Selon Deezer, les acteurs de la musique ont accepté l’effondrement de la valeur de la musique – Steeve Jobs revient au devant de la scène pour présenter la dernière arme d’Apple : son ICloud

Publié le

Ce jour Steeve Jobs présente le i-cloud qui permettra d’écouter de la musique, en concurrence de Deezer (ses abonnées ont multiplié par 50 en 9 mois, grâce à son alliance avec l’opérateur Orange) et Spoti5 (entreprise hollandaise) – dont le nouveau partenariat sera présenté demain (07/06/11) par l’opérateur SFR.
Un stockage de musique dans les nuages.
Le groupe a signé avec les Majors. Tous les morceaux pourront être écoutés en streaming (enregistré sur serveur) et la bibliothèque des morceaux musicaux et vidéos pourront être mis en ligne sur vos sites, blogs et échanges de réseaux sociaux.


Apple aurait racheté le domaine iCloud.com pour 4,5 millions de dollars

Logo Apple

Alors que depuis quelques temps plusieurs rumeurs pointent vers une nouvelle stratégie de services hébergés chez Apple, la firme de Cupertino aurait racheté le nom de domaine icloud.com

Sur le site Internet icloud.com, la société suédoise Xcerion propose un webtop, c’est-à-dire un bureau virtuel accessible au travers du navigateur doublé d’un espace de stockage et d’une version spécialement conçue pour smartphone. Cependant, selon le blog GigaOM, plutôt que de racheter la société, Apple n’aurait été intéressé que par le nom de domaine ; le service de Xcerion ayant migré vers l’adresse cloudme.com en début de mois. L’information viendrait d’une source jugée crédible précisant que le transfert aurait été effectué à hauteur de 4,5 millions de dollars.

Reste qu’à ce jour la société Xcerion détient encore le nom de domaine icloud.com mais surtout des droits de propriété intellectuelle sur la marque « icloud ». Cette acquisition concorderait cependant avec les travaux de la firme de Cupertino portant sur une nouvelle version de son offre MobileMe et d’un service de streaming en ligne complémentant iTunes, lequel serait d’ailleursen cours de finalisation.
Après iTools, .Mac et MobileMe, Apple pourrait alors regrouper ses services sous une nouvelle offre baptisée iCloud.

La suite sur Clubic.com : Apple aurait racheté le domaine iCloud.com pour 4,5 millions de dollars http://www.clubic.com/univers-mac/apple/actualite-415788-apple-icloud-4-5-dollars.html#ixzz1OT40TUkx
Informatique et high tech

Selon le site français du mac que vous trouverez sur le lien suivant :  http://www.macgeneration.com/news/voir/202792/icloud-25-par-aniphone

iCloud : 25 $ par an ?

par Christophe Laporte le 03.06.2011 à 18:41
Les rumeurs se multiplient concernant iCloud, le service en ligne qu’Apple s’apprête à dévoiler la semaine prochaine. Selon des sources « bien informées », iCloud serait gratuit dans un premier temps, puis coûterait 25 $ par an. Apple a semble-t-il convaincu les majors à adhérer à son nouveau service. Il faut dire qu’elle a mis le paquet en leur proposant une avance de plus de 100 millions de dollars.

Selon le Figaro, dans son article paru le 05/06/11 06:18, par le lien :

http://marches.lefigaro.fr/news/societes.html?&ID_NEWS=192802839

Apple : la révolution iCloud

Ce lundi, Steve Jobs va annoncer le service iCloud d’informatique dématérialisée. L’entreprise de Cupertino crée un nouveau front contre Amazon, Google et Microsoft. Car le «cloud computing» est en pleine expansion.

Lundi soir, Steve Jobs doit présenter le service iCloud d’Apple. À l’aide d’un accord avec les maisons de disques, l’entreprise de Cupertino va moderniser son service de musique en ligne iTunes. Les clients pourront acheter leur musique auprès d’Apple, la stocker sur Internet et l’écouter à leur guise, où ils se trouvent. Les services dits de «cloud computing», ou d’informatique dans les nuages, se développent à grand pas. C’est une nouvelle révolution de l’informatique. Elle consiste à se connecter à Internet pour accéder à ses données et à ses applications. Les particuliers n’ont donc plus besoin de les stocker sur leur PC ou leur disque dur à la maison, et les entreprises n’ont plus besoin d’investir dans des ordinateurs de grande capacité.

L’informatique s’utilise donc à la demande comme s’ouvre un robinet d’eau ou s’allume une lumière. Apple propose déjà un premier service «cloud» pour synchroniser, dans le réseau, ses contacts, ses courriels et son agenda, à partir d’un iPhone ou d’un iPad. Le service MobileMeest fort coûteux (99 dollars par an ou 79 euros depuis la France).

Amazon a montré la voie

Google va lancer cet été le système d’exploitation gratuit pour PC, Chrome OS, conçu et tourné pour le «cloud». «Le plus grand nombre d’utilisateurs de services de cloud computing sont déjà, sans le savoir, les particuliers en utilisant des outils comme la messagerie Gmail de Google ou les services payants de stockage de données d’Amazon», explique Lew Tucker, directeur technique du cloud computing chez Cisco. Avec son offensive, Apple crée un nouveau front contre Google, Amazon et Microsoft.

L’un des plus gros fournisseurs au monde de services cloud est Amazon, le leader mondial des services culturels en ligne, avec un chiffre d’affaires estimé dans ce domaine à un milliard de dollars en 2010. L’idée originale du champion du e-commerce, qui vient d’étendre ses services au stockage de musique pour les particuliers, a été de louer les surcapacités de ses propres «fermes» d’ordinateurs. «Cela revient à louer votre appartement lorsqu’il est vide, pendant les journées de travail et lorsque vous partez en vacances», explique un expert. Tous les géants du Web suivent la voie tracée par Amazon. En termes économiques, le coût marginal est faible pour les fournisseurs de puissance de calcul et de capacités de stockage. Les recettes supplémentaires génèrent presque autant de profits. Depuis dix ans, fabricants d’ordinateurs, éditeurs de logiciels et sociétés de services en informatique rêvent d’un changement de paradigme.

Marché de 56 milliards

Grâce au développement d’Internet et surtout à cause de la crise économique, les entreprises se sont converties au cloud computing. «Après des années de germination, l’informatique dans les nuages décolle. En partie pour des raisons macroéconomiques. La crise a conduit toutes les organisations à scruter leurs dépenses. Dans ce contexte, une solution qui peut offrir davantage pour moins cher est difficile à ignorer», explique Ben Pring, vice-président du cabinet d’études Gartner. Pour l’instant, l’essentiel du marché reste réalisé par des éditeurs de logiciels. Le chiffre d’affaires du logiciel à la demande est estimé autour de 11,7 milliards de dollars en 2010 par Forrester Research. Aujourd’hui, 60% du chiffre d’affaires mondial est réalisé aux États-Unis. Mais le phénomène devrait gagner d’autres pays. Vers 2020, le marché mondial devrait atteindre 56 milliards de dollars, estime Forrester Research.

Avec environ 3 millions d’entreprises clientes dans le monde, dont un million en Europe, Google réalise entre 500 millions et 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires dans le cloud. Enfin, Microsoft va investir 90% de son budget de R&D dans le cloud cette année, a indiqué Jean-Philippe Courtois, vice-président de Microsoft. Mais son chiffre d’affaires dans le domaine est estimé à «quelques centaines de millions de dollars par an», admet un responsable du groupe. Chacun propose sa solution. IBM, HP, Dell, Microsoft et Oracle veulent utiliser d’énormes «fermes» de serveurs pour stocker les informations et louer des puissances de calcul à leurs clients. Dans ce but, HP et Dell ont acquis des entreprises dans le stockage et la virtualisation des données, afin de concurrencer VMware, filiale d’EMC. Le marché séduit aussi des géants des télécoms comme Cisco, Ericsson et Huawei, et des acteurs spécifiques, tels Akamai, Rackspace Hosting ou Salesforce.

Apple se lance dans le cloud computing

Mots clés : 

Par Julie Desné
01/06/2011 | Mise à jour : 07:05 Réactions (45) 

Steve Jobs , PDG d'Apple
Steve Jobs , PDG d’Apple Crédits photo : Jeff Chiu/AP

Après Google et Amazon, la marque à la pomme mise sur l’«informatique dans le nuage», qui stocke des données en ligne plutôt que de les conserver sur son ordinateur. Steve Jobs lui-même détaillera le nouveau service lundi prochain.

C’est Steve Jobs en personne qui devrait présenter lundi prochain le très attendu iCloud la semaine prochaine à San Francisco. La marque à la pomme s’est dite prête à montrer son service de cloud computing, qui propose de stocker pour autrui des données en ligne plutôt que de les conserver sur son propre ordinateur. Les détails seront donnés par le charismatique PDG d’Apple qui devrait ainsi faire sa deuxième apparition depuis son congé maladie annoncé en janvier dernier, lors de la conférence annuelle –l’incontournable WWDC – qu’il organise le 6 juin pour ses programmateurs du monde entier à San Francisco.iCloud devrait surtout être utilisé par les consommateurs pour écouter leur musique d’où que ce soit. Apple mènerait ainsi des discussions avec Universal pour développer son service de musique en ligne en streaming. Le géant de l’Internet Google et le premier magasin au monde Amazon ont déjà lancé des services similaires, qui ne sont pas accessibles depuis les produits Apple, notamment l’iPhone.L’emblématique firme américaine tient à développer ce nouveau service d’informatique dématérialisée, qu’elle considère comme une des clés de son développement dans les prochaines années. Un immense centre pour regrouper les données a été construit en Caroline du Nord. Ce serait le plus grand site privé du genre outre-Atlantique, selon certains analystes. Lundi prochain, «Apple dévoilera sa nouvelle génération de logiciels, Lion, huitième édition du système d’exploitation Mac OS X, ainsi que iOS 5, la dernière version du système opérationnel pour appareils mobiles tels que la tablette iPad, le téléphone iPhone», précise-t-on chez Apple. Sauf surprise, le nouvel iPhone sera dévoilé plus tard.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :