Le futur fonds de pension à la française : Sevriena = CNP Assurances + Malakoff Médéric = leur futur joint-venture

Publié le

Mais il y a plus embarrassant pour les deux promoteurs du projet. Courant décembre, l’ACP, l’Autorité de contrôle prudentiel, l’une des instances de surveillance du secteur avec la Banque de France ou le Trésor, leur a demandé de revoir leur copie sur un des aspects du dossier. Pas de quoi décourager Guillaume Sarkozy et Gilles Benoist, qui ont décidé de  » poursuivre[leur]partenariat « . Ils travaillent sur les produits à offrir. Pas question de passer à côté d’une aussi belle manne…

Vent debout. L’Elysée a-t-il donné son feu vert à cette opération qui, dans le privé, suscite forcément des jalousies ? Déjà, en tout cas, les personnels de CNP Assurances, dont beaucoup ont un statut proche de celui de la fonction publique, sont vent debout et refusent de rejoindre la future Sevriena. Même si l’affaire revêt un aspect très technique, elle suscite d’innombrables commentaires sur Internet. Certains députés, comme André Gerin (PC), sont même allés très loin en pointant du doigt le lien entre la réforme des retraites et le projet piloté par le frère de Nicolas Sarkozy.

Mais voilà… Si, sur le papier, le marché promet d’être juteux, mois après mois les obstacles s’accumulent sur la route des deux hommes (malgré les sollicitations du Point, ils n’ont pas souhaité s’exprimer). L’alliance entre Malakoff Médéric et CNP Assurances, certes cotée, mais qui reste tout de même dans la sphère publique (40 % de son capital appartient à la Caisse des dépôts et 17 % à La Poste), paraît un peu contre nature. Beaucoup estiment que la CNP perdrait son âme en participant à la création d’une sorte de fonds de pension à l’anglo-saxonne.

Ce dossier, il y travaille depuis bientôt deux ans avec Guillaume Sarkozy, le délégué général de Malakoff Médéric. Il va permettre à CNP Assurances et au groupe dirigé par le frère du président de la République (ancien numéro deux du Medef) de prendre une position dominante sur un fabuleux marché, estimé à plusieurs dizaines de milliards d’euros dans les années qui viennent : la retraite complémentaire par capitalisation. Un projet qui, il y a encore quelques années, faisait rêver Henri de Castries et le groupe Axa (pour cause de crise financière, il a préféré se retirer sur la pointe des pieds). Aujourd’hui, il suscite l’enthousiasme de ses deux promoteurs, qui décrivent dans les moindres détails les petits secrets de leur futur joint-venture longtemps appelé en interne  » projet M  » et qui porte désormais un nom, Sevriena.

C’était il y a quelques semaines. D’ordinaire d’une prudence de Sioux, Henri Proglio n’a pas fait dans la dentelle cette fois-ci. Décidément, ce montage lui semblait vraiment bancal. Ce jour-là, dans la salle du conseil d’administration de CNP Assurances (l’ex-Caisse nationale de prévoyance), le patron d’EDF n’est pas le seul à ne pas très bien comprendre où les dirigeants de l’institution dont il est administrateur veulent l’entraîner. A ses côtés, Jean-Paul Bailly et Patrick Werner (La Poste) ne sont guère convaincus non plus. Tout comme un autre administrateur, un Italien, qui s’interroge aussi sur la rentabilité à court terme du montage proposé. Malgré ces critiques, Gilles Benoist, le patron de CNP Assurances, est serein. Il a la confiance de son principal actionnaire (la Caisse des dépôts) et d’une majorité de ses administrateurs. Gilles Benoist défend donc une fois encore son projet : la création d’une coentreprise avec Malakoff Médéric, un groupe mutualiste, géré paritairement par le Medef et les syndicats (il compte 1 million de cotisants en France).

Advertisements

À propos de Maï SALAÜN

Tous les grands qui ont réussi dans le passé ont été des visionnaires, des hommes et des femmes qui se sont projetés dans l'avenir. Ils ont pensé à ce qu'ils pourraient être, plutôt qu'à ce qu'ils étaient déjà et ensuite, ils se sont mis en action pour faire de leur vision une réalité. Femme libre indépendante intolérante indécente incandescente. Une extrémiste de l amour et totalement conformiste sur la vie avec une arme de destruction massive : le facteur travail. J'ai les goûts les plus simples du monde, je ne me contente que du meilleur.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :