Archives mensuelles : juillet 2011

Arn Magnusson, chevalier des templiers en terre Sainte, tempelriddaren – la bataille de communauté pour obtenir Jérusalem

Saladin 1

Image via Wikipedia

Arn, chevalier du Temple

Arn, chevalier du temple

 Réalisé par Peter Flinth

Avec Joakim NâtterqvistDriss RoukheDonald Högbergplus

Titre original : Arn, tempelriddaren
Long-métrage britannique , danois , norvégien , suédois .

Genre : Aventure ,Guerre , Action
Durée : 02h15min Année de production : 2007

Synopsis :

Au XIIème siècle, Arn Magnusson participe aux croisades afin de protéger Jérusalem. Il y est forcé après avoir trahi les voeux de chasteté imposés par son ordre. Laissant derrière lui sa patrie et Cécilia, enceinte de leur enfant, il va cependant s’illustrer sur le champ de bataille, sauvant également la vie de Saladin

Bandes annonces et vidéos Direct 2 DVD N°2 - Décembre 2009

Actrices et acteurs Sven-Bertil Taube


Commentaires
Enarpilod Ce film est une excellent surprise. Les décors sont magnifiques et l’histoire porte sur de bonnes bases historiques, c’est très plaisant à suivre. Dommage que tout cela manque cruellement de dialogues mais dans l’ensemble les personnages sont intéressants et les acteurs ne sur-jouent pas, de très bonnes performances.
 Lurtzz Il est plutôt sympa, à voir. C’est un bon film.
manolo126 Bon film de moyen-age!!!! Dommage que l’acteur principal est un charisme de cacahuète… sinon, c’est plutôt pas mal. Un très bon film pour ceux qui aiment le moyen âge et les croisades. Parfois quelques longueurs mais de belles scènes de batailles et attention, pas n’importe quelles batailles : la victoire de Montgisard et la sombre défaite de Hattin avec la perte de la Vraie Croix. Sur le fond d’un beau conte d’amour courtois scandinave qui ne gâche rien. A voir !
Arn, chevalier du temple  Un très bon film pour ceux qui aiment le moyen âge et les croisades. Parfois quelques longueurs mais de belles scènes de batailles et attention, pas n’importe quelles batailles : la victoire de Montgisard et la sombre défaite de Hattin avec la perte de la Vraie Croix. Sur le fond d’un beau conte d’amour courtois scandinave qui ne gâche rien. A voir !

Marie Aube Marie Aube – Le samedi 30 juillet à 18:17
Une page d’histoire de la couronne Suédoise mise à l’écran d’une belle façon. L’histoire se chevauche avec « Kingdom for heaven » (où est l’exactitude ?). Une mise en scène assez bien rythmée, des décors minimalistes mais (certainement) bien reconstitué. 2 points faibles : l’interprétation de ARN (vraiment en dedans) et la distance avec l’atmosphère de l’époque (le froid, la précarité etc…) pas exploité. 4/5 pour ce bon film historique à découvrir !!

Le film présente une réalité historique remarquable, bien que quelques anachronismes subsistent.

  • On notera comme détail historiquement aberrant, par exemple, que Arn est accusé de parler « la langue de ce scélérat » (un homme de Saladin), alors qu’il était une pratique commune et souvent même essentielle pour les hauts dignitaires (la présence de Arn et de son accusateur au conseil des templiers avant les batailles dont la bataille de Hattin prouve leur importance, au moins administrative, dans la société de l’époque et du lieu) de parler la ou les langues locales, les peuples vivant à cette époque à Jérusalem étant hébreux, chrétiens de divers horizons, turcs, araméens, persans, arabes, etc.
  • L’armement du chevalier est bien reconstitué : on voit des cottes de mailles en acier comme en bronze, chose qui était courante par simple souci d’esthétisme mais aussi parce que le bronze ne rouille pas, ainsi l’armure demande bien moins d’entretien. Les épées, elles aussi, sont caractéristiques de la période : la lame longue avec une gouttière longue et large en parcourant la majeur partie montée sur une fusée à une main est très bien représentée, tout comme l’épée de l’adversaire de Arn lors de son duel au début du film : bien que l’ensemble de l’épée s’accorde avec l’époque, on remarquera facilement les « restes » esthétiques de l’épée type des vikings, qui sont les ancêtres de Arn et de son ennemi, qui est danois. Cette recherche du détail a été entreprise avec la participation du spécialiste en matière d’épées John Peterson. Issus des peuples nordiques, les Vikings furent considérés au début du Moyen Âge comme des pillards à cause de la violence de leurs raids. Mais ils furent aussi de grands marins, marchands et guerriers : des îles Féroé, de l’Islande, du Groenland, de l’exploration du Vinland jusqu’en Orient… Ils fondèrent des Etats nouveaux et originaux en Normandie, en Sicile et en Russie2. L’âge viking prit fin à la suite de l’affirmation en Scandinavie de pouvoirs monarchiques centralisateurs et à leurs conversions au christianisme.
  • Un anachronisme notoire mais difficilement blâmable est l’habituelle vision des templiers comme des gens ayant fait voeux de pauvreté et possédant uniquement ce qu’ils ont sur le dos. Effectivement, ceux parmi les templiers qui avaient des possessions en faisaient don à leur entrée dans l’ordre en faisant voeux de pauvreté et ne possédaient donc, de manière officielle, plus rien, mais la vérité n’est pas si simple que cela, on se doute bien qu’un chevalier n’irait pas à la guerre sans armement ni équipement : un chevalier templier possédait deux armures, une épée de bonne facture, une lance, trois chevaux, plusieurs ensembles vestimentaires et une demeure en plus de ses trois servants laïcs non combattants et non-templiers, ce à quoi s’ajoute sa « lance » (la « lance » d’un chevalier est son « équipe » : ses hommes d’armes, ses combattants personnels. Une armée de l’époque est comptée non pas en hommes mais en « lances »), ce qui était bien plus que certains chevaliers du commun dont certains étaient si pauvres qu’ils chevauchaient des mulets et ne possédaient même pas d’épée. Le Arn qui se fait engager de force dans les Templiers et qui part de chez lui dans ses haillons de moine avec sa seule épée et un cheval est une aberration, très poétique et symbolique, certes, mais témoignant d’un parfait anachronisme.
  • On notera l’erreur d’importance que l’on peut relever au début du film, lorsque la mère supérieure du couvent reçoit en confession. Cela ne se peut, car la confession est un des sept sacrements, et elle ne peut être donnée que par un prêtre.
  • Le plus bel anachronisme du film est dans ses décors. L’action est sensée se dérouler au xiie siècle puisque Arn participe à la bataille de Hattin, or, à plusieurs reprises, lors des scènes dans le couvent, l’action se déroule devant une belle verrière dont les remplages flamboyants à soufflets sont caractéristiques du… xve siècle ! C’est un peu comme si on représentait Louis XIV devant l’Arche de la Défense.
  • En effet, pour remettre les idées en place ou vous éclairer : La bataille de Hattin ou bataille de Tibériade eut lieu le 4 juillet 1187 aux Cornes (ouFourches) de Hattin (Kouroun-Hattin), à proximité du lac de Tibériade, en Galilée.La Galilée (hébreu:hagalil-הגליל; arabe:al-jaleel-الجليل; signifie circuit) est une large région située dans le nord d’Israël, traditionnellement divisée en trois parties:
    • Haute Galilée ;
    • Basse Galilée ;
    • Galilée occidentale, aussi appelée « La côte Nord d’Israël ».

    Elle comprend également le plateau du Golan, occupé par l’armée israélienne suite à la guerre des Six Jours puis annexé par l’État hébreu le 14 décembre 1981 malgré une condamnation par leConseil de sécurité des Nations unies.

  • Elle opposa déjà en temps des croisades les armées du royaume de Jérusalem, dirigées par Guy de Lusignan, et de Saladin. Toujours  notre époque, le partage des terres n’est pas résolu.
Pour être complète dans cette présentation, voici qui est
  • Guy de Lusignan :
Guy de Lusignan (1159 † 1194), est un comte de Jaffa et d’Ascalon de 1180 à 1186roi de Jérusalem de 1186 à 1192, et roi à Chypre1 de 1192 à 1194. Il est fils de Hugues VIII le Vieux,seigneur de Lusignan et comte de la Marche, et de Bourgogne de Rançon.Cadet sans fortune, les intrigues de son frère Amaury lui font épouser la princesse Sibylle de Jérusalem, héritière du royaume de Jérusalem. Il montre rapidement ses limites à assurer le gouvernement et l’avenir du royaume, aussi son beau-frère Baudouin le Lépreux l’écarte de la succession et désigne son neveu Baudouin V pour lui succéder. Mais la mort de ce dernier amène Guy de Lusignan et Sibylle au pouvoir. Moins d’un an plus tard, ses maladresses ont apporté le désastre aux croisés, sous la forme de la défaite de Hattin, et Saladin conquiert la plus grande partie du royaume. Seul Conrad de Montferrat le tient en échec devant la ville de Tyr. Guy libéré, la rivalité éclate entre Guy et Conrad, et finit par aboutir à un compromis, où Conrad devient roi de Jérusalem et Guy reçoit l’île de Chypre de Richard Cœur de Lion.

Le meilleur moyen de cesser la tentation c’est d’y succomber, disait Oscar Wilde…

Pictures relating to tourism in Iran

Image via Wikipedia

Le meilleur moyen de cesser la tentation de ces jolies filles femmes et de ces beaux mecs, c'est d'y succomber... Maï Salaün

Le meilleur moyen de cesser la tentation de ces jolies filles femmes et de ces beaux mecs, c'est d'y succomber... Maï Salaün

Quand le coeur d’un homme est assombri par les soucis, il suffit qu’une femme apparaisse pour que dissipent les nuages. Toutes les  pensées, toutes les passions, tous les délices, tout ce qu’agite cette enveloppe mortelle ne sont que des prêtres de l’amour qui alimentent sa flamme sacrée. La joie, c’est également partager la fête, être présent aux réjouissances que les circonstances proposent et ne pas éviter les contacts et les rencontres. Soyons nous-même notre propre philosophe ; celui qui enseigne avant tout le bonheur. Celui qui a dominé ses instincts, celle qui sait diriger sa vie, portent en eux les conditions du bonheur. Accéder au bonheur, c »est attendre le soleil après la pluie et savoir qu’il demeure quel que soit le temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Nouvelles du Japon : l’économie irait mieux selon le gouvernement.

Nissan Model 70 Phaeton, 1938

Image via Wikipedia

Malgré les chutes de Nissan, Sony Ericsson, Toyata, Blackberry, …

il est annoncé ce jour que le retour de l’activité est plus rapide

que prévu au Japon, grâce à ces mêmes sociétés,

ainsi que tous les acteurs économiques

qui se sont mobilisés pour sauver le Japon suite aux séismes

et tsunamis…

Publié dans le Figaro  Cyrille PluyettePublié le 27/07/2011 à 14:11

Cette reprise rapide au Japon s'explique par la mobilisation des constructeurs nationaux.
Cette reprise rapide au Japon s’explique par la mobilisation des constructeurs nationaux. Crédits photo : TOSHIFUMI KITAMURA/AFP

Le plus grand constructeur du pays, Toyota, a retrouvé 90% de sa production au mois de juin.

L’automobile s’est remise plus rapidement que prévu de la catastrophe japonaise du 11 mars, même si ses performances financières ont été impactées au premier semestre. La paralysie de nombreux équipementiers -dont les usines avaientété détruites ou endommagées- était d’autant plus inquiétante que beaucoup approvisionnent non seulement les groupes nippons, mais aussi l’ensemble des constructeurs de la planète. 75% des composants électroniques du secteur proviennent ainsi de l’Archipel.Mais les nouvelles rassurantes se multiplient. Carlos Ghosn, le PDG de Nissan, a indiqué hier que l’impact du tremblement de terre était passé et que l’approvisionnement en composants était redevenu normal, la pénurie de pièces détachées ayant atteint un pic d’avril à juin. Le groupe japonais a subi une perte exceptionnelle de 183 millions d’euros d’avril à juin à cause du séisme. Son bénéfice d’exploitation n’a cependant chuté que de 10%, à 1,33 milliard d’euros, surpassant de très loin les prévisions des analystes. Le constructeur est parvenu à redémarrer sa production plus vite que ses compatriotes Toyota ou Honda. Et plus vite qu’il ne l’escomptait lui-même, même si ses usines sont moins concentrées dans l’Archipel que ses rivaux.Toyota, le plus grand constructeur du pays, a lui aussi surmonté l’épreuve. Sa production, après s’être effondrée de 78% en avril, a retrouvé 90% de son niveau en juin, et s’établit à des niveaux proches de ceux d’avant la catastrophe depuis juillet. Au Japon, le groupe prévoit par ailleurs de fabriquer 350.000 véhicules additionnels d’octobre à mars 2012 de façon à rattraper le nombre de véhicules non fabriqués.

24 heures sur 24

Cette reprise rapide au Japon s’explique par la mobilisation des constructeurs nationaux, qui ont par exemple aidé Renesas Electronique (40% de la production mondiale de systèmes électroniques de contrôle des freins et des moteurs) à relancer ses usines. Jusqu’à 2.500 personnes supplémentaires avaient ainsi travaillé 24 heures sur 24 pour remettre en service les installations.

Le rétablissement semble toutefois être ressenti avec un léger décalage en Europe. PSA ne prévoit ainsi un retour à la normale de son approvisionnement qu’à l’automne. Et Renault estimait il y a quelques semaines que ses usines -également perturbées par d’autres problèmes d’approvisionnement- ne tourneraient au maximum de leurs capacités installées qu’à partir de fin août.

Nouvelles du Japon dans le monde de la Science-fiction annonce du décès de Sakyo Komatsu

AFP | Créé le 28 juillet 2011 à 15h25

des figures les plus marquantes de la science-fiction japonaise, connu notamment pour son roman « Nippon Chimbotsu » (« La submersion du Japon« )[…]Le best-seller « La Submersion duJapon »[…]été vendu à plus 4 millions d’exemplaires dans le seulJapon, un pays régulièrement secoué par des séismes d’une puissance …

L’élégance et la sensualité à l’italienne…

Visionnez une certaine photographie et un certain art représentant la sensualité,  féminine, animalité, son fauvisme, sa pudeur, la passion de la femme Son romantisme et son pouvoir de séduction, à la mode italienne – c’est un savoir vivre de savoir séduire naturellement, passivement et activement, quand l’autre s’y attend le moins :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le foie gras a été refusé au salon de Cologne – nouveau coup de canif dans le couple franco allemand

Foie Gras: Lellouche hausse le ton

Publié le 27/07/2011 | Mise à jour : 14:31, sur le lien suivant :  http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/07/27/97002-20110727FILWWW00349-foie-gras-lellouche-hausse-le-ton.php

Le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur Pierre Lellouche a demandé mercredi à l’ambassadeur d’Allemagne de faire preuve d' »autorité » envers les organisateurs du Salon de Cologne qui refusent d’accueillir les producteurs de foie gras, a-t-il dit à l’AFP.

Sous la pression de militants opposés au gavage des canards, la foire Anuga, qui se tient tous les deux ans à Cologne et revendique le titre de première foire de l’alimentation mondiale, a décidé de mettre à l’écart le foie gras lors de son prochain salon, du 8 au 12 octobre.

« Respect du droit européen »

« Cette affaire est tout sauf anecdotique », a dit à M. Lellouche à l’AFP. Le secrétaire d’Etat a demandé à rencontrer l’ambassadeur d’Allemagne à Paris, Reinhard Schäfers, qu’il a donc reçu mercredi à Bercy. « Je lui ai demandé que l’Etat allemand fasse preuve de la plus forte autorité vis-à-vis des organisateurs et fasse respecter le droit européen » de libre circulation et de non discrimination des marchandises, a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a déjà écrit à son homologue allemande pour protester contre l’interdiction, menaçant de ne pas participer à l’ouverture du Salon.
« Il faut que nos producteurs figurent pleinement dans le catalogue de la foire », a estimé Pierre Lellouche, soulignant que l’industrie du foie gras en France représentait 35.000 emplois.

M6 envisage de demander le passage de Paris Première en une chaîne gratuite.

M6 envisage de demander le passage de Paris Première en une chaîne gratuite.
Création 15 décembre 1986
Propriétaire Groupe M6
Slogan « La télé qui a l’esprit plus large que le petit écran » (1995-2004)
« Vous pouvez rallumer la télé »
Paris Première fut lancée le 15 décembre 1986 à 19 heures sur le réseau câbléparisien (canal 8) à l’initiative de la Mairie de Paris et du groupe Lyonnaise des Eaux, propriétaire du réseau câblé parisien, afin de développer une chaîne locale sur le câble parisien. Ses deux lignes conductrices sont la contre programmation (films diffusés à 18h15, 21h00 ou 22h45) et le spectacle.
Pour en savoir plus, cliquer sur le lien suivant :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Paris_Premi%C3%A8re
Par Paule GonzalesPhilippe Larroque
Publié dans le Figaro le 27/07/2011 | Mise à jour : 19:20
Nicolas de Tavernost, président de M6.
Nicolas de Tavernost, président de M6.

INTERVIEW – Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6, se dit prêt à basculer Paris Première en gratuit.

Le groupe audiovisuel privé a annoncé mercredi un recul de 3 % de son chiffre d’affaires.LE FIGARO. – Comment expliquez-vous la hausse de 5,3 % des recettes publicitaires de M6 ?

Nicolas de TAVERNOST. – Le groupe est dans un cercle vertueux : celui qui consiste à investir dans les programmes pour améliorer la qualité de notre offre pour toutes nos chaînes (M6, W9, Teva, Paris Première…) et donc faire croître notre audience et rendre ainsi nos chaînes incontournables pour les annonceurs. Dans un marché pub de la télé en décroissance de près de 100 millions d’euros sur les quatre dernières années, nous avons augmenté nos recettes publicitaires (+ 3,1 %) de 13 millions. Au premier semestre 2011, le marché est stable et le groupe M6 réalise 6,2 % de croissance atteignant une part de marché de plus de 24 %. Ces chiffres reflètent nos scores d’audience : M6 est ainsi la seule chaîne historique à avoir progressé cette année à 10,5 % de part d’audience. Si la durée pub a légèrement diminué, en revanche, nous avons pu augmenter nos tarifs de près de 11 %, en parallèle de nos audiences.

Vous aviez annoncé en 2010 une hausse du coût de grille de vos chaînes. Cette stratégie va se poursuivre ?

Nous avions annoncé une augmentation du coût de grille de la chaîne M6 de 5 % en 2011, ce qui reste notre prévision. Sur le 1er semestre, l’augmentation est de 2,3 % et de très beaux programmes sont prévus pour la rentrée. De même, le coût de grille de W9 a significativement augmenté au cours des deux dernières années. C’est une stratégie payante : M6 a été régulièrement leader le vendredi soir au cours du 1er semestre et le devient aussi le lundi soir avec son programme à succès «L’amour est dans le pré». Nous nous félicitons d’avoir gagné en deux ans 400.000 téléspectateurs sur notre JT «Le 19.45», d’en rassembler entre 3 et 4 millions devant «Scènes de ménages» et d’atteindre 6,3 millions, comme lundi dernier avec «L’amour est dans le pré». Nous ne sommes pas dans une logique de réduction de coûts mais dans une position offensive d’investissements dans les programmes.

Vous avez connu des contre-performances comme «X-Factor» et actuellement la série «Soda»….

X-Factor est une déception d’autant plus forte que nous ne comprenons pas bien l’échec de cette émission alors qu’au même moment, le programme diffusé en Belgique avait très bien marché. Quant à Soda, c’est un programme de fiction d’été à destination des jeunes et, de ce point de vue, l’émission remplit bien sa mission. Ce qui compte pour une grille de programmes, c’est la récurrence de ses succès qui se crée grâce à des marques bien installées. C’est le cas pour le groupe M6.

Les revenus de vos diversifications baissent. Ces activités doivent-elles être restructurées ?

Notre groupe repose sur deux piliers : le principal, la publicité, qui a dépassé le niveau de l’avant-crise de 2008, et les diversifications, qui ont été en 2009 un soutien de notre activité. Il n’est pas question de revenir sur cet équilibre. Même si la rentabilité, pour certaines d’entre elles, est moindre, ces diversifications continuent de gagner de l’argent y compris dans la vente à distance. De plus, nos activités Internet progressent fortement et notre filiale Interactions (musique, licences) s’est bien redéployée. De son côté, le département Droits audiovisuels, en légère baisse au 1er semestre, est soumis à la saisonnalité des sorties cinéma. Il reste les Girondins, qui ont connu des difficultés. Nous avons réduit la masse salariale en conséquence et nous espérons que le nouveau stade de Bordeaux nous permettra, à moyen terme, d’augmenter nos ressources propres par rapport aux droits télé.

Votre trésorerie atteint 282 millions d’euros. Allez-vous investir ?

Nous attendons arme au pied des opportunités pour continuer à nous développer dans la télévision. Pour cela, il faudrait qu’il y ait des ventes ou des autorisations qui soient proposées et données. Nous sommes aussi prêts à nous développer dans la production.

TF1 a demandé le passage de LCI en gratuit. Comptez-vous réagir ?

Nous avions anticipé cette éventualité puisque, dès le 28 mai dernier, nous saisissions le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour lui dire que, si les règles d’attribution de fréquences changeaient, nous serions intéressés à faire passer Paris Première en gratuit. Jusqu’à présent, l’application de la loi n’avait pas prévu le passage du payant au gratuit. Si la doctrine change et si, comme il le semblerait, le critère essentiel de la fluidité entre payant et gratuit était celui de la diversité et de la qualité des programmes, alors notre chaîne serait la solution. Contrairement à l’info où plusieurs chaînes existent, Paris Première, avec son public de CSP +, est réellement une offre complémentaire, sans équivalent en gratuit, et la chaîne fait vivre la création. Nous sommes prêts à prendre des engagements en faveur de cette dernière. Dans l’attente de la réponse du CSA, nous avons conclu un nouvel accord avec CanalSat pour ne pas hypothéquer l’avenir de nos chaînes.

Avez-vous changé de position concernant le lancement de nouvelles chaînes sur la TNT ?

Pas du tout. S’il devait y en avoir de nouvelles, nous ne serions pas les plus mal placés pour les réussir. Mais nous demandons de la cohérence. Le marché est encombré en France et n’est pas élastique sur le plan publicitaire. Aussi, réduire les coûts des chaînes existantes pour en créer de nouvelles me paraît absurde ! Il serait donc judicieux de faire une pause. Cela permettrait aux acteurs d’améliorer la qualité de leur offre de programmes (plus de programmes originaux et moins de rediffusions) – ce que demandent les Français -, de leurs services numériques (télévision de rattrapage…) et de diffusion (HD…). Ce serait d’ailleurs la meilleure manière de résister à l’arrivée prochaine de la télévision connectée. In fine, notre position est simple : une pause dans la création de chaînes paraît utile, mais si ce n’était pas le choix des pouvoirs publics, le groupe M6 a des droits à faire valoir et des compétences, éprouvées, à mettre en valeur.

%d blogueurs aiment cette page :