L’ACUPUNCTURE AU SERVICE DE LA LUTTE CONTRE LES INTOXICATIONS ET LES DROGUES

Publié le

L’ACUPRESSION, UNE ALTERNATIVE À L’ACUPUNCTURE

Depuis la nuit des temps, les drogues existaient sous toutes les formes et de toutes les couleurs. Comme tous les chinois se trouvaient confronté à ce fléau. Très tôt alors, cette civilisation ancestrale a déterminé un point décisif dans le traitement de ces toxicomanies. Cette pratique est toujours d’actualité, et apporte des résultats favorables.

Pour le traitement de la drogue en générale à un point de repère se révéle important : il est situé sur le crâne latéral, exactement à la verticale du point le plus haut du pavillon de l’oreille.
C’est certes un point très sensible quand aux différentes drogues quelles soient douces ou dures : opium, haschich, cocaïne…

Traitement de l’alcoolisme par l’acupuncture
Le même point du corps déjà cité dans les drogues, il faut y ajouter un autre point au niveau du nez, qui porte le nom chinois de : Pi – Tchoum, qui se dessoule très rapidement.
Le plus étonnant, c’est qu’en stimulant celui-ci, on peut déclencher des vomissements. Il faut se mettre sur le côté et non face au masseur.

Traitement du tabagisme grâce à l’acupuncture
Le point de l’intoxication est gardé toujours comme base et référence.
Il convient d’ajouter en ce qui concerne le tabac, les deux points situés à l’oreille :

Le premier est posé juste sur le petit point de la chair qui constitue en quelque sorte le noyau de l’oreille qu’on appelle : la racine de l’hélix.
Le deuxième point se place à peu prés à l’arrière, exactement au milieu de ce trou qui se forme dans le pavillon et qui ressemble tellement à l’intérieur d’une huitre qu’on appelle la conque.

Tous ces points occupent une surface très minime, et en acupuncture classique, il est extrêmement difficile de les préciser.

Sauf en cas de l’auto-traitement : il suffit de masser plusieurs fois par jours ces points, et cela permettrait un sevrage assez doux du tabac.
Ces points en outre, permettent de mentionner une extension assez intéressante de l’acupuncture.

Des auteurs français et chinois, côte à côte, ont étudié une région spéciale qui avait échappée aux protocoles traditionnels : c’est le pavillon de l’oreille, de cette étude, avait résulté une science nouvelle qu’est : l’auriculothérapie.

Le sevrage rend le cœur très fragile, accompagné de plusieurs symptômes comme la nervosité, les palpitations du cœur… L’acupuncture avait trouvé également des points repère pour ces effets secondaires du sevrage de tout genre d’accrochage aux différentes drogues.

Par exemple : Les palpitations du cœur

Le cœur est une merveilleuse machine robuste et complexe, elle a ses propres centrales et ses réseaux de distribution qui font mouvoir le muscle cardiaque. Ces centrales débitent une énergie électrique adaptée à tout instant et à toute situation qu’engage le corps humain.
La conception de cette machine aussi complexe a des moments de faiblesse, ou des faux pas, soit qu’une centrale accélère ou ralentisse suite à un sevrage assez dur. Dans le vocabulaire médical, on appelle ceci : tachycardie & bradycardie. Soit le cœur déclenche un battement en dehors de son rythme habituel, ou trouve du mal à battre et à continuer de faire vivre les organes vitaux.

En revanche, le repérage, l’interprétation de ces anomalies requièrent toute la science de la cardiologie, mais généralement le malaise est perçu comme une sensation de décrochement suivie d’un temps complètement mort, ce qui est assez angoissant. Ces palpitations peuvent durer surtout au début du sevrage, elles durent des heures entières, jusqu’à devenir une véritable infirmité.
Il est donc conseillé de se soulager le plus possible, et rapidemment : ce que peut offrir l’acupuncture !

Il existe certes un point très intéressant quand au soulagement de ce syndrome : ce point est situé en avant du poignet, sur le pli inférieur de celui-ci et du côté du petit doigt de la main.
En déclenchant le petit doigt vers le haut, on trouve un autre point très douloureux sur la saillie antérieure du poignet ; immédiatement au dessus du pli, un massage régulier peut rendre le sevrage assez calme même agréable.

Répondre à cet article
L’information qui vous est fournie ici tente de vous apporter des renseignements pertinents sur un certain nombre de données dans le domaine du bien-être, de la détente et du massage. Ces renseignements vous sont transmis à titre purement indicatif et doivent être utilisés sous votre entière responsablilité. Ces informations n’étant ni complètes, ni exhaustives il vous appartient de procéder à toutes les vérifications nécessaires sous votre entière responsabilité et de les utiliser à vos risques. Ces informations ne pourront en aucun cas remplacer un quelconque diagnostic, avis ou traitement médical. Pour cela il vous appartient de vous renseigner auprès de votre médecin traitant.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :