La Banque de France est plus rentable que jamais. Et les autres banques ?, La Banque Postale, les banques grecques,Goldman Sachs,la CDC,

Publié le

Copyright Reuters

Copyright ReutersCopyright Reuters

L’institut d’émission affiche un résultat net record de 2,56 milliards d’euros en 2010, résistant à la baisse des taux courts grâce aux revenus tirés des portefeuilles de titres à long terme.

Pour la deuxième année consécutive, la Banque de France (BdF) affiche un bénéfice avant impôt supérieur à celui de son homologue allemande, la Bundesbank, pourtant 40% plus grosse. L’institut d’émission français a publié lundi un résultat net de 2,559 milliards d’euros au titre de 2010, soit 86 millions de plus que le record de 2009. Pour la quatrième année consécutive, il a ainsi pu verser plus de 3 milliards d’euros à l’Etat (1,56 milliard de dividende et autant d’impôt sur les sociétés).

Les revenus ont pourtant été affectés par le niveau historiquement bas (1%) du taux d’intérêt des principales opérations de financement bancaire. Mais la progression de la circulation fiduciaire dans la zone euro (+ 5,8%) a gonflé de 9,1 milliards le volume total des placements rémunérés de la BdF. De plus, leur rendement moyen a bien résisté, à 3,58%, grâce à la hausse des revenus tirés des portefeuilles de titres à long terme.

Il s’agit notamment des obligations souveraines des Etats périphériques de l’Union européenne achetées depuis mai 2010 par la Banque centrale européenne (BCE) dans le cadre de sa politique monétaire. Mais aussi des obligations sécurisées des banques acquises entre mi 2009 et mi 2010 pour relancer ce marché. Et enfin, du « portefeuille structurel d’investissement » d’environ 70 milliards d’euros constitué progressivement, depuis plusieurs années, afin de réduire la sensibilité du résultat de la BdF à l’évolution du cycle de taux (voir illustration).

La BdF a par ailleurs décidé de porter le fonds pour risques généraux, de 1,35 milliard à 1,75 milliard afin de couvrir les risques financiers liés à la politique monétaire de la BCE. En revanche, ses comptes ont bénéficié d’une reprise partielle (372 millions) sur la provision constituée fin 2008 lors des défaillances de Lehman Brothers et des banques islandaises. Au total, en l’absence de vente d’or au cours de l’exercice, le résultat d’exploitation ressort en baisse de 2% sur un an, à 4,527 milliards.

Bizarre il y a peu on parlait des fonds lybiens dans cette banque! Y aurait il un lien entre ces bons résultats et le gel de ces avoirs??? Non , mais j’ai quand même un doute!!

BANQUE AMÉRICAINE

Devinez combien a gagné en un an le patron de Goldman Sachs

|
Copyright Reuters

Copyright ReutersCopyright Reuters

La crise est finie. Pour reprendre la distribution de gros bonus, les banques respectent la lettre des consignes des régulateurs bancaires, pas l’esprit. Exemple avec Goldman Sachs.

La banque d’affaires américaine Goldman Sachs a distribué en 2010, pour la première fois depuis trois ans, des bonus en numéraire pour ses cinq plus grands dirigeants, à savoir 5,4 millions de dollars pour chacun au titre des performances individuelles. Une prime qui s’ajoute à un salaire de 600.000 dollars, mais aussi à 7,65 millions de dollars d’actions, et à d' »autres rémunérations » (contribution à l’épargne retraite, paiement de l’assurance maladie et de l’assurance vie, etc.) entre 158.000 et 464.000 dollars. Son directeur général Lloyd Blankfein, a donc reçu au total plus de 14,1 millions de dollars. Par rapport à l’année précédente, son salaire a ainsi été multiplié par près de quatorze.

 

Quel a donc été l’effet des lignes édictées en juin dernier par les régulateurs bancaires américains, et qui demandaient expressément de ne pas encourager les prises de risques excessifs ? Les régulateurs avaient demandé que les grandes banques de Wall Street de plus de 50 milliards de dollars d’actifs, parmi lesquelles Bank of America, JP Morgan Chase et Goldman Sachs, qu’au moins 50 % de la rémunération variable soit différée dans le temps, sur au moins trois ans. GS aurait respecté la lettre, sinon l’esprit, des recommandations, sachant que les stock options représentent une peu plus de 50% du package global…

 

Mais une règle plus contraignante est en préparation. Mercredi dernier, les sept régulateurs du secteur financier que compte le pays ont lancé une enquête publique de 45 jours sur une proposition obligeant les banques à étaler sur trois ans ou plus au moins la moitié du versement des rémunérations variables des cadres dirigeants.

Bruxelles rallonge 30 milliards d’euros de garanties pour les banques grecques

|
Copyright Reuters

Copyright ReutersCopyright Reuters

La Commission européenne a autorisé ce lundi une extension de 30 milliards d’euros du fonds de garantie des organismes grecs de crédit, dans le cadre du programme d’ajustement économique conclu entre Athènes et l’UE.

« La Commission européenne a autorisé, en vertu des règles de l’Union européenne sur les aides publiques, une hausse budgétaire du fonds de garantie grec sous la forme d’une tranche supplémentaire de 30 milliards d’euros », annonce l’exécutif européen dans un communiqué ce lundi.

Les garanties portent sur les établissements de crédit tels que les banques et autres organismes de prêt, précise la Commission.

ACCORD

EXCLUSIF L’Etat prélèvera désormais 50% du résultat consolidé de la Caisse des dépôts

|

EXCLUSIF L'Etat prélèvera désormais 50% du résultat consolidé de la Caisse des dépôts

Bercy et la Caisse des dépôts ont finalisé leur accord jeudi soir. La nouvelle règle s’appliquera aux résultats 2009.

Les relations entre la Caisse des dépôts et l’Etat seraient-elles en train de se pacifier ? En tout cas, la vieille dame de la Rue de Lille et Bercy viennent de s’entendre sur la part du résultat de l’institution qui reviendra désormais à l’Etat. La dernière réunion de travail entre la ministre de l’économie, Christine Lagarde, le directeur général de la CDC, Augustin de Romanet, et le président de la Commission de surveillance, Michel Bouvard, a eu lieu jeudi soir, mais les différentes parties étaient tombées d’accord dès la fin juillet. La Caisse des dépôts a accepté que le taux de prélèvement sur ses résultats consolidés soit relevé de 33 à 50%. Ce prélèvement sera toutefois plafonné à 75% de son résultat social. Ainsi, si les résultats sont faibles, le mécanisme ne conduira pas à une attrition des fonds propres de la CDC.

La Commission de Surveillance doit encore valider cet accord mercredi prochain, mais pour l’établissement public, il s’agit « d’un accord très bon et très équilibré ». En effet, si l’institution voit le taux de prélèvement sur ses résultats augmenter, elle n’est pas forcément perdante. D’abord, l’accord règle le problème des prélèvements « sauvages », tels qu’ils ont pu être décidés par l’Etat dans le passé lorsque la CDC réalisait des plus-values exceptionnelles. « Si l’on prend en compte ces prélèvements exceptionnels, on arrive à un taux moyen de prélèvement effectif d’environ 50% ces dix dernières années », indique-t-on dans l’entourage de la Caisse. Il règle aussi la question de la rente des notaires. En 2009, cette dernière avait donné lieu à un mini psychodrame. Les résultats 2008 de la caisse étaient négatifs, mais l’Etat pensait tout de même recevoir cette rente, ce à quoi s’était alors opposée la Caisse des dépôts.

Que représentent les 3 milliards de refinancement que La Banque Postale devrait apporter à Dexia en 2011 par rapport aux autres sources de refinancement du groupe ?
A titre de comparaison, Dexia a émis pour 44 milliards d’euros d’obligations à long terme en 2010, dont 13,5 milliards de covered bonds. Cette année, début mars, le total des émissions à long terme réalisées est déjà d’environ 6 milliards d’euros. Comme Philippe Wahl et Pierre Mariani l’ont indiqué, La Banque Postale décide selon ses propres intérêts et son propre calendrier de souscrire ou pas à des tranches et elle le fait car elle a des excédents de liquidité que nous savons utiliser intelligemment et rémunérer convenablement. C’est un accord de marché, dans l’intérêt des deux parties.

Avez-vous le même type d’accord de marché avec d’autres banques ?
Nous sommes en relation avec les grands investisseurs de la planète et en ce moment, ils sont tous à la recherche de papier triple A, susceptible de leur apporter un bon rendement et un bon niveau de garantie.

Le dialogue avec La Banque Postale pourrait-il conduire à un rapprochement ?
Comme les dirigeants des deux établissements l’ont rappelé, ce sujet n’est pas à l’ordre du jour.

Quid du scénario de scission entre la partie belge et la partie française ?
Jean-Luc Dehaene et Pierre Mariani le répètent depuis plus de deux ans. Cette option n’est pas à l’ordre du jour.

La possibilité de rapatrier Dexia Crédit Local dans le giron de la Caisse des Dépôts est aussi parfois évoquée…
Notre priorité est la poursuite et la réussite du plan de transformation du groupe Dexia.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :