Ordre de La Basoche

Publié le
Philip IV of France

Image via Wikipedia

 

 

 

Basoche

Lorsque les rois de France habitaient le Palais royal de l’île de la Cité (actuel Palais de justice), les juges, les avocats, les procureurs et tous les gens de justice furent désignés sous le nom de clercs de la basoche (c’est-à-dire « clercs du Palais », puisque le terme de « basoche » vient du mot latin basilica, palais royal).

Il se forma plus tard entre les clercs du Palais et les clercs du Châtelet une association qui fut reconnue en 1303 par Philippe le Bel et qui obtint des privilèges particuliers. Associés pour le plaisir, les basochiens élisaient un chef qui prenait le titre pompeux de roi de la basoche, avait une cour, des grands officiers, des armoiries (trois écritoires d’or sur un champ d’azur) ; ce roi faisait la revue de ses sujets tous les ans au Pré-aux-Clercs, et il leur rendait la justice deux fois par semaine. Les basochiens jouèrent longtemps des soties, des farces et des moralités : mais leur licence amena François Ier à défendre ces représentations (1540).

Henri III supprima le titre de Roi de la basoche et transmit au chancelier tous les droits et privilèges qui avaient été concédés à ce roi pour rire.

Ordre de la Basoche :

La page Basoche fait partie du projet juridique français, qui a pour but de développer les articles relatifs au droit français. Si vous désirez participer à cet effort, vous pouvez améliorer cet article ou visiter la page du projet, où vous pourrez contacter d’autres contributeurs.

Les portails des droits du monde et du droit français sont également susceptible de vous intéresser.

La Basoche est également un Opéra-Comique en trois actes de 1890, avec la musique par André Messager et un français livret de Albert Carré .

Opéra-comique ne signifie pas que l’oeuvre sera comique et que le dénouement sera heureux mais il correspond à des oeuvres où les scènes chantées alternent avec des dialogues parlés (avec des apartés au public). L’opéra-comique aborde des sujets de la vie quotidienne et n’hésite pas à faire référence à des sujets d’actualité.

Histoire

Messager 1889 opérette Le Mari de la Reine au Bouffes-Parisiens a été une déception, et le compositeur et son épouse ont du mal à payer même nécessités de base jusqu’à ce qu’il trouve le succès avec La Basoche . Le titre de l’opérette se réfère à l’ancienne guilde parisien de la loi greffiers qui a été aboli avec la Révolution française au 18e siècle.

La Basoche a d’abord été réalisée à l’ Opéra-Comique (Salle du Théâtre Lyrique, place du Châtelet ), à Paris, le 30 mai 1890 et a été initialement donné sur 51 nuits. Il a été relancé il ya place à l’Seconde Guerre mondiale et donné au moins une autre 150 représentations, avec Jean Périer ,André Baugé jouer Clément Marot et Lucien Fugère répéter le rôle du duc. Messager s’est conduit les productions 1900, 1902 et 1919 à l’Opéra-Comique. En 1908, les travaux ont également entré dans le répertoire du Théâtre de la Gaîté à Paris, le casting notamment Fernand Francell et Fugère.

Source

La description de CI-Dessus provient de l’article de Wikipedia La Basoche , sous la licence CC-BY-SA n’avez La Liste complète des Contributeurs soi Trouve ici . Les pages ne sont community Pas affiliées ous avalisées par les Personnes Associées un CE SUJET.
Genre lyrique du, l’opéra-comique dérive de la comédie-ballet, avec de nombreux emprunts au répertoire des airs sérieux et à boire. Il naît sur les tréteaux des Foires Saint-Laurent et Saint-Germain où, après avoir été interdit, le chant est à nouveau autorisé (1714). Il fera les beaux jours du théâtre de l’Opéra-Comique.
Publicités

À propos de Maï SALAÜN

Tous les grands qui ont réussi dans le passé ont été des visionnaires, des hommes et des femmes qui se sont projetés dans l'avenir. Ils ont pensé à ce qu'ils pourraient être, plutôt qu'à ce qu'ils étaient déjà et ensuite, ils se sont mis en action pour faire de leur vision une réalité. Femme libre indépendante intolérante indécente incandescente. Une extrémiste de l amour et totalement conformiste sur la vie avec une arme de destruction massive : le facteur travail. J'ai les goûts les plus simples du monde, je ne me contente que du meilleur.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :