Selon Colette Lewiner : l’Europe ne pourra passer l’hiver sans l’énergie nucléaire allemande.

Publié le

En l’état actuel des choses, selon Colette Lewiner, s’il est froid, l’Europe ne pourra Après la décision d’Angela Merkel de stopper les activités des 9 centrales nucléaires allemandes, passer l’hiver, sans le nucléaire allemand, en l’état actuel des choses, selon Colette Lewiner, s’il est froid, l’Europe ne pourra passer l’hiver.

Notre voisin rouvrirait son activité durant la période hivernale pour alimenter l’Europe.

Le 15 mars 2011 Colette Lewiner avait les propos suivants sur le nucléaire :

[Good Morning Business]

Colette Lewiner : « Les autorités vont demander à revoir les conceptions des centrales proposées et celles des centrales existantes. »

La rédaction – Good Morning Business – Stéphane Soumier – bfm, le 15/03/2011
La directrice énergie du cabinet de conseil CapGemini analyse les enjeux du débat sur le nucléaire après le séisme japonais et les incertitudes autour de la centrale de Fukushima.
L’intégralité de l’interview de Colette Lewiner, invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business le 15 mars 2011 sur BFM Business.
http://www.radiobfm.com/flash/podcast/player_bfm.swftélécharger l extrait audio
 - Colette Lewiner - DR

Stéphane Soumier : Avec Fukushima, les gouvernements ont appuyé sur le bouton « stop » en ce qui concerne les programmes nucléaires : Berlin, Berne, Bruxelles, New Delhi et Londres. Sommes-nous dans une remise en cause fondamentale de ce qui semblait porter l’énergie de la planète à l’avenir, c’est-à-dire le nucléaire ?

Colette Lewiner : Il faut redire que ces incidents nucléaires se passent dans un contexte totalement exceptionnel. Cette catastrophe au Japon est exceptionnelle et il faut d’une certaine manière relativiser ce qui se passe.

C’est-à-dire ?

Il y a des milliers de morts dans le séisme. Pour l’instant, il y a probablement une radioactivité exceptionnelle émise dans l’environnement mais elle n’est pas encore à des niveaux extraordinaires.

Les populations ont été évacuées, et si les choses sont mises sous contrôle – c’est le point qui fait peur – et bien au total, le bilan en termes de vies humaines sera très faible, par rapport au bilan humain de la catastrophe.

Néanmoins, il y a un aspect médiatique et politique du sujet. Le gouvernement allemand dit « on met trois mois de moratoire, c’est-à-dire, on attend et on regarde », et je crois que c’est sage.

Du côté de Berne, on attend de savoir comment les centrales japonaises ont résisté au tsunami pour prendre des mesures sur leur programme nucléaire… c’est parfois cocasse !

Vous savez bien que les politiques sont très sensibles à leur opinion publique, ce n’est pas moi qui va vous apprendre ça !

Il y aura une phase où l’on va essayer de comprendre ce qui s’est passé, regarder si ce qui s’est passé peut ou non se passer ailleurs, revoir les normes de sûreté, sûrement sur la sismicité et les niveaux de sismicité pris en compte dans le dimensionnement des centrales, et le refroidissement – la redondance des installations de refroidissement.

C’est la clé, mais depuis trente ans ! On a raconté ce qui s’est passé à Three Mile Island en Pennsylvanie en 1979, c’était déjà le système de refroidissement qui était tombé en panne !

C’est vrai, avec une fusion partielle du cœur, ce qui est probablement arrivé dans un ou deux réacteurs au Japon. A Three Mile Island, il n’y avait aucune circonstance externe, c’était une accumulation d’erreurs humaines. Ici, on est dans des circonstances exceptionnelles.

Au Japon, le nucléaire, c’est 15 % d’énergie et 30 % d’électricité. En Chine, on est sur des niveaux encore inférieurs. Les opinions publiques dans le monde ne vont-elles pas  dire : « Je ne veux pas supporter une telle menace, pour 10 à 15 % de mon énergie, trouvez-moi d’autres solutions »?

On ne peut pas trouver ces autres solutions immédiatement. Le Japon ne peut pas arrêter toutes ses centrales nucléaires, ce n’est pas possible avec un tiers de l’électricité produite par le nucléaire.

Même s’ils vont forcément arrêter celles qui sont accidentées, ils choisiront peut-être de les arrêter à terme.

Il faudra substituer d’autres énergies au nucléaire. Le Japon est un grand importateur de gaz, il va probablement augmenter ses importations de gaz naturel liquéfié, ce qui va refaire partir ce marché complètement tombé ces deux dernières années.

15 % de l’électricité mondiale nucléaire, vous ne pouvez pas l’arrêter, vous ne l’arrêterez d’ailleurs pas. Par contre, ce qui sera freiné, c’est sûrement la renaissance du nucléaire, les nouvelles centrales. Les autorités vont demander à revoir les conceptions des centrales proposées et celles des centrales existantes.

Je ne suis pas sûre que ce mouvement soit arrêté partout, en Chine par exemple, qui a vraiment besoin de toutes les formes d’énergie. Il y aura une différence pays par pays.

[…]

Ne verra-t-on pas la naissance d’une autorité avec de réels pouvoirs pour aller inspecter et pourquoi pas stopper des chantiers de nucléaires civils ? Ça n’existe pas actuellement.

Ça n’existe pas, vous avez raison. Les Etats sont souverains. Il est intéressant d’ailleurs de voir que chaque autorité de sûreté sur le même réacteur peut avoir des avis différents.

Va-t-on arriver à faire en sorte qu’il y ait une souveraineté supranationale sur ce sujet ? Ça peut-être une bonne idée. Ce qui peut être une bonne idée, c’est d’amener plus d’expertise non seulement sur la conception des réacteurs mais aussi sur leur exploitation.

Colette Lewiner

Pays:  France
Organisme / Institut: 

Cap Gemini

CV
Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (1964), agrégée de physique (1968) et Docteur es Sciences physique (1973), Colette Lewiner débute une carrière d’enseignante à l’Université de Paris puis rejoint en 1979 Electricité de France, d’abord à la Direction des Etudes et Recherches puis au Service des Combustibles chargé des achats de fioul, gaz, charbon et surtout de combustible nucléaire pour les centrales électriques. En 1989, elle crée la Direction du Développement et de la Stratégie Commerciale. Elle est à ce titre la première femme Directeur à EDF.En 1992, elle est nommée Président Directeur Général de SGN-Réseau Eurisys, un ensemble de sociétés d’ingénierie et de services à l’industrie (du Groupe Areva) , employant 9000 personnes dont près de la moitié d’ingénieurs et cadres.
En 1998, elle rejoint Cap Gemini et crée le secteur global «Utilities» (électricité, gaz, eau, et services d’environnement) qu’elle dirige. En mai 2000, à la suite de la fusion de Cap Gemini et Ernst & Young , Colette Lewiner est nommée Global Vice-President en charge du secteur «Energy, Utilities and Chemicals ».

En 2004, en plus des responsabilités précédentes, elle crée l’unité de Marketing Global pour le groupe Capgemini.

Elle est l’auteur de nombreuses publications , notamment sur le secteur du nucléaire (dont un texte sur le rôle des femmes dans le nucléaire).

CV de Colette Lewiner.

CARRIERE :
Colette Lewiner est une ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm/Sèvres) (1964), agrégée
de physique (1968) et Docteur es Sciences physique (en physique des semi conducteurs) en 1973.
Elle débute sa carrière à l’Université de Paris où elle est Maître de Conférences et où elle poursuit des
travaux de recherche sur les phénomènes électriques et magnétiques dans de nouveaux types de semi
conducteurs.
En 1979, elle rejoint  Electricité de France d’abord à la Direction des Etudes et Recherches puis au
Service des Combustibles chargé des achats de fioul, gaz, charbon et surtout de combustible nucléaire
pour les centrales électriques.
En 1987, elle est nommée chef de ce service dont le budget annuel s’élève à 17 milliards de francs et
elle négocie des contrats d’approvisionnement dans de très nombreux pays du monde.
En 1989, elle crée la Direction du Développement et de la Stratégie Commerciale. Elle est à ce titre
la première femme Directeur à EDF. Sa direction a en charge les ventes d’électricité auprès des grands
clients industriels et tertiaires mais aussi la définition des offres, le marketing et l’animation des forces
commerciales pour les marchés des  PME-PMI et  de la clientèle domestique. Elle est également en
charge du développement  des activités nouvelles d’EDF connexes à son métier principal.
En trois ans, Colette Lewiner améliore la satisfaction des clients industriels, tertiaires et résidentiels
d’EDF en proposant avec de nombreux partenaires externes des solutions énergétiques innovantes et
mieux adaptées à leurs besoins.
En 1992, elle est nommée Président Directeur Général de SGN-Réseau Eurisys.
Le Réseau Eurisys regroupe les filiales et participations de SGN, elle-même filiale de COGEMA( groupe
Areva). Cet ensemble de sociétés qui représentait 9000 personnes dont près de la moitié d’ingénieurs et
cadres, commercialise un savoir-faire technique en ingénierie et en services.
En 5 ans, Colette Lewiner double le chiffre d’affaires de SGN-Réseau Eurisys et ce malgré la forte baisse
des activités d’ingénierie nucléaire en France.
Elle augmente également de façon importante la part internationale du chiffre d’affaires notamment aux
Etats-Unis avec la signature de l’important (300 M Euros) contrat d’assainissement du site nucléaire
d’Hanford (Etat de Washington).
En 1997, ce sont 1300 personnes sur 9000 que compte SGN-Réseau Eurisys, travaillent à l’international
ce qui représente un essor très significatif comparé aux 300 en 1992.
Cette transformation de l’Entreprise est menée  sans heurts sociaux et en maintenant une bonne
rentabilité des activités.
En 1998, elle rejoint Cap Gemini et crée le secteur global  «Utilities» (électricité, gaz, eau, et
services d’environnement) qu'elle dirige (GMU Utilities).
En mai 2000, à la suite de la fusion de Cap Gemini et Ernst & Young ,Colette Lewiner est nommée
Directeur Général de la GSU (Global Sector Unit) «Energie et Utilities». En 2002, le secteur est
élargi à la Chimie.
Enfin en 2004, en plus de la direction globale du secteur « Energy, Utilities and Chemicals » elle
crée l’unité de Marketing Global pour le groupe et en prend la responsabilité. 2
Au cours de ces dernières années, Colette Lewiner s’est employée à renforcer la présence internationale
de Capgemini auprès des principales sociétés pétrolières, des gaziers, des électriciens, et des sociétés
de services à l’environnement, en leur apportant à la fois les compétences spécifiques à ce marché en
pleine mutation et la force du Groupe. Elle a mis également en place une gestion globale pour les grands
acteurs du marché, développé des offres spécifiques au secteur, gagné de très gros contrats
d’outsourcing en Amérique du Nord et augmenté significativement le chiffre d'affaires global de
Capgemini qui  a atteint 1 M Euros en 2006
Ce secteur représente, en 2006, 14 % du chiffre d’affaires de Capgemini (contre 4 % en 1998)  et  a
connu une forte croissance au cours des dernières années.
Capgemini est aujourd’hui reconnu comme un leader dans ce secteur et  classé par les analystes, tels
que Gartner,  #1 en Europe et #1 mondialement.
PUBLICATIONS :
à Parution du «Que sais-je» sur les Centrales nucléaires (PUF) en avril 1988.
à 20 publications scientifiques sur la physique des semi conducteurs de 1970 à 1980.
à 30 publications sur le combustible nucléaire et le marché de l’uranium dans des colloques français et
internationaux ainsi que sur le rôle des femmes dans le nucléaire.
à De nombreuses conférences internationales et  interventions auprès des médias sur l’évolution du
secteur de l’électricité, du gaz et celui du pétrole
DECORATIONS :
à Commandeur de l’Ordre National du Mérite.
à Officier de l’Ordre de la Légion d’Honneur.
ACTIVITES DIVERSES :
Membre de l’Académie des Technologies.
Administrateur de Nexans, de La Poste et de TGS-Nopec.
Membre du Conseil Stratégique des Technologies de l’information rapportant au Premier Ministre
Ancienne Présidente de l’European Nuclear Society (ENS), de NucNet (agence de presse internationale
sur le Nucléaire) et fondatrice de WIN (Women In Nuclear).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :