Pour obtenir 12 milliards d’euros, la Grèce vend ses bijoux de famille, dont la Banque Postale. Dexia en paye les frais.

Publié le
manifestation contre la privatisation de la ba...

Image by looking4poetry via Flickr

23/05/11 20:59

Athènes met en vente ses entreprises

http://marches.lefigaro.fr/news/societes.html?&ID_NEWS=191366218

Afin de réduire son déficit, le gouvernement grec s’apprête à vendre ses participations dans la banque postale, des ports et des sociétés de télécoms. L’Etat espère en retirer 50 milliards d’euros d’ici 2015.

Pour atteindre son objectif de 7,5% de déficit en 2011, la Grèce n’a pas le choix : l’heure est aux mesures d’austérité. L’agence de notation Fitch a mis en garde le pays en abaissant de trois crans vendredi dernier sa note de la dette à long terme. Et la ministre de l’Economie et des Finances, Christine Lagarde, a endossé l’habit de directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) pour lequel elle est désigné comme favorite, réclamant «des résultats» à la Grèce.

Conscient que les créanciers internationaux perdent patience, George Papaconstantinou, le ministre grec des Finances, a annoncé lundi soir, au terme de la réunion du gouvernement, la première vague de privatisations. Les participations étatiques au capital de l’opérateur de télécom OTE et de la Banque postale détenues à respectivement 16% et 34% par l’Etat, seront cédées d’ici à la fin de l’année. Les sociétés de gestion des ports d’Athènes et de Salonique et la compagnie des eaux de Salonique, dont il possède 75% et 74% du capital vont également être cédées.

Poursuivre le programme d’assainissement budgétaire

Au final, le gouvernement espère retirer 50 milliards d’euros de ces ventes . Ce qui lui permettrait d’économiser le versement de trois milliards d’intérêts par an sur la dette du pays. Le détail du nouveau programme de consolidation budgétaire sera rendu public une fois la mission de la Troika achevée et après une consultation avec tous les partis politiques grecs, a ajouté George Papaconstantinou.

La Grèce prévoit également de poursuivre «le programme d’assainissement budgétaire en prenant des mesures supplémentaires d’économies ou de nouvelles recettes portant sur 6,4 milliards d’euros». Parmi elles, l’abaissement du nombre de contractuels de la fonction publique, l’augmentation du temps de travail des fonctionnaires à 40 heures par semaine au lieu de 37,5 heures ou encore le durcissement des conditions d’obtention des allocations chômage. Au chapitre fiscal, la Grèce prévoit d’abaisser le plafond d’exemption sur l’impôt sur le revenu, d’augmenter les taxes sur les signes extérieurs de richesse (yachts, piscines et voitures de luxe), d’augmenter les taxes sur le gaz, les boissons non alcoolisées, ainsi que les immatriculations de voiture.

La Bourse d’Athènes perd 1,50%

Avec ces mesures, la Grèce espère obtenir le feu vert de l’Europe et du FMI pour le versement de la cinquième tranche d’aide (12 milliards d’euros) sur les 110 milliards accordés en mai 2010 par l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international. Secouée par ces nouvelles craintes sur la dette de la Grèce, la Bourse d’Athènes, dans le sillage des autres places financières européennes, a lâché à la clôture ce lundi 1,50% à 568,94 points.

23/5/11 – 19 h 45AFP – ECONOMIE
La Grèce accélère les privatisations avec les télécoms et la banque postale
Avec cet article

Le gouvernement grec peaufine un nouveau plan de redressement

DES MESURES D’AUSTÉRITÉ RENFORCÉES

Jugé insuffisant par l’Union européenne et le Fonds monétaire international, créanciers de la Grèce, le plan a été musclé avec des mesures additionnelles d’économie budgétaire portées à 6 milliards d’euros en 2011, et à 23 milliards sur la période 2012-2015. La presse grecque recensait notamment parmi les nouvelles mesures attendues des « limogeages dans le secteur public » et des « bombes fiscales » avec un alourdissement des impôts directs, équivalant à « une nouvelle baisse de salaires ».

Un an après le plan de soutien Europe-FMI associé à un premier plan d’austérité, la Grèce n’est pas parvenue à recouvrer sa crédibilité, les marchés exigeant d’elle des taux à long terme record de près de 17% qui rendent irréaliste toute tentative de se refinancer elle même sur les marchés.

Le pays sous tutelle en est du coup à discuter d’une rallonge de l’aide consentie en mai 2010, tandis que l’idée d’un restructuration de sa dette gagne du terrain en Europe, en dépit de l’opposition farouche de la BCE.

La-Croix.com avec AFP

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Economie/Le-gouvernement-grec-peaufine-un-nouveau-plan-de-redressement-_EG_-2011-05-23-617985

La Grèce sous pression de ses créanciers va lancer « immédiatement » une première phase de son plan de privatisations en vendant le groupe télécoms OTE et la Banque postale afin de réduire sa dette, et en renforçant les économies budgétaires, a annoncé le gouvernement lundi.

Les premières privatisations, discutées lundi durant un très long conseil des ministres, vont porter sur l’opérateur de télécoms OTE, dont Deutsche Telekom est l’actionnaire principal, la banque postale, les ports du Pirée et de Salonique, ainsi que la société des eaux de Salonique, deuxième ville du pays, a indiqué le ministère des Finances.

Avec ces mesures, qui s’accompagnent de nouvelles économies budgétaires et d’augmentations de taxes, la Grèce espère convaincre ses créanciers de ses vertus gestionnaires et obtenir le feu vert au versement de la cinquième tranche d’aide (12 milliards d’euros) sur les 110 milliards accordés en mai 2010 par l’Union européenne, la banque centrale européenne et le Fonds monétaire international au pays en difficulté.

Dans le détail, l’Etat grec va se défaire « immédiatement » de la participation de 16% (bien 16%) qu’il lui reste dans OTE, et de sa part de 34% dans la Banque postale, a précisé le ministère dans le document qu’il a présenté en conseil des ministres, puis diffusé à la presse.

Les ports du Pirée, près d’Athènes, et de Salonique dans le nord du pays, où l’Etat détient 75%, vont être intégralement cédés d’ici la fin de l’année, ajoute le document.

L’Etat se dit par ailleurs prêt à vendre d’ici fin 2011, jusqu’à 40% de la société des eaux de Salonique, où l’Etat détient 74%.

Selon les calculs du ministère, si les 50 milliards d’euros de revenus de privatisations prévus d’ici 2015, sont réalisés, les Grecs économiseront le versement de 3 milliards d’euros d’intérêt par an sur la dette du pays.

De 10 à 15 milliards d’euros viendront de la vente de sociétés et d’infrastructures, et entre 25 et 35 milliards de l’exploitation en concession de propriétés, terrains, balnéaires ou autres, appartenant à l’Etat, a-t-il ajouté.

Le gouvernement grec a « réaffirmé sa détermination à continuer le programme d’assainissement budgétaire » du pays en faisant passer les économies budgétaires prévues en 2011 à 6,4 milliards d’euros, contre 4,8 milliards initialement prévu.

Ceci devrait permettre de parvenir à un déficit public équivalent à 7,5% du PIB en 2011, ce qui est l’objectif fixé par les créanciers du pays en échange de leur soutien.

Parmi les mesures annoncées, probablement impopulaires, figurent certaines dispositions déjà connues comme l’abaissement du nombre de contractuels de la fonction publique, ou l’augmentation du temps de travail des fonctionnaires à 40 heures par semaine au lieu de 37,5 heures.

Mais de nouvelles mesures figurent dans le document, comme le durcissement des conditions d’obtention des allocations chômage, une réduction de certaines pensions de retraite complémentaires dans les caisses déficitaires, ainsi qu’une contribution financière exceptionnelle des pensionnés au dessous de l’âge de 60 ans.

Au chapitre fiscal, la Grèce prévoit d’abaisser le plafond d’exemption sur l’impôt sur le revenu, d’augmenter les taxes sur les signes extérieurs de richesse que sont les yachts, les piscines et les voitures de luxe, d’augmenter les taxes sur le gaz, les boissons non alcoolisées, ainsi que les immatriculations de voiture.

En matière de taxe directe, certains produits qui bénéficiaient jusqu’à présent d’une TVA réduite à 13% vont rejoindre la liste commune à 23%.

AFP

Publicités

À propos de Maï SALAÜN

Tous les grands qui ont réussi dans le passé ont été des visionnaires, des hommes et des femmes qui se sont projetés dans l'avenir. Ils ont pensé à ce qu'ils pourraient être, plutôt qu'à ce qu'ils étaient déjà et ensuite, ils se sont mis en action pour faire de leur vision une réalité. Femme libre indépendante intolérante indécente incandescente. Une extrémiste de l amour et totalement conformiste sur la vie avec une arme de destruction massive : le facteur travail. J'ai les goûts les plus simples du monde, je ne me contente que du meilleur.

Une réponse "

  1. The patient’s physician and the medical director of the hospice must certify in writing that the patient is terminally ill. What does it really mean to be in contempt and are there actual consequences for this action.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :