Archives de Tag: Bruno Le Maire

Au sein de l’UMP – objectifs de ce CAMPUS 2011

Le projet remis à Bruno Le Maire

Image by UMP Photos via Flickr

Nicolas Sarkozy 2012
UMP – Un objectif clair : la victoire de Nicolas #Sarkozy en mai prochain ! bit.ly/n58RF2 #CampusUMP

UN OBJECTIF CLAIR :

LA VICTOIRE DE

NICOLAS SARKOZY

EN MAI PROCHAIN !

CAMPUS À MARSEILLE,

UN RENDEZ-VOUS

D’UNITÉ ET DEMOBILISATION !

L’édito de Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, du jeudi 1er septembre 2011

Le Campus de notre parti les 2-3-4 septembre à Marseille sera une démonstration d’unité et de rassemblement derrière le Président de la République. Ce sera le coup d’envoi de la campagne de l’UMP pour 2012. Avec Benjamin Lancar des Jeunes Populaires et Franck Allisio des Jeunes Actifs, nous avons aussi voulu faire de ce campus une rencontre des jeunes, pour les jeunes, placée sous le signe du débat et du fond pour coller au plus proche des préoccupations des Français.

Trois axes structureront ce campus :

  • L’unité et la mobilisation parce que ce sont les ingrédients indispensables à la victoire en 2012. Au cours de ces trois jours, ce sont plus de 6 000 personnes qui sont attendues autour de l’équipe dirigeante et des ministres. Nous allons notamment réfléchir ensemble, autour de Pierre Méhaignerie, aux valeurs qui font l’UMP. Car ce sont bien nos valeurs communes qui sont le socle qui réunit toutes les sensibilités de l’UMP. Au cours de nos travaux, toutes les sensibilités de notre famille politique, comme chaque militant, pourront faire entendre leur voix en toute liberté. Le respect de la diversité qui fait notre richesse, et qui est une des lignes directrices que j’ai voulu instaurer depuis mon arrivée à la tête de notre parti, sera encore une fois à l’honneur à Marseille.
  • Le débat et le fond parce que c’est là où nous attendent les Français. Nous aborderons en particulier les sujets des droits de l’homme ou de la crise financière, des événements majeurs qui déterminent le quotidien des Français. Ce sera aussi l’occasion de faire connaître les grands axes de notre projet pour 2012, présenté par Bruno Le Maire, et que nous remettrons à Nicolas Sarkozy.
  • La jeunesse : parce qu’elle est notre avenir et que c’est pour elle que nous construisons la France de demain. La jeunesse sera omniprésente dans tous les débats : sur le thème des droits de l’Homme, nous aurons ainsi le plaisir d’accueillir des jeunes venus de Libye, de Syrie, de Tunisie ou de Côte d’Ivoire ; sur le projet, les jeunes populaires de Benjamin Lancar nous livreront leurs propositions pour 2012.

Unité, mobilisation, débats de fond, omniprésence de la jeunesse (nous attendons 3000 jeunes contre moins de 600 à la Rochelle aux universités d’été du PS) autant d’éléments qui trancheront avec le spectacle lamentable des universités socialistes qui se sont résumées à un festival de mesquineries entre candidats à la primaire. Trop occupés à se regarder le nombril et à se crêper le chignon, les socialistes en ont oublié de soulever les problématiques auxquelles font face la France et les Français : pouvoir d’achat, crise, chômage… Surtout, ils n’ont pas profité de ce rassemblement pour revoir leur projet irresponsable et infinançable (retour de la retraite à 60 ans, 300 000 emplois jeunes, refus de la règle d’or budgétaire etc). Le campus de Marseille sera une nouvelle occasion de montrer le fossé qui sépare l’UMP, parti du courage et de la responsabilité, et le PS, parti de la dette et de l’irresponsabilité.

Je compte sur votre participation et votre mobilisation pour que cet évènement, notre évènement, soit une vraie réussite et pour qu’à quelques mois des élections présidentielle et législatives, l’UMP soit plus que jamais en ordre de bataille.

Jean-François Copé a détaillé les 5 conditions « de nos victoires à venir » 

« L’UMP se considère entièrement mobilisé pour la campagne présidentielle ». En lançant ce week-end le coup d’envoi de la campagne présidentielle, Jean-François Copé a détaillé devant les Jeunes Populaires et les membres du Conseil national, le « mode d’emploi pour la victoire » à l’élection présidentielle, moment de « rencontre totale avec les Français », de « combat pour la France », d’une « aventure hulaine fantastique fait d’engagemnt, d’enthousiasme et de fraternitré ».

Ce mode d’emploi repose, pour Jean-François Copé sur 5 conditions réunis autour de 5 mots clé : unité, crédibilité, solidité, riposte et valorisation du quinquennat.

UNITE.- « Les querelles personnelles ne peuvent en aucun cas l’emporter sur l’intérêt général. L’originalité de l’UMP est que chaque sensibilité s’exprime », souligne Jean-François Copé pour qui « ce qui nous rassemble est infiniment supérieur à ce qui nous divise ». Pour lui l’UMP « n’est pas un match entre sensibilités mais un lieu de débats avant décision. On parle de la France avec conviction et un objectif : l’avenir de notre pays ».

CREDIBILITE.- La crédibilité en politique nécessite, pour Jean-François Copé, que la vérité soit dite. « Les décisions que nous prendrons seront déterminantes pour l’avenir de la France et de nos enfants », souligne-t-il invitant les Français à comparer les propositions et surtout les motivations des socialistes avec lesquels il sera sans concession parce qu’ils « promettent par intérêt électoral et au détriment de la nation ».
« Il est beaucoup plus exigeant de dire aux Français qu’il faudra travailler plus, qu’il n’y a pas de droits sans devoirs. Cette exigence de vérité c’est notre honneur » poursuit Jean-François Copé soulignant que l’UMP est en pointe dans le débat et les propositions comparé à un PS dont le programme a été préparé par 2 ou 3 techniciens, dans une anti-chambre, en complet décalage avec les réalités économiques et les exigences que nécessite la situation actuelle

SOLIDITE.- Jean-François Copé appelle à la solidité face aux critiques, aux polémiques. Mais également de l’engagement total de tous car « beaucoup d’intérêts se coagulent pour nous empêcher de poursuivre les réformes pour la France ».

RIPOSTE .- « Ne cachez pas votre fierté d’appartenir au plus grand parti de France», note Jean-François Copé, encourageant tous les militants à ne pas craindre la riposte. Comme de ne pas accepter la journée de dupes de mercredi dernier où, sur les allégations d’une magistrate, « le PS a été beaucoup plus bavard en une journée qu’en 10 ans sur ce qui se passe dans la fédération P¨S des Bouches-du-Rhône ».

VALORISATION DU BILAN DU QUINQUENNAT.- Réformes (hospitalière, des retraites, de la carte judicaire,, des universités…) , action internationale de la France en haut du podium lorsqu’il s’agit de défendre les droits de l’homme, réaction volontariste devant la crise mondiale, maîtrise des dépenses… Jamais un Gouvernement sous la Vème République n’avait autant réformé en un mandat dans le souci de protéger la France et des Français. « Une action marqué par le courage », note Jean-François Copé appelant les militants à valoriser le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy 2012
SARKOZY_2012 Nicolas Sarkozy 2012
UMP « Notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons » bit.ly/qempAx #CampusUMP

« NOTRE POINT COMMUN

CE SONT LES VALEURS FONDAMENTALES

QUE NOUS PARTAGEONS »

Jean-François Copé a initié un débat sur nos valeurs

Attachement à la France, à la république, à la nation, diversité, justice, équité, humanisme, sincérité, honnêteté, optimisme…

Que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ?

Par son interrogation, Henri Guaino, conseiller du président de la République, a résumé « le sujet le plus délicat qu’une formation politique puisse débattre », celui sur les valeurs.

Ce débat sur les valeurs, Jean-François Copé y tenait, convaincu, comme Henri Guaino, que ce qui a prévalu depuis la création de l’UMP, l’union, était plus fort que ce qui pouvait différencier les différentes sensibilités de l’UMP. « La diversité de nos points de vue fait la force de l’UMP », résume Jean-François Copé qui, en qualité de secrétaire général, est le garant de la liberté d’expression de chacun.

« Aucune formation politique n’est capable comme la nôtre d’incarner autant d’originalité, de diversité, de talent et de courage », poursuit Jean-François Copé pour qui « notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons ».

Et ces valeurs fondamentales ont été présentées par de nombreuses personnalitésincarnant les sensibilités de l’UMP.

De Frédéric Lefebvre, mettant en avant la valeur travail, « pierre angulaire de notre société, chance de se dépasser » à  Christian Estrosi s’appuyant sur 3 piliers :l’exigence de croissance, la justice et l’équité. « Mais, souligne-t-il, « nous ne serons pas compris des Français s’il n’y a pas une juste redistribution des choses ».

Ce débat, ce travail sur les valeurs, Hervé Mariton le salue et encourage notre formation à le renouveler régulièrement. « On invente le monde de demain en étant fidèle à ses valeurs », note encore Hervé Mariton pour qui il est « important d’habiter les valeurs ».

Nathalie Kosciusko-Morizet, Marc Laffineur comme Lionnel Luca ont beaucoup insisté sur l’ « attachement à la France ».

« L’attachement à la France serait de savoir saluer les victoires de la France », souligne Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui la Libye, le processus électoral en Côte d’Ivoire sont « autant de victoires des valeurs universelles de la France ». Pour Lionnel Luca l’attachement à la France est plus facile lorsque l’on connaît l’histoire de France.

Défenseur de la République, de la nation de la France, Roger Karoutchi souligne que « la solidarité n’existe que dans le cadre de la nation ».

Pour Nora Berra, l’une des valeurs de l’UMP est sont attachement à la diversité, « ce fleuve qui irrigue notre démarche politique ».

Aux jeunes UMP, Henri Guaino a parlé de l’engagement sincère que chacun devait avoir. D’amour aussi. « Comment combattre en politique si on n’est pas sincère, c’est-à-dire honnête avec soi-même ? Comment s’engager en politique sans aimer les gens, la France, la république, celle qui permet à celui qui n’a rien de devenir quelqu’un, de réussir ? »

Dans cette société de difficultés, Henri Guaino nous invite à « faire attention à ceux qui souffrent, qui sont à la peine ». De se « méfier des recettes toutes faites ». Pour lui la « politique nous impose une éthique de la responsabilité plus encore que de la conviction. La morale de la politique n’est pas dans la bonne conscience mais elle est d’abord dans le cas de conscience ».

Alors, que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ? Henri Guaino a une conviction chevillée au corps : « Nous sommes ensemble à la recherche d’un nouvel humanisme. Et qu’est que l’humanisme sans le souci de l’humain », interroge encore celui qui « prend tout ce qui est bien et beau pour la France ».

Sir Peter Westmacott, Ambassadeur de Grande-Bretagne en France, Valérie Rosso-Debord et Jean-François Copé

Un optimisme qu’il partage avec Pierre Méhaignerie. Comme il partage avec toute l’UMP la fierté de ce que Nicolas Sarkozy a accompli tant pour la France, les Français que pour la civilisation.

« NOTRE POINT COMMUN

CE SONT LES VALEURS

FONDAMENTALES

QUE NOUS PARTAGEONS »

 Jean-François Copé a initié un débat sur nos valeurs
Attachement à la France, à la république, à la nation, diversité, justice, équité, humanisme, sincérité, honnêteté, optimisme…

Que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ?

Par son interrogation, Henri Guaino, conseiller du président de la République, a résumé « le sujet le plus délicat qu’une formation politique puisse débattre », celui sur les valeurs.

Ce débat sur les valeurs, Jean-François Copé y tenait, convaincu, comme Henri Guaino, que ce qui a prévalu depuis la création de l’UMP, l’union, était plus fort que ce qui pouvait différencier les différentes sensibilités de l’UMP. « La diversité de nos points de vue fait la force de l’UMP », résume Jean-François Copé qui, en qualité de secrétaire général, est le garant de la liberté d’expression de chacun.

« Aucune formation politique n’est capable comme la nôtre d’incarner autant d’originalité, de diversité, de talent et de courage », poursuit Jean-François Copé pour qui « notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons ».

Et ces valeurs fondamentales ont été présentées par de nombreuses personnalitésincarnant les sensibilités de l’UMP.

De Frédéric Lefebvre, mettant en avant la valeur travail, « pierre angulaire de notre société, chance de se dépasser » à  Christian Estrosi s’appuyant sur 3 piliers :l’exigence de croissance, la justice et l’équité. « Mais, souligne-t-il, « nous ne serons pas compris des Français s’il n’y a pas une juste redistribution des choses ».

Ce débat, ce travail sur les valeurs, Hervé Mariton le salue et encourage notre formation à le renouveler régulièrement. « On invente le monde de demain en étant fidèle à ses valeurs », note encore Hervé Mariton pour qui il est « important d’habiter les valeurs ».

Nathalie Kosciusko-Morizet, Marc Laffineur comme Lionnel Luca ont beaucoup insisté sur l’ « attachement à la France ».

« L’attachement à la France serait de savoir saluer les victoires de la France », souligne Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui la Libye, le processus électoral en Côte d’Ivoire sont « autant de victoires des valeurs universelles de la France ». Pour Lionnel Luca l’attachement à la France est plus facile lorsque l’on connaît l’histoire de France.

Défenseur de la République, de la nation de la France, Roger Karoutchi souligne que « la solidarité n’existe que dans le cadre de la nation ».

Pour Nora Berra, l’une des valeurs de l’UMP est sont attachement à la diversité, « ce fleuve qui irrigue notre démarche politique ».

Aux jeunes UMP, Henri Guaino a parlé de l’engagement sincère que chacun devait avoir. D’amour aussi. « Comment combattre en politique si on n’est pas sincère, c’est-à-dire honnête avec soi-même ? Comment s’engager en politique sans aimer les gens, la France, la république, celle qui permet à celui qui n’a rien de devenir quelqu’un, de réussir ? »

Dans cette société de difficultés, Henri Guaino nous invite à « faire attention à ceux qui souffrent, qui sont à la peine ». De se « méfier des recettes toutes faites ». Pour lui la « politique nous impose une éthique de la responsabilité plus encore que de la conviction. La morale de la politique n’est pas dans la bonne conscience mais elle est d’abord dans le cas de conscience ».

Alors, que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ? Henri Guaino a une conviction chevillée au corps : « Nous sommes ensemble à la recherche d’un nouvel humanisme. Et qu’est que l’humanisme sans le souci de l’humain », interroge encore celui qui « prend tout ce qui est bien et beau pour la France ».

Un optimisme qu’il partage avec Pierre Méhaignerie. Comme il partage avec toute l’UMP la fierté de ce que Nicolas Sarkozy a accompli tant pour la France, les Français que pour la civilisation.

« NOTRE POINT COMMUN

CE SONT LES

VALEURS FONDAMENTALES

QUE NOUS PARTAGEONS »

Jean-François Copé a initié un débat sur nos valeurs
Attachement à la France, à la république, à la nation, diversité, justice, équité, humanisme, sincérité, honnêteté, optimisme…

Que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ?

Par son interrogation, Henri Guaino, conseiller du président de la République, a résumé « le sujet le plus délicat qu’une formation politique puisse débattre », celui sur les valeurs.

Henri Guaino

Ce débat sur les valeurs, Jean-François Copé y tenait, convaincu, comme Henri Guaino, que ce qui a prévalu depuis la création de l’UMP, l’union, était plus fort que ce qui pouvait différencier les différentes sensibilités de l’UMP. « La diversité de nos points de vue fait la force de l’UMP », résume Jean-François Copé qui, en qualité de secrétaire général, est le garant de la liberté d’expression de chacun.

Lionnel Luca
« Aucune formation politique n’est capable comme la nôtre d’incarner autant d’originalité, de diversité, de talent et de courage », poursuit Jean-François Copé pour qui « notre point commun ce sont les valeurs fondamentales que nous partageons ».

Et ces valeurs fondamentales ont été présentées par de nombreuses personnalitésincarnant les sensibilités de l’UMP.

De Frédéric Lefebvre, mettant en avant la valeur travail, « pierre angulaire de notre société, chance de se dépasser » à  Christian Estrosi s’appuyant sur 3 piliers :l’exigence de croissance, la justice et l’équité. « Mais, souligne-t-il, « nous ne serons pas compris des Français s’il n’y a pas une juste redistribution des choses ».

Nora Berra

Ce débat, ce travail sur les valeurs, Hervé Mariton le salue et encourage notre formation à le renouveler régulièrement. « On invente le monde de demain en étant fidèle à ses valeurs », note encore Hervé Mariton pour qui il est « important d’habiter les valeurs ».

Nathalie Kosciusko-Morizet, Marc Laffineur comme Lionnel Luca ont beaucoup insisté sur l’ « attachement à la France ».

« L’attachement à la France serait de savoir saluer les victoires de la France », souligne Nathalie Kosciusko-Morizet pour qui la Libye, le processus électoral en Côte d’Ivoire sont « autant de victoires des valeurs universelles de la France ». Pour Lionnel Luca l’attachement à la France est plus facile lorsque l’on connaît l’histoire de France.

Défenseur de la République, de la nation de la France, Roger Karoutchi souligne que « la solidarité n’existe que dans le cadre de la nation ».

Pour Nora Berra, l’une des valeurs de l’UMP est sont attachement à la diversité, « ce fleuve qui irrigue notre démarche politique ».

Sir Peter Westmacott, Ambassadeur de Grande-Bretagne en France, Valérie Rosso-Debord et Jean-François Copé

Aux jeunes UMP, Henri Guaino a parlé de l’engagement sincère que chacun devait avoir. D’amour aussi. « Comment combattre en politique si on n’est pas sincère, c’est-à-dire honnête avec soi-même ? Comment s’engager en politique sans aimer les gens, la France, la république, celle qui permet à celui qui n’a rien de devenir quelqu’un, de réussir ? »

Dans cette société de difficultés, Henri Guaino nous invite à « faire attention à ceux qui souffrent, qui sont à la peine ». De se « méfier des recettes toutes faites ». Pour lui la « politique nous impose une éthique de la responsabilité plus encore que de la conviction. La morale de la politique n’est pas dans la bonne conscience mais elle est d’abord dans le cas de conscience ».

Alors, que voulons-nous ? Que faisons-nous ensemble ? Henri Guaino a une conviction chevillée au corps : « Nous sommes ensemble à la recherche d’un nouvel humanisme. Et qu’est que l’humanisme sans le souci de l’humain », interroge encore celui qui « prend tout ce qui est bien et beau pour la France ».

Un optimisme qu’il partage avec Pierre Méhaignerie. Comme il partage avec toute l’UMP la fierté de ce que Nicolas Sarkozy a accompli tant pour la France, les Français que pour la civilisation.

Marc Laffineur

CAMPUS DE MARSEILLE :

L’UMP SONNE

LE RASSEMBLEMENT

ET LA MOBILISATION

POUR LA PRÉSIDENTIELLE 

 La cité phocéenne accueille du 2 au 4 septembre le campus de notre famille politique
Un rendez-vous d’unité et de débats

Le campus de l’ UMP,  qui se déroule à marseille du 2 au 4 septembre, donne le signal de la mobilisation de notre famille politique en vue des élections !

Jean-François Copé, Secrétaire général de l'UMP, s'exprime au sujet des 3 objectifs du Campus : l'esprit de rassemblement du parti, les débats de fond et le coup d'envoi de la campagne présidentielle.

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html

C’est l’occasion pour tous les jeunes militants et, bien au-delà, de tous les membres de notre famille politique de se rassembler et de mettre à profit ce moment d’unité pour échanger, proposer et poursuivre les débats lancés par Jean-François Copé depuis son élection à la tête de notre mouvement en novembre dernier.

Interview de Jean-François Copé

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html

Lors de sa première intervention lors du Bureau politique qui l’avait élu au poste de secrétaire général, Jean-François Copé s’était engagé à lancer la levée en masse pour 2012. En dix mois bien du chemin a été parcouru et aujourd’hui cet engagement se transforme en succès. En renouant avec la liberté de parole, en ouvrant grandes ses portes et ses fenêtres, l’UMP est la seule formation politique qui débat sans tabou sur tous les sujets qui préoccupent les Françaises et les Français au quotidien.

A l’origine de tous les débats de société, l’UMP, sous la houlette de Jean-François Copé et avec le concours des think-tanks, parlementaires, fédérations, a engagé également une profonde rénovation de la gouvernance avec une transformation du Bureau politique devenue désormais l’instance de décision. Dans le même esprit le Conseil national, hier simple chambre d’enregistrement, est maintenant le Parlement du parti où chaque conseiller national peut interpeller sous le mode de fonctionnement de l’Assemblée nationale tant le secrétaire général que les responsables de notre formation.

Interview de Benjamin Lancar

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html

Près de 6 000 personnes sont attendues dès le vendredi 2 septembre dans la cité phocéenne. « Ce campus répond à 3 objectifs », résume Jean-François Copé. « Rendez-vous majeur pour nous, il se déroulera tout d’abord dans un esprit de rassemblement de la famille UMP avec toutes ses composantes et ses sensibilités.Il sera en contrepoint de ce qui s’est passé à La Rochelle où le PS, totalement déchiré, est miné par ses querelles de personnes avant la primaire. Lorsque l’on fait le compte des phrases assassines, il ya de quoi faire un joli lexique que nous ne manquerons pas de présenter », note Jean-François Copé.

Le deuxième objectif de ce campus est dans la droite ligne de notre action engagée depuis fin 2010 dans le cadre du projet 2012 de l’UMP pour la Présidentielle. « Nous privilégierons le débat de fond avec notamment de grandes tables rondes sur des thématiques de cet été comme la crise financière, les droits de l’Homme et la démocratie, sur les espérance s de la jeunesse ». Des jeunes venus de Tunisie, de Libye, de Syrie, d’Egypte, de Côte d’Ivoire apporteront leurs témoignages.

Interview d'Hervé Novelli

http://www.lemouvementpopulaire.fr/actualites/Campus-de-Marseille-l-UMP-sonne-le-rassemblement-et-la-mobilisation-pour-la-Presidentielle-10829.html
Ce campus 2011 « donnera également le coup d’envoi de la Présidentielle pour notre parti qui va s’engager dans une dynamique très forte. Nous sommes extrêmement mobilisés », souligne Jean-François Copé notant que lors de ce campus se tiendra également un Conseil national qui débattra sur le bilan du quinquennat, sur le rapport d’étape du projet 2012 présenté par Bruno Le Maire, délégué général en charge du projet, ainsi que sur les résultats d’une consultation auprès de nos militants et adhérents .

CAMPUS 2011 : LE PROGRAMME

Vendredi 02 septembre

14h30 : Plénière – ouverture du Campus par Benjamin Lancar, Franck Allisio, Renaud Muselier, Jean-Claude Gaudin et Jean-François Copé
15h00 – 16h45 : Plénière – « Droits de l’Homme et démocratie, les espérances de la jeunesse » – animée par Nadine Morano
16h45 – 18h30 : Plénière – « Nos valeurs » – animée par Valérie Rosso-Debord
19h00 : Apéritif régional organisé par les Jeunes Pop
20h30 : Diner
23h00 : Soirée

Samedi 03 septembre

9h00 : Accueil / petit déjeuner
10h00 – 11h30 : Formation en plénière autour de la défense et la promotion du bilan – animée par Michèle Tabarot et plusieurs secrétaires nationaux : Bruno Beschizza, Olivier Carré, Sebastien Huyghe, Valérie Rosso-Debord, Franck Riester
11h30 : Ouverture du Conseil national
– Intervention de Jean-Pierre Raffarin
– Commissions thématiques du Conseil National : formations sur le thème projet contre projet
– Réunion des cadres et réunion des RDJ
13h00 – 14h30 : Déjeuner
14h30 – 16h00 : Conseil national – plénière – lancement par Jean-Pierre Raffarin
– Présentation des résultats de la grande consultation des militants
– Intervention de Jean-François Copé
– Remise des propositions des jeunes Pop pour le projet
– Intervention de Bruno Le Maire sur le projet
16h00 – 17h00 : Questions – réponses entre la salle et l’équipe dirigeante
17h00 – 18h45 : Plénière sur la crise financière et économique – animée par Jean-Pierre Raffarin
19h00 – 20h00 : Tournois sportifs organisés par les Jeunes Pop
20h30 : Apéritif régional puis dîner
23h00 : Soirée

Dimanche 04 septembre

9h00 – 9h45 : Accueil
10h00 : Plénière de clôture
11h00 : Intervention de Jean-François Copé, Secrétaire général de l’UMP
12h00 : Intervention de François Fillon, Premier Ministre

JP Raffarin et l’UMP : est-ce le début du divorce – ou le campus 2011 va-t-il permettre la réconciliation ?

André Santini, Jean-François Copé and Jean-Luc...

Image via Wikipedia

Comment

Jean-Pierre Raffarin

a gâché la fête de l’UMP

Par Judith Waintraub Mis à jour le 02/09/2011 à 23:09 |
publié le 02/09/2011 à 20:53
Jean-Pierre Raffarin en mai dernier.
Jean-Pierre Raffarin en mai dernier. Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

Nicolas Sarkozy, qui a accusé l’ex-premier ministre d’«irresponsabilité», l’a lui-même appelé. L’ancien chef du gouvernement a toutefois refusé de s’engager à revenir au petit-déjeuner de la majorité.

Le mot d’ordre était pourtant clair: l’UMP devait offrir à Marseille l’image d’une famille «rassemblée». Nicolas Sarkozy l’a répété sur tous les tons aux dirigeants de l’UMP lors de leur dernier petit déjeuner hebdomadaire, jeudi. Mais au cours de cette même réunion, le président a regretté que Jean-Pierre Raffarin -qui n’était pas là- ait présenté le projet de relèvement de la TVA sur les billets d’entrée des parcs à thèmes comme une mesure pénalisant «des gens qui ne partentpas forcément en vacances». En clair, des pauvres. «Je m’en expliquerai avec lui», a ajouté Sarkozy. En fait, le président a attendu vendredi soir 19 heures pour rappeler lui-même Jean-Pierre Raffarin. Il n’a pas obtenu que ce dernier revienne sur ses déclarations, ni qu’il s’engage à retourner au petit déjeuner de la majorité, mardi prochain. L’ancien premier ministre n’a pas voulu s’apaiser.Une heure après l’ouverture de l’université marseillaise, la nouvelle a couru les travées du Parc Chanot : Jean-Pierre Raffarin est furieux et le fait savoir sur son blog ! Ruée sur les portables. Sous le titre «Clarification», Raffarin écrit: «Les déclarations brutales à mon endroit, en mon absence, de Nicolas Sarkozy au cours du petit déjeuner de la majorité sont surprenantes et méritent clarification. D’ici là, je me place en congé de cette instance dite de “concertation”.» «Pour Jean-François Copé, Jean-Claude Gaudin et Benjamin Lancar (président des Jeunes Populaires, NDLR ) -et pour les militants-, je présiderai néanmoins samedi le conseil national de l’UMP», ajoute-t-il. Cette dernière concession a été obtenue à l’arraché par Jean-François Copé. Le secrétaire général a longuement appelé l’ex-premier ministre jeudi soir, quand il a vu les proportions que prenait l’affaire. «Raffarin ne voulait pas mettre les pieds à Marseille, c’est Copé qui l’a convaincu», assure un proche du patron du parti. Brice Hortefeux a lui aussi pris son téléphone pour jouer les démineurs.À Marseille, le patron de l’UMP n’a pas eu un mot contre l’ancien chef de gouvernement. Loin de lui reprocher de gâcher la fête, il a jugé que Jean-Pierre Raffarin jouait «un rôle essentiel, au sens étymologique du terme», en rappelant qu’il n’avait jamais «renoncé à sa liberté de parole». Il a été à peine plus sévère avec Patrick Devedjian, qui lui a reproché dans Le Mondede vendredi de «pousser le président au suicide» en souhaitant qu’il soumette la règle d’or au Congrès.

«Droit de contester»

Jean-Claude Gaudin, l’hôte de ces festivités marseillaises, n’a pas apprécié les déclarations du président du conseil général des Hauts-de-Seine qui, selon lui, a été «plutôt été bien servi» par Nicolas Sarkozy. En revanche, il a confié au Figaro qu’il refusait qu’«on accable Jean-Pierre Raffarin». Tout en affirmant que la participation au petit déjeuner de la majorité est un «privilège», il reconnaît au sénateur de la Vienne «le droit de contester une mesure gouvernementale». «Une loi de finances, ça se discute, ça ne s’impose pas», ajoute le président du groupe UMP au Sénat en signalant que beaucoup de parlementaires partagent son point de vue. La réponse est venue vendredi de François Baroin. Invité au «Talk Orange-Le Figaro», il a assuré qu’il n’était «pas acceptable, faux, pas bien et pas solidaire» de dire que le relèvement de la TVA sur les parcs à thèmes était une mesure «contre les pauvres».

Pour en savoir, cliquer sur le lien suivant :  http://www.lefigaro.fr/politique/2011/09/02/01002-20110902ARTFIG00566-comment-jean-pierre-raffarin-a-gache-la-fetede-l-ump.php

» L’UMP lance la bataille de la présidentielle

L’UMP lance la bataille de la présidentielle

Par Judith WaintraubJean-Baptiste GaratMis à jour le 02/09/2011 à 21:04 | publié le 02/09/2011 à 20:28 Réactions(87)
Jean-François Copé, Frédéric Lefebvre, Nathalie Kosciusko-Morizet, vendredi à Marseille lors de l'inauguration de l'édition 2011 du campus de l'UMP.
Jean-François Copé, Frédéric Lefebvre, Nathalie Kosciusko-Morizet, vendredi à Marseille lors de l’inauguration de l’édition 2011 du campus de l’UMP.
 À Marseille, le parti majoritaire commence à élaborer son projet. 
Pour Jean-François Copé, les universités d’été de l’UMP à Marseille sont le «coup d’envoi de la campagne présidentielle». Pour le sénateur maire Jean-Claude Gaudin, elles marquent «le lancement de la campagne de 2012».En inaugurant vendredi l’édition 2011 du campus du parti présidentiel, le dernier avant l’échéance de 2012, chacun a en tête les universités d’été que Nicolas Sarkozy, président de l’UMP et pas encore candidat officiel, avait organisées à Marseille, quelques mois avant la campagne de 2007. «C’est ici que nous avons lancé la victoire», rappelle le secrétaire départemental des Jeunes populaires des Bouches-du-Rhône, Fabrice Durand, dans son message d’accueil. «Et ce souffle de victoire est toujours présent», assure-t-il devant les 2000 jeunes réunis pendant trois jours au parc Chanot.La campagne de 2012 est le fil rouge de ces journées. Et est inscrite au programme du conseil national, le parlement de l’UMP. D’abord en préparant «la défense et la promotion du bilan» samedi matin. Ensuite en établissant, dans l’après-midi, un «bilan d’étape» dans la préparation du projet pour 2012 que supervise le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire. Pas question, cependant, d’arrêter déjà le projet, rappelle Jean-François Copé. «Viendra le temps du programme, aujourd’hui nous sommes dans le débat», explique le secrétaire général.

Irritations au sein de l’aile sociale du parti

Une temporisation d’autant plus nécessaire que certaines des propositions défendues par Bruno Le Maire sont loin de faire l’unanimité. Celle de la fiscalisation des allocations familiales, qu’il a défendue dansun entretien de L’Express cette semaine, irrite ainsi l’aile sociale du parti. Même si le ministre de l’Agriculture a pris la précaution de préciser que cette fiscalisation serait la contrepartie d’une ouverture des droits dès le premier enfant. «Un assemblage de mesures techniques comme la fiscalisation des allocations familiales ne suffit pas à construire un projet politique crédible», fustige dans un communiqué le député de la Loire Dino Cinieri, au nom de la Droite sociale. «C’est complètement absurde, ne décolère pas un autre membre de ce club piloté par Laurent Wauquiez. Le Maire devait préparer le programme dans la concertation et le dialogue. Il l’a fait dans son coin et c’est la presse qui nous informe». Laurent Wauquiez, plus mesuré, demande que «l’UMP additionne les sensibilités et les talents pour faire le meilleur programme possible et fasse taire les affrontements de personnalités».

«Liberté de parole»

Pour Jean-François Copé, il n’y a pas lieu, cependant, de s’alarmer de ces «débats» internes au parti présidentiel. «Je suis le garant de la liberté de parole», répète-t-il quand on l’interroge sur les prises de position de Patrick Devedjian ou de Jean-Pierre Raffarin. «Je ne connais aucune autre formation en France qui associe autant d’originalité et de talents», se félicite-t-il devant les jeunes, en demandant à chacun d’être «fier de l’UMP».

À condition, cependant, que «le moment venu, nous nous retrouvions tous derrière Nicolas Sarkozy». «À la différence du Parti socialiste, nous, nous pouvons travailler sur le projet, sur le fond, car nous n’avons pas de problème de candidat», se félicite le secrétaire général adjoint de l’UMP, Marc-Philippe Daubresse. «Notre candidat, c’est Nicolas Sarkozy», ajoutait vendredi Jean-Claude Gaudin, en préconisant qu’il ne se déclare que quelques semaines avant le premier tour : «Il a tout à gagner à rester le plus longtemps possible au-dessus de la mêlée», estime Gaudin. Et, sur ce point, il y a unanimité à l’UMP.

Parcs à thème :

Sarkozy répond aux critiques de Raffarin

économie jeudi 01 septembre 2011 

Le président Nicolas Sarkozy s’en est pris vivement jeudi matin à Jean-Pierre Raffarin en l’accusant « d’irresponsabilité », dans ses critiques sur le relèvement de la TVA sur les billets d’entrée des parcs à thème, a-t-on appris auprès de responsables de l’UMP.

« On peut avoir des arguments contre cette mesure mais certainement pas dire que ça revient à attaquer les pauvres, comme l’a dit Raffarin ! », s’est emporté le chef de l’Etat, lors du petit-déjeuner de la majorité à l’Elysée, selon plusieurs responsables UMP qui y participaient. L’ancien Premier ministre n’était pas présent. « C’est irresponsable, surtout venant du premier vice-président du conseil national de l’UMP ! », a jugé le président Sarkozy.

Une « erreur sociale »

M. Raffarin, sénateur de la Vienne, département du Futuroscope, a dénoncé le relèvement de la TVA sur les parcs à thème – retoqué mercredi par la commission des Finances de l’Assemblée nationale -, le qualifiant d’« erreur sociale » car ces parcs « sont des vacances pour des gens qui ne partent pas forcément en vacances ».

Lors du petit-déjeuner, le président de la République a appelé le gouvernement et l’UMP à être davantage mobilisés pour défendre son action et répliquer aux critiques dont il est l’objet « car on a l’impression de n’entendre que le PS »« J’aimerais que vous montiez tous un peu plus au créneau », a lancé Nicolas Sarkozy.

Il a une nouvelle fois plaidé pour que l’UMP montre une image « d’unité » et de« mobilisation » lors de ses journées d’été, de vendredi à dimanche à Marseille.

catherine b. 2 MAIS il a mauvais caractère ce JP RAFFARIN il n’y a aucune raison de se vexer pour si peu d’autant plus que sarko a raison.

Le 2/09/2011 à 22:03AlerterRépondre
AvatarCarl CousinEt pendant ce temps là les manigances du Château, pour étouffer le retour de bâton de l’affaire Bettencourt, passent aux second plan… Merci JP ça c’est un bon copain !!!

Le 2/09/2011 à 22:02
Avatar4TREFLEEt pourtant, vous aviez bien raison M Raffarin. Le problème est qu’en France, on ne peut parler qu’à mi-mot pour ne pas vexer telle ou telle personne. La TVA sur les parcs à thème était une mesure inadmissible car il y a bien d’autres priorités que toutes ces hausses qui touchent le consommateur au lieu de toucher là où çà fait mal. Allons voir par exemple du côté des personnes qui rentrent en France après 65 ans et ont droit à une retraite sans jamais avoir cotisé plus forte que celle de nos agriculteurs. Combien d’économie si on arrête ce système. Et je parle bien d’économie et non de taxe supplémentaire…

Le 2/09/2011 à 22:01AlerterRépondre
AvatarJames Semartle titre de l’article ne semble ‘incriminer que JPR dans cette affaire.

Le 2/09/2011 à 21:56AlerterRépondre
AvatarocanardPour une fois que Raffarin faisait une déclaration intéressante!

Le 2/09/2011 à 21:56AlerterRépondre
AvatarLartmainienLa phrase de M.GAUDIN est lourde de sens et image, on ne peut mieux, la vision de la vassalité de tous ces courtisans avides de pourvoir. En s’ouvrant ainsi avec le coeur et l’âge qui lui donne un peu plus de « faconde » que jamais mais aussi lui ôte un peu plus de discernement, il nous dit très directement que « le Roi a déjà bien servi » un de ses « sujets ». Belle illustration, si besoin était, de l’exercice du pourvoir et de ses intérêts si particuliers !
Ne désespérons pas, cela peut toujours être pire et nous n’avons que les dirigeants que l’on mérite. Moins d’assistanat et plus d’exigence demande courage et implication, mais de grâce épargnez nous ces « backstage » de la politique de ruisseau si largement répandue.
Vive la République mais exigeons d’en retrouver le sens moral.
Sans naïveté aucune, des opportunités, cooptations ont toujours existé depuis la création de la « Cité » mais ce qui a changé c’est l’impudeur des politiques qui ne se voient plus agir. La morale n’a pas toujours eu cours, la pudeur laissait au moins les apparences sauves.
Réveillons nous, donc réveillons les !

Le 2/09/2011 à 21:54AlerterRépondre
AvatarAndrew KrafftBonjour, je trouve que JP Raffarin a raison de s’indigner, « aujourd’hui » ( il a eu d’autres occasions… ) je suis un homme de 56 ans handicapé qui travaille (heureusement) pour le SMIC , plutôt de gauche (c’est viscéral…, lol, j’ai un frère qui préfère l’extrême droite… va comprendre) Il me semble inadmissible de continuer à faire payer la « masse » des français les « grosses conneries » initiées par un avocaillon incapable de gérer un « gros compte » comme la France. Je ne parle même plus de « l’extérieur » , il faut « sniffer » pour pouvoir gérer tout ce « mikmak » … Cordialement, merci de m’avoir lu.

Le 2/09/2011 à 21:51AlerterRépondre
Avatarboulay c. 1il serait temps de prendre ta retraite pépère ! tu es à côté de tes pompes !

Le 2/09/2011 à 21:44AlerterRépondre
AvatarLouis CyphreÇa leur gâche surtout le plaisir de railler la désunion du PSMais que reste-t-il aux grandes (gueules de l’UMP) ?

Le 2/09/2011 à 21:43AlerterRépondre
Avatarchrisren023001C’est vrai,il y a pire que les parcs à thèmes,mais les irresponsables sont du côté de Sarko,car cela va priver de sorties les familles…les associations…mettre au chômage du personnel…faire fer mer « certains » parcs pour un bénéfice bien PEU rentable !!!

Le 2/09/2011 à 21:43
six futs six caissesVas y jp !

Le 2/09/2011 à 21:43AlerterRépondre
Avatarnicolef-2Et bien il n’a pas changé il ne supporte toujours pas les critiques, chasser le naturel il revient au galop!A l’entendre à part lui tout le monde entier est irresponsable, pauvre France ou te conduit-il?

Le 2/09/2011 à 21:43AlerterRépondre
AvatarCoq de bruyèreLe campus de l’UMP se fait dans un climat de violence extrême. La droite est totalement désunie. Cette fin de quinquennat est une épreuve pour la France ruinée.

Le 2/09/2011 à 21:42AlerterRépondre
AvatarPrincepsOn dirait que ce n’est pas qu’au PS qu’il y a des bisbilles. J’ai l’impréssion que Raffarin ne s’est jamais remit de son échec à la présidence du Sénat. Ceci dit, les parlamentaires sont là pour donner aussi leur avis, qui doit être respecté mais s’il ne plaît pas. Sinon, à quoi bon un parlemement ?

Le 2/09/2011 à 21:42AlerterRépondre
AvatarLolitomerci de tout coeur Jean Pierre !

Le 2/09/2011 à 21:41AlerterRépondre
AvatarMEGAPOLUXIl faut que ce type sache que c’est un nul, l’inventeur de  »la France d’en bas  », qui veut  » se l’a jouer », un débris parmi d’autres, qui auront à justifier un jour du désastre qui arrive !

Le 2/09/2011 à 21:41AlerterRépondre
AvatarTolerance ZorroAh le Futuroscope c’est pour les pôvres? Marie-Ségolène, il ne faudra plus y emmener les enfants!

Le 2/09/2011 à 21:37AlerterRépondre
AvatarJérémy de ParisEn résumé, la solidarité gouvernementale consiste à prendre les mesures de rigueur les plus inégales qu’il soit tout en faisant taire les élus de la majorité qui oseraient formuler des critiques de bon sens. Jean-Pierre Raffarin exprimerait-il une vérité difficile à entendre pour les caciques de l’UMP ?

Le 2/09/2011 à 21:33AlerterRépondre
Avatarimagine007Il y a de quoi être perplexe par ces mesuress, qui ne relance même pas l’emplou et l’industrie, pourtant al seule solution pour créer de pa caleur seul moyen de rembourser notre dette
En donnant à Pierre ce que l’on prend à Paul cela ne résund rien. Pourquoi avoir supprimer la TVA sur les restaurant pour la rétablir sur les parc de loisirs…

Le 2/09/2011 à 21:32AlerterRépondre
Avatarjean lemayecIrresponsable?
mais qui est irresponsable depuis plus de 4 ans d’ereurs d’allers et retours de n’importe quoi?
vivement 2012 qu’on le vire.

Victor KaplanRaffarin n’est ici qu’un leurre. Si tout le monde, à Droite, tient à monter cette affaire en épingle, c’est pour étouffer l’affaire de la cellule élyséenne constituée pour étouffer l’affaire Bettencourt et de l’instrumentalisation de la DCRI. La presse est espionnée, ses sources localisées, les témoins sont menacés de mort, des ordinateurs sont volés, la démocratie va très très mal ! Mais des libertés essentielles, les jeunes UMP n’en ont rien à faire, ce qui les intéresse, c’est de grimper dans l’appareil du parti pour gagner une place de conseiller général, député, voire plus. C’est pour cela qu’ils organisent tout de suite un déxbat sur la liberté et la démocratie ! Pour étouffer, encore et encore…
On se croirait en ex-RDA.

Le 2/09/2011 à 21:30AlerterRépondre
AvatarMajor DomeOn veut faire croire que Raffarin est seul, mais c’est le contraire, il incarne une part croissante des électeurs de l’UMP qui en ont marre de Sarkozy.
Sarkozy ne passera pas le premier tour et l’UMP suivra son patron forcé dans la défaite.

Le 2/09/2011 à 21:28AlerterRépondre
AvatarCaptain NemoOuhla, c’est chaud à l’UMP!

Le 2/09/2011 à 21:27AlerterRépondre
AvatarPICARDIERAF MACHIN ??? C EST QUI ??
n oubliez pas que ce monsieur est un cumulard et qu il se gave en se disant le francais connaissant mieux la chine car il ne cesse d y aller en soi disant missions;;;
MERCI QUI ?LES REVENUS ..LES VRAIS COMBIEN ??

Le 2/09/2011 à 21:25AlerterRépondre
AvatarJean-Pierre MassiasExpliquez-nous quel est le rapport.

Le 2/09/2011 à 21:52AlerterRépondre
Avataryann mrlouh là !!! tel qu’on connaît les méthodes de sarko pour humilier ceux qui se mettent en travers de sa route, ça sent encore le croc de boucher à plein nez cette affaire-là.
En tout cas, que ça nous serve surtout de leçons pour l’éjecter dès le 1er tour en 2012 afin qu’il comprenne qu’on ne tolère plus les méthodes de sarko dignes de la gestapo ou du goulag pour épingler les personnes qui le gênent comme on l’a appris avec horreur dans le livre « sarko m’a tuer ».
je prédis moins de 15% pour sarko au 1er tour l’année prochaine, donc élimination directe, pauv de lui il va bien la sentir passer celle-là, je débouche le champagne au Fouquet’s ce soir-là pour fêter ça.

Le 2/09/2011 à 21:23AlerterRépondre
AvatarSUPER DODOTA BIEN RAISON MON JEAN PIERRE,ouvre un peut plus ta critique ,vas y te laisse pas faire,,,,

Le 2/09/2011 à 21:22AlerterRépondre
AvatarYu Fung LAMIl est dommage que Président SARKOSY n’a pas pris le hauteur d’écouter Jean Pierre RAFFARIN. Le relèvement de la TVA sur les parcs à thèmes, les sodas et les contrats de prévoyance de santé est choquant tout comme la taxation des indemnités de l’accident du travail. Il ne faut pas discrediter l’action gouvernementale pour donner l’image aux citoyens que le gouvernement fait des cadeaux aux riches et aux millairdaires et taxe les enfants, les pauvres et les malades.

Le 2/09/2011 à 21:19AlerterRépondre
Avatarmichel andre debelairet dire que ces memes personnes se sont gaussees en parlant de la rochelle ils font 100fois pire
il est temps que ce ^president s’en aille d’une maniere si possible pas trop humiliante esperons que nous ne reverons pas le meme spectacle qu »avec giscard cetait pathetique , grotetesque et indigne de cette fonction
ce president ne s’est pas occuppe du quotidien des français 14% sont passes sous le seuil de pauvrete en 4 ans et nos jeunes diplomes arrivent sur le marche du travail
courage tout cela se terminera dans la rue ou ailleurs mais ce systeme installe par ce president n’avantage que lui et ses amis du fouquets le reste c’est du niveau de casse toi pauvre con , aucun respect pour le citoyen lambda

Le 2/09/2011 à 21:16AlerterRépondre
AvatarmhsVous au moins vous faites « pigiste » sur l’actu et vos critiques sont celles que l’on formulent à gauche et plus exctement chez Marianne

Le 2/09/2011 à 21:51AlerterRépondre
Avatarjudel.66et oui , et que pensent m.Raffarin et la plupart des participants a la réunion UMP de marseille de l’aggravation des plus values immo des particuliers… crées par giscard ministre des finances pour aligner les particuliers sur les promoteurs et plaire a ceux ci , les plus values giscardiennes ont immédiatement arrete la construction locative et en partie nos 30 glorieuses….un particulier pouvait faire construire , louer un peu pour amortir son emprunt , puis vendre et recommencer sans frais….giscard a stoppé cela et maintenant Sarko giscard II aggrave la mesure ce n’est pas avec cela que nous allons relancer la construction ! ! !

Le 2/09/2011 à 21:15
Related articles
%d blogueurs aiment cette page :