L aîné(e) de William et Kate pourrait accéder au trône du Commonwealth à la mort de son père et grand père. Maï SALAÜN

Publié le

Le Royaume-Uni pourrait modifier les règles

d’accession au trône

LEMONDE.FR avec AFP | 16.04.11 | 16h22

La réforme avait déjà été envisagée en 2005 mais elle avait été jugée prématurée, les princes Harry et William n'étant alors pas encore mariés.

La réforme avait déjà été envisagée en 2005 mais elle avait été jugée prématurée, les princes Harry et William n’étant alors pas encore mariés.REUTERS/SUZANNE PLUNKETT

Alors que le pays s’apprête à célébrer en grande pompe l’union du prince William et de Kate Middleton, le gouvernement britannique a indiqué samedi 16 avril qu’il envisageait d’amender la loi afin de permettre à une fille aînée, qui pourrait par exemple naître de cette union à venir, de régner sur le trône britannique.

Des discussions ont été entamées avec les quinze pays du Commonwealth, dont la reine Elizabeth II est également chef d’Etat, afin de mettre un terme à la règle de la primogéniture qui veut que le fils aîné monte sur le trône, même s’il a une sœur plus âgée. Le vice-premier ministre Nick Clegg, chargé des réformes constitutionnelles, aurait déjà obtenu l’assentiment de la reine, selon le Daily Telegraph de samedi.

UN PROCESSUS FASTIDIEUX

Une modification des lois de succession du trône permettrait au premier enfant de régner, quel que soit son sexe. La réforme avait déjà été envisagée en 2005 mais elle avait été jugée prématurée, les princes Harry et William n’étant alors pas encore mariés. La situation devient plus pressante avec le mariage, le 29 avril, de Kate Middleton et de William, deuxième dans l’ordre de succession au trône derrière son père le prince Charles.

« Le gouvernement reconnaît que les règles pourraient être discriminatoires », a indiqué un porte-parole du gouvernement. Mais amender la loi sera un processus fastidieux car il requiert une réforme dans les 16 pays dont la reine est souveraine : le Royaume-Uni et les pays du Commonwealth. « Modifier la loi sur la succession du trône est un sujet difficile et complexe… Des discussions ont été entamées avec les pays du Commonwealth qui seraient directement concernés par une modification des règles. Elles se poursuivent mais il serait inapproprié d’en révéler des détails pour le moment », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

On choisit ses amis mais pas sa famille. L’adage n’a jamais été aussi vrai que pour Kate Middleton.

David Ramasseul – Parismatch.com

La future princesse ne s’imaginait certainement pas traîner un cortège aussi hétéroclite de cousins et de cousines que celui déniché par une armée enthousiaste de généalogistes amateurs ou professionnels.

Parmi les cousines d’Amérique, citons l’actrice et humoriste Ellen Degeneres, star désopilante d’une dizaine de talk-shows et de sit-coms. Elle est aussi une icône de la communauté homosexuelle depuis « Yep, I’m gay » un coming-out en chanson aussi spectaculaire que roboratif lancé en 1996 à la face de l’Amérique conservatrice.

Ellen a reçu un beau matin une lettre de la société généalogique de Nouvelle-Angleterre lui révélant sa royale parenté. Le soir même, elle annonçait fièrement dans son émission : « Accrochez-vous aux branches, tout le monde : Kate et moi sommes cousines au 15 e degré ! »

KATE ET WILLIAM SONT COUSINS

Fouillant au plus profond du maquis familial, les experts sont parvenus à lui trouver des oncles d’Amérique « historiques » : Francis Scott Kay, le Rouget de Lisle US, auteur des paroles de The Star Spangled Banner, le général Patton, héros de la Seconde Guerre Mondiale, et, last but not least, George Washington himself ! Il faut toutefois remonter au XVI e siècle pour apercevoir l’ancêtre commun à la fiancée du prince William et au premier Président des Etats-Unis.

Cette frénésie généalogique a même mis au jour une parenté que l’on ira pas jusqu’à qualifier de suspecte entre les deux tourtereaux : ils sont cousins au 14e degré par le roi Edouard I. Pas de quoi annuler le mariage, donc.

Bien plus proche puisqu’il s’agit d’un cousin au sixième degré, l’ex mari de Madonna, Guy Ritchie. Le réalisateur est d’ailleurs invité au mariage contrairement à son ancienne épouse.

Katrina Darling, ne sera pas non plus de la fête et on peut le déplorer. Cette effeuilleuse d’une vingtaine d’années, cousine au deuxième degré de Kate, est une star montante du burlesque qui conclut systématiquement ses spectacles par un strip-tease patriotique sur l’air de God Save The Queen… Point final

Royal Blog | Samedi 16 Avril 2011

L’INCROYABLE FAMILLE DE KATE

MIDDLETON

L'incroyable famille de Kate Middleton

A l’occasion d’une répétition de la cérémonie tôt ce matin (15/04/2011), Kate Middleton a remonté l’allée de l’abbaye de Westminster au bras du prince Harry.

Clément Mathieu – Parismatch.com

Tôt ce matin, Kate s’est avancée lentement dans l’allée centrale de Westminster. Puis devant l’autel, sous la bénédiction d’un homme de Dieu, elle s’est tournée pour dire «oui, je le veux» au prince … Harry. A deux semaines du mariage du siècle, Kate a participé vendredi à une grande répétition in situ. Et pour cet essai, la roturière préférée des Anglais était accompagnée du frère cadet de son futur époux.

Harry, qui sera le témoin de William le 29 avril prochain, a remplacé au pied-levé un autre prince trop occupé. Son ainé, second dans l’ordre de succession au trône de Grande-Bretagne, n’a pas pu assister à la répétition de vendredi en raison, selon son entourage, d’un emploi du temps trop chargé. On l’imagine très probablement retenu par ses obligations militaires, dans sa base Galloise de la Royal Air Force. Outre le roux prince, Kate a toutefois pu compter sur la présence de sa sœur et témoin, Pippa, ainsi celle des demoiselles et garçons d’honneur. Ces derniers, des enfants âgés de 3 à 10 ans proches du couple (voir encadré), précéderont les pas de Kate dans l’allée centrale, le grand jour.

KATE A DIT OUI… AU PRINCE HARRY

Kate a dit oui… au prince Harry

Photo REUTERS/Harry Page

LES DEMOISELLES ET GARÇONS D’HONNEUR

Lady Louise Windsor (7 ans, fille du prince Edward)

Margarita Armstrong-Jones (8 ans, fille du Vicomte Linley – David, fils de Margaret)

Grace van Cutsem (3 ans, fille d’Hugh van Cutsem, parrain de William)

Eliza Lopes (3 ans, petite-fille de Camilla)

William Lowther-Pinkerton (10 ans, fils du Secrétaire privé de William et Harry)

Tom Pettifer (8 ans, filleule de William – fille de Tiggy Pettifer, nurse de William)


DE NOMBREUSES RÉPÉTITIONS

«Ils ont fermé l’abbaye au grand public, en évoquant une ‘visite privée’», a expliqué un journaliste sur place, «et ils les ont fait discrètement entrer, puis sortir par une porte dérobée». L’heure est aux derniers réglages. Le show sera regardé par deux milliards de téléspectateurs… Pour que le mariage du siècle soit parfait, il faut répéter, encore répéter. St James Palace, l’administration officielle de la couronne qui a confirmé la répétition, a d’ailleurs précisé que c’était «l’une parmi de nombreuses autres» qui aurait lieu d’ici le mariage. Le palais a ajouté que certaines se dérouleraient «en présence du couple, d’autres non». Point final

Royal Blog | Vendredi 1 Avril 2011

LE PRINCE HARRY: « JE VAIS EMBARRASSER WILLIAM »

Le prince Harry: "Je vais embarrasser William"

Photo REUTERS/Luke MacGregor

Harry révèle quelques secrets sur son rôle de témoin au mariage de son frère William, qui épousera Kate Middleton le 29 avril prochain.

Lucie Dancoing – Parismatch.com

Aplusieurs milliers de kilomètres de Buckingham Palace, quelque part dans la Grand Nord norvégien. Le prince Harry a entamé une expédition folle avec des membres de l’association «Walking With The Wounded», pour soutenir les blessés de guerre. La veille de son périple –qui s’achèvera le 5 avril prochain-, le troisième dans l’ordre de succession au trône britannique s’est confié à la BBCsur le mariage du siècle. Le 29 avril prochain, son frère aîné William épousera Kate Middleton à l’abbaye de Westminster.

Depuis l’annonce des fiançailles du couple le 16 novembre dernier, les révélations sur la cérémonie sont faites avec parcimonie. Avant de lancer le site officiel de l’évènement début mars, les services royaux avaient annoncé que le prince Harry serait le témoin du marié. Comme le veut la tradition, le fils cadet du prince Charles et de Lady Diana a organisé l’enterrement de vie de garçon de William le week end dernier. Et c’est une autre tradition que le prince Harry s’est exprimé dans un entretien intimiste avec la télévision anglaise.

«J’AI PROMIS DE NE PASHUMILIER MA GRAND-MÈRE»

Comme de coutume en qualité de témoin, Henry de Galles devra prononcer un discours pour son frère. Un discours «plutôt classique, selon ses dires. Similaire à n’importe quel autre». «Je serai avec deux amis de William, a-t-il expliqué. Dans nos trois discours, il y aura forcément des passages qui le rendront nerveux et l’embrasseront… Qui lui feront perdre quelques cheveux», s’est-il-amusé. Harry n’a cependant pas révélé l’identité de ses deux comparses, mais d’après«People», il pourrait s’agir de Thomas van Straubenzee et James Meade, amis proches de William rencontrés à l’école. Le prince réputé pour ses frasques passées a néanmoins assuré qu’il avait promis de ne pas humilier sa grand-mère, la reine Elizabeth II.

Ne cachant son enthousiasme, le prince Harry a confié être «très impatient». «J’ai hâte de rentrer, de mettre mon uniforme et de marcher dans l’allée [de l’abbaye] à ses côtés.» Pourtant, les deux frères s’inquiètent de l’ampleur de l’évènement. «Je pense que si William avait eu le choix, il aurait préféré un petit mariage, avec des amis très proches. Mais vous savez, nous sommes qui nous sommes, notre statut a été défini avec notre naissance, ainsi que notre fonction.» Pour le jeune officier des Blues and Royals, ce mariage est «une course folle». Plus le temps de discuter. Il faut partir. Et aider les soldats à atteindre le Pôle Nord. Point final

Une bonne Anglicane se doit de promettre à son mari de l’aimer, le chérir et… de lui obéir. Une formule qui ne sied pas à une princesse moderne.

Clément Mathieu – Parismatch.com

Kate Middleton est une belle jeune femme de son temps, une roturière loin des archaïsmes de l’aristocratie britannique, et qui s’apprête à épouser un prince tout aussi moderne. Pourtant, la tradition voudrait qu’elle prête allégeance en épousant William. Selon la tradition anglicane la plus stricte, la mariée fait en effet le vœu «d’aimer, de chérir et d’obéir» à son époux. La plus grande probabilité est pourtant que la future princesse se contente des deux premiers mots, tout comme l’avait fait Diana, en épousant le prince Charles. Selon le «Daily Mail», qui cite un employé de la famille royale, Kate et William ont choisi ensemble les vœux qu’elle prononcera en l’abbaye de Westminster. S’ils souhaitent garder ce choix secret jusqu’au grand jour, ils auraient, toujours selon la source du tabloïd, pris leur décision à l’issue d’une discussion avec l’archevêque de Canterbury, qui doit les marier le 29 avril prochain. Et la position du primat de l’église d’Angleterre en la matière est un indice déterminant. Rowan Williams a déjà décrit l’occurrence d’«obéir» comme quelque chose de sexiste et dépassé.

Royal Blog | Mardi 29 Mars 2011

KATE MIDDLETON N’OBÉIRA » PAS

AU PRINCE WILLIAM

Kate Middleton n'"obéira" pas au prince William

Photo Reuters

UNE FORMULE DU XVIE SIÈCLE

Dans un avis rendu en 2006, le Conseil de l’Archevêque estime en effet qu’une femme promettant à son mari de lui «obéir» – ce qui, de surcroit, n’est pas réciproque – est une notion archaïque, qui pourrait même justifier les violences conjugales. «Une promesse d’ ‘obéir’ faisait, dans le passé, partie d’autres règles et de souhaits entre hommes et femmes dans le mariage, tenant par exemple du fait que les femmes n’avaient aucune responsabilité légale jusqu’en 1926», expliquait alors le Conseil de l’Archevêque. «Le mot ‘obéir ‘ est obsolète, et c’est pourquoi les membres du Conseil ont fait ce rapport», a ainsi indiqué une source proche de l’Archevêque au «Daily Mail».

En épousant Philip, la Reine d’Angleterre, comme plus tard sa sœur Anne, avait bien utilisé la formule consacrée par le Livre de prière commune, la «bible» de l’église anglicane de 1662. Mais les parents de William, eux, avaient rompu la tradition en ne gardant qu’«aimer» et «chérir». A l’époque déjà, l’archevêque de Canterbury avait pesé dans le choix du prince Charles et de Diana. D’un air pince-sans-rire, rappelle le «Daily Mail», le primat anglican d’alors, Robert Runcie, avait souligné que «c’est une mauvaise chose de commencer votre mariage avec un mensonge largement avéré». L’exemple de la princesse des cœurs n’avait pourtant pas fait loi. Aussi rebelle qu’elle a pu être, Sarah Ferguson, cinq ans plus tard, avait fait le vœu d’«obéir» au prince Andrew. Ce qui fut, en effet, un mensonge avéré. Point final

Il y a 30 ans, la « pureté » de Diana était un sujet pour la presse. Ce qui est loin d’être le cas pour Kate.

Kate, not like a virgin

Photo Reuters

Aurélie Raya – Parismatch.com

En 1981, c’était une autre histoire, un autre siècle. A cette époque, la presse, ainsi que la famille royale, faisait grand cas de la supposée virginité de Lady Diana Spencer. Non, elle n’avait eu aucun petit ami avant Charles, susceptible de se répandre dans les tabloïds. Pourtant, rien n’oblige une future reine à une telle discipline vertueuse. Mais, comme l’a écrit l’ancienne rédactrice en chef de Vanity Fair Tina Brown dans son livre « The Diana chronicles », Elizabeth II avait choisi, du moins fortement poussé son fils à épouser cette jeune fille, car le temps pressait : elle avait 19 ans, et sa fraîcheur ne serait pas éternelle.

Il y eut pourtant l’épisode dit du « love train », le train de l’amour, en novembre 1980 : selon les journaux, Diana aurait passé deux nuits en compagnie de son prince dans le train royal en direction du Wiltshire. Mais il s’agissait du futur époux et peut-être d’une fuite savamment orchestré pour lier, tout de même, traditions ancestrales et un peu modernité. Quoi qu’il en soit, et aux dépens de la timide Diana, cette question intime fut sur la place publique, avec l’assentiment de la couronne et de la famille Spencer, son oncle assurant de la chasteté de sa nièce.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Les médias s’intéressent au style de Kate, la couleur de ses robes, le choix de sa coiffure… Chacun sait qu’elle a habité avec William, pire, qu’ils se sont brièvement séparés, avant de franchir le Rubicon. Kate a 29 ans, de l’expérience, des anciens petits amis, tous invités d’ailleurs. Le conte de fée a bien changé.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :