Archives de Tag: Arts and Entertainment

Le design, selon Philippe Stark, a pour but l’utilité pour la survie de l’humanité

Publié le
Exhibit at the Musée du quai Branly, Paris, France

Exhibit at the Musée du quai Branly, Paris, France (Photo credit: Wikipedia)

Pour créer le design de demain, réfléchir à l’utilité et des besoins des humains aujourd’hui.

Qui a besoin d’aide dans la vie de tous les jours ?

Faut-il partir du spécifique au générique ?

L’architecture  doit apporter un impact, doit s’écarter des formes simples, une réinterprétation du passé, l’appropriation unique d’une conception précise.

Philippe Stark, attention il n’attend que des surprises

Il faut une structure mixte, pixelisée, avec une utilisation mixte, avec des transitions végétales, comprenant l’économie responsable, utilitaire.

Philippe Stark, attention il n’attend que des surprises

Philippe Starck at Le Web '07 in Paris.

Philippe Starck at Le Web ’07 in Paris. (Photo credit: Wikipedia)

Exemple croisement d’un parking, de logement avec jardin, de commerces, avec une irrigation de l’eau par en dessous avec une cuve comme réserve pour anticiper les sécheresses. Tout cela dans un seul bloc sur des  lieux ultras urbanisés.

Il faut de l’alchimie architecturale, tout en respectant le développement durable, une réinterprétation de la culture humaine, créant des bâtiments  humains, intégrer les notions de feng shui. Il est bon de trouver en matière de design, l’harmonie, l’équilibre entre le passé ancestral et l’avenir audacieux.

Il faut une approche pragmatique sur l’architecture., cela développe l’intellect. Avant c’était la volonté divine qui faisait naître de très grands créateurs, architectes. Maintenant ce sont des cabinets d’architectes composés de personnes d’univers différents qui font un brainstorming, testent et décident.

Créer un espace urbain tri-dimensionnement avec vue sur des paysages verts, rend zen  au quotidien les habitants.

L’architecture est une science,, un art qui remodèle la structure de la vie quotidienne pour l’améliorer, l’anticiper. C’est la passerelle très fraîche, très pensée, de reproduire, d’assembler des projets mutants, avec l’avenir.

Chaque construction doit appréhender la sociologie du territoire impacté, modernisé et répondre aux besoins élémentaires de ses habitants et utilisateurs.

Faut-il travailler avec des produits végétaux ?

Patrick Plan a conçu le mur botanique du musée du Quai Branly.

Il est possible de partir de la poussière jeté par le ménage au quotidien, en travaillant sur les notions de cycles.

L’architecture doit apporter du nouveau, cela doit avoir de l’ambition, un progrès.

Proposition d’un arrêt de toute énergie pendant 15 jours pour l’écologie et rapprocher les humains.

Le designer doit lier un objet à un problème global. Exemple un compteur d’eau à domicile pour mesurer sa composition et être temporiser sa consommation.

Un designer doit apporter une surprise, une originalité utile et doit aider à la survie de l’humanité.

Ecole-Starck

L’Ecole Starck
Série documentaire (6×50′)

L’ECOLE STARCK

Première diffusion : mercredi 14 décembre à 20h40

« L’Art est tout autour de nous, à partir du lit où nous nous réveillons, à la brosse à dents que nous utilisons, en passant par la télévision que nous regardons et la voiture que nous conduisons. » Philippe Starck est déterminé à secouer le monde du design britannique. Véritable maître de cérémonie, il désignera l’élève le plus talentueux. A la clef, un stage de six mois dans son agence de design. Que le plus créatif gagne !

Pour visualiser la bande annonce de la série cliquez ici.

My Name is Philippe Starck, le dénicheur de son héritier, le nouveau designer britannique

La démarche est le plus important pour plaire, c’est donc à travailler, cela donne du charisme. marcher sur une ligne imaginaire, glisser ses pas sans bouger la tête, redresser le dos, les épaules en arrière, balancer les bras. être détenduée, avoir une démarche douce.

Consommer des vitamines et des acides aminés.

La protéine est essentiellement composée d’acides aminés, et la plupart des aliments à haute teneur en protéines (comme le poulet, la dinde, le petit-lait, le soja, le thon) contiennent beaucoup d’acides aminés essentiels (AAI).

Starck « design » l’école des arts déco

Le Journal des Arts – n° 71 – 20 novembre 1998

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavierEnvoyer à un amiajouter aux FavorisImprimerTwitterPartagez sur facebook

Pièce maîtresse de la restructuration des locaux de l’École nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad), implantée à l’angle des rues d’Ulm et Érasme dans le cinquième arrondissement de Paris, l’extension conçue par Philippe Starck – associé à Luc Arsène-Henry – vient d’ouvrir ses portes. Tout juste fonctionnelle, la conception du nouvel édifice confirme une fois de plus la propension du designer à enfermer les exigences d’un programme à l’intérieur de ses obsessions stylistiques.

PARIS. Implanté rue Érasme, en lieu et place d’un bâtiment à ossature métallique récupéré en 1975, l’édifice conçu par Philippe Starck et Luc Arsène-Henry constitue la partie la plus visible d’une vaste restructuration de l’école impulsée par son directeur Richard Peduzzi, qui inclut, outre une réforme de l’enseignement, la rénovation de ses anciens locaux donnant sur la rue d’Ulm et la construction, dans la cour partagée avec l’École normale supérieure voisine, d’une nouvelle cafétéria. Lauréat d’un concours organisé par le ministère de la Culture en 1992, le projet de Starck et Arsène-Henry s’est officiellement distingué de ses concurrents par une meilleure prise en compte du souci de bien faire fonctionner le nouvel édifice avec les anciens. Ancien élève de Camondo, designer boulimique faisant des incursions fréquentes dans le domaine de l’architecture, Philippe Starck avait sans doute également le profil idéal pour concevoir l’architecture d’une telle école. À ceci près qu’ayant une fâcheuse tendance à projeter sur tout objet ses propres obsessions stylistiques, il était sans doute prévisible qu’il ne s’attache que modérément à satisfaire aux exigences du programme. Le nouveau bâtiment reflète cette inversion des priorités. L’organisation générale, tout juste fonctionnelle, se caractérise autant par son manque d’originalité que par la fascination de Starck pour les espaces autarciques et pseudo-oniriques : à l’intérieur de l’édifice, un couloir non éclairé naturellement distribue à chaque étage des salles de travail étroites implantées le long des façades, tandis qu’à la jonction de la nouvelle et de l’ancienne école, un escalier hélicoïdal se déploie sur cinq niveaux à l’intérieur d’un espace vertical quasi cryptique, l’ensemble des circulations étant de couleur rouge brique afin d’encore en accentuer le caractère caverneux. À l’extérieur, même topo : pour exprimer l’identité de l’école, Starck a fait le choix d’une façade sur rue entièrement opaque, condamnant de fait les usagers à ne voir de l’extérieur que la lumière blafarde filtrant à travers le marbre blanc dont elle est constituée. Rehaussée par le designer d’un grand cadre mouluré censé signifier l’idée de “décor” spécifique à l’école, on serait quant à nous plutôt tenté d’y voir une représentation triomphante de son… narcissisme. Lors de l’inauguration, jeudi 12 novembre au soir, Catherine Trautmann, ministre de la Culture et de la Communication, a été accueillie par un concert de protestations. Le personnel distribuait des tracts critiquant notamment “la façade aveugle, non-sens pour une école d’art”, tandis qu’on pouvait lire sur un calicot : “Oui à la transparence, non à l’Ensad”.

Delluc Manuel

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Source : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/58431/starck–design–l-ecole-des-arts-deco.php

Les artistes jouent avec l’argent, le programme monétaire 2011, Palais des Commerces. Un nouveau lieu de vie et des savoirs au coeur deParis

Publié le
Petit_Royal_assis_de_Philippe_IV_August_1290_g...

Image via Wikipedia

 Cliquez ici pour accéder à l’exposition
Logo
COLLECTIONLE PROGRAMME MONÉTAIRE 2011Imaginer les monnaies, anticiper les frappesChaque année, les équipes de la Monnaie de Paris créent un programme monétaire fixant la liste des pièces à paraître. Composé selon l’actualité et les séries déjà initiées, le programme regroupe 7 grandes « familles » de monnaies, développées en sous thèmes distincts.

Concevoir un programme monétaire est un exercice subtil, mêlant inspiration artistique et respect de la réglementation : chaque programme entre dans la masse monétaire du pays et fait l’objet d’un arrêté ministériel.

ETAPE 2 – AUTORISATIONS ADMINISTRATIVES ET DÉBUTS DES TRAVAUX

La Monnaie de Paris a obtenu les 17, 21 et 24 janvier 2011 l’ensemble des autorisations administratives lui permettant de réaliser son programme de réaménagement et de dynamisation de son site historique parisien du 11 quai de CONTI PARIS 6e (permis de construire, autorisation de travaux sur monument historique, installation classée pour la protection de l’environnement, ERP 1èrecatégorie).

Les autorisations obtenues en 4 mois, après une période d’intense préparation avec l’ensemble des administrations concernées, n’ont pas eu de recours.

Les bâtiments  du XVII e et du XVIII e siècle représentent environ 32 000 m² sur un terrain de plus d’un hectare.

Les travaux commenceront en avril 2011, 240 ans après la pose de la première pierre de notre bâtiment (21 avril 1771), pour se terminer fin 2013. La Monnaie de Paris va mener ces travaux en site occupé sans interrompre son activité industrielle, administrative et commerciale. La boutique Monnaie de Paris reste donc ouverte 2 rue Guénégaud et en ligne.

 Christophe Beaux et Guy Savoy officialisent le transfert durestaurantétoilé à la Monnaie de Paris.

ETAPE 3 – PREMIÈRE PARTIE DES TRAVAUX – REDÉPLOIEMENT INDUSTRIEL – RESTAURANT 3* DE GUY SAVOY – SALONS DES EXPOSITIONS TEMPORAIRES

Dans une logique de site occupé, la Monnaie de Paris réalise les travaux liés au redéploiement industriel. La Monnaie de Paris s’étend sur un peu plus d’un hectare au sol dans un bâtiment conçu et réalisé au XVIIIe siècle pour une activité industrielle et administrative. Jacques-Denis Antoine, l’architecte de génie qui construisit le bâtiment du 11 quai de Conti, avait conçu une industrie rationnalisée. Les ateliers se suivaient les uns les autres en fonction d’une logique industrielle. Les siècles de fonctionnement du bâtiment et le départ de l’activité de frappe de monnaies courantes à Pessac en Gironde en 1973 ont modifié cette rationalisation. Les premiers travaux entrepris par la Monnaie de Paris vont permettre de retrouver cette unité de processus qui est propre à notre histoire grâce à la construction d’un bâtiment sur 4 niveaux. Ce projet permet le retour, au cœur de l’entreprise, de l’activité de frappe par l’acquisition d’une presse Schuler frappant à 800 coups minute des monnaies courantes. Cet acte hautement symbolique rend à ces lieux leur fonction première : celle de battre monnaie.

Dans un même temps, la Monnaie de Paris aménage un restaurant dans des salons XVIIIe et ses cuisines dans des zones actuellement occupées par des bureaux. Un appel à candidature a été lancé en 2010 et Guy Savoy en a été le lauréat. Il transfert son restaurant de la rue Troyon au 11 quai de Conti. Les travaux d’aménagement et de restauration dureront 15 mois. Son installation est prévue en septembre 2012.

Par ailleurs, l’offre culturelle de la Monnaie de Paris est fermée au public jusqu’en 2012 pour les expositions temporaires et jusqu’en 2013 pour le parcours des métiers. Durant cette période, les équipes travaillent à une nouvelle programmation et à une nouvelle muséographie.

L’enfilade de salons datant du XVIIIe, écrin des expositions temporaires va être restaurée et adaptée afin de mieux répondre aux normes internationales de conservation et d’améliorer le confort des visiteurs. Les expositions temporaires reprendront fin 2012. La nouvelle programmation sera annoncée sur notre site internet prochainement.

ETAPE 4 – OUVERTURE DE LA SECONDE PARTIE DES TRAVAUX – PARCOURS DES MÉTIERS – BOUTIQUE MONNAIE DE PARIS – COMMERCE – JARDIN – MÉTALCAFÉ

Le projet de transformation de la Monnaie de Paris va permettre de rendre traversant le bâtiment, d’en faire un lieu de destination touristique et commerciale. Ce projet sauvegarde et valorise l’activité d’artisanat d’art, en rendant possible la découverte de nos savoir-faire par le public. Une nouvelle offre culturelle sera mise en place. Un parcours des métiers avec des vues sur les ateliers mettra à l’honneur le travail des salariés – des savoir-faire multiséculaires liés au métal et exercés sur les sites de Paris et de Pessac mais aussi une partie des collections patrimoniales de la Monnaie de Paris qui seront exposées en partie. Le parcours expérientiel proposera des vues sur des ateliers de fabrication.

L’attractivité du site sera renforcée par une offre diversifiée : une nouvelle boutique Monnaie de Paris (nouvel écrin, nouvelles gammes de produit, nouvelle implantation), la création d’un jardin en eau permettant la mise en valeur de l’Hôtel Particulier XVIIe, dit Hôtel de Conti, œuvre de jeunesse de Jules Hardouin-Mansart, des commerces et une offre de restauration grand public tenu par Guy Savoy nommé MétaLcafé dans une des cours intérieures de la Monnaie de Paris : la cour de la méridienne où se trouve le premier méridien de Paris.

ETAPE 5 – UN NOUVEAU LIEU DE VIE

Une offre culturelle renforcée

Une nouvelle programmation d’expositions temporaires et d’événementiels ambitieuse

Une nouvelle programmation d’actions culturelles

Un lieu ouvert sur son quartier liant la rive gauche à la rive droite, sa ville…

Création de passages qui relieront, par exemple, la rue Guénégaud à la place Condorcet, par le biais d’un jardin intérieur et à travers trois cours

Un lieu d’expérience et d’échange unique autour des métiers du métal

Une destination commerciale

Un lieu de détente et de restauration

Un bâtiment XVIIIe restauré et magnifié permettant l’accueil de tous

Série limitée HerculeLe 08/04/2011

Monnaie de Paris - Hercule 2011 Monnaie de 100 € Argent et 1000 € Or 

COLLECTION – BANDES DESSINÉES

La Monnaie de Paris rend hommage à la bande dessinée

Depuis 2008, la Monnaie de Paris poursuit une plongée au coeur de la bande dessinée. Elle explore les univers artistiques des plus grands héros, à travers plus de 6 séries de monnaies en argent et en or : XIII, Blake et Mortimer, Tintin, Asterix, Lucky Luke, Spirou… Les graveurs fixent dans le métal les traits de ces héros, dans leurs scènes les plus connues.

Blake et Mortimer – Médaille en bronze – 75,00 €

L’esprit classique de la bande dessinée se retrouve sur l’avers de la médaille en forme de bulle, et dans la typographie d’origine. Au premier plan, Blake et Mortimer sont représentés de face en pleine action. Au deuxième plan, le texte et la planche de bande dessinée sont mis en perspective, créant une profondeur à la composition. L’ensemble de ces éléments visuels met en avant l’intrigue et le suspens vécus par chacun des personnages. Le revers est un clin d’œil à l’un des albums mythiques de la série dont la médaille reprend la forme de la marque jaune, avec une mise en couleur.

  • Auteur : Atelier de Gravure
  • Métal : Bronze

La Monnaie de Paris poursuit les émissions de ses monnaies en métal précieux à valeur faciale, en frappant deux nouvelles pièces : 100 € en argent et 1000 € en or. Le symbole monétaire de l’Hercule illustre de façon contemporaine les faces …

L’élégance et la sensualité à l’italienne…

Visionnez une certaine photographie et un certain art représentant la sensualité,  féminine, animalité, son fauvisme, sa pudeur, la passion de la femme Son romantisme et son pouvoir de séduction, à la mode italienne – c’est un savoir vivre de savoir séduire naturellement, passivement et activement, quand l’autre s’y attend le moins :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

%d blogueurs aiment cette page :