Il n’est jamais trop tard pour s’y mettre et à tout âge d’apprendre

Publié le

LONDRINA – A cent ans bien portés et fêtés le 25 mai dernier, la Brésilienne Isolina Campos a décidé d’apprendre à lire et à écrire, se posant en exemple pour ses camarades de classe d’une école municipale de Londrina, dans le sud du Brésil.

 – Publié le 02/06/2011 à 22:32 sur : http://www.lepoint.fr/insolite/une-bresilienne-de-cent-ans-a-l-ecole-pour-apprendre-a-lire-et-ecrire-02-06-2011-1337907_48.php

Une Brésilienne de cent ans à l'école pour apprendre à lire et écrireA cent ans bien portés et fêtés le 25 mai dernier, la Brésilienne Isolina Campos a décidé d’apprendre à lire et à écrire, se posant en exemple pour ses camarades de classe d’une école municipale de Londrina, dans le sud du Brésil.

A cent ans bien portés et fêtés le 25 mai dernier, la Brésilienne Isolina Campos a décidé d’apprendre à lire et à écrire, se posant en exemple pour ses camarades de classe d’une école municipale de Londrina, dans le sud du Brésil.

Isolina a raconté à la presse qu’elle avait commencé à étudier en 1998, mais qu’elle avait dû abandonner les cours pour des raisons de santé.

Elle a confié avoir repris maintenant les cours du soir d’alphabétisation pour adultes pour ne pas rester chez elle « à ne rien faire ».

« Je n’aime pas rester inactive (…) et je veux donner l’exemple à ceux qui veulent étudier » dans ce pays qui compte encore plus de 14 millions d’analphabètes (7,4%), a-t-elle déclaré à la presse.

Isolina, qui dans sa jeunesse faisait avec ses frères de la « rapadura » (sucre artisanal) à partir de la canne à sucre que son père coupait, est l’élève de la classe exigeant le plus d’attention.

« Elle veut tout le temps savoir ce que signifie telle ou telle lettre », a confié la directrice de l’école, Regina Pierotti, au quotidien Estado de Sao Paulo.

« Elle est toujours souriante et ne manque que lorsqu’elle est vraiment malade », a ajouté Mme Pierotti.

Le cours d’alphabétisation à l’école Moacyr Camargo Martins, de Londrina, une ville de l’Etat du Parana, est la dernière activité de la journée d’Isolina qui habite un trois pièces à côté de la maison de son fils.

Elle se lève à sept heures et fait le ménage tous les jours et, le reste du temps, elle coud des tapis avec des morceaux de tissu qu’elle récupère chez des couturières.

Publicités

À propos de Maï SALAÜN

Tous les grands qui ont réussi dans le passé ont été des visionnaires, des hommes et des femmes qui se sont projetés dans l'avenir. Ils ont pensé à ce qu'ils pourraient être, plutôt qu'à ce qu'ils étaient déjà et ensuite, ils se sont mis en action pour faire de leur vision une réalité. Femme libre indépendante intolérante indécente incandescente. Une extrémiste de l amour et totalement conformiste sur la vie avec une arme de destruction massive : le facteur travail. J'ai les goûts les plus simples du monde, je ne me contente que du meilleur.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :