Apporter de la fraîcheur et de la lumière à l’économie internationale par « Christine Lagarde, l’Américaine »

Publié le

Après 7 ans en exercice dans 5 gouvernements français, Timothey Gethner a pesé de tout son poids pour la nomination de Christine Lagarde pour qu’elle puisse maîtriser la crise grecque, gérer les pays émergents avec une monnaie trop faible et suivre dans la continuité la politique de DSK.


  1. Images correspondant à CHRISTINE LAGARDE

    – Signaler des images

    Lagarde remplace DSK au FMI

     

    Par Europe1.fr avec agences

     

    Publié le 28 juin 2011 à 19h37Mis à jour le 28 juin 2011 à 21h09

    Christine Lagarde a été nommée à la tête du FMI mardi soir.Christine Lagarde a été nommée à la tête du FMI mardi soir. © REUTERS

    La ministre française, donnée favorite depuis des semaines, succède ainsi à DSK.

    Christine Lagarde a été désignée mardi directrice générale du Fonds monétaire international, le FMI. Succédant à un autre Français, Dominique Strauss-Kahn, elle devient la première femme à ce poste.

    Le FMI, aux prises avec une profonde crise économique en Grèce, a annoncé dans un communiqué que son conseil d’administration avait choisi l’actuelle ministre française de l’Economie et des Finances, âgée 55 ans, sans préciser s’il était parvenu à cette décision à l’unanimité.

    « Une victoire pour la France »

    Sur son compte Twitter, la nouvelle directrice générale du FMI a réagi en ces termes : « Chers Amis, c’est un honneur et une joie de vous annoncer que le Conseil d’administration du FMI vient de me désigner Directrice générale ! »

    « L’action du FMI doit être pertinente, proactive, efficace et légitime, pour assurer une croissance plus forte et durable, la stabilité macroéconomique et un avenir meilleur pour tous », a également déclaré la ministre française des Finances dans un communiqué.

    Du côté de l’Elysée, on salue « une victoire pour la France ». « a présidence française se réjouit qu’une femme accède à cette importante responsabilité internationale », souligne l’Elysée dans une déclaration, qui précise que Nicolas Sarkozy s’est entretenu avec Christine Lagarde à la suite de sa nomination.

    En poste dès le 5 juillet

    Dans son communiqué, le conseil d’administration du FMI précise que le mandat de Christine Lagarde, d’une durée de cinq ans, « commencera le 5 juilllet 2011 ».

    Le choix de Christine Lagarde était pratiquement acquis après le soutien de la Chine, de la Russie, du Brésil et des Etats-Unis. Favorite de l’influente presse économique anglo-saxonne, elle avait pris ces dernières semaines son bâton de pèlerin pour s’attirer les bonnes grâces des pays émergents, promettant de leur faire une place au soleil du FMI.

    Il y a quelques semaines, le New York Times citait Kenneth S. Rogoff, ancien chef économiste du FMI et professeur à Harvard, expliquant que Christine Lagarde était reçue pratiquement partout « comme une rock star ». Dans la même veine, le Financial Times l’avait désignée ministre des Finances de l’année 2009 pour ses « performances » internationales face à la plus grave récession mondiale de l’après-guerre tandis que le magazine américain Forbes en faisait la 17e femme la plus puissante du monde.

    Vers un remaniement en France

    La nomination de la ministre française de l’Economie et des Finances à la tête du FMI engendrera un remaniement ministériel en France. Celui-ci pourrait intervenir dès mercredi matin, avant-même le Conseil des ministres.

    Pour la succession de celle qui s’est imposée en quatre ans à la barre du « paquebot » de Bercy et ces derniers mois à la présidence française du G20, les noms de trois ministres circulent avec insistance : François Baroin, ministre du Budget, qui a été reçu mardi après-midi à Matignon, Bruno Le Maire, en charge de l’Agriculture, et Valérie Pécresse, titulaire du portefeuille de l’Enseignement supérieur.

     

    Lagarde, l’élégante dans un monde d’hommes

    Par Aurélie Frex

     

    Publié le 28 juin 2011 à 21h04Mis à jour le 28 juin 2011 à 21h09

    Christine Lagarde a su s’imposer avec brio dans le monde de la politique. © REUTERS

    PORTRAIT – La patronne du FMI a su s’imposer dans le monde des affaires, puis de la politique.

    Christine Lagarde, première femme nommée à la tête du FMI, a su tirer son épingle du jeu dans des univers dominés par les hommes. Précédemment avocate et femme d’affaires, elle s’est très vite imposée comme une personnalité de premier plan dans les domaines économiques et politiques. Portrait d’une femme conquérante.

    Capable d’enchaîner vols internationaux et réunions

    Ancienne championne de natation synchronisée, Christine Lagarde est connue pour être capable d’enchaîner vols internationaux et réunions sans laisser paraître la fatigue. Un de ses autres atouts est de savoir réveiller des auditoires presque 100% masculins par des paroles évocatrices.

    Elle aime ainsi rappeler ses « longues nuits Dexia » entourée d’hommes « en tout bien tout honneur » pour sauver la banque. Si Lehman Brothers s’était appelée Lehman Sisters, la banque n’aurait peut-être pas fait faillite, suggère souvent Christine Lagarde, qui apprécie que les femmes, dans les affaires, « injectent moins de libido et de testostérone » que les hommes.

    Invitée du journal télévisé de TF1 mardi, Christine Lagarde a affirmé que sa nomination au FMI était une victoire pour les femmes. « Je me suis dit que c’était bien que les choses changent un peu », estime-t-elle.

    Entrée en politique à 50 ans

    Née le 1er janvier 1956 à Paris de parents enseignants, Christine Lagarde est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris, titulaire d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) de droit social et d’une maîtrise d’anglais.

    Elle est également diplômée de la Holton Arms School de Bethesda, dans l’Etat américain du Maryland, dont la devise « inveniam viam aut faciam » attribuée à Hannibal est parfois traduite par « je trouverai le chemin ou je le percerai ».

    Elle entame ensuite une brillante carrière au sein du cabinet d’avocats américains Baker & McKenzie. En 2005, cette mère de deux enfants quitte Chicago pour entrer dans le gouvernement de Dominique de Villepin en 2005 comme ministre déléguée au Commerce extérieur. Elle devient ensuite ministre de l’Agriculture et de la pêche en 2007, avant d’occuper la place de ministre de l’Economie et des Finances.

    Un rayonnement international

    En peu de temps, l’élégante avocate devient la responsable française favorite des médias internationaux, brillant sur la scène mondiale plus facilement qu’en France. Outre la langue, Christine Lagarde partage avec les Américains un goût prononcé pour la libre entreprise.

    Le magazine américain Forbes l’avait désignée 43e femme la plus puissante du monde. Le quotidien britannique Financial Times l’a pour sa part sacrée meilleur ministre des Finances européen en 2009.

    « Tout va très bien, madame la marquise »

    En France, son discours volontairement rassurant quand la crise a frappé a été critiqué, comme sa description d’une France s’en sortant mieux que les autres. Ces paroles jugées lénifiantes ont fait répéter à ses dépens par les députés de gauche la chanson « Tout va très bien Madame la marquise ».

    Peu portée sur la « politique politicienne », Christine Lagarde a aussi enchaîné quelques bourdes à ses débuts à Bercy, en promettant la « rigueur » aux Français, un mot tabou dans un pays qui accumule les déficits avec la régularité d’un métronome depuis 1975.
    Face à la hausse de prix des carburants, elle avait conseillé la bicyclette, entraînant une comparaison moqueuse avec la reine Marie-Antoinette préconisant la brioche quand le pain manque. « J’ai beaucoup appris, j’ai beaucoup servi, j’ai avalé beaucoup de couleuvres. Bien sûr, il y a eu des moments difficiles. Mais abandonner le pouvoir n’est pas dans ma nature, je suis une nageuse de compétition », a-t-elle confié sur le plateau de TF1 mardi, évoquant ses débuts dans la politique.

    Principal bémol à ce succès, la menace d’une enquête pour « abus d’autorité » demandée contre elle par le procureur général de la Cour de cassation dans l’affaire Bernard Tapie, un homme d’affaires français qui a touché 285 millions d’euros pour compenser un manque à gagner présumé sur la revente d’Adidas. Sûre d’elle, Christine Lagarde, qui a engagé l’arbitrage contesté ayant abouti à ce paiement, déclare avoir la « conscience parfaitement tranquille ».

    Publié sur le site d’Europe 1 par le lien :  http://www.europe1.fr/Economie/Lagarde-l-elegante-dans-un-monde-d-hommes-606801/

     

    Lagarde, une femme au FMI

     

    Par Europe1.fr

     

    Publié le 28 juin 2011 à 20h53Mis à jour le 28 juin 2011 à 20h53

    Christine Lagarde est la première femme à occuper le poste de directeur général du FMI.Christine Lagarde est la première femme à occuper le poste de directeur général du FMI.

    La Française est la première femme à occuper le poste de directeur général du FMI.

    Christine Lagarde a été désignée mardi soir comme directeur général du Fonds monétaire international, ou plutôt comme directrice générale du FMI… La Française est en effet la première femme à occuper ce poste. « Une victoire pour les femmes », selon elle.

    « Une victoire pour les femmes »

    La ministre, qui devra bientôt laisser son portefeuille pour partir à Washington, a raconté sur TF1 que « l’entretien [qu’elle a] passé au conseil du Fonds monétaire international rassemblait les 24 administrateurs. Il n’y avait pas une seule femme dans le groupe des 24 ». « Et quand je me suis sentie ainsi interrogée pendant trois heures par 24 messieurs, je me dis dit que c’était bien que les choses changent un peu », a-t-elle ajouté.

    Sur Twitter, deux de ses collègues au gouvernement ont également insisté sur le fait que Christine Lagarde est la première femme à la tête du FMI en adressant leurs félicitations à Christine Lagarde. « Bravo à Christine Lagarde, nommée DG du FMI. Et 1ère femme à occuper ce poste ! », s’est ainsi enthousiasmée Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’Ecologie.

    Quant à Valérie Pécresse, la ministre de l’Enseignement supérieur, c’est par les « hashtags » qu’elle tire son chapeau à Christine Lagarde. « Christine Lagarde nommée haut la main au FMI, bravo! #fiertéfrançaise #1èrefemme », a-t-elle twitté.

     

    Publié sur le site d’Europe 1 :

    http://www.europe1.fr/Economie/Lagarde-une-femme-au-FMI-606761/

Publicités

À propos de Maï SALAÜN

Tous les grands qui ont réussi dans le passé ont été des visionnaires, des hommes et des femmes qui se sont projetés dans l'avenir. Ils ont pensé à ce qu'ils pourraient être, plutôt qu'à ce qu'ils étaient déjà et ensuite, ils se sont mis en action pour faire de leur vision une réalité. Femme libre indépendante intolérante indécente incandescente. Une extrémiste de l amour et totalement conformiste sur la vie avec une arme de destruction massive : le facteur travail. J'ai les goûts les plus simples du monde, je ne me contente que du meilleur.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :