Patrick Werner quitte La Banque Postale dont il est le fondateur

Publié le

Fabrice Lundy : C’est la nouveauté de la journée, la Banque Postale est autorisée à préparer une offre de crédit aux entreprises. Ce feu vert de Bercy est une nouvelle étape pour vous, après le crédit immobilier, l’assurance vie au tout départ en 2005, au moment où la Banque Postale est née. Il y a eu l’assurance dommages, le crédit à la consommation qui né au printemps dernier. Ça y est, la boucle est bouclée, après cinq ans d’existence, vous êtes une banque à part entière ? Vous pouvez vous aligner sur les grands du secteur ?
Patrick Werner : Oui, bien sûr c’est une grande nouvelle que nous puissions faire du crédit aux entreprises après avoir enfin eu la gamme complète pour les particuliers.
Ceci étant, entre le moment où nous avons le feu vert et le moment où nous sommes vraiment au marché, nous avons beaucoup de travail. Nous souhaitons être très professionnels dans tout ce que nous faisons, il est donc absolument capital que nous préparions ça pour de premières réalisations en 2011.
Nicolas Sarkozy est intervenu directement, lui-même, pour vous permettre de faire du crédit aux entreprises. Comment et pourquoi ?
Le Président de la République, dans un discours prononcé début février, a considéré qu’il était utile que la Banque Postale puisse apporter une contribution supplémentaire au financement de l’économie.
Nous avons des ressources pour ça : une partie des ressources du Livret A et du Livret de Développement Durable doit, selon les textes, être employée en financement des PME. Nous sommes de gros collecteurs de Livret A et de Livret de Développement Durable. Il était donc tout à fait logique, dans la ligne de ce que disait le Président de la République, qu’un feu vert nous soit donné, explicite, par le gouvernement.
Vous disposez d’un trésor de guerre de combien à destination des entreprises ?
« Trésor de guerre » est un bien grand mot. Nous avons aujourd’hui 7 milliards qui pourraient être utilisés et qui devraient, selon les textes, être utilisés en financement des PME, faute de quoi, si nous n’étions pas capables de les utiliser, nous devons les centraliser à la Caisse des Dépôts, ce que nous faisons aujourd’hui. Nous espérons bien que progressivement ces ressources pourront être utilisées vers des crédits aux PME.
Les PME seront la cible principale ? Les PME, qui ont souffert durant cette crise, qui sont allées souvent taper à la porte des banques qui ne les ont finalement pas forcément entendues dans un premier temps ? Il y a eu la nomination d’un médiateur du crédit, il y a eu des réunions au niveau gouvernemental etc. Vous allez essayer de vous différencier ?
D’abord il n’y a pas que les PM : il y a aussi les très petites entreprises, les pro, et d’ailleurs le discours du Président de la République était largement orienté vers les TPE et les pros. Donc nous financerons de la création ou de la reprise d’entreprises très petites ou de pros. Sur les PME, comme nous sommes des prêteurs de fraîche date, tout juste autorisés, nous ne pouvons pas imaginer faire une banque globale d’entreprise comme ça, dès le départ.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :