvement à 19,6% de la taxe sur ces tickets serait une « erreur sociale », car les parcs d’attractions « sont des vacances pour des gens qui ne partent pas forcément ».

Jeudi, en l’absence de l’intéressé, qui d’habitude participe à ces rendez-vous élyséens, Sarkozy a donc fustigé sa prise de position, la qualifiant d' »irresponsable, surtout venant du premier vice-président du conseil national de l’UMP« , ont rapporté à l’AFP des cadres du parti ayant assisté à la scène.

« On peut avoir des arguments contre cette mesure mais certainement pas dire que ça revient à attaquer les pauvres, comme l’a dit Raffarin » aurait auparavant lancé furieux le président de la République.

Raffarin boude l’Elysée dans l’attente d’explications

L’ancien Premier ministre a réagi ce vendredi sur son blog, d’un court paragraphe qui en dit long sur son humeur : « Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit-déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification« .

« D’ici là, je me place en congé de cette instance dite de concertation », ajoute Raffarin boudeur, qui précise cependant que par égard notamment pour le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, pour le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, hôte de l’Université d’été, et pour les militants, il présidera « néanmoins samedi le Conseil national de l’UMP ».

Sur le fond, le relèvement de la TVA voulu par le gouvernement dans le cadre de son plan d’austérité a étéretoqué mercredi à l’unanimité par la commission des Finances de l’Assemblée, au nom des intérêts touristiques que la mesure menacerait. L’amendement supprimant cette hausse sera soumis au vote des députés la semaine prochaine.

Ce « projet de société » que Devedjian ne voit « nulle pas »…

Dans un autre registre, de même que Martine Aubry s’en était pris au bilan de François Hollande, son prédécesseur à la tête du PS, dans un entretien au Monde publié ce vendredi, Patrick Devedjian, l’ancien secrétaire général de l’UMP n’a pas mâché ses mots quant à la stratégie actuelle du parti, mise en oeuvre par son successeur Jean-François Copé.

« L’élection (de 2012) va être difficile (…) il faudra proposer un projet profondément novateur qui réponde aux angoisses d’une société bouleversée par la mondialisation« , a notamment déclaré Devedjian, or, il estime que ce « grand projet de société », il ne le voit « encore nulle part ».

« Réservé sur la critique des primaires » au PS, préoccupé que l’UMP ne fasse « entendre que la Voix de la Droite populaire« , inquiet du « grand risque » auquel exposerait l’adoption de larègle d’or budgétaire… peu de sujets rendent Devedjian optimiste pour la majorité, si ce n’est le fait que selon lui, « la gauche ne propose qu’un changement de personne ».

Copé, chantre de la liberté d’expression…

Soucieux de préserver les apparences, en ce jour d’ouverture de l’Université d’été qui donne « le coup d’envoi de la campagne présidentielle pour le parti » majoritaire, Jean-François Copé a martelé que « l’esprit de Marseille, c’est l’unité et le rassemblement« .

« Je préfèrerais qu’il complète ses critiques par des propositions, mais je suis persuadé qu’il le fera« , a-t-il déclaré en réponse à des questions sur la charge de Devedjian, mais il a assuré que chacun est libre de « s’exprimer, voire de critiquer » avant de conclure : « le principal, c’est qu’on soit rassemblés au final ».

Ménageant la chèvre et le chou, minimisant les désaccords, Copé a de même estimé que la prise de position sur la TVA d’une personnalité telle que Rafarin était légitime, cependant il assure que le « plan d’austérité est courageux et nécessaire » et que la « majorité sera rassemblée et le votera« .

Au parc Chanot de Marseille, où cadres et militants de l’UMP sont comme en pèlerinage, cinq ans après l’Université d’été qui avait précédé l’élection de Sarkozy, les cadres du parti ont jusqu’à dimanche pour se mettre en ordre de bataille… et comme Copé l’avait promis, offrir un autre spectacle que la « violence démentielle » de La Rochelle.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Verser Ceux Qui « s’inquiètent » pdt 3 jours, sur les enchaine plenieres, Les Ateliers, Les Débats et sans petites phrases … #CampusUMP
OK j’y serai … @auroreberge : Ce soir, sur RDV Vous Donne à 19h30 devant l’Espace Presse du #CampusUMP Pour Un twitt-apéro! Cc @UMP
OK j’y serai … @auroreberge : Ce soir, sur RDV Vous Donne à 19h30 devant l’Espace Presse du #CampusUMP Pour Un twitt-apéro! Cc @UMP
Les entrepreneurs UMP

2500 @jeunesump inscrits UA #campusump Contre 800 @JeunesSocialist aux #UEPS .Qui a dit Que l’UMP ne mobilisait Pas la jeunesse?
Modifié le 03-09-11 à 20:40
1 réaction | 202 vues

Plus que des « déclarations brutales », rassemblons-nous

CAMPUS UMP. A Marseille, nous, militants UMP, devont être plus unis que jamais pour avoir l’air crédible face à un parti socialiste divisé.
Sélectionné et édité par Tristan Berteloot

Temps de lecture Temps de lecture : 1 minute

« Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification. D’ici là, je me place en congé de cette instance dite de ‘concertation' »…

Par ces mots, sur son blog, Jean-Pierre Raffarin a donné une arme aux médias qui n’en demandaient finalement pas tant. Alors que les universités d’été sont traditionnellement un moment d’unité, de rassemblement, il est dommage que l’ancien Premier ministre, par ailleurs premier vice-président du Conseil national ait eu recours à des « déclarations brutales », le jour même de l’ouverture du Campus.

J.F. Copé et J.P. Raffarin au campus UMP à Marseille le 3 septembre 2011 - Crédit : L. BONAVENTURE / AFP

 J.F. Copé et J.P. Raffarin au campus UMP à Marseille le 3 septembre 2011 – Crédit : L. BONAVENTURE / AFP

À huit mois de l’élection présidentielle, il ne faudrait pas perdre de vue la vocation première de l’UMP : former un parti rassemblant toutes les forces de la droite et du centre, afin de ne pas subir à notre tour un 21 avril à l’envers. C’est d’autant plus dommage que Jean-Pierre Raffarin, qui se pose d’habitude en rassembleur de la majorité, rompt avec une tradition qu’il a lui-même impulsée.

Une semaine après le vaudeville de La Rochelle, dont la seule vocation était de faire une photo de famille réussie, mais sommes toutes peu crédible, à nous de montrer par contraste que la diversité peut s’exprimer au sein de l’UMP et non par médias ou blogs interposés.

Jean-François Copé a impulsé cette dynamique en donnant la parole tour à tour à des personnalités aussi différentes que Lionnel Luca, Pierre Mehaignerie, ou Henri Guaino. À nous de garder cette ligne jusqu’à la réélection de Nicolas Sarkozy en mai prochain.

Auteur parrainé par Tristan Berteloot

VOTRE RÉACTION (1)

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 22:08

Et donc, après le vaudeville de La Rochelle, la foire aux bonimenteurs de Marseille… Et faudrait croire que c’est mieux, sans doute?

« Des personnalités comme Lionnel Luca »… ha oui, ce cher brave homme qui met homosexualité, zoophilie et pédophilie au même niveau… un personnage charmant plein d’intérêt, à n’en pas douter. Même si personnellement il m’évoque plutôt le sac que je mets à la rue un certain jour de la semaine pour qu’il soit ramassé par un camion… vous voyez de quoi je parle?

Mais bon, si vous avez été embrigadée là dedans dès 16 ans, on ne peut pas vous en vouloir… c’est un peu comme les victimes de secte, en somme…

Alain Branchedaunis

Alain Branchedaunis a posté le 3-09-2011 à 20:51

Où est ce que l’on rit !

« À nous de garder cette ligne jusqu’à la réélection de Nicolas Sarkozy en mai prochain. »
Ah bon c’est officiel ?

« Une semaine après le vaudeville de La Rochelle »
Vous y étiez ?

« des personnalités aussi différentes que Lionnel Luca, »
C’est bien lui qui traite Raffarin de has been ?

Ah vous êtes « Irréductiblement UMP » !
Excusez moi, je n’avais pas compris.
Que suis je bête !
Un homme non encarté, non socialiste, non rien, mais curieux !

À l’UMP, le marché des divisions est ouvert

CAMPUS UMP. « Rassemblement », tel est le mot d’ordre lancé par Jean-François Copé pour cette édition 2011 du Campus UMP. L' »anti-La Rochelle » répète à qui veut l’entendre le Secrétaire général du parti majoritaire. La belle unité de la Sarkozie n’est pourtant qu’une façade…
Sélectionné et édité par Tristan Berteloot

Temps de lecture Temps de lecture : 3 minutes

Oh que le 6 mai 2007 paraît loin ! Et avec elle la chaleur étouffante de la salle Gaveau. J’ai adhéré à l’UMP en 2003. L’Union pour un mouvement populaire était alors un parti où les valeurs de la République étaient mises en avant et, surtout, défendues. Gaulliste chiraquien, avec l’élection de Nicolas Sarkozy je pensais prolonger les douze ans de présidence de Jacques Chirac, qui avait été, pour moi, le déclenchement d’une formidable ferveur, d’espoirs.

 

Le parti était debout, respectueux des sensibilités, tenant un discours cohérent de vérité, défendant les valeurs qui nous réunissent telles que la liberté, l’égalité et la fraternité. Notre président n’était pas le président d’un parti, ni d’un clan, mais de tout un pays, la France. Le soir du 6 mai 2007, je me sentais, comme bon nombre de mes amis, fier d’appartenir à l’UMP.

 

Jean-François Copé, Christian Estrosi et Nathalie Kosciusko-Morizet au campus de l'UMP le 2 septembre 2011 - Crédit : AC POUJOULAT / AFP

 J.F. Copé, C. Estrosi et N. Kosciusko-Morizet au campus de l’UMP le 2 septembre 2011 – Crédit : AC POUJOULAT / AFP

 

Un mouvement est en déliquescence

 

Quatre ans après, poussés par les divisions encouragées par Xavier Bertrand, cet élan de rassemblement et d’unité a disparu. Depuis l’élection du président de la République Nicolas Sarkozy, notre mouvement est en déliquescence. Le populisme y prend le pas sur les valeurs de la République, sur la méritocratie.Deux blocs s’affrontent : l’un représentant les valeurs républicaines, l’autre touchant de très près, de trop près, aux thèmes du parti de Marine Le Pen. Nous n’avons pas vocation à ne parler que de sécurité, que d’immigration, de laïcité.

 

En revanche, nous avons la responsabilité de remettre les Français au travail, de repenser notre système éducatif, de mettre au centre de nos préoccupations le thème de la jeunesse, et de poursuivre l’admirable Grenelle de l’environnement. Voilà ce que nous devons, ensemble, avec le président de la République, mettre en œuvre.

 

Le bal des sensibilités

 

Mais aujourd’hui, l’union n’a plus aucun sens, noyée dans un océan de sensibilités. Elle a perdu de son authenticité – les centristes d’un côté, les libéraux de l’autre, les gaullistes que je suis fier de représenter -, trop tournée qu’elle est vers des branches qui ne représentent personne mais s’adressent aux masses, telle la droite populaire, qui n’a de populaire que le nom, et que l’on devrait renommer populiste tant elle est orientée vers l’électorat du Front national.

 

Ce parti, mené par des parlementaires qui ne représentent qu’eux mêmes… n’est pas la France. Lionnel Luca n’est pas la France, Brigitte Baréges n’est pas la France, Christian Vanneste n’est pas la France. Ce groupuscule aux relents extrêmistes porte gravement atteinte aux valeurs qui rassemblent 200.000 militants populaires. Je ne suis pas fier de cet UMP là. Ce n’est pas l’image que je souhaite de notre parti, ce n’est pas l’image que je souhaite pour la France. Le président de la République ne doit pas se laisser masquer par des tentations électoralistes qui minent très gravement l’unité de notre mouvement. À trop taper sur le Parti socialiste, nous lui ressemblons. Aujourd’hui les divisions ne sont pas où nous tentons de le faire croire. Elles sont chez nous.

 

Martine Aubry et Nicolas Sarkozy sur le perron de l'Elysée, le 9 septembre 2009 (ERIC FEFERBERG / AFP)

Martine Aubry et Nicolas Sarkozy sur le perron de l’Elysée, le 9 septembre 2009 – Crédit : E. FEFERBERG / AFP

 

Au Parti socialiste, il y a le bal des égos. A l’UMP, nous avons le bal des sensibilités, où l’on s’accuse d’être tantôt trop libéral, pas assez gaulliste, beaucoup trop centriste, pas assez humaniste… et j’en passe. Au parti socialiste, il y a Martine, François, Ségolène, Arnaud, Manuel… Chez nous, ce sont les centristes, les gaullistes, les humanistes, les populistes.

 

La passe d’armes, la semaine dernière, entre notre secrétaire général et Dominique Bussereau démontre très fortement la crise des sensibilités au sein de notre mouvement. À trop vouloir faire plaisir aux différentes sensibilités, nous avons créé une tumeur cancéreuse qui gangrène notre mouvement. L’élection 2012 est une chance que nous ne pouvons pas manquer. De grâce, M. Sarkozy, ne laissez pas la droite populaire tuer notre mouvement !

VOS RÉACTIONS (31)

Moay Ifu'Umwâmi

Moay Ifu’Umwâmi a posté le 3-09-2011 à 20:20

Quand on se permet d’appeler une partie de la population française « racaille à nettoyer au kärcher », on a la décence de ne pas se dire le représentant du peuple français; quand on a l’indécence de s’augmenter de 172% pour « gagner » presque 20 000€ par mois, net d’impôts,on évite de pleurer à la TV: « Que vont devenir nos retraites? » quand des retraités vont manger aux Resto du Cœur.
Le Petit Napoléon de l’UMP n’hésite pas à contredire ses déclarations deux semaines après les avoir faites!
Alors, ne soyez pas déçus à l’UMP! Tous le monde l’imite: Uniquement Moi Président!!!

Diogène De Synope

Diogène De Synope a posté le 3-09-2011 à 16:39

Je comprends votre désarroi, un président idéalisé en 2007 qui se chamaille avec un ex premier ministre qui le renvoi dans ses buts. Les français n’y comprennent plus rien, l’action gouvernementale est incohérente.
Par contre, prétendre qu’un bal des « égos » n’existe pas, que ce n’est que bal de sensibilité, énorme!
Aaaah… Quelle nostalgie 2007, « tous pour lui » et « lui pour lui ».

Jean-Michel Landureau

Jean-Michel Landureau a posté le 3-09-2011 à 16:26

Et oui au PS il y a Martine, François, Ségolène, Arnaud, Manuel au moins les socialistes ont le choix entre des personnes de qualité tandis qu’à l’UMp il ne leur reste que sarko un président usé et en fin de parcours quelle tristesse !!!!

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 16:33

Au PS, il y a une telle médiocrité, que tout le monde croit pouvoir se présenter
Le Ps ce n est pas un trop plein ,c est un vide
vide de leader valable, vide d idées, vide de projet et de proposition crédibles
Leur seul programme, leur seule unité: battre Sarkozy
Et après , pourquoi faire? il n en savent RIEN, car ils sont incapables d appréhender les réalités de se monde, et vivent sur leur dogmes et leurs archaïsmes

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 16:52

Tu fais de l’anti-PS primaire…

(oui, le stupide argument de l’ump contre la gauche peut facilement être inversé)

Alexandre Poincet

Alexandre Poincet a posté le 3-09-2011 à 17:12

battre sarko c’est a la portée du premier venu il n’est pas aussi intelligent que rafarin…..

BIG Mama

BIG Mama a posté le 3-09-2011 à 17:51

Au PS , une vraie démocratie, les primaires en sont un exemple , et non un paraître ; l’UMP c’est tout sourire et désunion réelle, Borloo a quitté le navire avant qu’il ne coule , il a bien fait ; d’autres sont humiliés, renvoyés; et chacun se tient à carreaux , et quand ils parlent les uns ou les autres il faut que ça ne froisse en rien le Chef, sinon déplacé, comme Paillet , ou la porte ; dernier en date qui s’est pris une remarque désagréable Rafarin, et franchise : dans son dos . Quant à la réalité de ce monde elle est ce que certains politiques en ont fait : le libéralisme ou l’ultra-libéralisme en est le grand responsable de ce gâchis : les pauvres augmentent et sont encore plus pauvres; et les riches augmentent en étant encore plus riches ; ça Monsieur c’est une réalité incontestable , et ce n’est pas le seul constat; allez lire le rapport de l’INSEE, ça c’est de la bonne lecture, ça ouvre les yeux , ça vous donne envie de gueuler contre les responsables de ce gâchis .
Bonne lecture, il y en a d’autres le rapport de la Cour des Comptes, etc …

Roger Foubert

Roger Foubert a posté le 3-09-2011 à 17:57

M.Romarin vous reprenez votre antienne des gens de gauche qui sont incapables
d’ apprehender les realités de ce monde et qui ne vivent que sur leurs dogmes et leurs archaismes, auriez vous l’amabilité afin que nous puissions nous corriger, d’être didactique, de nous détailler un peu ce que vous mettez derriere ces reproches fourre-tout, faites nous part de votre bonne parole! enseignez nous! nous ne demandons qu’à partager votre science, votre savoir, il est criminel de laisser vos congénéres en pareil état d’ignorance.

cadi slim

cadi slim a posté le 3-09-2011 à 18:55

Rappelez-moi si je ne me trompe, il n’a pas été son ministre un certain temps.

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 19:13

Je parle des socialistes qui dirigent votre parti, qui prétendent vous représenter, et de ceux qui ont la prétention d ‘acceder aux plus hautes fonctions
Pas de l ensemble des gens qui se disent de gauche, où l on doit trouver de tout , du bon et du moins bon, comme partout

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 20:05

Mais à droite c’est pareil… des gens qui prétendent représenter la majorité (avec + de 70% des gens contre Sarko, tu parles!), qui ont la prétention de vouloir rester aux plus hautes fonctions et de se croire intouchables, et qui surtout ont suffisamment fait de dégats avec leurs lois, soit autoritaires, soit de vendus, qui n’avantagent que leurs riches amis et sponsors…

En 2012, DEHORS la droite.

Alain Branchedaunis

Alain Branchedaunis a posté le 3-09-2011 à 16:17

« De grâce, M. Sarkozy, ne laissez pas la droite populaire tuer notre mouvement ! »
Mais c’est Énorme !
Marseille vous inspire, pour la galéjade !
« Faut il pleurer ou bien en rire ? »
♫ ♪ ♫ ♪

Tenez un cadeau !
Une grande raffarinade d’actualité : « Notre route est droite, mais la pente est forte. »

Quand l’ex 1er ministre, l’ancien représentant de commerce en produits torréfiés (J.Vabre) vient s’attaquer à la probité de votre Président, et par conséquent à votre parti, je me réjouis sans fard, et pense que c’est un peu fort de café .
Autrement dit, je me marre.
Quoique un café à la sauge au thym ou au romarin ça n’a aucun goût.

Finalement le RPR n’est qu’un immense parc de loisirs de taxés !

Astares Astares

Astares Astares a posté le 3-09-2011 à 15:37

« essaie de se présenter *rassemblée* » et pas ce qui est écrit en une du site 😉

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 15:16

Quand j entends la gauche rire de division à l UMP, je rigole
Comment peuvent ils donner des leçons, eux qui nous donne le spectacle chaque jour de leur division pire de leur haine??
En ce sens La Rochelle fut le congrès de la Haine
Haine envers le Président (à écouter les propos d Aubry)
Haine de la droite à écouter les propos des haineux: Désir, Hamon
Haine entre eux Aubry n aime pas Hollande ,qui n aime pas Ségolène et inversement
A l UMP , le débat a lieu, les opinions et les propositions se confrontent, l UMP est riche de sa diversité, mais reste uni derrière le Président, malgré les sautes d humeur, et chacun se respecte, tout le contraire du PS

gloups gloups

gloups gloups a posté le 3-09-2011 à 15:38

A l’UMP pas de haine, ni contre la gauche ni entre eux ?
C’est le monde des bisounours ?
Quelle naïvité

Michel Romarin

Michel Romarin a posté le 3-09-2011 à 16:04

A l UMP quand on est pas d accord sur des fondamentaux ,on a le courage de partir comme Borloo, ou Villepin
AU PS personne n a ce courage
Sauf l exception : Mélanchon
Au Ps on se hait, on a des idées divergentes, on fait le grand écart ,mais personne s en va , bonjour le courage politique, il est vrai qu on a peur de perdre ses avantages d élus
Leur seule motivation est électoraliste

Seymour Guado

Seymour Guado a posté le 3-09-2011 à 16:25

Et la motivation de Sarko, on peut l’avoir, qu’on rigole un grand coup?

Alexandre Poincet

Alexandre Poincet a posté le 3-09-2011 à 17:15

votre commentaire fleure bon le thym et le romarin et j’entend les cigales (symbole de la connerie) vive les fourmis de gauche et mélenchon

cadi slim

cadi slim a posté le 3-09-2011 à 18:57

Tout le monde il est gentil, tout le monde,il est beau, beau et beau surtout pas bobo.

Alex De Lachesnay

Alex De Lachesnay a posté le 3-09-2011 à 20:05

Se marrer du bordel ambiant à droite ne veut pas dire donner des leçons mais même si c’était le cas ce ne serait que justice après les outrances de Copé suite à La Rochelle (comme les vôtres d’ailleurs).
Les observateurs qui font l’effort de se rapprocher d’un peu de neutralité, peuvent tout de même évaluer l’ampleur des bisbilles dans un parti qui est au pouvoir comparée à celles des socialistes.
Autrement dit, au même niveau sur l’échelle des bisbilles, le parti au pouvoir doit être plus sévèrement jugé.
Par ailleurs, Borloo n’a pas quitté le gouvernement sur des divergences fondamentales mais sur un échec à devenir premier ministre. Et il n’a pas encore quité l’UMP.
Quant à Villepin, je crois savoir qu’il est encore encarté UMP.
Je tiens à vous dire que j’admire votre dévotion à cette droite extrême et votre compétence dans l’analyse objective de la situation à droite et à gauche.

gloups gloups

gloups gloups a posté le 3-09-2011 à 15:12

L’UMP c’est le bal des crocos, manger ou être mangé. Préhistorique.

Au sein de l’UMP – objectifs de ce CAMPUS 2011

Le projet remis à Bruno Le Maire

Image by UMP Photos via Flickr

Nicolas Sarkozy 2012
UMP – Un objectif clair : la victoire de Nicolas #Sarkozy en mai prochain ! bit.ly/n58RF2 #CampusUMP

UN OBJECTIF CLAIR :

LA VICTOIRE DE

NICOLAS SARKOZY

EN MAI PROCHAIN !

CAMPUS À MARSEILLE,

UN RENDEZ-VOUS

D’UNITÉ ET DEMOBILISATION !

L’édito de Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, du jeudi 1er septembre 2011

Le Campus de notre parti les 2-3-4 septembre à Marseille sera une démonstration d’unité et de rassemblement derrière le Président de la République. Ce sera le coup d’envoi de la campagne de l’UMP pour 2012. Avec Benjamin Lancar des Jeunes Populaires et Franck Allisio des Jeunes Actifs, nous avons aussi voulu faire de ce campus une rencontre des jeunes, pour les jeunes, placée sous le signe du débat et du fond pour coller au plus proche des préoccupations des Français.

Trois axes structureront ce campus :

  • L’unité et la mobilisation parce que ce sont les ingrédients indispensables à la victoire en 2012. Au cours de ces trois jours, ce sont plus de 6 000 personnes qui sont attendues autour de l’équipe dirigeante et des ministres. Nous allons notamment réfléchir ensemble, autour de Pierre Méhaignerie, aux valeurs qui font l’UMP. Car ce sont bien nos valeurs communes qui sont le socle qui réunit toutes les sensibilités de l’UMP. Au cours de nos travaux, toutes les sensibilités de notre famille politique, comme chaque militant, pourront faire entendre leur voix en toute liberté. Le respect de la diversité qui fait notre richesse, et qui est une des lignes directrices que j’ai voulu instaurer depuis mon arrivée à la tête de notre parti, sera encore une fois à l’honneur à Marseille.
  • Le débat et le fond parce que c’est là où nous attendent les Français. Nous aborderons en particulier les sujets des droits de l’homme ou de la crise financière, des événements majeurs qui déterminent le quotidien des Français. Ce sera aussi l’occasion de faire connaître les grands axes de notre projet pour 2012, présenté par Bruno Le Maire, et que nous remettrons à Nicolas Sarkozy.
  • La jeunesse : parce qu’elle est notre avenir et que c’est pour elle que nous construisons la France de demain. La jeunesse sera omniprésente dans tous les débats : sur le thème des droits de l’Homme, nous aurons ainsi le plaisir d’accueillir des jeunes venus de Libye, de Syrie, de Tunisie ou de Côte d’Ivoire ; sur le projet, les jeunes populaires de Benjamin Lancar nous livreront leurs propositions pour 2012.

Unité, mobilisation, débats de fond, omniprésence de la jeunesse (nous attendons 3000 jeunes contre moins de 600 à la Rochelle aux universités d’été du PS) autant d’éléments qui trancheront avec le spectacle lamentable des universités socialistes qui se sont résumées à un festival de mesquineries entre candidats à la primaire. Trop occupés à se regarder le nombril et à se crêper le chignon, les socialistes en ont oublié de soulever les problématiques auxquelles font face la France et les Français : pouvoir d’achat, crise, chômage… Surtout, ils n’ont pas profité de ce rassemblement pour revoir leur projet irresponsable et infinançable (retour de la retraite à 60 ans, 300 000 emplois jeunes, refus de la règle d’or budgétaire etc). Le campus de Marseille sera une nouvelle occasion de montrer le fossé qui sépare l’UMP, parti du courage et de la responsabilité, et le PS, parti de la dette et de l’irresponsabilité.

Je compte sur votre participation et votre mobilisation pour que cet évènement, notre évènement, soit une vraie réussite et pour qu’à quelques mois des élections présidentielle et législatives, l’UMP soit plus que jamais en ordre de bataille.

Jean-François Copé a détaillé les 5 conditions « de nos victoires à venir » 

« L’UMP se considère entièrement mobilisé pour la campagne présidentielle ». En lançant ce week-end le coup d’envoi de la campagne présidentielle, Jean-François Copé a détaillé devant les Jeunes Populaires et les membres du Conseil national, le « mode d’emploi pour la victoire » à l’élection présidentielle, moment de « rencontre totale avec les Français », de « combat pour la France », d’une « aventure hulaine fantastique fait d’engagemnt, d’enthousiasme et de fraternitré ».

Ce mode d’emploi repose, pour Jean-François Copé sur 5 conditions réunis autour de 5 mots clé : unité, crédibilité, solidité, riposte et valorisation du quinquennat.

UNITE.- « Les querelles personnelles ne peuvent en aucun cas l’emporter sur l’intérêt général. L’originalité de l’UMP est que chaque sensibilité s’exprime », souligne Jean-François Copé pour qui « ce qui nous rassemble est infiniment supérieur à ce qui nous divise ». Pour lui l’UMP « n’est pas un match entre sensibilités mais un lieu de débats avant décision. On parle de la France avec conviction et un objectif : l’avenir de notre pays ».

CREDIBILITE.- La crédibilité en politique nécessite, pour Jean-François Copé, que la vérité soit dite. « Les décisions que nous prendrons seront déterminantes pour l’avenir de la France et de nos enfants », souligne-t-il invitant les Français à comparer les propositions et surtout les motivations des socialistes avec lesquels il sera sans concession parce qu’ils « promettent par intérêt électoral et au détriment de la nation ».
« Il est beaucoup plus exigeant de dire aux Français qu’il faudra travailler plus, qu’il n’y a pas de droits sans devoirs. Cette exigence de vérité c’est notre honneur » poursuit Jean-François Copé soulignant que l’UMP est en pointe dans le débat et les propositions comparé à un PS dont le programme a été préparé par 2 ou 3 techniciens, dans une anti-chambre, en complet décalage avec les réalités économiques et les exigences que nécessite la situation actuelle

SOLIDITE.- Jean-François Copé appelle à la solidité face aux critiques, aux polémiques. Mais également de l’engagement total de tous car « beaucoup d’intérêts se coagulent pour nous empêcher de poursuivre les réformes pour la France ».

RIPOSTE .- « Ne cachez pas votre fierté d’appartenir au plus grand parti de France», note Jean-François Copé, encourageant tous les militants à ne pas craindre la riposte. Comme de ne pas accepter la journée de dupes de mercredi dernier où, sur les allégations d’une magistrate, « le PS a été beaucoup plus bavard en une journée qu’en 10 ans sur ce qui se passe dans la fédération P¨S des Bouches-du-Rhône ».

VALORISATION DU BILAN DU QUINQUENNAT.- Réformes (hospitalière, des retraites, de la carte judicaire,, des universités…) , action internationale de la France en haut du podium lorsqu’il s’agit de défendre les droits de l’homme, réaction volontariste devant la crise mondiale, maîtrise des dépenses… Jamais un Gouvernement sous la Vème République n’avait autant réformé en un mandat dans le souci de protéger la France et des Français. « Une action marqué par le courage », note Jean-François Copé appelant les militants à valoriser le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy 2012
SARKOZY_2012 Nicolas Sarkozy 2012
UMP « Notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons » bit.ly/qempAx #CampusUMP

« NOTRE POINT COMMUN

CE SONT LES VALEURS FONDAMENTALES

QUE NOUS PARTAGEONS »

Jean-François Copé a initié un débat sur nos valeurs

Attachement à la France, à la république, à la nation, diversité, justice, équité, humanisme, sincérité, honnêteté, optimisme…

Que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ?

Par son interrogation, Henri Guaino, conseiller du président de la République, a résumé « le sujet le plus délicat qu’une formation politique puisse débattre », celui sur les valeurs.

Ce débat sur les valeurs, Jean-François Copé y tenait, convaincu, comme Henri Guaino, que ce qui a prévalu depuis la création de l’UMP, l’union, était plus fort que ce qui pouvait différencier les différentes sensibilités de l’UMP. « La diversité de nos points de vue fait la force de l’UMP », résume Jean-François Copé qui, en qualité de secrétaire général, est le garant de la liberté d’expression de chacun.

« Aucune formation politique n’est capable comme la nôtre d’incarner autant d’originalité, de diversité, de talent et de courage », poursuit Jean-François Copé pour qui « notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons ».

Et ces valeurs fondamentales ont été présentées par de nombreuses personnalitésincarnant les sensibilités de l’UMP.

De Frédéric Lefebvre, mettant en avant la valeur travail, « pierre angulaire de notre société, chance de se dépasser » à  Christian Estrosi s’appuyant sur 3 piliers :l’exigence de croissance, la justice et l’équité. « Mais, souligne-t-il, « nous ne serons pas compris des Français s’il n’y a pas une juste redistribution des choses ».

Ce débat, ce travail sur les valeurs, Hervé Mariton le salue et encourage notre formation à le renouveler régulièrement. « On invente le monde de demain en étant fidèle à ses valeurs », note encore Hervé Mariton pour qui il est « important d’habiter les valeurs ».

Nathalie Kosciusko-Morizet, Marc Laffineur comme Lionnel Luca ont beaucoup insisté sur l’ « attachement à la France ».

« L’attachement à la France serait de savoir saluer les victoires de la France », souligne Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui la Libye, le processus électoral en Côte d’Ivoire sont « autant de victoires des valeurs universelles de la France ». Pour Lionnel Luca l’attachement à la France est plus facile lorsque l’on connaît l’histoire de France.

Défenseur de la République, de la nation de la France, Roger Karoutchi souligne que « la solidarité n’existe que dans le cadre de la nation ».

Pour Nora Berra, l’une des valeurs de l’UMP est sont attachement à la diversité, « ce fleuve qui irrigue notre démarche politique ».

Aux jeunes UMP, Henri Guaino a parlé de l’engagement sincère que chacun devait avoir. D’amour aussi. « Comment combattre en politique si on n’est pas sincère, c’est-à-dire honnête avec soi-même ? Comment s’engager en politique sans aimer les gens, la France, la république, celle qui permet à celui qui n’a rien de devenir quelqu’un, de réussir ? »

Dans cette société de difficultés, Henri Guaino nous invite à « faire attention à ceux qui souffrent, qui sont à la peine ». De se « méfier des recettes toutes faites ». Pour lui la « politique nous impose une éthique de la responsabilité plus encore que de la conviction. La morale de la politique n’est pas dans la bonne conscience mais elle est d’abord dans le cas de conscience ».

Alors, que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ? Henri Guaino a une conviction chevillée au corps : « Nous sommes ensemble à la recherche d’un nouvel humanisme. Et qu’est que l’humanisme sans le souci de l’humain », interroge encore celui qui « prend tout ce qui est bien et beau pour la France ».

Sir Peter Westmacott, Ambassadeur de Grande-Bretagne en France, Valérie Rosso-Debord et Jean-François Copé

Un optimisme qu’il partage avec Pierre Méhaignerie. Comme il partage avec toute l’UMP la fierté de ce que Nicolas Sarkozy a accompli tant pour la France, les Français que pour la civilisation.

« NOTRE POINT COMMUN

CE SONT LES VALEURS

FONDAMENTALES

QUE NOUS PARTAGEONS »

 Jean-François Copé a initié un débat sur nos valeurs
Attachement à la France, à la république, à la nation, diversité, justice, équité, humanisme, sincérité, honnêteté, optimisme…

Que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ?

Par son interrogation, Henri Guaino, conseiller du président de la République, a résumé « le sujet le plus délicat qu’une formation politique puisse débattre », celui sur les valeurs.

Ce débat sur les valeurs, Jean-François Copé y tenait, convaincu, comme Henri Guaino, que ce qui a prévalu depuis la création de l’UMP, l’union, était plus fort que ce qui pouvait différencier les différentes sensibilités de l’UMP. « La diversité de nos points de vue fait la force de l’UMP », résume Jean-François Copé qui, en qualité de secrétaire général, est le garant de la liberté d’expression de chacun.

« Aucune formation politique n’est capable comme la nôtre d’incarner autant d’originalité, de diversité, de talent et de courage », poursuit Jean-François Copé pour qui « notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons ».

Et ces valeurs fondamentales ont été présentées par de nombreuses personnalitésincarnant les sensibilités de l’UMP.

De Frédéric Lefebvre, mettant en avant la valeur travail, « pierre angulaire de notre société, chance de se dépasser » à  Christian Estrosi s’appuyant sur 3 piliers :l’exigence de croissance, la justice et l’équité. « Mais, souligne-t-il, « nous ne serons pas compris des Français s’il n’y a pas une juste redistribution des choses ».

Ce débat, ce travail sur les valeurs, Hervé Mariton le salue et encourage notre formation à le renouveler régulièrement. « On invente le monde de demain en étant fidèle à ses valeurs », note encore Hervé Mariton pour qui il est « important d’habiter les valeurs ».

Nathalie Kosciusko-Morizet, Marc Laffineur comme Lionnel Luca ont beaucoup insisté sur l’ « attachement à la France ».

« L’attachement à la France serait de savoir saluer les victoires de la France », souligne Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui la Libye, le processus électoral en Côte d’Ivoire sont « autant de victoires des valeurs universelles de la France ». Pour Lionnel Luca l’attachement à la France est plus facile lorsque l’on connaît l’histoire de France.

Défenseur de la République, de la nation de la France, Roger Karoutchi souligne que « la solidarité n’existe que dans le cadre de la nation ».

Pour Nora Berra, l’une des valeurs de l’UMP est sont attachement à la diversité, « ce fleuve qui irrigue notre démarche politique ».

Aux jeunes UMP, Henri Guaino a parlé de l’engagement sincère que chacun devait avoir. D’amour aussi. « Comment combattre en politique si on n’est pas sincère, c’est-à-dire honnête avec soi-même ? Comment s’engager en politique sans aimer les gens, la France, la république, celle qui permet à celui qui n’a rien de devenir quelqu’un, de réussir ? »

Dans cette société de difficultés, Henri Guaino nous invite à « faire attention à ceux qui souffrent, qui sont à la peine ». De se « méfier des recettes toutes faites ». Pour lui la « politique nous impose une éthique de la responsabilité plus encore que de la conviction. La morale de la politique n’est pas dans la bonne conscience mais elle est d’abord dans le cas de conscience ».

Alors, que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ? Henri Guaino a une conviction chevillée au corps : « Nous sommes ensemble à la recherche d’un nouvel humanisme. Et qu’est que l’humanisme sans le souci de l’humain », interroge encore celui qui « prend tout ce qui est bien et beau pour la France ».

Un optimisme qu’il partage avec Pierre Méhaignerie. Comme il partage avec toute l’UMP la fierté de ce que Nicolas Sarkozy a accompli tant pour la France, les Français que pour la civilisation.

« NOTRE POINT COMMUN

CE SONT LES

VALEURS FONDAMENTALES

QUE NOUS PARTAGEONS »

Jean-François Copé a initié un débat sur nos valeurs
Attachement à la France, à la république, à la nation, diversité, justice, équité, humanisme, sincérité, honnêteté, optimisme…

Que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ?

Par son interrogation, Henri Guaino, conseiller du président de la République, a résumé « le sujet le plus délicat qu’une formation politique puisse débattre », celui sur les valeurs.

Henri Guaino

Ce débat sur les valeurs, Jean-François Copé y tenait, convaincu, comme Henri Guaino, que ce qui a prévalu depuis la création de l’UMP, l’union, était plus fort que ce qui pouvait différencier les différentes sensibilités de l’UMP. « La diversité de nos points de vue fait la force de l’UMP », résume Jean-François Copé qui, en qualité de secrétaire général, est le garant de la liberté d’expression de chacun.

Lionnel Luca
« Aucune formation politique n’est capable comme la nôtre d’incarner autant d’originalité, de diversité, de talent et de courage », poursuit Jean-François Copé pour qui « notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons ».

Et ces valeurs fondamentales ont été présentées par de nombreuses personnalitésincarnant les sensibilités de l’UMP.

De Frédéric Lefebvre, mettant en avant la valeur travail, « pierre angulaire de notre société, chance de se dépasser » à  Christian Estrosi s’appuyant sur 3 piliers :l’exigence de croissance, la justice et l’équité. « Mais, souligne-t-il, « nous ne serons pas compris des Français s’il n’y a pas une juste redistribution des choses ».

Nora Berra

Ce débat, ce travail sur les valeurs, Hervé Mariton le salue et encourage notre formation à le renouveler régulièrement. « On invente le monde de demain en étant fidèle à ses valeurs », note encore Hervé Mariton pour qui il est « important d’habiter les valeurs ».

Nathalie Kosciusko-Morizet, Marc Laffineur comme Lionnel Luca ont beaucoup insisté sur l’ « attachement à la France ».

« L’attachement à la France serait de savoir saluer les victoires de la France », souligne Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui la Libye, le processus électoral en Côte d’Ivoire sont « autant de victoires des valeurs universelles de la France ». Pour Lionnel Luca l’attachement à la France est plus facile lorsque l’on connaît l’histoire de France.

Défenseur de la République, de la nation de la France, Roger Karoutchi souligne que « la solidarité n’existe que dans le cadre de la nation ».

Pour Nora Berra, l’une des valeurs de l’UMP est sont attachement à la diversité, « ce fleuve qui irrigue notre démarche politique ».

Sir Peter Westmacott, Ambassadeur de Grande-Bretagne en France, Valérie Rosso-Debord et Jean-François Copé

Aux jeunes UMP, Henri Guaino a parlé de l’engagement sincère que chacun devait avoir. D’amour aussi. « Comment combattre en politique si on n’est pas sincère, c’est-à-dire honnête avec soi-même ? Comment s’engager en politique sans aimer les gens, la France, la république, celle qui permet à celui qui n’a rien de devenir quelqu’un, de réussir ? »

Dans cette société de difficultés, Henri Guaino nous invite à « faire attention à ceux qui souffrent, qui sont à la peine ». De se « méfier des recettes toutes faites ». Pour lui la « politique nous impose une éthique de la responsabilité plus encore que de la conviction. La morale de la politique n’est pas dans la bonne conscience mais elle est d’abord dans le cas de conscience ».

Alors, que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ? Henri Guaino a une conviction chevillée au corps : « Nous sommes ensemble à la recherche d’un nouvel humanisme. Et qu’est que l’humanisme sans le souci de l’humain », interroge encore celui qui « prend tout ce qui est bien et beau pour la France ».

Un optimisme qu’il partage avec Pierre Méhaignerie. Comme il partage avec toute l’UMP la fierté de ce que Nicolas Sarkozy a accompli tant pour la France, les Français que pour la civilisation.

Marc Laffineur

CAMPUS DE MARSEILLE :

L’UMP SONNE

LE RASSEMBLEMENT

ET LA MOBILISATION

POUR LA PRÉSIDENTIELLE 

 La cité phocéenne accueille du 2 au 4 septembre le campus de notre famille politique
Un rendez-vous d’unité et de débats

Le campus de l’ UMP,  qui se déroule à marseille du 2 au 4 septembre, donne le signal de la mobilisation de notre famille politique en vue des élections !

Jean-François Copé, Secrétaire général de l'UMP, s'exprime au sujet des 3 objectifs du Campus : l'esprit de rassemblement du parti, les débats de fond et le coup d'envoi de la campagne présidentielle.

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html

C’est l’occasion pour tous les jeunes militants et, bien au-delà, de tous les membres de notre famille politique de se rassembler et de mettre à profit ce moment d’unité pour échanger, proposer et poursuivre les débats lancés par Jean-François Copé depuis son élection à la tête de notre mouvement en novembre dernier.

Interview de Jean-François Copé

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html

Lors de sa première intervention lors du Bureau politique qui l’avait élu au poste de secrétaire général, Jean-François Copé s’était engagé à lancer la levée en masse pour 2012. En dix mois bien du chemin a été parcouru et aujourd’hui cet engagement se transforme en succès. En renouant avec la liberté de parole, en ouvrant grandes ses portes et ses fenêtres, l’UMP est la seule formation politique qui débat sans tabou sur tous les sujets qui préoccupent les Françaises et les Français au quotidien.

A l’origine de tous les débats de société, l’UMP, sous la houlette de Jean-François Copé et avec le concours des think-tanks, parlementaires, fédérations, a engagé également une profonde rénovation de la gouvernance avec une transformation du Bureau politique devenue désormais l’instance de décision. Dans le même esprit le Conseil national, hier simple chambre d’enregistrement, est maintenant le Parlement du parti où chaque conseiller national peut interpeller sous le mode de fonctionnement de l’Assemblée nationale tant le secrétaire général que les responsables de notre formation.

Interview de Benjamin Lancar

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html

Près de 6 000 personnes sont attendues dès le vendredi 2 septembre dans la cité phocéenne. « Ce campus répond à 3 objectifs », résume Jean-François Copé. « Rendez-vous majeur pour nous, il se déroulera tout d’abord dans un esprit de rassemblement de la famille UMP avec toutes ses composantes et ses sensibilités.Il sera en contrepoint de ce qui s’est passé à La Rochelle où le PS, totalement déchiré, est miné par ses querelles de personnes avant la primaire. Lorsque l’on fait le compte des phrases assassines, il ya de quoi faire un joli lexique que nous ne manquerons pas de présenter », note Jean-François Copé.

Le deuxième objectif de ce campus est dans la droite ligne de notre action engagée depuis fin 2010 dans le cadre du projet 2012 de l’UMP pour la Présidentielle. « Nous privilégierons le débat de fond avec notamment de grandes tables rondes sur des thématiques de cet été comme la crise financière, les droits de l’Homme et la démocratie, sur les espérance s de la jeunesse ». Des jeunes venus de Tunisie, de Libye, de Syrie, d’Egypte, de Côte d’Ivoire apporteront leurs témoignages.

Interview d'Hervé Novelli

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html
Ce campus 2011 « donnera également le coup d’envoi de la Présidentielle pour notre parti qui va s’engager dans une dynamique très forte. Nous sommes extrêmement mobilisés », souligne Jean-François Copé notant que lors de ce campus se tiendra également un Conseil national qui débattra sur le bilan du quinquennat, sur le rapport d’étape du projet 2012 présenté par Bruno Le Maire, délégué général en charge du projet, ainsi que sur les résultats d’une consultation auprès de nos militants et adhérents .

CAMPUS 2011 : LE PROGRAMME

Vendredi 02 septembre

14h30 : Plénière – ouverture du Campus par Benjamin Lancar, Franck Allisio, Renaud Muselier, Jean-Claude Gaudin et Jean-François Copé
15h00 – 16h45 : Plénière – « Droits de l’Homme et démocratie, les espérances de la jeunesse » – animée par Nadine Morano
16h45 – 18h30 : Plénière – « Nos valeurs » – animée par Valérie Rosso-Debord
19h00 : Apéritif régional organisé par les Jeunes Pop
20h30 : Diner
23h00 : Soirée

Samedi 03 septembre

9h00 : Accueil / petit déjeuner
10h00 – 11h30 : Formation en plénière autour de la défense et la promotion du bilan – animée par Michèle Tabarot et plusieurs secrétaires nationaux : Bruno Beschizza, Olivier Carré, Sebastien Huyghe, Valérie Rosso-Debord, Franck Riester
11h30 : Ouverture du Conseil national
– Intervention de Jean-Pierre Raffarin
– Commissions thématiques du Conseil National : formations sur le thème projet contre projet
– Réunion des cadres et réunion des RDJ
13h00 – 14h30 : Déjeuner
14h30 – 16h00 : Conseil national – plénière – lancement par Jean-Pierre Raffarin
– Présentation des résultats de la grande consultation des militants
– Intervention de Jean-François Copé
– Remise des propositions des jeunes Pop pour le projet
– Intervention de Bruno Le Maire sur le projet
16h00 – 17h00 : Questions – réponses entre la salle et l’équipe dirigeante
17h00 – 18h45 : Plénière sur la crise financière et économique – animée par Jean-Pierre Raffarin
19h00 – 20h00 : Tournois sportifs organisés par les Jeunes Pop
20h30 : Apéritif régional puis dîner
23h00 : Soirée

Dimanche 04 septembre

9h00 – 9h45 : Accueil
10h00 : Plénière de clôture
11h00 : Intervention de Jean-François Copé, Secrétaire général de l’UMP
12h00 : Intervention de François Fillon, Premier Ministre

%d blogueurs aiment cette page :