Quelques vidéos de l’audience du 19 mai 2011 de DSK. La leçon de force de la justice américaine.

Publié le
BFMTV

@BFMTVBFMTV
Vidéo – DSK : le procureur explique la décision du grand jury http://bit.ly/matbGr
Le Monde

@lemondefrLe Monde
Dominique Strauss-Kahn libéré sous cautionhttp://lemde.fr/kTh7YW
retour sur le web. Plus heureux qu’il y a un an, et très fier de mes troupes
Nouvel Observateur
LeNouvelObs Nouvel Observateur

En direct : la justice accorde à DSK sa liberté sous cautionhttp://bit.ly/k1yukU
Le Monde
lemondefr Le Monde

Dominique Strauss-Kahn libéré sous cautionhttp://lemde.fr/kTh7YW
Le Monde
lemondefr Le Monde

La mairie de Paris demande aux migrants tunisiens de quitter un gymnase http://lemde.fr/lxDgtN
20minutes.fr
20minutes 20minutes.fr

LinkedIn flambe en Bourse pour son introduction, comme si c’était 1999. Une nouvelle bulle internet est-elle possible?http://bit.ly/lP3pCu
Mai Gwenn Salaun
MaiSalaun18 Mai Gwenn Salaun

DSK : libération sous caution. Il y aura des caméras au sein de l’appartement de NY de DSK. http://wp.me/p1bnRA-kA
guybirenbaum
guybirenbaum guybirenbaum

Personne ne rappelle que Rachida Dati m’a tapoté le bras pendant toute l’itw http://dai.ly/jq0iVr
Amaury Guibert
amauryguibert Amaury Guibert

Bah non RT @GillesKLEIN RT @rosselin: Pujadas: « Wolton, c’est le chercheur qui s’exprime » et l’administrateur de France Télévision non ?
guybirenbaum
guybirenbaum guybirenbaum

Wolton c’est bon
Mai Gwenn Salaun
MaiSalaun18 Mai Gwenn Salaun

Une audience très organisée. les journalistes sont arrivés 1h av le début. Anne Sinclair et Camille SK sont arrivées…
Amaury Guibert
amauryguibert Amaury Guibert

Pardon, mais qui est le TROUVEUR de « DSK libéré » ?
Mai Gwenn Salaun
MaiSalaun18 Mai Gwenn Salaun

La présentation des 7 chefs d’inculpation sera fait à l’audience du 6 juin. DSK rentre en prison en attendant les préparatifs de sécurité
20minutes.fr
20minutes 20minutes.fr

Barack Obama fixe un nouveau cap pour la politique étrangère américaine dans les pays arabes http://bit.ly/il22Dw
Nouvel Observateur

@LeNouvelObsNouvel Observateur
En direct : la justice accorde à DSK sa liberté sous cautionhttp://bit.ly/k1yukU
Le Monde

@lemondefrLe Monde
Dominique Strauss-Kahn libéré sous cautionhttp://lemde.fr/kTh7YW
Ludo

Anne Sinclair fait 89% si elle se présente à la présidentielle 2012. (sondages)
Les Echos

@LesEchosLes Echos
DSK libéré sous cautionhttp://dlvr.it/SHb2p
19/05 | 20:42 | mis à jour à 23:14 | Pierre de Gasquet

DSK libéré sous caution

L’ex-patron du FMI est désormais inculpé formellement de crime sexuel. La caution est fixée à un million de dollars, à laquelle s’ajoute un dépôt de garantie de 5 millions. Sa sortie de prison est prévue vendredi.

ECRIT PAR
Pierre de GASQUET
Correspondant à New York

La cour de justice de New York a accepté la remise en liberté de l’ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, contre le versement d’une caution d’un million de dollars, assortie d’un dépôt de garantie de 5 millions (qui seront saisis par la justice en cas de violation des conditions de libération). Sa sortie de prison est prévue vendredi, le temps du versement de la caution et de la mise en place de toutes les conditions de sécurité.

DSK sera assigné à résidence à Manhattan et devra donner aux autorités américaines tous ces documents de voyage. Il fera l’objet d’une surveillance vidéo et un garde, armé, sera présent avec lui en permanence, a indiqué la cour.

Lors de l’audience, DSK a été formellement inculpé par une chambre d’accusation new-yorkaise de tous les chefs d’accusation, au nombre de sept qui avaient été retenus contre lui. Il comparaîtra à nouveau devant la justice à New York le 6 juin pour une nouvelle audience. Si DSK plaide alors non coupable, un procès sera alors organisé. Il pourrait également plaider coupable, ce qui lui éviterait un procès et lui permettrait de négocier une peine avec la justice américaine (plea bargaining). Cela va « dépendre de la crédibilité des arguments présentés par la victime présumée et l’accusation. L’inculpé peut essayer d’obtenir la disqualification des infractions criminelles afin de passer moins de temps en prison » estime M. Denis Chemla, du cabinet Herbert Smith, qui n’est pas partie à l’affaire. Mais cette dernière hypothèse semble encore peu probable à court terme. Selon son avocat Benjamin Brafman, « les expertises médico-légales ne sont pas cohérentes avec un rapport forcé ». Les avocats de la défense ont engagé la firme de renseignement Guidepost Solutions, fondée par un ancien fonctionnaire du bureau du procureur de New York et un ex-vice-président de Kroll, pour enquêter sur le passé de la victime présumée, ses rapports éventuels antérieurs avec DSK, et éclaircir les zones d’ombre qui subsistent.S’il était condamné pour l’ensemble des chefs d’accusation dont il fait l’objet, il risquerait jusqu’à 74 ans de prison.

Trois jours après son incarcération, DSK était sorti de son silence ce matin pour clamer son innocence.« Je tiens à dire que je nie avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations qui ont été faites contre moi », a écrit DSK dans sa lettre de démission du FMI envoyée depuis la prison de Rickers Island. C’est la première fois qu’il proclame publiquement son innocence. Sa deuxième demande de mise en liberté était intervenue peu après l’audition à huis clos de la victime présumée, la femme de chambre du Sofitel qui l’accuse de l’avoir agressée sexuellement et d’avoir tenté de la violer. Selon le texte de la requête présentée par ses avocats devant la Cour suprême de l’Etat de New York,« M. Strauss-Kahn est un mari et un père aimant, ainsi qu’un diplomate international très considéré, un juriste, un politicien, un économiste et professeur, sans aucun antécédent pénal ». A l’appui de la requête, ils avaient aussi invoqué le prix de 4 millions de dollars de la maison achetée par le couple à Washington en 2007 (en joignant la photo) et dont le titre de propriété est au nom d’Anne Sinclair. La défense insistait d’ailleurs sur les liens étroits entre Anne Sinclair et les Etats-Unis en rappelant qu’elle est née à New York, qu’elle y a été lycéenne et qu’elle « prépare en ce moment un livre portant sur la vie politique américaine ».

PIERRE DE GASQUET

A lire également  :

DOSSIER L’affaire DSK

Ils ont raconté Rikers Island…

19/05/11 à 16:00 5 réactions

A quoi ressemble la vie à Rikers Island, la fameuse prison géante où Dominique Strauss-Kahn loge ces jours-ci? Eléments de réponse en quelques livres, où l’on croise BHL, Spiderman et une gardienne portée aux confidences.

DSK écroué dans la prison de Rikers sur la base d'accusations de crime sexuel commis à l'hôtel Sofitel de Manhattan contre une femme de chambre originaire de Guinée, s'engage également à se présenter en cour chaque fois que sa présence sera exigée.
 (c) Afp

DSK écroué dans la prison de Rikers sur la base d’accusations de crime sexuel commis à l’hôtel Sofitel de Manhattan contre une femme de chambre originaire de Guinée, s’engage également à se présenter en cour chaque fois que sa présence sera exigée. (c) Afp

L’enfer sur terre

C’est d’abord dans le livre d’un ami qu’est enfermé DSK. Bernard-Henri Lévy, qui a sillonné les Etats-Unis en Tocqueville du pauvre, avait en effet consacré trois pages de son«American vertigo» à la mystérieuse prison. Cette «ville dans la ville», aussi proche de New York soit-elle, est complètement isolée du reste du monde. Tout y est fait pour ne jamais en sortir, ce qui est bien le moins pour une prison.

L’essayiste décrit les bâtiments de briques rouges, la mosquée, la chapelle, les stades, la bibliothèque. Et les prisonniers: malades, brutaux, animalisés par l’enfermement et la saleté dans laquelle ils baignent depuis leur arrivée. Vit-on vraiment mieux dans les geôles françaises? BHL a en tout cas bien «l’impression d’avoir frôlé l’enfer». Son ami DSK fait plus que le frôler. Il se trouve dans l’aile ouest, munie de cellules individuelles, réservée aux détenus atteints d’une maladie transmissible.

L’envers du rêve américain

Certains ont passé sur l’île maudite plus de temps que BHL. Dans son récit autobiographique, «l’Appel du Bronx» (Presse de la Renaissance), paru en 2006, le Père Pierre Raphael raconte comment il y a trouvé sa vocation d’aumônier. C’est ainsi également qu’Evan Baker, psychiatre, a publié en 2010 un essai tout simplement intitulé «Rikers Island» (Xlibris Corporation), dans lequel il dénonce un «racisme institutionnel». Les prisons étasuniennes sont en effet réputées pour être l’épitomé d’une société cloisonnée entre communautés. Evan Baker fait du pénitencier new-yorkais un terrain d’étude privilégié pour théoriser le racisme consubstantiel au modèle américain. Voilà DSK plongé dans l’envers du décor.

L’amour à Rikers Island

Yolanda Dickinson racontait récemment dans «Taboo», un roman inspiré de son expérience de gardienne dans la désormais fameuse prison, que le personnel féminin «en manque de sexe» ne se prive pas d’exploiter la frustration libidinale des détenus. Un peu moins de 4000 gardiennes travaillent dans la prison, pour 12.000 détenus. «Beaucoup d’entre elles sont célibataires, raconte Yolanda Dickinson. On est entourées par ces beaux gosses. Ils font de la muscu. Ils sont attirants.»

L’affaire se joue souvent pendant les tours de garde nocturnes, dans les douches, les cellules ou les salles réservées à l’administration. Depuis 2007, au moins six gardiennes auraient ainsi été licenciées pour «familiarités excessives». Yolanda Dickinson, qui n’y travaille plus, jure qu’elle n’a jamais succombé à cette tentation – illégale, rappelons-le. Elle n’en est pas moins tombée amoureuse d’un détenu.

Le refuge des exclus

Si l’on excepte le jeune Sonny RollinsChristophe Rocancourt et quelques rappeurs comme Lil’Wayne, les grands de ce monde ne se sont jamais vraiment pressés dans les allées sombres de Rikers Island. Dès 1904, l’écrivain américain O.Henry raconte dans «The cop and the Anthem» les péripéties de «Soapy», un sans-abri qui tente par tous les moyens d’y être incarcéré. Il préfère la chaleur des cachots à l’univers impitoyable des trottoirs new-yorkais. Histoire de mettre toutes les chances de son côté, il décide même d’attaquer une passante. Malheureusement, la victime semble charmée par son agresseur et répond à ses avances. Tout le monde n’a pas la chance d’être Soapy. Et puis son aventure est une nouvelle. Donc une fiction.

Le purgatoire des super-héros

Spiderman
Dans de nombreux opus de l’univers Marvel, Spiderman aussi dormait à Rickers Island.

Dominique Strauss Kahn a surtout intégré la mythique prison de l’univers Marvel. Car Spiderman aussi a dormi à Rickers Island. Ou plutôt «Ryckers Island». Ce pendant fictif de l’établissement pénitentiaire homonyme en a vu passer d’autres, des hommes aux supers pouvoirs.

Après les Quatre fantastiquesMister Hyde et Daredevil, le président du FMI fait pâle figure. Rikers Island apparaît déjà en 1963 dans la bande dessinée «The Amazing Spider-Man», puis en 1988 dans «Toxin». L’année dernière, l’homme araignée y faisait encore un séjour dans «Spider-Man: the election day», comic de période électorale. Décidément, les élections…

La bibliothèque infernale

Loin des manchettes fracassantes des tabloïds new-yorkais, DSK pourrait profiter de son séjour pour s’évader dans la lecture. D’après le témoignage de Jamie Niehof, bénévole à la New York Public Library, les détenus ont droit à un livre et un magazine. Les thrillers de James Patterson ont beaucoup de succès auprès des prisonniers, qui lisent sans doute à travers eux l’histoire plus ou moins vraie de leur propre existence. Côté magazine, le mensuel «National Geographic» et ses clichés venus d’ailleurs, raflent la mise. Rien ne dit si DSK pourra s’y procurer le «Ruy Blas» deVictor Hugo.

Fanny Espargillière
(avec David Caviglioli)

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110517.OBS3366/ils-ont-raconte-rikers-island.html

« DSK et la théorie du complot : différences en matière de justice entre la France et les Etats Unis. | Page d’accueil | Justice américaine et liberté conditionnelle de Dominique Strauss Kahn »

19.05.2011

DSK au tribunal à New York : Martine Aubry et Fabius aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle de 2012

L’affaire Dominique Strauss Kahn est affligeante pour l’homme, sa femme (Anne Sinclair) et ses enfants. Dominique Strauss Kahn vient de démissionner de son poste de directeur du Fonds Monétaire International. Cette démission permet de favoriser au Fonds Monétaire International la poursuite de ses activités internationales en ouvrant une bataille future entre pays émergents et pays occidentaux pour l’élection du futur directeur, ce qui permettra de clore l’ère Strauss Kahn.

La présence de DSK au Tribunal et devant le juge est salutaire pour notre société française ainsi que pour le Parti Socialiste. Pour la société française, les frasques sexuelles avérées ou non de Dominique Strauss Kahn nous révèlent à nous-mêmes, Français, qui, par hypocrisie et fausse pudeur, essayons de faire un partage strict entre vie privée et vie publique dès lors qu’il s’agit de personnes occupant des responsabilités politiques. Cette césure est fausse car les émissions de télévision, les magazines affichent la vie privée des hommes et des femmes politiques. Et on vient nous dire qu’il y a une séparation ? C’est plutôt de connivence dont il faut parler. Il y a une connivence entre les hommes politiques et la presse, il y a une loi du silence d’une partie de la presse qui couvre les faits délictueux et reprochables vis-à-vis de la morale de certains hommes politiques. La loi de l’omerta en France fait partie de notre paysage juridico-politique, culturel et social. Il y a ce qui est dit et ce qui est fait dans la réalité. Dans notre société existent, comme dans d’autres, des hommes et des femmes publics volages qui ont des maitresses et des amants et qui ne le disent pas au nom de la stricte vie privée, alors que dans la réalité cette vie privée souvent duale est distillée auprès des journalistes qui sont des complices avérés.

DSK était connu, si l’on tient compte des propos tenus par certains journalistes, comme amateur de femmes et certains allaient jusqu’à dire que Dominique Strauss Kahn souffrait d’un « priapisme permanent » à la vue de femmes.

Cette affaire DSK tombe à pic car elle nous permet une lecture introspective de nous (Français) à la faveur d’un regard brutal venu de l’extérieur, c’est-à-dire des Etats Unis. Ce regard concerne l’un des nôtres et il ne s’agit pas de réduire les comportements de Dominique Strauss Kahn à ceux éventuels de l’ensemble de la population masculine dans leurs rapports à l’égard des femmes.

Voici quelques éléments d’analyse d’une partie de notre société et que l’incarcération de DSK aux Etats Unis vont continuer à alimenter surtout lorsque l’on note que DSK est une personnalité de premier rang au niveau mondial. Pourquoi donc le procureur et le juge ne veulent pas remettre DSK en liberté sachant qu’il présente des éléments de garantie en matière financière ? Selon Ruth Elkrief au journal de 19h00 sur BFM, Dominique Strauss Kahn serait propriétaire de sa propre maison à Washington achetée 4 millions de dollars. Dominique Strauss Kahn et ses avocats auraient proposé 1 million de dollars pour sa liberté, demandé un bracelet électronique et montré sa volonté de rester à Manhattan tout en étant disposé à ne pas demander son extradition vers la France. Anne Sinclair épouse de Dominique Strauss Kahn apparait comme caution morale. Malgré tous ces éléments la justice américaine regarde le dossier au fond et va se prononcer sur la liberté conditionnelle assortie de contraintes pour Dominique Strauss Kahn.

Nous Français, enclins aux arrangements permanents, ne comprenons pas la psychologie de la justice américaine. Cette affaire peut se terminer par un deal entre la partie accusatrice, celle représentée par Madame Diallo et son avocat, et les avocats de Dominique Strauss Kahn. Tout va dépendre du talent de négociation de ses avocats et de la ligne stratégique de défense choisie qui risque encore de rester floue pour nous Français qui regardons ce mauvais film à travers le petit écran comme nous le faisons lorsque nous voyons les séries télévisées américaines. Dans l’affaire DSK, la fiction des séries télévisées rejoint la réalité et elle traumatise certains d’entre nous qui sommes habitués à ne regarder la réalité américaine qu’à travers la fiction des séries télévisées.

Voilà pour la partie américaine de l’affaire DSK. Regardons maintenant les effets directs ou indirects de l’affaire DSK sur le Parti Socialiste.

Le « pacte » conclu entre Martine Aubry et DSK en vue de la non concurrence à la candidature aux primaires socialistes est rompu par la pression des évènements. Malgré les déboires de DSK, Martine Aubry réaffirme la dynamique de changement de l’opposition socialiste comme alternative à la politique de Nicolas Sarkozy menée depuis 2007. Martine Aubry veut s’en tenir au calendrier en faisant semblant de faire croire aux militants socialistes que Dominique Strauss Kahn malgré ses déboires est encore en course. Madame Aubry, quelque soit l’estime que vous portez à Dominique Strauss Kahn, rangez-vous à la réalité : les faits sont là, Dominique est suspendu aux décisions du tribunal américain. Il peut sortir ce soir si le juge le décide et si les conditions présentées par la défense de DSK sont recevables.

Il ne peut plus se présenter aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle de 2012. C’est une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous.


Une bonne nouvelle pour Martine Aubry car elle n’est plus liée par le pacte, une mauvaise nouvelle car l’affaire DSK laisse un espace à Laurent Fabius qui a parfaitement le droit de se déclarer candidat aux primaires du Patri Socialiste. Laurent Fabius a été avec vous un soutien important à DSK, uniquement pour des raisons stratégiques contre Ségolène Royal. Laurent Fabius estime qu’il est devenu le candidat de référence pour gagner et non seulement pour participer à l’élection présidentielle de 2012. Que peuvent faire Hollande et vous-même avec tout le respect que je vous dois face à un Nicolas Sarkozy battant, dynamique sur le terrain ?

Je vous laisse méditer la réponse à ma question : qui de Laurent Fabius, de vous-même ou de François Hollande est capable de battre Nicolas sur le terrain de l’expérience gouvernementale et institutionnelle et sur la maitrise des débats sur le terrain ? Je ne suis pas militant socialiste mais un simple et modeste observateur de la vie politique française.

http://larepubliqueenmouvement.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/05/19/dsk-au-tribunal-a-new-york-martine-aubry-et-fabius-aux-prima.html

19.05.2011

Justice américaine et liberté conditionnelle de Dominique Strauss Kahn

Après avoir critiqué la justice américaine, Monsieur Robert Badinter sénateur et ancien président du Conseil Constitutionnel a applaudi des deux mains en rendant hommage à l’équilibre de la justice américaine après l’avoir brocardé lors de l’émission spécial de David Pujadas le 19 mai 2011 sur France 2.

C’est une honte et en même temps une satisfaction de montrer comment nos hommes politiques peuvent dire l’essentiel et son contraire. DSK a été libéré avec des exigences fortes : s’acquitter d’une caution de 1 million de dollars pour sa libération conditionnelle, habiter dans un appartement autre que celui de sa fille Camille avec un bracelet électronique au pied, embaucher un gardien armé à ses frais et à titre privé pour le défendre, mettre à la disposition de la justice américaine une caution supplémentaire de 5 millions de dollars. Ce soir du 19 mai Dominique Strauss Kahn est libre, sa vie politique est définitivement arrêtée en France. Il revient à Martine Aubry d’être moins hypocrite, et si elle en a envie, de s’engager dans la course aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle de 2012. Au Fonds Monétaire International, la page Dominique Strauss Kahn est définitivement tournée après sa démission.

Dans mes précédents posts, j’avais défendu l’équilibre de la justice américaine entre riches et pauvres. Mais il faut reconnaitre que cette justice permet aux riches de s’en sortir mieux que les pauvres qui n’ont d’autres solutions que la prison car les riches peuvent payer des sommes astronomiques pour leur libération conditionnelle, alors que les pauvres eux n’ont d’autres choix que la case prison. Monsieur Dominique Strauss Kahn appartient à cette catégorie de personnes riches, voire très riches. La justice américaine de ce point de vue là est discutable et ne privilégie pas un réel traitement d’égalité entre les citoyens riches et pauvres même si, au moment de la recherche de la vérité, tous les citoyens sont traités sur un pied d’égalité, ce qui justifie les menottes de DSK, image vue de France comme terrible et impossible à soutenir.

On n’a pas assez porté d’attentions à Madame Diallo la victime. La raison est simple : elle est prise en charge au nom de l’accusation par le procureur de New York et les éléments d’accusation sont plus ou moins distillés au bon vouloir du procureur. En revanche, la défense joue un rôle important dans la justice américaine car c’est à elle d’apporter les preuves d’innocence de l’accusé.

Le cas DSK doit nous faire réfléchir en tant que citoyen et permettre aux pouvoirs publics d’approfondir leurs réflexions au moment où le gouvernement veut favoriser la mise en place des jurys populaires dans la problématique des décisions rendues par la justice.

Dominique Strauss Kahn est libre de façon conditionnelle, il va habiter un appartement loué par sa femme Anne Sinclair et il va devoir rester à la disposition de la justice. La page Strauss Kahn, loin d’être tournée pour la justice américaine, l’est en France surtout pour le Parti Socialiste. Extravagance de la justice américaine : le juge exige que toutes les conditions soient réunies le 19 pour que Dominique Strauss Kahn soit libre. Peu importe qu’il reparte ce soir en prison, il va être libre forcément dans les jours qui suivent.

Que le Parti Socialiste tourne la page Strauss Kahn et dise clairement que DSK est hors course et que Martine Aubry évite l’hypocrisie à la française de la date butoir du 28 juin pour se déclarer candidate à la course des primaires socialistes pour l’élection présidentielle. Strauss Kahn n’est plus dans le jeu. Laurent Fabius qui a une expérience gouvernementale et des institutions de la République va surement poser sa candidature, il en a le droit et les capacités comparables à ceux de Dominique Strauss Kahn, tant sur le plan intellectuel que sur le plan politique.

http://larepubliqueenmouvement.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/05/19/justice-americaine-et-liberte-conditionnelle-de-dominique-st.html

Editorial

Théorie du complot et régression démocratique

LEMONDE | 19.05.11 | 16h13  •  Mis à jour le 19.05.11 | 16h15

http://www.facebook.com/plugins/like.php?action=recommend&api_key=166878320861&channel_url=http%3A%2F%2Fstatic.ak.fbcdn.net%2Fconnect%2Fxd_proxy.php%3Fversion%3D2%23cb%3Dfb43a102%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.lemonde.fr%252Ff4830a2d4%26relation%3Dparent.parent%26transport%3Dpostmessage&href=http%253A%252F%252Fwww.lemonde.fr%252Fidees%252Farticle%252F2011%252F05%252F19%252Ftheorie-du-complot-et-regression-democratique_1524341_3232.html&layout=standard&locale=fr_FR&node_type=link&sdk=joey&send=true&show_faces=false&width=540On aura donc tout entendu depuis que Dominique Strauss-Kahn a été interpellé, samedi 14 mai, par la police new-yorkaise, puis inculpé d’agression sexuelle, de séquestration et de tentative de viol. Comme si le caractère extraordinaire de cette affaire et la situation ahurissante – et dramatique – dans laquelle se retrouve l’ancien directeur général du Fonds monétaire international justifiaient, par ricochet, les explications les plus extravagantes.

Dès dimanche, en effet, l’hypothèse d’une machination destinée à abattre M. Strauss-Kahn s’est répandue, notamment sur Internet, comme une traînée de poudre. L’imagination étant sans limite, les spéculations les plus farfelues ont donc été échafaudées : depuis la main de la CIA jusqu’à celle de rivaux au sein du FMI, depuis le bras des grandes banques américaines ou des intérêts financiers menacés par la volonté régulatrice de DSK, depuis les menées occultes de quelque « cabinet noir » proche de l’Elysée, voire de concurrents socialistes, pour écarter un candidat trop dangereux à l’élection présidentielle de 2012.

Ces spéculations se sont donné libre cours d’autant plus aisément que des responsables politiques, proches de M. Strauss-Kahn mais pas seulement, n’ont pas écarté l’éventualité d’un « piège » ou d’une « manipulation ». DSK lui-même, comme l’a révélé Libération, avait évoqué, le 28 avril, l’éventualité qu’on cherche à le piéger de cette façon.

Pour couronner le tout, selon un sondage réalisé lundi 16 mai par l’institut CSA pour20 Minutes, BFM-TV et RMC, 57 % des personnes interrogées, et, parmi elles, 70 % des sympathisants de gauche, pensent que Dominique Strauss-Kahn « est victime d’un complot ».

Indépendamment de la question de la légalité d’un tel sondage – normalement interdit par la loi Guigou de 2000 dès lors qu’il porte sur la culpabilité d’une personne mise en cause dans une procédure pénale -, cette enquête est révélatrice de l’état des esprits au pays de Descartes… et au-delà. Que cette affaire soit ressentie comme totalement stupéfiante – et captivante – est inévitable : ne met-elle pas en cause, dans un scandale sexuel présumé, l’un des hommes les plus puissants de la planète, qui plus est candidat potentiel à la présidence de la République française ? Est-ce assez pour perdre toute prudence, toute mesure et toute rationalité ? Non, à l’évidence. Sauf à admettre que la défiance à l’égard de toutes les autorités, et notamment celle de la justice, fût-elle américaine, a atteint un point de non-retour inquiétant. Sauf à admettre, également, que le travail d’enquête et d’information mené par les médias ne pèse plus guère face aux élucubrations les plus saugrenues instantanément mondialisées par Internet.

Sauf à rendre les armes devant un conspirationnisme qui fait florès depuis les attentats du 11 septembre 2001, mais dont on ne doit jamais oublier qu’il est une des racines du totalitarisme et a conduit à de singulières régressions de la démocratie.


Lire aussi page 18

Article paru dans l’édition du 20.05.11

Une réponse "

  1. Pingback: John lipsky devient le Directeur Général du FMI officiellement. Mai SALAUN « Maï Savoir Is Riche

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :